1 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
1 dont plusieurs furent mangées durant le voyage. (J.H.R. note qu’au cours d’une tempête, il eut la seule occasion de sa vie d’
2ique, le fameux CROM fut leur œuvre. Grâce à eux, J.H.R. avait pu étudier de très près les conditions du Mexique et entrer en
3ux efforts de l’ambassadeur Dwight Morrow, ami de J.H.R.) Entre deux guerres Sur les années 1922 à 1940, on ne trouve da
4dictature de Pilsudski. Durant la seconde guerre, J.H.R. siégera au congrès international des syndicats, à la fois comme délég
5gouvernement mexicain et l’Église ; l’élection de J.H.R. au Conseil national socialiste de Pologne, bien qu’il ne soit pas mem
6 séjournant beaucoup en Angleterre, il semble que J.H.R. ait vécu dans la misère, rançon de son extrême indépendance d’esprit
7talisaient 150 000 hommes. Sikorski, attribuant à J.H.R. le mérite de l’évacuation de Bordeaux, décida de lui remettre la plus
8en Pologne occupée Au matin du 4 juillet 1943, J.H.R. attendait à l’aérodrome de Swinton le général Sikorski rentrant d’une
9nsense about blackout, and most attractive » note J.H.R.), puis pénétra dans le ciel de Pologne au-dessus de Zakopane, station
10e maladies vénériennes. Horrifié par l’entourage, J.H.R. refusa pendant des jours de se laisser baigner ! Mais bientôt, il s’a
11rendre. Deux hommes y avaient déjà pris place, et J.H.R. reconnut en l’un d’eux M. Arciszewski, le futur Premier ministre. Une
12on en Pologne. Fin des activités polonaises de J.H.R. Dans une note biographique préparée par J.H.R. pour un homme d’Éta
13J.H.R. Dans une note biographique préparée par J.H.R. pour un homme d’État scandinave, je trouve ceci : Après la guerre, j
14s Mémoires précisent que M. Celt, le compagnon de J.H.R. dans sa mission parachutée, et son premier assistant durant toute l’a
15 représentait pour lui une dure épreuve physique, J.H.R. créait des sections de la Ligue en Hollande avec P. Kerstens, en Fran