1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1ce que produit la recherche de la vérité. Dès son premier livre, il s’est montré tout entier, il a bravement affirmé son unité.
2adoxal que M. de Montherlant est justement un des premiers Français qui ait compris que le but du sport n’est pas la performance
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
3sponsable de ces carnages ». Naguère il était des premiers ; il s’affirme aujourd’hui des seconds. C’est pour avoir contemplé Ve
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
4u dedans de moi. Qu’est-ce que c’est donc ? » Ses premiers dessins sont de gauches copies de Millet. Mais son manque de talent n
4 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
5choyé. « Maintenant, m’écriai-je — c’était un des premiers jours du printemps — l’heure est venue de la violence. Jeunes tempête
6 mais une secrète espérance m’emporte de nouveau, premier gage du divin… Reprendre l’offensive — au soir, je m’amuserai à mettr
5 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
7n roman, parce que ça se vend mieux. Ce récit des premiers combats de taureaux du jeune Montherlant est en réalité un nouveau to
8n a souvent parlé d’excès de lyrisme à propos des premiers ouvrages de Montherlant. Cette fois-ci, on le traite de naturaliste.
6 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
9 moral, nous avons élevé à la hauteur d’une vertu première — et qui légitime tous les dénis de morale à quoi nous obligeaient en
10 Sincérité envers soi-même Noli me tangere. Premier exemple. — Je m’assieds à mon bureau, je prends une feuille blanche,
7 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
11ts garantis qui posent un critique d’art diplômé. Premier péché contre l’histoire : au seuil d’un article consacré aux jeunes a
12Hollande, sa seconde patrie si la peinture est sa première et Neuchâtel la troisième… Il y a par Eugène Bouvier quelque chose de
13ns l’œuvre de Bouvier. Sa technique qui paraît au premier abord masquer ses intentions, en réalité les exprime par ses défauts
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
14 autre sujet du roman, qui se mêle étroitement au premier… Mais combien cette analyse trahit Barbey : son art est justement de
9 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean-Louis Vaudoyer, Premières Amours (août 1927)
15 Jean-Louis Vaudoyer, Premières Amours (août 1927)an Ces trois nouvelles n’ont guère de commun ent
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
16e gardée du ci-devant soleil. C’est là qu’Urbain, premier du nom dans sa famille, laquelle n’avait compté jusqu’alors que d’aut
17r excès de bonne humeur printanière, Urbain donc, premier mauvais garçon d’une race entre toutes bénie — par qui ? elle était a
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
18a rue. Il doit être maintenant 5 heures du matin. Premiers appels d’autos dans la ville, mais il me semble que toutes choses s’é
12 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
19ntr’acte est une aide puissante. Nous faisons nos premiers pas, étourdis, dans un pays d’illuminations vertigineuses, et nous en
13 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
20 de l’infini où chancellent parmi les éclairs nos premiers pas. Aragon, dans ces tempêtes de nuits filantes où s’enfuient, souff
21s fini de chasser parce qu’elle n’a pas mérité du premier coup qu’on se donne la peine de l’écraser, — c’est qu’il symbolise to
14 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
22ente dans la production actuelle. On retrouve aux premiers chapitres de Catherine-Paris cette magie des sensations et des rêves
15 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
23hose. C’est pourquoi j’ai lu ce livre, malgré son premier chapitre, variation sur un mot bien français et ses applications faci
16 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
24primer en un tel drame, et voici André Malraux au premier rang des romanciers contemporains.
17 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
25er s’il est possible d’échapper au fatal dilemme. Premiers pas vers la solution : l’existence du dilemme. Second pas : en poser
18 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
26s encore apparaître sous cet aspect dans ces deux premiers tomes, où il décrit des scènes de son enfance et de sa jeunesse comme
19 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
27reste de votre séjour ne fera que confirmer cette première impression. Vienne : assis sur les banquettes rembourrées de profonde
20 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Souvenirs d’enfance et de jeunesse, par Philippe Godet (avril 1929)
28rairies romandes, en mal de cadeaux de Noël ou de première communion. Parmi les compatriotes d’Amiel, Godet restera l’un des rar
21 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
29 exemples cet axiome qui devint la formule de mes premières douleurs morales. Après six ans de ce régime, on m’avait suffisamment
22 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
30ucune réalité. Ils ne renferment rien qui soit de première main, rien qui soit authentique. Ils négligent toutes les particulari
31 les hommes d’avenir. Un jour on voit s’étaler en première page des illustrés la face épanouie quoique énergique d’un de ces coq
23 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
32ans toutes les démarches de notre vie. Mais cette première tâche constitue un programme si riche qu’il est superflu d’en formule
24 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
33n dans mes relations avec le monde. En quoi cette première question est assez indiscrète. II Il y aurait beaucoup à dire sur l’
25 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
34ut que vous les trouviez médiocrement riantes, au premier coup d’œil, assez dénuées de ces effets faciles qu’on aime à ménager
26 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Kikou Yamata, Saisons suisses (mars 1930)
35ut-être faut-il venir du Japon pour accueillir du premier regard, dans un matin plein de mouettes — « Un beau bruit d’ailes me
27 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
36mis me sourient. Ô liberté aérienne des arrivées, premiers regards aux rues croisées qui font des signes pour demain, présentati
37ien d’ailleurs ; tout à ma chance hongroise en ce premier réveil — délivré. Chez moi je suis la proie de l’angoisse du courrier
28 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
38l. Que Charles Du Bos mérite aujourd’hui l’un des premiers rangs dans la critique européenne, l’ampleur du champ qui lui est nat
29 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
39 neige. On la sent prête à fondre de tendresse au premier regard. Mais non, trop bien élevée, elle se ressaisit, pense à Genève
30 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
40’en attendre aujourd’hui d’un jeune écrivain. Son premier roman, Les Conquérants, décrivait la révolution communiste en Chine,
41par Rembrandt, et qui permet de les identifier au premier coup d’œil, ce « commun dénominateur » d’expression et de masques si
31 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
42ues, artistes ou écrivains, s’est muée le soir du premier vernissage en une sympathie sincère et souvent fort admirative. Le ti
32 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
43ans ces indignations sentimentales la réponse aux premiers troubles que la grâce jette dans son âme. D’autre part, tous les cath
33 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
44t d’attention soutenue que plusieurs chapitres du premier tome risqueraient de lasser, par une multiplicité de notations toucha
45i répugne encore ? Il s’en rend compte lors de sa première visite aux bas-fonds : Eiichi était partagé entre deux désirs. L’un
46e à lire tout l’Évangile selon saint Matthieu, du premier chapitre au dernier, priant continuellement pour obtenir la grâce de
34 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
47mots : Kierkegaard, — et c’est Gide qui, l’un des premiers, l’a prononcé en France. Kierkegaard, un homme qui ne vous lâche plus
35 1932, Esprit, articles (1932–1962). À l’index (Première liste) : Candide (octobre 1932)
48 À l’index (Première liste) : Candide (octobre 1932)a Le numéro « exceptionnel » du 8 s
36 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
49antes par lesquelles il inaugurait la rubrique au premier numéro, suggérait une méthode d’« observation affectueuse » des vies
37 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
50 à celui des athées, — au lieu qu’il eût fallu du premier coup le dénoncer, comme radicalement contraire à notre foi originale.
38 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
51, qui n’ont eu de pensée raisonnable qu’avec leur première sensation religieuse, et croient qu’on ne peut aller plus loin parce
39 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
52se de provoquer dans notre esprit l’étonnement du premier regard, c’est la similitude de forme, c’est-dire la similitude essent
53 mage ou ange… » rappelle étrangement ces vers du Premier Faust que l’on citait plus haut : « Moi qui me suis cru plus grand qu
54Goethe, dès qu’il s’agit de faire état des causes premières, des fins dernières, en tant que telles. De là ce rationalisme agress
55 témoigner d’une certaine force de révolte. Notre premier mouvement nous porterait vers Rimbaud, nous détournant de Goethe. Mai
40 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
56ue d’une part notre conduite peut être aliénée au premier automatisme venu, même moral, cependant que d’autre part notre esprit
41 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
57mis me sourient. Ô liberté aérienne des arrivées, premiers regards aux rues croisées qui font des signes pour demain, présentati
58ien d’ailleurs ; tout à ma chance hongroise en ce premier réveil — délivré. Chez moi je suis la proie de l’angoisse du courrier
42 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
59de la rivière et de l’écluse proche, — ce sera sa première habitude. 22 avril 1929 Mes fenêtres donnent sur la rivière. En
60is entendre Gretchen (dans la scène du jardin, du premier Faust. Presque les mêmes mots !). Doux malentendu qui nous rapproche
61ais attablé ce soir-là dans l’Auberge du Cerf, au premier, les pieds contre mon schnautzer enfin calmé (il avait harcelé la ser
43 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
62 neige. On la sent prête à fondre de tendresse au premier regard. Mais non, trop bien élevée, elle se ressaisit, pense à Genève
44 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
63de) et F. Heuson (Amérique). C’est un document de premier ordre sur la « rupture » à laquelle nous travaillons tous ici. 9. S
45 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
64ste du genre. Son succès en Allemagne remonte aux premières années de l’après-guerre, illustrées par les livres monumentaux de Sp
46 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
65)c Beaucoup de personnes, après avoir lu notre premier cahier, nous ont écrit ceci : « Quelles solutions pratiques apportez-
66ais positives ». Si nous avions écrit, dans notre premier numéro, que la solution des problèmes sociaux réside, par exemple, da
47 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
67 si dans leur expression elles ne comportaient, à première vue, une similitude si troublante avec les thèses barthiennes, et si
68s notre parler quotidien. Nous dirons donc : Dieu premier et dernier, et ensuite seulement notre recherche, mais en même temps,
48 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
69sonnet publié par Albert-Marie Schmidt dans notre premier numéro « est bien la première poésie dialectique qui lui soit tombée
49 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
70s que l’on voit « s’échauffer, se brouiller » aux premières instances d’un choix radical et véritablement ordonnateur. Le chapitr
50 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
71on peut distinguer trois espèces de littérateurs. Première espèce : les romanciers de la vie des classes possédantes. Le bourgeo
72d la plupart des auteurs qui se gaussent des deux premières, ceux qui méprisent la vie bourgeoise, l’amour et le mariage bourgeoi
73vidualisme politique. « Dernière heure de l’État, première heure des hommes. » Nous dirons première heure de la personne. Ceux q
74 l’État, première heure des hommes. » Nous dirons première heure de la personne. Ceux qui n’ont pas en eux cette mesure de l’hom
51 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
75e humain, la personne est par excellence le terme premier, dont dépend toute réalité collective. À l’utopie sociologique qui pr
76n’y a de rapport humain réel que par l’apparition première de la personne, fondement nécessaire et suffisant de toute communauté
52 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
77urréalisme, en somme, qui demeure responsable des premières graves confusions commises depuis la guerre sur le mot de révolution.
78rdage lyrique dont Breton sera, je crois, le tout premier à reconnaître qu’il sue le plus insupportable ennui. Ouvrez une revue
53 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
79ent, maintenant, cela se voit. Depuis la chute du premier homme, depuis le déluge, le monde se débat dans une crise millénaire
80voilà peut-être les divinités maîtresses de cette première moitié du siècle. Qu’il s’agisse bien là de dieux, c’est ce que nous
54 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
81 qu’il était le meilleur écrivain de son pays. Sa première œuvre eut un immense succès ; mais à mesure qu’il se fit mieux compre
82isme officiel et les évêques qui avaient loué ses premières œuvres, il se vit abandonné dans la plus complète solitude qu’ait jam
55 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
83oi sur les vérités qui font vivre, cette solitude première devant Dieu, est-ce bien cela que revendiquent les défenseurs du prim
84somptueuse paraît le Très Vénérable et Très Noble Premier Prédicateur Général de la Cour, le favori élu par la bonne société ;
85ndus seraient ici possibles ; que l’on écarte, au premier pas, trois mots qui faussent tout : anarchie, romantisme, individu. I
86e quoi tu agiras, si tu agis. Un « moi pur », son premier devoir, c’est de persévérer dans son être agissant : en cette extrémi
56 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
87nt la question. La Nature n’est plus que matières premières, surfaces d’exploitations, richesses du sous-sol ; par une charité de
57 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
88ponse, une explication certaine, digne de foi, de première source, une réponse de Dieu, qui, même si elle foudroie, est plus mag
89e par le traducteur). Mais il ne s’agit là que du premier volet d’un triptyque dont il nous faut attendre les deux autres parti
58 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
90re sa chambre aux misérables sans abri. Ses trois premiers hôtes sont un galeux, un alcoolique qu’il nomme la « statue de cuivre
59 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
91ns de cette démission de la France que, dès notre premier numéro, nous dénoncions. Qu’allons-nous retenir de tous ces plans don
60 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
92 souviens d’avoir été vivement frappé, lors de ma première rencontre avec Dandieu, par l’apparente contradiction entre sa face e
61 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — En dernier ressort
93ls n’ont triomphé que par l’abdication de l’idéal premier. En échange de leur promesse d’abandonner leurs exigences trop réelle
62 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
94nt, maintenant, cela se voit. Depuis la chute du premier homme, depuis le déluge, le monde se débat dans une crise dont les pé
95voilà peut-être les divinités maîtresses de cette première moitié du siècle. Qu’il s’agisse bien là de dieux, c’est ce que nous
63 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Personne ou individu ? (d’après une discussion)
96sonne ou individu ? (d’après une discussion) Première question. — Vous parlez beaucoup de la personne… De mon temps, nous d
97sion normale du bien particulier. La personne est première ou n’est pas. Cela revient à dire, sur le plan politique, que l’État
64 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
98arx, a été beaucoup plus loin que son indignation première. De cet argument polémique, de ce rappel à la vraie nature des choses
65 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
99es fins à leur tour du point de vue de la réalité première qu’est la personne, je ne m’attarderai pas à dénoncer les excès trop
100nte l’État pour les fascistes ? Il répond en tout premier lieu à la nostalgie d’unité qui s’empare des peuples fatigués, — démo
101. Et de là viennent cette folie des grandeurs aux premiers temps, cet activisme délirant, cette stérilité verbeuse, puis toute c
66 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
102erniers », c’est-à-dire : ce que l’homme place au premier rang d’un « ordre » humain et rien qu’humain sera au dernier rang de
67 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
103 la sorte, elles étranglent la révolution dès ses premiers succès.) 6. Les « centres nerveux » d’un pays, dont il s’agit de se r
68 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
104de persona. C’est ce même terme qui va servir aux premiers philosophes chrétiens à désigner la réalité de l’homme dans un monde
105ite à l’Église dans les pays totalitaires ? Cette première question est capitale. Car la politique d’un régime est toujours étro
69 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Groupements personnalistes
106unier, directeur de la revue, définissait dès son premier numéro une conception spiritualiste qui n’a rien de commun avec cela
70 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
107contraire, dans sa démarche intime, dans son élan premier, dans sa prise sur le réel et dans sa volonté de le transformer, donc
71 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
108e hégélien le plus scolaire : la signification du premier terme d’une métaphore, selon Tzara, est « absorbée intégralement » pa
109une conciliation » dans laquelle la qualité de ce premier terme deviendra quantité. (?) Ce processus tout mécanique de quantifi
110on retrouve parfois le ton des grandes utopies du premier romantisme allemand. Le style reste baroque (un rococo jésuite qui n’
72 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
111e qu’il faut penser d’une allégation qui paraît à première vue aussi exorbitante : je n’ai lu que de courts fragments des posthu
112ieu, en la liberté et en l’immortalité, comme ses premières dents ; ce n’est qu’ensuite que vous pousse la véritable dentition.
73 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
113 l’Histoire, de se transporter en imagination aux premières années de notre ère, en Judée, de nous remettre tant bien que mal dan
114 de Dieu. Nous la trouvons aux pages 148 à 155 du premier tome (en cours de traduction). Il y a trois sortes de temps, dit Bart
74 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
115ettez-moi de vous le lire. C’est à la page 512 du premier tome : « … n’avoir pas fait une expérience est à la portée d’un quelc
75 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
116e et c’est l’Épître à Sadolet ; d’autre part, aux premières déviations de la doctrine sacramentaire à l’intérieur de la Réforme e
76 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
117ans ces conditions, une erreur “insignifiante” au premier abord peut avoir les plus déplorables conséquences et il faut être av
118ences humaines. Au contraire, nous poserons comme première condition de toute révolution vraie, que ceux qui luttent pour elle t
77 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
119lution « appartient » de fait et de droit à cette première communauté, mais il faut dire encore qu’une telle communauté est la R
78 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
120x historiens de la troisième République, cède aux premiers regards que nous pouvons porter sur les grands faits moraux et matéri
121 nos manuels d’histoire — le très piteux Malet au premier rang — peuvent réprouver l’acte de Révocation, alors qu’ils aboutisse
79 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
122ve exprimée tout entière par cette seule phrase : Premier temps : En avant ! Deuxième temps : Où allons-nous ? Des exemples réc
80 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
123le de poser la question ? N’est-il pas évident, à première vue, que le chrétien ne peut plus rien, que personne ne l’écoute plus
124 la justice de Dieu ? Et qu’il trahit sa vocation première ? Je pense que beaucoup d’entre vous ont, dès longtemps, résolu ces q
125 première question. Et si l’on répond non à cette première question, est-il possible alors, ou désirable, qu’un chrétien entre d
126araît qu’aucun doute n’est permis. De Constantin, premier empereur chrétien commandant aux chrétiens de faire la guerre, à Char
127davantage, et qu’aucun ne saurait m’apparaître, à première vue, plus conforme à notre espérance de justice. Vous dirai-je que c’
128ssi les mêmes, dans bien des cas. Mais les motifs premiers, les buts derniers sont autres. Et ce sont ces motifs et ces buts qui
129essoires du stupide xixe siècle. ⁂ Je résume ces premières conclusions : ni politique chrétienne, ni parti chrétien, ni parti po
130é ne se borne pas là : prêcher, certes, c’est son premier devoir, mais ce devoir en appelle d’autres. Kagawa recueille dans sa
131 étudiants, c’est-à-dire des intellectuels. Notre premier devoir dans la cité n’est-il pas de travailler en tant qu’intellectue
132conomique et culturel. Ici, la vérité est mise au premier rang : le succès même lui est subordonné. Je demande où est le parti
81 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
133sur la voûte, convergeant vers le couloir qui des premières galeries menait à la tribune, et dans la lueur d’un faible projecteur
82 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
134l’homme d’avant la malédiction, d’avant la grande première bifurcation dont chacun des embranchements a comporté ensuite une bif
83 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
135égage une seule conclusion claire, à vrai dire de première importance : Le rapport de la lutte des classes au mouvement cultur
136 tout autres raisons. Ce hiatus inquiétant, cette première faille dans la construction si rigoureuse du stalinisme, commence seu
137ion industrielle quantitative. Le succès même des premiers plans de cinq ans devait manifester l’insuffisance d’un principe de c
138tage important d’une tradition de liberté. Et vos premières expériences nous enseignent. Toute la question est alors de savoir si
84 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
139s de recréer un monde où notre vie s’accepte. Aux premières pages j’ai pensé : document sur les déceptions d’une génération. Puis
85 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
140itu sancto congregati fuerunt. Aux formules de ce premier Concile de Nicée, s’ajoutent ensuite celles des Conciles d’Éphèse, de
86 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
141qui trouva lors du fameux Congrès de Stockholm sa première réalisation concrète. À ces deux causes illustrées par notre auteur,
142 journal de jeunesse qui remplissent 200 pages du premier tome, témoignent d’une véritable frénésie de problèmes, d’un état de
87 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
143sions pratiques dans le domaine du travail. Et sa première expérience de service civil, organisée l’été dernier, a fait voir que
88 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
144 raisons qui poussèrent Kierkegaard à publier ses premières œuvres sous des masques diversement trompeurs lui apparaîtraient enco
89 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
145ns de Moscou, avait été transformée en bordel aux premiers jours de la révolution : puis rasée par les communistes, et qu’à la p
90 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
146 légalement pris au piège, et qui devenaient leur premier créancier38. Encore une fois, je n’ai fait que résumer l’opération. I
91 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
147ne à penser qu’on n’a pas su se faire entendre du premier coup. Voici donc une formule très voisine des nôtres, mais qui est de
92 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
148guerre, l’étatisme a pu — et même dû — devenir du premier coup totalitaire. L’économie et l’opinion totalement étatisées sont e
93 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
149e précédent des « corps francs » qui ont paré aux premières menaces de soviétisation fédéraliste de l’Allemagne, en réprimant les
94 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
150 niveau des hommes concrets, des ouvriers au sens premier du mot : ceux qui ont prise sur les choses et qui « étreignent la réa
95 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
151a réplique prolétarienne à une thèse qui date des premiers efforts de la bourgeoisie pour s’élever, en qualité de classe « instr
152ture. Mais on peut se demander sérieusement si ce premier progrès suffit, et si cette analyse morale conduit au cœur du conflit
96 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Fatalités du rationalisme bourgeois
153ême que le principe central, la vertu décisive et première de la société féodale fut l’honneur, vérité de la force et de la conf
97 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
154égage une seule conclusion claire, à vrai dire de première importance : « Le rapport de la lutte des classes au mouvement cultur
155on trouverait une mesure commune qui apparaisse à première vue plus strictement, plus arithmétiquement conforme aux critères que
156 tout autres raisons. Ce hiatus inquiétant, cette première faille dans la construction si rigoureuse du stalinisme, commence seu
157on industrielle, quantitative. Le succès même des premiers plans de cinq ans devait manifester l’insuffisance d’un principe de c
98 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
158ure », c’est-à-dire non point pour telle œuvre de premier ordre, que ces masses n’auraient pas toujours la capacité d’admirer,
159scendance juive.) La culture officielle aura pour premier objectif de développer exclusivement les qualités spécifiques du prol
99 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Leçon des dictatures
160ont j’ai parlé. Rosenberg a beau dire que les dix premiers pas d’un parti comme le sien décident de tout son avenir : l’exemple
161tage important d’une tradition de liberté. Et vos premières expériences nous enseignent. Toute la question est alors de savoir si
100 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
162 de l’expression. Si nous ne partons pas, dès nos premières démarches, d’une définition concrète des mots en jeu, la partie est p
163le chose intéresse André Gide lorsqu’il écrit son premier roman64 : les moyens du romancier et la conscience qu’il en prend — p
164nd ; la réalité des fins dernières et de la cause première étant nettement subordonnée à l’intensité même de l’expérience. D’où
165une part, que notre conduite peut être aliénée au premier automatisme venu, même moral, cependant que, d’autre part, notre espr
166ondée sur l’inactualité des décrets de l’esprit — premier paradoxe — a-t-elle pu s’imposer à des peuples entiers, alors que — s
167très subtile, mais peut-être aussi plus visible à première vue que dans le cas d’un mauvais peintre, qui ferait à tous ses modèl