1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
1. Seillière, de ce nouveau chapitre qu’il vient d’ajouter à sa grande étude sur les rapports du christianisme et du romantisme.
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2e connaître. Cependant, n’est-ce pas lui-même qui ajoutait que l’homme sincère « en vient à ne plus pouvoir même souhaiter d’êtr
3 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
3 en sentons les conséquences de nos jours encore, ajoute M. Esmonin. Et nous ne pouvons que nous réjouir de retrouver bientôt
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
4n leurs ambitions. Surmontant son dégoût, le père ajoute : « Notre sang sera vainqueur… Qu’ils m’oublient, qu’ils me méprisent
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
5d », son livre n’est pas sérieux. Il sourit. Vous ajoutez que le lyrisme des noms géographiques vous fatigue ; que c’est une vr
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
6arrive à croire, pour un autre, que c’est arrivé, ajoutant foi, dans tous les sens qu’admet ce terme, à des exaltations que leur
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
7e manquent jamais de succéder au moindre vol. » J’ajouterai, cher Monsieur, que l’analyse psychologique n’est pas mon fort. Je me
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
8toi de la grandeur de ses traditions et ne va pas ajouter à cette lourde charge le poids de nos péchés. Ils sont bien nôtres. E
9 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
9d’ailleurs une chose que je comprends assez bien, ajouta-t-il, mais pour d’autres raisons qu’eux, probablement… À ce moment, com
10 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10s de sa production, d’année en année. On pourrait ajouter à ces chiffres celui des milliards qu’il possède, ou plutôt qu’il gèr
11ion de netteté, de solidité, de propreté. Si l’on ajoute à cela le plaisir qu’on éprouve toujours au récit de succès mirobolan
11 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Souvenirs d’enfance et de jeunesse, par Philippe Godet (avril 1929)
12succès, si disproportionnés avec son mérite ». Il ajoute : « j’ai eu la chance de discerner très jeune, avec une clairvoyance
12 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
13 certain plan. C’est mal vu. » Ou si on les pose, ajouterai-je, c’est pour les résoudre aussitôt et d’une manière aussi peu compr
13 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
14ous enlevez Georges Petit, égaré, en ayant soin d’ajouter ceux que j’oublie, vous obtiendrez le chiffre exact des participants 
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
15s très graves ne sont peut-être que transitoires, ajoute Keyserling. Nous traversons une crise d’adaptation, et il s’agit de l
16. Là où Keyserling dit seulement adaptation, nous ajoutons régénération ; et lorsqu’il dit spiritualité, nous pensons connaissan
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
17lieu social bien défini. À ces deux éléments s’en ajoute un troisième qui est moins visible, mais dont la présence constante d
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
18ation et de nature toute française. M. Thibaudet ajoute à ce propos : On m’a fait observer très justement, à l’époque, que j
17 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
19e de l’importance du phénomène Goethe. Maintenant ajoutons que l’homme fut supérieur à la somme de toutes ces activités et domin
18 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
20trois ou quatre fois de suite la même chose, sans ajouter aucune clarté au dessein général. Mais celui-ci, par bonheur, est trè
19 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
21ifestations, — à quoi l’on ne s’est point privé d’ajouter quelques tomes depuis. Il convient de marquer toutefois qu’une pareil
20 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
22s tâches d’homme. Henri Lefebvre l’a montré, je n’ajouterai rien à sa déclaration si simple. La révolution est une nécessité au s
21 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
23d’ailleurs une chose que je comprends assez bien, ajouta-t-il, mais pour d’autres raisons qu’eux, probablement… À ce moment, com
22 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
24vous enlevez Georges Petit égaré, en ayant soin d’ajouter ceux que j’oublie, vous obtiendrez le chiffre exact des participants 
23 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
25ments ou des directions positives. Faut-il encore ajouter à son trouble, l’aggraver, le rendre littéralement insupportable ? Te
24 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
26platras à la manière antique ». Vous avez le ton. Ajoutez-y le plus excitant foisonnement de citations — poètes, chroniqueurs,
25 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
27plicables » que nous venons de parcourir, il faut ajouter maintenant un dernier terme qui la résume toute entière : c’est le te
28je accepté ? Déjà tout recommence. Car la durée n’ajoute rien à l’éternel. Ce pas petit et triomphal à peine fait, je le reper
26 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
29ait ; il lui manque quelque chose : pourra-t-on l’ajouter après coup ? On ne complète pas un acte avec des considérations sur c
27 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
30re, une vingtaine de volumes, à quoi nous pouvons ajouter dix-huit volumes de papiers posthumes, fut composée en l’espace de do
28 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
31Edschmid est d’une classe nettement supérieure. J’ajouterai même que c’est un bel éloge du talent de M. Malraux que de constater
29 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
32 en somme raison, tout au moins pour leur compte, ajouterons-nous. À chacun sa réalité : elle dépend du regard qu’on porte sur les
30 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
33el nous l’a décrit, mais auquel le génie chrétien ajoute une dimension humaine particulièrement émouvante. 7. Vies transfor
31 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
34 qui devait entraîner sa mort, à 36 ans, il avait ajouté de sa main, sur les épreuves de son dernier ouvrage, une conclusion q
35qui montent à l’assaut d’une Europe décadente, il ajoutait ces quelques phrases d’une sobre grandeur : En dépit d’un préjugé ro
32 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
36t incontinent que le premier de ces versets a été ajouté après coup. Il le retranche donc. Cela fait, nous dit-il, « le récit
33 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — En dernier ressort
37: il veut qu’elle soit la mesure de tout, mais il ajoute qu’elle est très rare, et il nous laisse très perplexes, etc. » Si le
34 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
38at de mensonge dans lequel vivait la bourgeoisie. Ajoutons tout de suite que cette vérité relative subsiste encore de nos jours
35 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Note sur un certain humour
39. Bien plus, il sait que l’affaire est réglée ; j’ajoute qu’il ne le sait qu’au plus fort du combat, une fois tous les risques
36 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
40tème radicalement imperméable au christianisme. J’ajoute aussitôt que c’est dans la mesure même où je le repousse, que je suis
37 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
41st-à-dire des vocations. Avec ce terme, Calvin n’ajoute rien à la réalité de l’homme chrétien, du membre de l’Église, mais il
42el qu’il soit, doit être obéi par chacun. Mais il ajoute une restriction mémorable, qui figure en particulier dans le serment
43Et je ne crois pas être infidèle à sa pensée en y ajoutant cette précision : ce n’est pas la forme d’un État qui compte, mais bi
38 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
44réconisent eux aussi toutes ces « valeurs », et y ajoutent celles de la race et de la nation, qui donnent à l’ensemble un dynami
39 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
45 à accueillir les savants et leurs découvertes, à ajouter des maillons à la chaîne sans fin. Nous le léguerons à l’avenir comme
46c, soit au fascisme ou à l’antifascisme. À quoi s’ajoute depuis peu une possibilité nouvelle et symbolique : les licenciés seu
40 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
47teur ! » — À quoi l’un des barthiens s’empressa d’ajouter : « Quoi qu’il en soit, d’ailleurs, de toutes ces métaphores, le seul
41 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
48’anarchie » (selon M. Truc), à quoi M. Chuzeville ajoute pour sa part l’étatisme absolu, le nationalisme, « l’individualisme e
42 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
49 Quand je dis qu’ils ont perdu leur sens, il faut ajouter aussitôt qu’on a le tort de leur en accorder bien davantage qu’ils n’
50onde ». C’est la formule fédéraliste. — Inutile d’ajouter que le salut temporel de l’Europe dépend de sa faculté d’opérer de te
43 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
51es aboutissements », écrit M. de la Rocque. Et il ajoute, non sans logique : « J’ai imposé la priorité au plan d’action ». Mai
44 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
52eurs dénoncé, ouvertement, et au nom de la foi. J’ajouterai cependant une remarque. Si je refuse d’adhérer pratiquement au social
45 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
53é et il faut d’abord qu’on le corrige. » Et Ramuz ajoute : « C’est comme moi. » C’est comme lui quand il écrit. Car sa vision
54c’est le contraire : s’il écrit « Autarchie », il ajoute aussitôt : — « comme ils disent ». Il ne manque jamais de s’excuser d
46 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
55à tout ; c’est un devoir de critique lucide, et j’ajouterai de critique méfiante, dans la mesure où les jeunes communistes vienne
47 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
56(Méditations sur l’Évangile, lve jour.) Bossuet ajoute : Vous vous étonnez de ce qu’on sépare ce que Jésus-Christ a mis ens
57ise véritable est bien cela pour nous aussi. Nous ajouterons une simple précision : elle est la « sûre dispensatrice des sacrement
58t. Aux formules de ce premier Concile de Nicée, s’ajoutent ensuite celles des Conciles d’Éphèse, de Chalcédoine, etc., etc. Puis
48 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
59ux causes illustrées par notre auteur, il faut en ajouter une troisième, qui les commande directement : celle d’un certain huma
49 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
60t de la véritable volonté de la nation… Pour moi, ajoutait-il, je viens faire appel à vous tous pour la troisième fois en trois
50 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
61réconisent eux aussi toutes ces « valeurs », et y ajoutent celles de la race et de la nation, qui donnent à l’ensemble un dynami
51 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
62écis que nous donne le dictionnaire, il nous faut ajouter une dizaine de sens parfois contradictoires, créés par la crise actue
52 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
63 tout ; c’est un devoir de critique lucide ; et j’ajouterai : de critique méfiante, dans la mesure où les jeunes communistes vien
53 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
64s organismes de la nation », dit Rosenberg. Et il ajoute que « la révolution (nationale-socialiste) ne serait guère qu’un épis
54 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Préambule
65vérité. Qui est la vérité à hauteur d’homme. Et j’ajouterai : à portée de la main. 57. Voir 1re partie, p. 137.
55 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
66e Goethe, ne vaut rien pour penser, il convient d’ajouter ici, dans le même sens, que la main seule ne vaut rien pour agir. « L
56 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
67te résistance que rencontre l’effort de l’esprit. Ajoutons que c’est une résistance anormale, maladive et qui appelle une action
57 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
68 qu’il nous a fait voir le monde pitoyable : sans ajouter à ce qui est, dire ce qui est comme un homme l’a senti, — c’est assez
58 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
69 ». À cette erreur totale sur les faits, M. Benda ajoute une erreur non moins grave d’interprétation, lorsqu’il rattache ces d
59 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
70ié, « divinisé » par les efforts de la religion s’ajoutant à ceux de la raison), et d’un christianisme absolu, qu’on déclare vol
60 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
71e que l’a poursuivie M. Albert Béguin, viennent s’ajouter, en 1937, des opportunités plus précises d’ordre culturel et littérai
61 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
72r à la brillante biographie de Stefan Zweig, et j’ajouterais : à toute l’œuvre récente du parfait disciple d’Érasme que se trouve
62 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
73ou dramatiques, à quoi l’auteur ne se prive pas d’ajouter quelques traces d’humour, comme pour purifier l’émotion. Mais pour qu
63 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
74 cet ordre dans des institutions. Est-il besoin d’ajouter d’ailleurs que ces déclarations ne visent nullement à affirmer l’exis
75e la libre et pleine expression des diversités. ⁂ Ajoutons, pour terminer, que, pas plus qu’on ne saurait sans les trahir, sépar
64 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
76sépulture, caché sous des feuillages brunis. Si j’ajoute que la porte d’entrée joint mal le seuil, tout s’explique sans peine
77 les routes et les allées de leurs jardins. Et il ajoute : « Dès mon retour à la maison, j’essaierai cela. La Toscane me paraî
65 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
78sépulture, caché sous des feuillages brunis. Si j’ajoute que la porte d’entrée joint mal le seuil, tout s’explique sans peine
79 les routes et les allées de leurs jardins. Et il ajoute : « Dèsmon retour à la maison, j’essaierai cela. La Toscane me paraît
80 d’avoir tiré le sel et mangent la pêche. J’avais ajouté deux ou trois jambes, donc, mais moi je n’en mange pas. Tantôt, ils s
81 ailleurs que dans l’« esprit de pauvreté ». Et j’ajoute aussitôt que la solution pratique de la misère réelle, celle qui est
66 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
82terminé : « Décrivez la maison de vos vacances… » Ajoutons que le jardinier s’appelle Simard, « Fernane », sa femme Marguerite,
83ité, voilà ce que j’ose froidement demander. Si j’ajoute qu’à mon sens, cela n’exclut nullement la nécessité d’avoir beaucoup
84ue l’état social est à peu près paradisiaque. » J’ajouterais peut-être ceci : En tout cas, tout péril fasciste est écarté d’emblée
67 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
85onheur, le problème devient insoluble dès que s’y ajoute la volonté moderne d’être le maître de son bonheur, ou ce qui revient
68 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
86oute qu’ils perdront le goût des études. À cela s’ajoute la grande difficulté d’obtenir des livres français, à cause du régime
87e France : copie des notes de ce journal. Je n’ai ajouté que ceci, en conclusion : « Chrétiens, retournez aux catacombes ! Vot
69 1938, Journal d’Allemagne. Conclusion 1938
88lheur de son pays, — ce qui est très juste. Et il ajoute : « Mais la pauvreté et le malheur ne peuvent expliquer que des phén
70 1938, Journal d’Allemagne. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
89ront à se décider ! Certains cercles protestants, ajoute-t-il avec un sourire, paraissent n’avoir point encore remarqué la natur
71 1938, Journal d’Allemagne. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
90t de la véritable volonté de la nation… Pour moi, ajoutait-il, je viens faire appel à vous tous pour la troisième fois en trois
72 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
91 veilles, oraisons, sueurs…  Et plus tard Luther ajoute : Mais mon cœur tremblait et s’agitait en songeant comment il pourra
92ur de Bâle) ; d’Ulrich Campell, pasteur de Coire. Ajoutons qu’en 1585, une délégation des cantons réformés se rendit en pèlerina
93nière peuvent saluer comme l’ancêtre commun, et j’ajouterais : comme le parrain de cette « défense spirituelle du pays » que nous
73 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
94n avoir tiré qu’un argument de tortionnaire. Vous ajoutez que je suis insensible à « cette éloquence passionnée, à cette beauté
74 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
95 Là-dessus, chacun fera ses petites observations, ajoutera ou retranchera. C’est un jeu de société qui en vaut bien un autre. Je
96ersonnelles. Je réserve les cas des meneurs. Et j’ajoute aux grands romanciers les directrices de magazines féminins, qui tien
75 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
97ette en vain, il me dit en me quittant : “Je vous ajoute à ma liste des mille e tre”. » C’étaient les femmes qu’il n’avait pas
76 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
98ues et des révélations d’ordre religieux, d’avoir ajouté foi aux pouvoirs irrationnels et de s’être dévoué, corps et âme, à la
77 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
99des et de venir en aide aux affligés ; « de plus, ajoute-t-il, il n’a pas établi sa demeure tout à fait à l’écart du monde, mais
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
100i pas toujours su nuancer le tableau. Un chapitre ajouté au livre VI, et d’innombrables corrections de détail, témoignent, je
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
101dif il est vrai) le Livre des deux Principes 30 s’ajoutant à la restitution d’un Nouveau Testament et de rituels utilisés par le
102 inconcevable sans le dogme catholique ; à quoi s’ajoutent des éléments de vocabulaire et de syntaxe dont l’origine est nettemen
103e ce que chaque mot signifie. » Il est vrai qu’il ajoute — boutade ou précaution ? — « car moi-même je suis embarrassé pour éc
104ù elles avaient été contraintes. » Le même auteur ajoute qu’à son avis, « il n’est pas question de voir dans la chasteté, ains
105 bras d’un autre homme que son mari, si ce n’est, ajoute-t-elle en riant, dans les bras du pauvre passeur qui vient de l’aider à
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
106’il y ait du sang et des morts dans une tragédie, ajoute Racine, il suffit que l’action en soit grande, que les acteurs en soi
107plomatiques. L’inclination réelle ou supposée n’y ajoute guère qu’un élément d’exquise perfection, de luxe heureux, dernière t
108t l’abbé Galiani. Des « débauchées de l’esprit », ajoute Walpole, donnant peut-être la meilleure formule du don-juanisme fémin
109l l’a payé de sa vie, voilà qui est clair. Mais j’ajouterai ceci, qui est non moins clair : quand sous prétexte de détruire l’art
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
110onheur, le problème devient insoluble dès que s’y ajoute la volonté moderne d’être le maître de son bonheur, ou ce qui revient
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
111 ne puis me défendre de pleurer… » Dès ce moment, ajoute le poète, « dura toujours l’amour de Girard et d’Elissent, pur de tou
112par l’erreur qui m’intéresse, qui signifie et qui ajoute un trait remarquable à mon tableau du xiie siècle, dans la mesure où
113ait la conquête esthétique du nord de l’Europe. » Ajoutons enfin ce trait impressionnant : « On sait que la thèse selon laquelle
83 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
114ve, c’est qu’à ces vingt-neuf sens, nous en avons ajouté d’autres sur lesquels plus personne ne s’entend. Tout le monde veut d
115a mesure, le seul devoir des intellectuels — et j’ajouterai : leur seul pouvoir — c’est donc de rechercher l’homme perdu. Or l’hi
84 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
116 viens de citer. Nous ne sommes pas convaincants, ajouterai-je, quand nous cherchons à faire au lieu d’un sermon simple, des conf
85 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
117urgent. C’est de quoi nous manquons le plus, et j’ajouterai : c’est de quoi nous savons le moins que nous manquons dangereusement
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
118est-à-dire des vocations. Avec ce terme, Calvin n’ajoute rien à la réalité de l’homme chrétien, du membre de l’Église, mais il
119el qu’il soit, doit être obéi par chacun. Mais il ajoute une restriction mémorable, qui figure en particulier dans le serment
120Et je ne crois pas être infidèle à sa pensée en y ajoutant cette précision : ce n’est pas la forme d’un État qui compte, mais bi
87 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
121 est grave, c’est qu’à ces 29 sens, nous en avons ajouté d’autres sur lesquels plus personne ne s’entend. Tout le monde veut d
122la mesure, le seul devoir des intellectuels, et j’ajouterai : leur seul pouvoir — c’est donc de rechercher l’homme perdu. Or l’hi
88 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
123nt découragés d’agir, de parler ou d’écrire. Et j’ajouterai : je connais bien des protestants que notre moralisme simpliste, notr
124it pas : il faut savoir leur donner un sens, leur ajouter un sens par un acte de l’esprit ; et y croire, par un acte de foi. Il
125caniquement de notre situation de fait : elle s’y ajoute. Notre foi l’y ajoute. Pourquoi un incroyant devient-il chrétien, et
126ituation de fait : elle s’y ajoute. Notre foi l’y ajoute. Pourquoi un incroyant devient-il chrétien, et se met-il un beau jour
89 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
127 les terres du Pacifique. On ne pouvait plus rien ajouter aux plus hauts gratte-ciel de New York, à ces grandiloquents témoins
90 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
128talien. À ces différences d’origine sont venues s’ajouter, par la suite, des différences de classe : l’Église baptiste est larg
91 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
129r abriter les hommes. Il n’est pas naturel de lui ajouter des étages. Car en tombant du quatrième, par exemple, on se tue. Mais
130ne peux te passer. Une grande force te viendrait, ajoutait-il, si plutôt que de t’user à lutter ainsi contre toi-même, tu ne lut
92 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Le silence de Goethe
131ifestations, — à quoi l’on ne s’est point privé d’ajouter quelques tomes depuis. Il convient de marquer toutefois qu’un pareil
93 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
132re, une vingtaine de volumes, à quoi nous pouvons ajouter dix-huit volumes de papiers posthumes, fut composée en l’espace de do
133ité : c’est là l’héroïsme chrétien… » Kierkegaard ajoute aussitôt : « … et avouons-le, sa rareté probable. » Car tout cela va
94 1944, Les Personnes du drame. Liberté et fatum — Luther et la liberté de la personne
134 lui l’homme naturel qui fait sa plainte. Mais il ajoute : « Il me faut confesser que cette pensée m’a blessé au plus profond
95 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Vues sur Ramuz
135é et il faut d’abord qu’on le corrige. » Et Ramuz ajoute : « C’est comme moi ». C’est comme lui quand il écrit. Car sa vision
96 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
136ues et des révélations d’ordre religieux, d’avoir ajouté foi aux pouvoirs irrationnels et de s’être dévoué corps et âme à la g
97 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
137ui suppose une force armée. » Le général Marshall ajoute : « Les gens qui parlent d’une guerre purement technique oublient le
98 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
138une nation étrangère, j’ai péché par stylisation. Ajouter des nuances à mon tableau n’arrangerait pas grand-chose à cet égard.
139 de prendre conscience. J’ai dit qu’ils rêvent. J’ajouterai qu’ils détestent celui qui vient les réveiller. Ils le tiennent pour
99 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
140 avril 1946)1 On m’écrit cela de Paris et l’on ajoute que je ferais bien de rentrer, sous peine de ne pas comprendre la réa
100 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
141ait offrir après une conflagration punitive ». Il ajoute qu’elles donnent à songer « à des choses vivantes et vermeilles, mali