1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1ard connaît le regard dans la course d’équipe. Le cœur connaît la présence muette et sûre. Toutes ces choses ne se font pas
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
2intérêt très profond : elles nous transportent au cœur de préoccupations des plus modernes, problème de la réalité littérair
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
3ons de petits. Voici naître la révolution dans un cœur, puis dans une famille. Et une fois le grand bouleversement accompli
4 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
4 médiateur à qui doit s’adresser le culte, en son cœur, du croyant. Le centre de gravité religieux est replacé en Christ. — 
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
5reste le témoin souvent sceptique ou railleur. Au cœur de la crise de notre civilisation, il y a un problème de morale à rés
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
6orce et le courage de contempler nos corps et nos cœurs sans dégoût implorait Baudelaire. Encore avait-il le courage de prie
7 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
7 sur Proust et sa théorie des « intermittences du cœur » dont Fernandez donne une critique décisive. Et c’est justement par
8 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alfred Colling, L’Iroquois (décembre 1926)
8it été si délicieusement invraisemblable… Mais ce cœur fatigué se reprend à souffrir, il ne sait plus de quels souvenirs ; j
9ifs espagnols qui va l’entraîner avec son mauvais cœur, dans une aventure incertaine et douloureuse ; enfin Orpha, sa maître
9 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
10surdité essentielle » que le Chinois distingue au cœur de la vie occidentale apparaît mieux par la comparaison de l’idéal as
10 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
11ait plus leur imposer de feindre encore ce que le cœur ne ressent plus, il suffit de quelques mois aux jeunes époux de la Ma
12ons où se condense le sentiment du récit. Dans le Cœur gros, c’était un parc avant l’orage, le rose sombre d’une joue brûlan
11 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
13action, l’aveu d’une fondamentale indifférence du cœur qui contraste avec une vie voluptueuse et assez désordonnée. Pourtant
14peut-être l’amour n’est-il possible qu’entre deux cœurs que l’épreuve du plaisir n’a pas exténués. Mais alors quelle avidité
12 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927)
15iller l’accord, une patte en l’air, becquètent le cœur d’une femme qui va les étrangler doucement. Ces vers sont de jolies f
13 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
16 Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)am Quand vous avez fermé ce petit livre,
14 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
17nelle « stratégie littéraire », de gazetiers ; au cœur de ces sujets qui paraît-il, ne sont pas d’actualité : la solitude, l
15 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
18nt ; l’écho n’en fut que plus douloureux dans mon cœur. Puis je vous ai oubliée. Puis je vous ai revue, aux courses, et c’es
19f, mais la seule vue d’un liquide me soulevait le cœur. L’aube parut. On éteignit toutes les lampes, et les couples charlest
16 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
20argée d’éclairs qui nous atteignent sans cesse au cœur et nous revêtent miraculeusement d’aigrettes de folies et de joies ;
17 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
21glantine, quelques roses, un sourire qui perce le cœur sur les glaces du passé. Cet abandon aux fuyantes chansons, et des vi
22la mort. » Il fait assez beau pour que s’ouvre ce cœur de l’après-midi, comme un camélia de tendre orgueil. Il respire déjà
18 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
23 veut sans issues : l’angoisse que fait naître au cœur du monde contemporain l’absurdité de ses ambitions. Écoutons Garine,
19 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
24 par l’auto. Philosophie réclame. « Ce que j’ai à cœur, aujourd’hui, c’est de démontrer que les idées mises en pratique chez
20 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
25 sens. « Reste immobile et sache attendre que ton cœur se détache de toi comme une lourde pierre. » Le corps, que l’âme quit
21 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
26ie découpée en blanc sur fond noir et portant, en cœur noir, la nouvelle… « Savez-vous qu’on nous a pris les deux tiers de n
27s de glace qui descendent lentement le fleuve. Au cœur de Buda la Turque s’élève la montagne de pierre de St-Gellert. Elle t
22 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Prison. Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929)
28tour vous ne laissiez le gage aux plaintes de mon cœur il est d’autres rivages où mieux qu’ici l’on meurt. Étoile de jour
29le signe de sa grâce Dans l’or vert évanouie au cœur éclatant du jour scintillera l’invisible gage d’un amour perdu.
23 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
30voler, laissant des parents inconsolables, ô sans cœur, ô pervers, ô disciple de Nietzsche ! » — Sous le poids de cette accu
24 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
31. Je serai méchant, parce que j’en ai gros sur le cœur. D’ailleurs, ce petit écrit ne peut servir à rien. — Alors ? — Justem
25 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
32ous allez voir comment ils bafouillent leur « par cœur non compris ». Aux yeux de beaucoup de gens, la passion est aveuglant
26 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
33ait apprendre à ces mêmes enfants, et réciter par cœur et à rebours, les noms des rues et places de leur ville, comme s’ils
34officiel qui pourrait bien un jour l’atteindre au cœur, et je vois tout ce que cela entraînerait, dans une ruine d’où renaît
27 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
35nt poser de questions dont ils n’aient appris par cœur la réponse. Regardez un écolier préparer ses devoirs, c’est frappant 
28 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
36’on nous montre un seul Français qui n’ait pas le cœur sur les lèvres, qui ait quelque chose à dire, ou une qualité, une ric
37e Pourtalès, qui parle toujours excellemment du « cœur des autres » comme dit M. Gabriel Marcel, présente Nietzsche en Nouve
29 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
38qui part pour la Hongrie sans talisman, s’il a du cœur, n’en revient plus. 15. La plaine et la musique L’ouverture de
39manque : touchantes annexions, pieux mensonges du cœur qui traduisent, à tout prendre, une vérité particulière plus importan
30 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
40s dont nous savions de grands morceaux avec notre cœur. On remuait un climat de poèmes, une spiritualité un peu grave, on to
31 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
41le constitue un milieu privilégié pour l’étude du cœur humain. Si le rôle de l’art est d’affiner nos âmes au contact de réal
32 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
42. Et ce n’est guère qu’au plus obscur de certains cœurs, et dans le secret de certains renoncements, que le regard spirituel
33 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
43t surprenant, même le sang caillé, le péché et le cœur souillé, tout était étonnement. Il acceptait tout. Il décida de vivre
34 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
44les âmes se sont ouvertes à tous les regards, les cœurs se sont révélés et leur souffrance s’est écrite dans les pages innomb
35 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
45 vie normale », ou si l’on préfère, l’amertume du cœur humain découvrant son impuissance à susciter dans le monde l’amour do
46ur, une sorte de consolation un peu forcée que le cœur s’accorde en dépit de tout, tandis que l’esprit demeure évasif et luc
36 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
47ait faite déjà ! Elle ne l’est guère que dans nos cœurs, — et toujours à recommencer. Ce que l’instant commande, dans le mond
37 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
48n que les sources éternelles ont déversé dans mon cœur. » Et deux ans plus tard : « Je suis ce que j’ai toujours été, à ceci
38 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
49t créatrice la critique de tout cela qui agite le cœur des hommes. Ce n’est pas une férule : c’est un bon outil qu’il nous f
39 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
50espoir et promesse de la foi, — et la foi naît au cœur du désespoir. Mais, d’autre part, en vertu du même ordre des choses,
40 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alexandre, par Klaus Mann (septembre 1932)
51e plâtre, des boules de neige et du « dialecte du cœur ».
41 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
52 »1 Cette « monstrueuse contradiction » règne au cœur du monde moderne, et la « pensée » bourgeoise a réussi ce tour pendab
42 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
53d’un massif central de sapins et de lacs secrets, cœur noir et tourmenté du continent, — cette région escarpée entre Munich,
54désirs sans fin, et qui n’ont de réalité qu’en un cœur, lorsqu’il aime1 ? Tout devenait incompréhensible et certain, l’amour
55s irons avec ce qu’il restera de bonté dans notre cœur, plus inutile que jamais, dominatrice et bafouée. (Chevreuse, 1932)
43 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Une « tasse de thé » au Palais C…
56ées. Mais quelle approche me saisit ? Parfois, au cœur des grandes fêtes, une sphère de silence descend, s’arrête quelques s
44 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
57qui part pour la Hongrie sans talisman, s’il a du cœur, n’en revient plus. xv La plaine et la musique L’ouverture de
58manque : touchantes annexions, pieux mensonges du cœur qui traduisent, à tout prendre, une vérité particulière plus importan
45 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
59rivière, des forêts. Les rues sont vides jusqu’au cœur de la ville, où l’attend une ample demeure. Et maintenant le chien s’
60« Ô crépuscule adolescent, disais-je, chasseur au cœur battant, que poursuis-tu dans le mystère des orées d’ombre ? » Et l’o
61rmi les troncs qui luisaient, faiblement, vers le cœur profond du bois. Et je croyais m’enfoncer et me perdre dans le silenc
62vre une jubilation bonhomique qui commence par le cœur et se contente de ralentir doucement les idées. C’est un attendrissem
63ndre à leur hostilité, comment accueillir avec un cœur viril et bon le spectacle de ces corps amaigris, énervés ? Un cœur vi
64 le spectacle de ces corps amaigris, énervés ? Un cœur viril et bon comme celui d’Andersen, un tel cœur ne se fermerait pas
65 cœur viril et bon comme celui d’Andersen, un tel cœur ne se fermerait pas devant la haine qui sourd de tant d’anxiétés. J’a
66t… La fumée des cigares lui fait peut-être mal au cœur, et aussi la curiosité sournoise des ouvriers, des deux femmes qui ex
67ai tous aimés. Et j’ai compris que la grandeur du cœur humain, c’est de donner sans mesure un amour dont notre vie, peut-êtr
46 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
68milieu social ? Qu’il vous laisse la franchise du cœur. Ici, l’on vous aime plus naïvement qu’ailleurs On ne vous cache pas,
47 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
69 siècle de rompre avec lui-même, de s’arracher le cœur. Il n’y a de rupture possible qu’au nom de l’Évangile2. Elle ne peut
70de son salut. Tel est le paradoxe, qui remonte au cœur même du christianisme, si le christianisme est la foi au Christ « éte
48 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
71éfaire au nom de l’« action » ou de la « piété du cœur », puisqu’elle prétend précisément les mettre en cause. C’est qu’auss
49 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
72ion de la matière introduit à la connaissance des cœurs ? 2° Raisons philosophiques C’est la bourgeoisie qui, la premiè
50 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
73t pas leur en vouloir. Il y a des gens qui ont le cœur à gauche et qui croient y voir une indication politique : c’est une e
51 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
74éritable, efficace, est celle que nous opérons au cœur même du système régnant. Que trouvons-nous, à l’origine permanente de
75e ira jusqu’au bout des faits, si nous restons au cœur du spirituel.   IX. Que d’autres nous reprochent, maintenant, de voul
52 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
76’historien de la littérature. Nous n’avons pas le cœur à ces injures. Le surréalisme garde une valeur de fait-témoin, d’ordr
53 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
77u’elle n’y croit pas. Mais elle garde chevillé au cœur le besoin d’obéir à des forces invisibles et de leur rendre un culte
54 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
78teur des goûts de son public. Bien loin d’avoir à cœur de signaler les œuvres qui risqueraient, sans lui, d’être incomprises
55 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
79, n’est-ce pas pour cette seule raison, où bat le cœur du paradoxe le plus fou, que l’Évangile nous dit : « Aimez vos ennemi
56 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
80ta Berling : mais une sobriété qui vous saisit le cœur, à chaque page. Toute une vie de femme se déroule sur un rythme large
57 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
81gria : La Rose de Thuringe et Connaissez mieux le cœur des femmes, de Girard, et de Cingria, ce que vous aurez la chance d’e
82riture, sans égale parmi nous, cette musique d’un cœur qui s’abandonne, qui s’accepte. C’est cela qui fait la qualité lyriqu
58 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
83ta Berling ; mais une sobriété qui vous saisit le cœur, à chaque page. Toute une vie de femme se déroule sur un rythme large
84décrivent simplement l’impuissance de leur propre cœur. Le regard « réaliste » de Hildur Dixetius a su voir dans la vie quot
59 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
85cernent la moitié inférieure de l’homme. (Pour le cœur et la tête, on verra plus tard, disent-ils4 ; en attendant, ils les v
60 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
86u’elle n’y croit pas. Mais elle garde chevillé au cœur le besoin d’obéir à des forces invisibles et de leur rendre un culte
61 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Sur la devise du Taciturne
87espoir et promesse de la foi, — et la foi naît au cœur du désespoir. Mais, d’autre part, en vertu du même ordre des choses,
62 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
88 siècle de rompre avec lui-même, de s’arracher le cœur. Il n’y a de rupture possible qu’au nom de l’Évangile25. Elle ne peut
89de son salut. Tel est le paradoxe, qui remonte au cœur même du christianisme, si le christianisme est la foi au Christ « éte
63 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
90e chrétienne — c’est la Réforme. Nous touchons au cœur même du sujet. Qu’on m’entende bien : je ne prétends pas annexer ici
91 jamais qu’un tremplin pour mieux sauter en plein cœur de l’actuel. Comment situer dans l’Europe d’aujourd’hui les positions
92 secrètes complicités qu’il a su ménager dans nos cœurs. Connaître la religion totalitaire, c’est la première condition pour
93rète, d’une tentation que chacun souffre dans son cœur. Alors seulement, purifiés et lucides, quand nous aurons repris consc
64 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
94 d’entretenir de vieux débats dont on connaît par cœur tous les arguments, et qu’on aime répéter comme le refrain d’une chan
95isantes, dégradantes, pour continuer de gaieté de cœur à les pratiquer, ou au contraire pour commettre cette espèce de suici
65 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
96’un tel livre, lente et souvent reprise, donne du cœur à l’intelligence. Et l’austérité tendre de son « inquisition » rend u
66 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
97question plutôt gênante qu’est son œuvre en plein cœur de nos ratiocinations de clercs retraités de la vie ? Mais le plus cu
98pitres très simples, Thurneysen sait atteindre au cœur d’une œuvre entre toutes complexe. C’est que, plus nettement encore q
67 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
99ires, secrètement animées par « les battements du cœur sauvage de l’Espace », il s’amuse, il s’effraie de ses personnages, i
68 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
100français « Sich austoben ? » Moi. — S’en donner à cœur joie ! Ou à mort, plutôt… Je veux bien, pourvu que ce ne soit pas en
69 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
101ine et ferme confiance en soi, qui seule élève le cœur et l’esprit. À celui qui a perdu cette confiance, plus rien ne saurai
70 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
102 et au pessimisme intégral. — « J’ai appliqué mon cœur, — dit l’Ecclésiaste, — à rechercher et à sonder par la sagesse tout
71 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
103ai. Mais ce que je cherche, c’est la communion du cœur avec chaque homme de la nation allemande. » De nouveau dressés, salua
72 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
104éparée, qui sous nos yeux, vient de se renouer au cœur de la construction socialiste. La théorie économiste subsiste encore,
105u une mesure qui fasse battre pendant cinq ans le cœur d’un peuple. Cela suffira sans doute à rendre vaines toutes mes criti
73 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
106lle est ; et plus encore à chacun de nous dans le cœur duquel ce régime plonge ses dernières racines vivantes. Il ne s’agit
74 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
107i de la prudence opportuniste, s’insinue jusqu’au cœur de la dogmatique romaine. On pourrait remarquer que le fidèle protest
75 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
108e aux chrétiens, mais plus encore aux autres. Mon cœur est tourné vers les agnostiques, les sceptiques, les incrédules, les
76 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
109t, est justement celui que Kierkegaard dénonce au cœur des systèmes qu’ils lui opposent. 3. Parce que Kierkegaard s’est déch
110 édifiants » et d’essais religieux : La Pureté du cœur, le Droit de mourir pour la vérité, Pour un examen de conscience, Le
111t à le réaliser. Tel est le sujet de la Pureté du cœur. La plupart des écrits proprement religieux de Kierkegaard développen
77 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
112nte à l’esprit, par lequel il la conçoit dans son cœur, et répète l’ordre qui l’a créée, s’appelle la parole. » Nous voici d
78 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
113 d’entretenir de vieux débats dont on connaît par cœur tous les arguments, et qu’on aime répéter comme le refrain d’une chan
114isantes, dégradantes, pour continuer de gaieté de cœur à les pratiquer, ou au contraire pour commettre cette espèce de suici
79 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
115serve un renouveau de l’idée de Progrès selon son cœur, nous tombons dans le confusionnisme délibéré, dans la calomnie en se
80 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
116tion dans cette Parole. Le Saint-Esprit ouvre nos cœurs à cette Parole, Il la rend vivante et agissante en nous, en sorte qu’
81 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
117rès suffit, et si cette analyse morale conduit au cœur du conflit véritable. Là où Marx se contente d’opposer des intérêts c
82 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
118 des choses humaines. Ils paraissent avoir pris à cœur de justifier le jugement de Marx sur la culture de son temps, qualifi
83 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
119lle d’abord, elle est d’abord cette inquiétude du cœur et de l’esprit qui naît de la mort des amitiés. Plus angoissante enco
120ndi d’un désespoir qu’il sent vivre dans tous les cœurs. L’homme d’aujourd’hui méprise les religions. Il sait ce qu’il faut p
84 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
121parée, qui, sous nos yeux, vient de se renouer au cœur de la construction socialiste. La théorie économiste subsiste encore,
122u une mesure qui fasse battre pendant cinq ans le cœur d’un peuple. Cela suffira sans doute à rendre vaines toutes mes criti
85 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Commune mesure et acte de foi
123là, que l’esprit ne peut pas oublier. Ainsi notre cœur se partage et se condamne dans ce qu’il veut. Car il veut bien cette
124même qu’il prend sa source dans les désirs de nos cœurs actuels. Or, ce n’est pas une image flatteuse conçue comme un négatif
125uvent difficile. Si nous refusons de descendre au cœur de ce problème, qui est métaphysique et religieux, nous nous condamno
86 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
126qu’il parviendra peut-être à maintenir secrète au cœur de l’acte. S’il faut poser cette exigence exorbitante, (oui, si durem
1277. » Cette « monstrueuse contradiction » règne au cœur du monde moderne, et la pensée bourgeoise a réussi ce tour pendable d
128lus intime encore, s’il se peut, de l’étatisme au cœur du bourgeois. Le matérialisme n’a pas besoin de se dire dialectique p
87 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
129ulé la « monstrueuse contradiction » qui règne au cœur du monde moderne83, constatation critique qu’on peut accepter facilem
130j’ai dit qu’il est le concret. Nous sommes ici au cœur de la difficulté de notre entreprise. Quel est cet acte ? Comment le
131. Nous l’avons ramené à des conflits éthiques. Au cœur de tout conflit fécond, de tout conflit qui ne se résout point dans u
132onscrire le point central, le foyer rayonnant, le cœur de la réalité humaine où vient retentir l’appel des fins les plus loi
88 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
133ur mystère n’apparaît que de tout près. Il est au cœur même de leur vie et ils l’ignorent le plus souvent. Quand on s’en ape
89 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
134force ou sa faiblesse, touche à son terme dans le cœur d’un homme. Je dois à ces rencontres d’avoir pressenti quelquefois —
135 l’algarade d’hier matin, je ne me sentais pas le cœur à lui jouer une comédie de sympathie, d’autant qu’il n’a vraiment pas
90 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
136e) un combat perpétuel, exaltant, le battement du cœur de l’Europe. Vouloir créer une « culture suisse », ce serait trahir n
91 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
137en nous lorsque l’Esprit dit la Parole dans notre cœur. Quelle étrange illusion nous ferait croire qu’une décision de l’Éter
138adoxe que Luther n’a pas inventé, mais qui est au cœur même de l’Évangile. L’apôtre Paul l’a formulé avant toute « tradition
92 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
139re, un exercice de l’âme, de l’intelligence et du cœur. Dès lors, les efforts très louables que tentent les éditeurs, ou mêm
140ir si, d’autre part, le public lui-même n’avait à cœur d’y collaborer. Aussi bien, si j’écris ceci à l’intention d’un de nos
93 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
141e des services inappréciables. Elle nous place au cœur même du grand débat occidental, celui de la pensée « pure » et de la
142é comme relevant de la seule théologie. Il est au cœur de la pensée humaine. Tout homme qui veut penser son existence en ter
94 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
143on pas seulement selon les lois des passions, des cœurs et des corps, mais aussi selon la liberté, souvent plus folle encore,
95 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
144êlent dans un combat indivisible et nécessaire au cœur de chacun d’eux. Voilà l’espèce d’hommes français que je voudrais cro
145matin. En effet, Pédenaud qui a voulu en avoir le cœur net, a pris des instructions par téléphone au chef-lieu. Son supérieu
146ge. Dure nécessité, et croyez que cela me fend le cœur ! » Voilà la dernière trace de la conscience cosmique en nous, de la
96 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
147êlent dans un combat indivisible et nécessaire au cœur de chacun d’eux. Voilà l’espèce d’hommes français que je voudrais cro
148matin. En effet, Pédenaud qui a voulu en avoir le cœur net, a pris des instructions par téléphone au chef-lieu. Son supérieu
149ge. Dure nécessité, et croyez que cela me fend le cœur ! » Voilà la dernière trace de la conscience cosmique en nous, de la
97 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
150force ou sa faiblesse, touche à son terme dans le cœur d’un homme. Je dois à ces rencontres d’avoir pressenti quelquefois — 
151dition. Ilsvous diront aussi qu’ils n’ont plus le cœur à leur ouvrage, quand ils savent que les résultats sont à la merci so
152 l’algarade d’hier matin, je ne me sentais pas le cœur à lui jouer une comédie de sympathie, d’autant qu’il n’a vraiment pas
98 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
153des blés de Beauce aux plages del’Océan, voilà le cœur crispé, le cerveau délirant en plein midi du grand corps de la France
99 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
154u devoir hausser les épaules. Dans le fond de son cœur, toutefois, il a dû se sentir atteint. Et comment ne pas admirer le c
100 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
155 beaucoup plus grave, une tentation. Il flatte au cœur de notre angoisse morale et matérielle le désir lâche d’un « ordre »
156me chrétiens. ⁂ L’exemple de la Suisse me tient à cœur à double titre : c’est ma patrie, et d’autre part, il se trouve que s
157up la plus fréquente et la plus populaire. J’ai à cœur cependant de montrer son danger pour nous Suisses. Et je voudrais, à