1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1empent… Tout est familier, paisible au soleil. Il passait des heures à cette fenêtre, à marmotter. Vingt-sept ans dans cette ch
2ignes énergiques à une compagnie de cavaliers qui passe devant la statue d’Eberhard le Barbu. Des bourgeois se rient contre p
2 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
3x-guerres, … cinq sur dix sont désignés… ». Voici passer un coureur : « À peine a-t-il touché la piste d’herbe, c’est une allé
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Almanach 1925 (septembre 1925)
4a fondation, la nouvelle maison d’édition Fischer passait pour « la centrale où l’on avait concentré la dynamite internationale
4 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
5e moins apaisant, tournés vers la Russie, vers le passé, vers l’Orient, tentant des amours nouvelles et les fuites les plus f
5 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Simone Téry, L’Île des bardes (décembre 1929)
6 puisque l’héroïsme d’une révolution en faveur du passé, révolution tout de même, ne pouvait produire qu’une littérature très
6 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
7, je tape du pied — ces désirs, ce corps… J’ai un passé à moi, un milieu, des amis, ce tic. Mais encore, tant d’autres forces
7 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
8us les bruits de la ville en un chant immense. Il passe une possibilité de bonheur par personne et les devantures ne cherchen
8 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
9tonnants sont ceux de la lumière. « Le mystère se passe en plein jour et à toute vitesse. » Telle est bien la nouveauté de so
9 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
10ne pas d’un « Jugement » sans issue sinon vers le passé catholique ; mais tenant compte de leur effort, il puise dans l’échec
10 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
11sité l’Égypte, ses habitants, ses tombeaux et son passé, en curieux avide du secret dernier des choses, lucide, avec une sort
11 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
12valeurs. Nous savons bien que nous ne faisons que passer, après tant d’autres, avant tant d’autres. « Amis, ce sont les jeunes
13ant tant d’autres. « Amis, ce sont les jeunes qui passent… » Pas question de les saluer ni d’emboîter le pas, mais seulement de
12 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
14s que je crois avoir éprouvés à tel moment de mon passé. Parfois — rarement —, je parviens à me souvenir de certaines sensati
15timents qui se proposaient à mon souvenir ont été passés au crible de la minute où je me penchais sur mon passé. Ou, pour user
16 au crible de la minute où je me penchais sur mon passé. Ou, pour user d’une image plus précise, cette minute est baignée d’u
17sse ou de sérénité qui métamorphose le paysage du passé. Ainsi de certains décors modernes : vous changez l’éclairage, et la
18 livre me renseigne assez exactement, non sur mon passé, mais sur le moment que je vis1. Il est bien clair qu’on ne saurait a
19ion du néant. J’ai revu à l’envers le film de mon passé : ce qui était élan devient recul, et l’évocation de mes désirs ancie
13 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
20l’Édit, et 1685, date de la Révocation, la France passa de la plus grande liberté à la plus grande tyrannie. En proclamant la
14 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
21evenir le centre artistique qu’elle fut au siècle passé ? Allons-nous assister à un regroupement de ses forces créatrices ? L
22int de reparaitre… Charles Humbert ou comment on passe en cinq ans de Baudelaire à Rubens. Il fut un temps où l’on put crain
23e, tout comme son frère Charles Barraud, qui lui, passe ses journées à vendre des couleurs, à encadrer des glaces. Et plaise
24e plus banal se charge de mystère. Que va-t-il se passer là-dedans ? Et ces roses sont le signe de quel occulte prodige ? Intr
15 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
25 de la philosophie au lyrisme le plus échevelé en passant par la description réaliste ou imaginée d’une boîte de nuit, d’une de
16 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
26utalité si longtemps désirée délivre Jacques d’un passé obsédant, d’une jeunesse trop complaisante à son tourment.
17 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
27 saisir et m’assis à l’écart. On me demandait, en passant, si j’étais malade. Je désignais d’un geste incertain quelques boutei
28e monde dans les rues, sous la pluie. Les autobus passaient par groupes. Plusieurs fois, j’ai cru vous reconnaître dans la foule
29rmené vous appelait encore, haletant. Et le temps passait, à la fois si lent — jusqu’à l’arrivée du prochain métro, du prochain
18 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
30Saint-Guy. Art classique : la mort d’Hyppolite se passe en coulisse. Mais Phèdre avoue tout « devant le cadavre encore tout c
31 leur tête jusqu’à éclater, tandis que des villes passent au fond à toute vitesse. Rigueur voluptueuse d’une colonnade, puis un
19 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
32 venue. Il la suivait entre les devantures qui se passaient de l’une à l’autre deux séries de profils jusqu’au soleil toujours de
33que, le visage dans sa fourrure. Elle découvre en passant près de lui le sourire d’amitié mortel de tout ce qui n’arrive jamais
34s, un sourire qui perce le cœur sur les glaces du passé. Cet abandon aux fuyantes chansons, et des violons déchirants dans sa
20 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
35s à la terrasse ensoleillée d’un café ; une brise passa, et une femme en robe bleue légère qui me regarda un instant, si douc
21 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
36il deviendrait inutile de la publier. Et même, en passant à la limite, on peut imaginer que si elle était réalisée, on ne s’en
37 choses qu’entre gens du métier l’on a convenu de passer sous silence. C’est assez drôle de voir le malaise des chers confrère
38qu’ils n’ont pas coutume d’aborder sans le mot de passe de la dernière mode ou de savantes séductions. On sait bien, d’ailleu
22 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
39 Adieu au lecteur (juillet 1927)q Nous passons la main au central de Genève, fidèles à la tradition — en ceci au moi
23 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
40 le Beau Danube bleu, en commémoration polie d’un passé imaginaire, ou peut-être pour essayer de se prendre encore au rêve de
41re, à la mode de 1830, qui, à la rigueur, pouvait passer pour une élégance très moderne. Il n’y avait dans toute sa personne r
42e devait les donner à la première jolie femme qui passerait seule. Nous nous arrêtâmes non loin, à une devanture de robes de soie
43u de fourrure brune, inévitablement. Et ce qui se passa fut, hélas, non moins inévitable : la jeune femme refusa d’abord les
44 des dieux et finissent aux pierres précieuses en passant par toutes les formes animales. Pour lui, les choses n’ont d’intérêt
45à son homard, qui semblait d’ailleurs endormi. En passant par la Freyung, nous vîmes un palais aux fenêtres illuminées. Des aut
46 on criait les journaux du matin, des triporteurs passèrent à toute vitesse, m’éclaboussant de neige et de titres dépourvus de se
24 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
47yez ! — ne tarde pas à devenir obsédant. Stéphane passe des heures entières à se regarder dans les yeux. Il varie sur son vis
48de prendre son image pour celle de n’importe quel passant, il se sent comme séparé de soi, et si profondément différent de cett
25 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
49t une belle rage (ô combien partagée !) vainement passée (quitte à renaître heureusement) sur des gens qui ne m’intéressent pa
26 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
50à la plainte humaine. Il y a ceux qui pleurent le passé et ceux qui prophétisent, ceux qui jettent une imprécation stérile et
51s Ma Vie et mon Œuvre. Il naît fils de paysan. Il passe son enfance à jouer avec des outils, « et c’est avec des outils qu’il
52audrait en tirer des conséquences, alors que Ford passe outre et se remet à discuter des points de technique. Il n’a pas sent
53 l’Esprit. Dans le cas le plus favorable, « il se passera bien de cette littérature ». Plus tard, « puisqu’elle n’est pas utile
27 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
54 Panorama de Budapest (23 mai 1929)b Passer de Vienne à Budapest, c’est, en six heures d’express, changer totalem
55eures d’express, changer totalement d’atmosphère, passer de la lassitude à la turbulence, d’une propreté joliette à un désordr
56i vivent ces bourgeois aimables et insipides, qui passent des après-midi entières devant les deux verres d’eau que le garçon re
28 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
57p d’enfants ont un frisson de dégoût au moment de passer la porte, au son de la cloche : l’odeur de goudron et d’urinoirs qui
29 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
58age, ni plus ni moins — il est temps que je fasse passer un petit examen aux principes de cette institution passionnément déte
30 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
59té de ses efforts. Critiquer le présent au nom du passé ne signifie pas que l’on désire un retour au passé. Mais la considéra
60assé ne signifie pas que l’on désire un retour au passé. Mais la considération de régimes anciens peut nous amener à constate
31 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
61is, comme disent beaucoup de gens, qui persiste à passer pour un écrivain ; alors qu’il est plutôt ce qu’autrefois l’on nommai
62anderait certains sacrifices, certains mépris qui passent tellement la « mesure » parisienne — physiologique et morne — que le
32 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
63es façades exubérantes de reflets, — et déjà nous passons sous de hauts ponts sonores, au long d’un quai tout fleuri de terrass
64rôdions, un soir étouffant, vous m’avez montré en passant des murs brunis qui rougeoyaient au sommet du Rozsadomb — la Colline
65e mon pèlerinage au Temple de l’Objet inconnu. On passe une barrière, une cour vide ; on prend le sentier qui monte en zigzag
66la porte est fermée. Par une ouverture étroite on passe ensuite à une seconde terrasse plus vaste, où il y a quelques arbres
67voyage du Sujet à la recherche de son Objet, — en passant par la Hongrie. — Mais puisqu’enfin nous y voici, en cette Hongrie… L
68a longueur toute l’immense place, les automobiles passèrent lentement, l’une après l’autre, durant une demi-heure, saluées à l’en
69es d’agence : les journalistes, une fois de plus, passent à côté de l’essentiel13. Rien n’est grave, que le sentiment, — en pol
70e. Des amis m’emmènent le voir à Esztergóm, où il passe ses étés. Esztergóm est la plus vieille capitale de la Hongrie. Attil
33 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
71rationnel ; Empédocle, au contraire est celui qui passe toutes les mesures de l’esprit humain, parle aux dieux avec orgueil,
34 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
72st l’ivresse15 seulement qui permet à l’esprit de passer d’une forme dans d’autres, — et c’est même en ce passage qu’elle cons
73rrêter à Vienne à cause des serrures… Peut-être y passer une nuit — rôder à la recherche de Gérard par les rues noires aux pal
35 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
74te notion d’un équilibre proprement humain. Ainsi passèrent quelques siècles ; ainsi passa le xixe . On le laissa installer ses m
75 humain. Ainsi passèrent quelques siècles ; ainsi passa le xixe . On le laissa installer ses machines : elles avaient l’air d
76sante matérielle vient de l’emporter. Elle est en passe de gauchir notre civilisation à tel point que l’homme, affolé, soudai
77’homme ne se comprend lui-même qu’en tant qu’il « passe l’homme » et participe, en esprit, d’un ordre transcendental. Un seul
36 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
78e, la Légion d’honneur. Quand vous prenez un taxi passé onze heures, c’est double tarif, et pourquoi ? Regardez : à côté de v
79ée d’illustrer à ses propres yeux l’Humanité. En passant, relevons un sophisme à la mode, qui vient trébucher dans les méandre
80 de gamins qui regardent avec la bouche ce qui se passe à l’intérieur d’une enceinte de toiles tendues au devant d’un petit t
81 toujours entre deux voyages d’Allemagne. Cela se passe actuellement dans un hôtel tragi-comique en cinq étages et un prologu
37 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
82atmosphère et dans le son qu’elle rend. Il ne s’y passe rien de plus que ce qu’admet la société anglaise. Tout le drame est i
83mais aucune excentricité. » Elle appelle ceux qui passent à l’Église romaine des « pervertis » : « Nous en avons eu trop dans l
38 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
84sme. Ou plutôt, le romantisme fut la jeunesse, le passé de « l’Isolé ». Et l’expression la plus caractéristique de ce nouvel
39 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
85 résolution. Désormais, rompant tout lien avec le passé, comme on franchit le pas de la mort, il lutterait contre les convent
86st à des tâches aussi inutiles que les procureurs passent leur vie, pensait Eiichi, il est impossible de ne pas leur témoigner
87i, au milieu des arbres, à côté d’un ruisseau, il passa trois heures et demie à lire tout l’Évangile selon saint Matthieu, du
40 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
88 chances d’en tenir… C’est ainsi que nos gloires passées, martyrs, camisards et prophètes, nous condamnent dans la mesure où e
41 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
89dant qui interdit à la pensée la plus probe de se passer de Dieu quand elle juge le monde séparé de Dieu. Il n’est pas vrai de
42 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
90’état du chrétien vis-à-vis de lui-même et de son passé. C’est le danger qui nous purifiera. « Toute plante que n’a pas plant
43 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
91ture bleue », où les événements actuels — cela se passe un jour d’été de 1918 — sont expliqués à la lumière des Écritures. La
44 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
92concret de notre condition. Et c’est seulement en passant par une application matérielle que la magie, se reniant en tant que s
45 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
93 bourgeoise a réussi ce tour pendable de la faire passer pour le bon sens même. L’industriel est-il « en droit d’affirmer rien
46 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
94dans le seul mot d’actualisation. C’est le mot de passe d’une génération révolutionnaire. Et en même temps la définition de n
47 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
95 n’importe, sinon celui qui dans le même temps se passe à l’intérieur d’un être. Ainsi tout est changé, mais peu le savent. P
48 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
96d’un accident social réductible à l’ordre imposé. Passant à la limite du sentiment, là où il prend une valeur d’acte ou de juge
49 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
97 le Beau Danube bleu, en commémoration polie d’un passé imaginaire, ou peut-être pour essayer de se prendre encore au rêve de
98re, à la mode de 1830, qui, à la rigueur, pouvait passer pour une élégance très moderne. Il n’y avait dans toute sa personne r
99evait les donner au hasard, à une jolie femme qui passerait seule. Nous nous arrêtâmes non loin, auprès d’une devanture de robes
100u de fourrure brune, inévitablement. Et ce qui se passa fut, hélas, non moins inévitable : la jeune femme refusa d’abord les
101 des dieux et finissent aux pierres précieuses en passant par toutes les formes animales. L’âme du monde palpite dans cette con
102à son homard, qui semblait d’ailleurs endormi. En passant par la Freyung, nous vîmes un palais aux fenêtres illuminées. Des aut
103 on criait les journaux du matin, des triporteurs passèrent à toute vitesse, m’éclaboussant de neige et de titres dépourvus de se
50 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Une « tasse de thé » au Palais C…
104ebout, silencieux, regardent quelque chose qui se passe au centre de la pièce. Il y a là dans un espace vide un piano à l’ail
105 dure longtemps, on voudrait comprendre ce qui se passe… Mais le poète referme son livre, plie ses lunettes, baise la main de
106a mélodie d’une danse, au-dessus, et des voix qui passent. Allées et venues dans la fête invisible qui m’environne, ah ! que n’
51 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
107es façades exubérantes de reflets, — et déjà nous passons sous de hauts ponts sonores, au long d’un quai tout fleuri de terrass
108rôdions, un soir étouffant, vous m’avez montré en passant des murs brunis qui rougeoyaient au sommet du Rozsadomb — la Colline
109mple de l’Objet inconnu. Voici que ce j’ai vu. On passe une barrière, une cour vide ; on prend le sentier qui monte en zigzag
110la porte est fermée. Par une ouverture étroite on passe ensuite à une seconde terrasse plus vaste, où il y a quelques arbres
111voyage du Sujet à la recherche de son Objet, — en passant par la Hongrie. — Mais puisqu’enfin nous y voici… (Le tombeau de Gül-
112a longueur toute l’immense place, les automobiles passèrent lentement, l’une après l’autre, durant une demi-heure, saluées à l’en
113es d’agence : les journalistes, une fois de plus, passent à côté de l’essentiel8. Rien n’est grave, que le sentiment, — en poli
114e. Des amis m’emmènent le voir à Esztergom, où il passe ses étés. Esztergom est la plus vieille capitale de la Hongrie. Attil
115st l’ivresse10 seulement qui permet à l’esprit de passer d’une forme dans d’autres, — et c’est même en ce passage qu’elle cons
116rrêter à Vienne à cause des serrures. Peut-être y passer une nuit — rôder à la recherche de Gérard par les rues noires aux pal
52 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — La Tour de Hölderlin
117empent. Tout est familier, paisible au soleil. Il passait des heures devant cette fenêtre, à marmotter. Trente-sept ans dans ce
118ignes énergiques à une compagnie de cavaliers qui passe sur le pont devant la statue d’Eberhard-en-Barbe. Des bourgeois se ri
53 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
119se qui la prend de biais sur la droite. Un nageur passe à travers les reflets jaunes, roses, verts, des maisons à façades tri
120’a mise en pension en Bavière, et les galants qui passent sans avoir l’air de rien sur le pont Saint-Nikolaus sont bien capons
121ieux comme ces lectures que les modernes ont fait passer pour abstraites ont au contraire le pouvoir de rendre à nos sens leur
122 de gamins qui regardent avec la bouche ce qui se passe à l’intérieur d’une enceinte de toiles tendues au devant d’un petit t
123 ou comme quelque chose de bien vrai et qui s’est passé cette nuit ? Plusieurs choses sont douces au désir de celui qui march
124sir peut-il errer, se retournant souvent vers son passé, méditant sur l’oubli jusqu’à ce qu’un souvenir bouge et s’émeuve… Où
54 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
125 Châteaux en Prusse Au loin passaient des voiles claires parmi les blés violents ; le ciel paraissait plus
126, sérieux, de son côté. Le reste de la matinée se passe à cheval au bord de la mer. Jeux du rivage : sur les montures à poil
127, tirant leurs pattes roses. À l’horizon toujours passent des voiles, mais on ne voit pas la mer.   Dans la bibliothèque de Wal
128visiblement qu’ailleurs une utopie. Impossible de passer du latifundium au pavillon de banlieue. Au « majorat » succédera sans
129 au seul goût de sa puissance ? Il y a plus qu’un passé d’héroïsme dans ces châteaux perdus, dans ce Waldburg gardien de quel
55 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
130 amoureux de la France. Quand vous prenez un taxi passé onze heures, c’est double tarif, et pourquoi ? Regardez : à côté de v
131gée d’illustrer à ses propres yeux l’Humanité. En passant, relevons un sophisme à la mode, qui vient trébucher dans les méandre
56 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
132qu’elles sont incapables de rupture, qu’elles ont passé au camp de l’ennemi, et depuis si longtemps qu’elles parlent maintena
57 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
133ue la lecture d’un livre n’était qu’un moyen de « passer une heure agréablement ». Le goût des idées, même et surtout dans des
58 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
134homme, faible créature, puisse s’y « fier » et se passer de recettes morales inventées par les anciens juifs, Kant, Joseph Pru
59 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
135ngria est donc de ceux dont l’érudition, quitte à passer pour macaronique — comme elles le sont toutes, d’ailleurs, mais ridic
60 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
136sa pensée marche, insiste, souffre. Et cela ne se passe plus dans le canton de Vaud, mais dans le domaine propre de Ramuz qui
61 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
137 sympathies trop spontanées. Il faudra, je crois, passer outre. Dans ce déchaînement d’orgueil humain, de scientisme primaire,
62 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
138yons que leur ascension est relativement lente et passe, par exemple, pour les États-Unis, de l’index 100 en 1899 à l’index 1
139apidité qui tient du fantastique. L’index général passe de 104 en 1919 à 125 en 1923. Si l’on considère l’une après l’autre l
140e de la période précédente, c’est-à-dire 1914, on passe ainsi pour la métallurgie, de 100 en 1914 à 159 en 1925 ; pour le pét
63 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
141ple, la dernière liste des promotions, André Gide passant colonel honoraire, Vaillant tambour-major et Nizan sergent recruteur.
142u bourgeois positiviste au marxiste orthodoxe, on passe sans heurt ni saut, par une simple accélération de chute. La trahison
64 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
143on. Nous tenons donc pour une nécessité vitale de passer, dès maintenant, à la construction d’un ordre qui implique la rupture
144voir » ne sait que faire. Mais, dira-t-on, que se passe-t-il quand le pouvoir efficace et valable disparaît, et que les institu
145rné subsistent, pesant de tout leur poids ? Il se passe ce que nous voyons en France : la police seule protège encore la méca
146ors le pouvoir efficace et valable se déplace. Il passe dans l’opposition. Il devient révolutionnaire. En tant que tel, il ap
147ide, vaincus par les événements qu’ils subissent, passeront la main aux pouvoirs agissants.   VIII. — La révolution spirituelle e
148seule effective, nous voulons dire : la seule qui passe dans les faits sans avorter en dictature. La dictature n’est que la f
65 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
149alectique historique ne peut que rendre compte du passé — mais seul l’acte créateur opère le changement de plan et permet d’i
66 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
150ntégrale d’une dogmatique appartenant aux siècles passés » (p. 14), à propos d’une théologie dont le travail systématique cons
151n esprit de libre recherche et de respect pour le passé, les invariants chrétiens tels que le développement de la pensée mode
152cherche » par « obéissance », — « respect pour le passé » par « respect pour les données présentes » — « développement de la
153 relève pas d’un « invariant », connu ou inconnu, passé ou à venir, mais bien d’un ordre, reçu hic et nunc, et d’une présence
67 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
154justifié dans sa mauvaise conscience. Jeunesse se passe, anarchie se passe, rougeole se passe, — mais rien de grave ne se pas
155uvaise conscience. Jeunesse se passe, anarchie se passe, rougeole se passe, — mais rien de grave ne se passe. C’est comme au
156Jeunesse se passe, anarchie se passe, rougeole se passe, — mais rien de grave ne se passe. C’est comme au jeu de pigeon vole.
157se, rougeole se passe, — mais rien de grave ne se passe. C’est comme au jeu de pigeon vole. Il reste quelques écrivains qui é
158eront la littérature quand tous les autres auront passé. Mais la conscience bourgeoise les ignore avec une rigueur obstinée.
159 vice qui le lie au monde ancien et le condamne à passer avec lui : il décrit l’anarchie intime de l’homme moderne avec le par
68 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
160e. — Aidez-moi… — Les uns, avec leurs livres, ont passé à côté de moi sans rien dire, sans même me voir, sans me soupçonner.
69 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
161. Ce qui revient à reconnaître que la psychologie passe à côté de la fin qu’elle s’assigne, qui est l’étude du comportement h
162vidente nouveauté. Maintenant quelque chose s’est passé, un risque est là, et ma vie est en lui. L’ai-je accepté ? Déjà tout
70 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
163 rien, mais moins que rien, et que tout ce qui se passe dans le monde obéit à des lois générales et historiques qui échappent
164mple, sur le développement économique des siècles passés, quand ce ne sont pas des statistiques de phrénologues. Ce sont toujo
165es de phrénologues. Ce sont toujours des réalités passées, historiques, achevées, mortes comme toutes les moyennes, et dans ce
71 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
166teurs réputés « difficiles ». Car les autres s’en passent fort bien. Or, c’est exactement le contraire qu’on peut voir. Le crit
167en moderne ont perdu toute commune mesure. Que se passerait-il si un beau jour le public se mettait à l’école des penseurs ? On v
168 (On éloigne l’amour : ainsi l’amour de la patrie passe avant celui du prochain, l’amour du genre humain avant celui de la pa
169 un de ceux dont nous devons attendre qu’il fasse passer de l’air dans la philosophie française ; un de ceux pour lesquels phi
170ir. Son essai manifeste une volonté très nette de passer outre aux prudences intéressées de la scolastique laïque. Nos après-v
72 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
171ace de douze années. Le père de Kierkegaard avait passé son enfance à garder les moutons dans la plaine du Jutland. Un jour,
172e la Répétition à l’Exercice du christianisme, en passant par la Maladie mortelle 50 et le Concept d’angoisse, parurent sous di
73 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
173 les hommes ! Je les aimais bien tous… » Cela se passait à Copenhague, en l’année 1855. Depuis lors, il est vrai, les choses o
174 jugement de l’opinion publique ; nous croyons au passé, au collectif, à l’avenir, et tout cela n’est rien que fuite devant n
175 ? Les uns fuient en avant, et les autres dans le passé, mais qui voudrait se tenir, dans l’instant, « sous le regard de Dieu
176morts gouvernent les vivants. » Hypothèque sur le passé ! Car si les morts gouvernent les vivants, c’est que nul vivant n’ose
177d la foule est ubiquité et fuite sans fin dans le passé ou l’avenir. Un seul utile à tous La phrase de Carlyle est conn
178 autre, comme donnée ? La tentation est forte, de passer d’une critique des collectivités mensongères de ce temps à l’utopie d
74 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
179inir carrément mal ? Non, car le christianisme se passe dans cette vie ou bien n’est pas du christianisme. Et l’on serait en
180tences bien plus proches de la nôtre que celle du passant qu’on coudoie. Moins d’art peut-être, je veux dire moins d’apparent l
181qui ne valent pas dix pages de ce roman ! La mode passe, le public se fatigue, paraît-il. « Achetez français », disent les cr
75 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
182 plus urgent pour nous que d’aller voir ce qui se passe dans l’œuvre du danois prophétique, ressuscité par l’angoisse moderne
76 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
183in nombre de faits assez bouleversants pour qu’on passe sur les interprétations personnelles que nous en propose l’auteur. (B
77 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
184 d’analyse français, de Rousseau jusqu’à Gide, en passant par Constant. Quand on parle du roman, vous ne voyez que Balzac et Zo
185i mal que possible ? Non, car le christianisme se passe dans cette vie ou bien n’est pas le christianisme. Et l’on serait en
78 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
186herche pas de vains prétextes à se glorifier d’un passé bien passé, et dont il resterait à prouver qu’on est digne. Le meille
187de vains prétextes à se glorifier d’un passé bien passé, et dont il resterait à prouver qu’on est digne. Le meilleur moyen d’
79 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
188insurmontable. Ramuz, mieux que personne, peut se passer d’avoir raison, puisqu’il a pour lui la Nature27. C’est quand il parl
189C’est, à peu près, l’ukase en moins, ce qui s’est passé chez les bourgeois, au sujet du mot « esprit ».) Le vrai matérialiste
80 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
190la reprenions ici. On sait comment cette notion a passé dans les mœurs au cours du xviiiᵉ siècle, à la faveur des théories ra
81 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
191 lui désigne sa vocation particulière. Cela ne se passe point entre les quatre murs d’une chambrette, ou dans les rêveries d’
82 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
192ur les SFIO. Nous sera-t-il permis de signaler en passant que L’Ordre nouveau serait en mesure d’y répondre un peu mieux ?13 M
193ivante : c’est un plan réformiste, tourné vers le passé, non vers l’avenir. C’est un plan ingénieux, ce n’est pas un « change
83 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
194Grande allure intellectuelle. — Comment ce Proust passa-t-il presque inaperçu en France ? Il renversait trop de théories à la m
84 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — L’engagement politique
195 : de pensée responsable. Mais si l’intelligence, passant outre à son dégoût, accepte le combat tel qu’il lui est offert, elle
85 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
196u ne buvais pas tant, dit l’officier, tu pourrais passer caporal. » Sur quoi l’autre, superbe : « Mon capitaine, quand j’ai bu
86 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
197 rien, mais moins que rien, et que tout ce qui se passe dans le monde obéit à des lois générales et historiques qui échappent
198mple, sur le développement économique des siècles passés, quand ce ne sont pas des statistiques de phrénologues. Ce sont toujo
199es de phrénologues. Ce sont toujours des réalités passées, historiques, achevées, mortes comme toutes les moyennes et, dans ce
87 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Personne ou individu ? (d’après une discussion)
200ne difficulté de ce genre. Le plus souvent, on la passe sous silence, et le système s’établit sur une équivoque fondamentale.
201i le reçoit dans cette parole croit en lui, il se passe quelque chose, on peut voir quelque chose. Je dis donc que l’Esprit n
88 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
202pter sous réserves, limiter ses dégâts ou même se passer d’elle, tout en acceptant d’autres parties de la doctrine. Car toute
203endications économiques satisfaites, ils comptent passer à une œuvre spirituelle. Mais ce passage serait la négation de leurs
204as quel dieu serait l’auteur, et que rien dans le passé de l’humanité ne peut permettre même d’imaginer. Il s’agit là d’une g
205erminée qui ne peut être, même par avance, que du passé. Cette anthropologie marxiste — qui n’est pas celle de Marx lui-même 
89 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
206qu’elles sont incapables de rupture, qu’elles ont passé au camp de l’ennemi, et depuis si longtemps qu’elles parlent maintena
90 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
207 dehors de Dieu. Le plus court chemin vers autrui passe par Dieu. Et il n’y en a pas d’autre. Il n’y a pas d’autre communion
91 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
208ifascisme l’aurait inventé. L’antifascisme est en passe de devenir la nouvelle mystique de la gauche. Cette mystique est d’au
92 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
209la reprenions ici. On sait comment cette notion a passé dans les mœurs au cours du xviiie siècle, à la faveur des théories r
93 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
210ras, voire Guesde et Jaurès. Leurs doctrines sont passées dans les mœurs, c’est pourquoi vous pensez qu’elles n’étaient pas « p
211èle aux théories, on aurait pu tout aussi bien se passer des théoriciens… « Nous avons les locomotives, à quoi sert Stephenson
212on amour réel, de sa pitié pour le peuple trompé, passerait infailliblement pour le plus grand « ennemi du peuple » — sur les aff
94 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
213 » — par opposition à la force matérielle — était passée du côté hitlérien. On pourrait sans difficulté multiplier de tels exe
214r illustre assez tragiquement cette thèse. Que se passait-il, place de la Concorde, au moment où les gardes mobiles s’ébranlère
95 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
215sément que je me propose de répondre ici. Comment passer du zéro de l’homme devant Dieu à la valeur infinie de la personnalité
216 à la valeur infinie de la personnalité ? Comment passer de notre théologie à notre histoire ? Qu’est-ce que cette personnalit
217 notre pensée réformée. Car il se trouve que nous passons, nous protestants, tantôt pour les fermes soutiens de la personnalité
218au, qui ne soit pas fondée sur les contraintes du passé, ni sur des lois, mais sur l’attente commune et enthousiaste d’un au-
219lules. Ces communautés ne sont pas fondées sur le passé ni sur des origines communes. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec », écri
220suites, triomphant dans les pays absolutistes, ne passent point pour avoir favorisé très sérieusement le libre développement de
221sive, c’est-à-dire d’une communauté fondée sur le passé : le sang, la race, la tradition, les morts. Voilà pourquoi elle est
222ligion n’admet pas que « les choses vieilles sont passées » selon la parole de l’Apôtre. Elle n’admet pas la conversion spiritu
223ortes et enterrées depuis des millénaires, jamais passées, et qui réclament encore du sang, des morts, des cortèges funèbres, d
96 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Liberté ou chômage ?
224yons que leur ascension est relativement lente et passe, par exemple, pour les États-Unis, de l’index 100 en 1899 à l’index 1
225apidité qui tient du fantastique. L’index général passe de 104 en 1919 à 125 en 1923. Si l’on considère l’une après l’autre l
226e de la période précédente, c’est-à-dire 1914, on passe ainsi pour la métallurgie, de 100 en 1914 à 159 en 1925 ; pour le pét
97 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
227ux partis de droite. À gauche, on fait volontiers passer la fidélité au parti avant la fidélité au bien commun de la nation. A
98 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
228 n’est pas signer ici plutôt que là. Ce n’est pas passer de l’esclavage d’une mode à celui d’une tactique politique. Ce n’est
99 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
229nifestations du même ordre dont s’est illuminé le passé. Mais nous entendons lui donner son caractère propre. Nous voulons qu
230incipe que l’esprit soit responsable de ce qui se passe dans le monde. C’est affirmer que l’esprit n’est pas du monde, et que
100 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
231 distinctes. D’où il résulte que l’on ne peut pas passer de l’un à l’autre par un mouvement continu, de proche en proche. Il f
232sence. Ou encore : c’est Dieu seul qui peut faire passer l’homme d’un temps à l’autre, c’est par le « bon plaisir » de Dieu se