1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1éparent à tenter le climat, — j’avais rêvé sur ce passage de l’émouvante Bettina, rêvé sans doute assez profondément pour qu’au
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
2analité de la pensée. D’autant plus que les rares passages où il expose directement les principes de sa « révolution » semblent
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
3sage d’entre la vie et la mort « où se reflète le passage incessant d’oiseaux de la mer ? » « Quel est cet homme dont l’âme fai
4 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
4ns la description des taureaux ne se manifeste ce passage du réalisme le plus hardi à un lyrisme plein de simple grandeur. Voic
5ux, et les génisses, et la chère plaine. De tels passages qui abondent dans les Bestiaires font pardonner bien d’autres pages d
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
6écrit Gide. D’où l’on peut tirer par une sorte de passage à la limite que les faits justifient : sincérité = spontanéité. Mais
7 Au hasard de quelques lectures, je pris note des passages suivants (les paraphraser serait d’une ingratitude insigne — ils marq
6 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
8 bientôt dissous dans le vent. Tout était reflet, passages, allusions. Plus tard, dans un petit bar laqué de noir jusqu’à mi-hau
7 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
9le précède au restaurant, le nargue brièvement au passage des autos, le ridiculise chez le coiffeur. Déjà, c’est avec une sorte
8 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
10 tellement au sérieux que j’ai été bien étonné du passage où il rappelle qu’il écrit la vie d’un homme de lettres. En réalité,
11la poésie sont dans notre maison. Voici un de ces passages où il sait être, avec sa verve doucement comique, si émouvant : « À c
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
12noires et blanches qui marquent un peu partout le passage de l’État, et dont la vue permet à ceux qui tombent du ciel sur notre
13à la compromission sociale établie) et cueilli au passage un grade universitaire, prennent leur essor de chérubins du parti au
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
14se longuement contemplée que de mille aperçues au passage. Ab uno disce omnes. Une minute de concentration intense dégage dans
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
15Joseph, dont il fut peut-être valet, nomme à leur passage les Karolyi, les Festetics, les Esterházy, et ces comtes Szechenyi qu
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
16sert aux formes tendres et déjà familières, et le passage des trains chaque soir nous redirait un adieu bref, — chaque soir plu
17 d’une forme dans d’autres, — et c’est même en ce passage qu’elle consiste — ô Danses ! avènement de l’âme aux gestes ! Vous vo
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
18 contient d’inexprimé qu’elle atteint en certains passages à une intensité presque bouleversante. Il est pourtant un endroit du
19se Blanche. Arrêtons-nous un peu à l’examen de ce passage auquel on sent que Baring attache une importance qui n’est pas unique
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
20ichi se décide soudain à quitter l’Université. Ce passage nous le montre déjà tout entier : subit et absolu dans ses déterminat
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
21es lecteurs de cette revue en citant ici quelques passages de l’étude de Frommel. Nous assistons, chez Pierre Loti, à ce specta
16 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
22 M. Brunschvicg fait un cours sur la technique du passage à l’absolu, parle de noumènes, d’immanence, de contingence, et l’on n
17 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
23e ». Cela se voit par l’étymologie. Aussi, par le passage à la limite : car la plus grande crise imaginable, c’est l’arrêt abso
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
24pourquoi je l’éprouve plus vivement dans certains passages des Affinités électives, d’une apparente platitude, mais translucide,
25années ascétiques, à Weimar avant l’Italie. Et le passage fameux de la Saison : « moi qui me suis dit mage ou ange… » rappelle
19 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
26tant. ⁂ L’on résume ici la substance de quelques passages relatifs à différentes acceptions du verbe penser. On a noté d’abor
20 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
27ntement doublé par le rapide de Bretagne. Ce long passage lumineux des vacances, traînée d’espoirs délivrés qui nous frôle, éve
28de mes voisins. Ainsi d’autres fois j’ai vibré au passage des rapides de l’Europe centrale ; non pas de cette jubilation nostal
29a vallée d’Innsbruck figure dans mes songeries le passage du « Sturm and Drang » à 100 kilomètres à l’heure. ⁂ L’Europe central
21 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
30ôt dissous dans le vent. Tout n’était que reflet, passages, allusions. Plus tard, dans un petit bar laqué de noir jusqu’à mi-hau
22 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
31Joseph, dont il fut peut-être valet, nomme à leur passage les Karolyi, les Festetics, les Esterhazy, et ces comtes Szechenyi qu
32sert aux formes tendres et déjà familières, et le passage des trains chaque soir nous redirait un adieu bref, — chaque soir plu
33 d’une forme dans d’autres, — et c’est même en ce passage qu’elle consiste — ô Danses ! avènement de l’âme aux gestes ! Vous vo
23 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — La Tour de Hölderlin
34ont voulu tenter le climat, — j’avais rêvé sur ce passage de l’émouvante Bettina, rêvé sans doute assez profondément pour qu’au
24 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
35emps elle se peuple d’arbres, de germes lents, de passages ailés. Le vent qui glisse à travers ce jardin éveille en elle une all
36mon microcosme… Et j’ai copié dans Swedenborg des passages sur l’amour des anges et des humains, — l’amour, qui est le lieu des
25 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
37ois de pins s’approchaient, s’écartaient, livrant passage à la chaussée impériale dont brillaient les grandes portées blanches
26 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
38rale d’une telle dialectique est formulée dans ce passage de Barth : « Que Dieu (mais vraiment Dieu) devienne homme (mais vraim
27 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
39ie ce mot, ce qui a permis de ne pas percevoir le passage du temps où tout le inonde l’était au temps où personne ne l’est plus
28 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
40urs. Pour la commodité du lecteur, je recopie les passages phrases auxquels s’attachent mes gloses. Je m’excuse par avance de l’
29 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
41contester la cruelle pénétration dont témoigne un passage de ce genre. Mais si l’on donne raison à sa description du ressentime
30 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
42a Parole de Dieu est telle qu’on y trouve quelque passage qui dise le contraire d’un autre. » Car l’apparence de la contradicti
31 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
43exister pour un peuple ». ⁂ J’ai tenu à citer ces passages pour faire sentir à quelle hauteur se situe le drame de ce livre. Nou
32 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
44 mais, d’autre part, M. Goguel récuse beaucoup de passages pour la raison qu’ils s’expliquent trop bien. En somme, il adopte à p
33 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
45 comptent passer à une œuvre spirituelle. Mais ce passage serait la négation de leurs principales thèses de combat actuelles, f
46tion libératrice. Il y a plus. À supposer que le passage au spirituel (selon les marxistes) soit possible, je me refuse à croi
47stes) soit possible, je me refuse à croire que ce passage constituera un progrès sur notre état présent. Étant admises les « va
34 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
48olutive. Entre ces deux conceptions, il n’y a ni passage, ni compromis, ni points communs, ni rien. Il n’y a que la mort. Tout
35 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
49 majorité des bons bourgeois. Les fusillades, les passages à tabac et l’huile de ricin les indignent ; mais l’exactitude des tra
36 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
50on vient à les séparer sous prétexte de saisir au passage certaines opportunités imprévues, il n’y a pas d’exemple que les buts
37 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
51n succès auprès des clercs, soit pour rappeler au passage quels intérêts temporels concoururent à cette adoption pernicieuse. M
38 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
52. Je ne puis tout citer : je me bornerai donc aux passages qui me paraissent prêter à un commentaire marginal, crayonné rapideme
39 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
53ard. Le plus frappant est peut-être fourni par le passage où Barth traite précisément de la notion de contemporanéité avec la P
40 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
54tienne ». Un étudiant. — Tenez, je tombe sur le passage dont vous aviez perdu la référence. Permettez-moi de vous le lire. C’
55Monod, et s’amusait à lire à ses voisins certains passages qui éveillaient tantôt des rires excessifs, tantôt de véhémentes prot
56ons. Je ne vous rapporterai que le dernier de ces passages : — « Qui est vainqueur du monde, sinon celui qui croit que Jésus est
41 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
57 le plus formel. Car si l’on voit à la rigueur le passage de la dialectique de Boehme à la philosophie de Fichte et de Hegel, d
58doctrine du jeune Marx, on ne voit pas du tout le passage de Luther à Boehme, ce défenseur du libre arbitre persécuté par les p
42 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
59du pays. (Nous nous sommes contenté d’indiquer au passage l’exemple des solutions fédéralistes qui furent réalisées à l’étrange
43 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
60i dans le ciel. L’esprit n’a pas de siège. Il est passage, prise, saisissement. L’esprit se manifeste dans la main qui réalise
61vre de Job — dont Ramuz nous a retraduit quelques passages — où toute une théologie s’exprime entièrement par des choses (s’agît
62ividu, qui constitue le vrai sujet de ses romans. Passage du Poète, — ou du Diable, (dans le Règne de l’esprit malin), entrée d
63nominalistes. On croit voir transparaître dans ce passage des Six Cahiers le « négatif », admirablement pris, d’un portrait de
64u décor de son apparition. Aussi bien la suite du passage nous ramène au niveau proprement ramuzien : « J’ai la haine du confor
44 1936, Esprit, articles (1932–1962). Erskine Caldwell, Le Petit Arpent du Bon Dieu (novembre 1936)
65 admirable Déclin du Moyen Âge 62, a là-dessus un passage qui pourrait être écrit tout exprès pour l’œuvre de Caldwell : On ai
45 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
66te les problèmes de la vie banale. Il y a dans ce passage perpétuel de l’abstrait au concret, ou plutôt dans cette mêlée shakes
46 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
67De cet ouvrage très sévère, et sublime en tant de passages, combien accepteraient l’inquisition ? Qu’on ne dise pas que la philo
47 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Manifeste au service du personnalisme par Emmanuel Mounier (octobre 1936)
68s formuler ici que des réserves provisoires : les passages sur le travail « obligation universelle », sur le rôle de l’État, — e
48 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
69atalités ; et une série économique, traduisant le passage du travail audacieux des producteurs à la gestion prévoyante des prop
49 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Importance de la notion de commune mesure
70rme fatal d’une révolution qui a consisté dans le passage d’une éthique de producteurs à une éthique d’assurances. Elle nous pe
50 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
71 bonhomie et rosseries négligentes, vagabondages, passages, glissements, liaisons, circulation… Thibaudet s’est parfaitement déf
72lui de Juillet 1789 et de Juillet 1830. » De tels passages — et ils foisonnent — donnent la mesure de l’écrivain et de l’artiste
51 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
73t-Gothard : mais c’est pour assurer la liberté de passage, et non pas pour barrer le col sous prétexte de nous mettre à l’abri 
52 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
74Il faut téléphoner au chef-lieu, faire rouvrir au passage le sac postal, discuter passionnément, trouver une formule d’apaiseme
75 « l’attente ardente » des créatures, songeant au passage où l’Apôtre nous fait entendre ce soupir de toute la Création vers la
53 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
76 xivᵉ à la fin du xviᵉ siècle, on assiste donc au passage de l’économie urbaine multiple à une économie nationale, ou mieux éta
54 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
77ant à la fille de l’auberge écartée qui attend le passage du car, les cheveux au vent, sur le bord de la route. Rien de plus sy
55 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
78Il faut téléphoner au chef-lieu, faire rouvrir au passage le sac postal, discuter passionnément, trouver une formule d’apaiseme
79ant à la fille de l’auberge écartée qui attend le passage du car, les cheveux au vent sur le bord de la route. Rien n’est plus
80 16 avril 1934 J’ai retrouvé dans Montaigne ce passage dont je croyais bien me souvenir qu’il allait à peu près dans le sens
81 « l’attente ardente » des créatures, songeant au passage où l’Apôtre nous fait entendre ce soupir de toute la création vers la
56 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
82 à peine si l’on peut marcher à pied sec dans les passages étroits. Sur les seuils, des groupes de femmes en noir jacassent pend
83 les trois instituteurs. Le pasteur a lu quelques passages de l’Écriture. Après quoi le sujet a été introduit par l’un des insti
84n’admettent guère. 2. — Nous ne sommes ici que de passage. Au fond, nous n’avons rien à faire à A…, ni rien à faire pour ces ge
57 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
85que. Je la connaissais un peu, par quelques brefs passages, un arrêt de deux jours « avant le régime ». Mais je suis arrivé pers
86ulé : Arrogance académique. J’en traduis quelques passages : Il fut un temps en Allemagne où l’on se croyait tout permis, et no
87nque, et à peine un état civil. Il est le lieu de passage des forces de l’Histoire, le catalyseur de ces forces qui déjà sont d
58 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
88 course haletante et bousculée dans le dédale des passages sous voie encombrés de sacs de sable, au long d’étroits couloirs où j
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
89e1, et qui ne laisse point de place aux formes de passage sans lesquelles nous ne saurions vivre. Aux historiens, je répondrai
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
90du Jour transcendant ? Non, car voici la suite du passage : « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, ple
91e la personne mais bien à sa dissolution. Tout le passage cité trahit d’ailleurs un virulent ressentiment contre les doctrines
92stre, est emprunté presque littéralement à divers passages du poème95. Mais bien plus encore que sa forme, c’est le contenu phil
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
93se dont il doit refuser la communion ! En un seul passage du Roman, l’orthodoxie triomphe provisoirement. C’est quand, le philt
94obscure, III.) (Et l’on peut certes rapprocher ce passage de l’admirable cri de Ventadour : « Elle m’a pris le cœur, elle m’a p
95 catastrophe de ce monde. D’ailleurs Otto cite un passage d’Eckhart où il est question non plus d’union mais bien d’égalité de
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
96 adorait « cette œuvre exquise ». Et Rousseau, de passage à Lyon, voulut aller visiter le Forez et rechercher sur les rives du
97 fin une atmosphère « poétique » qui dissimule le passage à la vie quotidienne, et compense la déception du romantique par le s
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
98ns la péninsule une panique de fin du monde. « Le passage de ce prince en Italie, dit Guichardin, fut la source d’une infinité
99nant, d’ailleurs repris de von der Goltz, dans un passage qu’il vaut la peine de citer : « L’erreur (des généraux « formalistes
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
100ais voilà qui recule simplement la difficulté. Le passage de « firz » à « fercia » n’apparaît pas plus convaincant que celui de
101 Russie, où la pièce reste masculine. Ensuite, le passage de Vierge à Dame ou Reine ne va pas de soi, mais constitue, préciséme
65 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
102 puissances belligérantes de ne point utiliser le passage par la Suisse, qui les découvrirait sur leur flanc. Mais vous savez f
66 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
103esse pas d’exister). Mais le texte original de ce passage est infiniment plus étrange. « Le Diable est menteur, nous dit-on, et
67 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
104nque, et à peine un état civil. Il est le lieu de passage des forces de l’Histoire, le catalyseur de ces forces qui déjà sont d
68 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
105esse pas d’exister). Mais le texte original de ce passage est infiniment plus étrange. « Le Diable est menteur, nous dit-il, et
69 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Le silence de Goethe
106quoi nous l’éprouvons plus vivement dans certains passages des Affinités Électives, d’une apparente platitude mais translucide,
107années ascétiques, à Weimar avant l’Italie. Et le passage fameux de la Saison : « Moi qui me suis dit mage ou ange… » ne rappe
70 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
108alité de l’homme est dans son acte. Tout acte est passage et tension, — passage de la mort à la vie, tension entre ce qui résis
109ans son acte. Tout acte est passage et tension, — passage de la mort à la vie, tension entre ce qui résiste et ce qui crée, vic
110 est toute entière absorbée par l’instant, par le passage de ce qui meurt à ce qui naît, — par le réel. Celui qui doit agir, s
111de Dieu est telle qu’on y trouve toujours quelque passage qui dise le contraire d’un autre. » Car l’apparence de la contradicti
71 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Vues sur Ramuz
112 dans le ciel. L’esprit n’a pas de siège : il est passage, prise et saisissement. L’esprit se manifeste dans la main qui réalis
113livre de Job — dont Ramuz nous a traduit quelques passages — où toute une théologie s’exprime entièrement par des choses, s’agît
114dividu, qui constitue le vrai sujet de ses roman. Passage du Poète, ou passage du Diable (dans le Règne de l’esprit malin), ent
115 le vrai sujet de ses roman. Passage du Poète, ou passage du Diable (dans le Règne de l’esprit malin), entrée du cinéma (L’Amou
116orme. Cela se voit par l’étymologie. Aussi par le passage à la limite : car la plus grande crise imaginable, c’est l’arrêt abso
117vec l’objet. On croit voir transparaître dans ce passage des Six Cahiers le « négatif » d’un portrait de Ramuz. Essayons d’en
118u décor de son apparition. Aussi bien la suite du passage nous ramène au niveau proprement ramuzien : « J’ai la haine du confor
72 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — L’Art poétique de Claudel
119De cet ouvrage très sévère, et sublime en tant de passages, combien accepteraient l’inquisition ? Qu’on ne dise pas que la philo
73 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
120images vraies de la vie d’ici, surtout dans leurs passages les moins frappants, les plus quelconques. Mais je ne voyais pas l’Am
74 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
121e pousse son cheval, le portail cède et lui livre passage. C’est une grande femme bottée, sauvage et belle, qui mord une pomme,
75 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
122 Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)f Monsieur, quel bon
76 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
123e pousse son cheval, le portail cède et lui livre passage. C’est une grande femme bottée, sauvage et belle, qui mord une pomme,
77 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
124apparemment désordonnées, de phrases entendues au passage, d’infinis croisements d’existences étrangères. Paris propose une lib
125rande Réponse ; et les démons s’éveillent sur son passage, il n’y a plus nulle part d’indifférence possible ! Ici, le Christ re
78 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
126 course haletante et bousculée dans le dédale des passages sous voie encombrés de sacs de sable, au long d’étroits couloirs où j
79 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
127, n’ayant de nègres que les boxeurs américains de passage, et deux petites tribus indiennes qui sont plutôt des Esquimaux fort
80 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
128e pousse son cheval, le portail cède et lui livre passage. C’est une grande femme bottée, sauvage et belle, qui mord une pomme,
81 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
129 chercher dans les slums un pied-à-terre pour mes passages en ville. On me dit qu’il y a dans les quartiers de l’Est quelques pe
82 1946, Journal des deux Mondes. Le mauvais temps qui vient
130 bien tenu, trait dont s’égayent les étrangers de passage, un peu comme ces paysans qui se poussent du coude quand on les laiss
83 1946, Lettres sur la bombe atomique. Utopies
131opage — vous ne les entendriez donc qu’après leur passage — c’est-à-dire jamais — et « capables d’attaquer n’importe quel point
84 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
132 même », affirme l’avocat qui cite longuement les passages où Denis de Rongement relate son activité d’homme de lettres à la rad
85 1947, Doctrine fabuleuse. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
133 prenez à double corde, et l’on distingue mal les passages, vous changez de ton et l’on voudrait savoir que vous le savez… Il me
86 1947, Doctrine fabuleuse. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
134le précède au restaurant, le nargue brièvement au passage des autos, le ridiculise chez le coiffeur. Déjà, c’est avec une sorte
87 1947, Doctrine fabuleuse. L’ombre perdue
135hoses curieuses et profondes, que la portée de ce passage était en vérité beaucoup plus vaste que tout ce que permettait d’imag
88 1947, Doctrine fabuleuse. Angérone
136e dans des yeux. (Certaines heures, soirs, aubes, passages.) L’ivresse naissante des amants, c’est le silence qui s’établit entr
89 1947, Doctrine fabuleuse. La gloire
137e différence aussi curieuse est-il caché dans les passages de ces cahiers que nous allons transcrire ici. De ces fragments de da
90 1947, Vivre en Amérique. Avertissement
138er parler d’un pays — quand Gérard Boutelleau, de passage à New York, me demanda quelques articles pour un hebdomadaire françai
91 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
139images vraies de la vie d’ici, surtout dans leurs passages les moins frappants, les plus quelconques. Mais je ne voyais pas l’Am
92 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
140 sourire un peu, une réputation lucrative : à ses passages en Amérique, entre deux missions, on le fait parler à la radio, on lu
93 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
141asier judiciaire, des certificats de domicile, un passage, des visas de sortie, de transit et d’entrée, enfin toutes les preuve
94 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
142ruines et les désordres matériels qui marquent le passage du Führer. La lutte contre les forces qu’il incarnait devant nous a r
95 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
143 (La frontière est à douze cents mètres. À chaque passage, je renouvelle in petto l’engagement final du Congrès : « Nous voulon
96 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
144établir à sa façon… Je résumais ensuite certains passages du rapport de la commission, sur la primauté de la culture dans le co
97 1948, Suite neuchâteloise. VI
145 y parlait de Neuchâtel. Et je tombe sur ce court passage, à la date de 1913 : « Combien j’aime ce lac tranquille aux rives bas
98 1948, Suite neuchâteloise. VIII
146 chose. C’est à quoi l’étranger juge un peuple au passage, et l’estime sympathique ou non. Tout le monde aime les Vaudois, les
99 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
147s avaient été accordés par l’empereur afin que le passage du Gothard fût gardé libre pour tout le Saint-Empire. Ainsi donc, dès
100 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
148n instant. Il s’agit d’une révolution, qui est le passage des vœux aux volontés.