1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
1 tout se fond catastrophiquement dans l’infini de la seconde. Des peurs sans cause, plus vides que la mort. Toutes ces choses myst
2 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
2nts par ces épithètes drôles ou quelconques. Mais la seconde partie du livre est admirable ; il suffit. Le titre ne ment pas ; ce
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
3par le public de la première conférence, sifflé à la seconde, ovationné à la dernière, Keyserling, il faut le reconnaître, a su, p
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ce chien, ton serviteur, par Rudyard Kipling (juillet 1932)
4e tout par dehors et que personne s’occupe ». Dès la seconde page, c’est à pousser des cris de joie. Les enfants comprendront-ils 
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
5ste ; la première en voie de réalisation en URSS, la seconde encore mal dégagée de sa période de gestation doctrinale. Tout le mon
6 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
6ort bien montré Max Dominicé à propos de Calvinc. La seconde, c’est que M. Goguel, loin d’attaquer les dogmes, ne démolit que les
7 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — D’un Cahier de revendications
7ste ; la première en voie de réalisation en URSS, la seconde encore mal dégagée de sa période de gestation doctrinale. Tout le mon
8 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
8n célèbre la grâce de Dieu qui a donné Isaac pour la seconde fois ; on ne voit, dans toute l’histoire, qu’une épreuve. Une épreuve
9 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
9s, et fasse sienne la cause de ce parti ? Ce sera la seconde question. Au sujet de la politique chrétienne, permettez-moi d’être a
10cte est un engagement. Nous voici donc en face de la seconde question : celle de l’adhésion à l’un ou l’autre des partis politique
10 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
11a première exprime notre condition matérielle, et la seconde notre mission spirituelle. La dictature tue la liberté pour assurer l
11 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
12lus authentique. Le style est direct, l’emploi de la seconde personne est la règle ; aussi ne peut-on lire ces méditations sans se
12 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
13rables… (Attitude que j’essaierai de décrire dans la seconde partie de cet ouvrage.)   Moralisme : La morale est identiquement so
13 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Commune mesure et acte de foi
14genèse. Je tenterai d’en donner les éléments dans la seconde partie de ce livre. Mais il reste à tirer de notre examen de quelques
14 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Préambule
15 Préambule L’objet de la seconde partie de cet ouvrage risquerait d’être mal compris, si je n’écartais
15 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
16rnier numéro. Une erreur de montage a fait sauter la seconde — (où notre ami Miatlev protestait de ne pas lire le nom de Lawrence
16 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
17 est morale d’abord, égalisatrice et corrective ; la seconde exigerait un esprit créateur. Or ils ont plus de maçons que d’archite
17 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
18nt dans un pédant délire, la première nourrissant la seconde de tentations fécondes ou grotesques. Qui sait où cela nous eut menés
18 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
19e passive de l’involontaire. » Et sur cette base, la seconde génération du romantisme va formuler sa fameuse théorie de l’inspirat
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
20 veux parler de l’opposition qui se manifeste dès la seconde moitié du xiie siècle entre la règle chevaleresque et les coutumes f
21-t-il de la chanson de geste, qu’il supplanta dès la seconde moitié du xiie siècle avec une étonnante rapidité ? En ceci qu’il do
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
22nde Dame de l’hérésie, recevra le consolamentum ! La seconde strophe ne parle que des « dames » : Je n’ai pas d’ennemi si mortel,
23 Je n’ai cité que des poètes de la première et de la seconde génération des troubadours (1120 à 1180 environ). Au xiiie siècle, c
2493 de Gottfried. c) Le mariage « consommé » avec la seconde Iseut rétablit le parallèle — évité par Thomas — avec le mariage sans
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
25promise. Or on n’a pas oublié que Tristan épouse la seconde Iseut alors qu’il croit que la première le néglige. Ce n’est point ta
22 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
26 n’oserait pas répondre en toute franchise ; et à la seconde, il pressent bien qu’on ne pourrait que répondre non. D’où sa myopie
23 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
27 dire, — et que le problème est urgent ! II La seconde condition, c’est que nos Églises redeviennent missionnaires à l’intér
24 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
28 siècle. La première a été perdue par la France. La seconde a été gagnée par l’Amérique. En attendant le résultat de la troisième
25 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
29une existence, en termes d’attitudes intérieures. La seconde chance du Diable est de flatter notre tendance à nous sentir irrespon
26 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
30 ni nuit ni jour, où la parole est débitée à tant la seconde, qu’il y ait ou non des auditeurs, qu’il y ait ou non des choses à di
27 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Le Journal d’André Gide
31cérité, alors que toute son œuvre est dominée par la seconde. Toute l’esthétique de Gide, — son style écrit — s’ordonne au choix l
32int qu’on pourrait dire que la première dépend de la seconde. Cela va jusqu’à la casuistique : l’intérêt passionné de Gide pour le
28 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
33e passive de l’Involontaire. » Et sur cette base, la seconde génération du romantisme va formuler sa fameuse théorie de l’Inspirat
29 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
34 vient d’épouser un avocat socialiste et sportif. La seconde est femme de pasteur. La cadette rêvant d’être actrice, on lui a bâti
30 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
35riode de disette de papier, encombrer le tiers de la seconde et dernière page de plusieurs journaux parisiens. Le censeur astucieu
31 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
36 peuple intoxiqué ? Je pressens que l’exercice de la seconde méthode n’aurait pas seulement pour effet de rendre à l’Europe une na
32 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
37le, effraye moins qu’une séance chez le dentiste. La seconde, c’est que la curiosité est plus forte que la crainte chez les enfant
33 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
38ce vol sans repères en plein ciel, à 130 mètres à la seconde, sans vibrations ni courant d’air, et sans nul signe apparent de mouv
34 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
39x Magots. La vie reprendra. Cela paraît irréel. » La seconde me dit : « Le petit nuage passera, oui… et nous avec ! » Selon l’hume
35 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
40égaphone, je gravis la passerelle, on la relève à la seconde où mes pieds la quittent. Déjà le bateau décolle son flanc du quai. D
36 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
41 vient d’épouser un avocat socialiste et sportif. La seconde est femme de pasteur. La cadette rêvant d’être actrice, on lui a bâti
37 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
42ce vol sans repères en plein ciel, à 130 mètres à la seconde, sans vibration ni courant d’air, et sans nul signe apparent de mouve
38 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
43r, que ces erreurs, que ce régime aient survécu à la seconde guerre mondiale, ne les rend que plus redoutables. Quelques-uns de no
39 1947, Doctrine fabuleuse. Orientation
44araissent également valables. Mais il se peut que la seconde se ramène un beau jour à la première, dont elle serait un cas particu
40 1947, Doctrine fabuleuse. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
45 Le Héros de l’Incognito ! X. fait un geste vers la seconde bouteille, mais l’agent est déjà sorti. Il ne lui reste plus qu’à boi
41 1947, Doctrine fabuleuse. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
46ons sont la clarté et l’absence de contradiction. La seconde forme d’expression, ce serait celle dont j’essayais de vous faire pre
42 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
47 xxe siècle. La première a été perdue en France. La seconde a été gagnée en Amérique. En attendant le résultat de la troisième et
43 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
48riode de disette de papier, encombrer le tiers de la seconde et dernière page de plusieurs journaux parisiens. Un censeur astucieu
44 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
49t un « sport » d’une nature différente — et c’est la seconde que j’essaierai de décrire. De la passion Je pense que l’Amériq
50d, elle était à Reno et se remariait, « elle pour la seconde fois, lui pour la quatrième ». Cependant, j’en reviens à ma première
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
51of this kind, however desperate the attempt. » Et la seconde, de celui qui préside aujourd’hui notre commission, Salvador de Madar
46 1948, Suite neuchâteloise. III
52 première division ; ces Conseillers sont Nobles. La seconde comprend les quatre Châtelains de Landeron Boudry, Valtravers et Thie
47 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
53 alors de renverser pour établir l’union réelle ? La seconde école, celle des fédéralistes, tient que l’origine normale du pouvoir
48 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
54e et vain d’essayer de sauver l’une sans l’autre. La seconde, c’est que le ressort intime, mais aussi le but final de la culture o
49 1951, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Réplique à M. Lasserre (mars-avril 1951)
55me chacun sait, qu’un effort encore hésitant vers la seconde. Ensuite : le Conseil de l’Europe comprend quinze États, et non dix c
50 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
56nir. Voilà l’espoir des hommes. Il est chez nous. La seconde force dont nous disposons, et l’une des plus typiques de l’Occident,
51 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Contre-offensive de la liberté
57mesuré, est sentie par beaucoup comme insécurité. La seconde, c’est que nous possédons un capital de libertés réelles dont nous n’
58ommes. Il est chez nous ! L’esprit critique La seconde force dont nous disposons, et l’une des plus typiques de l’Occident,
52 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
59rrespond au même ordre de préoccupations. Quant à la seconde tâche, pour être menée à bien avec toute l’ampleur nécessaire, elle s
53 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
60 péché des bourgeois par celui des Soviets ; mais la seconde, nous l’avons sous les yeux, consiste à s’emparer de la cause ouvrièr
54 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
61 péché des bourgeois par celui des Soviets ; mais la seconde, nous l’avons sous les yeux, consiste à s’emparer de la cause ouvrièr
55 1953, La Confédération helvétique. La famille et l’éducation
62ole polytechnique ». Il est remarquable que seule la seconde ait été créée. Les universités cantonales, à vrai dire, sont fort nom
56 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
63ons sur un autre plan. Pour contribuer à rétablir la seconde condition de la santé culturelle en Europe, nous avons conçu le proje
57 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
64sion féconde dans les réalités, veulent supprimer la seconde parce que la première blesse leur logique. Il repose en effet tout en
65aire, que les premières ne peuvent subsister sans la seconde, que la seconde serait mortelle sans les premières, qu’il s’agit donc
66emières ne peuvent subsister sans la seconde, que la seconde serait mortelle sans les premières, qu’il s’agit donc de les composer
58 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
67it de M. Bevan, avec la citation de Hitler qu’est la seconde phrase. L’URSS a d’ailleurs cessé d’être redoutable, puisque, après l
59 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
68s, régions, professions), tandis qu’à l’instar de la seconde, elle réclame une solution globale, d’un type bien défini, dont les u
60 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
69ccès alternés, la première dominant au Moyen Âge, la seconde gagnant sans cesse en vigueur et prestige du xvie au xixe siècle, p
61 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
70’un Staline qui se trouvait avoir fait son temps. La seconde hypothèse est celle d’Isaac Deutscher, reprise et approuvée presque d
62 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
71ère de l’automatisation que certains nomment déjà la seconde révolution industrielle, et qui promet des loisirs plus étendus à un
63 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
72lle des hommes, et si la première intervient dans la seconde par des actes libres, elle n’y détermine pas une loi d’évolution. Le
64 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
73 grand jeu. Ou disons plutôt que le vrai drame de la seconde moitié du xxᵉ siècle englobe celui de la Russie soviétique et le dépa
65 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
74marquable que celle d’innovation ou d’invention ? La seconde peut tenir de la chance, un coup heureux, l’œuf de Colomb, le vers do
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
75n termes humains l’Incarnation (la naissance), et la seconde l’Ex-carnation (la mort). » Je voudrais à mon tour illustrer cette id
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
76ion réelle : sa relation avec le corps sacré ; si la seconde dimension, inventée par les Grecs, est celle qui fonde en soi l’indiv
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
77lle des hommes, et si la première intervient dans la seconde par des actes libres, elle n’y détermine pas une loi d’évolution. Le
69 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
78u symbole de Jérusalem comme centre du monde ; et la seconde supprime toute apparence de centre, soit religieux, soit géographique
79’âme collective. La première découverte a précédé la seconde de plusieurs siècles, mais elle en a bénéficié en retour, l’explorati
70 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
80’étatisme jacobin, totalitaire et centralisateur. La seconde condition permettant au bon sens de corriger le défaut d’informations
71 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
81 appartiennent Swift, Butler, Huxley et Orwell. À la seconde, Thomas More et Bacon, Campanella, Rabelais et H. G. Wells. La plupar
72 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
82oient aujourd’hui pour la première formule contre la seconde, quand il s’agit du régime de la France, mais renversent leur positio
73 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
83us puissions vraiment former une culture commune. La seconde consiste à dire qu’il n’y a rien de réel, en Europe, hors de nos cult
74 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). … Et dona ferentes (Remarques sur la diffusion inégale de nos valeurs et de nos produits)
84. Le Japon s’est notoirement occidentalisé depuis la seconde moitié du xixe siècle. Le colonialisme a laissé des quartiers europé
85 Socrate qui en illustra la haute portée morale ; la seconde fut définie par les premiers conciles, à l’occasion des grands débats
86êmes idéaux. C’est la tâche la plus importante de la seconde moitié du xxe siècle. Et c’est sans doute la première fois dans tout
75 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Pour une politique de la recherche
87herche et la tactique du financement, si bien que la seconde paralyse la première au lieu de s’en inspirer pour trouver ce qu’il f
76 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
88une branche importante de l’économie de nos pays. La seconde conclusion, c’est que les fabricants et distributeurs de ces moyens d
77 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Neuf expériences d’éducation européenne [Introduction] (décembre 1959)
89er et bientôt conditionnent des réflexes communs. La seconde consiste à inculquer d’une manière massive des jugements tout faits,
78 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
90éenne mais irrités par son insignifiance, remplit la seconde partie de ce vaste roman. La réserve savante des descriptions, l’humo
79 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
91. Culture, en somme, égale Nature plus homme. Dès la seconde moitié du xviiie siècle, en France et en Allemagne — Voltaire, Vauve
80 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
92 criminel celui qui est d’un avis différent. Mais la seconde donnée manque encore, et c’est la réciprocité. Son absence annule la
81 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
93yndicalistes de la dictature de Pilsudski. Durant la seconde guerre, J.H.R. siégera au congrès international des syndicats, à la f
82 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
94ois » n’est rien… Une fois est le tout absolu, et la seconde fois la ruine absolue de tout.103 Certes, le Jeune Homme d’« In Vin
95 Au contraire, le Mari qui prendra la parole dans la seconde partie des Étapes choisit d’aimer une seule femme et de l’épouser, ca
96ersaire. Qui sait s’il ne va pas l’aimer ?   Dans la seconde partie d’Ainsi parlait Zarathoustra se produit le coup de théâtre pré
83 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
97lus doué pour le malheur d’amour, ou la fidélité. La seconde raison tient au fait que l’amour est lié plus que toute autre conduit
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
98éenne mais irrités par son insignifiance, remplit la seconde partie de ce vaste roman. La réserve savante des descriptions, l’humo
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
99ois » n’est rien… Une fois est le tout absolu, et la seconde fois la ruine absolue de tout.30 Certes, le Jeune Homme d’In Vino V
100Au contraire, le Mari, qui prendra la parole dans la seconde partie des Étapes, choisit d’aimer une seule femme et de l’épouser, c
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — Post-scriptum
101doit être tenu pour le secret des secrets ». Dans la seconde version de l’Amour et l’Occident (pages 100 à 108), je soutenais l’h
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
102, exprimerait assez bien l’état du continent dans la seconde moitié de notre premier millénaire : ce mélange originellement « indi
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
103ns la première tout tend à nourrir la vertu, dans la seconde tout tend à l’étouffer. Que si l’on considère toutes les contrées de
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Les grands desseins du xviie siècle
104ons qui peuvent être avancées contre le projet … La seconde objection est qu’il peut s’engendrer une effémination par suite de la
105oleur. J’ai déjà répondu à cela dans ma réponse à la seconde objection. Nous aurons plus de commerçants et de cultivateurs ou d’in
106entir la force de la démonstration. La mineure ou la seconde proposition contient les moyens, la preuve s’en trouvera au quatrième
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
107, c’est d’un Itinéraire, qui enseigne les voies ; la seconde, d’un petit livre qui apprend ce qu’il y a de curieux en chaque pays.
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (I)
108e, utopie nostalgique du romantisme allemand. Dès la seconde page de l’Histoire de la Guerre de Trente Ans, il expose sa thèse à g
109té armée se joindra ici… Parmi les puissances de la seconde classe, qui tiennent l’équilibre de la liberté Européenne, l’Empereur
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (II)
110retour sur la terre est l’objet de vœux éternels. La seconde période est celle où ce qui dans la première apparaissait comme desti
111 temps à assurer une unité extérieure à l’Église. La seconde cherchait à réaliser cette imité extérieure par l’intermédiaire de l’
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’harmonie entre les nations libérées à l’anarchie des États souverains
112 et le cliquetis des ukases. Et la Liberté dira à la seconde nation : J’étais dans la peine et la misère, et je t’ai demandé, ô na
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’historisme au pessimisme
113e de ces projets une réalité date du lendemain de la seconde guerre mondiale. Il fallait toucher le fond, c’est fait. L’Europe uni
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — « Tout s’est senti périr »
114isme, à un « humanisme intégral ». À la veille de la seconde guerre mondiale, dans une conférence sur le Crépuscule de la Civilisa
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
115 séculière et aristocratique qui servit de base à la seconde phase de son unité. Nous ressentons une fois de plus le besoin d’une
116l’évidence même, pourvu qu’elle soit tempérée par la seconde : que ce « bon » choix est fait suivant les lumières que l’homme en q
117aleur européenne, c’est la volonté de conscience. La seconde, c’est la volonté de découverte… La force occidentale, c’est l’accept
118oire, chapitre qui ne commence qu’après la fin de la seconde guerre mondiale. L’inquiétude et la colère que provoquèrent en Occide
119sation européenne de la civilisation occidentale, la seconde issue de la première, mais la transformant, la trahissant peut-être e
120 dépérit nécessairement dans chaque pays. Quant à la seconde condition, je tiens à insister sur ce point précis : que chaque litté
97 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
121par des forces de division, internes ou externes. La seconde proposition n’est pas aussi évidente pour chacun. Cependant, il n’est
98 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
122ais elle est autre chose encore, si l’on en croit la seconde légende relative à ses origines : celle de Japhet. Selon la Genèse co
99 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
123remière insiste avant tout sur les diversités, et la seconde sur l’unité. Je crois que la seule union conforme au génie propre de
100 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
124ment. Une vingtaine de vers brefs, irréguliers. À la seconde lecture, je comprends qu’il s’agit de deux vieillards dans une cuisin