1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1euron. Il semble toujours qu’il peigne entre deux pluies. Il aime ces heures où ciel et onde se mêlent, et sait rendre mieux q
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Dans le Style (janvier 1927)
2ant des Anglais fragiles. L’aube tire un écran de pluies sur le paysage commercial. Terminus : Morand, s’éveillant en français
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
3 y avait beaucoup de monde dans les rues, sous la pluie. Les autobus passaient par groupes. Plusieurs fois, j’ai cru vous rec
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4plus sombre de l’année par les rues vides sous la pluie étrangère. Une porte basse s’ouvre sur un long corridor hanté d’ombre
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
5tisfait, la lune le renvoie sur terre en forme de pluie. » Si je trouvais un jour l’Objet, il ne me resterait qu’à le détruir
6 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
6ntement émouvantes, monotones et aiguës, comme la pluie dans les campagnes au printemps. Ou encore : comme la lecture des rom
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
7 l’enfiévrait, le terrasse, dans la boue, sous la pluie. Il renaîtra bientôt à la vie, mais cette fois pour se donner tout en
8 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
8 La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)w Lord Artur. —
9e ? Et voici cette question : Aimez-vous mieux la pluie ou le beau temps ? Sonnette. — Pfi ! comme c’est drôle ! C’est moi q
10— Pfi ! comme c’est drôle ! C’est moi qui fais la pluie et le beau temps. Lord Artur. — Certes, la réponse serait sage, si s
11ité, que signifient pour vous le beau temps et la pluie ? Est-ce que c’est rire et pleurer ? Est-ce que c’est le bonheur et l
12 à la lisière des forêts, les jambes nues sous la pluie. L’herbe était pleine de sales limaces et de petits escargots, et les
13re chrétien pour comprendre quoi que ce soit à la pluie et au beau temps. Lord Artur. — J’ai toujours estimé, Sonnette, que
14avent le chemin qui va du signe à l’être. Longues pluies de printemps sur la campagne recueillie, tempêtes sur les pentes, — b
15it d’aller bâtir une ville là où il trouverait la pluie et le beau temps, il rencontra en Italie une courtisane qui pleurait 
9 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
16plus sombre de l’année par les rues vides sous la pluie étrangère. Une porte basse s’ouvre sur un long corridor hanté d’ombre
17tisfait, la lune le renvoie sur terre en forme de pluie. » Si je trouvais un jour l’Objet, il ne me resterait qu’à le détruir
10 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
18açades triangulaires. Couleurs d’un crépuscule de pluie. Plus près, des reflets d’arbres ; plus près encore, des nuages troué
19agesse. Fin juillet 1929 Promenades sous la pluie, à la tombée du jour. L’esprit patient et fort trouve son repos dans
20 figure le contraire du « mauvais ». Les jours de pluie dans les campagnes ont un charme consolant et secret qui favorise la
11 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
21ntement émouvantes, monotones et aiguës, comme la pluie dans les campagnes au printemps. Ou encore : la lecture des romans an
12 1933, Présence, articles (1932–1946). Paysage de tête : poème (1933)
22e, la venue des bien-aimées clairières entre deux pluies, ni d’une femme ni d’une fièvre pour agrandir et soudain noyer de sui
23ue l’orage, ces battements d’espace au-dessus des pluies qui se tirent à l’horizon dans un paysage agité de la grande puissanc
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Vassily Photiadès, Marylène ou à qui le dire ? (février 1937)
24entrevue dans une chambre, à travers un rideau de pluie.
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
25e moi » note Pascal. En sorte que s’étonner d’une pluie « intempestive » c’est une manière de dire : « Je m’attendais à autre
26it les croyances de son groupe en « parlant de la pluie et du beau temps ». (Je dis bien groupe, car il y a peu de « personne
27yables de ces grands chiens qui tremblent sous la pluie, groupés au maigre abri des buissons de lauriers. Ah ! les beaux « in
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
28sé sous la porte nageait dans une flaque d’eau de pluie, plusieurs lettres à peine lisibles. Un froid terrible ; la salamandr
29 moi », note Pascal. En sorte que s’étonner d’une pluie « intempestive », c’est une manière de dire : « Je m’attendais à autr
30it les croyances de son groupe en « parlant de la pluie et du beau temps ». (Je dis bien groupe, car il y a peu de « personne
31yables de ces grands chiens qui tremblent sous la pluie, groupés au maigre abri des buissons de lauriers. Ah ! les beaux « in
16 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
32C’est la politique de Gribouille : pour éviter la pluie, on se jette à l’eau. Autre danger : si l’on accepte de jouer le jeu
17 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
33t dans le pays, dans les champs anonymes, sous la pluie, dans les vergers où l’on écrase des pommes mal mûres, dans des cuisi
34réveillés vers des attentes inexplicables sous la pluie. Mangeailles, arrêts, ahans, monotonie, ignorance des ensembles, obje
35tre furtive existence. Surtout quand il tombe une pluie fine. Ce n’est pas seulement à cause de la saison qu’il convient de p
36cause de la saison qu’il convient de parler de la pluie. C’est à cause d’une profonde affinité entre la vie en uniforme et ce
37ue l’on nomme par convention le mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distin
38vention le mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distincts, aussi distincts
39 la vie civile et la vie militaire en général. La pluie civile n’est guère qu’un embêtement dont on se préserve comme sans y
40ole avec soin, avec dédain, des éléments. Mais la pluie militaire, comment dire, c’est quelque chose d’immense et de sérieux.
18 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
41a Hollande inondée, disait-on. ⁂ Et voici sous la pluie et la brume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes
19 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
42s et ces ifs dramatiques, on domine un paysage de pluies lointaines et de prairies dorées. Soudain, un coup de vent violent a
43mes amis dans la voiture qui nous emporte sous la pluie, qu’en pensez-vous ? — J’ai pensé que, pour la première fois de ma vi
20 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
44t saeclum in favilla. Le Moyen Âge pensait qu’une pluie de feu suffirait à réduire la surface de la Terre et la vermine humai
21 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
45imes Square, après un dîner solitaire, un soir de pluie, c’est le contraire d’un exercice spirituel : une véritable centrifug
46être n’en sont point. Ce n’était pas le froid, la pluie, la poisse aux pieds mêlée d’essence sur l’asphalte des avenues, c’ét
47s et ces ifs dramatiques, on domine un paysage de pluies lointaines et de prairies dorées. Soudain, un coup de vent violent a
48mes amis dans la voiture qui nous emporte sous la pluie, qu’en pensez-vous? — Well… pour la première fois de ma vie, je me se
22 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
49e assise devant moi s’écrie, voyant s’abattre une pluie d’orage sur la Concorde : « Et moi qui ai oublié mon masque à gaz ! C
23 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
50t dans le pays, dans les champs anonymes, sous la pluie, dans les vergers où l’on écrase des pommes mal mûres, dans des cuisi
51réveillés vers des attentes inexplicables sous la pluie. Mangeailles, arrêts, ahans, monotonie, ignorance des ensembles, obje
52tre furtive existence. Surtout quand il tombe une pluie fine. Ce n’est pas seulement à cause de la saison qu’il convient de p
53cause de la saison qu’il convient de parler de la pluie. C’est à cause d’une profonde affinité entre la vie en uniforme et ce
54ue l’on nomme par convention le mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distin
55vention le mauvais temps. La pluie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distincts, aussi distincts
56 la vie civile et la vie militaire en général. La pluie civile n’est guère qu’un embêtement dont on se préserve comme sans y
57ole avec soin, avec dédain, des éléments. Mais la pluie militaire, comment dire, c’est quelque chose d’immense et de sérieux.
58a Hollande inondée, disait-on. ⁂ Et voici sous la pluie et la brume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes
24 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
59Times Square après un dîner solitaire, un soir de pluie, c’est le contraire d’un exercice spirituel : une véritable centrifug
60être n’en sont point. Ce n’était pas le froid, la pluie, la poisse aux pieds mêlée d’essence sur l’asphalte des avenues, c’ét
25 1946, Journal des deux Mondes. Solitudes et amitiés
61 par une seule fugue de Bach ? 20 mars 1942 Pluie torrentielle et fonte des neiges. Les nonnes ne sortent plus, ou sont
26 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
62s et ces ifs dramatiques, on domine un paysage de pluies lointaines et de prairies dorées. Soudain, un coup de vent violent a
63mes amis dans la voiture qui nous emporte sous la pluie, qu’en pensez-vous ? — Well… pour la première fois de ma vie, je me s
27 1946, Lettres sur la bombe atomique. La fin du monde
64t saeclum in favilla. Le Moyen Âge pensait qu’une pluie de feu suffirait à réduire la surface de la terre et la vermine humai
28 1947, Doctrine fabuleuse. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
65 Premier dialogue sur la carte postale La pluie et le beau temps Lord Artur. Je voudrais vous poser une question,
66e adorable ? Voici ma question : préférez-vous la pluie ou le beau temps ? Sonnette. Vous êtes drôle. C’est moi qui fais la
67 Sonnette. Vous êtes drôle. C’est moi qui fais la pluie et le beau temps ! Lord Artur. Certes, la réponse serait sage, si se
68ité, que signifient pour vous le beau temps et la pluie ? Est-ce que c’est rire et pleurer ? Est-ce que c’est le bonheur et l
69 à la lisière des forêts, les jambes nues sous la pluie. L’herbe était pleine de limaces et de petits escargots, et les framb
70’il faut être chrétien pour parler sagement de la pluie et du beau temps. Lord Artur. J’ai toujours estimé, Sonnette, que vo
71gne à l’être, le chemin de l’incarnation. Longues pluies de printemps sur la campagne recueillie, tempêtes sur les hautes pent
72it d’aller bâtir une ville là où il trouverait la pluie et le beau temps, il rencontra en Italie une courtisane qui pleurait,
29 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
73Des nuées menaçantes courent très bas, tirant des pluies au large, et le cœur du jeune homme bondit dans sa poitrine, exalté p
30 1948, Suite neuchâteloise. VII
74Des nuées menaçantes courent très bas, tirant des pluies au large, et le cœur du jeune homme bondit dans sa poitrine, exalté p
31 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
75, on espère bien que les saisons, le soleil et la pluie, les puissances fécondantes, vont continuer à « jouer le jeu » selon
76tionnel) ; la sécheresse (irrigation des déserts, pluie artificielle) ; les épidémies et un très grand nombre de maladies (an
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
77, on espère bien que les saisons, le soleil et la pluie, les puissances fécondantes, vont continuer à « jouer le jeu » selon
78tionnel) ; la sécheresse (irrigation des déserts, pluie artificielle) ; les épidémies et un très grand nombre de maladies (an
33 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
79it d’aller bâtir une ville là où il trouverait la pluie et le beau temps, il rencontra en Italie une courtisane qui pleurait
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (II)
80ée, comme une rosée rafraîchissante, et comme une pluie féconde, pour tomber sur le terrain de la vie, continuellement agité
35 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
81eux aux larges baies, glissant en silence dans la pluie entre les collines, les usines, les châteaux, les quartiers modernes
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. La Suisse, dans l’avenir européen
82eux aux larges baies, glissant en silence dans la pluie entre les collines, les usines, les châteaux, les quartiers modernes
37 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
83arations » c’était tout simplement… les miennes ! Pluie dans le soleil bas près d’Aigle, beau soir rose et doré sur le Léman
38 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
84t que dure la nuit sur l’arbre, Elle tremble à la pluie, au gel. Mais l’endemain le soleil luit Sur la feuille et le rameau v
39 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — La religion de la croissance
85ore l’objet de transactions onéreuses  : l’eaudes pluies et des océans, l’air, le silence, la beauté d’un paysage, l’aisance à
40 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
86s déconnecté du monde de l’utile. 20 mars Pluie torrentielle et fonte des neiges. Les nonnes ne sortent plus, ou sont
87i, organes artificiels, moyens de faire tomber la pluie ou d’aller en week-end sur la Lune. De proche en proche, il devient m