1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
1nt ils bafouillent leur « par cœur non compris ». Aux yeux de beaucoup de gens, la passion est aveuglante : cela tient pour une bon
2quand on leur dit que la Suisse est caractérisée, aux yeux de l’étranger impartial, par sa culture intensive et extensive des veaux
2 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
3iants, voilà qui suffira peut-être à le justifier aux yeux de quelques-uns. Paris, avril 1930. 13. C’est ici que paraît tout-de-m
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4nt pour qu’on les relève. Elles : des Vénitiennes aux yeux de plaine, comme les autres ont des yeux de mer. Des grâces d’amazones a
5ir tous par soi-même. Et c’est alors seulement qu’aux yeux de ceux qui surent désirer de la voir, apparaît la « Loge » invisible. J
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
6 ou qui expliqueront dès l’abord, et légitimeront aux yeux de beaucoup, le choix des œuvres exposées. Il ne s’agit nullement de pré
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
7a point empêché ces trois romans de faire figure, aux yeux de beaucoup, de livres « bien protestants ». Je serais même tenté de dir
8nt au jour leurs faussetés et qu’ils se trouvent, aux yeux de l’esprit, le plus durement jugés. Était-ce affaiblissement de notre f
9tuel du protestantisme du xixe siècle se réduit, aux yeux de nos contemporains, à un moralisme libéral. Nous savons ce qu’une tell
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
10nquant de quelque chose. Or, ce « quelque chose » aux yeux de la foi, constitue sa raison d’être. Il n’y a pas de neutralité du mon
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
11son intérêt humain. Et si tout cela reste absurde aux yeux de ceux pour qui seule compte certaine « originalité » dans l’ordre — au
8 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
12t possible que du même, — et le paradoxe apparaît aux yeux de ceux pour qui la religion n’est qu’assurance, comme une dérision dése
9 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
13nt pour qu’on les relève. Elles : des Vénitiennes aux yeux de plaine, comme les autres ont des yeux de mer. Des grâces d’amazones a
14ir tous par soi-même. Et c’est alors seulement qu’aux yeux de ceux qui surent désirer de la voir, apparaît la « Loge invisible ». J
10 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
15nuire, que peut bien représenter un parlementaire aux yeux de celui qui le nomme ? Plus rien qu’une machine à recommandation inutil
11 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
16l’on s’accorde à tenir pour malade actuellement ? Aux yeux de certains humanistes, peut-être. Aux yeux du chrétien, non ; le confli
17 à l’homme des assurances. Car l’humanisme n’est, aux yeux de la foi, qu’une vaste entreprise d’assurance-vie. L’humaniste pourra r
12 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
18 dans les choses, un mystère inquiétant se révèle aux yeux de celui qui sait voir parce que, mieux que d’autres, il sait aimer. Et
13 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
19 dans les choses, un mystère inquiétant se révèle aux yeux de celui qui sait voir, parce que, mieux que d’autres, il sait aimer. Et
14 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
20: 1° La crise actuelle est en train de manifester aux yeux de beaucoup de Français l’impuissance des vieilles formules marxistes ou
15 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Humanisme et christianisme
21l’on s’accorde à tenir pour malade actuellement ? Aux yeux de certains humanistes, peut-être. Aux yeux du chrétien, non ; le confli
22 à l’homme des assurances. Car l’humanisme n’est, aux yeux de la foi, qu’une vaste entreprise d’assurance-vie. L’humaniste pourra r
16 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
23aturel. Par là même, elles sont mieux justifiées, aux yeux de l’incroyant du moins, que les prétentions du fascisme, fondées sur un
17 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
24 vocation, — qui caractérisera le monde bourgeois aux yeux de l’historien personnaliste, encore que très peu de bourgeois aient eu
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
25ntendus se donnent libre cours. Le « spirituel », aux yeux de la grande masse, est à peu près synonyme d’impuissance, et il est mép
19 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
26urs de la lumière. Le sens du passé n’apparaît qu’aux yeux de qui sait voir les aboutissements actuels dans une perspective ouverte
20 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
27ient la garantie d’une distinction qui les honore aux yeux de la nouvelle société. En effet, cette nouvelle société est celle des b
21 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
28 source de l’angoisse d’un peuple, et d’incarner, aux yeux de ce peuple, une réponse libératrice.) Personne n’a davantage que l’All
22 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
29des modes actuels de la propriété peut obscurcir, aux yeux de mes contemporains, les liaisons essentielles du communisme et du capi
23 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
30notre liberté est défini par cette contradiction. Aux yeux de Dieu, notre acte est seulement restaurateur. À la mesure de sa violen
24 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
31aient également de la fantaisie la plus échevelée aux yeux de la science d’avant Einstein… Tout ceci tendait à prouver que le probl
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
32 refusons à voir, à dire, à illustrer, à incarner aux yeux de tous les grandes et fortes raisons de notre neutralité, celle-ci sera
26 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
33ut prévu, — peut aussi tout changer en un instant aux yeux de l’homme, sans que rien soit changé de ce qu’a décidé Dieu, de ce qu’i
34rature et scolastique. Il n’en reste pas moins qu’aux yeux de la raison, — cette folle comme le répète Luther, — ce que nous nommon
27 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
35 presse, un « intellectuel en chômage. » (Écrire, aux yeux de ces paysans, ne signifie proprement rien. S’ils ont un peu de respect
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
36e que rien ne paraît motiver aux yeux d’autrui ou aux yeux de ma raison ? Et si je n’avais pas une croyance secrète et puissante en
29 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
37 perspective, caractérise fort bien l’opposition. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois un sacrilège, un crime cont
30 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
38lement impartageable et indicible, qui s’opposait aux yeux de Kierkegaard à un mariage heureux selon le monde. Ici l’obstacle indis
39u de l’absurde », c’est une scandaleuse tricherie aux yeux de qui ne croit pas à l’absurde ; mais c’est plus qu’une synthèse, et in
31 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
40Le Christ n’est pas mort en héros, mais en paria, aux yeux de sa nation. Comme je sortais, vivement impressionné par le courage sér
32 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
41ps refoulée et niée. L’histoire de l’après-guerre aux yeux de nos descendants sera peut-être moins l’histoire des traités et de leu
42artir de laquelle il n’y a plus ni Juifs ni Grecs aux yeux de l’esprit. Elle ne demande pas : que crois-tu ? qu’espères-tu ? mais e
33 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
43, pour se confondre avec cet Indicible qui reste, aux yeux de la chair, le pur Néant. Ainsi, le terme de la quête romantique, à tra
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
44attrait nocturne des sexes. Le grand Jour incréé, aux yeux de la chair, n’est que la Nuit. Mais notre jour, aux yeux du dieu qui ré
45nt sanctionner après coup tout ce que condamnent, aux yeux de Gottfried et des hérétiques de son temps, l’Évangile « pur » et la gn
46e du jugement de l’Église et du siècle, complices aux yeux de Gottfried et des cathares. Mais ceci jette un jour assez étrange sur
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
47ables de rien, leur passion étant inavouable tant aux yeux de la société (qui la réprouve comme un crime) qu’à leurs yeux propres (
48hart figura l’hérésie que j’appelle « orientale » aux yeux de Ruysbroek l’Admirable. ⁂ Ruysbroek se montre impitoyable contre celui
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
49 perspective, caractérise fort bien l’opposition. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois un sacrilège, un crime cont
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
50 Mais cette « raison » est tout à fait inefficace aux yeux de qui préfère le mythe et veut croire aux révélations de la passion. O
51lement impartageable et indicible, qui s’opposait aux yeux de Kierkegaard à un mariage heureux selon le monde. Ici l’obstacle indis
52u de l’absurde », c’est une scandaleuse tricherie aux yeux de qui ne croit pas à l’absurde ; mais c’est plus qu’une synthèse, et in
38 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
53el ? Question stupide et irritante, n’est-ce pas, aux yeux de qui refuse d’envisager la vie comme une totalité orientée par l’espri
54ir refusées, avant qu’elles montrent leurs effets aux yeux de tous. « Mea culpa » des pacifistes, qui n’ont pas su imaginer le mal
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. Neutralité oblige, (1937)
55 refusons à voir, à dire, à illustrer, à incarner aux yeux de tous les grandes et fortes raisons de notre neutralité, celle-ci sera
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
56, comment justifier encore, dans cette guerre-ci, aux yeux de l’Europe et à nos propres yeux, notre situation privilégiée de neutre
57ue de la Suisse, c’est de défendre et d’illustrer aux yeux de l’Europe le principe du fédéralisme ; principe, notons-le bien, radic
41 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
58r de cette manière convoiteuse, il se trouvait qu’aux yeux de Dieu c’était le mal, c’était contrevenir au plan d’ensemble et aux or
59 et le Mal en soi ne sont réellement distincts qu’aux yeux de Dieu — pas même aux yeux du Diable, toujours la dupe d’un acte de cha
60ion de nos erreurs hors de nous-mêmes, obnubilant aux yeux de notre orgueil la Création parfaite et la figure du Diable. C’est plus
61l paraît dangereux. Sa propre action le dissimule aux yeux de celui qu’elle domine. Il s’évanouit dans son succès, et son triomphe
42 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
62’espèce de douceur médiumnique dont il la revêtit aux yeux de son peuple. De l’aventure connue sous le nom d’hitlérisme, dégageons
43 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
63de la foi ou du mal absolu. Ce qui paraît absurde aux yeux de la raison, la foi l’accepte comme étant la position d’une réalité éte
44 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
64 et décrétant qu’il n’est plus d’autre vérité. Or aux yeux de ceux qui les servent, l’homme n’existe qu’en elles et par elles. Dans
65as le geste de manger une pomme qui était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révol
45 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
66une apparence moyen-âgeuse qui le rend inoffensif aux yeux de la plupart d’entre nous. Car si le Diable est simplement le démon rou
46 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
67as le geste de manger une pomme qui était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révol
47 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
68r de cette manière convoiteuse, il se trouvait qu’aux yeux de Dieu c’était un mal… Ainsi la tentation est toujours utopie — si l’ut
48 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
69et décrétant qu’il n’est plus d’autre vérité. Or, aux yeux de ceux qui les servent, l’homme n’existe qu’en elles et par elles. Dans
49 1944, Les Personnes du drame. Introduction
70 cachée avec le Christ en Dieu » — et ce n’est qu’aux yeux de la foi que certains de nos actes apparaissent comme attestant notre o
50 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Le silence de Goethe
71son intérêt humain. Et si tout cela reste absurde aux yeux de ceux pour qui seule compte certaine originalité dans l’ordre — au mie
51 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
72oire, la dialectique, finalement l’homme lui-même aux yeux de l’homme. Il a voulu chasser du monde le paradoxe et le scandale du so
52 1944, Les Personnes du drame. Liberté et fatum — Luther et la liberté de la personne
73out prévu — peut aussi tout changer en un instant aux yeux de l’homme, sans que rien ne soit changé de ce qu’a décidé Dieu, de ce q
74ure et scolastique67. Il n’en reste pas moins qu’aux yeux de la raison — cette folle, cette fille publique, comme le répète Luther
75ois dans cette volonté de se réduire à un absurde aux yeux de qui refuse sa décision. Mais alors on peut se demander si ceux qui r
53 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
76, pour se confondre avec cet Indicible qui reste, aux yeux de la chair, le pur Néant. Ainsi le terme de la quête romantique, à trav
54 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
77elle qu’elle s’offre en Allemagne et aujourd’hui, aux yeux de ceux qui doivent en décider. Une anecdote la résumera. Dans une ville
55 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
78torité effective. Elles cesseront de s’identifier aux yeux de l’homme de la rue à une certaine classe sociale, à un ordre établi, o
56 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
79 équipes. Mais sans doute ne l’a-t-elle gagnée qu’aux yeux de l’opinion publique. Les vrais arbitres restent les savants. Or, les s
57 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
80ont pas toujours, car leur folie devient évidente aux yeux de tous. » Berne, avril 1940 L’arme secrète de la démocratie, c’es
58 1946, Journal des deux Mondes. Intermède
81ar Hitler. Je suis conscient du léger ridicule qu’aux yeux de beaucoup présentera cette comparaison, pourtant valable dans le détai
59 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
8228 août 1940 La « route de Lisbonne » restera, aux yeux de l’historien futur, l’un des symboles les plus typiques de l’an de grâ
60 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
83ée… Cette réélection de Roosevelt sera sans doute aux yeux de l’histoire la première victoire sur Hitler. Ah ! pourvu qu’on le sach
61 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
84elle qu’elle s’offre en Allemagne et aujourd’hui, aux yeux de ceux qui doivent en décider. Une anecdote la résumera, que je viens d
62 1947, Doctrine fabuleuse. La fin du monde
85 Le Bas Empire ne fut « bas », en son temps, qu’aux yeux de ceux qu’une réalité nouvelle illuminait. Sans la vie, que dire de la
63 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
86ens de suggérer, compte davantage que le jugement aux yeux de l’Américain moyen et de l’écrivain qui se propose de l’atteindre. Peu
64 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
87ù des centaines de femmes, par tablées, composent aux yeux de l’étranger qui s’égare dans ce lieu réservé, le spectacle le plus inq
88imité, celle-ci n’existant pas en règle générale. Aux yeux de la morale courante, il apparaît bien moins sous l’aspect d’un désordr
65 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
89r les visas ne signifient rien ou pas grand-chose aux yeux de l’Immigration Service qui vous examinera au port. (C’est ce que le Co
66 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
90e l’homme et de la liberté. Ce point de vue passe aux yeux de certains pour réaliste. Je le qualifie pour ma part d’utopiste. Je di
91e qui caractérise notre temps restera sans doute, aux yeux de l’historien, l’emploi simultané de certaines expressions telles que d
67 1948, Suite neuchâteloise. I
92n, tout devient si complexe et souvent si bizarre aux yeux de la plupart des étrangers, qu’on en reste soi-même étonné. Principauté
68 1948, Suite neuchâteloise. IV
93e toute autre considération sur ce sujet semblait aux yeux de mon père indigne d’une pensée. Et certes, il n’en parlait jamais. Le
69 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
94mprendre une attitude qui risque de se confondre, aux yeux de nos militants, avec une volonté sournoise de sabotage. Les Britanniqu
70 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
95e prudents ? Si nous craignons d’aller trop vite, aux yeux de l’expérience d’autres époques et d’une sagesse bien éprouvée (dans to
71 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
96e 1950)g I Comment allons-nous justifier, aux yeux de l’Europe qui essaie de se fédérer, cette raison de nous tenir à l’éca
72 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Le drame de la liberté, aujourd’hui
97lument impossible de discuter, ce qui est évident aux yeux de tous, des deux côtés, c’est que nous voulons la liberté, et que les a
73 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
98i à ses tâches. Les activités culturelles n’étant aux yeux de nos gouvernements — et c’est normal — qu’une espèce de mal nécessaire
74 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
99int mort. Mais pendant ce temps la voiture roule. Aux yeux de beaucoup, l’élan fédéraliste s’est épuisé, puisque plus rien ne bouge
100 Tout cela résulte d’une longue préparation. Mais aux yeux de l’opinion publique, tout cela vient de se produire en quelques mois,
101ous en faveur de l’union : il la fait apparaître, aux yeux de certains, comme un expédient défensif qu’il fallait accepter in extre
102nonceraient à tout ce qui rend leur aide suspecte aux yeux de certains, quand la paix entre les deux blocs serait non seulement déc
75 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
103e. S’il doit en être ainsi, la faute en retombera aux yeux de l’Histoire, non sur les Russes, non sur les Asiatiques, encore moins
76 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
104ianisme officiel, de nos jours, joue de la sorte, aux yeux de Kierkegaard, le même rôle que le roi Claudius aux yeux d’Hamlet. Seul
105nous voyons Hamlet, comme Kierkegaard, se noircir aux yeux de la jeune fille, prétendre qu’il ne l’aime pas, lui tenir les propos l
77 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
106i à ses tâches. Les activités culturelles n’étant aux yeux de nos gouvernements — et c’est normal — qu’une espèce de mal nécessaire
78 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
107vie sociale. Tout d’abord, la science est devenue aux yeux de l’homme moyen du xxᵉ siècle une réalité étrangement ambivalente : à l
79 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
108e originels. Deux images matérielles illustraient aux yeux de tous sa position de fait et le sens permanent de son destin. À Genève
109inconsciente, n’apparaissaient pas nécessairement aux yeux de ceux qui les vécurent. À regarder de très près les circonstances de l
80 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
110es salaires et des contrats de travail constitue, aux yeux de la bourgeoisie, leur raison d’être principale, mais on vient de voir
81 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
111n idée. Mais elle compromettrait cette idée même, aux yeux de l’Europe et du monde, en cessant avant l’heure de se montrer fidèle à
82 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
112tatives de s’y arracher, tout chargés de prestige aux yeux de l’Européen et d’un pathos qui ne saurait tromper, ils représentent da
83 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
113té, comme au terme d’une aride ascension s’ouvrit aux yeux de Balboa l’autre Océan. Oportet haereses esse ! La percée commença vers
114et durables »27. Voilà ce qui reste de la matière aux yeux de la science d’aujourd’hui. Si la base du matérialisme était moins la m
84 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
115son refus tacite de « déstaliniser » peut prendre aux yeux de certains un air d’indépendance : ne serait-ce pas le seul moyen « con
85 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
116toutes pièces, comme justifiant la thèse du livre aux yeux de l’auteur, qui a dit à peu près le contraire. On juge ses vues « super
86 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
117nmoins, vous voilà compromis et condamné d’avance aux yeux de l’opinion si jamais votre Europe fait mine de résister aux libérateur
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
118tant le sort commun, tuer n’est vraiment grave qu’aux yeux de l’ignorance. Qu’on découpe la victime en tranches ou qu’on l’épargne,
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
119s, dans le corps d’un homme à telle date, atteste aux yeux de l’esprit la signification et la réalité de la chair et de la matière,
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
120atives de s’y arracher, tout chargés de prestiges aux yeux de l’Européen et d’un pathos qui ne saurait tromper, ils représentent da
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
121n de signifier à ses yeux ce qu’il peut signifier aux yeux de ses détracteurs. L’or était tout d’abord un symbole, comme pour l’alc
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’exploration de la matière
122té, comme au terme d’une aride ascension s’ouvrit aux yeux de Balboa l’autre Océan ? Oportet haereses esse ! La percée commença ver
123et durables63. » Voilà ce qui reste de la matière aux yeux de la science d’aujourd’hui. Si la base du matérialisme était moins la m
92 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
124 peut paraître une habileté politicienne (frisant aux yeux de certains la légèreté et même la mauvaise foi) ou au contraire une naï
93 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
125e cesse d’être vague que pour devenir inquiétante aux yeux de beaucoup.   2. Éliminons d’abord toute espèce de risques de malentend
94 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
126s, il n’y aurait pas non plus de nouvelles, et qu’aux yeux de l’homme de la rue, il ne se passerait plus rien dans le monde. En ter
95 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
127 suffit pas à changer leur nature, mais la masque aux yeux de la masse : il l’empêche en effet de déployer toutes ses virtualités,
96 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
128erdrait tout sens. Le temps lui-même est supprimé aux yeux de l’esprit. Mais à l’époque des Conciles, pour la première fois, il sem
97 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
129f et quatorze ans apparaissent des fillettes qui, aux yeux de certains voyageurs médusés, deux fois ou plusieurs fois plus âgés qu’
130’est-elle pas un tabou bien autrement redoutable, aux yeux de l’écrivain et du lecteur, que toute espèce d’inceste ou de passion ma
131is guère d’autres interdits vraiment redoutables, aux yeux de l’homme du xxe siècle, que ceux que la Science et l’Hygiène pourraie
98 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
132ture spirituelle aux yeux du corps, ou corporelle aux yeux de l’esprit ? Ou les deux à la fois ? Ou bien ni l’un ni l’autre ? Toute
99 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
133re en français, langue de théâtre par excellence, aux yeux de Conrad. Le manuscrit, non terminé, fut déposé plus tard en Suisse, ch
100 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
134même un risque plus qu’humain, le mariage est ici aux yeux de Nietzsche « une conception surhumaine qui élève l’homme ». Mais combi