1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
1anchit le pas de la mort, il lutterait contre les conventions établies, les traditions et les sophismes. Devant lui était le monde 
2 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
2ier nous voyons se dresser contre la stérilisante convention capitaliste, contre le malthusianisme des virtuoses de la pensée sans
3 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
3-il que notre langue les traduise, en vertu d’une convention qu’il serait temps de réviser, par « démesure » et « confusion » ? Ca
4 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
4issante ne sont plus que malentendus, et la seule convention qui subsiste, c’est de les accepter pour tels. « Philosophe et guerri
5 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
5ieil ours intraitable, toujours dressé contre les conventions civilisées — inoubliable création, ce Norenius ! — qui prend soin d’e
6 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
6ieil ours intraitable, toujours dressé contre les conventions civilisées — inoubliable création, ce Norenius ! — qui prend soin d’e
7 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
7à toute interprétation, c’est-à-dire à toutes les conventions inventées par les hommes pour étouffer le scandale. Josef K… fondé de
8 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Personne ou individu ? (d’après une discussion)
8atie laïque. L’individu au nom duquel légiféra la Convention n’était en somme défini que par des droits — et par des droits tout r
9 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
9sens de sociable, c’est honorer les catégories et conventions sociales, les avantages, les commodités, les honneurs qui s’attachent
10 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
10 pour jouir, ou la puissance de fixer le vrai par convention ou décret scientifique, pour agir. (Il y a d’autres exigences possibl
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
11un « nombre d’or », un secret de la vie, mais une convention de banquiers. Il est contre nature que l’amour, la puissance, dépende
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
12les romans à la Bourget, consiste à rattacher par convention, presque par accident, une série d’attitudes et de causes « morales »
13ne noblesse entérinée, tout un système délicat de conventions et de prudences… Ramuz commence là où tous les intermédiaires sont su
14contre l’académisme. Si puissantes que soient les conventions dans un pays, elles ne peuvent pas nourrir une réaction créatrice. Et
13 1936, Esprit, articles (1932–1962). Erskine Caldwell, Le Petit Arpent du Bon Dieu (novembre 1936)
15aldwell : On aime à opposer l’esprit gaulois aux conventions de l’amour courtois, et à y voir la conception naturaliste de l’amour
14 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
16, révolution, salut…) Et, comme pour protéger ces conventions précaires, on les rend aussi vagues et abstraites qu’on le peut. Opér
15 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
17on de mots ». Comment ne voient-ils pas que si la convention qui fixe la valeur des mots se voit tacitement dénoncée, et que si l’
16 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Fatalités du rationalisme bourgeois
18our fixer les idées, put triompher sans peine des conventions d’une élite mondaine, toute ahurie qu’on vînt lui démontrer qu’elle n
17 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
19étorique — d’où son déclin — mais forme encore et convention admise par tous les clercs européens. On ne saurait en dire autant du
18 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
20ne n’aura l’idée d’aller le chercher : dans cette convention le plus généralement admise, dans ce sous-entendu que personne n’ente
21lectuel. C’est un ensemble des plus composites de conventions techniques, de conventions de langage, de méthodes à la mode, d’instr
22des plus composites de conventions techniques, de conventions de langage, de méthodes à la mode, d’instruments de travail, d’usages
23’usage immodéré et automatique, à tout propos, de conventions d’écoles, de doutes minutieux, de modestie pédante, dont le vrai but,
24justifiait pas, dès l’origine, sans recours à nos conventions morales et sociales78. Le fameux « compromis social » à la nécessité
25ffectivement ? À ce recours à un système ou à une convention, ou simplement à un proverbe, pour sortir pratiquement d’une situatio
19 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
26ttendais à autre chose, mon calendrier moral, mes conventions, etc. prévoyaient autre chose. » Et l’on décrit les croyances de son
20 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
27s décape de toute niaiserie, et déjoue toutes les conven­tions. Surtout, un rythme merveilleux de souplesse, d’imprévu et d’aisance,
21 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
28haque fois le coup est bon. Vous partez en pleine convention romantique, populaire carte postale. Mais voici que la vie s’y prend,
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
29lus un corps limité, éduqué, instruit au sein des conventions communes. Un chacun peut en être, et juger comme il veut. Le droit de
30s imprescriptibles que se trouve avoir décrété la Convention. Bref, il n’est plus de mesure commune : ni l’Église, ni la Culture,
31ée. Nous ne bénéficions plus de la protection des conventions. Tantôt mêlés de trop près à des indifférents et des indiscrets, tant
32ttendais à autre chose, mon calendrier moral, mes conventions, etc., prévoyaient autre chose. » Et l’on décrit les croyances de son
23 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
33ence : mythe dégradé, mariage en crise, formes et conventions décriées, extension du délire passionnel aux domaines où il peut entr
24 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
34 l’Oise, passe pour avoir inspiré Robespierre. La Convention fit éditer l’un de ses discours dont Gardère nous donne l’analyse. Il
25 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
35entre la vie en uniforme et ce que l’on nomme par convention le mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont
26 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
36Le vingtième siècle a vu la décadence des formes, conventions, cérémonies et lieux communs qui étaient les signes extérieurs d’une
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
37ssiste à leur dialogue intime, il apparaît qu’une convention tacite, ou mieux, une sorte de complicité les lie : la volonté que le
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
38ser — écrit J. Huizinga136 — l’esprit gaulois aux conventions de l’amour courtois et à y voir la conception naturaliste de l’amour,
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
39 fréquent qu’on se laisse tuer pour respecter des conventions d’une merveilleuse extravagance. « Les chevaliers de l’ordre de l’Éto
40et de canon ? » ⁂ Il n’en reste pas moins que les conventions de la guerre et de l’amour courtois ont marqué les coutumes occidenta
41jeûnes prolongés avant l’épreuve des armes) ; les conventions permettant de déterminer le vainqueur (c’est par exemple celui qui pa
42ipe spirituel qui inspirait les « formes » et les conventions, mais des calculs d’intérêts privés, incapables de fournir les bases
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
43ence : mythe dégradé, mariage en crise, formes et conventions décriées, extension du délire passionnel aux domaines où il peut entr
31 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
44ois scientifiques ne sont en fait que de commodes conventions, dépendant des systèmes de mesures inventés par l’esprit humain. Or s
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
45ois scientifiques ne sont en fait que de commodes conventions, dépendant des systèmes de mesures inventés par l’esprit humain. Or s
33 1944, Les Personnes du drame. Introduction
46ontre l’automatisme, de l’authenticité contre les conventions, et de l’élémentaire contre l’artificiel, c’est le langage et le visa
34 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
47e « jouer » la vie, de la réduire à un système de conventions qui nous rassurent, de la découper en « parties » indépendantes les u
48. Et par un tour habituel au Serpent, ce sont ces conventions, ces règles inventées, et ce découpage arbitraire, que nous appelons
35 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
49erprétation rassurante, c’est-à-dire à toutes les conventions heureusement introduites par les hommes pour « faire comme si » leur
36 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Vues sur Ramuz
50les romans à la Bourget, consiste à rattacher par convention, presque par accident, une série d’attitudes et de causes « morales »
51rances d’une noble origine, un système délicat de conventions et de prudences. Ramuz commence là où tous les intermédiaires sont su
52contre l’académisme. Si puissantes que soient les conventions dans un pays, elles ne peuvent pas nourrir une réaction créatrice. Et
37 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — L’Art poétique de Claudel
53, révolution, salut…) Et, comme pour protéger ces conventions précaires, on les rend aussi vagues et abstraites qu’on le peut. Opér
38 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
54araît s’en étonner, tant est puissant le sens des conventions publiques dans ce peuple qui, par ailleurs, a poussé plus loin que to
39 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
55 se garder d’innover ou de faire plus vrai que la convention du jour. Les milliers d’employés déjà cités se livrent donc à une cha
40 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
56’est bientôt se révolter contre les tabous et les conventions sacrées du groupe. Alors le groupe expulse le « non-conformiste ». Ce
41 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
57entre la vie en uniforme et ce que l’on nomme par convention le mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont
42 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
58s une de ces filles n’est mariée. Telles sont les conventions de leur morale, et ils s’y tiennent ; sans plus d’hypocrisie que nous
43 1946, Lettres sur la bombe atomique. La nouvelle
59hes, et n’ont ni plus ni moins de réalité que les conventions d’un jeu quelconque. — N’empêche que la bombe a éclaté au moment prév
44 1947, Doctrine fabuleuse. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
60uses. Ne serait-ce pas que la clarté n’est qu’une convention de langage ? J’entends : un mot de passe de la tribu, ou une espèce d
61 du langage courant par le souci de contrôler ses conventions. Mais ce n’est pas là le seul mode d’expression possible. Le critiqu
62air et facile, et sa marche est une déduction. La convention d’un tel langage, c’est que tout est donné au départ, et qu’il s’agit
63 en termes simples. À mon tour de me défier d’une convention aussi commode. Le critique. Il me semble qu’il faut y voir une garan
64autre. Le premier serait la loi scientifique. Ses conventions sont la clarté et l’absence de contradiction. La seconde forme d’expr
45 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
65araît s’en étonner, tant est puissant le sens des conventions publiques dans ce peuple qui, par ailleurs, a poussé plus loin que to
46 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
66 se garder d’innover ou de faire plus vrai que la convention du jour. Les milliers d’employés déjà cités se livrent donc à une cha
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
67a nation, toutes les deux étant reconnues par une convention solennelle entre les membres de l’Union. Centre européen de la cultur
68essés à promouvoir les échanges culturels par des conventions réciproques ou par tous autres moyens ; Le Congrès de l’Europe propos
69 juridiquement obligatoire, en l’appuyant sur une Convention conclue entre les États membres de l’Union européenne ; Considérant q
48 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
70on de Bruxelles, a recommandé que soit créée, par convention entre les États membres de l’union européenne, une Cour des droits de
49 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
71e analyse des créations individuelles, et non des conventions sacrées. Ils imitent moins des rites millénaires que des révolutions
50 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
72nçaise : le grand courant libéral qui entraîna la Convention venait de Genève — alliée aux Suisses — autant que de Londres. Et cel
73uèrent un rôle important dans les coulisses de la Convention. Au repliement politique et social que représentent les xviie et xvi
74Prussiens, Autrichiens4, Russes — et celles de la Convention nationale ou de Bonaparte. Mais la résistance sourde et obstinée des
75nda et obtint un statut spécial dans la Ligue. La Convention de Londres, en 1920, lui reconnut le droit de ne point participer aux
51 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
76 et civils et s’employant à y faire respecter les conventions de la Croix-Rouge. Il est significatif que cette dernière œuvre fondé
52 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
77it de l’inconscient. Il dépend donc de ce que les conventions, artifices, règles de l’art et doctrines ont d’abord refoulé dans l’i
53 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
78ces houleuses de parlements modernes, ou même des conventions de partis en Amérique. Convoqués par l’Empereur de Byzance, les évêqu
54 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
79intenir avec un soin jaloux, c’est le système des conventions sacrées entre l’homme et les forces naturelles. Ce n’est donc pas des
55 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
80que les conflits du travail, réglés chez nous par conventions bilatérales, étaient réglés à l’Est par les canons des tanks ; 9. que
56 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
81is, qui est seul grand public. Tous détestent les conventions. Ils n’approuvent que le pessimisme, l’amertume et le ricanement. R.
82amertume et le ricanement. R. — C’est en effet la convention commune à l’extrême-droite et à la gauche. À l’exception du seul Kipl
57 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — La spire et l’axe
83ces houleuses de parlements modernes, ou même des Conventions de partis, en Amérique. Convoqués par l’Empereur de Byzance, les évêq
58 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
84intenir avec un soin jaloux, c’est le système des conventions sacrées entre l’homme et les forces naturelles. Ce n’est donc pas des
59 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
85onne. Il s’agit donc de comparer deux systèmes de conventions de base, l’un tolérant et inclusif, l’autre unitaire mais créateur de
60 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
86n écrit des romans et qui passionnent. Mais cette convention littéraire, condamnant le mariage accompli, n’est-elle pas un tabou b
87trois romans tristaniens, de la Société et de ses conventions ; d’où la critique mordante à laquelle les soumet le héros, parlant p
61 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
88 les manières suaves du Grand Idéaliste selon les conventions. Ni grand, ni beau, ni blond, l’œil ironique, irascible, fumant à la
62 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
89erté négative revendiquée par Don Juan contre les conventions de la morale commune — qu’il est déjà trop « spirituel » pour respect
90 retrouverait aussi la justification de certaines conventions, protégeant chez la brute et l’innocent les premières chances de l’es
63 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — Soulèvement des puissances animiques
91, au plan politique et social ; décri des lois et conventions dans tous les ordres, maladies mentales, racisme, vogue immense des s
64 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
92n écrit des romans et qui passionnent. Mais cette convention littéraire, condamnant le mariage accompli, n’est-elle pas un tabou b
93trois romans tristaniens, de la Société et de ses conventions ; d’où la critique mordante à laquelle les soumet le héros, parlant p
65 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
94erté négative revendiquée par Don Juan contre les conventions de la morale commune — qu’il est déjà trop « spirituel » pour respect
95 retrouverait aussi la justification de certaines conventions, protégeant chez la brute et l’innocent les premières chances de l’es
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Premiers plans d’union
96ard quelqu’un ou quelques-uns, en dehors de cette convention qui réclame de nous amour et fraternité, et sans avoir été attaqués o
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — En marge des grands plans, l’utopie prolifère
97 la place de son jugement. Il s’agit de créer une Convention Européenne. Mais, à cette fin, qu’on n’attende pas un soulèvement des
98ontente d’indiquer les moyens de parvenir à cette Convention. Enfin et surtout, qu’on se garde de recourir au mythe de la croisade
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
99écrits pour défendre la Constitution votée par la Convention Fédérale le 17 septembre 1787. Ce plaidoyer est adressé au peuple de
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — La Révolution Française et l’Europe
100berté. Deux ans plus tard, le 9 novembre 1792, la Convention décide de célébrer les victoires de l’armée de la Liberté par une « f
101tôt ou tard. Le 21 avril 1792, Cloots remet à la Convention un ouvrage intitulé La République Universelle, dans lequel il demande
102 en conclusion le Projet de décret suivant : La Convention nationale voulant mettre un terme aux erreurs, aux inconséquences, au
103it repousser ce Projet fantastique en adjurant la Convention de revenir à la « réalité » : Laissons aux philosophes, laissons leu
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
104m (1747-1832) fut décrété citoyen français par la Convention à l’occasion d’un grand discours contre le colonialisme. Il n’a pas s
105 et n’est autre que celle dont elles partent. Des conventions difficiles et complexes ont été bel et bien réalisées ; citons par ex
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (I)
106niversité d’Iéna ! C’est alors qu’il reçoit de la Convention le titre de citoyen français : et certes, son cœur et son tempérament
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — L’Europe des adversaires de l’Empereur
107c’est vouloir qu’un corps social subsiste par des conventions et des accords : des deux côtés il faut une force coactive qui unisse
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — Un idéal de compensation : les États-Unis d’Europe
108tif fœderis, c’est-à-dire pacte, contrat, traité, convention, alliance, etc., est une convention par laquelle un ou plusieurs chef
109trat, traité, convention, alliance, etc., est une convention par laquelle un ou plusieurs chefs de famille, une ou plusieurs commî
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — Un problème séculaire : la Russie et l’Europe
110 nous, amalgamé à notre chair et à notre sang… La Convention française de 1793, tout en décernant un brevet de citoyen au poète al
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
111scours d’hommes d’État, préambules aux traités et conventions, qui balisent le parcours de l’Idée européenne depuis un tiers de siè
76 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
112ique convoqué par Jean XXIII ; qu’il s’agisse des conventions d’inter-communion passées entre luthériens, anglicans, vieux-catholiq
77 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
113arsis Cloots, dépose en 1792 sur la tribune de la Convention, un projet de République universelle dont la commune de Paris serait
114, d’ailleurs décrété citoyen français par la même Convention, le célèbre économiste Jeremy Bentham : c’est un projet de paix perpé
78 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
115anarchie, que nous mettions en place de nouvelles conventions, de nouvelles contraintes. Et alors nous aurons de nouveau l’envie de
79 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — Ce « petit peuple pacifique… »
116i n’était encore que l’adversaire désigné par les conventions d’un jeu complexe, celui des ambitions des grands dynastes et des « d
80 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
117Il doit assimiler les règles de conduite, lois et conventions qui régissent la vie en société, dans nos démocraties. Tout cela, c’e
118l doit d’une part inculquer à l’élève les lois et conventions de la vie sociale et communautaire, mais d’autre part, il doit prépar
81 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
119’ensemble des méthodes et des rites, des codes et conventions de toute espèce qu’une société se donne pour guider les conduites de
120ce qui relève expressément de l’artifice et de la convention donnée pour telle, et d’autre part ce qui répond à des nécessités nat
121is une analyse même rapide montre que beaucoup de conventions, comme celles des jeux, traduisent des réalités psychologiques profon
122usseau et du romantisme, on a dit trop de mal des conventions, en ce sens qu’on en a dit seulement du mal, oubliant qu’elles sont r
123 vie humaine. Les règles du jeu d’échecs sont des conventions, c’est clair, mais elles font tout l’intérêt de cette activité. En ef
124s sous prétexte qu’elles ne sont que de « simples conventions », se trompent doublement : car premièrement, on peut démontrer que l
125ièmement, il n’y a rien de plus important que les conventions dans une culture, une civilisation, dans les relations entre les homm
126 que les normes et prescriptions morales sont des conventions ne signifie donc pas qu’elles soient méprisables ou vaines, bien au c
127gles d’un jeu, il faut souligner aussitôt que ces conventions ne sauraient être arbitraires. (Beaucoup de gens s’imaginent que les
128eaucoup de gens s’imaginent que les deux termes « convention » et « arbitraire » sont à peu près synonymes.) Par exemple, elles ne
129aux hasards de l’histoire, et qui avaient été les conventions utiles d’autres sociétés, notamment la Cité grecque, l’Empire romain,
82 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
130 de l’extrême liberté que nous nous accordons par convention. Voulons-nous susciter les fées du bruit et de la vitesse, ou celles
131eurs soi-disant démonstrations dépendent de leurs conventions. Tautologies que tout cela ! On en revient donc évidemment aux mythes
132hes, et n’ont ni plus ni moins de réalité que les conventions d’un jeu quelconque. — N’empêche que la bombe a éclaté au moment prév
83 1970, Le Cheminement des esprits. Historique — Le mouvement européen
133on de Bruxelles, a recommandé que soit créée, par convention entre les États membres de l’Union européenne, une Cour des Droits de
84 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — L’Europe contestée par elle-même
134e ses racines religieuses) ou qu’elle dénonce les conventions en général (sans lesquelles il n’y a pas de vie sociale possible) ; s
85 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Éducation, civisme et culture
135Il doit assimiler les règles de conduite, lois et conventions qui régissent la vie en société, dans nos démocraties. Tout cela, c’e
136uble : d’une part inculquer à l’élève les lois et conventions de la vie sociale et communautaire, d’autre part, préparer l’élève à
86 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Le civisme commence au respect des forêts
137 le Conseil de l’Europe élabore un protocole à la Convention européenne des Droits de l’Homme garantissant à chacun le droit de jo
87 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Il n’y a pas de « musique moderne »
138it de l’inconscient. Il dépend donc de ce que les conventions, artifices, règles de l’art et doctrines ont d’abord refoulé dans l’i
88 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
139s ou d’hommes de main, et qui évoquent plutôt des conventions de partis aux USA que nos congrès académiques, dans une atmosphère de
140e analyse des créations individuelles, et non des conventions sacrées. Ils imitent moins des rites millénaires que des révolutions
141ational, de groupes de régions transnationaux, de conventions passées à l’échelle mondiale ; – problèmes sociaux, écologiques et cu
89 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
142ED était « la fin de la France », parce que cette convention prétendait limiter la souveraineté de l’État dans le domaine militair
90 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
143tion (discours du Prussien Anacharsis Cloots à la Convention) et triomphe par les écoles servant l’État-nation, dès la fin du xixe
91 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). II. Strasbourg : la deuxième Table ronde du Conseil de l’Europe (« Promesses du xxe siècle »
144ument récent émanant du Conseil de l’Europe, « la Convention de coopération culturelle et le programme du Conseil en matière d’édu
92 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — La clé du système ou l’État-nation
145le, de toute faiblesse libérale. Barère devant la Convention déclare que « la langue française doit être le ciment de la nouvelle
93 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Passage de la personne à la Cité
146n, compagnonnage, collège ou compagnie, synode ou convention, n’est plus, comme la famille, naturelle et subie, mais doit son exis
94 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
147l’unanimité le 21 septembre 1978 par la troisième Convention sur la régionalisation et la décentralisation réunie par l’Institut d
148 mêmes de la déclaration faite à Bordeaux, par la Convention du Conseil de l’Europe sur les problèmes de la régionalisation, terme
95 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
149eux États, parfois même de trois. Au cours de ses conventions annuelles, dès 1973, la Conférence a mis en lumière les notions très
150 développement, la Communauté a signé en 1974 une convention qui constitue la forme d’aide la plus généreuse jusqu’ici consentie p
96 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Les Régions
151s, il sera temps de les faire reconnaître par des conventions avec d’autres régions voisines, États nationaux, autorités européenne
97 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Annexes
152’unanimité le 21 septembre 1978, par la troisième Convention sur la régionalisation et la décentralisation réunie par l’Institut d
153 mêmes de la déclaration faite à Bordeaux, par la Convention du Conseil de l’Europe sur les problèmes de la régionalisation, terme
98 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
154ter au sens chimique, lorsque le 20 avril 1792 la Convention déclare la guerre « aux rois d’Europe », en vertu du principe qui ser
99 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
155, de la poule ou de l’œuf. I. Chronologie La Convention nationale, élue au suffrage universel, destitue le roi en 1792, et pr
156erre. Louis en appelle à la Nation — qui a élu la Convention. Cette dernière annule « l’appel de Louis Capet à la Nation » et défe
157le de la République ». Peu après (avril 1793), la Convention désigne dans son sein un Comité de salut public chargé d’un pouvoir e
158it — ou l’on devrait avoir enfin compris — qu’une convention tacite lie les deux personnes du drame : ni la vraie guerre ni la vra
159urope, et sur l’anarchie du Tiers Monde. Mais les conventions, même tacites, et même vitales pour la santé des industries, le contr
100 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
160evés : réminiscence irrépressible de scènes de la Convention, pendant la Révolution française. On entendit beaucoup de discours en
161 but principal sera de soumettre aux parties à la Convention culturelle européenne des objectifs culturels susceptibles d’être pri