1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1ou ennuyeux, que ce soit l’idée de la mort ou les soucis politiques, sociaux, etc., et il ne met de la gravité que dans les ch
2 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cassou, La Clef des songes (août 1929)
2e serait fait que de ces intermèdes ; pur de tout souci de vraisemblance extérieure ; qui ne serait qu’invention, qui invente
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
3nce insouciante ? Qu’est-ce qui ressemble plus au souci quotidien des grandes personnes ? Mais l’enfance est ailleurs. Je rev
4. Ce malaise inavouable, cette règle méchante, ce souci qui renaît chaque jour, je pense que tout cela tient trop de place da
4 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
5s appelle. Sur les tenants d’un ordre délabré, le Souci tend son aile mortifère, — la « Frau Sorge » de notre Goethe. De tout
5 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
6econnaît la Vie au travers de sa mort. Si, par un souci peut-être vain, en tous cas dangereux, de simplification formelle, no
6 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
7ais. On lit cette littérature pour « échapper aux soucis quotidiens »12, pour éviter, en fait, de résoudre le drame. Et c’est
8e est toujours originale quand elle est. Son seul souci est d’être, le plus fidèlement. C’est à partir d’elle seule qu’un art
7 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
9ment louer l’auteur de conserver à chaque page le souci des références à l’actuel. La description qu’il fait de l’homme moder
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
10Histoire fait trembler et qui se réfugie dans les soucis publics comme on va voir un film pour s’oublier dans un drame fictif,
9 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
11s réalités artificielles qui énervent nos vies de soucis dégradants. J’ai fait lire ce livre à des gens de toutes conditions,
10 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
12Chez Louis XIV comme chez Hitler, ce n’est pas un souci d’unité religieuse qui domine : la religion leur est simple prétexte 
11 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — En dernier ressort
13onnés au vrai but assigné à la vie de l’homme. Le souci des moyens et de leur convenance à l’idéal qu’on sert peut sembler tr
12 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Note sur un certain humour
14s qu’on voit aux pieuses gens chargées de trop de soucis généraux. Un homme qui se connaît entièrement dépendant de la grâce d
15lle qui réussit. Vous avez tort de vous mettre en souci pour les humains tels que nous les voyons : ils se moquent bien de vo
13 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
16roblèmes d’éducation furent dès le début le grand souci des Réformés. Calvin fonde le Collège de Genève en pleine période de
14 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
17ancunes, y priment nécessairement toute espèce de souci de la cité dans son ensemble, et de son destin créateur. Et quand tou
15 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
18de nos vies, abandonnées, il faut l’avouer, à des soucis d’un tout autre ordre27. L’esprit paraît d’autant plus spirituel, et
16 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
19longtemps, l’astrologie et la théologie. Un grand souci paraît dans toute son œuvre : il veut être clair, et utile. Clair ne
17 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
20e, de vos affaires ; — Ne me fourrez pas dans vos soucis. » La mauvaise humeur est sans doute la caractéristique générale des
18 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
21aintenir dès lors un édit sans objet ? Ce délicat souci de légalité, si l’on ne peut aller jusqu’à dire qu’il honore Louis XI
19 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
22ssion. C’est l’homme qui délègue à la majorité le souci de ses décisions. Et dans ce sens précis, il faut bien dire que les p
20 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
23mes catholiques. Je comprends parfaitement à quel souci très légitime d’honnêteté, à quelle crainte très légitime de me voir
21 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
24ualisme dogmatique nous faisait perdre l’émouvant souci. À cet égard, on peut bien dire que M. Monod revient de loin. Les Sol
22 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
25sèque. Personne peut-être n’a si jalousement pris souci de dire au bon moment ses vérités inactuelles. De là le rythme singul
23 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
26chie des valeurs : simplement, ils n’en ont aucun souci. Ils se font les agents de publicité des grandes maisons. Ils parlent
24 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
27ancunes, y priment nécessairement toute espèce de souci de la cité dans son ensemble, et de son destin créateur. Et quand tou
25 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
28 Certes on peut dire que Robespierre eut aussi le souci d’une ligne générale à défendre contre droites et gauches, mais un Hé
26 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Importance de la notion de commune mesure
29 elle nous rend ses esclaves. Elle poursuit, sans souci des fins dernières de l’homme, son œuvre de division réelle et d’orga
27 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
30ard, chacun joue sa partie comme il le peut, sans souci de la règle commune, et la terreur domine cette anarchie, distribuant
28 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
31us « naturel » à l’intellectuel bourgeois que son souci d’impartialité méthodique, vertu de laboratoire, dont on fait à peu p
29 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
32es pour le langage et l’expression en général. Le souci de savoir ce qu’on dit est un des moindres de l’époque. Il paraît mêm
30 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
33l quotidien de mes contacts avec les gens, ou des soucis de mon état. Je ne pensais pas en faire un livre. Et pourtant ce n’ét
31 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
34s de construction, de reprise à pied d’œuvre ; un souci de l’action possible ou nécessaire, mais par les moyens propres de l’
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
35 questions ; mais que s’il garde en même temps le souci d’expliquer qui nous sommes à nos voisins, c’est peut-être que notre
33 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
36ue lorsqu’il sent qu’il est en communion avec les soucis de la nation, sa vie réelle et sa nature profonde. Mais un tel redres
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
37s quinze jours. Pour la raison très simple que le souci du lendemain provisoirement écarté, je serais tombé dans le journal i
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
38ettra de passer trois mois ou quatre sans trop de soucis matériels. La vie paraît un peu moins chère dans ce pays-ci que dans
39ire les journaux, est actuellement dominée par le souci des élections académiques et des retraites aux sexagénaires. Eh bien 
40ant. Il est encore un peuple au monde pour qui le souci de se montrer humain prime cette volonté de puissance et ce culte du
36 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
41-ce pas encore une tentation de la passion que ce souci des lendemains qui obsède aujourd’hui tant de fronts ? Notre vie ne s
37 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
42ts contradictoires, notés au jour le jour et sans souci de leur possible insignifiance5. Le mieux sera sans doute d’envisager
43ut. Je ne dis pas cela, comme on le croirait, par souci d’impartialité. Un général qui étudie le terrain de sa bataille décis
44, tout votre romantisme ! Mais vous avez d’autres soucis… Que vous dirai-je ? Je ne puis pas aimer ce qui vous blesse. Ai-je l
38 1938, Journal d’Allemagne. Les jacobins en chemise brune
45(Certes on peut dire que Robespierre eut aussi le souci d’une ligne générale à défendre contre droites et gauches, mais un Hé
39 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
46 de penser, d’aller et venir, et d’entretenir nos soucis, nos plaisirs personnels. Combien de temps encore, combien de semaine
40 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
47es qui l’habitent. Ce n’est pas la somme de leurs soucis et de leurs plaisirs, mais le sens qu’ils découvrent à l’existence, à
41 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
48ssionnées. Ce jeune écrivain suisse, qui joint le souci de l’actualité et le goût des questions sociales à la lucidité sensib
42 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
49is vous savez très bien que Zurich seule garde le souci de la vieille foi, celle des saints apôtres et de nos ancêtres ! Car
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
50nt, ce n’est pas toujours par ignorance, mais par souci de m’en tenir à l’essentiel. Les spécialistes me pardonneront-ils d’a
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
51roman sans obstacles. On les multiplie donc, sans souci d’une invraisemblance que le désir de romantisme rend insensible. Ain
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
52lus, s’oppose ici à celle du gaspillage, comme le souci de préserver le passé à celui de faire table rase pour construire que
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
53-ce pas encore une tentation de la passion que ce souci des lendemains qui obsède aujourd’hui tant de fronts ? Notre vie ne s
47 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
54re, d’amour des âmes. Si nous avons ce zèle et ce souci, l’atmosphère un peu renfermée de certaines de nos paroisses se dissi
55role qui devrait libérer plus d’un pasteur de ses soucis, et résoudre en partie le problème du samedi soir… Encore faut-il que
56s associations comme les autres. Avoir ensuite le souci de « désembourgeoiser » notre atmosphère, notre ton, nos manières de
48 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
57royez, mais nous savons ! ») Ceci explique que le souci central de Gide ait été de débarrasser son christianisme de toutes le
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
58e unité d’intention : ils sont tous nés d’un même souci de la personne et de son rôle dans la communauté ; et tous, ils s’adr
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
59roblèmes d’éducation furent dès le début le grand souci des Réformés. Calvin fonde le Collège de Genève en pleine période de
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
60ée, un public dont j’ignorais et le visage et les soucis, et devant lequel je m’étais engagé à disserter de la culture… Un sen
52 1940, Mission ou démission de la Suisse. Neutralité oblige, (1937)
61 questions ; mais que s’il garde en même temps le souci d’expliquer qui nous sommes à nos voisins, c’est peut-être que notre
53 1940, Mission ou démission de la Suisse. Esquisses d’une politique fédéraliste
62individus qui les composent, gardent le droit, le souci et le goût de se rattacher à plusieurs organismes supra-régionaux. Je
54 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
63politique est alourdie et comme paralysée par des soucis budgétaires de cet ordre, traduisant cette échelle de valeurs. Et je
64es43. Il est temps que la Suisse comprenne que le souci de son économie ne saurait plus servir d’excuse à l’absence de vues p
55 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
65flexion et non pas des phrases pathétiques. Et ce souci constant de l’humanité du citoyen, qu’il s’agisse des nationaux ou de
56 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
66it que l’on calme en grattant du papier, sans nul souci des conséquences. Mais ceux qui écrivent pour mieux savoir endossent
57 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
67’imagination. Car aussitôt nous voici délivrés du souci monstrueux des fins dernières de notre destinée, du souci même de not
68nstrueux des fins dernières de notre destinée, du souci même de notre orgueil, qui nous accable inconsciemment. Quoi qu’il ar
69 lui-même ne nous appartient pas, non plus que le souci de la victoire décisive. Car ainsi qu’on le lit dans l’Épître de Jude
58 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
70istoire fait trembler, et qui se réfugie dans les soucis publics comme on va voir un film pour s’oublier dans un drame fictif,
59 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Le Journal d’André Gide
71royez, mais nous savons ! ») Ceci explique que le souci central de Gide ait été de débarrasser son christianisme de toutes le
60 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
72iscrètes, me racontaient leur vie sans le moindre souci de se faire bien ou mal juger, m’appelaient par mon prénom au bout de
61 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
73out à l’autre de l’année. Une bonne partie de ses soucis, de ses inventions, de ses dépenses, vont à neutraliser les sautes d’
62 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
74ièrement frappant dans les pays protestants où le souci de rattacher tout travail de culture à une théologie stricte a entièr
63 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
75es lâchetés de frileux. Enfin, apprenons d’eux le souci d’être dignes non seulement d’un passé qui nous a faits, mais surtout
64 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
76les résoudre à des factions irréductibles dont le souci dominant est de continuer le jeu, sans espoir bien sérieux de gagner
65 1946, Journal des deux Mondes. Le bon vieux temps présent
77 de penser, d’aller et venir, et d’entretenir nos soucis, nos plaisirs personnels. Combien de temps encore, combien de semaine
66 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
78es qui l’habitent. Ce n’est pas la somme de leurs soucis et de leurs plaisirs, mais le sens qu’ils découvrent à l’existence, à
79z certain et assez glorieux pour disqualifier nos soucis, tout serait à chaque instant libre et allègre, ouvert sur la seule g
67 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
80la vie au grand air. Et tout se passe comme si le souci de l’hygiène, et celui de l’épargne dans tous les domaines, tuaient e
68 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
81t au contraire nous donner la vraie mesure de nos soucis, de nos misérables cafards, de nos craintes dérisoires et mesquines.
69 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
82raît. Je veux dire que l’on sent chez vous un tel souci de la forme durable… » Eux, c’est un certain dynamisme, une certaine
70 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
83 appuyé des nuits brûlantes, profond massage, les soucis de naguère se détendent, s’étalent — c’étaient des crispations de l’ê
84eule de mes douze conférences. L’hiver ramène ses soucis. Mais il est des plus modérés. 4 août 1941, Estuaire de la Plata
71 1946, Journal des deux Mondes. Solitudes et amitiés
85out à l’autre de l’année. Une bonne partie de ses soucis, de ses inventions, de ses dépenses, vont à neutraliser les sautes d’
72 1946, Journal des deux Mondes. Virginie
86rtains avantages sensibles, ou simplement par des soucis accumulés ? Est-ce que l’on se sent follement puissant, ou au contrai
73 1946, Lettres sur la bombe atomique. La guerre est morte
87t collectif, après des années de discipline et de souci. L’explosion vitale et délirante qui devait marquer la fin d’une ère,
74 1947, Doctrine fabuleuse. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
88fique, qui se distingue du langage courant par le souci de contrôler ses conventions. Mais ce n’est pas là le seul mode d’exp
89nséquence. Mais si je parle en paraboles, je n’ai souci que d’une certaine orientation. C’est à partir du terme, encore une f
75 1947, Doctrine fabuleuse. La gloire
90ochain. L’individu qui cherche la gloire n’a plus souci ni même conscience du voisin qu’il pourrait aider (c’est le prochain)
76 1947, Doctrine fabuleuse. La fin du monde
91s hommes s’aperçoivent que leurs efforts et leurs soucis se tournaient vers ce qui n’est rien, vers une Absence douloureuse, a
77 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
92iscrètes, me racontaient leur vie sans le moindre souci de se faire bien ou mal juger, m’appelaient par mon prénom au bout de
78 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
93t, l’occasion, ou le but précis que l’on vise. Le souci primordial de l’écrivain français digne du nom, c’est de durer par un
79 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
94ricain, c’est justement pour libérer la femme des soucis qui l’absorbent chez nous. Il est étrange que nous parlions toujours
80 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
95es lâchetés de frileux. Enfin, apprenons d’eux le souci d’être dignes non seulement d’un passé qui nous a faits, mais surtout
81 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
96it : « Où en es-tu ? qui vois-tu ? quels sont tes soucis ? » Et puis, après ce petit tour d’horizon, on s’arrête et l’on deman
82 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
97l y a peu de grandes visions dans notre temps. Le souci des intérêts immédiats et surtout la peur de la guerre nous empêchent
83 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
98 par une croissante division du travail et par le souci de réalisations limitées mais rapides. Que devient, dans cet ensemble
99Et l’on ne saurait qu’y applaudir. Cependant, le souci des succès immédiats, qui nous est imposé par la crise de l’Europe, n
84 1953, La Confédération helvétique. La famille et l’éducation
100ifique, mais vingt au moins. C’est ensuite que le souci éducatif est comme diffus dans toute l’atmosphère suisse, famille, so
85 1953, La Confédération helvétique. La vie religieuse
101tithèses irréductibles. Son esprit juridique, son souci de bien distinguer les prérogatives de l’Église de celles de l’État,
102’est-à-dire les radicaux, ont été conduits par le souci d’éliminer le plus possible l’influence politique des confessions : s
103 possible l’influence politique des confessions : souci bien compréhensible, puisqu’ils sortaient d’une guerre civile d’origi
86 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
104ent dans l’Histoire. Il semble que leur principal souci soit de s’intégrer dans une évolution qu’ils déclarent « nécessaire »
87 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
105 « pèlerinages musicaux » sera développée dans un souci de qualité culturelle. Un bulletin périodique d’informations destiné
88 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
106ser son horizon restreint, de s’affranchir de ses soucis privés (en temps de guerre), de se sentir comme transporté dans une e
89 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
107mande qu’à « s’élever » dès qu’il est délivré des soucis quotidiens. La preuve qu’il n’en est rien, c’est que nos plus grands
90 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
108 consacrés à leurs problèmes, témoignant de notre souci constant d’animer, dans le champ si vaste et presque vierge de l’éduc
91 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
109ure de ce qu’elles étaient en Europe. Aux USA, le souci du respect de l’individu triomphe dans l’enseignement, au point d’y p
110stes sont les seuls parmi nous qui aient gardé le souci de former des élites, des « cadres », si l’on veut, de responsables,
92 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
111outes. Mais cela montre en tout cas que le double souci de spécifier les programmes sans renoncer aux échanges, de donner un
112ns renoncer à son caractère international, est le souci normal de toute entreprise européenne digne du nom. Ceci dit, les tro
93 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Promesses du Marché commun [Avant-propos] (décembre 1957)
113ective générale d’une politique de civilisation — souci majeur du Centre européen de la culture. M. Raymond Racine a dirigé l
94 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
114 s’y trouvent tellement noyés que personne n’a le souci de les dater. C’est un mouvement exactement contraire qui s’est produ
95 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
115uliser leurs ennemis politiques, et cela sans nul souci du ridicule qu’ils se trouvent jeter du même coup sur leur propre cor
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
116urvu de sensibilité au sens du xviiie siècle, de souci moralisateur ou d’esprit révolutionnaire, ignorant la curiosité, il n
97 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
117ser son horizon restreint, de s’affranchir de ses soucis privés (en temps de guerre), de se sentir comme transporté dans une e
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
118 s’y trouvent tellement noyés que personne n’a le souci de les dater. C’est un mouvement exactement contraire qui s’est produ
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
119mande qu’à « s’élever » dès qu’il est délivré des soucis quotidiens. La preuve qu’il n’en est rien, c’est que nos plus grands
100 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
120litique quelconque, loin de là ! Elle n’a d’autre souci que celui de son tirage. Mais elle décide elle-même, sans nulle enquê