1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1xquels notre temps doit vouer l’attention la plus grave — car il vécut dans ces marches de l’esprit humain qui confinent peut
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
2herche les morts… « … Cette chose haute à la voix grave qu’on appelle un père dans les maisons. » Comme Valéry, ce poète sait
3 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
3cause de cette inadaptation, je la soupçonnais si grave, si fondamentale que je préférais me leurrer à combattre des imperfec
4 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4 de l’eau, puis perdent dans la nuit leurs lignes graves. Toutes ces formes devinées dans l’espace nous environnent d’une obsc
5 noir des musées ! — et si tu veux soudain le son grave de l’infini, pour être seul parmi la foule, lève les yeux, au plus be
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jacques Spitz, La Croisière indécise (décembre 1926)
6)y L’auteur veut amuser en nous quelques idées graves en leur présentant les miroirs de personnages cocasses à souhait, qui
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alfred Colling, L’Iroquois (décembre 1926)
7i lui convient, mais ici mêlée à une émotion plus grave, qui transparaît parfois et nous fait regretter que l’auteur ne se so
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
8, vous ne me trouvez pas sérieux. Le reproche est grave. Je ne saurais y répondre. Je pourrais vous dire que si vous me trouv
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
9tés » qui peuvent échapper à un jeune homme moins grave et qui manifeste franchement sa jeunesse. (« Vous vous souciez vraime
9 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10l’homme qui a réussi. Mais à quoi ? C’est la plus grave question qu’on puisse poser à notre temps. II. M. Ford a ses idées
11la réclame a même but, mêmes effets. Mais le plus grave est peut-être le sophisme du loisir. M. Guglielmo Ferrero a fort bien
12évision des valeurs, la plus difficile et la plus grave : celle qu’on ne peut faire qu’au nom de l’Esprit et de ses exigences
10 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
13un dans sa mûre saveur ; une phrase naturellement grave ; une voix douce et virile ; et quel beau titre ! « Saisir » n’est-ce
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
14e régime. Il y a là, dirait M. Prudhomme, un bien grave dilemme.   4. Ce ne sont pas seulement les meilleurs qui sont sacr
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
15e lourde farce. Ces exagérations ne sont pas bien graves, parce qu’elles sont comiques précisément. Je ferai à l’école nouvell
16t être la formule d’une tromperie subtile et plus grave que la brutalité primaire, parce qu’elle n’excite pas de réaction viv
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
17on publique (Ici, le procureur prit un ton plus grave).   L’école s’est vendue à des intérêts politiques. C’était là, nous
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
18se débarrasser sans courir les risques12 les plus graves et provoquer une crise, bref, sans le payer cher. Tout cela est langa
19plus, passent à côté de l’essentiel13. Rien n’est grave, que le sentiment, — en politique comme ailleurs. Songez à ce qui for
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
20son xixe siècle. On peut lui faire un grief plus grave : elle subordonne toute réforme à une préalable révolution économique
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
21uait un climat de poèmes, une spiritualité un peu grave, on touchait avec notre jeunesse le tragique ou le merveilleux, on me
22gg avec un « Enterrement au Pays de Montbéliard » grave et serein. Deux petits Lotiron font un coin de campagne lumineuse, et
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
23que du voisin inévitable. Mais ces anomalies très graves ne sont peut-être que transitoires, ajoute Keyserling. Nous traverson
18 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
24n caractère protestant »32. Et c’est cela qui est grave, — d’autant plus grave que nombre de protestants tiennent à honneur d
25»32. Et c’est cela qui est grave, — d’autant plus grave que nombre de protestants tiennent à honneur de compromettre la Réfor
19 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
26t-on d’emblée, le simple fait qu’une équivoque si grave subsiste et paraisse avoir été cultivée par Goethe, ne prouve-t-il pa
27u, écrit Goethe à un ami en 1768, au sortir d’une grave maladie — ; cette calcination a été très profitable à mon âme… Le Sau
20 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
28t humain concret. On lui dira que ce n’est pas si grave, que le monde n’est plus mené par les philosophes, qu’il accorde à le
21 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
29he avec le mysticisme précédèrent de très peu une grave maladie, dont il ne fut sauvé que par l’intervention d’un médecin « a
22 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
30L’Occident cultive l’anarchie nominaliste la plus grave : il ne sait ou n’ose plus définir et assumer son bien ni son mal, — 
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
31de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux, c’est grave de penser juste. La vérité ne peut exister parmi nous que sous la for
24 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
32s poser une question, Sonnette. Une question très grave. Une question qui revient à peu près à ceci : Êtes-vous un être capab
25 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
33 se débarrasser sans courir les risques7 les plus graves et provoquer une crise, bref, sans le payer cher. Tout cela est langa
34 plus, passent à côté de l’essentiel8. Rien n’est grave, que le sentiment, — en politique comme ailleurs. Songez à ce qui for
26 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — La Tour de Hölderlin
35xquels notre temps doit vouer l’attention la plus grave — car il vécut dans ces marches de l’esprit humain qui confinent peut
27 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
36t cette inconcevable réalité qui donne un sens si grave à ce oui et à ce non qui, au travers de toute l’œuvre de Barth, nous
28 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
37es actions d’éclat. Il devient brigadier de choc. Grave et rieur, chaste, ignorant, avide de « culture ». Volodia, lui, est f
29 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
38jor et Nizan sergent recruteur. Le sujet est plus grave. Non pas du point de vue de la politique, car les partis de gauche ne
39t toujours trop tôt de ses vingt ans. Il y a plus grave, et chez des hommes dignes de sympathie. Les classes 18 à 20, en part
30 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
40. Aux yeux du chrétien, non ; le conflit est plus grave, car le rejet de l’humanisme constitue pour lui une sorte d’obligatio
31 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
41t un non sans pathos, car l’affirmation seule est grave. C’est à l’homme qu’il faut dire oui, à l’homme total, à l’homme reno
42rchie se passe, rougeole se passe, — mais rien de grave ne se passe. C’est comme au jeu de pigeon vole. Il reste quelques écr
32 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
43, en somme, qui demeure responsable des premières graves confusions commises depuis la guerre sur le mot de révolution. Le pub
33 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
44 là une autre conférence. ⁂ Il reste une question grave, une question dernière que je ne veux pas esquiver. C’est une questio
34 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
45losophes auprès du grand public a des causes plus graves, qu’il faut attribuer autant aux philosophes qu’à ceux qui ne les lis
46le n’a rien à y perdre. Faut-il rappeler ici les graves avertissements de Berdiaev ? Faut-il une fois de plus évoquer les men
35 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
47s à expliquer l’impression de grandeur brutale et grave à la fois qui demeure dans l’esprit, bien après qu’on l’a lu. En véri
48nd » de l’auteur, qu’il est peu de problèmes plus graves pour notre avenir immédiat. Mais ce Destin allemand évoque bien d’aut
36 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
49prochain » ? L’erreur fasciste est peut-être plus grave que les erreurs qu’elle combat, parce qu’elle figure l’image du rappo
37 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
50giles. Mais, dit M. Dominicé, deux obstacles très graves se dressaient aussitôt. Le premier, c’étaient les miracles. Aussi bie
38 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
51critique de Carl Koch6, qui vient combler la plus grave lacune de la littérature kierkegaardienne en France. On ne saurait tr
39 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
52oupes pourraient devenir pour eux un danger assez grave. Il y a là un risque indéniable : celui de naturaliser la foi, de s’a
40 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
53utres scènes enfantines : c’est Andersen, en plus grave. À chacun sa réalité : elle dépend du regard qu’on porte sur le monde
41 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
54ément tyrannique. D’autre part, et ceci est plus grave, l’égalisation rendait impossible toute fraternité véritable. Elle in
55us savons bien que ce mot introduit une équivoque grave. Les fascismes régnants en ont fait un abus qui tend à le disqualifie
42 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
56tuel, confusion inconsciente ou voulue, mais trop grave pour que nous ne la dénoncions point. Du chapitre sur l’Éducation, je
43 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
57face d’affirmations aussi déconcertantes et aussi graves, le lecteur se sent autorisé à la plus grande exigence critique. À vr
44 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
58n’y a pas pour nous de tâche plus urgente ni plus grave, et c’est la seule à laquelle nous puissions nous employer sans ridic
45 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
59 là une autre conférence. ⁂ Il reste une question grave, une question dernière que je ne veux pas esquiver. C’est une questio
46 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Humanisme et christianisme
60. Aux yeux du chrétien, non ; le conflit est plus grave, car le rejet de l’humanisme constitue pour lui une sorte d’obligatio
47 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
61s fondamentales. Non pas que, sur ce terrain, les graves objections de méthode que je faisais tout à l’heure ne soient plus va
48 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — D’un Cahier de revendications
62de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux, c’est grave de penser juste. La vérité ne peut exister parmi nous que sous la for
49 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
63rement tyrannique. D’autre part, et ceci est plus grave, l’égalisation rendait impossible toute fraternité véritable. Elle in
64us savons bien que ce mot introduit une équivoque grave. Les fascismes régnants en ont fait un abus qui tend à le disqualifie
50 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
65normalement humain. Où les choses deviennent plus graves, c’est lorsqu’on se met à légiférer pratiquement sur le fondement de
51 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
66 la question vous ait paru curieuse, ou peut-être grave, ou en tout cas digne de réflexion, car c’est à elle précisément que
52 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Groupements personnalistes
67 provisoirement, dans certains cerveaux, les plus graves malentendus. (On a cru, ou feint de croire, qu’il ne s’agissait là qu
53 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
68x êtres très divers se sont unis dans une passion grave, exigeante, à l’écart d’une société hostile, dans une ascèse morale s
54 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
69iste de l’auteur, qu’il est peu de problèmes plus graves pour notre avenir immédiat. Je n’ai rien dit de l’art d’Edschmid. Je
55 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
70 n’ait été pure de toute espèce d’ironie. Le plus grave, sans doute, c’est qu’ils croyaient bien faire. Et personne à ma conn
71déléguant le soin des discours à ces touchants et graves coryphées parlementaires ou bicornés dont on vient d’estimer la prose
56 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
72systématique qu’il lui a donnée, peut prêter à de graves malentendus. À celui-ci en particulier : certains seront tentés de cr
57 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
73 protestants sont-ils trop maigres ou trop gras ? Grave question pour ceux qui jugent des vérités les plus profondes de la fo
74candales, orné et pompeux dans l’Épître, sobre et grave dans le Traité de la Cène, ce style garde partout les vertus qui, san
75e langage moderne relève à peine de deux maladies graves : la contention abstraite du xviie et la dissolution voluptueuse du
58 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
76terne. Mais la revendication d’une caste est plus grave. Elle contredit les fins de la révolution. Elle nie et ruine le fonde
59 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
77 mal défini ? La plupart des critiques — les plus graves — que nous faisons au mouvement Croix-de-Feu valent aussi pour l’état
60 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
78nant ? Moi. — Je crois maintenant que c’est plus grave. Une chose me frappe : ce mot Kampf, lutte, qu’on entend et qu’on lit
79s faire de notre énergie physique ? Et c’est plus grave encore. Voyez-vous, nous ne pouvons pas échapper à cette espèce de ha
61 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
80 usé, pour me confondre, des malentendus les plus graves auxquels se prêtait mon langage. (Exemples : vocation, au sens strict
62 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
81n chrétien peut adresser une critique encore plus grave à tout parti. L’idée même de parti paraît absolument incompatible ave
63 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
82errière la ruine matérielle, une autre ruine plus grave est apparue : celle d’une image du monde, d’une conception du monde f
64 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
83ntre lui. Livre trop plein, trop scrupuleux, trop grave, nourriture trop complexe pour être épuisée d’un seul trait : non qu’
65 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
84r M. Paul Tisseau y contribuera certainement. Les graves malentendus que je signalais ont valu à l’auteur du Traité du désespo
66 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
85entre les méthodes de Taylor et le stakhanovisme. Grave lacune, qui ne s’explique que trop bien. On sait peut-être que Taylor
67 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
86’actions traite les problèmes spirituels les plus graves de « simples questions de mots », et les écarte avec la fumée de son
68 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
87ble qu’on peut en tirer une constatation des plus graves : c’est qu’il y a dans l’éthique bourgeoise une espèce de fatalité qu
69 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
88errière la ruine matérielle, une autre ruine plus grave est apparue : celle d’une image du monde, d’une conception du monde f
70 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
89orelle ; ce qui la rend, au double sens du terme, grave. Toute la difficulté se porte alors sur le mot pensée, et il est clai
90soient, ne sauraient constituer une atteinte bien grave à l’intégrité de l’esprit. Les forts sauront toujours se délivrer de
91autres faits aussi médiocres en soi, et non moins graves en tant que signes, nous prouvent que l’élite établie a perdu le sens
71 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
92sur l’impudeur de ces curiosités. Ce qui est plus grave, c’est qu’elle oublie — nécessairement — une « loi » humaine fondamen
93ent à bon escient. C’est ce dernier trait qui est grave. En vérité, c’est cette littérature, — celle du film, celle du journa
94our nous « l’erreur fasciste » est peut-être plus grave que les erreurs qu’elle combat, parce qu’elle figure l’image du rappo
72 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
95s que c’est là seulement que les idées deviennent graves. Il m’a paru aussi que les façons de vivre et de penser des hommes ré
73 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
96 personnes en mal d’émancipation. C’est bien plus grave. C’est aussi grave que les questions d’argent. C’est un fait d’ordre
97’émancipation. C’est bien plus grave. C’est aussi grave que les questions d’argent. C’est un fait d’ordre religieux. Et la co
74 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
98r les faits, M. Benda ajoute une erreur non moins grave d’interprétation, lorsqu’il rattache ces divers traits au « malheur »
75 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
99doxes. Je n’ai pas la prétention de traiter un si grave problème en quelques lignes. Mais il me semble nécessaire de préciser
76 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
100nt le public français en état d’infériorité assez grave, ne fût-ce que sur le plan de la culture générale. Car, ignorer ou mé
101olence loyale d’une certitude pesante, vraiment « grave », d’une dialectique sobre et têtue, qui va droit au point décisif, e
77 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
102sophe, par exemple. Ce qui ne va pas sans risques graves, pour la plupart. Tout cela, que je résume à grands traits, me paraît
78 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
103de me dire que la situation est loin d’être aussi grave chez nous qu’ailleurs. C’est vrai sans doute. Mais si l’on se borne à
79 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
104olence loyale d’une certitude pesante, vraiment « grave », d’une dialectique sobre et têtue qui va droit au point décisif, en
80 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
105sible de mère. C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, pacifiant comme la démonstration d’une absolue sagesse
81 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
106s entre les mains du patriciat, posa très vite de graves problèmes. Toute société qui sécrète un chômage « technologique » se
107ise du xivᵉ siècle eut, entre autres conséquences graves, celle de faire entrer la corporation de métier dans le cycle d’explo
82 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
108r la pauvreté. — Elle n’est un problème social si grave que parce qu’elle est d’abord un problème moral non résolu. Pour la m
109sible de mère. C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, pacifiant comme la démonstration d’une absolue sagesse
83 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
110 personnes en mal d’émancipation. C’est bien plus grave. C’est aussi grave que les questions d’argent. C’est un fait d’ordre
111’émancipation. C’est bien plus grave. C’est aussi grave que les questions d’argent. C’est un fait d’ordre religieux. Et la co
84 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
112en réponds à leur place. Je le sais et c’est plus grave qu’ils ne le croient. L’ennui dans le monde actuel, c’est un de ces d
85 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
113n un poulet… « C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux… » Cette poule qui met trente-huit jours à une tâche qu
86 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
114 une menace. Il est aussi, et c’est beaucoup plus grave, une tentation. Il flatte au cœur de notre angoisse morale et matérie
115que l’erreur qui aboutit à ce dilemme est la plus grave que nous puissions commettre en tant que Suisses, car elle menace l’e
116nous retomber dans une folie inverse, encore plus grave, la religion collectiviste ? Le péril est immense. Mais notre chance
87 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
117 Mais enfin ce n’est pas l’erreur logique qui est grave, c’est l’erreur morale qu’elle suppose. Lorsqu’on incite les jeunes f
118 pressent, à peine tenté, le mystère difficile et grave d’une existence autonome, étrangère, d’une vie totale dont il n’a dés
88 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
119nant ? Moi. — Je crois maintenant que c’est plus grave. Une chose me frappe : ce mot Kampf, lutte, qu’on entend et qu’on lit
120s faire de notre énergie physique ? Et c’est plus grave encore. Voyez-vous, nous ne pouvons pas échapper à cette espèce de ha
89 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
121t avant de répondre, puis son visage devient plus grave : — Je n’attache pas une grande importance aux querelles que pourraie
90 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
122riage, dont dépend sa structure sociale, est plus grave que l’amour qu’elle cultive, et veut d’autres fondements qu’une belle
91 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
123 du conteur et de son lecteur. L’obstacle le plus grave, c’est donc celui que l’on préfère par-dessus tout. C’est le plus pro
124s de la mort de Tristan et d’Isolde ! Vieille et grave mélodie, dit le héros, tes sons lamentables parvenaient jusqu’à moi s
125uit par son accomplissement. 12.Une vieille et grave mélodie Un résumé objectif du Roman nous a fait pressentir certain
126ent peut-être dans notre âme la même « vieille et grave mélodie » orchestrée par le drame de Wagner : Elle m’a interrogé un
92 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
127e qu’elle représenta pour l’Église un péril aussi grave que celui de l’arianisme. Certains ne vont-ils pas jusqu’à prétendre
128ies que les troubadours développaient avec une si grave application, ne sont-elles pas aux antipodes du christianisme ? Ne de
129rcir ma parole obscure ». Ici se poserait la plus grave question, mais elle demeure presque insoluble : comment les troubadou
93 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
130s « illustres bardes » qui chantèrent d’une voix grave et solennelle tournois et trophées remportés, forêts, enchantements t
94 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
131 Mais enfin ce n’est pas l’erreur logique qui est grave, c’est l’erreur morale qu’elle suppose. Lorsqu’on incite les jeunes f
132 pressent, à peine tenté, le mystère difficile et grave d’une existence autonome, étrangère, d’une vie totale dont il n’a dés
95 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
133e. En voici la preuve. Quand la situation devient grave, comme en cas de guerre par exemple, tout le monde trouve parfaitemen
134s, justement, sont exactement définis. Ce qui est grave, c’est qu’à ces vingt-neuf sens, nous en avons ajouté d’autres sur le
96 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
135 communautés. Voilà le fait qui me paraît le plus grave, étant donné les événements actuels et ceux que nous devons prévoir.
136c des événements récents et avant les crises plus graves qui se préparent. Pour que nos Églises retrouvent le sens et la vertu
137iologique qu’on ne peut pas négliger sans risques graves. Tous les fondateurs de régimes savent que pour créer une communauté
138sera pas arrêter par ces détails. Ce qui est plus grave, c’est que le sermon, s’il n’est pas exceptionnellement bon, risque b
97 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
139hoses tues dans ce recueil — Gide a marqué qu’une grave lacune mutile l’image qu’il nous y livre de lui-même53 —, il se peut
98 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Dieu premier servi » (26 avril 1940)
140r, je constate qu’on entretient chez nous d’assez graves équivoques sur ce point. Il ne manque pas de gens pour dire, écrire,
99 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). VII. Réformes politiques
141u politique et de l’économique est un danger très grave pour notre pays ; elle a conduit sous nos yeux d’autres régimes à la
100 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
142 la question vous ait paru curieuse, ou peut-être grave, ou en tout cas digne de réflexion, car c’est à elle précisément que