1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
1de qu’il s’est créé. Jamais banal, il est parfois facile : la description du monde qu’il invente nous lasse quand elle ne l’ét
2 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
2ués de l’esprit qui les exerce, des voluptés plus faciles — pour infuser dans nos corps charmés d’un repos sans rêves une langu
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
3 les tendances négatives l’emportent, il est plus facile et plus enivrant de se laisser glisser que de construire. Et l’on y p
4sent acheté au prix d’un martyre… Cette lassitude facile à juger du dehors n’était pas ce qu’il y a vingt ans on nommait blasé
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
5vants qu’un véritable roman. La profusion souvent facile des incidents et le style volontairement sec permettent de suivre san
5 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
6e nous avons fait une vertu. Eux, ils l’ont rendu facile et en ont fait un plaisir. » Et encore ceci que je trouve si juste :
6 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
7 et de les considérer avec sympathie. Il est bien facile de s’écrier : « Après moi, le déluge ! », et de se détourner de ce qu
7 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
8os artistes. Mais n’allez pas croire à des grâces faciles ou sentimentales. Il y a une sorte d’aristocratique dissimulation dan
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
9e la composition de cette réminiscence soit assez facile et « artiste » on hésite à en faire reproche à l’auteur. Cette espèce
9 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927)
10eur, plus sentimental que cruel. « J’ai la beauté facile et c’est heureux. » Il y a aussi un certain tragique, mais au filet s
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
11nt de maladresses dédaigneuses, de bravades et de faciles tricheries8 — qu’ait connue l’esprit humain. Sens de l’Absolu, sens d
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
12est d’un ridicule écrasant : mais rien n’est plus facile que d’y échapper. III Sur l’utilité de la littérature Montherla
12 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
13 philosophe, et vous allez me dire que c’est trop facile pour un homme retiré du monde depuis si longtemps. Livrons-nous plutô
13 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
14glisse quelque préciosité ou quelques « pointes » faciles mais cela même ne manque pas de naturel… On peut regretter que ce liv
14 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
15tion sur un mot bien français et ses applications faciles à cent célébrités locales. (Quant à Goethe, traité de clown, cela ne
15 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
16 récit de succès mirobolants, et le charme un peu facile mais fort goûté du grand public, de l’humour américain, l’on comprend
17arler de problèmes techniques où son triomphe est facile. C’est le technicien parfait qui combat les techniciens imparfaits. I
16 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Prison. Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929)
18nt sur le vide   Tu pleurerais Mais la grâce est facile comme un matin d’été la grâce tendrement dénouée de ta vie comme de c
17 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
19ape. On obtient par ce moyen un peloton homogène, facile à surveiller. Mais en matière de sport, la tricherie est difficile, t
20onçant pour cette fois à démontrer, ce qui serait facile, qu’ils constituent une inversion méthodique de toutes les lois divin
18 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
21rment sur le vide tu pleurerais mais la grâce est facile comme un matin d’été la grâce tendrement dénouée de ta vie comme de c
19 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
22joliment un fin lettré. (Vraiment le jeu est trop facile. Allez donc vous mettre en colère contre l’insignifiance ! On ne nous
23i de la critique d’un certain état d’esprit moins facile à formuler qu’à décrire dans ses effets, et qui paraît affecter d’un
24z à dédaigner cette vertu qu’il est vraiment trop facile de nommer l’avarice française, il vous reste à choisir entre le sort
20 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
25u premier coup d’œil, assez dénuées de ces effets faciles qu’on aime à ménager dans un jardin à la française. Mais vous ne tard
21 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
26s repris par le malaise que m’infligent les lieux faciles. Ô tristesse des crèmeries et des jardins ! C’est devant une glace pa
22 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
27On le conçoit, ce n’est pas là se rendre la tâche facile. Cernant de toutes parts son sujet, M. Du Bos choisit des bases d’app
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
28lice sur les Embarras de Paris. Sujet de pastiche facile : décrire l’état d’esprit du Français moyen qui brandit son parapluie
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
29 n’est pas de préférence définitive, c’est-à-dire facile, accordée au Bien par exemple, mais que dans chaque instant de l’exis
25 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
30es » fondamentalement divergentes, dont il serait facile de suivre les manifestations dans les domaines les plus variés de l’ê
31s variés de l’être. Qu’on ne voie pas ici quelque facile généralisation, mais bien plutôt un essai de spécification. Je pense,
26 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
32 philosophe, et vous allez me dire que c’est trop facile pour un homme retiré du monde depuis si longtemps. Livrons-nous plutô
27 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
33s repris par le malaise que m’infligent les lieux faciles. Ô tristesse des crèmeries et des jardins ! C’est devant une glace pa
28 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
348 heures de bureau demande aux livres une évasion facile hors de la médiocre existence quotidienne. Mais l’homme qui toute la
29 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
35e sa « problématique » particulière. Il n’est pas facile de résumer sans la trahir une pensée à ce point hostile à tout systèm
36urs ont fort bien rendue, et la tâche n’était pas facile) ; de son réalisme agressif, de cette obstination à rechercher le sen
30 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
37sme ne tire bénéfice, avant nous, d’une faim trop facile à tromper. Il est bon, il est nécessaire que la littérature enseigne
31 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
38érés ? Tous vos livres disent non à la vie. C’est facile d’être négatif. Et je n’avais pas besoin qu’on m’y aide. Pourquoi n’a
39pondre à la demande du public. Il faut des livres faciles, des livres gais, etc. C’est, disent-ils, ce qu’on demande. — Hé ! ou
32 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
40i parlent un langage clair. Jamais il ne fut plus facile de reconnaître les choix nécessaires. Désordre, oui, et plus grand qu
33 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
41emis » et l’on « sue à grosses gouttes ». Il est facile de dire que Nietzsche exagère ; plus difficile de contester la cruell
34 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
42rd de Dieu », comme disent les chrétiens. (Est-ce facile ? ou bien même possible ? Est-ce un effet de notre choix, ou un momen
35 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
43re égal ? Sur le plan politique, la réponse était facile ; mais elle ne satisfaisait pas le besoin qu’on avait créé8. Dans la
36 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
44s éveillés et conscients du réel ! Il serait bien facile de faire la même démonstration à propos des petits « réalistes » attr
37 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
45i parlent un langage clair. Jamais il ne fut plus facile de reconnaître les choix nécessaires. Désordre, oui, et plus grand qu
38 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
46core en pleine période de transition, il est trop facile de rejeter toutes les critiques de fait adressées au Plan Quinquennal
39 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
47 fait très frappant : c’est qu’il est étrangement facile d’opposer terme à terme les expressions chrétiennes et les expression
40 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
48versaire. Les conséquences de ces deux faits sont faciles à prévoir : la tactique utilisée par les antifascistes va leur dicter
41 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
49re égal ? Sur le plan politique, la réponse était facile ; mais elle ne satisfaisait pas le besoin qu’on avait créé55. Dans la
42 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
50st-à-dire électoral. « Vous critiquez, c’est bien facile et jeune. Qu’avez-vous à mettre à la place ? — Ceci, et cela, pour te
43 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
51roïsme en masse, à l’héroïsme collectif — le plus facile, si c’en est encore un ! — mais qui n’ont plus de courage civique. Mi
44 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Groupements personnalistes
52nomique ensuite, Politique à leur service. Il est facile d’indiquer rapidement le principe de cohésion de ces trois ordres. Da
45 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
53e n’est point pour me ménager une partie par trop facile. C’est que la grossièreté même de l’écart, et le fait qu’on l’ait nég
46 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
54suspect à toute la tradition, ah ! que c’est donc facile et rassurant de jeter la pierre à Nicodème ! Nicodème, l’orgueilleux
55 la soirée, encore que cette vérité ne soit point facile à entendre. Je ne sais si c’est un « barthien », au sens que certains
47 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
56nt pris, d’un portrait de Ramuz, dont il est bien facile de tirer une épreuve positive : « Sa poésie commence avec le commence
48 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
57ions mènent encore une vie à bien des égards plus facile et plus libre que les nouvelles. Elles ont gardé un certain nombre de
58llectives. Et l’on se rassure en attendant par de faciles railleries à l’adresse des États libéraux.   2. Situation qui nous es
49 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
59nt « de gauche » ? Certes non. Car il serait trop facile de répliquer que Mussolini a trahi le socialisme, plutôt qu’il ne l’a
50 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
60 succèdent selon un plan qu’il n’est pas toujours facile d’apercevoir. Les divisions générales paraissent être : Dieu — L’homm
51 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
61ensable ».) Ce renversement d’équilibre n’est pas facile à définir, ni surtout à localiser. Il me semble qu’il est d’abord épr
52 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
62n Russie qu’en Allemagne pour des raisons de fait faciles à distinguer. Mais une fois le régime installé, se pose la question d
63loir monnayer la doctrine en valeurs symboliques, faciles à reconnaître, en affirmations volontaires que l’on donnera pour bon
53 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Commune mesure et acte de foi
64 à savoir si nous voulons des réponses simples et faciles, ou bien la vérité qui est souvent difficile. Si nous refusons de des
54 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
65ions mènent encore une vie à bien des égards plus facile et plus libre que les nouvelles. Elles ont gardé un certain nombre de
66llectives. Et pour le reste, on se rassure par de faciles railleries à l’adresse des États libéraux. J’écris ce livre et je pos
55 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
67urement descriptives. Mais n’allez pas les croire faciles pour autant. Elles supposent au contraire une subtilité considérable,
56 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
68s-uns me sauraient gré sans doute de jouer le jeu facile, et toujours trompeur, des exemples. Mais je n’écris pas pour dispens
57 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
69ciples avec le personnalisme paraît beaucoup plus facile à réaliser qu’avec toute autre doctrine politique66. Mais pour Batail
58 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
70t présente du « peuple ». Par contre, il est très facile de haïr et de condamner un certain ordre de choses qui nous vexe et d
59 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
71 nous souffrons tous ? Enfin, n’est-il point trop facile de trouver son rythme de vie dans les conditions somme toute artifici
72t présente du « peuple ». Par contre, il est très facile de haïr et de condamner un certain ordre de choses qui nous vexe et d
73. Tristement bourgeoise et fausse, quand elle est facile. Et lesouvrages « d’avant-garde » donnent dans l’ensemble une impress
74t aussi le grain de nos idées, de notre vie, plus facile à décrire avec les mots de notre langue. Il ne se passe pas grand-cho
60 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
75 alors qu’il n’est au vrai que la manière la plus facile de jouer la comédie : sans spectateurs. Jouer la comédie devant des ê
76pondre à la demande du public. Il faut des livres faciles, des livres gais, etc. C’est, disent-ils, ce que l’on demande. — Hé !
61 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
77ar surcroît ne sont pas bien malins ! Il était si facile de répliquer à mon calomniateur bordelais que c’est lui qui ne connaî
62 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
78à la fois de nous obséder par l’idée d’un bonheur facile, et du même coup de nous rendre inaptes à le posséder. Car tout ce qu
79s illusions que lui proposent divers objets, trop faciles à saisir. Au lieu de mener à la mort, elle se dénoue en infidélité. Q
80s affectent de la tolérer : pour des raisons trop faciles à concevoir, on craint d’attaquer le lecteur dans ses croyances les p
63 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
81onstituant par là même une clé de correction très facile à manier ; 4° fournit beaucoup plus de texte que d’images ; 5° s’expr
82 par laquelle l’un de vous m’accueillit. ⁂ Il est facile d’avoir raison, de loin, contre un peuple qu’on ne voit pas. Mais fac
64 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
83 donne-moi tout entier à toi seul ! Il n’est pas facile de caractériser en quelques mots cette « piété germanique », de forme
65 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
84t, en critiquant simplement leurs erreurs. Il est facile d’avoir raison de loin ; plus difficile de découvrir une voie meilleu
66 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
85d’avant-guerre eurent sans doute l’existence plus facile, mais de quel prix spirituel ont-elles payé l’illusion du Progrès ? J
67 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
86omplète, lorsqu’elle est devenue trop ancienne et facile, laisse l’homme sur un sentiment de déception et d’indicible appauvri
68 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
87 À chacune de nos questions, il serait évidemment facile de répondre : les choses se passent ainsi parce qu’autrement il n’y a
88asion de prouesse classique et de rebondissements faciles. L’existence du mari, l’obstacle de l’adultère, c’est le premier prét
69 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
89es de la liturgie cathare ? Il ne serait que trop facile de multiplier ces questions. Voyons plutôt les arguments adverses. To
90de parler d’aventures incroyables, de merveilleux facile, de naïvetés touchantes, de fraîcheur primitive, etc. « Poèmes incohé
70 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
91e toutes ces allégories trop bien voilées. Il est facile d’imaginer le processus. Saint Augustin écrit cette prière : « Je te
92le dialecticien par excellence, et qu’il est trop facile d’extraire de ses œuvres les vérités les plus contradictoires. Chez l
71 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
93n sur le plan collectif. À vrai dire, il est plus facile de le sentir que de l’expliquer rationnellement. Toute passion, dira-
72 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
94à la fois de nous obséder par l’idée d’un bonheur facile, et du même coup de nous rendre inaptes à le posséder. Car tout ce qu
95s illusions que lui proposent divers objets, trop faciles à saisir. Au lieu de mener à la mort, elle se dénoue en infidélité. Q
96s affectent de la tolérer : pour des raisons trop faciles à concevoir, on craint d’attaquer le lecteur dans ses croyances les p
97est le mariage, à mon avis, que l’on a rendu trop facile, en acceptant que « l’amour » suffise pour le conclure, au dédain des
73 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
98t la table à laquelle ils se sont heurtés. Il est facile et rassurant de noircir le voisin pour mieux se blanchir soi-même. Ma
99 du péché sur la terre. Non, l’heure n’est pas au facile optimisme, dans une Europe tout obscurcie par la menace des avions. L
74 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
100manifestation de ce genre risque d’être une proie facile pour les caricatures de liturgie que les païens viendront lui offrir
75 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
101 la fausse conversion, ou de la conversion trop « facile ». « Je ne suis ni protestant ni catholique, je suis chrétien tout si
76 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
102roïsme en masse, à l’héroïsme collectif — le plus facile, si c’en est encore un ! — mais qui n’ont plus de courage civique. Mi
77 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
103t la table à laquelle ils se sont heurtés. Il est facile et rassurant de noircir le voisin pour mieux se blanchir soi-même. Ma
104 du péché sur la terre. Non, l’heure n’est pas au facile optimisme, dans une Europe tout obscurcie par la menace des avions. L
78 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
105moralement « à la hauteur ». Non, ce n’est pas si facile que cela d’habiter et de posséder un pays dont l’altière beauté menac
106table liberté intérieure qu’ils ont été une proie facile pour l’étranger, pour les armées de la Révolution française. Je voudr
107rquoi ? Parce que c’est bien plus simple, et plus facile de tout ramener à des mesures médiocres et uniformes. C’est bien plus
108cres et uniformes. C’est bien plus simple et plus facile que de tenir compte des vivantes diversités, des vocations infiniment
109d’un terme plus chrétien, sa vocation. C’est très facile à dire en quelques mots. La vocation actuelle et historique de la Sui
110t solide de la paix que nous espérons. C’est très facile à dire, et ce n’est pas très neuf, en apparences. Mais dès qu’on veut
79 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
111i, parler du Diable ne sera pas ici quelque moyen facile d’illustrer des idées. Le réel n’est pas fait d’idées et de matière.
112au veut dire9. Le cas paraissait clair et la cure facile. Les séances commencèrent aussitôt. Après deux ou trois mois, l’état
80 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
113e sérieux du mal en général. La condamnation trop facile du méchant qui est en face peut recouvrir et favoriser beaucoup de co
114 au contraire parce qu’on la sent enfin proche et facile ? C’est l’un et l’autre, selon l’âme qu’on y porte, et le sens que l’
115e allégué et je cite, « d’entretenir des contacts faciles et agréables. » Serait-ce que j’ai l’esprit mal fait ? Ou dira-t-on d
81 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
116cle. Et l’on apporte à son appui l’exemple un peu facile d’innombrables ouvrages édifiants. Non, ce n’est pas la vraie beauté
117tels. Vous êtes délivré de votre effort, tout est facile, il n’y a qu’à se laisser aller. Vous « arriverez » plus vite que ceu
118nt, si c’est assez intense ou excitant, flatteur, facile, et prétexte à se fuir… 50. « Vital » et autres sophismes Tout
82 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
119e qui font toute la démagogie, le culte du succès facile et hasardeux, la peur des coups, la peur des paroles claires, — bref 
83 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
120eue des légendes populaires, il est vraiment trop facile d’y croire : qui s’en donnerait encore la peine ? De fait, j’ai connu
84 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
121e sérieux du mal en général. La condamnation trop facile du méchant qui est en face peut recouvrir et favoriser beaucoup de co
85 1944, Les Personnes du drame. Introduction
122onc essayer quelques-uns de leurs coups, les plus faciles parmi ceux qu’ils m’indiquent. Serait-ce assez pour les juger ? Qu’il
86 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Goethe médiateur
123s de l’effort goethéen et cet effort même. Il est facile de montrer ce qui, dans l’œuvre écrite de Goethe, n’est pas typiqueme
87 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
124d de Dieu », comme disent les chrétiens ? (Est-ce facile ? ou bien même possible ? Est-ce un effet de notre choix, ou un momen
88 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Le Journal d’André Gide
125de la fausse conversion, ou de la conversion trop facile. « Le catholicisme est inadmissible. Le protestantisme est intolérabl
89 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
126 un continent dont je tiens pour possible et même facile de parler fort correctement sans y être jamais allé : la plupart des
90 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
127se instantanément les nouveautés qu’il semblerait facile d’y introduire, à première vue. Cette technique trop parfaite n’est o
128tes et de la musique, vingt autres procédés moins faciles à définir, en deux mots : voilà le domaine que Disney seul a le coura
91 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
129issants à décréter les moyens d’une paix pourtant facile à concevoir : donner la Bombe au gouvernement mondial, supprimer les
92 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
130 vous de n’en point abuser. C’est d’ailleurs très facile, me semble-t-il. Soyez honnêtes dans les négociations, comme le fut v
93 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
131 s’agit simplement de circuler. Ce n’est pas très facile, pratiquement ? Mais partir, ou rester, ne le sont pas non plus, appa
94 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
132Nous en avons assez dit pour qu’il soit désormais facile de voir qu’à l’attitude œcuménique en religion ne peut correspondre q
95 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
133es au bord d’un lac. Mais il ne serait guère plus facile de comparer cette vie, cette ville aux images que, par Hollywood, l’A
96 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
134d’avant-guerre eurent sans doute l’existence plus facile, mais de quel prix spirituel ont-elles payé l’illusion du Progrès ? J
97 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
135dominé par la lutte contre Hitler. Or il est trop facile d’être contre Hitler, trop facile de se sentir meilleur que les nazis
136 Or il est trop facile d’être contre Hitler, trop facile de se sentir meilleur que les nazis. Les grandes époques spirituelles
137oup par coup, détail par détail. Tout est détail, facile et plutôt fastidieux : téléphones, lettres, coups de sonnette, vérifi
98 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
138 des dieux policiers de l’Europe. Comme il serait facile de pincer, n’importe où, cette mince artère par où notre vieux monde
99 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
139s trop loin d’ici, pour huit jours ? Rien de plus facile. Sa voiture viendra me prendre à l’aube, pour me conduire à 300 km se
100 1946, Journal des deux Mondes. Solitudes et amitiés
140s non. Ils veulent des faits, et certes il serait facile d’en imaginer des centaines en s’inspirant de ce que l’on sait de l’E
141, un jour ou l’autre, me paraissent hypocrites ou faciles à réduire. « Gagner sa vie », dit-on, mais en vivant ainsi on aurait