1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
1a Tentation de l’Occident (décembre 1926)aa Un Chinois écrit d’Europe à un Français qui lui répond de Chine. Nous sommes loi
2Nous sommes loin du ton des Lettres persanes : le Chinois s’étonne non sans quelque aigreur, et critique avec un mépris tranqui
3aît de ce petit livre si dense, si inquiétant. Le Chinois voit dans l’Europe « une barbarie attentivement ordonnée, où l’idée d
4ans doute, cette « absurdité essentielle » que le Chinois distingue au cœur de la vie occidentale apparaît mieux par la compara
5 européenne libre peut souscrire aux critiques du Chinois et sympathiser avec son idéal de culture. Il n’y a pas là deux points
6éductibles, du moins M. Malraux a fait parler son Chinois de telle façon qu’ils ne le paraissent point. Et alors le relativisme
2 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
7oque obsédée d’action.) Autour de ces individus — chinois nationalistes ou terroristes, Européens expérimentateurs, juifs russe
8de rues, ou la palpitation inquiétante des villes chinoises, Malraux fait preuve d’un art du détail où se révèle le vrai romancie
3 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
9c cette virile et religieuse tendresse ? C’est un Chinois, c’est un Américain qui viennent nous rapprendre que les sources de l
4 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
10 usuels et usés, sur la nuance mate d’un paravent chinois). Ce qu’elle décrit, ce sont des perceptions de l’âme plus que de l’e
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
11e présentation de musiques hongroises, turques et chinoises, commentées et comparées par un folkloriste aux yeux ardents et au vi
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
12e récit des événements qui précédèrent l’aventure chinoise de l’auteur. C’est un roman plus dépouillé, plus inégal aussi à certa
7 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
13, une audition de musiques hongroises, turques et chinoises, commentées et comparées par un folkloriste aux yeux ardents et au vi
8 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
14’on n’a pas oublié son fameux message aux peuples chinois, publié à Tokyo pendant le bombardement de Shanghai, et qui lui valut
9 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
15n russe. L’officier soviétique a une tête de faux Chinois et de Chinois faux (infériorité morale des non-Aryens). La seule fill
16icier soviétique a une tête de faux Chinois et de Chinois faux (infériorité morale des non-Aryens). La seule fille du village q
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
17s paraît tout naturel ? Et pourtant un Hindou, un Chinois s’en étonnent. Un Grec ressuscité ne s’en étonnerait pas moins. D’où
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
18ion d’un entretien qu’a eu l’auteur avec un jeune Chinois : Le concept d’amour » n’existe pas en Chine. Le verbe « aimer » est
19ubliée tout de suite pendant la dynastie Han. Les Chinois sont mariés très jeunes par leurs parents, et le problème de l’amour
20titude pourrait être considérée par un psychiatre chinois comme un symptôme de folie. « Nous sommes fous sans nous en rendre co
21ntenant je le sais. Et encore : La civilisation chinoise est fondée sur la famille, et la famille sur l’absence d’amour. Les t
22 la famille sur l’absence d’amour. Les traditions chinoises insistent sur ce point. Toute manifestation de tendresse entre mari e
23ar tout ce que j’ai pu lire depuis sur l’érotique chinoise, de Sylvain Lévi et Tuccé à Filliozat, Maspero et Van Gulik.) (Note d
12 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
24ce, les intérêts de sa banque, et le massacre des Chinois. Chacune de ces activités lui paraissait, en somme, justifiable en el
13 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
25ce, les intérêts de sa banque, et le massacre des Chinois. Chacune de ces activités lui paraissait, en somme, justifiable en el
14 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
26celle-ci comme des tiroirs intérieur d’un coffret chinois dans le grand tiroir qui les contient tous, on peut dire que ce « Châ
15 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
27 un sous-sol violemment éclairé, je vois quelques Chinois courbés qui empilent du linge ; au cinquième, une grosse femme en pei
16 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
28heures, ressemblent de plus en plus à une torture chinoise, savamment dosée et progressive, exécutée avec une politesse exaspéra
17 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
29 un sous-sol violemment éclairé, je vois quelques Chinois courbés qui empilent du linge ; au cinquième, une grosse femme en pei
30 sont gentils dans ce quartier si pauvre, même le Chinois de la blanchisserie, et comme je suis content de pouvoir rentrer chez
18 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
31 un sous-sol violemment éclairé, je vois quelques Chinois courbés qui empilent du linge ; au cinquième, une grosse femme en pei
19 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
32 Chine ne manque jamais de remarquer que tous les Chinois se ressemblent. Un Chinois pensera de même que tous les Parisiens son
33remarquer que tous les Chinois se ressemblent. Un Chinois pensera de même que tous les Parisiens sont interchangeables. Ces res
34 une douzaine de quartiers nationaux ou raciaux — chinois, allemand, italien, tchèque, nègre, juif, etc. — qui n’ont de commun
20 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
35ie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs copient l’Europe pour toutes ces choses, mais nous, nous c
21 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
36éconcertant qu’ils le rêvaient. Pour l’Indien, le Chinois, l’Arabe, l’étranger n’a jamais été un sujet de littérature, de nosta
22 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
37ion. L’Oriental (je pense aux Hindous plus qu’aux Chinois), est d’une caste, d’un ordre, d’un Karma, dont personne n’est jamais
23 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
38gie que de maudire l’obscurité », dit un proverbe chinois, bonne devise pour ces temps.
24 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
39ue celle-ci serait ouverte à l’expansion russe et chinoise. Mais assurer la paix définitive entre la France et l’Allemagne par l
25 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
40 inquiétude, d’un certain désordre permanent. Les Chinois anciens et les Égyptiens, les Sumériens et les Romains, les Aztèques
26 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
41elle-ci se verrait ouverte à l’expansion russe et chinoise. Mais assurer la paix définitive entre la France et l’Allemagne par l
27 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
42re la terreur de Mao Tsé-toung devant ses propres Chinois ? Car voici la situation. « Le dernier recensement fait apparaître un
43fait apparaître une population de 620 millions de Chinois. On estime que ce chiffre augmentera de 12 millions par an. » Or « le
44are M. Bevan. « Notre tâche, m’a dit un dirigeant chinois, est maintenant d’atteindre le peuple. » Seule, une « petite fraction
45ple. » Seule, une « petite fraction de la société chinoise » est communiste.
28 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
46 empires aryens ou dravidiens, khmers ou mongols, chinois ou japonais. L’idée ne peut apparaître aux yeux d’un Asiatique indemn
29 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
47 l’Orient se distingue de l’Occident. Les jonques chinoises sont supérieures aux caravelles de Colomb. L’architecture hindoue ne
30 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
48nera de rencontrer à Calicut les Égyptiens et les Chinois « unis comme des compères »57. Préfiguration de Bandoeng, avant toute
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
49 Yin-Yang Dans le Symbole central de la pensée chinoise (le cercle divisé par un grand S qui représente la Voie ou le Tao), u
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
50 empires aryens ou dravidiens, khmers ou mongols, chinois ou japonais. L’idée ne peut apparaître aux yeux d’un Asiatique indemn
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
51nne. Essayons de cerner la question. Pourquoi les Chinois, les Indiens, les Africains, et les Aztèques n’ont-ils pas eu l’idée
52grâce aux navigateurs javanais. D’énormes jonques chinoises, capables de transporter 1 300 marins, soldats et passagers, assuraie
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
53 l’Orient se distingue de l’Occident. Les jonques chinoises sont supérieures aux caravelles de Colomb, l’architecture hindoue ne
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
54tude fondamentale et d’un désordre permanent. Les Chinois et les Égyptiens, les Sumériens et les Romains, les Aztèques et les M
36 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
55 supériorité incontestable sur les Hindous et les Chinois. Mais où trouver dans le monde du xxe siècle une autre civilisation
37 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). L’Europe de l’énergie
56mment se fait-il que les Arabes, les Indiens, les Chinois, les Asiatiques en général n’aient rien produit de tel au cours de le
38 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
57e chasser pour son compte. Un Soviétique russe ou chinois eût invoqué le rendement technique dans le cadre du plan. Notre conce
39 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
58ien. Et de leur côté les bouddhistes (mais le Tao chinois et le Shinto nippon disent à peu près les mêmes phrases) : « Nagasena
59n’y a rien de semblable à l’âme.70 » Un texte Zen chinois surenchérit : « Y a-t-il un enseignement à donner au peuple ? — Oui.
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
60ien. Et de leur côté les bouddhistes (mais le Tao chinois et le Shinto nippon disent à peu près les mêmes phrases) : « Nagasena
61’y a rien de semblable à l’âme.103 » Un texte Zen chinois surenchérit : « Y a-t-il un enseignement à donner au peuple ? — Oui.
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Les grands desseins du xviie siècle
62 Turc et le Persan, le François et l’Espagnol, le Chinois et le Tartare, le Chrestien et le Juif ou Mahometain ? Je dis que tel
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
63 l’un de l’autre. Mais le Tzar et le Monarque des Chinois sont frontiers entre eux et tous deux merveilleusement portés à attir
64es et des Arts, chez nous aussi bien que chez les Chinois ; car c’est un commerce de lumière qui nous peut donner d’un seul cou
65uron sans fraude, l’Hindou tolérant et surtout le Chinois philosophe. De là les « utopies » (mot créé par Thomas More au xvie
66es comme eux. Il y a beaucoup d’humanité chez les Chinois car leur religion est faite de douceur et de mansuétude et les lettre
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — L’Europe des lumières
67astronomie, la marquise lui fait observer que les Chinois, selon ce qu’elle en a lu, ont décrit la chute de mille étoiles à la
68, dit-elle, n’ai-je pas toujours ouï dire que les Chinois étoient de très-grands Astronomes ? Il est vrai, repris-je ; mais les
69ds Astronomes ? Il est vrai, repris-je ; mais les Chinois y ont gagné à être séparés de nous par un long espace de terre, comme
70 partisans du Bon Sauvage, du Sage Égyptien et du Chinois philosophe — sinon du Huron ingénu dont il s’est lui-même si bien ser
71n Europe, a fait la perfection de notre race. Les Chinois ne se sont abrutis que par la non-mixtion ; et depuis l’arrivée des T
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Goethe
72dérer comme un modèle, que ce soit la littérature chinoise, ou serbe, que ce soit Calderon ou les Nibelungen ; mais quand nous a
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (II)
73e Empire Romain feraient pendant à ces chroniques chinoises d’une si triste uniformité. … Jetons d’abord un coup d’œil sur la sit
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — Un problème séculaire : la Russie et l’Europe
74une nationalité barbare, grossière, immobile à la chinoise. La civiliser, l’élever, lui donner la vie et le pouvoir d’évoluer, n
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’historisme au pessimisme
75oyens égyptiens, pas plus qu’il n’y a de citoyens chinois. L’antiquité classique eut des républiques et des royautés municipale
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
76asse de travaux sur les philosophies indiennes et chinoises, qui mettent ces philosophies sur le même plan que celle des Grecs, e
77éponse, qu’ils soient russes, musulmans, hindous, chinois ou japonais. Ils diront tous que l’Occident a été le grand agresseur
78ent en Occident les récentes agressions russes et chinoises contre l’Occident, prouvent bien que, pour nous Occidentaux, c’est un
79ommun avec ce que nous connaissons de la peinture chinoise. Non seulement les révolutions asiatiques s’opèrent sans la moindre t
80 universelle. Alexandre le Grand et les Empereurs chinois s’imaginèrent qu’ils dominaient le monde entier : ils se trompaient t
81la révolution socialiste, puis avec la révolution chinoise, cette protestation prend, sous l’égide du marxisme, la résonance pas
82me, elle peut être Dieu sait quoi ! la natte d’un Chinois émergeant de derrière les Ourals ou bien la secousse du grand magma i
49 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
83poque, Inde comprise ? Comment se fait-il que les Chinois, qui étaient pourtant le tiers de l’humanité vers 1850, et qui en son
84 l’Occident redoute)6, comment se fait-il que les Chinois n’aient guère participé à l’histoire du monde que par leur faculté de
50 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
85titutions mondiales. Jamais les Africains, ni les Chinois, ni les Hindous, ni les Arabes n’auraient pu concevoir, et n’ont en f
51 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
86ee m’arrête : Alexandre le Grand et les empereurs chinois s’imaginaient, eux aussi, qu’ils dominaient le monde entier. Eh bien 
52 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
87angère, voire répugnante, à l’Asie brahmanique ou chinoise, et qui devait aboutir à la condamnation puis à la suppression — mais
53 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
88angère, voire répugnante, à l’Asie brahmanique ou chinoise, et qui devait aboutir à la condamnation puis à la suppression — mais
54 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
89ssance par rapport aux Arabes, aux hindous et aux Chinois, sans demander ni recevoir d’assistance technique, ont fourni la carr
55 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
90’en anglais et Nehru leur parlait en anglais. Les Chinois recourent à l’échange muet d’idéogrammes. D’où la possibilité (fréque
56 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
91e, dont je vais donner le principe. 8. Définition chinoise du fédéralisme : « La rencontre de l’oreille et des bruits. » Définit
57 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
92constatons un gigantesque effort pour imposer aux Chinois une partie de la civilisation occidentale : le marxisme. Question. — 
93 de marxisme-léninisme et de certaines traditions chinoises d’un moralisme utilitaire des plus simplets : voyez le petit Livre ro
94er, stérile, très contesté. Lorsque les étudiants chinois protestent, ils le font à coup de mitrailleuses. Il y a probablement
58 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La cité européenne (18-19 avril 1970)
95e dans l’existence quotidienne de 700 millions de Chinois qui se croyaient confucianistes, bouddhistes, ou sans croyance aucune
59 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
96iers recoins. Alexandre le Grand et les empereurs chinois s’imaginèrent qu’ils dominaient le monde entier ; c’était moins orgue
97l’Autrichien et l’homme ».) Pour les Grecs et les Chinois également, il existait deux espèces différentes de bipèdes verticaux 
98fférentes de bipèdes verticaux ; les Grecs ou les Chinois, d’une part, et les barbares, c’est-à-dire tous les autres, qui n’éta
60 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — L’Europe contestée par elle-même
99ie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs, copient d’Europe pour toutes ces choses, mais nous, nous
61 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — Pronostics 1969 (une interview)
100constatons un gigantesque effort pour imposer aux Chinois une partie de la civilisation occidentale : le marxisme. — Quelle dif
101me, d’anti-marxisme15, et de certaines traditions chinoises d’un moralisme utilitaire des plus simplets : voyez le petit Livre Ro
102voyez le petit Livre Rouge. Lorsque les étudiants chinois protestent, ils le font à coup de mitrailleuses. Il y a probablement
62 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
103angère, voire répugnante, à l’Asie brahmanique ou chinoise, et qui devait aboutir à la condamnation puis à la suppression — mais
63 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Le rôle de la recherche en Europe
104un certain désordre permanent. Je m’explique. Les Chinois anciens et les Égyptiens, les Sumériens et les Romains, les Aztèques
64 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Le Dialogue des cultures
105Chine, encore qu’il soit juste d’observer que les Chinois qui ont appris le français, l’anglais ou l’allemand, sont au moins ce
106e fois plus nombreux que les Européens sachant le chinois.) 5. Au moment d’entreprendre et de développer ce dialogue qui lui es
65 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
107mes internationaux », l’américain, le russe et le chinois, aux prises dans les colonies d’hier. La stabilisation de l’Est europ
66 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
108l’existence quotidienne de sept cents millions de Chinois qui se croyaient confucianistes, bouddhistes, ou sans croyance aucune
109ème. L’Oriental, je pense aux Hindous plus qu’aux Chinois, est d’une caste, d’un ordre, d’un karma, et ne peut se poser le prob
110en anglais, et Nehru leur parlait en anglais. Les Chinois recourent à l’échange muet d’idéogrammes dessinés sur la paume de la
111ie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs copient l’Europe pour toutes ces choses, mais nous, nous c
112iers recoins. Alexandre le Grand et les empereurs chinois s’imaginèrent qu’ils dominaient le monde entier ; c’était moins orgue
113l’Autrichien et l’homme ».) Pour les Grecs et les Chinois également, il existait deux espèces différentes de bipèdes verticaux 
114fférentes de bipèdes verticaux : les Grecs ou les Chinois, d’une part, et les barbares, c’est-à-dire tous les autres, qui n’éta
67 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
115e dans l’existence quotidienne de 700 millions de Chinois qui se croyaient confucianistes, bouddhistes, ou sans croyance aucune
68 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
116es dans les récoltes, d’où famine pour les masses chinoises, est-ce un produit spécifique du communisme ? Ces phénomènes sont déc
69 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
117t étrangères les unes aux autres, si bien que les Chinois de provinces différentes ne peuvent communiquer entre eux qu’au moyen
70 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
118rai amour. Peut-être croyait-on, comme Hindous et Chinois, que le désir exalté par le retard du plaisir exerçait une puissance
71 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
119acrer tous les après-midi (à l’exemple de l’école chinoise) à des travaux pratiques aux champs, en ville ou à l’usine. La vieill
72 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
120modernité consiste donc pour la Chine à renier le Chinois le plus célèbre, pour lui substituer cet Européen typique : un Juif a
73 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Devenir soi-même
121e par les totalitaires (hitlériens, staliniens ou chinois) produisent des effets convergents et se confondent à la limite. Car
74 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Stratégie
122es dans les récoltes, d’où famine pour les masses chinoises, est-ce un produit spécifique du communisme ? Ces phénomènes sont déc
75 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
123du dix-huitième — le Sage Égyptien, le Philosophe Chinois, le Persan railleur, le Noble Ottoman — aux ricanements de Voltaire,
76 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
124 totalitarisme marxiste et du national-socialisme chinois au capitalisme libéral et à la défense de l’Argent comme symbole de l