1 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
1udain plein de mépris et de désespoir, ô vie sans faute, vie sans joie… Ah ! plus amère, plus amère encore, saurai-je un jour
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
2leurs mains qu’est-elle devenue ? C’est bien leur faute si elle nous apparaît aujourd’hui comme une vieille courtisane assagi
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
3’art, la philosophie, la politique étant absents, faute d’emploi, il n’y avait aucune correction à faire ». D’ailleurs, il ne
4n les a par trop dupés ; ils ne marchent plus. La faute en est à l’idéologie bourgeoise du xixe siècle qui consiste dans une
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
5ne contradiction intérieure dont les deux termes, faute d’être assumés sur le plan commun de la conscience où ils s’exalterai
5 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
6 cesse d’être « établi ». Qu’il ait pu l’être, la faute n’en est pas à lui, mais à la défection du christianisme ; à cette dé
6 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
7rovient d’une pensée qui se refuse à nos limites, faute parfois de les avoir assez sérieusement éprouvées, faute surtout d’un
8arfois de les avoir assez sérieusement éprouvées, faute surtout d’une foi qui rendrait vain le plus consolant de nos rêves. C
7 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
9 avouer que s’il connaît un au-delà du désespoir. Faute de le pressentir, ils ont méconnu leur angoisse ; faute du courage de
10de le pressentir, ils ont méconnu leur angoisse ; faute du courage de la considérer en face — ce courage que donne seule la f
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
11 tendance au crime. Elle est devenue folle par sa faute, Dieu seul peut la guérir. » Les marxistes n’aiment pas ce radicalism
9 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
12gue ; surtout pas en français. Ce n’est pas notre faute si la France est, en effet, aujourd’hui comme hier, la dernière éclus
13omme hier, la dernière écluse. Ce n’est pas notre faute si le pays des petits rentiers et du traité de Versailles est tout de
14continental des hommes libres. Ce n’est pas notre faute si, pour sauver l’Occident et l’Europe, nous devons d’abord, aujourd’
10 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
15 cesse d’être « établi ». Qu’il ait pu l’être, la faute n’en est pas à lui, mais à la défection du christianisme ; à cette dé
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
16ntaxe le même mouvement d’esprit qui explique les fautes d’accord relevées plus haut : un linguiste dirait que la formule de c
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
17t pas voulu en prévoir l’irrationnelle nécessité. Faute d’expressions orthodoxes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha de
13 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
18Voilà le mal « presque impossible à réparer ». La faute n’est pas à la littérature seule, mais à tout un régime social qui l’
14 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
19res pourtant revêtus de l’imprimatur. Finalement, faute du Concile qui aurait seul qualité pour m’éclairer, et qu’on ne saura
15 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
20 intellectuelle, depuis quelques années. À qui la faute ? À la lâcheté des auteurs ? Il y a eu, de tous temps, des héros et d
16 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
21era pas amorcé par la France, les nations jeunes, faute d’un autre modèle, se laisseront engager dans des imitations monstrue
17 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
22st pas la moindre : j’essaierai de la mesurer. La faute que je leur impute, n’est pas d’avoir mal conduit l’opinion, mais d’a
23, au niveau du réel, que notre culture se défait. Faute de s’être montrée « à la hauteur » d’une tâche humaine, elle a voulu
18 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
24t pas voulu en prévoir l’irrationnelle nécessité. Faute d’expressions orthodoxes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha de
19 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
25t devenu celui des instituteurs et des comitards. Faute d’avoir vécu dans le peuple, l’intellectuel d’aujourd’hui croit retro
26re que cela seul peut me faire solidaire de leurs fautes dans l’instant où je les dénonce — : tous ceux-là participent de la d
20 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
27’est à la suite d’un relâchement de l’être, d’une faute originelle. La distinction entre mot et idée est sa conséquence imméd
28iente. Entre deux mots qui s’offrent choisir sans faute le plus « évocateur », entre deux sens d’un même mot, le moins concre
21 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
29on des grandes masses pour la lecture ? Est-ce la faute du public, ou bien des écrivains ? Et avant d’y porter remède, ne con
22 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
30e de l’importance réelle de cette crise, à qui la faute, disions-nous ? Au public ou aux écrivains ? On objectera sans doute
23 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
31Tant d’autres disent : allons-nous-en, et restent faute d’imagination. Et pourtant il suffit de bien peu pour partir : la Fra
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
32Tant d’autres disent : Allons-nous-en, et restent faute d’imagination. Et pourtant il suffit de bien peu pour partir : la Fra
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
33urtant, il faut faire quelque chose. (La première faute, en tout cela, revient évidemment au système libéral, qui n’a pas su
34s cette petite phrase ! Je me dis : C’est bien ma faute. J’ai de nouveau parlé en intellectuel. En homme qui veut savoir pour
35travail est de penser. Mais je l’appelle chômeur, faute d’autre terme, s’il n’a plus la possibilité de s’assurer un gagne-pai
26 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
36e doctrine cathare ne prétendait pas légitimer la faute en soi, puisqu’au contraire elle ordonnait la chasteté. Mais nous avo
37s romans bretons, l’adultère de Tristan reste une faute parce qu’il est consommé dans la chair (et non point parce qu’il lèse
38it un roman, et se rend admirable… Ce qui était « faute » et ne pouvait donner lieu qu’à des commentaires édifiants sur le da
27 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
39t la terre qui est méprisée, et la vie qui est la faute à racheter ! Mais tuer l’homme avant qu’il ne se tue, et le tuer autr
40uveur anonyme qui assumera le poids de toutes nos fautes, et de la faute initiale de vivre, pour les glorifier dans la guerre
41 assumera le poids de toutes nos fautes, et de la faute initiale de vivre, pour les glorifier dans la guerre au nom de l’inno
42ité qui consume la vie, mais qui consume aussi la faute, et divinise un moi purifié, « innocent » ! De ces origines mystiques
43culpabilité : « Ce n’est pas moi qui ai commis la faute, je n’y étais pas, c’est cette puissance fatale qui agissait en lieu
28 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
44voit inculpé, par une justice inaccessible, d’une faute indéterminée. Il faut sans doute attribuer au Procès une significatio
29 1938, Journal d’Allemagne. Les jacobins en chemise brune
45era pas amorcé par la France, les nations jeunes, faute d’un autre modèle, se laisseront engager dans des imitations monstrue
30 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
46re en général. D’où l’idée qu’il doit « expier la faute qu’il n’a commise que par son existence même ». Un philosophe mystiqu
31 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
47tenté de l’espionner : jamais on ne l’a trouvé en faute. Entouré du respect de ses concitoyens, il reçoit chaque jour des vis
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
48r exemple, le mal constaté, faut-il en rejeter la faute sur l’institution du mariage, ou au contraire, sur « quelque chose »
49saïquement » restrictive. Peut-on soutenir que la faute morale est le vrai sujet de la légende ? Le Tristan de Wagner par exe
50tif que ces variantes, comme nous le verrons.) La faute est donc consommée. Mais Tristan reste lié par la mission qu’il a reç
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
51 et dans la mort le bien dernier, le rachat de la faute d’être né, la réintégration dans l’Un et dans la lumineuse indistinct
52au, celui de l’amour physique, c’est-à-dire de la faute. (Et j’entends bien la faute au sens « courtois », non pas au sens de
53, c’est-à-dire de la faute. (Et j’entends bien la faute au sens « courtois », non pas au sens de la morale chrétienne.) Les o
54ofanation » de l’amour. Et c’est à cause de cette faute initiale que Lancelot ne trouvera pas le Graal, et sera cent fois hum
55t non plus de la simple chanson. Dans Tristan, la faute initiale est douloureusement rachetée par une longue pénitence des am
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
56stinctif du Roman est en effet de reposer sur une faute contre les lois d’amour courtois, puisque tout le drame vient de l’ad
57une vertu, selon les auteurs de la légende. Et la faute n’est pas dans l’amour, mais dans sa « réalisation »… ⁂ Si délicate e
58ent la rançon du péché. L’ascèse qui rachètera la faute commise doit aussi et surtout délivrer l’homme du fait même d’être né
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
59 qui était la Nuit se révèle le Jour absolu. Mais faute d’atteindre cette limite, un Racine se condamne et nous condamne à go
60s dieux que l’on dupe, et sur qui l’on rejette la faute : Les dieux m’en sont témoins, ces dieux qui dans mon flanc Ont allu
61lus mise au jour que dans celle-ci ; les moindres fautes y sont sévèrement punies : la seule pensée du crime y est regardée av
62r… » Le Tristan qui se réveille en lui après la « faute » de la possession se passerait bien de ces douceurs paisibles… Lui a
63rruption », ce même amour après la possession. La faute qui compte, pour eux, on le voit bien, c’est celle qui lèse la « cour
64introduit dans le monde le temps ; de même que la faute des amants légendaires contre les lois de l’amour chaste transforme l
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
65f » dans ses relations avec l’instinct sexuel168. Faute de quoi, je me bornerai à soulever un certain nombre de questions, et
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
66e doctrine cathare ne prétendait pas légitimer la faute en soi, puisque au contraire elle ordonnait la chasteté. Mais nous av
67s romans bretons, l’adultère de Tristan reste une faute189, mais il se trouve revêtir en même temps l’aspect d’une aventure p
68it un roman, et se rend admirable… Ce qui était « faute » et ne pouvait donner lieu qu’à des commentaires édifiants sur le da
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
69t la terre qui est méprisée, et la vie qui est la faute à racheter ! Mais tuer l’homme avant qu’il ne se tue, et le tuer autr
70uveur anonyme qui assumera le poids de toutes nos fautes, et de la faute initiale de vivre, pour les glorifier dans la guerre
71 assumera le poids de toutes nos fautes, et de la faute initiale de vivre, pour les glorifier dans la guerre au nom de l’inno
72ité qui consume la vie, mais qui consume aussi la faute, et divinise un moi purifié, « innocent » ! De ces origines mystiques
73culpabilité : « Ce n’est pas moi qui ai commis la faute, je n’y étais pas, c’est cette puissance fatale qui agissait en lieu
39 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
74ent. S’ils sont malades, ils pensent que c’est la faute d’un objet maléfique, ou d’un sorcier, ou d’un esprit qui rôde autour
75un des désastres moraux de l’Histoire. Tout cela, faute d’harmonie et de mesure humaine, faute d’un grand principe directeur,
76Tout cela, faute d’harmonie et de mesure humaine, faute d’un grand principe directeur, spirituel ou culturel. Tout cela parce
77. Mais on peut avoir du génie et faire de grosses fautes de calcul. Surtout quand on est très pressé. Or il est certain que ce
40 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
78succès de librairie : « mea culpa ». Mais quelles fautes avaient donc commises ces millions de femmes et d’enfants en fuite su
79 Ce délai nous permet de comprendre, d’avouer nos fautes et celles de notre monde, de dire la vérité que les peuples en guerre
80 un peuple neutre, en avouant le réel. Avouer ses fautes est une libération dont l’homme sort toujours retrempé. Avouer les fa
81n dont l’homme sort toujours retrempé. Avouer les fautes de ceux qu’on aime et dont on attend la victoire comme la permission
82 préparer l’avenir. Il est dur de reconnaître ces fautes, parce que nous en sommes les complices, et que nous aimons les fauti
83 fautifs. Il est dur de les avouer, parce que les fautes contraires des autres, en face, nous paraissent bien plus effrayantes
41 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
84ente nous rappelle au sérieux. Et ce n’est pas ma faute, ni celle des protestants, si l’axe Berlin-Rome passe justement par R
42 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
85’une symétrie où l’on serait tenté de s’arrêter…) Faute d’un « jugement » que ces treize cents pages s’appliquent à dénoncer
43 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). V. Des hommes nouveaux !
86vent, mais qui se voient contraints d’improviser, faute d’avoir prévu. Il y a des hommes que la routine, ou la rancune, empêc
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
87ent. S’ils sont malades, ils pensent que c’est la faute d’un objet maléfique, ou d’un sorcier, ou d’un esprit qui rôde autour
88un des désastres moraux de l’Histoire. Tout cela, faute d’harmonie et de mesure humaine, faute d’un grand principe directeur,
89Tout cela, faute d’harmonie et de mesure humaine, faute d’un grand principe directeur, spirituel ou culturel. Tout cela parce
90. Mais on peut avoir du génie et faire de grosses fautes de calcul. Surtout quand on est très pressé. Or il est certain que ce
91le. Nous connaissons les résultats d’une pareille faute, nous ne cessons d’y penser ce soir. L’appel des peuples reste insat
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
92 de quoi nous vanter ! D’abord ce n’est pas notre faute, car nous ne sommes pour rien dans notre géographie. Ensuite, si nous
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
93iennent centralistes (au mauvais sens) que par la faute des fonctionnaires qui s’y incrustent, et dont l’intelligence politiq
47 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
94une réalité spirituelle, mais une multiplicité de fautes, d’erreurs, d’accidents matériels, de hasards considérés comme malheu
95isée se vengera automatiquement. Le péché est une faute, mais faute signifie tout à la fois erreur et chute. 8. « Connaiss
96era automatiquement. Le péché est une faute, mais faute signifie tout à la fois erreur et chute. 8. « Connaissant le Bien
97a grâce du langage, il peut dire le vrai ; par la faute du langage, il peut y contredire. Il peut créer selon les perspective
98opposer à la loi divine nos dérogations égoïstes, fautes de calcul et courtes vues intéressées. Pécher, c’est fausser quelque
99prime les mesures mêmes du beau. Il n’y a plus de fautes de goût possibles là où n’existe plus de goût, comme il n’y a pas de
100er le mal qu’on a commis ; pour oser qualifier de faute sa propre faute ; et pour que puisse renaître la confiance qui donner
101a commis ; pour oser qualifier de faute sa propre faute ; et pour que puisse renaître la confiance qui donnera seule le coura
102avoir que Dieu maintient le monde en dépit de nos fautes, par la vertu recréatrice d’une mort qui est le centre de l’Histoire,
103 S’il n’y a pas de juge, il n’y a pas non plus de faute ni d’Auteur du mal. S’il n’y a pas de vérité, il n’y a pas non plus d
104ans liens avec nous-mêmes et tout extérieur à nos fautes, celui-là n’est vraiment « rien d’autre » qu’une projection, hors de
48 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
105(Mein Kampf), il supprime le Juge, il supprime la faute, il les rend à l’état d’innocence première. Enfin, en condamnant tout
49 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
106 vous ont jeté votre naissance et votre race, vos fautes, et l’opinion régnante. La liberté n’est pas un droit, mais un risque
107ntraires à l’exercice de sa foi, il perdra par sa faute la liberté du choix, qui était toute sa dignité d’homme. Alors sans d
108 d’un employé de banque qui se voit inculpé d’une faute indéterminée, et qui s’épuise en vains efforts pour atteindre le Juge
50 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
109de culpabilité » et fuyant devant l’aveu de leurs fautes, vont se cacher dans les arbres, dans la foule. C’est-à-dire dans le
110nce lui dit : tu étais déterminé, ce n’est pas ta faute ; et sa passion lui dit : c’était vital, il n’y a pas de faute. Ceux
111 passion lui dit : c’était vital, il n’y a pas de faute. Ceux de mes contemporains qui se représentent l’homme comme un compl
112 ne me repens point. Je commettrais de nouveau ma faute si elle était à commettre. » C’est l’un des plus vieux cris de l’huma
113vez éprouver du remords et le désir de réparer la faute. Mais si c’est par « amour », rien ne vous arrête, eussiez-vous fait
114straw to the fire in the blood. » Ce n’est pas la faute qui me paraît nouvelle, c’est la manière de l’accepter au nom de la V
115femme qui n’est plus dominée par l’homme — que la faute en soit à l’homme ou à elle-même — perd sa féminité ou devient son es
116pensais à sortir, et par la bonne porte. Voilà la faute. L’inévitable se produisit au bout de quelques heures. J’étais épuisé
51 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
117e, ces mots : « reconnaissant de plus en plus nos fautes », m’indiquent le sens du seul progrès humain non équivoque28. Le som
118et nous exclure, nous pouvons faire de pitoyables fautes d’orgueil, de négligence ou de calcul, mais nous ne pouvons rien, à j
52 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
119r la grâce du langage, il peut dire vrai ; par la faute du langage, il peut le contredire. Il peut créer dans le prolongement
120opposer à la loi divine nos dérogations égoïstes, fautes de calcul et courtes vues intéressées. Pécher c’est fausser quelque c
121pprime les mesures même du beau. Il n’y a plus de fautes de goût possible là où n’existe plus de goût comme il n’y a plus de c
53 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
122er le mal qu’on a commis ; pour oser qualifier de faute sa propre faute ; et pour que puisse renaître la confiance qui donner
123a commis ; pour oser qualifier de faute sa propre faute ; et pour que puisse renaître la confiance qui donnera seule le coura
54 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
124isée se vengera automatiquement. Le péché est une faute, mais faute signifie tout à la fois erreur et chute. C’est plus tard,
125era automatiquement. Le péché est une faute, mais faute signifie tout à la fois erreur et chute. C’est plus tard, c’est après
55 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
126de culpabilité » et fuyant devant l’aveu de leurs fautes, vont se cacher dans les arbres, dans la foule. C’est-à-dire dans le
56 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
127re du péché, du vrai péché, qui est bien moins la faute morale que le refus d’aimer Dieu en Christ. Si la foi survenait, Jose
128cès, Josef K. s’était vu condamné par la Justice, faute d’un avocat venu d’en haut. Dans le Château, K. va se résigner à vivr
129oisse kierkegaardienne, dans sa source, mais qui, faute d’aboutir à un Alleluia ! se rabat sur un Et allons !… Solution goeth
57 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Le Journal d’André Gide
130’une symétrie où l’on serait tenté de s’arrêter…) Faute d’un « jugement » que ces 1300 pages s’appliquent à dénoncer d’avance
58 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
131ivre en général. D’où l’idée qu’il doit expier la faute qu’il n’a commise que par son existence même. Un philosophe mystique
59 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
132ns nos âmes contre des frigidaires, ce sera notre faute et non pas celle de l’industrie américaine qui aura mis dans un coin
133ennent quand les choses vont très mal — par notre faute — et qu’ils vident les lieux en vitesse, comme des intrus et sans rem
60 1946, Combat, articles (1946–1950). Les cochons en uniforme ou le nouveau Déluge (23 mai 1946)
134 savants, eux, ne l’ont pas raté. Ce n’est pas ma faute, c’est fait. Et c’en est fait, — même si l’on renonce à l’expérience.
61 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
135ait en français, et tant pis pour l’accent et les fautes. La pitié active Aujourd’hui, je découvre qu’à la haine a succéd
62 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
136’on verra bien ce que cela donne à l’usage. C’est faute d’usage et d’occasion, faute d’une action vraiment totale et engagean
137nne à l’usage. C’est faute d’usage et d’occasion, faute d’une action vraiment totale et engageante, que je commence ici, pour
63 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
138e mon pistolet sur le bureau. Je me sens tout nu. Faute de soldats baïonnette au canon, — on n’en trouve point — c’est le lie
64 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
139nge, ce n’est pas l’intelligence mais la mémoire. Faute de mémoire, le singe doit chaque matin redécouvrir ce qu’il apprit la
65 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
140s constamment méconnue ou niée, et souvent par la faute des élites parisiennes : le peuple de la France est grave. Ou plus ex
66 1946, Lettres sur la bombe atomique. La pensée planétaire
141quer aux victimes de la crise que ce n’est pas la faute du député local ni de « l’hypocrisie américaine ». Que faire ? Tout l
67 1946, Lettres sur la bombe atomique. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
142 savants, eux, ne l’ont pas raté. Ce n’est pas ma faute, c’est fait. Et c’en est fait — même si l’on renonce à l’expérience p
68 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
143urs quand l’Europe est à feu et à sang (par notre faute, si je ne me trompe) : il y a trente ans que nous nous plaignons de l
69 1947, Doctrine fabuleuse. L’ombre perdue
144voit chassé de la communauté des siens. Et par sa faute ! C’est là son amertume. Ici intervient l’évasion. Il achète — par es
70 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
145ns nos âmes contre des frigidaires, ce sera notre faute et non pas celle de l’industrie américaine, qui aura mis dans un coin
146ennent quand les choses vont très mal — par notre faute — et qu’ils vident les lieux en vitesse, comme des intrus, et sans re
71 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
147de la famille, à l’héritage, on s’accommode de la faute, on attend la fin de la crise, on espère recoller tant bien que mal l
72 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
148d vous y entrez, des preuves que vous y resterez. Faute de quoi, elle vous renverra dans les six mois. C’est « entre ou sors 
73 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
149orités. Ainsi sera garanti le droit d’opposition, faute duquel il est dérisoire de parler de démocratie. Finalement nous voul
74 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
150domaine, alors que ce domaine menace ruine par sa faute, et que les nouveaux acquéreurs vont en tirer un bien meilleur parti,
75 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
151orités. Ainsi sera garanti le droit d’opposition, faute duquel il est dérisoire de parler de démocratie. Finalement, nous vou
76 1948, Suite neuchâteloise. VIII
152elles à Port-Bou. Je ne vais pas m’occuper de nos fautes de français, elles sont moins graves, et je ne crois pas que nous en
77 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
153s’aggrave très rapidement (sans nulle prudence !) faute d’unité dans nos programmes de redressement. Et les menaces de guerre
78 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
154ermanente, — et ceci tue cela, ce n’est pas notre faute, ni la faute de Garry Davis… Il y a enfin une troisième vision, celle
79 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
155nistres néglige donc son premier devoir. À qui la faute ? L’opinion, sur ce point, entretient des soupçons qu’il vous faut di
156 moins astucieusement combiné pour s’enrayer sans faute avant le départ —, vous en ferez l’usage qu’elle attend. Elle n’a pas
80 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
157nistres néglige donc son premier devoir. À qui la faute ? L’opinion, sur ce point, entretient des soupçons qu’il vous faut di
158 moins astucieusement combiné pour s’enrayer sans faute avant le départ — vous en ferez l’usage qu’elle attend. Elle n’a pas
81 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
159 subordonner les fins aux moyens. C’est une grave faute pratique aussi, parce que cela fait autant de mal aux fins qu’aux moy
82 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
160ou deviennent isolationnistes, ce sera bien notre faute dans les deux cas. Car il faut faire l’Europe, ou il faudra subir soi
161tion du digest » prévaut chez nous, ce sera notre faute encore, autant que celle des USA. Les digests, que nous lisons par mi
162, l’Américain se met sur ses gardes et commet des fautes méthodiques. Il multiplie les enquêtes minutieuses pour savoir qui fa
83 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
163r, à la suite de certaines défections, mais aussi faute des fonds nécessaires à l’exécution de ses deux principaux projets :
164dans la construction de l’Europe. Pourquoi cela ? Faute de temps et de moyens. Notre personnel est trop réduit : chacun de no
165terions de 2 ou 3.) Pourquoi ce manque de fonds ? Faute d’appuis suffisants dans les administrations publiques ou auprès d’el
84 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
166ou deviennent isolationnistes, ce sera bien notre faute dans les deux cas. Car il faut faire l’Europe, ou il faudra subir soi
167tion du digest » prévaut chez nous, ce sera notre faute encore, autant que celle des USA. Les digests, que nous lisons par mi
168, l’Américain se met sur ses gardes et commet des fautes méthodiques. Il multiplie les enquêtes minutieuses pour savoir qui fa
85 1952, Réforme, articles (1946–1980). Après l’Œuvre du xxe siècle (14 juin 1952)
169 qui manquent trop souvent aujourd’hui, et par la faute d’une dictature encore, au grand concert européen. C’est une phrase d
86 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
170l’Europe soit perdue. S’il doit en être ainsi, la faute en retombera aux yeux de l’Histoire, non sur les Russes, non sur les
171s colonies. L’Italie ayant refusé l’Europe par la faute des néo-fascistes et monarchistes, est livrée aux communistes. La Gra
87 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
172e à beaucoup de pèlerins possibles, obligés par « faute d’argent » de compter sérieusement ; or, parmi ces ignorants involont
88 1953, La Confédération helvétique. La famille et l’éducation
173former, à le convaincre qu’il a tort de différer. Faute donc de pouvoir se livrer à une lutte ouverte de principes et de conv
89 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
174glorieuse) — si cela mène à la guerre, ce sera la faute d’Esprit. Esprit fut jadis la revue du personnalisme. Depuis quelqu
90 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
175iste qu’un Athanase lui-même n’a pu le concevoir, faute d’avoir pu le juger avec les yeux de l’Histoire. Voilà donc l’atmosph
91 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
176ous ne priez plus, ce n’est tout de même pas leur faute. Retour à l’axe Au contraire du bouddhisme et du manichéisme, l
177xistence indépendante ? Son mal provient de notre faute, et son bien fait partie de l’effort vers le salut. Cessons donc de p
92 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
178es astres » (Nyota Inyoka). C’est reproduire sans faute, de la manière prescrite, à l’extrême de la précision, les gestes rit
93 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
179e précis : on peut imaginer que les PC étrangers, faute d’une rapide reprise en main, se détachent bel et bien du Kremlin, no
94 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
180èvement d’espoir, au-delà de nous-mêmes et de nos fautes ! S’ils mentent encore — et pourquoi cesseraient-ils ? — la révolte n
95 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
181ante de la première. En guise de conclusion Faute de l’aide d’une machine électronique, j’ai dû simplifier à l’extrême
96 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
182 je suis le seul à le voir, mais Budapest est une faute grave, donc cette politique était fausse, et j’ai seul le droit de le
97 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
183nser. — Si vous avez été surpris, ce n’est pas ma faute : j’en parlais ici même il y a tout juste un an68. C’est votre inatte
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
184qu’entraîne indiscutablement sa transgression. La faute commise ne peut relever ni de l’opinion, ni d’un jury. Elle est plutô
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — La spire et l’axe
185iste qu’un Athanase lui-même n’a pu le concevoir, faute d’avoir pu le juger avec les yeux de l’Histoire. Voilà donc l’atmosph
186d’application possible du désir et de la volonté. Faute d’un champ d’action au moins potentiel, dont il se trouve coupé par l
187er vraiment la responsabilité dont il est chargé, faute d’une liberté au moins potentielle, dont il se trouve coupé par le se
100 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
188ous ne priez plus, ce n’est tout de même pas leur faute. Retour à l’axe Au contraire du bouddhisme et du manichéisme, l
189xistence indépendante ? Son mal provient de notre faute, et son bien fait partie de l’effort vers le salut. Cessons donc de p