1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
1gent certaines œuvres récentes des écrivains de l’URSS, je ne les retrouve que chez Ramuz. Mais purifiés de toute brutalité,
2t bien au-delà de l’ère machiniste que traverse l’URSS, au-delà de l’insolence et de la révolte ; et ce trait profond de son
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
3onnaliste ; la première en voie de réalisation en URSS, la seconde encore mal dégagée de sa période de gestation doctrinale.
4éparer en sous-main des terrains d’entente avec l’URSS. Nous ne pensons pas que la guerre soit, comme l’écrit Lefebvre, la s
3 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
5ures d’Henri de Monfreid, cinquante volumes sur l’URSS et sur le Plan de cinq ans, autant sur les formes américaines de la v
4 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
6n puisse en couper (ou en remettre si l’on est en URSS) selon les seules nécessités internes de la production machiniste, et
5 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
7octrines, disent-ils, ils cherchent des hommes. L’URSS, qu’ils connaissent par ses films, offre à leur rêve toutes les possi
6 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
8ectique hégélienne. Les réalisations marxistes en URSS ne sont guère utiles pour nous fixer à cet égard. L’URSS étant encore
9 sont guère utiles pour nous fixer à cet égard. L’URSS étant encore en pleine période de transition, il est trop facile de r
7 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — D’un Cahier de revendications
10onnaliste ; la première en voie de réalisation en URSS, la seconde encore mal dégagée de sa période de gestation doctrinale.
11éparer en sous-main des terrains d’entente avec l’URSS. Nous ne pensons pas que la guerre soit, comme l’écrit Henri Lefebvre
8 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
12otives, à quoi sert Stephenson ? » « Nous avons l’URSS, à quoi sert Marx ? »… Le peuple souverain On devrait, dire : l
9 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
13lution ne soient du même coup trahis. Le cas de l’URSS stalinienne est très typique. La dictature « de transition » fut inst
10 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Liberté ou chômage ?
14n puisse en couper (ou en remettre si l’on est en URSS) selon les seules nécessités internes de la production machiniste, et
11 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
15’on lui voit prendre dans les états totalitaires (URSS et fascismes). J’essayerai de la définir par quatre de ses principaux
12 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
16is, qui est à l’origine de la crise étatiste de l’URSS. C’est ce hiatus qui a valu au peuple russe la dictature de transitio
13 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
17suré, un ensemble de signes abstraits : SDN, BIT, URSS, SFIO, CGT, NSDAP, un monstrueux complexe de puissances collectives,
14 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
18critique les fondements doctrinaux du régime de l’URSS l’on s’attire d’ordinaire les reproches de tout un groupe d’intellect
19ante. Ce n’est point par hasard que ces amis de l’URSS citent souvent Diderot, Helvétius et Voltaire, à l’appui de leur foi
20sence des « réalisations » impressionnantes que l’URSS, étale aux yeux des visiteurs, ceux-ci reviennent persuadés que la cr
21éorie, étroitement respectée dans les débuts de l’URSS. Trotski fut le premier à s’en apercevoir : on l’exila, quitte à suiv
22gers). Le Torgsin en effet a répandu dans toute l’URSS l’usage des semelles-crêpe. C’est très bien que d’établir un rapport
23r conscience, et qui se rassurent en glorifiant l’URSS. Pour moi, je me bornerai à tirer de tout cela une conclusion concrèt
24arler du « vent de crétinisation qui souffle de l’URSS », mais les magnats de l’industrie lourde sont hypocrites quand ils p
25ssales et jamais encore exploitées dont dispose l’URSS ; la pression des nouvelles générations, dont les chefs qui les ont f
26’un homme nouveau — en Allemagne aussi bien qu’en URSS. ⁂ Les partisans de l’URSS ou de Hitler me feront sans doute deux obj
27magne aussi bien qu’en URSS. ⁂ Les partisans de l’URSS ou de Hitler me feront sans doute deux objections très importantes. I
15 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
28 André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)w Quel que soit le domaine qu’il aborde, la merveil
29description un peu plus qu’amicale du régime de l’URSS, d’une fervente autocritique, voire d’un éloge adroitement pimenté de
30té de réserves. Préface : « Les réalisations de l’URSS sont le plus souvent admirables. » Épilogue : « L’URSS n’a pas fini d
31sont le plus souvent admirables. » Épilogue : « L’URSS n’a pas fini de nous instruire et de nous étonner. » Précautions, je
32ture est lié dans nos esprits au destin même de l’URSS » (Discours aux obsèques de Gorki). Point d’arrivée : « Rien, plus qu
33 : « Rien, plus que cet état d’esprit (de la même URSS) ne met en péril la culture. » Naturellement, c’est plus complexe que
34, et font encore, les trois-quarts du succès de l’URSS auprès des intellectuels français. Liberté en URSS ? « Je doute qu’e
35SS auprès des intellectuels français. Liberté en URSS ? « Je doute qu’en aucun autre pays aujourd’hui, fût-ce dans l’Allema
36s dire : des pauvres. Il n’y a plus de classes en URSS, c’est entendu. Mais il y a des pauvres. Il y en a trop, beaucoup tro
37 Berdiaev prophétisait l’apparition prochaine, en URSS, d’une mentalité petite-bourgeoise. Mais Gide : « Je crains que ne se
38ore plus gênée que la gauche par ce portrait de l’URSS fascisée et embourgeoisée. Mais nous, personnalistes, que dirons-nous
39r sur l’homme. La phrase finale de ce livre sur l’URSS, c’est à l’auteur que nous l’appliquerons : c’est lui, c’est Gide « q
16 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
40’on lui voit prendre dans les États totalitaires (URSS et fascismes). J’essayerai de la définir par quatre de ses principaux
41a le Japon qui veut dominer sur l’Asie ; il y a l’URSS qui veut faire mieux que l’Amérique et qui ne demande rien de moins à
17 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
42mes, on oppose M. Stakhanov, champion mineur de l’URSS. L’erreur des Méchants, des « anti-progressistes », c’est de n’avoir
43nt, les guidant, les aidant. » Or : la prune, en URSS, c’est toujours le salaire50 ; le fouet a été remplacé par le peloton
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
44aucoup vont s’ouvrir sur la réalité fasciste de l’URSS. Mais le plus difficile reste à faire : éclairer la gauche et la droi
19 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Fatalités du rationalisme bourgeois
45aise enthousiasmée par l’idéal d’exportation de l’URSS est en train de commettre une erreur toute semblable sur la raison fi
20 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Importance de la notion de commune mesure
46les tentatives de rénovation qui sont en cours en URSS et en Allemagne nous montreront le négatif de notre état : une cultur
21 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
47, et dont l’apparition dans le développement de l’URSS est le fait des seules circonstances, là où elles sont plus fortes qu
48critique les fondements doctrinaux du régime de l’URSS, l’on s’attire d’ordinaire les reproches de tout un groupe d’intellec
49ante. Ce n’est point par hasard que ces amis de l’URSS citent souvent Diderot, Voltaire, à l’appui de leur foi nouvelle. Ce
50sence des « réalisations » impressionnantes que l’URSS étale aux yeux des visiteurs, ceux-ci reviennent persuadés37 que la c
51gers). Le Torgsin en effet a répandu dans toute l’URSS l’usage des semelles-crêpe. » C’est très bien d’établir un rapport en
52r conscience, et qui se rassurent en glorifiant l’URSS. Pour moi, je me bornerai à tirer de tout cela une conclusion concrèt
22 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
53s, on se ferait une image de l’Europe telle que l’URSS se trouverait située entre la France et l’Allemagne. En fait, et qu’e
54lemagne. En fait, et qu’elle le veuille ou non, l’URSS met psychologiquement un continent de malentendus entre la France et
55ur des banderoles aussi rouges en Allemagne qu’en URSS. Ce schématisme de « l’édification culturelle » produit dans les deux
56 race. (Pour condamner un saboteur, on arguera en URSS de son ascendance bourgeoise, en Allemagne de son ascendance juive.)
57nuels. On ouvrira les universités aux ouvriers en URSS, et les camps de travail aux étudiants en Allemagne. Cet effort visan
23 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Leçon des dictatures
58arler du « vent de crétinisation qui souffle de l’URSS », mais les magnats de l’industrie lourde sont hypocrites quand ils p
59es colossales et jamais exploitées dont dispose l’URSS ; la pression des nouvelles générations, dont les chefs qui les ont f
60’un homme nouveau — en Allemagne aussi bien qu’en URSS. Cet appel au miracle est le signe certain, sinon d’une mauvaise cons
61mpuissance culturelle. Il est apparu plus tard en URSS qu’en Allemagne, — relativement à l’âge de la révolution — pour la ra
62s policières se relâcheront. ⁂ Les partisans de l’URSS ou de Hitler me feront sans doute deux objections dont j’admets l’imp
24 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jean Blanzat, Septembre (janvier 1937)
63truire ou amuser. (Comme on l’exige de nouveau en URSS et en Allemagne.) Mais nos romans ne veulent plus de morale — à cause
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
64berté. » (Phrase qui aurait pu faire croire que l’URSS est pacifiste). Mais on a laissé figurer le nom de Gide parmi « les p
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
65l ne saurait être question de ce cliché importé d’URSS ou d’Allemagne hitlérienne : « retrouver le contact avec les masses »
27 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
66sses de 1905 et de 1917, et de l’état actuel de l’URSS. Ils étaient venus par groupes, à bicyclette ou en charrettes, de to
67 de la salle la photo de Kalinine, président de l’URSS, debout dans un champ, en costume de moujik, il y a eu un profond sil
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
68sses de 1905 et de 1917, et de l’état actuel de l’URSS. Ils étaient venus par groupes, à bicyclette ou en charrettes, de tou
69 de la salle la photo de Kalinine, président de l’URSS, debout dans un champ en costume de moujik, il y a eu un profond sile
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
70« banlieue rouge » de Paris, d’ailleurs importé d’URSS, et récemment. On me dit qu’ici trois maisons seulement, sur deux cen
71l ne saurait être question de ce cliché importé d’URSS ou d’Allemagne hitlérienne : « Retrouver le contact avec les masses. 
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
72is citoyen. Le capitaliste est l’ennemi public en URSS, le communiste en Europe, le fasciste à Londres, le libéral à Nurembe
31 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
73 fréquemment, nous qui regardons l’Allemagne ou l’URSS du dehors ; nous croyons que tous ceux qui y vivent sont affectés d’u
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
74ons de l’état présent des mœurs de la jeunesse en URSS. Le nazisme appartient au passé. Pourtant la tentation totalitaire su
33 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Vues sur Ramuz
75gageaient les premières œuvres des écrivains de l’URSS, je ne les retrouve que chez Ramuz. Mais purifiés de toute brutalité,
34 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
76us avez bien envie de savoir ce que je pense de l’URSS ? Mais aussi… Une moitié de moi-même se révolte au spectacle de la ma
35 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
77and il vivait ? Les grands vivants du jour sont l’URSS et l’Amérique. Voilà qui modifie radicalement les proportions du conf
78ment, se ramène au problème des relations entre l’URSS et les États-Unis. Mais il y a bien d’autres plans ! Il y a celui de
36 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
79 par les États-Unis. Or M. Gromyko, délégué de l’URSS s’est aussitôt opposé au projet, pour la raison qu’il comportait « un
37 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
80 l’Europe que nous pourrons agir sur les USA ou l’URSS. Il est temps que nous en prenions conscience : nous ne sommes pas de
38 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
81us avez bien envie de savoir ce que je pense de l’URSS ? moi aussi… Une moitié de moi-même se révolte au spectacle de la mau
39 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
82des lettres et presque les mêmes : US d’une part, URSS de l’autre. Nous distinguerons d’abord deux conceptions divergentes e
83rement profanes et séculiers que nous proposent l’URSS et les USA. Vis-à-vis de ces mystiques et de ces idéaux, c’est notre
84her de l’Europe. Je pense surtout à l’avenir de l’URSS. Que l’on soit sympathique ou non à l’expérience de dictature si bril
85ient aux tentations d’une fausse symétrie entre l’URSS et les USA, et s’enfermaient dans un nationalisme purement verbal et
86es uns nous disent que le choix est fatal entre l’URSS et les USA, et les autres refusent le choix, parce qu’il mènerait fat
87nce saute aux yeux, quand on compare le rôle de l’URSS et celui des États-Unis dans notre monde : c’est que nous avons chez
88 envoyées par la Maison Blanche. Autrement dit, l’URSS est présente dans toute l’Europe aux élections et dans les parlements
89ner des ordres à nos masses ou à leurs députés. L’URSS possède une doctrine très précise dont elle se sert comme d’un instru
90On l’a bien vu lors de la Conférence des Seize. L’URSS s’oppose à toute tentative d’unir les nations de l’Europe : c’est qu’
91ites aux masses sont tenues : aux USA, non pas en URSS. Enfin, l’on me dira qu’il y a dans les deux camps des opprimés, de l
40 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
92pe. Il n’y a donc plus qu’à faire l’Europe sans l’URSS. Les sceptiques rejoindront un jour, les défaitistes auront perdu com
41 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
93s d’habitants que les USA et presque autant que l’URSS et ses satellites réunis. De plus, l’Europe occidentale à elle seule
42 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
94née ? Mais elle relève déjà ses industries ; et l’URSS n’a pas été traitée mieux qu’elle, qu’on s’en souvienne. Une Europe e
43 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
95es ennemis de l’Europe — entre l’Europe unie et l’URSS par exemple — ceux-là sont infidèles à notre tradition. Ils violent n
44 1951, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Réplique à M. Lasserre (mars-avril 1951)
96de leurs relations avec l’Europe ; qu’il tienne l’URSS — malgré elle ! — pour une puissance européenne ; qu’il fasse état, t
45 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
97ermes qu’en Europe. Il y a ceux qui pensent que l’URSS c’est la justice, les USA la liberté ; ceux qui scrupuleusement se re
98tants et l’on se plaint de leur retard, mais si l’URSS nous envoie deux wagons de céréales, on salue la grandeur du geste. N
99analogies, non seulement par sa situation entre l’URSS et les USA, mais par sa manière d’assumer ou de refuser cette situati
46 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Libertés « formelles » et libertés « réelles »
100US, de 840 en Suisse, de 482 en France, de 308 en URSS et de 300 en Pologne1. Il faudrait en déduire logiquement que les lib
101e que les chemins de fer soient gratuits, même en URSS, alors qu’il est certain que dans ce dernier pays, on exige le passep
47 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
102nes irréfutables de « détente », signifient que l’URSS désormais ne nourrit plus à l’endroit de l’Occident que les intention
103ur ce diplomate dans ses récentes conclusions : l’URSS ayant décidé de nous rassurer, l’Europe doit changer de politique. Le
48 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
104que jamais de justifier et de défendre — contre l’URSS, l’Amérique, et l’Asie — les Européens tels qu’ils se montrent. Si le
49 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
105tre sort à tous. Plus peuplée que l’Amérique et l’URSS additionnées, elle dictera la paix dans le reste du monde, l’ayant ré
50 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
106ime, le palais de marbre rose de l’ambassade de l’URSS, seul battant neuf parmi les ruines. Les tanks soviétiques, l’Armée r
107 tous leurs camarades des pays satellites et de l’URSS, et les tyrans l’ont confirmé en ouvrant le feu. L’imposture communis
51 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
108ime, le palais de marbre rose de l’ambassade de l’URSS, seul battant neuf parmi les ruines. Les tanks soviétiques, l’Armée r
109 tous leurs camarades des pays satellites et de l’URSS ; et les tyrans l’ont confirmée, en ouvrant le feu. L’imposture commu
52 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
110déséquilibre l’Alliance atlantique, la masse de l’URSS équilibrerait l’Alliance eurasiatique, cela saute aux yeux. Après tou
53 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
111que l’on envisage la position de l’Europe entre l’URSS et les USA, entre les menaces asiatiques et les chances africaines. T
54 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
112déséquilibre l’Alliance atlantique, la masse de l’URSS ne manquerait pas d’équilibrer une bonne alliance eurasiatique ? La v
113tort ou à raison — d’inspirer quelque crainte à l’URSS. Pour ceux qui doutent encore que le vrai but de Genève, dans l’espri
55 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
114 Mais leur gouvernement ne cesse d’affirmer que l’URSS ne craint personne. Les Américains n’ont pas du tout peur des Russes,
115la citation de Hitler qu’est la seconde phrase. L’URSS a d’ailleurs cessé d’être redoutable, puisque, après la mort de Stali
116normal d’admettre que l’évolution économique de l’URSS commandait de passer de la dictature d’un seul à celle de plusieurs ;
56 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
117oviétique. Ils seraient à peu près les mêmes si l’URSS n’existait pas à nos frontières, avec ses deux cents divisions. Si l
118s. Mais le fait est qu’il s’agit de parler avec l’URSS, monolithe de deux cents millions d’hommes et de femmes portant moral
119es. Un dialogue qui n’aurait donc lieu qu’entre l’URSS et ses partisans, ou entre l’URSS et les sceptiques de l’Occident, ou
120lieu qu’entre l’URSS et ses partisans, ou entre l’URSS et les sceptiques de l’Occident, ou enfin entre l’URSS et des délégué
121et les sceptiques de l’Occident, ou enfin entre l’URSS et des délégués officiels de telle ou telle nation isolée ne serait p
57 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
122 rejetées par le porte-parole des dirigeants de l’URSS. II n’y aurait plus lieu d’en parler, jusqu’à ce qu’une « détente » m
123troduction au problème actuel des échanges avec l’URSS. Il sera suivi d’un examen documenté de la situation présente, sur la
58 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
124ral de pensée, sera décrété doctrine d’État par l’URSS. Mais tandis que dans ce pays, l’hérésie s’organise en Église, le déc
59 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
125x extrêmes, et comment ils se rejoignent : USA et URSS Dans les prolongements de l’Europe à l’est et à l’extrême ouest, n
126virtuelle. À l’autre extrême, prenons le cas de l’URSS, dont la doctrine d’État, marxiste d’étiquette, bien qu’en réalité te
127 dans un des 800 instituts techniques existant en URSS (pour 33 universités seulement). L’éducation technique se divise en c
60 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
128es innombrables études sur l’avenir probable de l’URSS : la plupart me semblent céder à la manie d’historiser le présent, et
129 occidentales, mais il refuse aux satellites de l’URSS le droit de disposer d’eux-mêmes. (Niet aux élections libres en Allem
130 en tant que tel, n’a pas fait le moindre mal à l’URSS, ni aux PC45. Bien au contraire. La meilleure preuve, c’est qu’on le
131lstoï, Dostoïevski (qu’on republie précisément en URSS) l’auraient sans doute comprise et approuvée plus facilement que le D
132impide, mais trompeuse : « Ceux qui gouvernent en URSS, je reconnais qu’ils ont eu des postes et des charges du vivant de St
133 lui-même en créant, par l’industrialisation de l’URSS et par l’élévation continue du niveau matériel et culturel des Soviét
134« nécessairement », ou « historiquement », pour l’URSS ? D’autre part, il faut croire qu’en URSS même le stalinisme contenai
135 pour l’URSS ? D’autre part, il faut croire qu’en URSS même le stalinisme contenait autre chose que ce que Sartre et l’Histo
136 d’une part ce qu’il en approuvait en dehors de l’URSS et de ses conditions, d’autre part ce que K. et les siens viennent d’
137ce que K. et les siens viennent d’en condamner en URSS même, on voit mal ce qu’il peut en rester qui ait pu se livrer à l’au
138communistes d’abord, puis pour les partisans de l’URSS, enfin pour les PC eux-mêmes. II. Les anticommunistes à l’épreuve
139a plupart des créatures sont encore au pouvoir en URSS ; 6. que les camps de travail forcé non seulement existaient bel et b
140orsion des aveux par la torture, les génocides en URSS, le niveau de vie inférieur des ouvriers russes, et la servilité des
141, vous n’avez plus de raisons de vous méfier de l’URSS. Réponse : Tout n’est pas condamné, loin de là, et ce n’est point pa
142u nom de cette cause unique qu’ils justifiaient l’URSS à tout coup. Justification erronée : les moyens employés par Staline,
143justice, pour peu qu’elle fût commise au nom de l’URSS. Ils croyaient servir « le libre développement de tous » et justifiai
144er, et de les dire mauvais, puisqu’ils étaient en URSS…) Lorsqu’eut lieu le procès de Rajk, nous ne disions pas que cet homm
145ssolvant le Kominform, au mois d’avril dernier, l’URSS entendait manifester sa volonté d’accorder leur autonomie aux partis
146s, chacun sait que les classes ont été abolies en URSS. Lorsque le PC français réclame imprudemment « une analyse marxiste a
147on leur a valu tant d’adhésions à l’Ouest. Pour l’URSS, la perte ne serait pas moins grave, car l’URSS sans ses partis ne se
148l’URSS, la perte ne serait pas moins grave, car l’URSS sans ses partis ne serait plus que la Russie. Aussitôt, son impériali
149’on s’apercevra que l’adjectif « communiste », en URSS, ne signifie plus autre chose que bon ouvrier, bon soldat, bon gratte
150t la paix, pour l’ensemble d’un Occident auquel l’URSS, par là même, se verrait intégrée. Encore faut-il vouloir une paix vr
61 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
151pagnie capitaliste et d’un dictateur acculé. L’URSS entre deux politiques Quand la Russie veut se rapprocher de l’Occi
152 son rôle central. La crise de Suez trouve donc l’URSS hésitante. Depuis la mort de Staline, elle tendait à s’ouvrir au comm
62 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
153a mer Rouge et le golfe Persique. Le délégué de l’URSS en a profité pour dénoncer l’Occident impérialiste. Visiter ces batea
154 rien au regard d’une Respectueuse… D’ailleurs, l’URSS a donné à ce commerce une approbation objective, et l’Inde a proposé
155it. Éloge de la mystification Le fait que l’URSS protège « objectivement » l’esclavagisme ne fera pas perdre une voix
156erdre une voix à son parti en France. En effet, l’URSS « représente historiquement » la volonté d’émanci­pation des travaill
157 l’on sent voisine de celle d’esclavagisme… Que l’URSS, en fait, soit la patrie des camps, de l’interdiction des grèves, de
158uez. Qu’importe le fascisme, pourvu qu’il serve l’URSS. D’ailleurs, qui oserait juger le régime de Nasser ? « Le caractère d
63 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
159 plus celui de l’Histoire : il est question que l’URSS et les États-Unis lancent en commun des lunes artificielles. Un rocke
64 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
160l’Asie tout entière et une partie de l’Afrique, l’URSS nous menaçant de détruire nos capitales par projectiles téléguidés, e
65 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
161dant des armements atomiques, les États-Unis et l’URSS, se partagent désormais la puissance politique, économique et militai
162uence des États-Unis dans sa partie ouest et de l’URSS dans sa partie est. Elle est menacée de perdre son indépendance. 3
163-dire plus que les États-Unis (165 millions) et l’URSS (210 millions) additionnés. En outre, il devient évident, à l’époque
66 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
164 le droit de protester. Ayant toujours approuvé l’URSS, disent-ils, c’est leur affaire et non la nôtre de la désapprouver si
67 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
165dit être. Une certaine manière de choisir entre l’URSS et les USA, comme si l’Europe n’existait pas. (Ou ne devait pas exist
166eur indépendant, donc à choisir la politique de l’URSS. Celle-ci s’étant déshonorée, sans que les États-Unis s’honorent d’au
167amment armés que l’ensemble des autres peuples, l’URSS et les USA pourraient se payer le luxe de se déclarer neutres et de s
68 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
168 intégrale sans les pays de l’Est colonisés par l’URSS. 2. Une prise de parti militaire dans les conflits à prévoir disloque
169 bon signe !) : la neutralité de l’Europe entre l’URSS et les USA faciliterait l’évolution qu’ils désirent tous vers des for
170 (Elle compterait en effet plus d’habitants que l’URSS et les USA additionnés.) Nous voici ramenés aux problèmes d’une parti
69 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
171gures de ses problèmes. 1. Si les États-Unis et l’URSS restent en position de double pat, mutuellement neutralisés comme auj
172é américaine à l’égard de la « zone de Yalta », l’URSS peut accumuler des succès régionaux, comme l’écrasement de la Hongrie
173rope, dont l’OTAN n’englobait qu’une moitié. Et l’URSS y regarde à deux fois… 4. Si la guerre téléguidée éclate entre les de
174entale ; — ou bien, contre toute attente, c’est l’URSS qui gagne, non sans avoir reçu des coups très rudes, et alors l’Europ
175it en meilleure posture pour se défendre contre l’URSS. b) Le véritable sens du mot neutralité, appliqué à l’Europe unie, n’
176endance n’existerait vraiment que par rapport à l’URSS et aux États-Unis. Elle signifierait un refus de se laisser manœuvrer
70 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
177r la terreur de mettre en œuvre ses moyens. Que l’URSS surmonte ou non sa crise congénitale, elle a cessé d’être l’espoir du
178. Mais l’Asie le pourra-t-elle ? Et l’Afrique ? L’URSS écrase les défenses instinctives de ses peuples et leur inflige le Pl
71 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
179’Europe est bien finie, l’avenir est aux USA, à l’URSS, à la Chine, à la Lune. — Qu’attendez-vous donc pour y aller ? Et qu’
72 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
180choisi d’élever le niveau de vie de ses masses, l’URSS préférant frapper l’esprit des foules, « car on ne vit pas de pain se
181vait tout arrangé pour ça. »   Sur l’avenir de l’URSS. — Depuis le XXe Congrès, qui a « déclaré » sa crise, le régime sovié
73 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’exploration de la matière
182ral de pensée, sera décrété doctrine d’État par l’URSS. Mais tandis que dans ce pays, l’hérésie s’organise en Église, le déc
74 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
183 être libre — ce but n’étant nullement celui de l’URSS, expressément collectiviste, et la praxis pas plus que la theoria des
184 la theoria des Soviets ne conduisant là, alors l’URSS apparaît, objectivement parlant, comme le pays par excellence de l’an
185onteste les USA, l’un des plus arriérés restant l’URSS après plus de trente ans de travail forcé. Si enfin le but est l’accr
186prits, donc pratiquement de l’entropie sociale, l’URSS est alors au premier rang, ouvrant la voie. Ce qui a pris le nom de «
187discussion. Du point de vue des spiritualistes, l’URSS et les USA sont régressifs, encore que les seconds tolèrent bien des
188mais le mythe des Soviets est mieux cru hors de l’URSS. Du point de vue de la personne enfin : l’Europe, en retrait jusqu’ic
189 les grands espaces humains des Amériques et de l’URSS. Là, comme extraites de leur contexte original, elles n’étaient plus
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
190t de surpasser celle qu’a répandue l’Occident ? L’URSS et la Chine ne représentent-elles pas des phénomènes d’occidentalisat
191st plus du tout capitalisme ou communisme, USA ou URSS. Il y a le camp des pays encore sous-développés, ayant doublé de popu
192cond plan, ou bien est oubliée. La situation de l’URSS (aidée par l’Occident ?) s’est améliorée à ce point que les Russes so
76 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
193ure, aux recherches et à l’éducation les USA et l’URSS, nous sommes ridiculement sous-développés ! Mais il est clair que les
77 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
194ue du Nord et Amériques). — La colonisation par l’URSS d’un quart de la population européenne à l’Est, qui dans sa grande ma
195population des USA et une fois et demi celle de l’URSS, quand on le rappelle, suffit à redresser des perspectives complèteme
196 dialectique, ou diamat, doctrine officielle de l’URSS, de la Chine, et de leurs satellites, règne sur un tiers au moins du
78 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
197urgeois, capitaliste et nationaliste français), l’URSS fait prime, elle fait peur, elle fait vendre. Montrer que l’Europe —
79 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
198unité de l’Europe est en train d’être faite par l’URSS, l’Asie, le Moyen-Orient et l’Afrique, l’union de notre Terre sera fa
199t vrai que la science-fiction prospère surtout en URSS et aux États-Unis, et que ces deux pays nous précéderont sans doute d
80 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
200 vivant avec les origines ? Peut-être aux USA, en URSS plus brutalement ; et ce fut le cas en Europe durant la basse époque
81 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
201iale. Certains disent qu’il est trop tard ; que l’URSS et les USA, ces deux colosses qui se sont élevés à l’est et à l’ouest
202s-Unis d’Amérique et plus de deux fois celle de l’URSS. Même si nous laissons de côté les pays de l’Est, provisoirement, ce
203ivaut presque à l’addition des États-Unis et de l’URSS. Je ne parle que de chiffres, et non de qualités. Je ne parle même pa
204ropéenne. Alors que si vous prenez l’exemple de l’URSS ou celui de l’Inde, vous vous apercevez que, dans ces vastes fédérati
82 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). … Et dona ferentes (Remarques sur la diffusion inégale de nos valeurs et de nos produits)
205if, les franges sud-est de l’Europe en rose, et l’URSS en quadrillé rouge et blanc. Quant à l’Asie et à l’Afrique, il faudra
83 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). L’Europe de l’énergie
206quante mille ingénieurs et techniciens. Quant à l’URSS, vous savez qu’elle subordonne toute son éducation scolaire et univer
207it à lui seul la mettre en œuvre. L’Amérique et l’URSS nous dépassent déjà largement, dans ce domaine. Il nous reste une seu
84 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Pour une politique de la recherche
208entendus qui l’ont suivi dans l’opinion et dont l’URSS a bénéficié, illustrent bien assez ce point. Une civilisation contine
85 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
209ats-Unis, ou de la Révolution et de ses suites en URSS. Mais chacune d’elles aussi a pu être décrite comme le dernier roman
210teur Jivago l’objet d’une polémique mondiale où l’URSS et l’Ouest s’affrontent une fois de plus, pour des raisons, d’ailleur
211eur est resté un homme libre. Il est normal que l’URSS, au lieu de l’interpréter comme un hommage rendu à son libéralisme, v
212l qui s’ensuit, hommages en Occident, outrages en URSS et lettres de cosaques zaporogues au Kremlin, tout est scandaleusemen
213u tout dans les deux cas. Politique et sociale en URSS, donc extérieure, plus primitive en quelque sorte, elle ne met pas en
86 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
214Guerre mondiale, c’est-à-dire en même temps que l’URSS. De la technique ? Mais c’est une création européenne que l’Amérique
215rocheront de leurs buts, dans la mesure donc où l’URSS rattrapera l’Amérique. (J’entends bien sur cette Terre, non dans la L
87 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
216ure, aux recherches et à l’éducation les USA et l’URSS, nous sommes ridiculement sous-développés ! Mais il est clair que les
88 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
217gel, il convient de s’opposer à la publication en URSS d’ouvrages de caractère « idéologique », ceux de Silone et de Spender
218en ont assez. Les plus jeunes ne connaissent de l’URSS que Lunik III. Mais si l’on veut aller plus loin, et il le faut, un p
219re un acte de guerre froide. Nous reprochions à l’URSS de ne pas distinguer entre les intérêts d’un parti au pouvoir et la r
220uvoir et la recherche de la vérité. Aujourd’hui l’URSS accepte de séparer la paix dans la pratique politique et la guerre da
221us sommes d’accord : c’était notre attitude. Et l’URSS précisément la condamnait. Elle l’adopte aujourd’hui, mais par opport
89 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
222ions qui forment l’Occident moderne — l’Europe, l’URSS et les USA — rappelons en quelques mots ce qu’a signifié l’Éducation
223ours du second tiers du xxe siècle : l’Europe, l’URSS et les USA. Vous allez voir qu’elles se définissent aisément selon le
224a TV.   b) À l’autre extrême, prenons le cas de l’URSS, dont la doctrine d’État, marxiste d’étiquette, bien qu’en réalité te
225 dans un des 800 instituts techniques existant en URSS (pour 33 universités seulement). L’éducation technique se divise en c
90 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
226 il lui reste encore à prendre conscience ! En URSS : civisme égale obéissance au Parti La Russie soviétique n’a pas d
227e Soviet suprême et le Conseil des ministres de l’URSS. Quel que soit le degré de fédéralisme qui subsiste dans le détail (i
91 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
228nt de l’imminence d’une attaque d’Hitler contre l’URSS. Les Polonais furent les premiers et presque les seuls à le croire. R
229ccord fût rapidement conclu entre la Pologne et l’URSS. Il y avait à ce moment près de deux millions de déportés polonais en
230utte dans l’armée de Sikorski. D’autre part, si l’URSS était attaquée, il importait que la Pologne, soutenue par les Anglais
231côté polonais, et par l’ambassadeur Maïski pour l’URSS, avec la constante collaboration de M. Eden. Sir Stafford Cripps inte
232x millions de Polonais prisonniers et déportés en URSS. Peu de jours après, l’ambassadeur polonais désigné n’ayant pu partir
92 1961, Preuves, articles (1951–1968). Pour Berlin (septembre 1961)
233e l’homme proclamée par les Nations unies, dont l’URSS est membre : « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y comp
93 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
234 puissances ont perdu la face, — sauf l’Europe. L’URSS a perdu la face en tant que champion de la paix et du désarmement, en
235ois unie politiquement, l’Europe exercerait sur l’URSS, comme elle le fait déjà sur les États-Unis, une attraction irrésisti
94 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
236ats-Unis, ou de la Révolution et de ses suites en URSS. Mais chacune d’elles aussi a pu être décrite comme le dernier roman
237teur Jivago l’objet d’une polémique mondiale où l’URSS et l’Ouest s’affrontent une fois de plus, pour des raisons, d’ailleur
238eur est resté un homme libre. Il est normal que l’URSS, au lieu de l’interpréter comme un hommage rendu à son libéralisme, v
239l qui s’ensuit, hommages en Occident, outrages en URSS et lettres de cosaques zaporogues au Kremlin, tout est scandaleusemen
240u tout dans les deux cas. Politique et sociale en URSS, donc extérieure, plus primitive en quelque sorte, elle ne met pas en
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — Un idéal de compensation : les États-Unis d’Europe
241e, centralisateur et autoritaire de Marx a fait l’URSS et domine la moitié de notre monde. Il y a sans doute erreur sur la d
96 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
242ique du Nord (États-Unis et Canada) — Europe — URSS — Monde arabe (Maghreb et Proche-Orient) — Afrique noire (francoph
243: les pays européens actuellement satellites de l’URSS, et les pays bouddhistes situés entre l’Inde, la Chine et l’Indonésie
244roblème n’existe guère pour des ensembles comme l’URSS et les USA, qui sont fortement intégrés soit par l’unification doctri
97 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
245cation générale ou humaniste. C’est ce que fait l’URSS. Mais ce serait tuer la poule aux œufs d’or. La technique, inventée p
246échelle mondiale (relations avec les Amériques, l’URSS, l’Afrique noire, le monde arabe, l’Inde, l’Extrême-Orient). 4. Cette
98 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
247tégie à long terme de la formation des esprits. L’URSS elle-même, qui avait tout sacrifié pendant la période stalinienne à l
248n élémentaire. L’absence de toute presse libre en URSS, et l’inexistence des cafés littéraires et politiques aux États-Unis,
99 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
249 les sept États européens actuellement soumis à l’URSS, 95 millions ; total 425 millions. Tandis que les deux Grands ensembl
250ase — les États-Unis tenant le deuxième rang et l’URSS le troisième. Voilà pour la quantité. Pour la qualité, l’évaluation p
251llions (en comptant les satellites européens de l’URSS), mais seulement le citoyen d’un petit État de 5, de 10 ou de 50 mill
252ui des États-Unis, et près de dix fois celui de l’URSS. La vocation mondiale de l’Europe est inscrite dans des faits de ce g
100 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
253liste du Tiers Monde, devant la crise morale de l’URSS, l’heure n’est pas de cracher sur nos valeurs, mais de les prendre no