1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1édifier aucun système. Le livre se termine par un voyage à Jérusalem : le christianisme n’est-il pas le plus beau don de l’Ori
2 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
2nt au-dessus des rues parcourues de longs cris en voyage. Je me sentis perdre pied délicieusement. Et de cette nuit peut-être,
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
3. Car il semble aujourd’hui que ce globe dans son voyage « est arrivé à un endroit de l’éther où il y a du bonheur ». Vous rec
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
4avant-guerre ; un film japonais ; Entr’acte et le Voyage imaginaire, de René Clair. La Mort de Phèdre (environ 1905) : quelqu
5parle pas du miracle genre conte de fée, comme le Voyage imaginaire en montre (beaucoup trop à mon gré). Qu’une sorcière trans
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
6e rimait avec maîtresse. École savait le mythe du voyage, et qu’on ne manque pas le train bleu d’un désir. Elle était donc ven
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
7plaisir, plus rarement, de quoi se payer un petit voyage. C’est l’aveu d’une faiblesse secrète. Et c’est une réaction de défen
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
8je ne représente aucun parti, aucune firme. Je ne voyage pour personne. Je ne prétends pas même parler au nom de ma génération
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9 Voyage en Hongrie I (octobre 1930)bh à Albert Gyergyai. 1. Le dormeur
10range nuit d’un autre bal et cette perspective de voyage au hasard et commencé dans l’insomnie — vrai voyage à dormir debout…
11yage au hasard et commencé dans l’insomnie — vrai voyage à dormir debout… …………………………………………………………………………………………………………… Le monde r
12s seulement que tout y a son écho le plus pur. Le voyage trompe un temps cette angoisse. J’irai chercher moi-même, me suis-je
13s angoisse… 4. De midi à quatorze heures On voyage de nos jours d’une façon « rationnelle », c’est-à-dire que les Cook’s
14’on parlait français. J'expliquais donc que je ne voyage qu’au hasard, et pour rien ni personne. Sur quoi : « Monsieur a du te
15u Sujet Je crois qu’il faut que je raconte mon voyage « à la suite », renonçant à écrire d’abord les chapitres qui en ont e
16re, aggraver le cas ?) Or l’intérêt d’un récit de voyage ne réside pas dans sa vérité générale, mais bien se réfugie dans sa p
17et : on est sujet. Et tout ceci n’est rien que le voyage du Sujet à la recherche de son Objet, — en passant par la Hongrie. — 
18n éclat. Alors je m’en vais oublier le But de mon voyage, — qui est sa cause. Je vais feindre de prendre au sérieux ce que je
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
19 Voyage en Hongrie II (novembre 1930)bj 11. Le retour d’Esztergóm Il
20me une caresse indéfinie de la puissance. Soir de voyage, tout enfiévré d’orgueil errant, de conquêtes vagues… Tout ce qui est
21tôt emmener ce désir, comme un tendre souvenir de voyage, et partir en croyant qu’ici la vie a parfois moins de hargne… Déjà j
22 de cette hurlante bousculade sur place qu’est un voyage en express. Mais je ne trouvais pas la pente de mon esprit, et tout e
23d’œuvres sablonneuses. Je composais un traité des voyages : les titres en étaient de Sénèque ou de Swift, et je voyais très bie
24 de vivre. La maladie aussi. Rien ne ressemble au voyage comme la maladie. C’est la même angoisse au départ, le même dépayseme
25. Voyager — serait-ce brouiller les horaires ? Le voyage est un état d’âme et non pas une question de transport. Un vrai voyag
26âme et non pas une question de transport. Un vrai voyage, on ne sait jamais où cela mène, c’est une aventure qui relève de la
27(Encore un qui se réveille dans ma tête.) — On ne voyage jamais que dans son propre sens ! — Mais il faut voyager pour découvr
28r ! La vie est presque partout la même… — Mais en voyage on la regarde mieux. — La vie… (une sorte de cauchemar de la pensée,
29que infiniment variable, indéterminé. Et c’est le voyage qui me fixe. Je rayonnais, on me dessine. Mais en même temps, j’ai dé
30endant, « rien à déclarer » après des semaines de voyage ? Cela va paraître improbable. On a dû voir sur moi que je le cherche
31geant à cette minute et à d’autres semblables, en voyage, je me dis que c’est de là que j’ai tiré le sentiment d’absurdité fon
32similitude… Oh ! bien peu ! Mais qu’est-ce que ce voyage, si tu songes à tous les espaces à parcourir encore dans ce monde et
10 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
33… ⁂ Le reste de la vie, c’est toujours entre deux voyages d’Allemagne. Cela se passe actuellement dans un hôtel tragi-comique e
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
34tude qu’il manifeste et commente. Son sujet : le voyage d’un jeune normalien marxiste. Citons quelques phrases qui donneront
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
35eyserling (avril 1931)f L’auteur du Journal de voyage d’un philosophe, d’Analyse spectrale de l’Europe, de Psychanalyse de
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
36ue anxiété comment il ferait face aux dépenses du voyage, il décida de vendre ses livres. Mais son retour au foyer provoque d
14 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
37Pour guérir de Descartes, il n’est que d’aimer en voyage : l’on découvre bientôt que rien n’est comparable. Quel était ce beso
15 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
38 Voyage en Hongrie À Albert Gyergyai i Le dormeur au fil de l’eau O
39 du bal et cette perspective invraisemblable d’un voyage au hasard commencé dans l’insomnie — vrai voyage à dormir debout… Le
40 voyage au hasard commencé dans l’insomnie — vrai voyage à dormir debout… Le monde renaît dans des accords. Une mélodie hongr
41s seulement que tout y a son écho le plus pur. Le voyage trompe un temps cette angoisse. J’irai chercher moi-même, me suis-je
42 angoisse. iv De midi à quatorze heures On voyage de nos jours d’une façon « rationnelle », c’est-à-dire que les Cook’s
43’on parlait français. J’expliquais donc que je ne voyage qu’au hasard, et pour rien ni personne. Sur quoi : « Monsieur a du te
44u sujet Je crois qu’il faut que je raconte mon voyage « à la suite », renonçant à écrire d’abord les chapitres qui en ont e
45re, aggraver le cas ?) Or l’intérêt d’un récit de voyage ne réside pas dans sa vérité générale, mais bien se réfugie dans sa p
46et : on est sujet. Et tout ceci n’est rien que le voyage du Sujet à la recherche de son Objet, — en passant par la Hongrie. —
47n éclat. Alors je m’en vais oublier le But de mon voyage, — qui est sa cause. Je vais feindre de prendre au sérieux ce que je
48me une caresse indéfinie de la puissance. Soir de voyage, tout enfiévré d’orgueil errant, de conquêtes vagues… Tout ce qui est
49tôt emmener ce désir, comme un tendre souvenir de voyage, et partir en croyant qu’ici la vie a parfois moins de hargne, et les
50 de cette hurlante bousculade sur place qu’est un voyage en express. Mais je ne trouvais pas la pente de mon esprit, et tout e
51d’œuvres sablonneuses. Je composais un traité des voyages : les titres en étaient de Sénèque ou de Swift, et je voyais très bie
52 de vivre. La maladie aussi. Rien ne ressemble au voyage comme la maladie. C’est la même angoisse au départ, le même dépayseme
53. Voyager — serait-ce brouiller les horaires ? Le voyage est un état d’âme et non pas une question de transport. Un vrai voyag
54âme et non pas une question de transport. Un vrai voyage, on ne sait jamais où cela mène, c’est une aventure qui relève de la
55(Encore un qui se réveille dans ma tête.) — On ne voyage jamais que dans son propre sens ! — Mais il faut voyager pour découvr
56! — La vie est presque partout la même… — Mais en voyage on la regarde mieux. — La vie… (une sorte de cauchemar de la pensée,
57que infiniment variable, indéterminé. Et c’est le voyage qui me fixe. Je rayonnais, on me dessine. Mais en même temps, j’ai dé
58endant, « rien à déclarer » après des semaines de voyage ? Cela va paraître improbable. On a dû voir sur moi que je le cherche
59geant à cette minute et à d’autres semblables, en voyage, je me dis que c’est de là que j’ai tiré le sentiment d’absurdité fon
60e similitude… Oh ! si peu ! Mais qu’est-ce que ce voyage, si tu songes à tous les espaces à parcourir encore dans ce monde et
16 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
61nxiétés. J’aimerais échanger mon costume clair de voyage contre leurs vêtements et leur casquette, me prouver que vraiment je
62. ⁂ Le reste de la vie, c’est toujours entre deux voyages d’Allemagne. On peut s’éprendre d’une telle absence, qui vient au lie
17 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
63 la fraîcheur sobre. L’on s’éveille enfin du long voyage nocturne, les yeux cessent de cligner, le corps se détend. Là devant,
18 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
64cès, dans cet ordre, est allé au livre de Céline, Voyage au bout de la nuit, chef-d’œuvre de « documentaire », mauvais roman…
19 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
65ue l’on n’échappe point à soi-même. Inutilité des voyages. Mais Proust nous persuade qu’on ne s’atteint jamais. Et les philosop
20 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
66re de famille en liberté dont il assaisonnait ses Voyages en zigzag pour amuser son pensionnat, mais plutôt à ces albums illust
21 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
67s les alpinistes et de tous ceux qui ont fait des voyages à pied. Cela ne peut pas être expliqué par les dispositions prises au
22 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
68iblement ces limites, voilà la vraie leçon de nos voyages en Palestine, réels ou figurés. Nous ne pouvons nous empêcher d’imagi
23 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
69ment, au pas de son âne, qu’il eut trois jours de voyage et qu’il lui fallut un peu de temps pour fendre le bois, lier Isaac e
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
70hrases : l’une prononcée par Gide au début de son voyage, l’autre écrite au retour en France. Point de départ : « Le sort de l
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
71ement. C’est une joie qui vaut bien les ennuis du voyage, le temps perdu et les fatigues, bien qu’elles paraissent souvent vai
26 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
72cond Faust, mais aussi de ces pages du Journal de voyage en Italie où, par exemple, il rapporte à madame de Stein comment les
73ses membres une nombreuse suite pour leur dernier voyage. L’autre, c’est la Société coopérative de panification, réunissant da
74 des partis politiques. Et que dire maintenant du voyage lui-même ? C’est une résurrection de ce que Vigny pleurait, la poésie
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
75e, un gros coup de vent : voilà nos compagnons de voyage, le médecin de l’île et trois représentants de commerce, qui se préci
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
76cond Faust, mais aussi de ces pages du Journal de voyage en Italie où, par exemple, il rapporte à Mme de Stein comment les hab
77aines chez lui. Il habite à une petite journée de voyage de notre île. La leçon pratique de cette première expérience de deux
78e du petit tracteur qui nous remorquait ? Non, le voyage des contes et des rêves où l’on passe toutes les gares sans s’arrêter
79apparaître sur le quai. Je me réjouis de ce petit voyage. Il me semble que je vais découvrir un pays cent fois traversé que je
80s membres une nombreuse suite pour leur « dernier voyage ». L’autre, c’est la Société Coopérative de Panification, réunissantd
81 des partis politiques. Et que dire maintenant du voyage lui-même ? C’est une résurrection de ce que Vigny pleurait, la poésie
82 l’on a déjà su accomplir au cours d’un précédent voyage, et qui rassure… J’ai pensé plus d’une fois qu’il pourrait être utile
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
83quais de Costanza ; de stations vides au cours de voyages fatigants. L’idée de continuer au hasard vers le sud, de « tout lâche
84ement. C’est une joie qui vaut bien les ennuis du voyage, le temps perdu et les fatigues, bien qu’elles paraissent souvent vai
30 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
85 galanteries picturales. De nos jours enfin, le « voyage de noces », pour autant qu’il subsiste et garde une signification, re
31 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
86, aide bénévole aux étudiants en langues romanes, voyages, bibliothèques créées ou enrichies, concerts… « Tout cela est passé »
87cfort et des premières années de Weimar, avant le voyage d’Italie : c’est celui-là que j’aime d’une amitié vivante, et qui n’a
32 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
88ce que je sais de ce pays, après deux semaines de voyage et une centaine de conversations, je puis le lire et le relire dans l
89notre Palais fédéral — où je termine ces notes de voyage — me décourage un peu, ce soir. On dirait une école primaire démesuré
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
90l’Irlande jusqu’en Italie et en Asie Mineure. Les voyages et les rencontres des druides « cimentaient l’union des peuples celti
91ouvons un grand nombre de récits qui racontent le voyage d’un héros au pays des morts. Ce héros, Bran, Cuchulainn, ou Oisin, «
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
92rendre figure d’arguments, à cet endroit de notre voyage, du seul fait de leur trop parfaite convenance à nos définitions du m
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
93 galanteries picturales. De nos jours enfin, le « voyage de noces », pour autant qu’il subsiste et garde une signification, re
36 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
94 lui faut tout d’abord quitter le pays — un petit voyage au Canada ou au Mexique — pour rentrer deux ou trois jours plus tard
37 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
95Djie), ainsi qu’on fait parfois des souverains en voyage. Comme elle est gaie ! J’ai passé une demi-heure à causer avec elle,
38 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
96dégorgée dans l’invisible stratosphère… Quant aux voyages ? Ils vont mourir aussi, avec la poésie de la durée, de la distance e
39 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
97n tiers de la population aura été tué. Pendant le voyage, un autre tiers subira probablement le même sort. Imaginons le moral
40 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
98de Lisbonne à New York au Pacifique. Un très long voyage aujourd’hui nous ramènerait nécessairement au point de départ, après
99 prend un billet d’aller et retour. La poésie des voyages a vécu, la tragédie des départs a vécu. Mais ce qui naît, ce qui peut
41 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
100tablement oppressant… Remontons le cours de votre voyage. Puis-je vous demander où vous aviez vos assises en Amérique et quell
42 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
101 Journal d’un retour (11-12 mai 1946)k Le voyage immobile Vers le milieu du xxe siècle, les hommes firent en sorte
102gt fois plus pénible et longue la préparation des voyages. Passer d’Amérique en Europe ne demandait plus que quelques heures ?
103ontrôles épuisants, ramenant ainsi la longueur du voyage, pratiquement, à ce qu’elle était au bon vieux temps de Christophe Co
104ce cliché et ces jolies syllabes décrivent mal un voyage aérien. Car voyager, aujourd’hui, c’est attendre. Non seulement atten
43 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
105i j’essaye de situer ce pays dans le cadre de mon voyage, voici comment il m’apparaît. L’Europe ancienne s’est rétrécie à la m
106e Ligue des Peuples, préparons-nous à de nombreux voyages. La SDN ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au positif de
44 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
107nce. Berne, fin novembre 1939. (Au retour d’un voyage en Hollande.) Je l’ai pourtant quittée, cette chambre paysanne, ma
108ce que je sais de ce pays, après deux semaines de voyage, je puis le lire et le relire dans l’architecture d’Amsterdam, de Rot
109notre Palais fédéral — où je corrige ces notes de voyage, ayant fini le travail de la journée — me décourage un peu, ce soir.
45 1946, Journal des deux Mondes. Intermède
110on eut alors au Palais fédéral pour favoriser mon voyage. Mais le fait est qu’elles jouèrent dans le même sens. Le 20 août, à
46 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
111agons sont sur les rails. Parmi nos compagnons de voyage, tous ne sont pas encore très rassurés : il arrive en effet, nous dit
47 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
112çu des fonds pour un séjour de quatre mois, et le voyage aller et retour.) 14 novembre 1940 Réaction d’Européen : je dét
48 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
113 Voyage en Argentine À bord de l’Argentina, 18 juillet 1941 C’était ce
49 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
114w York, ou de New York au Pacifique. Un très long voyage aujourd’hui nous ramènerait nécessairement au point de départ, après
115 prend un billet d’aller et retour. La poésie des voyages a vécu, la tragédie des départs a vécu. Mais ce qui naît, ce qui peut
116gt fois plus pénible et longue la préparation des voyages. Passer d’Amérique en Europe ne demandait plus que quelques heures ?
117ontrôles épuisants, ramenant ainsi la longueur du voyage, pratiquement, à ce qu’elle était au bon vieux temps de Christophe Co
118e l’a donc jamais recimentée ?) Pourquoi faire ce voyage vers les lieux et les choses que toujours et partout je porte en moi 
119ce cliché et ces jolies syllabes décrivent mal un voyage aérien. Car voyager, aujourd’hui, c’est attendre. Non seulement atten
120i j’essaye de situer ce pays dans le cadre de mon voyage, voici comment il m’apparaît. L’Europe ancienne s’est rétrécie à la m
121frontières. En une semaine, aux deux bouts de mon voyage, je viens de voir du monde à peu près tout ce qu’il en reste de solid
122e Ligue des Peuples, préparons-nous à de nombreux voyages. La SDN ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au positif de
50 1946, Lettres sur la bombe atomique. La guerre est morte
123dégorgée dans l’invisible stratosphère… Quant aux voyages ? Ils vont mourir aussi, avec la poésie de la durée, de la distance e
51 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le savant et le général
124n tiers de la population aura été tué. Pendant le voyage, un autre tiers subira probablement le même sort. Imaginons le moral
52 1946, Lettres sur la bombe atomique. La pensée planétaire
125ir et sentir. Et notre époque n’est pas celle des voyages, mais seulement celle des « missions » comme on dit. Une mission ne s
53 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
126 lui faut tout d’abord quitter le pays — un petit voyage au Canada ou au Mexique — pour rentrer deux ou trois jours plus tard,
54 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
127Djie), ainsi qu’on fait parfois des souverains en voyage. Comme elle est gaie ! J’ai passé une demi-heure à causer avec elle,
128le-Angleterre. Richard Wright à Brooklyn. Saroyan voyage entre la côte du Pacifique et Broadway. Katherine Ann Porter, sudiste
55 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
129n sorte au plus vite, par une dépêche d’adieu, un voyage, un divorce. Never get involved, ne vous laissez jamais prendre au pi
130ne propriétaire de droit divin. Qu’un incident de voyage ou de service la mécontente pour quelque raison mystérieuse, elle ne
131 une chambre d’hôtel. Le seul recours est donc le voyage de Reno, comédie fort coûteuse basée sur un mensonge : l’intéressé do
132n conjoint coûte à l’autre 1 000 dollars, prix du voyage de Reno, du séjour et des avocats. L’hygiène morale de l’Amérique ne
56 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
133 de change et d’accueil (études — apprentissage — voyages d’information). Enfin, Considérant que la défense des droits de l’hom
57 1948, Suite neuchâteloise. I
134etica, merveille inaperçue du monde moderne.   Le voyage, quand j’étais enfant, c’était quitter Couvet pour Neuchâtel, le « Va
58 1948, Suite neuchâteloise. V
135, à l’avenir. Plus tard, dans les archives et les voyages, dans l’aventure et dans l’action, il ira vérifier ce qu’il rêvait. M
59 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
136ntrer ce matin même du Kashmir, après une nuit de voyage. On le disait fort irritable. J’étais en train d’admirer des jonquill
60 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
137 que pense de son côté l’Américain, rentrant d’un voyage en Europe : des Balkaniques, inefficaces, bons cuisiniers, affreuseme
61 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
138n l’inverse. Je ne parle pas seulement des grands voyages qui ont permis de relever la carte des continents et de dénombrer tou
62 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
139 que pense de son côté l’Américain, rentrant d’un voyage en Europe : des Balkaniques inefficaces, bons cuisiniers, affreusemen
63 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
140ce de Washington », confirmée à leurs yeux par le voyage d’études de M. Dulles et certains articles de Life ; enfin « l’invasi
64 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
141ce de Washington », confirmée à leurs yeux par le voyage d’études de M. Dulles et certains articles de Life ; enfin « l’invasi
65 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
142nstructives et des publications, des facilités de voyage et de vacances, et même des hôtels, dont certaines d’entre elles sont
66 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
143office postal et décidai de faire le reste de mon voyage à pied… Tout le pays reposait dans une vapeur bleue, où resplendissai
144 s’émeut lorsque le Chef du Département politique voyage autrement qu’à titre privé. En somme, ce que cette réaction toute ins
67 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
145, discours « retentissant », décision d’un parti, voyage d’un homme d’État, triomphe des Verts ou des Bleus aux élections. Cet
68 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
146donc retrouvée la Maya des hindous, au terme d’un voyage dont l’impulsion première avait pris pour tremplin la très ferme croy
69 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
147a voiture. Voyez les soins dont il l’entoure ! Il voyage à cause d’elle, il se ruine pour elle, un beau jour à cause d’elle il
148el, l’Occidental se tourne immédiatement vers les voyages, le sport, les jeux et l’érotisme. L’expérience des vacances payées n
70 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
149nsmission, modifications du corps après plusieurs voyages (« bougé »). Et si l’âme reste en route ? — Réfléchir sur la destruct
71 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
150a part des empêchements accidentels et habituels (voyages, maladie, surcharge de travail, oubli des dates limites, etc.), on se
72 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
151t il termine par une invitation à entreprendre le voyage mystique vers l’Orient. Quel est ce cosmos symbolique ? À droite, l’O
152. Lorsqu’en 1194, le comte de Champagne, dans son voyage d’Arménie, toucha le territoire des Assassins, leur grand-maître lui
73 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
153 Malabar reçoit des missionnaires chrétiens : les voyages de Thomas l’Apôtre (en 52) puis de Mar-Thomas sont peut-être une lége
74 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’exploration de la matière
154donc retrouvée la Maya des Hindous, au terme d’un voyage dont l’impulsion première avait pris pour tremplin la très ferme croy
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
155a voiture. Voyez les soins dont il l’entoure ! Il voyage à cause d’elle, il se ruine pour elle, un beau jour à cause d’elle il
156el, l’Occidental se tourne immédiatement vers les voyages, le sport, les jeux, et l’érotisme. L’expérience des vacances payées
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
157, que l’Asie s’industrialise, et que le temps des voyages cesse de nous séparer (nous faisons en un jour d’avion un trajet qui
77 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
158itions se sont rendues sur Mars et sur Vénus. Les voyages dans la Lune sont devenus simple routine. De luxueux hôtels y ont été
159 desservis par plusieurs compagnies nationales de voyages interplanétaires. Tous ces lieux de villégiature sont équipés d’immen
160e, habitées en permanence, terminus des lignes de voyages interplanétaires. » (Discours de Dr. Werner von Braun aux fêtes du ce
78 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
161que. Notes de Musil, pour un chapitre intitulé Le Voyage au Paradis : C’est notre destin : peut-être aimons-nous ce qui est i
162s la place de l’Île de la passion mortelle. Et le Voyage au Paradis de l’ancienne ébauche fût devenu le « Voyage vers Dieu » a
163 au Paradis de l’ancienne ébauche fût devenu le « Voyage vers Dieu » auquel font allusion plusieurs notes pour le livre. Au te
79 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
164avait bien connus lui-même ou rencontrés dans ses voyages innombrables en Europe, en Russie, en Inde. Il ne cessait de mettre e
80 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
165s ou confessées de part et d’autre à la veille du voyage de K. en Amérique, on pouvait et l’on devait s’attendre à ce qui s’es
166culés, l’émotion réelle au départ, et ce récit du voyage fait au bon peuple de Moscou sur le ton du paysan qui revient de la v
167 de Camp David symbolise au mieux la portée de ce voyage fabuleux, dont on n’a pas encore bien mesuré jusqu’à quelles profonde
168rêts immédiats du capitalisme aux abois. Après le voyage de K. les peuples vont sentir — très lentement et d’abord inconsciemm
169a Lune.)   Les grandes masses se dessinent. — Le voyage de Khrouchtchev a certainement donné des résultats beaucoup plus impo
81 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
170llectuelle doit s’ensuivre. Il faut avouer que le voyage de Khrouchtchev en Amérique a provoqué des mouvements fort étranges c
82 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
171el, et la petite troupe, en dépit des fatigues du voyage, repart dans la nuit, sous la lune, pour un pèlerinage aux monuments
172» note Retinger. Il arrive à Vienne au matin d’un voyage épuisant qui lui a pris trois jours au lieu des douze heures habituel
173ts nécessaires de ce côté. Après d’assez nombreux voyages clandestins — dont l’un le conduit jusqu’en Autriche, un autre chez l
174tion cardiaque, un médecin lui prescrivit un long voyage en mer. Non sans d’incroyables difficultés et intrigues ingénieuses,
1750 vaches, dont plusieurs furent mangées durant le voyage. (J.H.R. note qu’au cours d’une tempête, il eut la seule occasion de
176es de son pays, Luis Negrete Morones. Pourquoi ce voyage ? se demande-t-il dans ses notes, et il répond : parce qu’il pensait
177n dans les notes sur ce séjour aux USA, ni sur le voyage en Pologne qui s’ensuivit. Un an plus tard, le général Obregon étant
178s qui attendaient. Mais au lieu de poursuivre son voyage vers Londres, avec ses compagnons, Retinger reçut une dépêche lui dem
179barqué au Caire, où il apprit enfin le but de son voyage : M. Mikolajczyk, Premier ministre, passait par là, se rendant à Mosc
180e ne pas en exclure les USA). Bientôt, au prix de voyages incessants, dont chacun représentait pour lui une dure épreuve physiq
181 5 mai 1949. En neuf mois de travail fiévreux, de voyages continuels, d’interventions rapides et pressantes, toujours au bon mo
83 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
182855, à la veille du départ de Régine pour un long voyage aux Antilles. Il mourut le 11 novembre de la même année. Régine était
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
183que. Notes de Musil, pour un chapitre intitulé Le Voyage au Paradis : C’est notre destin : peut-être aimons-nous ce qui est i
184s la place de l’Ile de la passion mortelle. Et le Voyage au Paradis de l’ancienne ébauche fût devenu le « Voyage vers Dieu » a
185 au Paradis de l’ancienne ébauche fût devenu le « Voyage vers Dieu » auquel font allusion plusieurs notes pour le livre. Au te
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
186855, à la veille du départ de Régine pour un long voyage aux Antilles. Il mourut le 11 novembre de la même année. Régine était
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
187, naturellement — il ne sera jamais consommé. Les voyages du mari et la « fragile » santé de la femme, les goûts de l’un et les
188 lui sans transition, Don Juan. C’est pendant son voyage de noces, pendant qu’il vit l’échec atroce de son mariage, que Gide é
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — Rudolf Kassner et la grandeur humaine
189avait bien connus lui-même ou rencontrés dans ses voyages innombrables en Europe, en Russie, en Inde. Il ne cessait de mettre e
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
190ées notamment par Pausanias — se confond avec les voyages historiques des Phéniciens. On voit aussi combien, dès ces débuts fab
191schyle fait dire à l’un de ses héros décrivant un voyage qui implique la traversée du Bosphore : Dès lors, laissant le sol d’
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Les grands desseins du xviie siècle
192ait de cette paix est l’aisance et la sécurité du voyage et du trafic, bonheur qui n’a jamais été apprécié depuis que l’empire
193qui inspira son projet au bon Abbé. Au cours d’un voyage en Normandie, durant l’hiver 1706-07, sa voiture ayant versé dans un
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — En marge des grands plans, l’utopie prolifère
194s, n’auraient jamais pu trouver au cours de leurs voyages, un seul membre de cette société. Cependant, il est établi que Leibni
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
195s appris la langue latine, nous nous préparons au voyage ; la première chose dont on se fournit, c’est d’un Itinéraire, qui en
196talogues des musées, ou les histoires d’amour, le Voyage triomphait. … Il existe un titre charmant, qu’on ne peut lire sans a
197rs, mais publient la plus copieuse littérature de voyages qui soit au monde ; à mesure que Colbert propose à l’activité des Fra
198(mot créé par Thomas More au xvie siècle) et les voyages imaginaires : Savinien Cyrano de Bergerac et ses Estats et Empires de
199t Empires de la Lune puis du Soleil, Swift et ses Voyages de Gulliver, Giovanni Paolo Marana et son Espoir du Grand Seigneur, M
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (I)
200ntre temps je me suis passé le temps en lisant le voyage de Niebuhr et Volney en Syrie et en Égypte et je ne saurais qu’en rec
201rels et le tourisme. Seule exception prévue : les voyages des savants. Et ce trait rappelle avec une étrange précision les prat
202tions de transporter en tout pays leur ennui. Les voyages des premiers s’effectuent pour le plus grand bien de l’humanité et de
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Goethe
203Oriental, ou la jeune Amérique dans Les années de voyage de Wilhelm Meister, ses prises de position peuvent paraître ambiguës.
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — Un idéal de compensation : les États-Unis d’Europe
204i doivent diriger les familles humaines dans leur voyage vers ce but, sont identiques, mille voies cependant sont ouvertes au
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
205ing (1880-1946), rendu célèbre par son Journal de voyage d’un Philosophe (qui décrit l’Inde, entre autres, à coup d’intuitions
206 qui les unit sur ce qui les sépare. Or, si notre voyage spirituel à travers l’Europe nous a appris quelque chose, c’est bien
96 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour un dialogue des cultures [Note liminaire] (avril 1962)
207n n’a pas pris moins d’une année, consacrée à des voyages, à des contacts personnels, à l’étude des conditions culturelles régi
97 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
208e des centaines de volumes de vulgarisation ou de voyages, consacrés à la description plus ou moins pittoresque ou polémique d’
209tuelle pour tel ou tel congrès, stage, séminaire, voyage d’études. N.B. Plutôt que de rassembler au Centre même des archives
98 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
210ersonnelle d’Ulysse : l’Odyssée, cet interminable voyage vers la sagesse originelle et éternelle, vers le pays natal, Ithaque,
211le courageux et le rusé, préférait secrètement le voyage à son but, les épreuves de la route à l’arrivée heureuse, et les risq
212 précision, ils se trompent sur les buts de leurs voyages, ou sur le nom et la nature de leur objet. Et ce qu’ils trouvent pose
99 1965, Fédéralisme culturel (1965). I. « Toute culture est création de diversité »
213e de la culture des masses : TV, radio et cinéma, voyages à bon marché, livres de poches vendus par millions ; je m’en réjouis,
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
214résent. Ainsi Goethe écrivait dans son journal de voyage : Un jour, les Suisses se délivrèrent d’un tyran. Ils purent se croi