1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1ux ont regardé longtemps — où va l’âme durant ces minutes ? — jusqu’à ce que les bœufs ruisselants remontent sur notre rive. Fr
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2ent à mon souvenir ont été passés au crible de la minute où je me penchais sur mon passé. Ou, pour user d’une image plus préci
3sé. Ou, pour user d’une image plus précise, cette minute est baignée d’une lueur de tristesse ou de sérénité qui métamorphose
4ment intime, ce moi idéal que j’appelle en chaque minute de ma joie est plus réel que celui qu’une analyse désolée s’imaginait
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
5personnages et lui-même. ⁂ Le tout ne dure pas 20 minutes. Et c’est heureux. Nous manquons d’entraînement dans le domaine du me
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
6eut encore m’émouvoir. C’est un plaisir de chaque minute auquel succède immédiatement le sommeil. Je rêve beaucoup. Cela expli
5 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
7a des sentiments qui montre vivantes dans la même minute toutes les incarnations d’un amour dont l’être éternel apparaît peu à
8 saisit les correspondances, chaque geste, chaque minute d’une vie résume celte vie entière et fait allusion à tout ce qu’il y
9liers. Tout cela s’empila dans des autos ; en dix minutes, il n’y eut plus personne, la place s’éteignit. Mais Gérard ? Ses yeu
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
10ille aperçues au passage. Ab uno disce omnes. Une minute de concentration intense dégage dans l’individu plus d’énergie que de
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
11n ce lieu, secrète et familière. Songeant à cette minute et à d’autres semblables, en voyage, je me dis que c’est de là que j’
8 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
12l’insondable lubie d’un agent nous immobilise une minute aux lisières odorantes d’une terrasse où nous voyons Charles-Albert C
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
13t votre pensée à ce sujet. Eiichi se taisait. Une minute, deux minutes s’écoulèrent. Quatre ou cinq moineaux sautaient de bran
14e à ce sujet. Eiichi se taisait. Une minute, deux minutes s’écoulèrent. Quatre ou cinq moineaux sautaient de branche en branche
15e soit à cet homme en colère. Trois, quatre, cinq minutes s’écoulèrent. Le Procureur regardait distraitement son carnet de note
10 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
16ale. Comme vous êtes un profond pédant, dans cinq minutes je ne saurai plus même voir s’il fait beau ou s’il fait vilain. Lord
11 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
17 se superposent, restituant vivantes dans la même minute toutes les incarnations d’un amour dont l’être éternel peu à peu tran
18 saisit les correspondances, chaque geste, chaque minute d’une vie résume cette vie entière, et fait allusion à tout ce qu’il
12 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Une « tasse de thé » au Palais C…
19une angoisse plus bouleversante que l’amour, à la minute où l’on voit de très près, entre la nuit qui s’évapore et l’aube enco
13 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
20n ce lieu, secrète et familière. Songeant à cette minute et à d’autres semblables, en voyage, je me dis que c’est de là que j’
14 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
21il au garde à vous, et débite son rapport en deux minutes. Puis on entre fumer un cigare. Une cordialité militaire, sans nulle
15 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
22l’insondable lubie d’un agent nous immobilise une minute aux lisières odorantes d’une terrasse où nous voyons Charles-Albert C
16 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
23nt on vient d’estimer la prose. Ils observent une minute de silence. Puis ils s’occupent de choses « sérieuses » qui, elles, n
17 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
24de prêtre, avec une sorte de douceur… Pendant six minutes. Et quand ce hurlement d’amour s’apaisa, on entendait encore une rume
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Manifeste au service du personnalisme par Emmanuel Mounier (octobre 1936)
25 pouvoir. Nous voulions simplement, à la dernière minute, souligner des promesses d’accord aussi solides.
19 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
26 « faire vite », déjouer un complot à la dernière minute. Une action judiciaire légale eût entraîné un retard fatal (ou démont
20 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
27religieux qui souvent ne résisteraient pas à cinq minutes de pensée sobre, mais surtout qui ne résisteraient pas à ces deux que
21 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
28étroitesse de notre domaine, la mer partout à dix minutes et ces marécages hostiles, nous souffrons de ne pouvoir prolonger en
22 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
29ai pris sept sur mon pyjama dans l’espace de deux minutes, ce qui doit constituer une sorte de record. D’autres sautaient sur l
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
30choix : elles conduisent toutes les trois, en dix minutes, à une plage. Notre village est en effet situé sur une pointe avancée
31étroitesse de notre domaine, la mer partout à dix minutes et ces marécages hostiles, nous souffrons de ne pouvoirprolonger en p
32ai pris sept sur mon pyjama dans l’espace de deux minutes, ce qui doit constituer une sorte de record. D’autres sautaient sur l
33ec une espèce d’affolement. Il n’a pas fallu deux minutes pour qu’ils arrivent de tous côtés, comme par hasard, à la fameuse pl
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
34est-ce que c’est ? » — La Sybille de Cumes … Cinq minutes après, cette dame s’indignera de la barbarie des bolcheviks et des na
25 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
35 5 heures 10. Comment fait-on pour occuper en dix minutes 35 000 places assises ? Je me glisse dans des rangs compacts derrière
36par la foule, depuis bientôt quatre fois soixante minutes. Est-ce que cela vaut la peine ? Mais voici une rumeur de marée, des
37 la passerelle qui mène à la tribune. Pendant six minutes, c’est très long. Personne ne peut remarquer que j’ai les mains dans
38r. Et cette certitude saisissante, après quelques minutes de son discours : voici un homme qui parle sérieusement. Chacun de ce
26 1938, Journal d’Allemagne. Les jacobins en chemise brune
39 « faire vite », déjouer un complot à la dernière minute. Une action judiciaire légale eût entraîné un retard fatal. (C’est-à-
40vénements de Tchécoslovaquie viennent en dernière minute m’apporter la plus dramatique confirmation. C’est pour n’avoir pas su
27 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
41e et adorer. Tout reviendra éternellement à cette minute, à cet instant ! L’Éternité, c’est le retour des temps ; et non pas l
28 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). VIII. La Ligue du Gothard vue par la presse
42que puisse être honnête. Nous ne perdrons pas une minute à réfuter leurs calomnies. Lorsque les noms des fondateurs de la Ligu
29 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
43ment général, tout cela vous donne après quelques minutes l’illusion d’une puissance immobile qui vaincrait la distance par le
44nent tout au long des superhighways. « Perdez une minute, épargnez une vie !… Gardez votre droite… Dépassez à gauche… Avez-vou
30 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
45 de « Satan » par Jésus lui-même. Ce fut quelques minutes après sa fondation, et dans la personne même de celui sur lequel Jésu
31 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
46uger, m’appelaient par mon prénom au bout de cinq minutes et sortaient tout d’un coup avec un signe de la main, so long ! un by
32 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
47, nous avons besoin d’une table de deux dans cinq minutes ? Merci. Vous allez voir que cela vaut le dérangement. Je me déplace.
48un des conseillers intimes de Roosevelt. Mais une minute plus tard, un pas rapide dans l’escalier : c’est elle encore, en robe
33 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
49bombe atomique, nous reviendraient après quelques minutes sous forme de buée légère. N’insistons pas : l’appareil militaire qu’
34 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
50is hommes surchargés, débordés, qui n’ont pas une minute pour réfléchir, et qui représentent les intérêts de leur nation, alor
35 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
51joint la mer, ferme le monde devant nous. En deux minutes nous sommes passés de la gloire aux ténèbres denses. Il n’y a plus qu
36 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
52appareil arrivant de New York. Il repartit trente minutes plus tard, emportant un espoir raisonnable : celui de voir les Suisse
37 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
53lera le plus, car son sermon ne dépasse pas vingt minutes : une leçon de civisme ou de morale, incitant les fidèles à adopter l
38 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
54ent général, tout cela vous donne, après quelques minutes, l’illusion d’une puissance immobile qui vaincrait la distance par le
55nent tout au long des superhighways. « Perdez une minute, épargnez une vie !… Gardez votre droite… Dépassez à gauche… Avez-vou
39 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
56 vent d’avant-printemps suffit à dissiper en cinq minutes ? Qu’est-ce que cela au regard de la menace énorme qui domine l’Europ
57ais rien de nouveau jusqu’à six heures moins deux minutes. Je me prépare à sortir. Sonnerie du téléphone. On va me parler de l’
40 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
58 la saveur même de la vie… À Nîmes, halte de dix minutes à la terrasse d’un grand café. Beaucoup de monde, mais peu d’animatio
59il arrive en effet, nous dit-on, qu’à la dernière minute la police retienne certaines personnes désignées par certaines autori
41 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
60s, de petites trompettes la saluèrent pendant dix minutes. Des fenêtres de tous les bureaux neigeaient des pages d’annuaires la
61érences. — Elles doivent être courtes — cinquante minutes — et garder autant que possible le ton de l’improvisation. Celles qu’
42 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
62gouvernement ne m’empêche de parler à la dernière minute. La propagande allemande bat son plein parmi les étudiants, au Jockey
43 1946, Journal des deux Mondes. Solitudes et amitiés
63de passer au studio 16 pour l’émission. Dans cinq minutes, au fond d’une campagne française — ce sera déjà la nuit là-bas — des
44 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
64Avignon ; et je suis seul. Le soir je vais à cinq minutes de là dîner dans la « grande maison », résidence de style colonial en
45 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
65. — Regardez bien… (mais elle a raccroché). Cinq minutes plus tard, je rappelle. Cette fois-ci, c’est une voix chantante et op
46 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
66joint la mer, ferme le monde devant nous. En deux minutes nous sommes passés de la gloire aux ténèbres denses. Il n’y a plus qu
47 1946, Lettres sur la bombe atomique. La guerre est morte
67bombe atomique, nous reviendraient après quelques minutes sous forme de buée légère. N’insistons pas : l’appareil militaire qu’
48 1946, Lettres sur la bombe atomique. Utopies
68es, de Berne, de Bruxelles ou de Londres, en cinq minutes, à partir du début de la guerre. Le progrès, disait Baudelaire, consi
49 1946, Lettres sur la bombe atomique. Paralysie des hommes d’État
69is hommes surchargés, débordés, qui n’ont pas une minute pour réfléchir, et qui représentent les intérêts de leur nation, alor
50 1947, Doctrine fabuleuse. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
70tte. Comme vous êtes un profond pédant, dans cinq minutes je ne saurai plus voir s’il fait beau ou s’il fait vilain. Lord Artu
51 1947, Doctrine fabuleuse. Angérone
71 viennent de posséder, leur silence meurt à cette minute du plaisir. Ils fuient, bavardent. Tristesse platonicienne C’est dans
52 1947, Doctrine fabuleuse. Don Juan
72e et adorer. Tout reviendra éternellement à cette minute, à cet instant ! L’Éternité, c’est le retour des temps ; et non plus
53 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
73uger, m’appelaient par mon prénom au bout de cinq minutes, et sortaient tout d’un coup avec un signe de la main, un so long, un
54 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
74, nous avons besoin d’une table de deux dans cinq minutes ? Merci. Vous allez voir que cela vaut le dérangement !… Je me déplac
75un des conseillers intimes de Roosevelt. Mais une minute plus tard, un pas rapide dans l’escalier : c’est elle encore, en robe
76lera le plus, car son sermon ne dépasse pas vingt minutes : une leçon de civisme ou de morale, incitant les fidèles à adopter l
55 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
77s guère. Lui, déjeune avec ses collègues en vingt minutes, près de son bureau ; elle, dans un restaurant où des centaines de fe
78on divorce en un quart d’heure, se remarie en dix minutes, quitte les lieux l’instant d’après. Il n’y reviendra jamais, bien en
56 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
79ment général, tout cela vous donne après quelques minutes l’illusion d’une puissance immobile qui vaincrait la distance par le
80nent tout au long des superhighways. « Perdez une minute, épargnez une vie !… Gardez votre droite… Dépassez à gauche… Avez-vou
57 1948, Suite neuchâteloise. I
81e en express, n’est plus que les quinze dernières minutes, la dernière cigarette d’une nuit mal dormie, le moment de refermer l
58 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, n’oubliez pas l’exemple de la Suisse (3 octobre 1950)
82ur que j’ose vous supplier d’y réfléchir quelques minutes. La Suisse s’est unie en neuf mois. Il vaut la peine de s’arrêter dev
59 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Lettre aux députés européens (15 août 1950)
83ur que j’ose vous supplier d’y réfléchir quelques minutes. La Suisse s’est unie en neuf mois. Il vaut la peine de s’arrêter dev
60 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
84tre œuvre est de longue haleine, il n’y a pas une minute à perdre. Tout est prématuré, pour celui qui ne veut rien. Chi va pi
61 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
85ur que j’ose vous supplier d’y réfléchir quelques minutes. La Suisse s’est unie en neuf mois. Il vaut la peine de s’arrêter dev
62 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
86tre œuvre est de longue haleine, il n’y a pas une minute à perdre. Tout est prématuré, pour celui qui ne veut rien. Chi va pi
63 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
87t, votre Congrès doit estimer qu’il n’y a pas une minute à perdre avant de s’y mettre.
64 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
88ds est sur le point d’éclater. Mais à la dernière minute, un envoyé de Nicolas rassemble la Diète — qui vient de se dissoudre 
65 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
89même ! » Des rédactions improvisées à la dernière minute sont mises aux voix. Le vote est emporté, mais des négociations de co
66 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
90ingt ans. B. Vous voyez donc qu’il n’y a plus une minute à perdre. Sur l’esclavage et la souveraineté nationale Une conf
91Et je ne parle même pas du monde du cinéma, où la minute de pellicule multipliée par le tour de poitrine vaut un vison. « C’es
67 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
92furent hissées, sous les projecteurs, pendant une minute de silence. Quatre-vingt mille personnes, dit un journal. C’est la mo
68 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
93n compacte et modèle de civisme. On passe en cinq minutes d’un canton à un autre. Leurs habitants ne se connaissent guère entre
69 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — La spire et l’axe
94même ! » Des rédactions improvisées à la dernière minute sont mises aux voix. Le vote est emporté, mais des négociations de co
70 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
95du désir et de ses chemins. Survolant en quelques minutes tant de destinées minutieuses qui s’entrecroisent au ras du sol, nous
71 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
96 La Règle d’or Permettez-moi, maintenant, cinq minutes de philosophie. J’ai dit qu’à mon sens, le but de l’éducation europée
72 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
97conversation se poursuivit ainsi pendant quelques minutes, note encore Retinger, puis l’Ambassadeur me regarda profondément dan
98’un appareil de chasse s’était posé pour quelques minutes, l’après-midi même, sur la piste préparée pour l’avion anglais. Cepen
99es ballots de courrier furent chargés en quelques minutes, et les moteurs remis en marche. Mais les roues étaient bloquées dans
100areil ne put décoller qu’après une heure et vingt minutes d’efforts frénétiques, et trois faux départs. Malgré le bruit fracass
73 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
101 n’est plus là, matériellement. Et puis, quelques minutes ou quelques heures plus tard, c’est la cellule elle-même, modifiée da
74 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Don Juan
102e et adorer. Tout reviendra éternellement à cette minute, à cet instant ! L’Éternité, c’est le retour des temps ; et non plus
75 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
103 n’est plus là, matériellement. Et puis, quelques minutes ou quelques heures plus tard, c’est la cellule elle-même, modifiée da
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
104ons, discuté phrase à phrase, jusqu’à la dernière minute, par les responsables du Congrès, traduit l’opinion moyenne des quelq
77 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
105lles principales, Zurich, Genève et Bâle, à vingt minutes d’avion l’une de l’autre ; Berne restant le siège du gouvernement sui
78 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. La Suisse, dans l’avenir européen
106ralisme n’apparaît qu’au cours des cinq dernières minutes. Quelques instants d’histoire locale, dans le temps ; et dans l’espac
107lles principales, Zurich, Genève et Bâle, à vingt minutes d’avion l’une de l’autre ; Berne restant le siège du gouvernement sui
79 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Entretien avec Denis de Rougemont (6-7 avril 1968)
108s et les arbres de la campagne genevoise ; à cinq minutes, cependant, vous avez Cointrin, l’ouverture sur le monde. Pendant que
80 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
109« L’impossibilité du faire »… Il travaille « cinq minutes au plus » à des collages délicats — les reproductions de ses œuvres d
81 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
110ements pour je ne sais quoi, après une dizaine de minutes, puis d’autres, à de nombreuses reprises, notamment quand j’oppose po
111 me prie de venir siéger à la tribune. Après cinq minutes, on m’appelle pour un entretien devant le micro avec Brugmans, Robert
112s dans les couloirs une interview à la radio, dix minutes avant l’heure fixée pour la séance de clôture, on vint me chercher :
113ée, nous nous assîmes à six ou sept, et après dix minutes d’un débat virulent, au cours duquel, voyant entrer Churchill Jr, je
82 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
114n fameux discours de Zurich — qu’il n’y a pas une minute à perdre ! Quel est l’obstacle apparemment insurmontable à cette unio
83 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
115 de terrain entre mille, survolé en moins de cinq minutes par un avion de ligne commerciale, en quelques dizaines de secondes p
84 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
116le fameux discours de Zurich, qu’il n’y a pas une minute à perdre. Quel est l’obstacle apparemment insurmontable à cette union
85 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
117n fameux discours de Zurich — qu’il n’y a pas une minute à perdre ! Quel est l’obstacle apparemment insurmontable à cette unio
86 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
118— Tu vois bien, riposta Lyautey, il n’y a pas une minute à perdre ! » L’autogestion, ou le pouvoir sur soi-même Ce que j
87 1976, Réforme, articles (1946–1980). À propos du Concorde (21 février 1976)
119res sur Concorde, j’ai commencé par refuser : dix minutes de parole ne valent pas le voyage, je ne suis pas technicien, et surt
120us plaira. » Le lendemain soir, dès les premières minutes, je vois que je suis tombé dans un traquenard. Sentimentaux ou techno
88 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Passage de la personne à la Cité
121par la foule, depuis bientôt quatre fois soixante minutes. Est-ce que cela en vaut la peine ? Mais voici une rumeur de marée, d
122 la passerelle qui mène à la tribune. Pendant six minutes, c’est très long. Personne ne peut remarquer que j’ai les mains dans
89 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. L’économie
123e des chômeurs dans le monde s’accroît de 100 par minute 8. Dans cette situation, il ne saurait plus être question, sérieuseme
90 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. La défense de l’Europe
124es n’aient pas été neutralisées dès les premières minutes du conflit, ou juste avant… En caricaturant à peine la situation, on
91 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
125que moi. 16 mars Réveillé il y a quelques minutes, il est onze heures du matin, je me suis dit : « Pourquoi cette lettr
92 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
126ande majorité possible. Le 21 mai, un débat de 80 minutes marquant l’ouverture officielle de la campagne électorale opposait à
93 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
127tre œuvre est de longue haleine, il n’y a pas une minute à perdre. — Tout est prématuré, pour celui qui ne veut rien. — Chi va
128ert, André Philip m’expose enfin l’affaire en dix minutes. Il s’agit d’un projet conçu par Daniel Villey, jeune professeur à la
94 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
129nt une longue plante qui poussait en deux ou cinq minutes, et quand elle arrivait en haut de l’éprouvette cela donnait une sort