1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1e !) Quelques autres se recueillent encore dans l’attente angoissée d’une révélation et dans la connaissance de leur misère. Pa
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2e curiosité donnée comme raison d’une perpétuelle attente »), — ce que l’auteur découvre c’est ce « merveilleux contraire » de
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3tendu. Pas plus « ailleurs » que sur ce « globe d’attente » comme dit Crevel. Pourtant, le plus irrévocable désespoir n’est enc
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
4le fond de ma pensée, je crois ce mépris et cette attente également exagérés. Vous savez bien que nous cherchons autre chose qu
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
5 en silence cette fumée, les yeux à terre, dans l’attente. Nous sommes assis autour d’une table et nous voyons, au milieu de la
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
6 toujours un peu plus haute que profonde ne fut l’attente, et lâche tout. C’est l’âme qui joue aux montagnes russes, mais voici
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
7nnel avec cette œuvre : Avant l’Aube comble cette attente, mais elle en fait naître une nouvelle. C’est, en effet, sous la form
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
8regret de ce qu’un tel titre ne réponde pas à son attente. Selon lui, c’est un « André Gide vu de Genève » qu’il nous faudrait.
9 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
9 en silence cette fumée, les yeux à terre, dans l’attente. Nous sommes assis autour d’une table et nous voyons, au milieu de la
10 toujours un peu plus haute que profonde ne fut l’attente, et lâche tout. C’est l’âme qui joue aux montagnes russes, mais voici
10 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
11du mystère, dans la puissante circonspection de l’attente ? Ô journées souabes, répandues dans la fraîcheur et l’âcreté des arb
11 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Le balcon sur l’eau
12 avec tendresse, et se retient… Et l’air chargé d’attente. Nos têtes immobiles sont près de se toucher, nos regards s’en vont à
12 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
13t que Dieu fait à tout homme qui n’a plus d’autre attente. Qu’on n’aille pas croire cependant que le barthisme est un « retour 
13 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
14cision, au lieu que l’homme des masses vit dans l’attente, la révolte et l’impuissance. Je pourrais encore vous montrer quelles
14 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
15rdonné des êtres et des choses, il découvre une « attente ardente ». Il sait qu’elle s’adresse en lui à ce qui de lui ressuscit
16ide à l’endroit des réalités naturelles et de l’« attente ardente » des créatures. De la séparation tragique, maintenant consom
17son orgueil haineux, renie le monde et trompe son attente ; et que le panthéisme, par un paradoxe dont nous avons tenté de suiv
15 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
18uz n’est pas un bourgeois. Il peut attendre : son attente est présence, et porte en soi sa justification. À ceux qui croient au
16 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
19cision, au lieu que l’homme des masses vit dans l’attente, la révolte et l’impuissance. La société que veut L’Ordre nouveau a p
17 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
20cision, au lieu que l’homme des masses vit dans l’attente, la révolte et l’impuissance. Je pourrais encore vous montrer quelles
18 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
21contraintes du passé, ni sur des lois, mais sur l’attente commune et enthousiaste d’un au-delà libérateur. Ce n’est plus le rêv
22nel, d’une révélation inouïe. Il s’agit donc de l’attente d’une communauté progressive. La réalisation historique de la premiè
19 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
23tien en tout temps : mort à soi-même, obéissance, attente active du Christ vivant, pensée « chrétienne ». Et ces témoins, ces v
20 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
24 la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Ni l’attente passive, ni l’ardeur messianique, ne sont plus aujourd’hui des attitu
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
25térielles différentes, mais ils ont répondu à une attente universelle religieuse, l’attente d’une nouvelle mesure, d’une nouvel
26t répondu à une attente universelle religieuse, l’attente d’une nouvelle mesure, d’une nouvelle image du monde où l’homme s’épr
27eux siècles, ces religions ne sauraient combler l’attente réelle. Elles ne sont pas une réponse nécessaire. Elles ne sont qu’un
22 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
28’une durée mauvaise a disjoint et altéré. « Car l’attente ardente de la création attend la révélation des enfants de Dieu, parc
23 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’Arche de l’Alliance
29comblerait trop tôt ou trop humainement la grande attente messianique. Point d’abstractions : c’est que le culte qu’il faut ren
24 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
30térielles différentes, mais ils ont répondu à une attente universelle, religieuse : l’attente d’une nouvelle mesure, d’une nouv
31répondu à une attente universelle, religieuse : l’attente d’une nouvelle mesure, d’une nouvelle image du monde où l’homme s’épr
32urs siècles, ces religions ne sauraient combler l’attente réelle. Elles ne sont pas une réponse nécessaire. Elles ne sont qu’un
25 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
33 qu’assure la pauvreté. Ce goût qu’elle donne à l’attente du lendemain et des signes providentiels. Et toutes les joies qui n’o
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
34e toute contrainte mauvaise, c’est trahir cette « attente ardente », cette question angoissée des bêtes et des plantes que l’ap
27 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
35as, consciente ou non, cette espérance ou cette « attente ardente de la créature », comme dit saint Paul. Mais alors, pourquoi
28 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
36; cette chose toujours neuve et nouvelle qu’est l’attente d’on ne sait quoi. Condition véritable de l’homme : il est celui qui
37ritable de l’homme : il est celui qui agit dans l’attente. Il attend des révélations. C’est évident ! Ses actions les plus pure
38pour gagner ma mort, je le sais bien. Toute notre attente imagine l’avenir — et l’imagine nécessairement sur fond de mort. (La
39sur fond de mort. (La jeunesse qui est l’âge de l’attente la plus ardente de la vie est aussi l’âge le plus familier avec la mo
40gestes se prolongent, et leur grandeur est dans l’attente qu’ils trahissent. Si le travail moderne est dégradant, c’est qu’on a
41on a limité ses gestes à l’immédiat, et borné son attente au salaire. Or toute vie est absurde et violemment inacceptable, qui
42violemment inacceptable, qui ne s’ouvre pas sur l’attente d’une révélation à venir, et d’une « consolation » finale. (Consolati
43ion des dissonances en un accord qui comble toute attente.)   7 avril Recette pour vivre de peu. La première condition c’est d
44 qu’est-ce que cela veut dire ? Je parlais de « l’attente ardente » des créatures, songeant au passage où l’Apôtre nous fait en
45nir à la banque. Ici, on a dû faire cette salle d’attente… » Autant que j’en puis juger d’après les propos du gérant, ce n’est
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
46; cette chose toujours neuve et nouvelle qu’est l’attente d’on ne sait quoi. Condition véritable de l’homme : il est celui qui
47ritable de l’homme : il est celui qui agit dans l’attente. Il attend des révélations. C’est évident ! Ses actions les plus pure
48pour gagner ma mort, je le sais bien. Toute notre attente imagine l’avenir, et l’imagine nécessairement sur fond de mort. (La j
49sur fond de mort. (La jeunesse qui est l’âge de l’attente la plus ardente de la vie est aussi l’âge le plus familieravec la mor
50gestes se prolongent, et leur grandeur est dans l’attente qu’ils trahissent. Si le travail moderne est dégradant, c’est qu’on a
51on a limité ses gestes à l’immédiat, et borné son attente au salaire. Or toute vie est absurde et violemment inacceptable, qui
52violemment inacceptable, qui ne s’ouvre pas sur l’attente d’une révélation à venir, et d’une « consolation » finale. (Consolati
53ion des dissonances en un accord qui comble toute attente…) 7 avril 1934 Recette pour vivre de peu. La première conditio
54à toute la création, longtemps trompée dans son « attente ardente » ! 21 mai 1934 Pêche aux crevettes. — Pendant les jou
55 qu’est-ce que cela veut dire ? Je parlais de « l’attente ardente » des créatures, songeant au passage où l’Apôtre nous fait en
56nir à la banque. Ici, on a dû faire cette salle d’attente… » Autant que j’en puis juger d’après les propos du gérant, ce n’est
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
57e toute contrainte mauvaise, c’est trahir cette « attente ardente », cette question angoissée des bêtes et des plantes que l’ap
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
58 qu’elle attend au contraire de lui, dans cette « attente ardente » dont parle Saint Paul. L’ennui sera la condition des hommes
32 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
59du mariage dans une perspective ouverte et dans l’attente — heureuse ou malheureuse — du parfait. Je sais que je tente une entr
33 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
60 il voudrait se perfectionner en français, dans l’attente d’une situation. Il craint d’ailleurs de n’en point trouver, n’étant
34 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
61ns, précipitant des hommes mal réveillés vers des attentes inexplicables sous la pluie. Mangeailles, arrêts, ahans, monotonie, i
35 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
62stianisme fondait une société ouverte, liée par l’attente unanime d’un au-delà libérateur. « Les choses vieilles sont passées »
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
63tte dès le seuil du conte dans l’état passionné d’attente où naît l’illusion romanesque. D’où vient ce charme ? Et quelles comp
64effets avec ceux de l’exigence romanesque et de l’attente du lecteur) — cet obstacle n’est-il qu’un prétexte, nécessaire au pro
65re. Le bonheur des amants ne nous émeut que par l’attente du malheur qui le guette. Il y faut cette menace de la vie et des hos
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
66rituel. Ce sont Mesure, Service, Prouesse, Longue Attente, Chasteté, Secret et Merci, et ces vertus conduisent à la Joie, qui e
67ules à d’autres fins que les troubadours ? Dans l’attente de recherches plus approfondies sur tous ces points, bornons-nous à r
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
68du mariage dans une perspective ouverte et dans l’attente — heureuse ou malheureuse — du parfait. Je sais que je tente une entr
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
69n, je ne vois aucune raison de décevoir une telle attente. Mais attention ! Cette interrogation pressante, il ne s’agit pas de
70contraintes du passé, ni sur des lois, mais sur l’attente commune et enthousiaste d’un au-delà libérateur. Ce n’est plus le rêv
71nel, d’une révélation inouïe. Il s’agit donc de l’attente d’une communauté progressive. La réalisation historique de la premièr
40 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
72ns attendre un vrai réveil des hommes… Mais cette attente encore, qu’elle ne soit point passive parmi les vigilants, les surviv
41 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — L’Art poétique de Claudel
73’une durée mauvaise a disjoint et altéré. « Car l’attente ardente de la création, attend la révélation des enfants de Dieu, par
42 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
74 Journal d’attente Pardigon, Côte des Maures, avril 1939 Ceux qui tiennent un jou
75i, pour la première fois, une espèce de journal d’attente, — comme on parle d’une salle d’attente. Entre deux trains, entre deu
76journal d’attente, — comme on parle d’une salle d’attente. Entre deux trains, entre deux œuvres, mais surtout : — entre l’espèc
77mps, pour vingt-quatre heures, une plénitude de l’attente. D’ici là, plus rien ne comptera que par rapport à ce plaisir qui vie
78ndez-vous au-delà du monde, et l’entretien de son attente ardente ? Si j’y croyais vraiment, sans cesse, je serais heureux sans
79tant libre et allègre, ouvert sur la seule grande Attente… À l’œuvre donc, advienne que pourra ! Que l’été nous apporte — c’est
80je mets ici un point final à ce journal de petite attente. Il faut juger notre vie par sa fin, pour mesurer l’importance relati
43 1946, Journal des deux Mondes. Intermède
81 peuple des monts et des vallées — tremble dans l’attente orageuse — sous un ciel d’angoisse et de haine ! — Malheur sur nous !
44 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
82ns, précipitant des hommes mal réveillés vers des attentes inexplicables sous la pluie. Mangeailles, arrêts, ahans, monotonie, i
83Il faut que chacun se batte à sa place. Et dans l’attente d’un combat qui tarde encore, il faut que chacun travaille à renforce
84’homme qui était tombé du 10e). De nouveau, cette attente épuisante… Je m’amuse à recopier des notes éparses dans mes carnets o
45 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
85 sans histoire : on s’en tire avec trois heures d’attente. Et voici la France dite libre. Si l’on traverse en autocar la partie
46 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
86r. Beaucoup passent leurs nuits dans des salles d’attente, sachant qu’il ne vient plus de trains, dormant le long des jambes et
47 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
87 10 octobre 1941 Mon séjour se prolonge dans l’attente d’un visa de retour aux États-Unis. Téléphoné ce soir à Mme B. Je m’e
48 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
88ous tenté de regarder ailleurs ? La France « en attente » Ne vous y trompez pas. Le monde entier, comme nous-mêmes, attend
89e l’a tenu dans le passé. Mais la France est « en attente ». En attente de quoi ? Du conflit qui « devient » fatal si on ne fai
90s le passé. Mais la France est « en attente ». En attente de quoi ? Du conflit qui « devient » fatal si on ne fait que l’attend
49 1947, Le Figaro, articles (1939–1953). Le droit d’opposition (3 avril 1947)
91tov demande le temps de réfléchir. Pour occuper l’attente, la presse soviétique se livre à d’habiles variations sur un thème pr
50 1947, Doctrine fabuleuse. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
92. Si le héros n’est pas glorieux, qui le sera ? L’attente des masses sera trompée, nous savons bien qu’elles ont besoin d’admir
51 1947, Doctrine fabuleuse. Le supplice de Tantale
93ar à gagner, l’on perd toujours quelque chose : l’attente, l’espoir, la nostalgie du gain. Supposons un individu qui aurait dés
94siré si longtemps que tout son être en fût devenu attente, espoir et nostalgie. Cet être-là mourrait nécessairement, et par déf
52 1947, Doctrine fabuleuse. La fin du monde
95e que sa fin s’approche, notre foi diminue, notre attente faiblit. La primitive Eglise, au début de notre ère, vivait dans la p
53 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
96d’un pin. Ce qui lui arrive est solennel, comme l’attente du pays sous le ciel orageux. Oui, c’est bien cela qu’il sent, il ne
54 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
97s grande. Mais les problèmes sont analogues, et l’attente des peuples est la même. « Oui, l’idée d’une commune patrie ne nous e
55 1948, Suite neuchâteloise. IV
98s, créant notre avenir aussi, parce qu’il ouvre l’attente ardente de sa résolution — de son pardon. Jours de nos vies, comptés
56 1948, Suite neuchâteloise. VII
99d’un pin. Ce qui lui arrive est solennel, comme l’attente du pays sous le ciel orageux. Oui, c’est bien cela qu’il sent, il ne
57 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
100its de leur succès : il dépasse de beaucoup notre attente. À ce même chapitre, nous voulons inscrire dès maintenant nos deux de
58 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
101 leur salut. L’assaut fut décidé après des mois d’attente. Byzance fut mise à sac. Les produits du pillage s’élevèrent après tr
59 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
102. Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de tramways, les installations d’éclairage et de téléphone, les route
60 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
103orité des Suisses à persister dans une position d’attente. « Chat échaudé craint même l’eau froide. » Cependant, le Conseil féd
61 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
104 leur salut. L’assaut fut décidé après des mois d’attente. Byzance fut mise à sac. Les produits du pillage s’élevèrent après tr
62 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
105t essentiellement intempestif — niant le temps, l’attente, les conditions données et substituant impatiemment à l’objet de son
63 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
106œuvre austère et dure, qui ne concède rien ni à l’attente du public ni à celle des critiques, ni même au style de sa récente pé
64 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
107ètes s’ouvre alors le temps du salut : temps de l’attente active, de l’espérance patiente et de la foi dans un retour unique du
108core intact, foisonnant d’imprévus réalisables, l’attente réalisante d’une ferme vocation. 55. La première société d’histoir
65 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
109 communauté occidentale ; — ou bien, contre toute attente, c’est l’URSS qui gagne, non sans avoir reçu des coups très rudes, et
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
110 pourtant sauver l’héritage de Socrate, exaucer l’attente des Prophètes, et créer cette Église qui assumerait les structures de
111Création, telle qu’elle attend de nous « dans une attente ardente », d’être aimée et connue, et finalement rachetée par la révé
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
112 essentiellement intempestif, — niant le temps, l’attente, les conditions données et substituant impatiemment à l’objet de son
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
113ètes s’ouvre alors le temps du salut : temps de l’attente active, de l’espérance patiente, et de la foi dans un retour unique d
114core intact, foisonnant d’imprévus réalisables, l’attente réalisante d’une ferme vocation. Dans un ouvrage de Mircea Eliade auq
69 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). … Et dona ferentes (Remarques sur la diffusion inégale de nos valeurs et de nos produits)
115: « Car la création tout entière attend, dans une attente ardente, la révélation des enfants de Dieu. » (Rom. 8-19) Quant à nos
70 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
116tion devient ignoble parce que jouée. (Imaginez l’attente du condamné passé vedette.) Et la photo devient ignoble parce que sér
71 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
117ici présent n’a pu écouter, je pense répondre à l’attente de tous en essayant de reconsidérer la nature, la fonction de notre C
72 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — L’amour même
118enir. Le désir du regard intuitif est appel, donc attente agissante d’une réponse, et, par suite, de l’échange qui est l’action
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
119 peut-être, à une imposante Confédération. Cette attente, ce peut-être, comment les justifier devant les menaces immédiates qu
74 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
120 décidée à transformer en réalités immédiates une attente frustrée depuis plus de six siècles. Le temps des plans qui n’ont pas
75 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
121s n’avons simplement pas le droit de répondre à l’attente des jeunes nations et de la jeunesse soviétique plus qu’on ne le croi
76 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
122 Afin de répondre aux vœux ainsi exprimés, et à l’attente de nombreux enseignants, des stages de formation de formateurs ont ét
77 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
123le adéquate, dosant ce que l’on savait faire et l’attente supposée du public. Mais un livre, c’est bien autre chose. Comment éc
78 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — Les paradoxes de la vie économique
124. Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de tramways, les installations d’éclairage et de téléphone, les route
79 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jean Paulhan (19-20 octobre 1968)
125ne sur le tombeau de notre ami. Telle était notre attente et sa folle exigence ; en ce temps-là. Elle s’adressait à cela dans l
80 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
126 leur salut. L’assaut fut décidé après des mois d’attente, Byzance fut mise à sac. Les produits du pillage s’élevèrent après tr
81 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Culture et technique en Europe et dans le monde
127ndamentale : « La création tout entière, dans une attente ardente, attend la révélation des fils de Dieu, avec l’espérance qu’e
82 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Le Dialogue des cultures
128jours être déterminé au point d’intersection de l’attente des auditeurs et des soucis majeurs de celui qui leur parle. Or quels
83 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
129saint Paul : « La création tout entière, dans une attente ardente, attend la révélation des fils de Dieu. » Il en résulte que l
84 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Pourquoi j’écris (30-31 janvier 1971)
130uand beaucoup plus tard, essayant de répondre à l’attente des interviewers, on met au point quelques demi-mensonges, l’importan
85 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
131éceler des maladies comme le cancer, c’est dans l’attente secrète de l’individu et la formule de sa relation avec les autres qu
86 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — L’avenir sensible au cœur
132éceler des maladies comme le cancer, c’est dans l’attente secrète de l’individu et la formule de sa relation avec les autres qu
87 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Les variétés de l’expérience communautaire
133us créateur, elles ne répondraient pas encore à l’attente communautaire de l’Occident. Et cela tient aux structures mêmes de to
134ssible et même achevée, de quoi vivrait-on dans l’attente des récoltes de l’an prochain ? Ce n’est pas non plus s’emparer du po
88 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
135nciatrice du proche avenir européen. Contre toute attente des sceptiques et des réalistes du reste de l’Europe, l’Espagne a res
89 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
136eprésentations exagérément pessimistes, et dans l’attente d’une réunion des peuples européanisés depuis mille ans, quelles sont
90 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Annexes
137nciatrice du proche avenir européen. Contre toute attente des sceptiques et des réalistes du reste de l’Europe, l’Espagne a res
91 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
138ier verset) : La création tout entière, dans une attente ardente, attend la révélation des fils de Dieu. Car la création a été
92 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
139 Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)u