1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1 lignes graves. Toutes ces formes devinées dans l’espace nous environnent d’une obscure confiance. Livrons-nous aux jeux des h
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alix de Watteville, La Folie de l’espace (avril 1926)
2 Alix de Watteville, La Folie de l’espace (avril 1926)q Un artiste de grand talent à qui la guerre a fait pe
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
3utes les civilisations fortes l’ont osé. Créer un espace architectural lumineux à la place de nos cités congestionnées, ce ser
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
4humaine qui touche. Mais l’atmosphère pure de ces espaces définis par quelques plans ne tue pas un certain mystère. Cette cour
5n Evard : des roses noires sur une table, dans un espace bizarrement lumineux où se coupent des plans transparents, cellule de
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
6ui la métamorphose ; c’est un temps nouveau, et l’espace en relation se modifie pour maintenir je ne sais quelle harmonie… C’e
6 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
7e et angoissante. Il mêle tout dans le temps et l’espace. Cent années et tous les visages aimés revivent dans cette coupe de s
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
8s et des bouteilles sont placées au hasard dans l’espace vide où tourne la fumée des cigares. Assis sur la banquette, quelques
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
9 qu’est-ce que ce voyage, si tu songes à tous les espaces à parcourir encore dans ce monde et dans d’autres, dans cette vie et
9 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
10 Mais Stuttgart, plus moderne, plante des arbres, espace des villas sur ses collines, s’aère et redevient une ville à la campa
11e besoin de fixer, de cerner, de localiser dans l’espace des sentiments ou des désirs sans fin, et qui n’ont de réalité qu’en
10 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
12e et angoissante. Il mêle tout dans le temps et l’espace. Cent années et tous les visages aimés revivent dans cette coupe de s
11 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Une « tasse de thé » au Palais C…
13se passe au centre de la pièce. Il y a là dans un espace vide un piano à l’aile levée, et devant le piano, assis sur un tabour
14eux qui se souviennent. Tout est lumière dans cet espace, jeu silencieux de lustres, de glaces et d’acajous polis. On entend l
12 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
15erres et bouteilles sont placées au hasard dans l’espace vide où tourne la fumée des cigares. Assis sur la banquette, quelques
16 qu’est-ce que ce voyage, si tu songes à tous les espaces à parcourir encore dans ce monde et dans d’autres, dans cette vie et
13 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
17ntir autour de lui vivre la grande maisonnée, cet espace cloisonné de murailles respectables, plein de présences et d’absences
18eu des métamorphoses. Il s’agit que l’esprit et l’espace vivant, de nouveau se répondent, se conviennent et soient signes l’un
19a vision, distinguera des choses nouvelles dans l’espace. (Au poète de les nommer.) 22 mai 1929 (Après avoir relu ce que
14 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
20qui me dit, à tel endroit précis du temps et de l’espace : voici ce que tu dois faire. À celui qui demande : que dois-je fair
15 1933, Présence, articles (1932–1946). Paysage de tête : poème (1933)
21ères plus terribles que l’orage, ces battements d’espace au-dessus des pluies qui se tirent à l’horizon dans un paysage agité
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
22n, ne peuvent être saisis dans le temps ni dans l’espace conçus par notre entendement, si bien que les apparitions irréfutable
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
23t volumes de papiers posthumes, fut composée en l’espace de douze années. Le père de Kierkegaard avait passé son enfance à gar
18 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
24 ; de les grouper en brefs traités. Dans le petit espace dont nous disposons pour aborder de si grands sujets, force nous est
19 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
25rois dimensions plutôt. Cela suffit pour créer un espace, un climat, une invite à naître — une légèreté nouvelle dans l’atmosp
20 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
26animées par « les battements du cœur sauvage de l’Espace », il s’amuse, il s’effraie de ses personnages, il les hait furieusem
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
27qu’une propriété réelle, sinon l’extension dans l’espace d’une loi personnelle, de la loi du propriétaire ? (Toute autre forme
22 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
28emprunter ici ou là, dans les temps révolus, ou l’espace étranger, certains signes créés par d’autres pour des fins qui ne son
29ou d’hommes, exactement situés dans le temps ou l’espace, peuvent en appeler à une mesure commune. Seul l’homme déterminé par
23 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
30emprunter ici ou là, dans les temps révolus, ou l’espace étranger, certains signes créés par d’autres pour des fins qui ne son
31ou d’hommes, exactement situés dans le temps ou l’espace, peuvent en appeler à une mesure commune. Seul l’homme déterminé par
24 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
32’être et l’expression, entre lesquels le temps, l’espace et toutes les limitations qui composent notre condition recréent sans
33uffre aucune distance, ni dans le temps ni dans l’espace, ni de principe ni de fait, entre théorie et pratique. C’est là son r
34 l’accélération de notre chute dans le temps et l’espace est entièrement déterminée par les lois mécaniques. Fatalement, elles
25 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
35ui ont écrit chacun une vingtaine de volumes en l’espace de dix ans : Kierkegaard et Nietzsche. Le premier était riche et dépe
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
36 Les spéculations de Swedenborg sur le temps et l’espace « vécu » par les anges relevaient également de la fantaisie la plus é
27 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
37’homme est « chair », et cette chair est liée à l’espace et au temps. Comment le temps tuerait-il l’Éternel ? Comment la chair
28 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
38n compte, j’en ai pris sept sur mon pyjama dans l’espace de deux minutes, ce qui doit constituer une sorte de record. D’autres
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
39 qu’il se couvre et se nettoie tout entier dans l’espace d’une demi-heure. Les côtes, elles aussi, se transforment. Une nuit d
40n compte, j’en ai pris sept sur mon pyjama dans l’espace de deux minutes, ce qui doit constituer une sorte de record. D’autres
41de sa jeunesse inoccupée, enfin de dominer dans l’espace d’une seule vie ce romantisme où trois générations vont se débattre e
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
42du boulevard sont encore verts, ici ; il y a de l’espace. Les masses de briques vernies striées de bandes blanches des HBM s’o
43s mêmes cafés. Chaque chose est à sa place dans l’espace et l’histoire, chaque nuance de la Tradition possède sa rue, ou au mo
31 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
44e variations sur le thème de la relativité dans l’espace et le temps. Tantôt géante et tantôt naine, Alice expérimente chaque
32 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
45ce, qui viennent de notre fonds, et le néologisme espace vital. On ignore trop souvent que la liberté signifiait pour les vieu
46 encore, il suffit de changer le signe. Quant à l’espace vital des dictatures, on n’aura pas été sans remarquer que sa qualité
47et augmenter une « vitalité sûre d’elle-même ». L’espace vital, c’est celui que réclament non la misère et la famine, mais l’o
48endiqués par le Reich dans ces termes, ce qui est espace vital pour un nazi risque malheureusement de s’appeler bientôt champ
49sement de s’appeler bientôt champ de bataille, ou espace mortel.
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
50t qui précède son départ. Il franchit d’un saut l’espace qui sépare les deux lits. Mais une blessure récente qu’il a reçue à l
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
51uleux de cette double naissance, si rapide : en l’espace d’une vingtaine d’années, naissance d’une vision de la femme entièrem
52nément, dans le temps (xiie siècle) comme dans l’espace (Midi de la France)39. Comment croire que ces deux mouvements soient
53ques lointaines à la fois dans le temps et dans l’espace. 4. Une technique de la « chasteté ». — À partir du vie siècle se ré
54nt le dépassement du moi distinct, du temps, de l’espace et du malheur terrestre, est emprunté presque littéralement à divers
55corps, il peut atteindre au-delà du temps et de l’espace la réalité de l’Amour, cette fusion de deux « moi » cessant de souffr
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
56, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie », c’est le chant pur de la passion de la Nuit. Mais
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
57amène à ces liens, nous réduit aux limites dans l’espace et le temps sans lesquelles il n’est point de « créatures » — alors q
37 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
58s et ses habitations. Le phénomène-Goethe, dans l’espace et le temps, voilà qui donnerait une idée de l’espèce d’intérêt que l
38 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
59que Luther est coupable de n’avoir pas su, dans l’espace d’une vingtaine d’années, dominer les fatalités germaniques que six s
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
60tions « jeunes » et « dynamiques » ont droit à un espace vital, lequel espace englobe, comme par hasard, tous les pays voisins
61 dynamiques » ont droit à un espace vital, lequel espace englobe, comme par hasard, tous les pays voisins qui sont trop petits
62ts pour se défendre seuls. Au nom de ce concept d’espace vital, elle déclare donc que ces États n’ont plus de « raison d’être
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. Esquisses d’une politique fédéraliste
63ermis de se réaliser en ce point très précis de l’espace et du temps, ce n’est pas seulement le fait physique de l’ouverture d
41 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
64as de mer qui entourent l’île, s’étendent sur des espaces bien plus vastes, îles et plaines reliées par un immense réseau de po
42 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
65 du Delaware en ferry-boat. La vitesse rétrécit l’espace américain ; les routes de la vitesse lui créent enfin des cadres. Qua
43 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
66ardement, mais c’est d’appeler ce champ de mort « espace vital ». Ce n’est pas de violer les Traités, mais c’est de vouloir s’
44 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
67vu la Vienne sozialdemokrat se transformer dans l’espace de vingt-quatre heures en une Vienne délirante de passion hitlérienne
45 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
68rière lui montant du chœur resplendissant, dans l’espace et le temps consacrés. Serait-ce un mystérieux écho de la rédemption
69ntinent. Ainsi, par une mutation brusque, dans l’espace de cinquante à cent ans, la société est devenue trop gigantesque pour
70uple allemand. Et cela s’appelait la théorie de l’espace vital. « Comment ce qui t’est nécessaire ne te serait-il pas permis ?
71con. Il n’est pas de domaine où l’argument de l’espace vital, individuel cette fois-ci, ait eu plus de succès que dans l’amo
46 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
72t volumes de papiers posthumes, fut composée en l’espace de douze années. Le père de Kierkegaard avait passé son enfance à gar
47 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Le Journal d’André Gide
73s et ses habitations. Le phénomène-Goethe, dans l’espace et le temps, voilà qui donnerait une idée de l’espèce d’intérêt que l
48 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Vues sur Ramuz
74qu’une propriété réelle, sinon l’extension dans l’espace d’une loi personnelle, de la loi du propriétaire ? (Toute autre forme
49 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
75est un immense glissement à travers le temps et l’espace. Tout glisse et passe ici, vers l’oubli, vers la vie. La jeune Améric
50 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
76lonnés. Une buée bleue, pendant l’été, emplit cet espace fermé par les hauts bâtiments de la 51e rue, en brique vernie, tous l
51 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
77le chenil. Le parc s’arrête ici, et s’ouvrent les espaces de pâturages nus, en pente douce. Très loin, en silhouette sur la crê
52 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
78rce et l’industrie américains y trouveraient leur espace vital, mais il ne renonce pas aux barrières douanières, à la défense
53 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
79’était de dénaturer le germanisme et de ravager l’espace vital qu’avait toujours été l’Allemagne pour les savants, les écrivai
54 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
80ast River qui entourent l’île, s’étendent sur des espaces bien plus vastes, îles et plaines reliées par un immense réseau de po
81d touche et mesure dans les trois dimensions de l’espace, sauf un découpage de ciel mat, tout est fait de main d’homme sur tab
82ent à la hauteur des toits, et la rivière ouvre l’espace, double le ciel, qui règne seul au coucher du soleil. À New York, la
83lonnés. Une buée bleue, pendant l’été, emplit cet espace fermé par les hauts bâtiments de la Cinquante-et-unième rue, en briqu
84 le chenil. Le parc s’arrête ici et s’ouvrent les espaces de pâturages nus, en pente douce. Très loin, en silhouette sur la crê
85 Philadelphie et Baltimore. La vitesse rétrécit l’espace américain, les routes de la vitesse lui créent enfin des cadres. Quan
55 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
86est plus. Toute création demande une vacance, un espace qui ne soit mesuré et un temps qui ne soit rythmé que par les lois in
56 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
87ils annoncent que la Hollande fait partie de leur espace vital, cela trahit, je le crains, leur décision de transformer ce pay
88mer ce pays en champ de bataille, c’est-à-dire en espace mortel. ⁂ Je ne connais qu’un seul descendant authentique de Napoléon
57 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
89is lumineuse, des ombres géométriques découpent l’espace aussi haut qu’on peut voir. Nous défilons lentement près de leur base
58 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
90ast River qui entourent l’île, s’étendent sur des espaces bien plus vastes, îles et plaines reliées par un immense réseau de po
91d touche et mesure dans les trois dimensions de l’espace, sauf un découpage de ciel mat, tout est fait de main d’homme sur tab
92ent à la hauteur des toits, et la rivière ouvre l’espace, double le ciel, qui règne seul au coucher du soleil. À New York, la
59 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
93faîte au sol, les moitiés restant séparées par un espace d’un demi-mètre : un adultère s’est produit là. Le mari trompé prend
60 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
94lonnés. Une buée bleue, pendant l’été, emplit cet espace fermé par les hauts bâtiments de la 51e rue, en brique vernie, tous l
61 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
95le chenil. Le parc s’arrête ici, et s’ouvrent les espaces de pâturages nus, en pente douce. Très loin, en silhouette sur la crê
62 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
96oin de situer l’observateur dans le temps, dans l’espace, et dans ses circonstances. (Encore ai-je tu les plus intimes.) Et si
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. La nouvelle
97 imaginer lumière plus heureuse, ni plus paisible espace. Il paraît qu’il faisait ce temps-là, l’autre jour, à Hiroshima. Hier
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. Paralysie des hommes d’État
98rce et l’industrie américains y trouveraient leur espace vital, mais il ne renonce pas aux barrières douanières, à la défense
65 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
99est un immense glissement à travers le temps et l’espace. Tout glisse et passe ici, vers l’oubli, vers la vie. La jeune Améric
66 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
100tes-en donc quatre de huit pages. Vous gagnerez l’espace des titres, et vous aurez quelques nouvelles du monde. Leur simplisme
101cumuler le plus de faits possible dans le moindre espace, sur le même plan et sans jugements, et qui s’acquiert au prix de que
67 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
102 Philadelphie et Baltimore. La vitesse rétrécit l’espace américain ; les routes de la vitesse lui créent enfin des cadres. Qua
68 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
103 écho, dialogue à l’infini. Ici la joie trouve un espace où se déployer sans se perdre, la méditation des ciels bas, la passio
69 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
104tats en une grande unité politique et en un vaste espace économique ; la fédérer dans sa diversité, en vue de maintenir et d’i
70 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
105u’à la curiosité de la planète ! Tout cela dans l’espace de trente ans, et sans retour possible, à vues humaines. Que nous res
71 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
106tats en une grande unité politique et en un vaste espace économique ; — la fédérer dans sa diversité, en vue de maintenir et d
72 1948, Suite neuchâteloise. III
107horlogerie, par leur extrême complication dans un espace aussi réduit que possible. William Coxe, voyageur anglais, auteur de
73 1948, Suite neuchâteloise. V
108de plus loin, d’au-delà de mon petit pays, dans l’espace et le temps d’une plus vaste patrie. Les perspectives changent à vue,
74 1948, Suite neuchâteloise. VII
109 écho, dialogue à l’infini. Ici la joie trouve un espace où se déployer sans se perdre, la méditation des ciels bas, la passio
75 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
110où finissent ces deux réalités ? À la fois dans l’espace et dans le temps, elles sont mouvantes et complexes. (Ce qui peut sig
76 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
111oux, fleurs, menues verroteries, et dans l’étroit espace devant l’autel, une femme debout, sans un geste. Parfois le prêtre en
77 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
112, conquête du ciel, victoire de l’intellect sur l’espace à trois dimensions… Chacune de ces victoires nous a jetés dans un com
78 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
113a notion de révolution a la même extension dans l’espace et le temps que le monde christianisé. L’Asiatique, par exemple, ne p
79 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
114alie ou de la Suède. Elle n’apparaît pas comme un espace d’un seul tenant, nettement délimité par les accidents naturels, mais
80 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
115 s’intègre à la communauté plus vaste qui est son espace vital de civilisation. Ayant redressé l’Italie, il voulait la conduir
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
116lui-même, cette notion a la même extension dans l’espace et le temps que le « monde christianisé ». S’il n’y a pas de socialis
82 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
117vraiment infini à la fois dans le temps et dans l’espace — comme l’ont cru les atomistes grecs, puis Nicolas de Cuse et Giorda
83 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
118 Encore qu’il dise tout l’essentiel dans le peu d’espace réservé aux nouvelles de ce genre, ce texte appelle quelques explicat
84 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
119entale a dominé pendant des millénaires l’immense espace ouvert qui va de l’Est européen jusqu’aux confins de la Sibérie et ju
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
120ce-t-elle dans le temps ? Et où finit-elle dans l’espace ? B. Ceux qui l’attaquent savent assez ce qu’elle est. A. L’Albanie m
86 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
121 des satellites. Elle projette aujourd’hui vers l’espace lointain ses plans contestés sur la Terre. C’est un des vieux réflexe
122 ? — Réfléchir sur la destruction de la catégorie espace en tant qu’imagination du lointain. » En 1955, la presse mondiale ann
87 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
123qui les séparent. Ainsi se trouve ouvert un vaste espace où le commerce sera libre. (Ce groupe de six pays est connu sous le n
88 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
124 ou non dans l’Histoire Tout d’un coup (dans l’espace d’une quarantaine d’années) il se révèle que notre humanité n’a pas d
125le calcul mathématique. On ne peut plus limiter l’espace ni le temps, et, lorsque au xxᵉ siècle ils se dilatent soudain au-del
89 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
126e ces marbres. Elle règne, taciturne, au plus bel espace vide jamais délimité par l’artifice humain. 66. Aristocratie : de
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
127hérence originelle. L’Orient trop lointain dans l’espace et si proche dans l’âme collective n’était plus une menace, ou ne l’é
128ibre et responsable. L’Incarnation de Dieu dans l’espace et le temps, dans le corps d’un homme à telle date, atteste aux yeux
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — La spire et l’axe
129rouvons pas l’Eldorado de l’âme, mais l’or et les espaces américains. Nous ne trouvons pas la quadrature du cercle, mais des mé
92 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
130lui-même, cette notion a la même extension dans l’espace et le temps que le « monde christianisé ». S’il n’y a pas le socialis
93 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
131 ou non dans l’histoire Tout d’un coup (dans l’espace d’une quarantaine d’années) il se révèle que notre humanité n’a pas d
132le calcul mathématique. On ne peut plus limiter l’espace ni le temps, et lorsqu’au xxe siècle ils se dilatent soudain au delà
94 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
133 Chapitre VIL’expérience de l’espace D’un cosmos qui n’a plus de centre Parmi les plus anciennes ma
134: car le centre est partout et nulle part, dans l’espace inimaginable défini par l’astrophysique. La découverte et la relative
135Occident, à la découverte et à l’acceptation de l’Espace, et cela par paliers brusques dans quelques esprits, d’une manière le
136elle en a bénéficié en retour, l’exploration de l’espace terrestre nous ayant révélé récemment des civilisations d’une antiqui
137une antiquité insoupçonnée, et l’exploration de l’espace cosmique nous habituant à des mesures de temps d’un type nouveau. Et
138 de constater que l’exploration systématique de l’espace terrestre et cosmique fut entreprise par les Européens, et par eux se
139derait ses profondeurs, puis les profondeurs de l’espace infini et de cet autre infini qui est dans le microcosme. Il fallait
140ence et vers les mythes de la Démocratie. Ainsi l’espace ouvert ajoute aux âges de l’homme, comme la mesure du temps calculée
141is la navigation transocéane54. L’expérience de l’espace et celle du temps convergent. L’astronome a guidé l’explorateur du gl
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’exploration de la matière
142aiment l’infini à la fois dans le temps et dans l’espace — comme l’ont cru les atomistes grecs, puis Nicolas de Cuse et Giorda
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
143ce, lorsqu’il les voit de loin dans le temps ou l’espace) qu’il nomme des saints. Mais prenons garde que s’il les nomme ainsi,
144vraiment déployé leurs effets que dans les grands espaces humains des Amériques et de l’URSS. Là, comme extraites de leur conte
145on en jugera. La prise de conscience élargie de l’espace et du temps historique, la connaissance approfondie de la matière et
97 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
146astes : que faire du monde ainsi domestiqué, de l’espace, du temps et du loisir conquis ? Nous voulions aussi démontrer l’impo
147: il faut passer au delà, soit dans le temps et l’espace, soit dans les dimensions spirituelles. L’au delà des crises occident
98 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
148et amie ; mais tout près de nos têtes, les grands espaces noirs ouvrent les dimensions insensées du cosmos. Ah ! la vraie vie n
149u dans notre cabine. Si l’avion continuait vers l’espace infini ? Tristesse absolue, fin du Sens. Déchirant amour de la Terre 
150nts. Il y aura une série de grandes stations de l’espace, habitées en permanence, terminus des lignes de voyages interplanétai
99 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
151bitation, par le paradoxe de la consécration de l’espace et par le rite de construction, se voit transformée en un centre. De
152’univers. Il s’agit là, on s’en rend compte, d’un espace transcendant, d’une tout autre structure que l’espace profane, compat
153ce transcendant, d’une tout autre structure que l’espace profane, compatible avec une multiplicité et même avec une infinité d
100 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). … Et dona ferentes (Remarques sur la diffusion inégale de nos valeurs et de nos produits)
154s contemporaine ; elle reste loin derrière dans l’espace et le temps. Tel est le drame. Il intéresse l’avenir de tous les peup