1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1e. ⁂ M. de Montherlant, qui a quitté le stade, se rendra mieux compte à distance de la contradiction sur laquelle est bâtie so
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
2s intellectuels. Mais elle risque bien de nous en rendre un peu plus esclaves. Car depuis Freud — dont ils se réclament imprud
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
3ce si l’on songe au service que M. Seillière nous rend en réintroduisant dans l’actualité la plus brûlante les richesses int
4 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Simone Téry, L’Île des bardes (décembre 1929)
4 parfois un peu copieux ; mais elle a la vertu de rendre contagieuse la curiosité de l’auteur à l’endroit de cette âme irlanda
5 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
5s furent faites à l’image de notre esprit, le lui rendent bien dans la suite ; c’est peut-être pourquoi nous accordons voix dan
6l à ignorer, était-ce ma fatigue seulement qui me rendait toutes choses si méticuleusement insupportables, si cruellement prése
7au début d’une recherche qui n’a que ce but de me rendre mieux apte à vivre pleinement. En priant, je m’arrête parfois, heureu
8est le tout. S’il est une révélation, c’est en me rendant plus parfait que je lui préparerai les voies. Agir ? Sur moi d’abord.
9ertu ; de me replacer dans le sens de ma vie ; de rendre toutes mes forces complices de mon destin. D’abord donc, choisir Mes
10être, agir dans le monde, si je m’en suis d’abord rendu digne. L’époque nous veut, comme elle veut une conscience. Je fais pa
11ime moins que je ne vous désire. (Ce désir qui me rend fort pour — autre chose…) Ô luxe, ne pas aimer son plaisir ? Je reste
6 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
12it l’image de la lutte et des forces humaines, et rendait sous des coups un son qui nous évoqua les rumeurs de villes d’usines.
7 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
13y appliqua dans un de ses derniers articles 2. Il rendait responsable de tout le « mal », le Romantisme — et c’est plus que pro
8 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
14oi-même nous avons fait une vertu. Eux, ils l’ont rendu facile et en ont fait un plaisir. » Et encore ceci que je trouve si j
9 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
15e, mais incline discrètement les décisions et les rend complices d’un dessein logique, peut-être lointain, en quoi consiste
10 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
16ime ces heures où ciel et onde se mêlent, et sait rendre mieux que personne la liquidité d’un lac, certaines atmosphères délav
17ourd’hui la mue semble s’être opérée. Humbert est rendu à lui-même. Il atteint son équilibre et sa maîtrise avec une toile co
11 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
18e occasion de sa vie est peut-être ce qui nous le rend le plus sympathique. « Officiellement comblé, et par dedans… comment
12 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
19table, mais seulement qu’elles ont fait souffrir. Rendez-vous manqués, lettres perdues, aveux incompris, et peut-être, un quip
13 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Drieu la Rochelle, La Suite dans les idées (mai 1927)
20n d’être aimés qui faussaient leurs voix pour les rendre plus touchantes. Celui-ci bat sa coulpe avec une saine rudesse. « Il
21, du moins l’avoue-t-il avec une franchise qui la rend sympathique. Et puis, tout de même, on est bien heureux de rencontrer
14 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
22 » du héros de Bopp est une sorte de pensum. Cela rend peut-être moins convaincantes certaines de ses remarques sur l’inspir
15 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
23age, dit-il en s’étirant ; le printemps désormais rendra le ciel plus pâle, et nous irons chercher dans le souvenir les vent-c
24des avances que la perte de son sens de l’éternel rendait pourtant considérables, au sens étymologique du terme. Il loucha vers
16 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
25 un signe discret, et déjà il se préparait à vous rendre attentive à ma présence… Mais, alors, je ne sais quel démon du malheu
26l, au vestiaire, je vous avais entendue donner un rendez-vous au thé du Printemps. J’ai rôdé dans la joie féminine des grands
17 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
27es ! » C’est une question d’épuration des moyens. Rendre le plus par le moins, c’est le fait d’un art à sa maturité. Mais ce s
18 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
28prit. Jusqu’au-boutisme désespéré. « Il s’agit de rendre impraticables quelques portes de sortie » ou compromis :   « Nous éti
29ent acheté au prix d’un martyre… Nos jugements se rendaient sans cesse à l’échelle de l’infini, et cet infini nous écrasait. Comm
30dmet ce terme, à des exaltations que leur lyrisme rendait seules contagieuses. Comment, en effet, ne pas voir la part de littér
19 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
31grandes dames où je préférais — et lui aussi — me rendre seul et sans argent. Je ne voulais pas le retenir, Je ne pouvais pas
20 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
32nts un tombeau sur lequel je fis graver : Prêté — rendu, pour la gloire de l’Église. (Ici, il but une gorgée et prit un temps
21 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
33ivité littéraire, le plus satisfaisant, celui qui rend le mieux compte de la réalité, c’est André Breton qui l’a exprimé : «
22 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
34Mais qui fallait-il accuser de cette duperie, qui rendre responsable de ma déception, sinon moi-même, me dis-je bientôt. Car j
35s ces circonstances, une fois de plus manquait le rendez-vous que j’avais demandé au hasard d’arranger. Mais le thème de la Ba
23 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
36que cette incantation à soi-même qui pourrait lui rendre la certitude d’être. Mais il s’épuise dans une perspective de reflets
37juraient pour abaisser tous les regards. Stéphane rendu à la santé écrivait : « Ton visage me cache tous les miroirs » — à un
24 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
38 Ce n’est pas le seul talent de M. Aragon qui le rendrait digne à mes yeux, de considération. J’admire autant le talent de celu
25 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
39our but véritable d’augmenter la consommation. Il rend plus complet l’esclavage de l’ouvrier, puisqu’il englobe jusqu’à son
40occultes sans doute dangereuses, puisqu’elles les rendent inutilisables dans les rouages de la vie moderne. Le triomphe de Ford
26 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
41déré un jour comme le grand tueur de son époque ? Rendre impuissant c’est à coup sûr tuer. Or on parle de l’élever à la présid
27 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
42 colère n’en fut que plus malfaisante. L’école me rendit au monde, vers l’âge de dix-huit ans, crispé et méfiant, sans cesse e
43 une honte secrète qui exaspérait ce mépris et le rendait agressif. Mais moi, j’avais trop souffert de cette compression morale
44nt de l’esprit et ces mythes stériles, que je les rendis responsables de ma perte de contact avec les réalités les plus élémen
28 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
45rétend donner plus de liberté aux enfants en leur rendant le travail amusant, en leur laissant la possibilité de trouver par eu
29 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
46s ce n’est de la part de notre Institutrice qu’un rendu. Car dans ce monde-là « tout se paye » comme ils disent avec une sati
47ener : une machine qui absorbait des gentlemen et rendait des tommies. La machine scolaire, elle, dévore des enfants tout vifs
48e scolaire, elle, dévore des enfants tout vifs et rend des citoyens à l’œil torve. Durant l’opération, tous les crânes ont é
30 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
49tes ses formes, traduit tout en relations et veut rendre toutes relations conscientes, c’est-à-dire, pour lui, calculables, ch
31 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
50naturel. La culture de notre force de pensée nous rendrait une liberté sans laquelle nos efforts resteront vains pour instaurer
32 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
51… » Un ou deux. Il suffit de très peu de sel pour rendre mangeables beaucoup de nouilles. Mais si le sel perd sa saveur, serai
52saveur, serait-ce avec des pamphlets qu’on la lui rend ? Je le trouve en tout cas bien tonique, celui que Beausire et Simond
53es-uns des meilleurs esprits que la France ait su rendre inoffensifs. Il se pourrait très bien qu’à cette génération ne soit é
54Léonard ne soupçonna même pas ; — que ces limites rendent absurde l’adoption d’un ordre de valeurs « arbitraire », mais obligen
33 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
55ndon à quelques obsessions sexuelles. Qui viendra rendre le sens de l’amour idéal — celui qui transfigure ? Le roman de M. Jul
34 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
56porte la solution d’une hypocrisie que la révolte rend moins sympathique, certes, mais plus réellement dangereuse. On sent b
35 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
57t la formule traditionnelle.) La liqueur de pêche rend démonstratif, dont on vide trois verres d’un trait en guise de salut.
58et l’on sait qu’il suffit de très peu de sel pour rendre mangeables beaucoup de nouilles. Mais voici, par exemple, ce qu’il fa
36 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
59’est plutôt un certain arrangement des choses qui rende un certain son spirituel… Un objet de musique et de couleurs, mais au
60somnie J’éteignais la lampe et la veilleuse me rendait compagnon d’une momie bleuâtre, mais peut-on se reposer vraiment à ce
61 commence à comprendre ce qu’il est : cela qui me rendrait acceptable ce monde…) Malheur à celui qui ne cherche pas. Malheur à c
37 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
62 contrôles éthiques autant qu’esthétiques, il lui rend l’humilité et la dignité qui tout ensemble lui conviennent. On le con
63ui conviennent. On le conçoit, ce n’est pas là se rendre la tâche facile. Cernant de toutes parts son sujet, M. Du Bos choisit
38 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
64’ai pas le temps de me laisser envoûter ou de les rendre esclaves, hors de quoi je ne sais pas de commerce humain qui vaille l
39 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
65 bien que le propos de M. Nizan n’est pas de nous rendre le goût de ce qui, en Europe, « allongeait la solution », je ne puis
40 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
66Et voilà, n’est-ce pas, un ton et une ferveur qui rendront vaines beaucoup d’objections, ou qui expliqueront dès l’abord, et lég
41 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
67 bien suprême dont seuls quelques élus peuvent se rendre dignes (les brahmanes par exemple, le christianisme primitif) — la pa
68udre dans le sens d’une philosophie de la vie qui rende aux valeurs spirituelles leur primauté : car c’est à cette condition
42 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
69durée, dans son atmosphère et dans le son qu’elle rend. Il ne s’y passe rien de plus que ce qu’admet la société anglaise. To
70obiles humains sont ici entièrement suffisants et rendent superflue l’action de la grâce). Mais quoi ? Nous laisserons-nous vra
43 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
71nt leur vie ; ils négligent volontiers ce qui les rend semblables au commun des mortels ; bref, plus ou moins inconsciemment
72remords, il a des remords. Il ne cherche pas à se rendre intéressant à lui-même en poussant au noir le tableau, ou au contrair
73eptent d’étudier à fond ces problèmes, ils ne les rendent, en général, guère attirants — (le devraient-ils ?) — ni même vivants
44 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
74a vie la perdra, mais celui qui veut la perdre la rendra vraiment vivante », répète inlassablement M. Gide25. Seulement, celui
75rdre sa vie, et non pas pour Christ, mais pour la rendre vraiment vivante, celui-là ne fait qu’usurper la forme du sacrifice ;
45 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
76 Une carrière pour les réformistes ! Mais il faut rendre à Martin cette justice que sa muette intransigeance a bien plus de po
46 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
77ien, la force qui nous est promise doit-elle nous rendre ce courage léger. Le moralisme nous trahit Partons du cas concr
78écuser, dans « l’esprit protestant », tout ce qui rend inutile la grâce ? Il y va pourtant de notre force de conquête. Que n
79u véritable calvinisme. Or nous n’hésitons plus à rendre responsable de cette carence de la poésie et du rayonnement spirituel
47 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
80ait inspirée par un principe spirituel capable de rendre une force offensive à cette personne humaine. Le choix des sujets abo
81el que leur seule existence — si elles existent — rende vaines les passions égarées, rende visible l’origine de l’égarement,
82les existent — rende vaines les passions égarées, rende visible l’origine de l’égarement, rende efficace et créatrice la crit
83 égarées, rende visible l’origine de l’égarement, rende efficace et créatrice la critique de tout cela qui agite le cœur des
48 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
84de l’individualisme anarchique ; point de vue qui rend absurde le fait même d’être né, c’est-à-dire d’avoir été « mis au mon
85un désespoir tellement « substantiel » qu’il nous rende à leur tour intenables les dernières ruses de la sécurité. ⁂ Il faut
86nsemble des relations humaines, la foi est ce qui rend la vie impossible (par ses exigences absolues), tandis qu’au contrair
87nscendantes, de l’action optimiste. Ceux donc qui rendent le calvinisme responsable du capitalisme commettent une erreur pire q
88uitte de la foi. Il ne s’agit jamais pour nous de rendre cette vie possible, mais tout au plus d’abattre les obstacles à la fo
49 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
89torisé ». Art, on le sait, avant tout visuel, qui rend les choses à l’état naissant, rugueux, décapé de toute rhétorique5 et
90ystère en brouillant les plans ; mais un moyen de rendre plus totale la vision. Tout, par ailleurs, indique chez Ramuz la volo
50 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
91en étonnerai point. Il s’agit simplement, ici, de rendre plus concrète, grâce au recoupement de deux vies qui l’ont réalisée s
92t mage ou ange, dispensé de toute morale, je suis rendu au sol, avec un devoir à chercher et la réalité rugueuse à étreindre.
93te dialectique, dans un mouvement que sa violence rend unique : c’est qu’ils reviennent tous deux de loin, d’un long abandon
94he germanique de la « Tarnkappe », du manteau qui rend invisible. ⁂ Cette similitude de forme dans le cours de la magie chez
51 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
95uteurs, une de ces approximations vulgaires qui « rendraient » mieux sous la rubrique Mon film 16. En d’autres passages, d’une exp
52 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
96r de nous. Voilà bien l’exigence que nous voulons rendre inconfortable, inadmissible, et dans toute l’urgence du terme : actue
97y va de cette qualité même d’impossible qui seule rend la vie possible, c’est-à-dire grande. Devant les solutions qu’on nous
53 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
98u’on ne peut pas nous refuser ; du reste, cela me rend plus jolie, quelqu’un me l’a dit hier encore, vous ne saurez pas qui.
99iez la lumière, le beau temps vous serait un Dieu rendu visible ; et votre « bonheur » rien de plus que l’un des noms de sa p
54 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
100s » ! Car la métamorphose a pour effet certain de rendre tout légalisme inefficace — il n’y a jugement possible que du même, —
101on. Bien plus, ils la provoquent, l’animent et la rendent rayonnante, au lieu que le plaisir ou la fuit, ou la tue. La sensuali
102ntent absurde. Rien désormais ne pourra plus nous rendre le silence et la lenteur des choses. Derniers refuges, vastes auberge
55 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
103Mais qui fallait-il accuser de cette duperie, qui rendre responsable de ma déception, sinon moi-même, me dis-je bientôt. Car j
104s ces circonstances, une fois de plus manquait le rendez-vous que j’avais demandé au hasard d’arranger. Mais le thème de la Ba
56 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
105t la formule traditionnelle.) La liqueur de pêche rend démonstratif, dont on vide trois verres d’un trait en guise de salut.
106et l’on sait qu’il suffit de très peu de sel pour rendre mangeables beaucoup de nouilles. Mais voici, par exemple, ce qu’il fa
107’est plutôt un certain arrangement des choses qui rende un certain son spirituel… Un objet de musique et de couleurs, mais au
108somnie J’éteignais la lampe et la veilleuse me rendait compagnon d’une momie bleuâtre, mais peut-on se reposer vraiment à 10
109 commence à comprendre ce qu’il est : cela qui me rendrait acceptable ce monde.) Malheur à celui qui ne cherche pas. Malheur à c
57 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
110er pour abstraites ont au contraire le pouvoir de rendre à nos sens leur efficacité et leur étonnement. Je regarde les feuille
58 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
111hevaux de trait, car la nature marécageuse du sol rend les transports malaisés.   Souvent, après dîner, l’on repart en voitu
59 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
112’ai pas le temps de me laisser envoûter ou de les rendre esclaves, hors de quoi je ne sais pas de commerce humain qui vaille l
60 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
113n ils la bénissent, la sanctifient, et en son nom rendent grâces au ciel, alors éclate le scandale, car alors, de par la défect
114e. ⁂ Que la passion qui nous arrache ce cri, nous rende aussi lucides et efficaces ! Nous voulons rompre, et nous savons qu’i
115tions. » (Abdias II, 3-4 et 15). Ils ont prétendu rendre à Dieu ce qu’en réalité ils rendaient à César. Entraînée dans cette p
116s ont prétendu rendre à Dieu ce qu’en réalité ils rendaient à César. Entraînée dans cette politique, la théologie se fait servant
61 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
117re du monde, s’il vous plaît ! ⁂ Retour à l’essai rendu nécessaire par le besoin de mettre en ordre l’énorme quantité de fait
62 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
118r férocité ou de leur quiétude naturelles, et les rend enfin responsables dans l’obéissance à la seule force nécessaire ; to
63 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
119supposerait par là même que la doctrine de l’acte rend un compte suffisant de l’ensemble du monde. Ce serait dire qu’elle co
64 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
120 La théologie chrétienne a-t-elle pour tâche de rendre acceptable le message de l’Évangile, d’en atténuer le scandale, d’int
121t-il encore ajouter à son trouble, l’aggraver, le rendre littéralement insupportable ? Telles étaient les questions que se pos
122nce martelante (que les traducteurs ont fort bien rendue, et la tâche n’était pas facile) ; de son réalisme agressif, de cette
65 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
123emble. C’est la même précision savoureuse dans le rendu de l’esprit d’un texte, mais cela toujours grâce à des inventions poé
66 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
124s, utilisant un exemple que l’angoisse de l’heure rend particulièrement concret, celui du chômage, bornons-nous à montrer le
125 de 1921, et sans qu’aucun fait nouveau puisse en rendre un compte suffisant, la productivité par homme se met à croître avec
126 son apparence irrationnelle devrait contribuer à rendre plus frappant, nous comptons tirer, dans nos prochains numéros, les c
127’à partir du jour où elles constatent que « ça ne rend plus ». Et pour cette seule raison 4. On ne voit pas en quoi la mysti
128ref, parce que de nouveau, et pour un temps, « ça rend », les voilà tous bouche bée devant la plus inhumaine erreur de l’His
67 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
129udhoniens : c’est un malentendu. (Qu’ils prennent rendez-vous au plus vite avec nous, 23 ter, boulevard Brune.) Il y a quantit
68 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
130 de la foi, lorsque « mettant les pouces », je me rends à son ordre. 2. On comprend dès lors l’attrait que le thomisme a exer
69 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
131yeux, anéantit celle de la volonté humaine, ou la rend absolument vaine. En somme, ils les accusent de diminuer l’homme par
70 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
132e de la littérature actuelle, c’est qu’elle s’est rendue justiciable de la critique des marxistes. « L’art pour l’art » reste
133 nouveau — je n’y crois pas — je dis : de l’homme rendu à la conscience de sa liberté. Toute création suppose une liberté, ou
134ément enraciné dans la commune condition humaine. Rendez à l’écrivain la responsabilité de ses écrits, vous le rendrez aussi à
135écrivain la responsabilité de ses écrits, vous le rendrez aussi à la communauté, vous recréerez le lien vivant de l’auteur avec
136es lettres si tous les essayistes étaient tenus à rendre un compte public des fins extrêmes qu’ils escomptent pour leurs spécu
137ittérature personnaliste rétablira la hiérarchie, rendra aux moyens d’expression leur importance de moyens. La personne est to
71 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
138et joue en nous le rôle de l’homme. C’est lui qui rend l’homme visible à l’homme, et nous sculpte un visage lisible. Sur la
139nt ce qui « personnifie » le solitaire, ce qui le rend concret, c’est-à-dire présent à lui-même et aux autres dans un même é
140rieusement éprouvées, faute surtout d’une foi qui rendrait vain le plus consolant de nos rêves. C’est une tentative impie pour s
141t ce pouvoir ordonnateur, irréfutablement est là, rendu visible. J’ai fait ce pas, je puis le mesurer — mais sa grandeur pour
72 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
142re sur le mot de révolution. Le public littéraire rendit un très mauvais service aux écrivains surréalistes en les prenant pou
73 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
143besoin d’obéir à des forces invisibles et de leur rendre un culte de latrie. Tous, nous servons ces dieux, tous, nous leur obé
144nne l’étymologie. Consoler, c’est littéralement : rendre complet, unifier l’être, réunir. L’homme désespéré, l’homme sans voca
74 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
145t-on que le service que la pensée chrétienne doit rendre n’est un service rendu au monde que si d’abord il est obéissance ? Ce
146la pensée chrétienne doit rendre n’est un service rendu au monde que si d’abord il est obéissance ? Ce ne sont pas les catast
147t le monde sent nécessaire, mais que la foi seule rend possible. ⁂ Max Scheler se rattachait à l’école allemande des phénomé
148tent au sein d’un ensemble vécu. Le grand service rendu par la phénoménologie, c’est de nous avoir délivrés d’une psychologie
75 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
149es, on y a pensé. Les plus hardis parlent déjà de rendre sa place à « l’esprit »… Mais, quel esprit ? Et qui l’a laissé perdre
150sans trop de peine que ses idées sont faites pour rendre la vie impossible, puisqu’elles impliquent le martyre des braves chré
151Alors, le chat s’élève dans les airs et peu à peu rend son corps invisible, seule subsiste sa face hilare au-dessus des bour
152ce que « la crainte infinie d’un seul danger nous rendrait tous les autres inexistants ». Mais cette « crainte d’un seul danger 
153le nous reconnaît pour siens. Elle est le lieu de rendez-vous des hommes qui se fuient, eux et leur vocation. Elle n’est perso
154 masses ne venait aujourd’hui s’en prévaloir pour rendre un culte sanguinaire aux faux dieux qu’elle a suscités. « Le philosop
155inon par l’appel de la Providence ? Et comment se rendre à l’appel, si l’on pose ses conditions : « l’intelligible providence
156martyrs pour l’enseigner. C’est au sel qu’il faut rendre sa saveur, c’est à lui seul que l’on peut reprocher d’être insipide.
76 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
157mune. Mais cet aspect-là, qui suffit d’ailleurs à rendre le livre passionnant et presque obsédant, ne suffit pas à expliquer l
158riel incomparable. Car, voyez-vous, Bell… rien ne rend aussi dur et aussi ardent que le malheur. Rien ne rend aussi brave et
159aussi dur et aussi ardent que le malheur. Rien ne rend aussi brave et aussi passionné, aussi modeste, aussi patient et aussi
160aine, au sens du péché concret de l’homme. Et qui rendent à notre jugement une rigueur qui se perdait à soupeser des objets tro
77 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
161i renonce à créer, qui renonce à souffrir, qui se rend sourd à la question des choses en même temps qu’à la question de Dieu
162ommuns de l’orgueil romantique. On a coutume d’en rendre Rousseau responsable. Mais c’est à ses disciples qu’il faudrait s’en
78 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
163ienne. Cette indifférence est si profonde qu’elle rend parfois inefficaces non seulement des affirmations renouvelées du dog
164s il suffit parfois de quelques phrases, d’un mot rendu à son vrai sens, pour orienter le débat intérieur, pour donner à tell
79 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
165nces », comme disait Péguy. Et dix fois, en me le rendant, « Je ne vous dirai pas à quelle heure je l’ai terminé cette nuit ».
80 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
166 au calvinisme le plus strict. Par là même, il se rend plus directement accessible au lecteur français. Essayons de marquer
81 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
167tellectuel (le style admirable de ces pages a été rendu aussi bien qu’il était possible par le traducteur). Mais il ne s’agit
168urait trop insister sur l’utilité de ce livre. Il rendra vaines, désormais, les introductions que les différents traducteurs n
82 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
169t souvent que des acteurs. Seule la foi peut nous rendre actifs lorsqu’elle nous engage dans une relation concrète avec le pro
83 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
170 ne voyions notre Rédempteur qui approche, et qui rendra, selon sa justice, oppression à ceux qui nous oppressent, et relâche
84 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
171 et n’ont pas qualité pour le savoir. Puis, on le rend à la liberté. Toute l’histoire sera celle, non pas du procès, qui n’a
85 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
172ssimuler la brutalité de cette action, et pour la rendre populaire, on eut recours à des mots d’ordre véritablement humains, m
173véritablement humains, mais que cette action même rendait inefficaces : l’Égalité parut glorieusement encadrée par la Liberté e
174galisation était une atteinte à la liberté, et la rendait humainement impossible au moment même où elle l’imposait sur le plan
175autre part, et ceci est plus grave, l’égalisation rendait impossible toute fraternité véritable. Elle introduisait en effet, da
176conflits en supprimant les différences, aboutit à rendre les différences insupportables et scandaleuses. L’homme cessa de croi
177c le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antagonismes féconds pour l’ensemble du corps social. Elles ch
178re part elle a pour but de les dépasser et de les rendre créatrices. Le type même d’une telle tension est celle qui s’établit
179a pas de prononcer un mot auquel il est urgent de rendre son prestige et sa valeur d’appel. L’héroïsme véritable, c’est la poi
86 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
180 service commandé qui éclate dans ces discours ne rend que plus sensible l’impuissance du régime à se sauver par ses propres
87 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
181rofil, je veux dire par la tension que son visage rendait visible, ou mieux, imposait à la vue, comme l’image même de la « pers
88 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
182chair, c’est de refuser Dieu, même alors qu’il se rend visible. Et ce n’est point parmi les morts qu’il nous faut chercher l
89 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
183besoin d’obéir à des forces invisibles et de leur rendre un culte de latrie. Tous, nous servons ces dieux, tous, nous leur obé
184nne l’étymologie. Consoler, c’est littéralement : rendre complet, unifier l’être, réunir. L’homme désespéré, l’homme sans voca
90 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
185e facilement les primaires, et qui, d’autre part, rend toute critique malaisée. On ne sait jamais très bien, en présence d’u
186e — qui n’est pas celle de Marx lui-même — tend à rendre l’homme irresponsable, obéissant aux seules lois que lui révèle la sc
187évèle la science, nouvelle théologie. Elle tend à rendre les hommes interchangeables, parce que sans vocation personnelle, san
91 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
188’il se sait perdu. Je dis que seul ce paradoxe le rend humain, le fait humain : car si l’homme peut se voir perdu, c’est qu’
92 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Sur la devise du Taciturne
189de l’individualisme anarchique ; point de vue qui rend absurde le fait même d’être né, c’est-à-dire d’avoir été « mis au mon
190un désespoir tellement « substantiel » qu’il nous rende à leur tour intenables les dernières ruses de la sécurité. ⁂ Qu’est-c
191nsemble des relations humaines, la foi est ce qui rend la vie impossible (par ses exigences absolues), tandis qu’au contrair
93 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Note sur un certain humour
192n pauvre pantin du hasard ! Vienne l’échec, il en rend grâces à Dieu. À cause de l’échec ? Non point ; mais parce que cet éc
193hrist. Ce fait existe. Mon action consiste à m’en rendre contemporain. Au terme de mon action, il y aura un échec ou un succès
94 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
194n ils la bénissent, la sanctifient, et en son nom rendent grâces au ciel, alors éclate le scandale, car alors, de par la défect
195e. ⁂ Que la passion qui nous arrache ce cri, nous rende aussi lucides et efficaces ! Nous voulons rompre, et nous savons qu’i
196 nations. » (Abdias, 3-4 et 15.) Ils ont prétendu rendre à Dieu ce qu’en réalité ils rendaient à César. Entraînée dans cette p
197s ont prétendu rendre à Dieu ce qu’en réalité ils rendaient à César. Entraînée dans cette politique, la théologie se fait servant
95 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Humanisme et christianisme
198yeux, anéantit celle de la volonté humaine, ou la rend absolument vaine. En somme, ils les accusent de diminuer l’homme par
96 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
199ctrines, à leurs suppositions fondamentales. Pour rendre pleinement justice à une doctrine totale, qui englobe non seulement l
200C’est dire aussi que je ne puis, pour mon compte, rendre pleinement justice au communisme. Je puis discuter sa théorie économi
201sente dans l’acte initial, elle ne sera nullement rendue possible par les moyens mis en œuvre37. Je veux simplement ici mettre
202avail du brigadier de choc est d’abord un service rendu à la collectivité. Mais cela ne fait qu’aggraver l’opposition. En con
203mes objets. Le grand service que le marxisme peut rendre aux chrétiens, est là. Il a fait apparaître aux yeux d’une chrétienté
204 charité bien ordonnée que celle qui commence par rendre à Dieu ce qui est à Dieu. Sinon, César lui-même pâtira. 36. Causeri
97 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
205ssimuler la brutalité de cette action, et pour la rendre populaire, on eut recours à des mots d’ordre véritablement humains, m
206véritablement humains, mais que cette action même rendait inefficaces : l’Égalité parut glorieusement encadrée par la Liberté e
207galisation était une atteinte à la liberté, et la rendait humainement impossible au moment même où elle l’imposait sur le plan
208autre part, et ceci est plus grave, l’égalisation rendait impossible toute fraternité véritable. Elle introduisait en effet, da
209conflits en supprimant les différences, aboutit à rendre les différences insupportables et scandaleuses. L’homme cessa de croi
210c le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antagonismes féconds pour l’ensemble du corps social. Elles che
211e part, elle a pour but de les dépasser et de les rendre créatrices. Le type même d’une telle tension est celle qui s’établit
212a pas de prononcer un mot auquel il est urgent de rendre son prestige et sa valeur d’appel. L’héroïsme véritable, c’est la poi
98 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
213nt, que nos « utopies ». Ou sinon je devrais vous rendre responsables de la crise actuelle ? Mais tranquillisez-vous, je n’y s
99 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
214centres nerveux » d’un pays, dont il s’agit de se rendre maître, ne sont pas seulement ceux du régime actuel, mais surtout ceu
100 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
215t toute activité libre et spontanée, l’Église lui rend sa dignité humaine d’individu en même temps que son rôle actif de per
216ière que par cela je ne sois nullement empêché de rendre à Dieu le service que je lui dois par ma vocation. » C’est à ma conna