1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
1monie entre le climat des sentiments et celui des campagnes désolées où ils se développent. Paysages tristes et sans violence, au
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
2n action et ne disparaisse à tout jamais dans les campagnes, tirant le meilleur parti possible de l’exercice ; car il ne manque à
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
3ut pouvoir lire, écrire et compter pour suivre la campagne électorale, voter et truquer légalement les votes. Ensuite, il faut d
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4oches du mal de mer. À la nuit, j’ai rôdé dans la campagne aux collines basses, d’apparence rocheuse — ce sont des restes de vol
5 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
5tes, monotones et aiguës, comme la pluie dans les campagnes au printemps. Ou encore : comme la lecture des romans anglais, les lo
6 abandonnant sa femme, et se mit à errer dans les campagnes, en quête de l’inspiration qui le fuyait. Il buvait, rêvait, dormait
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
7ve et serein. Deux petits Lotiron font un coin de campagne lumineuse, et le « Douarnenez » de Mac-Avoy est tout animé de blancs
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
8que de partager la vie quotidienne des gens de la campagne. Il serait auprès de sa sœur, que personne n’aimait. Il décida de ret
8 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
9igne à l’être. Longues pluies de printemps sur la campagne recueillie, tempêtes sur les pentes, — beau temps de la présence. Car
9 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
10nostalgie. Des villes naissent lentement dans ces campagnes qui ne sont nulle part la « province ». Elles condensent la vie de le
11. Elles retirent les parcs qui les alliaient à la campagne, se ceinturent d’usines, et prennent aussitôt cette fièvre caractéris
12 ses collines, s’aère et redevient une ville à la campagne ; du même coup, un centre spirituel. Diversités, naissant, vivant les
13rechercher maintenant. Bienveillance — un mot des campagnes… Et ces prairies où notre adolescence encore « marche, s’arrête et ma
10 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
14oches du mal de mer. À la nuit, j’ai rôdé dans la campagne aux collines basses, d’apparence rocheuse — ce sont des restes de vol
11 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
15tigue à guérir pour qu’on me laisse errer dans la campagne. La petite ville au crépuscule, couchée en rond entre les collines, s
16c les choses que je mesure ma jeunesse : dans ces campagnes solitaires, je promène un adolescent. Tout l’après-midi j’ai rôdé, ma
17sont douces au désir de celui qui marche dans une campagne nocturne. Mais plus douce que toutes choses est la rencontre sous un
18s plus hautes que celle-ci : se promener dans les campagnes amies en conversant avec les pensées et les êtres nés de la marche et
19raire du « mauvais ». Les jours de pluie dans les campagnes ont un charme consolant et secret qui favorise la vie intérieure. Lon
12 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
20uvé dans les poches d’un uniforme au retour de la campagne de France.) Les Mémoires, en français, d’un des burgraves zu D. qui f
13 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
21tes, monotones et aiguës, comme la pluie dans les campagnes au printemps. Ou encore : la lecture des romans anglais, les loisirs
22 abandonnant sa femme, et se mit à errer dans les campagnes, en quête de l’inspiration qui le fuyait. Il buvait, rêvait, dormait
14 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
23de la détresse quotidienne d’un obscur pasteur de campagne, et dans lequel, soudain, toute l’Allemagne intellectuelle découvre l
15 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
24ait pas dire une vieille fille) — une femme de la campagne vaudoise, qui a eu des malheurs, qui les conte assez mal — Giono s’en
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
25e au Progrès et aux bienfaits de la richesse. Les campagnes se vident ; les jeunes gens n’ont plus goût à y vivre. Les villes se
17 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
26’innocence animale. La superstition rôde dans ces campagnes désertiques : il y a des fous, des femmes possédées ; des ivrognes qu
18 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
27syndicalisme qu’il a créé, le voilà qui lance une campagne pour la christianisation du Japon, une autre contre la guerre de Chin
19 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
28’innocence animale. La superstition rôde dans ces campagnes désertiques ; il y a des fous, des femmes possédées ; des ivrognes qu
20 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
29e au Progrès et aux bienfaits de la richesse. Les campagnes se vident ; les jeunes gens n’ont plus goût à y vivre. Les villes se
21 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
30vos bottes et vous allez faire l’exercice dans la campagne. Bon, voilà qui est simple. Moi, c’est plus compliqué à expliquer… et
22 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
31la guerre de Bohême : il s’arrête au milieu de la campagne et demande : « De quoi s’agit-il ? » Or, c’était justement la questio
23 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
32. Partis, régions, classes, générations, ville et campagne, Université et peuple : la guerre était partout et la mesure commune
24 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
33! 21 avril Voici les affiches des partis, pour la campagne d’élections municipales. Quelle bouillabaisse de termes abstraits — s
25 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
34rétablira point par quelque truc, loi nouvelle ou campagne de propagande. Il s’agit bien plutôt que les écrivains reprennent le
26 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
35nsolvable, qui tombe en esclavage. Après quelques campagnes, Cincinnatus ne peut éviter cette extrémité qu’en devenant le métayer
36eloppement capitaliste a modifié la condition des campagnes. Le bourgeois s’est mis à acheter des terres, et il a introduit dans
27 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
37niste de Paris, et l’un de ces petits journaux de campagne. 15 février 1934 Les gens. — Si j’avais une âme de philanthrope, je
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
38niste de Paris, et l’un de ces petits journaux de campagne. 15 février 1934 Les gens. — Si j’avais une âme de philanthrop
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
392 300 habitants. Cent personnes au culte. Dans la campagne environnante, une maison sur dix habitée. Dès 1934, la soie japonaise
40il 1935 Voici les affiches des partis, pour la campagne d’élections municipales. Quelle bouillabaisse de termes abstraits — s
41tions du travail créées depuis la guerre dans les campagnes : nomadisme des employés et ouvriers, impossibilité de « suivre » un
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
42ce et de Paris. Et cela s’appelle la banlieue. La campagne ici touche à la grande ville, et aussitôt elles se dégradent l’une l’
43raquements de carton goudronné. Petites allées de campagne, en terre noire. Parfois on voit une haie fleurie, un buisson qui sur
31 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
44etite armée des chemises noires s’enfuit dans les campagnes. Cet épisode est symbolique, comme le prouve le rapport que fit à son
32 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
45n de Dieu pour notre époque ? Je me demande si la campagne en faveur du « réarmement » résulte vraiment et d’abord d’un sursaut
33 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
46açade rouge pour abriter le petit-bourgeois ? Une campagne de propagande confiée aux soins de la police ? Une diversion à la fav
47vos bottes et vous allez faire l’exercice dans la campagne. Bon, voilà qui est simple. Moi, c’est plus compliqué à expliquer… et
34 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
48is de Rougemont et le directeur de la Guilde « en campagne », car nous sommes n’importe où, sans raison raisonnable ou prévisibl
49nd on y pense, dans son élémentaire grandeur : En campagne. Entendez : quelque part dans le pays, dans les champs anonymes, sous
50mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distincts, aussi distincts que la vie civ
35 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
51maginez un Paris englouti dans l’épaisse nuit des campagnes, mais une nuit sans clair de lune, sans arbres et sans abois lointain
52mes ultramodernes, puis se perd peu à peu dans la campagne, par des courbes douces et nettes. Nul disparate en tout cela : voilà
36 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
53elle il s’efforce de dégager l’âme secrète de nos campagnes. Denis de Rougemont n’aime pas les villes, il n’a pas besoin pour écr
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
54la chasteté. Saint Bernard de Clairvaux se met en campagne pour combattre le catharisme, fonde un ordre ascétique orthodoxe, fac
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
55 son propre manteau, et François s’enfuit dans la campagne, chantant à pleine voix des vers français… Le parfait dénuement avait
56eurs enfants à l’école d’État, « parcoururent les campagnes complètement dévêtus et chantant des hymnes religieux »110. On les ac
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
57tait fort en honneur, et suffisait à terminer une campagne. (Ce n’était plus d’ailleurs un « jugement de Dieu », mais le triomph
58n effet au combat de Rapallo, tout au début de la campagne, sur les 3000 hommes engagés, plus de 100 furent tués : « Nombre cons
59ses petites affaires en attendant la partie ou la campagne suivante. »179 Chaque fois que reparaît l’élément de jeu dans la gue
60nt orageux, il y a la Révolution française et les campagnes de Bonaparte, c’est-à-dire le retour dans la guerre de la passion cat
61e la guerre devait se fonder sur l’expérience des campagnes de la Révolution et de l’Empire. La bataille de Valmy fut gagnée par
62 de Bonaparte puis de Napoléon d’une part, et les campagnes d’Italie puis d’Autriche, d’autre part. Un certain type de bataille c
63t pas sans liens : a) La guerre est née dans les campagnes : elle a même porté leur nom jusqu’à nos jours. Mais depuis 1914, l’o
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. Esquisses d’une politique fédéraliste
64réseau compliqué de pactes reliera les villes aux campagnes. Et chaque fois que l’un des cantons voudra prendre la tête de la Lig
65égémonie, de la part des villes et de la part des campagnes. Il se peut que l’union déjà réalisée entre la France et l’Angleterre
41 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
66(14 novembre 1940)h New York, 25 octobre. La campagne électorale qui prendra fin au moment où cet article atteindra la Suis
67, pas plus qu’on ne saurait prévoir l’issue de la campagne. Ce qui rend cette dernière si « excitante » pour les masses, c’est p
68ons dans ce pays. Je parlais tout à l’heure d’une campagne violente. Cette épithète demande quelques explications. En Europe, la
69 aux circonstances personnelles des candidats. La campagne des républicains a porté, pendant plus d’une semaine, sur un incident
42 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
70un des grands États de l’Union prenant part à une campagne de « mission intérieure » à travers tout le continent. Imaginez Roose
71t après son installation qu’il va se retirer à la campagne pour une semaine de recueillement. Le choix de lord Halifax comme amb
43 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
72sions, jusque dans les églises protestantes de la campagne ; les garçons d’ascenseur galonnés comme des généraux d’opérette ; le
44 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
73t : « C’est toujours l’infanterie qui termine une campagne en occupant le terrain. Mais dans le cas d’une guerre atomique, il n’
45 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un salon atomique (26 décembre 1945)
74vé deux ou trois prix Nobel, très entourés. — Une campagne atomique, disait l’un d’eux, orné d’une paire d’énormes sourcils blan
75 du Pacifique, s’y racontaient le détail de leurs campagnes. Aucun d’eux ne donnait l’impression de s’être battu pour l’idéal dém
46 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
76laches. Pendant que nous roulons sur une route de campagne, au creux des haies, le ciel se couvre. « C’est là-haut, me dit-on, à
47 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
77ole de reportage, un journal type… et surtout des campagnes d’information. Je me permettrais, dans ce cas, de lui suggérer le mod
48 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
78ques institués par la bombe. Il se peut que cette campagne ait été orchestrée par les services de l’Armée de Terre, pendant le d
49 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
79onaliste dénature le problème humain. Lançons une campagne mondiale pour la suppression des visas, de ces anachronismes scandale
50 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
80usage massif, exactement prévu. Plus une trace de campagne primitive ne subsiste, plus un seul coin de terre à nu, et plus une l
81laches. Pendant que nous roulons sur une route de campagne, au creux des haies, le ciel se couvre. « C’est là-haut, me dit-on, à
51 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
82ment demeurée, malgré la ville environnante, à la campagne… Je suis seul et je pense à un bonheur promis, ce revoir qui est pour
52 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
83nd on y pense, dans son élémentaire grandeur : En campagne. Entendez : quelque part dans le pays, dans les champs anonymes, sous
84mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distincts, aussi distincts que la vie civ
85Paris, capitale engloutie dans l’épaisse nuit des campagnes. Mais une nuit sans clair de lune, sans arbres et sans abois dans le
86es ultra-modernes, puis se perd peu à peu dans la campagne, par des courbes douces et nettes. Nul disparate en tout cela : voilà
53 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
87 d’horribles histoires sur la mise au pillage des campagnes par les chefs locaux, et sur la colère sourde de la population. Si l’
88eulement à toutes les gares, mais parfois en rase campagne, pour embarquer un veau, ou laisser descendre un militante du régime,
54 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
89 À une heure de New York, nous sommes en pleine campagne, et l’on cesse de sentir l’Amérique. Forêts et plaines ondulées, quel
90usage massif, exactement prévu. Plus une trace de campagne primitive ne subsiste, plus un seul coin de terre à nu, et plus une l
91litant, polémiste sérieux et sarcastique, il mène campagne pour l’intervention de l’Amérique dans le conflit. Une petite revue v
92fugiés. L’après-midi, on m’emmène en auto dans la campagne, vers les petits lacs secrets de New-Hampshire, perdus dans les forêt
55 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
93ait de l’entendre sur la politique du pays, et la campagne antifasciste qu’il mène avec un beau courage. — Non, monsieur, je ne
94 de la ville, j’avais vu la sortie d’une école de campagne : les enfants se hissaient légèrement sur de petits chevaux à poil — 
56 1946, Journal des deux Mondes. Solitudes et amitiés
95 décembre 1941 Une fois encore… —J’étais à la campagne avec un couple ami qui cherchait une maison à vendre, et dans une fer
96pour l’émission. Dans cinq minutes, au fond d’une campagne française — ce sera déjà la nuit là-bas — des oreilles clandestines e
97et persuader l’Europe qu’elle ira bien demain. La campagne sous-marine bat son plein, Tobrouk tombe, les Russes reculent, les Ja
98mbre 1942 Bevin House. — Nouvelle maison à la campagne, à deux heures de New York, avec les Saint-Ex. J’y passe mes trente-s
57 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
99 décret du « czar » de l’alimentation apaisent la campagne de presse. Démesure et production. — Une armée de 9 millions d’homme
58 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
100laches. Pendant que nous roulons sur une route de campagne, au creux des haies, le ciel se couvre. « C’est là-haut, me dit-on, à
59 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
101onaliste dénature le problème humain. Lançons une campagne mondiale pour la suppression des visas, de ces anachronismes scandale
60 1946, Lettres sur la bombe atomique. Utopies
102us a tout d’abord invités ou forcés à quitter nos campagnes pour les villes. Ces villes, dont nous pensions devenir les paysans,
103ons pas pour si peu. Nous les transporterons à la campagne. Il n’y aura plus de campagne ni de centres urbains, mais une circula
104transporterons à la campagne. Il n’y aura plus de campagne ni de centres urbains, mais une circulation perpétuelle sur la Terre
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le savant et le général
105t : « C’est toujours l’infanterie qui termine une campagne en occupant le terrain. » Mais dans le cas d’une guerre atomique, il
62 1946, Lettres sur la bombe atomique. Un salon atomique
106ouvé deux ou trois prix Nobel, très entourés. Une campagne atomique, disait l’un d’eux, orné d’une paire d’énormes sourcils blan
107 du Pacifique, s’y racontaient le détail de leurs campagnes. Aucun d’eux ne donnait l’impression de s’être battu pour l’idéal dém
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le goût de la guerre
108e jouait encore le maréchal de Saxe, a permis les campagnes de Napoléon. Et il est vrai que les bombardiers lourds ont tué beauco
64 1947, Doctrine fabuleuse. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
109l’incarnation. Longues pluies de printemps sur la campagne recueillie, tempêtes sur les hautes pentes — c’est mon beau temps, le
65 1947, Doctrine fabuleuse. Antée ou La terre
110ns tous les bars. Je me défile en vitesse vers la campagne. Et là, docteur, là je m’en paye une tranche ! Je me roule par terre
66 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
111sions, jusque dans les églises protestantes de la campagne ; les garçons d’ascenseur galonnés comme des généraux d’opérette ; le
67 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
112un des grands États de l’Union prenant part à une campagne de « mission intérieure » à travers tout le continent. Imaginez Roose
113t après son installation qu’il va se retirer à la campagne pour une semaine de recueillement. Le choix de lord Halifax comme amb
68 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
114ure convenue. Le temps de passer le week-end à la campagne, du vendredi soir au lundi matin. Le temps de réfléchir. L’homme du p
115es européennes. Et les résidences luxueuses de la campagne ou de la ville sont régulièrement — sauf dans le Sud — de style Tudor
69 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
116récédent. ⁂ J’écris maintenant dans la paix de ma campagne franco-suisse. (La frontière est à douze cents mètres. À chaque passa
70 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
117 des difficultés techniques, pour méditer dans la campagne anglaise… J’y pensais hier, dans mon jardin, tout en cherchant des œu
71 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
118financer. La seule solution concevable, c’est une campagne électorale organisée par les États, en vue de nommer leurs députés au
119 ouvriers. Il en résultera dans nos provinces une campagne d’agitation, d’émulation, de polémique européenne, que nulle autre mé
120on à la fois nécessaire et suffisante d’une telle campagne, c’est de faire sentir aux peuples qu’elle comporte un enjeu, et que
72 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
121financer. La seule solution concevable, c’est une campagne électorale organisée par les États, en vue de nommer leurs députés au
122 ouvriers. Il en résultera dans nos provinces une campagne d’agitation, d’émulation, de polémique européenne, que nulle autre mé
123on à la fois nécessaire et suffisante d’une telle campagne, c’est de faire sentir aux peuples qu’elle comporte un enjeu, et que
73 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
124financer. La seule solution concevable, c’est une campagne électorale organisée par les États, en vue de nommer leurs députés au
125 ouvriers. Il en résultera dans nos provinces une campagne d’agitation, d’émulation, de polémique européenne, que nulle autre mé
126on à la fois nécessaire et suffisante d’une telle campagne, c’est de faire sentir aux peuples qu’elle comporte un enjeu, et que
74 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
127écrire au Times, ou à la Feuille locale, de faire campagne pour n’importe quoi et le contraire ; droit d’exiger que les douanier
75 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
128lement. Cette conviction, vivante encore dans nos campagnes et derrière les rideaux de nos provinces, est répudiée depuis longtem
76 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Contre-offensive de la liberté
129écrire au Times, ou à la Feuille locale, de faire campagne pour n’importe quoi et le contraire ; droit d’exiger que les douanier
77 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
130éfense et pour l’illustration de l’Occident. À la campagne de dénigrement conduite par les tenants du pompiérisme, du racisme et
78 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
131ccès des digests. Selon les inspirateurs de cette campagne — laquelle se branche sur le sentiment spontané de larges masses, lat
79 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
132ccès des Digests. Selon les inspirateurs de cette campagne insensée, — mais qui se branche sur le sentiment spontané de larges m
80 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
133inéma, et qu’elle bouleverse les conditions d’une campagne présidentielle aux États-Unis, avec tout ce que cela peut comporter d
81 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
134onie, qu’elle vînt d’une ville plus riche que les campagnes, ou d’un groupe de cantons aux intérêts communs. Toutes les fois qu’u
135it vu de près les effets, comme aumônier dans les campagnes d’Italie. C’était un humaniste, un esprit plus rationaliste que mysti
136es dans leur pays. Beaucoup rapportaient de leurs campagnes exotiques, de l’or et de l’argenterie, des vaisselles rares, des meub
137ger. Il s’est perpétué jusqu’à nos jours dans les campagnes. L’épopée du service étranger devait trouver son couronnement en même
138 du général Dufour, triompha au cours d’une brève campagne de la rébellion catholique. « Soldats », avait dit Dufour dans sa pre
139a Confédération, pas davantage en tout cas qu’une campagne électorale ne divise les États-Unis en un État républicain et un État
82 1953, La Confédération helvétique. Les institutions politiques
140 et par l’histoire. On aurait vu l’oppression des campagnes par les villes, des catholiques par les protestants, des Romands et d
83 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
141ation. Les cens et les dîmes sont abolis dans les campagnes. À partir de 1848, l’unification économique de la Confédération étant
142s d’usines, luxueuse illumination des villes. Les campagnes elles-mêmes participent largement à la distribution : 98 % des maison
143t des étrangers, le phénomène de désaffection des campagnes ne se faisait pas sentir avec autant d’acuité que dans les pays voisi
144e du paysan, et par suite freine la désertion des campagnes. Il n’en reste pas moins que la Suisse doit importer plus qu’elle n’e
84 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
145sans trêve et partout recélant des vallées et des campagnes très peuplées. Avec l’irréflexion de la jeunesse et de l’enfance, je
85 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
146 » Ce sophisme insultant va servir de slogan à la campagne neutraliste, si ce n’est même à certains nationalistes. Un revers fra
86 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
147s particuliers. Or cette attaque eût impliqué une campagne éducative en profondeur, que l’on a négligé de mener — ou que l’on n’
87 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
148 » Ce sophisme insultant va servir de slogan à la campagne neutraliste. Un revers français en Asie deviendra le nouveau prétexte
88 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
149entrales, secrètes ou non, du communisme. Et leur campagne joue à plein sur les habitudes mentales qu’on vient de rappeler, et s
89 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
150encore sous nos yeux, dans nos villes et dans nos campagnes, avec leurs rites et leurs idoles et leurs fidèles, Zeus, Aphrodite e
90 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
151u’on traduit, réelle et populaire. Derrière cette campagne unanime, distinguons deux espèces de motifs allégués. On proteste au
152oumons, Et nous mourons les yeux tournés vers les campagnes39. Aujourd’hui, le progrès de la technique rend la campagne aux cita
153 Aujourd’hui, le progrès de la technique rend la campagne aux citadins, ouvriers et bourgeois mêlés. La technique a plus fait p
91 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
154, et de financer, par exemple, une très puissante campagne d’information, capable de pousser, ou même de « bousculer » — selon l
92 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aux racines de l’Europe de demain (avril 1957)
155 il est clair que le nationalisme fomenté par les campagnes napoléoniennes, mis en doctrine tôt après par les philosophes du Roma
93 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
156rtains et leur exploitation par les factions, les campagnes de presse, les accès de répression, les examens de conscience de part
94 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
157 Résultats que l’on pouvait escompter d’une telle campagne : a) accoutumance du grand public à l’idée des satellites ; b) liaiso
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
158eau grêle. Je pense aux holy men, errant dans les campagnes, ou longuement assis en tailleur dans leurs niches… Point de culte pu
159pour Xerxès et son armée, pour l’équipement de la campagne contre les Grecs, demande au roi cette faveur : exempter de la guerre
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
160encore sous nos yeux, dans nos villes et dans nos campagnes, avec leurs rites et leurs idoles et leurs fidèles, Zeus, Aphrodite e
97 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
161u’on traduit, réelle et populaire. Derrière cette campagne unanime, distinguons deux espèces de motifs allégués. On proteste au
162mons, Et nous mourons les yeux tournés vers les campagnes.79 Aujourd’hui, le progrès de la technique rend la campagne aux cit
163 Aujourd’hui, le progrès de la technique rend la campagne aux citadins, ouvriers et bourgeois mêlés. La technique a plus fait p
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
164e la TV changer en une année les conditions d’une campagne électorale, et d’une manière générale, les travaux les plus abstrus e
99 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
165 25 plans de causeries, qui seront publiés par la Campagne européenne de la jeunesse en sept langues. — Trois réunions en vue de
100 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). L’Europe de l’énergie
166u contraire, dans les maisons que j’habitais à la campagne, pour obtenir le téléphone ! Quand on répète que les machines vont me
167 vois au contraire que c’est elle qui a rendu les campagnes aux citadins, ouvriers et bourgeois mêlés. Nos grands-pères se promen