1 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
1s qu’il jeta sur la table. Les yeux brillants, il compta. Une indécision parut sur ses traits. Puis il reprit les dés brusquem
2té, je pris les dés et les jetai sans hésiter. Il compta de nouveau, puis avec une légère exaltation : — Vous avez gagné, c’es
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
3 premier du nom dans sa famille, laquelle n’avait compté jusqu’alors que d’authentiques avocats et un chapelier dont tous s’ac
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
4s faire que nous n’ayons rien lu. Vous refusez de compter avec cette réalité de la littérature qui est en nous (dangereuse tant
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5nt dit, il est trompé par la baisse. L’industriel comptait. La tromperie est préméditée. Et le scandale, à mon sens, n’est pas q
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
6ence. Et d’abord, il faut pouvoir lire, écrire et compter pour suivre la campagne électorale, voter et truquer légalement les v
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
7é roumaines ou slovaques, la minorité hongroise y comptait cependant pour plus ; elle était seule active et créatrice. Le reste 
7 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
8ropéen, voici l’Américain à rendement maximum. Et comptez que l’on poussera plus avant la dégradation de cette idole qu’est l’H
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
9irables dialogues, déchirants et triomphants, qui comptent parmi les chefs-d’œuvre de la littérature religieuse. Celui de la Pri
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
10ablement ce que les philosophes bourgeois font et comptent faire pour les hommes. Très bien. Nous le demandons aussi. (Nous avon
10 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
11é roumaines ou slovaques, la minorité hongroise y comptait cependant pour plus ; elle était seule active et créatrice. Le reste 
11 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
12s qui nie l’acte et le risque. Il n’y a plus qu’à compter un, deux, trois, comme le dit Kierkegaard dans La Répétition. Qu’il y
12 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
13e devrait contribuer à rendre plus frappant, nous comptons tirer, dans nos prochains numéros, les conclusions pratiques et les s
13 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
14’on n’oublie pas que la scène du drame, tout bien compté, est aussi vaste que le monde, et qu’il n’est pas de réduit si secret
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
15t que le mieux à faire pour nous, c’est encore de compter avec eux. Mais compter avec eux, ce n’est pas les diviser, ni abdique
16pour nous, c’est encore de compter avec eux. Mais compter avec eux, ce n’est pas les diviser, ni abdiquer sous leur implacable
15 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
17porte le conflit. Les institutions, n’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le principe de tout confl
18’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le principe de tout conflit, et sont sans forces contre les conf
19, qui comporte le conflit. Les institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et o
20s institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antag
16 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
21gue de ces formules nous fait crier casse-cou : « compter avec le fait-nation », « se replier sur le cadre national », « organi
22des élites ? Ni le pouvoir ni les lois ne peuvent compter sur une longue durée ou sur une action un peu féconde, s’ils ne sont
17 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
23t que le mieux à faire pour nous, c’est encore de compter avec eux. Mais, compter avec eux, ce n’est pas abdiquer sous leur imp
24our nous, c’est encore de compter avec eux. Mais, compter avec eux, ce n’est pas abdiquer sous leur implacable destin. Ceux qui
18 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
25leurs revendications économiques satisfaites, ils comptent passer à une œuvre spirituelle. Mais ce passage serait la négation de
26drer. Et si, par exemple, la personne humaine est comptée pour rien dans les suppositions fondamentales du collectivisme, le su
19 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
27omporte le conflit. Les institutions, n’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le principe de tout confl
28’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le principe de tout conflit, et sont sans forces contre les conf
29, qui comporte le conflit. Les institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et o
30s institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antag
20 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Liberté ou chômage ?
31e devrait contribuer à rendre plus frappant, nous comptons tirer, dans nos prochains numéros, les conclusions pratiques et les s
21 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
32iciellement la révolution véritable ? Faudrait-il compter sur l’État pour prendre cette initiative ?41 Laissons ce jeu. Les u
22 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
33l’angoisse à l’« altruisme » véritable. Tout bien compté, — reste la seule angoisse. Etc., etc.) Nietzsche a horreur de toute
23 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
34! Si le but nous paraît trop haut, c’est que nous comptons encore trop sur nous-mêmes. Mais le chrétien ne compte pas sur lui se
24 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
35e l’on réduit au seul domaine français, sans même compter que nos églises ont subi de telles persécuti‌ons qu’elles ont été qua
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
36roit du mot. Quelques noms pour finir, (mais nous comptons bien en donner prochainement un plus grand nombre) : Roger Breuil, R.
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
37olitiques et morales sur lesquelles nous pouvions compter, et la mission même de la Suisse. Tout cela tend à nous réduire à nos
27 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
38ivains, dont certains tels Gide et Jules Romains, comptent parmi les célébrités les moins contestées de la France contemporaine.
28 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
39dédommagement. Salaire : 280 francs par mois « en comptant tout ». Sa femme fait des lessives. En été ils pêchent des palourdes
29 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
40lus que tyrannie, c’est-à-dire que ses jours sont comptés. Quant à l’objection connexe relative au danger d’anarchie, nous rapp
30 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
41 sujet : « L’Église contre les travailleurs. » Je comptais me rendre à la première conférence. Mais le village d’A… est à huit k
42sonne n’a l’idée de rien entreprendre. Le village comptait autrefois, paraît-il, cinq ou six Sociétés de caractère utilitaire ou
43in de causer dans la vie provinciale. Je n’ai pas compté le nombre de lignes actuellement exploitées. Mais j’ai pu constater,
44nous donc, nous qui ne croyons plus aux curés ! — Comptez, monsieur, — lui dis-je, — qu’un écrivain a bien deux fois plus de pe
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
45dédommagement. Salaire : 280 francs par mois « en comptant tout ». Sa femme fait des lessives. En été ils pêchent des palourdes
46 sujet : « L’Église contre les travailleurs ». Je comptais me rendre à la première conférence. Mais le village d’A. est à 8 kilo
47sonne n’a l’idée de rien entreprendre. Le village comptait autrefois, paraît-il, cinq ou six sociétés de caractère utilitaire ou
48in de causer dans la vie provinciale. Je n’ai pas compté le nombre de lignes actuellement exploitées. Mais j’ai pu constater d
49 donc, nous qui ne croyons plus aux curés ! » — « Comptez Monsieur, lui dis-je, qu’un écrivain a bien deux fois plus de peine à
32 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
50r. Je sais bien une douzaine de ses camarades qui comptent parmi les mieux rentés de ce pays. Faut-il donc penser que les partis
51e, sur quelle classe, sur quels intérêts ? — Nous comptons sur l’effort des hommes les plus humains. C’est peu, dites-vous. Mais
33 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
52e met à copier le voisin, un tel État ne peut pas compter sur l’aide d’autrui. Nous ne pouvons compter sur cette aide que dans
53 pas compter sur l’aide d’autrui. Nous ne pouvons compter sur cette aide que dans la mesure où nous sommes pour l’Europe quelqu
34 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
54ètes. Une cession purement diplomatique n’eût pas compté à ses yeux. La religion dont il était le fondateur voulait le sacrifi
35 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
55ciles. Je lui pose ma question habituelle : — Que comptez-vous faire contre ces gens, contre cet état de choses ? — On ne peut
36 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
56d’un protestant, l’Alsacien Valentin Boltz. Il ne comptait pas moins de 149 rôles parlés, et sa représentation demanda deux jour
37 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
57e payons maintenant, une fois pour toutes. Ce qui comptera, ce qui vaudra toujours, l’Écriture nous l’apprend lorsqu’elle dit :
38 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
58e von Papen, catholique ? Oui ou non, l’Allemagne comptait-elle, depuis des siècles, 38 % de catholiques (aujourd’hui, 50 %) ? O
39 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). IX. Premiers résultats de notre action
59 bruit ne saurait troubler ceux sur lesquels nous comptons ; ces calomnies ne déconsidèrent que leurs fauteurs, elles démasquent
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
60e danger, ils serrent les rangs. Ils se mettent à compter leurs forces, à recenser tous leurs appuis. Et c’est sans doute à ce
41 1940, Mission ou démission de la Suisse. Neutralité oblige, (1937)
61olitiques et morales sur lesquelles nous pouvions compter, et la mission même de la Suisse. Tout cela tend à nous réduire à nos
42 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
62 rougit de ses vertus, sur quelle force peut-elle compter ? Et quand l’élite d’une société n’attache plus que du ridicule aux d
43 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
63t, etc. Mais je serai toujours heureux de pouvoir compter sur vous en cas de besoin. » Dans l’un et l’autre cas, succès ou éche
64et où j’ai travaillé pendant près de deux ans, ne comptait qu’une infime minorité de fonctionnaires de métier. Le chef en fut d’
44 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
65are-t-il, a répondu à toutes nos espérances. Nous comptons en tirer des renseignements d’une valeur inestimable. » On ne saurait
45 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
66cornichons à lunettes, aux lèvres minces, sachant compter leurs sous et damner les buveurs de whisky ; ces fils de puritains, d
46 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
67ffrontent sournoisement les seules Puissances qui comptent. Fin et Suite J’ai revu Genève et sa cyclophilie torrentielle,
47 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
68l’ajuster.) Le cabinet que ces chambres éliraient compterait les ministères suivants : Bombe et Répression des États, Échange des
48 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
69t largement populaire, la méthodiste aussi (elles comptent chacune 9 à 10 millions de membres), tandis que l’Église presbytérien
70jusqu’à donner naissance à des « églises » qui ne comptaient que quelques centaines « d’élus ». Avec le xxe siècle et l’achèvemen
49 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
71ne plénitude de l’attente. D’ici là, plus rien ne comptera que par rapport à ce plaisir qui vient. Et les ennuis, et l’ennui mêm
50 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
72ffrontent sournoisement les seules puissances qui comptent. 12 avril 1946 Fin et Suite. — J’ai revu Genève et sa cyclophi
51 1946, Journal des deux Mondes. Le mauvais temps qui vient
73fous et les aventuriers, mais je voudrais pouvoir compter sur des hommes prêts à maîtriser l’aventure désormais probable, face
74es authentiques pour les corps et les esprits. Ne comptez plus sur vos épargnes, ni sur la seule valeur de l’inertie pour sauve
52 1946, Lettres sur la bombe atomique. La guerre est morte
75la Bombe, non de la paix, que l’ère nouvelle sera comptée. D’ailleurs, il s’agit moins de la naissance d’une paix que de la mor
53 1946, Lettres sur la bombe atomique. Les Quatre Libertés
76evoir d’autrui. Sans elle, les autres libertés ne comptent guère. Par elle seule, elles peuvent être conquises. Nous l’affirmons
54 1946, Lettres sur la bombe atomique. La paix ou la mort
77l’ajuster.) Le cabinet que ces chambres éliraient compterait les ministères suivants : Bombe et Répression des États, Échange des
55 1946, Lettres sur la bombe atomique. Point de vue d’un général
78on et toutes les qualités morales ou physiques ne comptent plus devant une haute supériorité d’armement. S’il fallait parler chi
56 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
79t l’histoire des utopies réalisées. Tout ce qui a compté, tout ce qui a marqué, tout ce dont nous vivons pratiquement aujourd’
57 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
80lle soit forte et donc unique, puisque les autres comptent sur sa faiblesse. Mais au lieu de se féliciter d’une aussi bienheureu
58 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
81t, etc. Mais je serai toujours heureux de pouvoir compter sur vous en cas de besoin. » Dans l’un et l’autre cas, succès ou éche
82et où j’ai travaillé pendant près de deux ans, ne comptait qu’une infinie minorité de fonctionnaires de métier. Le chef en fut d
59 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
83 donner un catalogue assez complet de ce qui peut compter, hors d’Amérique, dans la littérature américaine. Tout le reste est p
84t largement populaire, la méthodiste aussi (elles comptent chacune 9 à 10 millions de membres), tandis que l’Église presbytérien
85jusqu’à donner naissance à des « églises » qui ne comptaient que quelques centaines d’élus. Avec le xxe siècle et l’achèvement de
60 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
86cornichons à lunettes, aux lèvres minces, sachant compter leurs sous et damner les buveurs de whisky ; ces fils de puritains, d
61 1948, Réforme, articles (1946–1980). Roger Breuil qui vient de mourir était un grand romancier protestant (13 mars 1948)
87aines, car nous avions parlé d’une pièce que nous comptions écrire ensemble. Nous étions amis depuis dix-sept ans, et sans questi
62 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
88 devra, et à eux seuls. Sur qui d’autre peut-elle compter ? Elle ne doit pas compter sur les gens au pouvoir. J’en connais peu
89 qui d’autre peut-elle compter ? Elle ne doit pas compter sur les gens au pouvoir. J’en connais peu qui aient l’intention de le
63 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
90le y voit même la saveur de la vie ! Tout cela va compter — à la longue. Un beau jour, il n’est pas impossible, il est même pro
64 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
91 fédéraliste, il va de soi qu’une minorité puisse compter pour autant, voire plus qu’une majorité dans certains cas, parce qu’à
92 devra, et à eux seuls. Sur qui d’autre peut-elle compter, je vous le demande ? Elle ne doit pas compter sur les gens au pouvoi
93le compter, je vous le demande ? Elle ne doit pas compter sur les gens au pouvoir. J’en connais peu qui aient l’intention de le
65 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
94 devra, et à eux seuls. Sur qui d’autre peut-elle compter ? Elle ne doit pas compter sur les gens au pouvoir. L’union, la paix,
95 qui d’autre peut-elle compter ? Elle ne doit pas compter sur les gens au pouvoir. L’union, la paix, que la plupart d’entre eux
66 1948, Suite neuchâteloise. IV
96sa résolution — de son pardon. Jours de nos vies, comptés de toute éternité, mais prolongés par l’acte de piété à la durée des
67 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
97travail allait être effacé pour toujours. C’était compter sans les mouvements de Résistance. Dans les réseaux clandestins, dans
68 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
98u incrédules chez certains de nos voisins. Qu’ils comptent plutôt leurs divisions ! Nous en avons, je le crains, plus qu’eux tou
69 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
99 famille européenne. Sinon, chacun d’entre eux va compter dans ma liste les quelques noms de son pays et n’en tirera qu’une rai
70 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
100n les perspectives de développement du CEC ? Nous comptons pousser les actions en cours : reprendre les travaux de nos deux Comm
101ser une nouvelle série de plans de causerie… Nous comptons ensuite lancer plusieurs activités nouvelles, actuellement à l’étude 
71 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
102nnovateur dans les arts. Cela donne tout ce qui a compté dans la vie de l’Europe, tout ce qui s’y est fait un nom et un visage
72 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
103rime contre l’homme et ses jours, désormais, sont comptés. L’insurrection de toutes les villes de la zone Est, bien qu’écrasée
73 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
104 crime contre l’homme et ses jours désormais sont comptés. L’insurrection de toutes les villes de la zone Est, bien qu’écrasée
74 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
105rins possibles, obligés par « faute d’argent » de compter sérieusement ; or, parmi ces ignorants involontaires des terres et de
75 1953, La Confédération helvétique. Les institutions politiques
106tres incontestés de leur politique économique. On comptait alors en Suisse 11 mesures de pieds, 60 espèces d’aunes, 87 mesures d
107cèdent. C’est ainsi qu’en cent ans, la Suisse n’a compté que 63 ministres, dont un seul n’a pas été réélu bien qu’il fût candi
76 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
108du monde pour les inventions… Depuis 1925, on y a compté en moyenne 9,3 inventions pour 10 000 habitants »24. Rappelons parmi
77 1953, La Confédération helvétique. La famille et l’éducation
109’ensemble du pays, en 1946, la famille d’ouvriers comptait en moyenne 4 personnes (4,5 en 1912), la famille d’employés ou de fon
78 1953, La Confédération helvétique. La vie religieuse
110 Amis de Dieu, dont le centre était à Strasbourg, comptait beaucoup de disciples chez les Suisses : Nicolas de Flue, qui venait
79 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
111 Comité international de la Croix-Rouge, et qui a compté jusqu’à 3400 collaborateurs, en grande majorité bénévoles, assistés p
112 ont été adjoints. Pour la seule année 1946, on a compté que 127 institutions, commissions ou conférences internationales ont
80 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
113quité, « après J.-C. » et c’est une ère nouvelle, comptée à neuf. Toutes nos révolutions s’en souviendront. L’Orient n’a pas co
81 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
114nt de ses bourreaux. Les jours du communisme sont comptés. Il a vu son Double effrayant dans les rues de Poznan et de Budapest.
82 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
115dversaire de l’Islam, et nous avons M. Dulles. Il comptait rapporter la subvention spéciale qui eût permis aux Rois Catholiques
83 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
116’idée révolutionnaire qu’il n’y a plus d’îles qui comptent dans le monde actuel et que la Grande-Bretagne est une partie de l’Eu
84 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
117drait le plus grand des Grands occidentaux. (Elle compterait en effet plus d’habitants que l’URSS et les USA additionnés.) Nous vo
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
118nt-ils jamais seuls ? L’individu peut-il vraiment compter, dans ce grouillement sempiternel ? Mais je vais aux quartiers ancien
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
119quité, « après J.-C. » et c’est une ère nouvelle, comptée à neuf. Toutes nos révolutions s’en souviendront. L’Orient n’a pas co
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
120’est pas l’évolution mais l’instant et l’acte qui comptent. Je donnerai l’exemple des arts. S’il est vrai que la relativité d’Ei
88 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
121ation des responsables de demain, la minorité qui comptera. L’avenir de l’Europe dépend essentiellement des possibilités de prom
122 préparer le terrain, d’éclairer les réalités qui comptent vraiment, et de situer l’Europe et ses problèmes dans le grand jeu mo
89 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
123 selon leurs « croyances », comme si les faits ne comptaient pas, ou pire : comme s’il était suspect de s’en soucier. — Quoi ? nou
90 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
124à partir de cet événement historique que l’Europe comptera les années de sa nouvelle ère. Et le temps, désormais, pour les Europ
91 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Notes sur deux projets
125l Conseil, composé avec tous les soins requis, et comptant des savants et penseurs d’une compétence indiscutée dans leur domaine
92 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
126 toujours en tension dialectique — du moins s’ils comptent ? Nos trop rares entretiens m’ont appris sur Kassner cela surtout qu’
127 quel rapport il pouvait être avec mon œuvre, qui comptait à ce moment-là plus d’un demi-siècle. Atteindre le but sans le voir (
93 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
128départ, il n’avait pris sur lui que peu d’argent, comptant faire venir par la suite les fonds qu’il possédait en France. Mais le
129raient surtout les jeunes, de 18 à 40 ans. (L’UEF compta jusqu’à 100 000 membres inscrits vers 1949-1950.) Leur volonté procla
94 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — Rudolf Kassner et la grandeur humaine
130 toujours en tension dialectique — du moins s’ils comptent ? Nos trop rares entretiens m’ont appris sur Kassner cela surtout qu’
131 quel rapport il pouvait être avec mon œuvre, qui comptait à ce moment-là plus d’un demi-siècle. Atteindre le but sans le voir (
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
132. On sait qu’en hébreu, ce sont les consonnes qui comptent, les voyelles étant variables et souvent ajoutées par reconstitution.
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Premiers plans d’union
133eurie de Venise, pour résister au Turc. Podiebrad comptait y faire participer d’entrée de jeu les rois de Pologne et de Hongrie,
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — L’Europe des lumières
134s l’ignorance, dans la disette, dans la barbarie. Comptez-vous pour peu de chose qu’il y ait aujourd’hui des philosophes sur le
135e, de la licence ou de l’esclavage : mais on vous comptera parmi les grandes puissances de l’Europe, vous entrerez dans les syst
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
136 politique civile ; ils mériteraient alors d’être comptés au nombre des nations civilisées qu’ils auraient soumises.138 Le ma
137rie, me disais-je, aujourd’hui presque dépeuplée, comptait alors cent villes puissantes… Que sont devenus tant de brillantes cré
138e Teutscher Merkur, un plan de Tribunal européen, comptant cette fois-ci sur Napoléon pour le réaliser. Et là encore, le démenti
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
139aits de la Fortune, sur lesquels personne ne peut compter, surtout pas lorsqu’il s’agit d’édifier l’avenir. Dans l’état actuel
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (I)
140ats qui ne sont jamais entrés dans ce conflit, ne comptent pour ainsi dire pas.155 Mais voici l’une de ces intuitions typiquem