1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1de n’était qu’une protestation contre nos poncifs intellectuels. Mais elle risque bien de nous en rendre un peu plus esclaves. Car de
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
2 le siècle de la découverte du monde par l’Europe intellectuelle. Grand siècle de critique pour lequel nos contemporains accumulent le
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
3t dans l’actualité la plus brûlante les richesses intellectuelles et morales du grand vaudois. Vraiment, tout ce qui semble viable et h
4 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
4emière partie des conférences, les Objections des intellectuels au Dieu chrétien, fut introduit par M. Raymond de Saussure, psychanal
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
5ous, mais pouvions-nous faire abstraction du plan intellectuel sur lequel tout apparaît inutile et vain ? Je cite ces phrases, tirée
6 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
6iental (16 juillet 1926)a Il y a dans le monde intellectuel une « Question d’Orient » dont on ne peut plus méconnaître l’urgence.
7 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
7 nous-mêmes, sous le prétexte toujours de probité intellectuelle ou de courage moral, nous avons élevé à la hauteur d’une vertu premiè
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
8este à dire deux mots sur la paradoxale situation intellectuelle d’une revue d’étudiants comme la nôtre. D’un côté, en effet, on s’acc
9 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)
9 Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)at Les derniers écrits des surréalistes débattent l
10 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10eu que cela continue, pour peu que la bourgeoisie intellectuelle persiste à jouer l’autruche aux yeux clos, l’avènement de cette organ
11 exaspéré, devenu presque fou dans sa prison. Les intellectuels d’aujourd’hui ont une tâche pressante : chercher s’il est possible d’
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
12quand on m’aura fait remarquer que la plupart des intellectuels se sont convertis depuis longtemps à ces idées anti-démocratiques : i
13ne sont que deux aspects, l’un politique, l’autre intellectuel, d’une même mentalité. Elle s’est développée au xviiie dans l’aristo
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
14ellent Yoga cette culture des facultés physiques, intellectuelles et mystiques. Toute leur force vient du Yoga. Et tout le Yoga repose
15me gagnerait à posséder une plus grande puissance intellectuelle, une meilleure mémoire, une sensibilité plus aiguisée. En tout cas, c
13 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
16 Nous souffrons d’une terrible carence d’héroïsme intellectuel. Ces messieurs — et qui pensent — ont la chance de vivre à l’une des
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
17es catastrophes, selon qu’ils sont techniciens ou intellectuels. Les Français aiment par goût d’en bien parler. Les Suisses aiment av
15 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
18isse le caractère « d’humanité » de ses démarches intellectuelles. Nous avons inventé trop d’êtres inhumains : ils nous menacent et nou
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
19ttitude de plus en plus fréquente chez les jeunes intellectuels : orgueil de la Vie, haine de cette vie-ci, mépris de la religion et
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
20 L’entrée de l’œuvre de Kierkegaard dans le monde intellectuel et religieux français, est un événement qui mérite d’être signalé et
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
21’en tirent en réfutant le marxisme — c’est un jeu intellectuel — ou bien en critiquant les réformes socialistes — mais cela dispense
22nelle. Il ne s’agit plus de la poser, sur le plan intellectuel, pour les autres, mais de la résoudre d’abord pour son compte et par
19 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
23autre part certaines « célébrités » politiques ou intellectuelles plus récentes et discutables, dont nos apologètes se réclament volont
24non, en fait, sinon toujours en droit, l’héritage intellectuel du protestantisme du xixe siècle se réduit, aux yeux de nos contempo
20 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
25Elle pose cependant un problème que la conscience intellectuelle des chrétiens ne peut et ne doit éviter. Goethe est une de ces « ques
21 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
26émane une sorte de mépris satisfait qui révèle un intellectuel déchaîné plus qu’un partisan convaincu. On sent bien que le triomphe
27s ne me paraissaient communs à beaucoup de jeunes intellectuels marxistes, en France particulièrement. Les philosophes ne s’adressent
22 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
28sions, exciter des oppositions stériles, purement intellectuelles, forcer certains à se retrancher dans des positions que, peut-être, i
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
29’est-ce point le fait d’un certain manque de tact intellectuel que de poser des questions si rudimentaires, si peu élaborées, des qu
30ité, de ces traits forcenés, de ces ricanements d’intellectuels mal guéris. Certes Ramuz attend beaucoup du peuple russe, de « cette
31capé de toute rhétorique5 et de toute explication intellectuelle, atteignant par la une unité de style tellement têtue qu’elle évoque
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
32ce à la misère du siècle, assez nouveau parmi les intellectuels, et si violemment accentué qu’il peut paraître suffisant pour définir
25 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
33t Nizan. Voilà bien la suprême « évasion » de nos intellectuels, même marxistes. Abdication de la pensée entre les mains du prolétair
34me implicitement, Lénine réussit une révolution d’intellectuels dans un pays qui compte à cette époque moins de 3 millions d’ouvriers
26 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
35ce de rhétorique prudente à quoi l’on reconnaît l’intellectuel qui a pris son temps. Mais ce temps, où le prendre en conscience, et
36 humanisme ne saurait être conçu à la manière des intellectuels bourgeois, dans l’abstrait, c’est-à-dire comme un système intéressant
37supportant des bouquins d’ornement : la cause des intellectuels n’est plus celle de l’esprit11. Laisse-les donc chercher, jusqu’à la
27 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
38ente la circulation de ses ferments de tristesses intellectuelles, sur une petite superficie minérale où la vie se décompose avec virul
28 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
39es catastrophes, selon qu’ils sont techniciens ou intellectuels. Les Français aiment par goût du bavardage. Les Suisses aiment avec u
29 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
40es temps nouveaux. Et l’on voit bien pourquoi les intellectuels, les ouvriers, les exploités ont besoin de tels mythes. Mais au regar
30 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
41, Paul Tillich, exerce par ailleurs une influence intellectuelle considérable sur le protestantisme de langue allemande. Alors qu’en F
42blèmes de l’heure avec une lucidité et un courage intellectuel qu’on rencontre rarement chez les écrivains politiques. Si certaines
43Christianisme social qui représente l’aile gauche intellectuelle du protestantisme, s’attarde aux solutions réformistes et pacifistes,
31 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
44ode des discussions éthiques, d’ailleurs purement intellectuelles la plupart du temps, et le goût des « romans qui posent des problèmes
32 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
45pagne, et dans lequel, soudain, toute l’Allemagne intellectuelle découvre l’expression poignante de son angoisse intime, mais aussi, e
33 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
46us remarquable de cette brève et dense biographie intellectuelle, le plus juste aussi pour Saint-Évremond, expose ses idées sur la soc
34 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
47 Volodia, lui, est fils de bourgeois : taré donc, intellectuel, ratiocineur, il n’arrive pas, malgré ses plus loyaux efforts, à se p
35 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
48gère soviétique (juin 1933)b Elle est formée d’intellectuels français. On serait tenté de décrire les cadres de cette confrérie da
49oint de vue plus profond de l’activité propre des intellectuels. L’adhésion au soviétisme d’un certain nombre d’« hommes de pensée »
50Telle sera notre position d’attaque vis-à-vis des intellectuels qui se prétendent « aux côtés du prolétariat ». Nous leur dirons : « 
36 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
51tuel d’abord », nous ne voulons pas qu’on entende intellectuel, idéaliste, clérical, ni surtout « spiritualiste ».   III. — Nous ne
37 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
52loriser, à disqualifier humainement les créations intellectuelles. Si l’on voulait trouver un critère général qui nous permît d’évaluer
38 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
53vement. Et votre rôle d’étudiants, c’est-à-dire d’intellectuels, m’apparaît alors dans toute sa grandeur. C’est à vous de rechercher
54ncomplet, désuni. Et ce n’est pas la connaissance intellectuelle du destin de sa classe ou de sa race qui va suffire pour l’arracher à
39 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
55 bourgeois, des jeunes filles, des balayeurs, des intellectuels, le petit peuple. On connaissait sa silhouette, ses plaisanteries, il
40 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
56naît ses retraites. Raison géométrique, adoration intellectuelle ou sophismes logiques, ce sont autant de formes d’une espèce de fuite
41 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
57toute dogmatique. « La foi n’est pas une adhésion intellectuelle à des doctrines, mais la communion avec le Christ vivant » répétaient
42 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
58 d’être lu par tous les amateurs de grand lyrisme intellectuel (le style admirable de ces pages a été rendu aussi bien qu’il était p
43 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
59destiné à répondre d’abord aux préoccupations des intellectuels, mais il y répond de telle sorte qu’il abolit rapidement les barrière
60l abolit rapidement les barrières convenues entre intellectuels, hommes d’affaires, prolétaires et bourgeois. J’ai assisté cet hiver,
44 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
61entir l’absurdité des « lois » qui, pour certains intellectuels, figurent la réalité. Une œuvre comme Adam et Ève nous le fait voir t
45 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
62i nous entourent ? Est-ce « trop subtil », trop « intellectuel », trop « théorique » pour les assis et les vautrés qui nous ressasse
46 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
63i crée, c’est la personne. Ici le rôle des jeunes intellectuels apparaît dans toute sa grandeur. C’est à eux qu’il appartient de rech
47 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
64equel craignait que ce plan ne fût qu’une œuvre d’intellectuels ! Ce sont des hommes d’action qui « foncent » ainsi sur les difficult
65ays, en même temps que des centres économiques et intellectuels. » N’y a-t-il pas ici trop de choses ? Et peut-être une dangereuse co
48 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
66la joie de construire et d’abattre. Grande allure intellectuelle. — Comment ce Proust passa-t-il presque inaperçu en France ? Il renve
49 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — L’engagement politique
67ais tel est le malheur des temps : pour peu que l’intellectuel d’aujourd’hui ait préservé en lui un pouvoir de colère, et par ailleu
68rfide : elle consiste, en principe, à exiger de l’intellectuel une adhésion sentimentale, un enthousiasme sans réserves pour les plu
69t dénoncer. C’est pour aider à changer cela qu’un intellectuel d’aujourd’hui se doit de sortir de sa chambre, quelle que soit par ai
50 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
70aguère lucidité, il se voit simplement traité d’« intellectuel impénitent ». L’expression, dans un certain sens, est fort exacte. No
71 vivons à l’époque de la plus juste pénitence des intellectuels. Ils ont si bien habitué le grand public à leur manière toute désinté
72lles conjonctures, on comprendra sans peine qu’un intellectuel hésite à s’engager. En ce temps de partis, de faisceaux et de fronts,
73e contente, en fait, du verbalisme électoral. Les intellectuels prétendent « entrer dans l’action », et cela se traduit par de génére
74te-t-il un détroit navigable ? Existe-t-il pour l’intellectuel une possibilité de sortir de sa chambre ? Car il y dépérit, — et sa s
51 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
75 3.Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage Si le désordre est tel que la pensée n’engrène plus à
76 perdu la mesure de l’humain. Le seul devoir des intellectuels, dans la situation qui nous est faite, c’est de rechercher l’homme pe
77— on peut en déduire ceci : La première tâche des intellectuels est, aujourd’hui, de conduire une critique des mythes collectivistes
52 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — En dernier ressort
78ai d’autre part qu’une action quelconque, d’ordre intellectuel, par exemple, ébranle nécessairement une suite de conséquences qu’on
53 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
79rsonne. Et votre rôle d’étudiants, c’est-à-dire d’intellectuels, m’apparaît alors dans toute sa grandeur. C’est à vous de rechercher
80ncomplet, désuni. Et ce n’est pas la connaissance intellectuelle du destin de sa classe ou de sa race qui va suffire pour l’arracher à
54 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
81-dire sans classes.) Tout cela n’est qu’un rêve d’intellectuel qui ne tient plus aucun compte de la réalité humaine. Cette extraordi
55 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
82stes40, on cultive une mystique antifasciste, les intellectuels se déchaînent : déjà la nervosité des esprits est telle qu’il est pre
56 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — D’un Cahier de revendications
83ce à la misère du siècle, assez nouveau parmi les intellectuels, et si violemment accentué qu’il peut paraître suffisant pour définir
84t Nizan. Voilà bien la suprême « évasion » de nos intellectuels, même marxistes. Abdication de la pensée entre les mains du prolétair
85les révolutions ! Lénine réussit une révolution d’intellectuels dans un pays qui compte à cette époque moins de 3 millions d’ouvriers
57 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
86i nous entourent ? Est-ce « trop subtil », trop « intellectuel », trop « théorique » pour les assis et les vautrés qui ressassent le
58 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
87a réalité électorale ? — Ah ! Vous n’êtes que des intellectuels ! » Cela signifie : vous cherchez la vérité politique, et nous, nous
88se verrait », dit le peuple. N’oublions pas que l’intellectuel d’aujourd’hui est avant tout un incroyant. Il n’y a donc pas lieu de
89son pouvoir mystique. On dit souvent (surtout les intellectuels de gauche) que le Français est « passionnément attaché à l’égalité ».
59 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
90. Nous voyons aujourd’hui un nombre grandissant d’intellectuels proclamer avec émotion leur volonté de s’intéresser à la cité dont il
91omadaires de gauche ou de droite, rédigés par des intellectuels, on est bien forcé d’avouer qu’il n’y a plus en France de véritable i
92de la Rocque — petit jeu pour les débutants — les intellectuels de gauche n’ont rien trouvé de mieux que le mot de « fasciste », qui
93’aspect d’un mysticisme, et cela surtout chez les intellectuels du Front populaire. On attend d’elle la création d’un « homme nouveau
94tants. — On nous dira aussi : vous n’êtes que des intellectuels… À ceux qui nous diront cela, je demande : 1° Est-ce une raison, parc
95is qui se réjouissent de l’être. 2° Nous sommes « intellectuels », certes, dans ce sens que nous voulons nous servir aussi de notre i
96 reprocheraient d’être ce qu’on appelle « de purs intellectuels », c’est-à-dire des êtres ignorants des conditions concrètes de la vi
60 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
97’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) Chose étrange, le 6 février 1934 fut une date de l’histoire litté
98re ans, qui n’ait été vertement dénoncé par des « intellectuels » français. Mais si le monde ne s’en porte pas mieux, l’intelligence
99 crise nous a fait voir soudain que les positions intellectuelles héritées du libéralisme conduisaient à ce régime de faillite qu’on no
100se. Précisons donc encore : la première tâche des intellectuels qui ont compris le péril totalitaire (de droite ou de gauche) ce n’es
61 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
101r un Malraux qui aurait les nerfs solides ; moins intellectuel, moins impressionniste et complaisant dans la description des douleur
62 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
102neur. Voilà pourquoi la Commission de coopération intellectuelle et la Commission de l’enseignement de l’Exposition demandent que, par
103e présentation sous un même toit de ces activités intellectuelles, si éloignées en apparence les unes des autres, éclatera l’unité de l
104uste mépris des masses. V. Situation faite aux intellectuels a) le culte de l’esprit gratuit. La surestimation grandiloquente
105e ainsi à bon compte la rigueur des constructions intellectuelles allégées de toute responsabilité concrète. On supprime le risque de p
106e, chargé d’un pouvoir séculier, et le refus de l’intellectuel, dégagé par nature de toute responsabilité temporelle. Ce raisonnemen
107un, mais il repose sur une erreur de fait : car l’intellectuel, comme tout autre homme, et parce qu’il est homme, simplement, est be
108t la parabole du spirituel. VII. Situation des intellectuels dans la cité (suite) b) Les réalités qui se payent. Donc, on nou
109 essai, un roman, dans une revue « de haute tenue intellectuelle » vous ne serez pas payé, ou vous serez payé dix francs, vingt ou tre
110e qu’il n’en est pas de plus recommandable pour l’intellectuel soucieux d’agir par sa pensée. Cette vie « mal compassée » qu’on nomm
111e sort commet dans l’agencement d’une existence d’intellectuel. Mais j’hésiterais à conseiller cette cure à des jeunes gens en mal d
112e la publicité capitaliste ; et d’autre part, les intellectuels jetés au chômage par la crise — plutôt que par leur volonté d’indépen
113 la puissance de la publicité ; vu le chômage des intellectuels et ses suites politiques inévitables et prochaines ; vu la panique na
63 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
114u’on peut inverser la maxime : « La contemplation intellectuelle du monde sans l’acuité et la profondeur de la foi fait de l’intellige
64 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
115éviser quelque peu leurs notions sur l’importance intellectuelle et littéraire du calvinisme, a donné lieu par contre à une véritable
65 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
116apital sur lequel se fonde l’attitude commune des intellectuels révolutionnaires, qu’ils soient humanistes ou chrétiens, marxistes ou
66 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
117s dont nous sommes l’objet de la part de certains intellectuels stalinisants. « L’Iskra, organe révolutionnaire, déclarait Martinov,
118ler ! 2° Les « hommes d’action » de droite et les intellectuels stalinisants qui se croient plus « pratiques » que nous quand ils ren
67 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
119conomique, le social et le politique, la création intellectuelle ne sera plus séparée des « masses ». Une culture isolée n’est pas un
68 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
120 à tout bout de chapitre qu’il n’est pas de ces « intellectuels » qui se perdent à rechercher les Principes d’un ordre nouveau. « Voy
121rétend opposer aux rhéteurs, aux utopistes, aux « intellectuels » ? Et pourtant, c’est en vain que l’on cherchera, dans ces pages, qu
122uches, Daladier, Blum, le Comité de Vigilance des intellectuels antifascistes, Déat, Thorez, etc. Mais là, ce n’est plus l’état-major
123e démocratique, celle-là même que défendirent les intellectuels du dernier siècle, et qui nous vaut la Grande Presse, l’éloquence par
124ort. À mi-chemin entre l’idéologie libertaire des intellectuels vigilants et la pratique stalino-humanitaire des communistes, Léon Bl
125 et cesse d’apparaître comme un simple paradoxe d’intellectuels. D’une façon beaucoup plus générale, nous reconnaissons dans l’antica
69 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
126ne trahit pas. Mais une figure presque parfaite d’intellectuel en action, d’homme qui pense ce qu’il fait, qui fait ce qu’il pense.
127 » du canton de Vaud. Son sens aigu de la qualité intellectuelle, sa rigueur critique ne l’empêchaient nullement de se passionner pour
70 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
128n en parle. J’irai même plus loin : l’action d’un intellectuel laïque quelconque apparaît tout à fait dérisoire dans la « cité » tel
129nous soyons chrétiens ou non, nous autres pauvres intellectuels, il nous faut perdre l’illusion d’exercer aucune puissance. À moins d
130s, me direz-vous, des étudiants, c’est-à-dire des intellectuels. Notre premier devoir dans la cité n’est-il pas de travailler en tant
131ans la cité n’est-il pas de travailler en tant qu’intellectuels, — de même que le premier devoir de l’ingénieur reste de faire des pl
132un remède tout trouvé à la crise de surproduction intellectuelle et à l’encombrement des carrières libérales. L’agriculture manque de
133La bourgeoisie et le prolétariat, de même que les intellectuels, croient encore à certaines notions de justice et de respect de l’hom
134re, au sens le plus large du terme. Les buts de l’intellectuel et son langage ne sont plus ceux de l’ouvrier ni du petit bourgeois p
71 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
135apé de toute rhétorique47 et de toute explication intellectuelle, atteignant par là une unité de style tellement têtue qu’elle évoque
72 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
136ire d’ordinaire les reproches de tout un groupe d’intellectuels bourgeois qui sympathisent avec la jeune révolution. Angoissés par la
137au surplus des théories de Marx et de Lénine, ces intellectuels estiment injuste et ridicule de reprocher au régime des Soviets certa
138ste d’une part, sur la puissance de l’inquisition intellectuelle, morale et policière exercée par ce Parti d’autre part, nous permette
139cission vient de s’opérer, et seule l’inquisition intellectuelle exercée par les chefs soviétiques réussit à masquer son étendue. Le d
140à rendre vaines toutes mes critiques aux yeux des intellectuels bourgeois justement tourmentés dans leur conscience, et qui se rassur
73 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
141, les trois-quarts du succès de l’URSS auprès des intellectuels français. Liberté en URSS ? « Je doute qu’en aucun autre pays aujour
74 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
142hes suggestives ne vont pas sans quelque débauche intellectuelle. Et je redoute que certains fidèles ne soient gênés, comme je le suis
75 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
143 déplore la disparition « des grandes disciplines intellectuelles, singulièrement des études théologiques ou simplement logiques ». S’i
76 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
144— de même la production littéraire et la création intellectuelle se voient soumises de plus en plus à des nécessités commerciales qui
145ement très frappant du niveau de notre production intellectuelle, depuis quelques années. À qui la faute ? À la lâcheté des auteurs ?
146défendre ». On hésite donc à l’accuser de simonie intellectuelle : il est plutôt victime, souvent inconsciemment, d’un système qui le
77 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
147. Nous voyons aujourd’hui un nombre grandissant d’intellectuels proclamer avec émotion leur volonté de s’intéresser à la cité dont il
148omadaires de gauche ou de droite, rédigés par des intellectuels, on est bien forcé d’avouer qu’il n’y a plus en France de véritable i
149de la Rocque — petit jeu pour les débutants — les intellectuels de gauche n’ont rien trouvé de mieux que le mot de « fasciste », qui
150’aspect d’un mysticisme, et cela surtout chez les intellectuels du Front populaire. On attend d’elle la création d’un « homme nouveau
151tants. — On nous dira aussi : vous n’êtes que des intellectuels… À ceux qui nous diront cela, je demande : 1° Est-ce une raison, parc
152is qui se réjouissent de l’être. 2° Nous sommes « intellectuels », certes, dans ce sens que nous voulons nous servir aussi de notre i
153r à mettre en marche un ordre neuf. Nous sommes « intellectuels », certes, dans ce sens que nous croyons la vérité plus utile que les
154nges intéressés, au bout du compte. Nous sommes « intellectuels », certes, parce que nous croyons qu’un effort de la raison et de l’i
155 « réalistes » à la petite semaine. Nous sommes « intellectuels » enfin, parce que nous croyons que les gens « pratiques » et les opp
156 reprocheraient d’être ce qu’on appelle « de purs intellectuels », c’est-à-dire des êtres ignorants des conditions concrètes de la vi
78 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
157umaine raison. Mais la foi n’est pas une adhésion intellectuelle qui ne nous engagerait pas ; la foi au Dieu de majesté, de sainteté e
79 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
158es économiques, politiques et morales, dont les « intellectuels » m’apparaissent responsables pour une part qui n’est pas la moindre 
159 vrai tragique est de l’ordre du spirituel. Qu’un intellectuel refuse absolument de s’intéresser à quelque loi fiscale ou militaire
80 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
160e — et il privera le grand public de tout critère intellectuel de jugement touchant l’activité des « hommes d’action ». On déléguera
81 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Sur le déclin du Moyen Âge
161-même et dans ses manifestations ecclésiastiques, intellectuelles et temporelles nous entraînerait beaucoup plus loin qu’il n’est utile
82 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
162. Ainsi les mots n’ont plus le même sens pour les intellectuels et pour la masse — cela s’est vu en d’autres siècles. Ils n’ont plus
163ls n’ont plus le même sens pour les divers partis intellectuels — c’est plus nouveau. Mais surtout, ils n’ont plus un sens auquel on
164concurrence et l’oppression capitalistes, par les intellectuels anarchistes ou libéraux, par la presse d’opposition, par Staline qui
83 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
165ire d’ordinaire les reproches de tout un groupe d’intellectuels bourgeois qui sympathisent avec la jeune révolution. Angoissés par la
166au surplus des théories de Marx et de Lénine, ces intellectuels estiment qu’il est injuste et ridicule de reprocher au régime des sov
167ste d’une part, sur la puissance de l’inquisition intellectuelle, morale et policière exercée par ce Parti, d’autre part, nous permett
168cission vient de s’opérer, et seule l’inquisition intellectuelle exercée par les chefs soviétiques réussit à masquer son étendue. Le d
169 rendre vaines toutes mes critiques, aux yeux des intellectuels bourgeois justement tourmentés dans leur conscience, et qui se rassur
84 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
170 les débats les plus acharnés qui surexcitent les intellectuels, on se ferait une image de l’Europe telle que l’URSS se trouverait si
171 va-t-elle pouvoir régir l’ensemble des activités intellectuelles ? Comment s’appliquera-t-elle à la réalité et spécialement à la cultu
172s le plus efficace pour tous les non-conformistes intellectuels, isolés, originaux, précurseurs ou attardés, dégénérés, délicats, ind
173lemand.) On s’efforcera de mêler les travailleurs intellectuels et manuels. On ouvrira les universités aux ouvriers en URSS, et les c
85 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Préambule
174ir le sens, d’en dégager les contenus implicites, intellectuel et passionnel. Je tenterai de le faire de deux façons : 1° En soulign
86 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
175u, la terre, le métal, apporte nécessairement à l’intellectuel une connaissance plus organique du cosmos et de plus saines disciplin
176, quand nous avons besoin d’abord d’un gros œuvre intellectuel. Louis XVI n’a pas sauvé un régime moins malade que le nôtre en forge
177tte impartialité, je le répète, est la vertu de l’intellectuel bourgeois. On se tromperait du tout en y voyant une malice concertée
178 pas telle ». Rien ne paraît plus « naturel » à l’intellectuel bourgeois que son souci d’impartialité méthodique, vertu de laboratoi
179ce qu’il faut expliquer maintenant. L’appareil intellectuel L’impartialité du penseur suppose un certain détachement, que j’ai
180res, il y a donc ce fameux et mystérieux appareil intellectuel. C’est un ensemble des plus composites de conventions techniques, de
181time. J’examinerai donc maintenant notre appareil intellectuel dans la perspective de l’acte créateur, de l’incarnation des idées, d
182sive dans l’état où nous sommes. Notre horlogerie intellectuelle, tous ces rouages et ces ressorts presque invisibles qui conditionnen
183utieux, si difficile à manier rapidement, que les intellectuels se trouvent tout démunis quand il s’agit de juger au concret, de pren
184ue l’urgence s’évanouisse. Nouvelle raison pour l’intellectuel d’honorer une coutume qui le délivre de l’obligation de conclure. La
185sme de plus en plus parfait d’un immense appareil intellectuel. Souvent imperceptible et souvent séduisant à force de commodité, c’e
186suspendues à cette pauvre notion d’une correction intellectuelle. Nous assistons, du côté de l’esprit, à cette phase du désordre que l
187t à quelle similitude j’en veux venir. L’appareil intellectuel, livré aux érudits, aux professeurs, à leurs élèves et à tous ceux qu
188idées du lecteur, même le moins religieux. Si les intellectuels ont succombé aux tentations de la scolastique positiviste, surtout en
189s comitards. Faute d’avoir vécu dans le peuple, l’intellectuel d’aujourd’hui croit retrouver dans les revendications de cette catégo
190séparé de lui-même et de son tragique. Sa probité intellectuelle consiste au bout du compte à récuser les problèmes fondamentaux de la
191e sobriété méfiante et cette absence de pétulance intellectuelle ne sont encore qu’apparences psychologiques, et peut-être trompeuses.
192t-ce que le simple fait d’avoir réduit l’activité intellectuelle à des disciplines récitatives, ne traduit pas une certaine carence de
193erté de pensée peut servir de prétexte à certains intellectuels pour repousser une dictature fasciste que leur inaction même appelle.
87 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
194rands ébranlements personnels ou sociaux. L’élite intellectuelle, en France, pressent déjà que son affadissement vient de ce qu’elle a
195es solutions par l’ingéniosité de leurs problèmes intellectuels peuvent servir de modèle à l’homme d’action, moyennant une « réalisat
196qu’il ne peut sortir d’un système, d’un mécanisme intellectuel ou économique, autre chose que ce qu’un acte aura posé à l’origine de
197oules aient plus de respect pour l’esprit que les intellectuels eux-mêmes n’en montrent lorsqu’ils affirment son impuissance ? Mens a
198curité, comme fondement de toutes nos hiérarchies intellectuelles. Quatrième vertu : le goût du risque Pédagogie du risque : tout
199ope, qui tenait à l’esprit créateur de ses élites intellectuelles. Si nous voulons reprendre notre marche sans retomber dans l’ornière
88 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
200 Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)a Tolstoï disait, vers la fin du siècle dern
201hommes ». Cas plus rare qu’on ne le pense pour un intellectuel. À Paris, on fréquente et on ignore qui l’on veut. On se fait très fa
202 qui se trouvait tout ignorer de ma « qualité » d’intellectuel. Elle m’a posé et reposé chaque jour le problème des relations possib
89 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
203 Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)b Note pour une préface. — « C’est une e
204reté ou de misère physique condamnerait même un « intellectuel » au chômage absolu, c’est-à-dire à l’arrêt de la pensée, tout au moi
90 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
205r, qui pourtant n’hésite pas à déclarer que « les intellectuels sont en quelque sorte (sic) les idées incarnées », se fait par ailleu
91 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
206 Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)ag À A… (Gard), 15 janvier Mati
92 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
207, M. Benda fit observer que les anciens étaient « intellectuels », et que les jeunes se voient contraints par la logique des circonst
208ndre. La génération des anciens, des heureux, des intellectuels riches, c’est M. Benda, et personne d’autre. Et lorsqu’un autre fit o
209et politique. Ce sophisme consiste à enfermer les intellectuels dans le dilemme : pensée « pure » ou pensée « asservie » à l’action,
93 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
210raduire par un appauvrissement de notre curiosité intellectuelle. Bien au contraire. Il est totalement inutile de parler du dernier ro
94 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
211, l’on voit une méfiance hostile poindre chez nos intellectuels à l’endroit de ce qui est « germanique » dans notre vie confédérale.
212 qu’on tient pour tel dans un pays où les valeurs intellectuelles passent plus qu’ailleurs pour un luxe. (Nulle part, je crois, les écr
95 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
213e, — ou c’est moi. Il n’y a pas là de difficultés intellectuelles. Il n’y a que la résistance acharnée du « vieil homme », et les préte
96 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
214ent encore, le timbre-poste vendu au profit des « intellectuels en chômage ». Ou bien l’on s’imagine un auteur à succès choyé par les
97 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
215s doute que le vrai responsable, c’est la paresse intellectuelle qui sévit dans toutes les classes et qu’entretiennent le cinéma, la T
98 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
216ai l’impression nette d’utiliser la fin de l’élan intellectuel qui me soutenait à Paris. Ces deux derniers jours déjà, j’arrivais ma
217e ne sens pas qu’ils se méfient de moi en tant qu’intellectuel ou « spécialiste », mais encore je devine qu’ils n’estiment pas que j
218ns amertume. Il ne se plaint que de son isolement intellectuel. Il trouve normal de vivre une vie humainement absurde. Non qu’il n’e
219it dans mon cas particulier, l’amitié. Un chômeur intellectuel peut encore travailler — et c’est cela qui le différencie profondémen
220rait être utile de décrire ma petite expérience d’intellectuel en chômage ; qu’il pourrait être utile de montrer qu’on peut sortir d
99 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
221 ont trahi. Les clercs, n’est-ce pas, ce sont les intellectuels, les écrivains, les professeurs, des hommes distingués et très instru
222s articles. Je le sens inquiet de mon opinion d’« intellectuel » sur son discours. « C’était sûrement beaucoup trop simple pour vous
223udraient pas même de notre aide (nous égalent les intellectuels bourgeois). Il est très difficile d’aimer ces hommes, et cependant il
224 que le prétexte. Je constate. Je conclus que les intellectuels sont en mauvaise posture pour agir sur le peuple. Qu’ils disent des v
225ue. Mais surtout je m’avise que la majorité des « intellectuels » d’aujourd’hui ne pense pas très différemment. Peuple ou « clercs »,
226ravail, de salaires, de prix de la vie, et là les intellectuels ne servent à rien. Enfin, les questions de personnes jouent un rôle :
227ire de beaux discours. Dans ces conditions, qu’un intellectuel aille parler au peuple, on l’écoutera bien patiemment, s’il a su se r
228saient. D’autre part, il est trop certain que les intellectuels professent depuis longtemps en toute conscience une doctrine analogue
229ui fait de moi, pour parler comme la presse, un « intellectuel en chômage. » (Écrire, aux yeux de ces paysans, ne signifie propremen
230 naïves, conduites par des équipes d’hommes durs, intellectuels bannis ou petits nobles déclassés, le triomphe implacable de Lénine,
231n’a jamais pris la peine de connaître, chez les « intellectuels ». 17 mars 1934 L’instituteur vendéen. — Nous étions assis dans sa c
232ers de nos élèves. On aurait besoin de nourriture intellectuelle pour se soutenir. Quelquefois on nous envoie des journaux ou des revu
233plutôt ridicule. Telle est la pauvre chance des « intellectuels » : il a fallu un nouveau conformisme pour les libérer de l’ancien ;
100 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
234les contacts inévitables et quotidiens entre un « intellectuel » de ma sorte et les habitants du pays, se révèlent bons, mauvais, ou
235ai l’impression nette d’utiliser la fin de l’élan intellectuel qui me soutenait à Paris. Ces deux derniers jours déjà, j’arrivais ma
236culture. Cela paraîtrait absurde à la plupart des intellectuels que je connais. Pourtant si l’on refuse de poser ce problème dans le
237e ne sens pas qu’ils se méfient de moi en tant qu’intellectuel ou « spécialiste », mais encore je devine qu’ils n’estiment pas que j
238 ont trahi. Les clercs, n’est-ce pas, ce sont les intellectuels, les écrivains, les professeurs, des hommes distingués et très instru
239s articles. Je le sens inquiet de mon opinion « d’intellectuel » sur son discours. « C’était sûrement beaucoup trop simple pour vous
240draient pas même de notre aide, — (nous égale les intellectuels bourgeois). Il est très difficile d’aimer ces hommes, et cependant il
241 que le prétexte. Je constate. Je conclus que les intellectuels sont en mauvaise posture pour agir sur le peuple. Qu’ils disent des v
242ue. Mais surtout je m’avise que la majorité des « intellectuels » d’aujourd’hui ne pense pas très différemment. Peuple ou « clercs »,
243ravail, de salaires, de prix de la vie, et là les intellectuels ne servent à rien. Enfin, les questions de personnes jouent un rôle :
244ire de beaux discours. Dans ces conditions, qu’un intellectuel aille parler au peuple, on l’écoutera bien patiemment, s’il a su se r
245saient. D’autre part, il est trop certain que les intellectuels professent depuis longtemps en toute conscience une doctrine analogue
246ns amertume. Il ne se plaint que de son isolement intellectuel. Il trouve normal de vivre une vie humainement absurde. Non qu’il n’e
247t, dans mon cas particulier, l’amitié. Un chômeur intellectuel peut encore travailler, — et c’est cela qui le différencie profondéme
248mêler un peu la signification complexe du chômage intellectuel. Nos conversations de ces jours derniers avec nos amis, et les précis
249er. 5 — Reste le cas tout à fait particulier de l’intellectuel chômeur. Il semble que cet homme-là soit à peu près le seul qui ait à
250 sauver les élites », et de secourir les chômeurs intellectuels dont on dirait parfois qu’ils paraissent plus spécialement touchants…
251 je me donne pour ce que je suis, c’est-à-dire un intellectuel chômeur, je devine chez mon homme un certain scepticisme : « Chômeur 
252penser ? Peut-on s’arrêter de penser ? Ha ha ! Un intellectuel en chômage, ce serait en somme un monsieur un peu fatigué et qui se d
253étaire, il n’y a qu’un cheveu. ⁂ Paradoxes. — Un intellectuel chômeur n’est pas un homme démoralisé par la privation de travail. Au
254ravailler davantage. Il ne se distingue donc d’un intellectuel rentier que par le manque de revenu assuré. Mais le seul fait que la
255atérielle » est déficiente change sa conscience d’intellectuel, et l’oblige à se poser des questions toutes nouvelles. Un intellectu
256ige à se poser des questions toutes nouvelles. Un intellectuel chômeur n’est généralement pas « inscrit au chômage » et ne bénéficie
257vrier, surtout non-qualifié. Il se pourrait que l’intellectuel puisse connaître une forme très particulière de chômage pur : certain
258sion nette, essayons de résumer les faits : 1 — L’intellectuel chômeur est celui qui ne peut plus vivre de son travail, soit qu’il a
259mmes ne peut pas être vécu de la même façon par l’intellectuel. Il atteint les travailleurs manuels, les employés, ingénieurs, médec
260amp d’action nécessaires leur font défaut. Mais l’intellectuel n’a besoin, la plupart du temps, que de papier et d’encre. Il ne sera
261 donc… Un point à étudier : le chômage déclasse l’intellectuel. Il le met sur un pied d’égalité paradoxal avec les hommes qui l’ento
262is qui, hélas, est encore chez nousla marque de l’intellectuel. Par là même, l’intellectuel chômeur risque d’apparaître inférieur au
263z nousla marque de l’intellectuel. Par là même, l’intellectuel chômeur risque d’apparaître inférieur aux yeux des gens de métier par
264eure (sauf exception) ; je donnerais très peu aux intellectuels et aux artistes ; et je donnerais aux autres selon leur profession :
265 naïves, conduites par des équipes d’hommes durs, intellectuels bannis ou petits nobles déclassés ; le triomphe implacable de Lénine 
266n’a jamais pris la peine de connaître, chez les « intellectuels ». 17 mars 1934 L’instituteur vendéen. — Nous étions assis dans
267ers de nos élèves. On aurait besoin de nourriture intellectuelle pour se soutenir. Quelquefois on nous envoie des journaux ou des revu
268apparaît démesurément agrandi, hors de nos prises intellectuelles. Nous ne savons plus comment parler à nos voisins, nos échanges sont
269rait être utile de décrire ma petite expérience d’intellectuel en chômage ; qu’il pourrait être utile de montrer qu’on peut sortir d