365 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
1est la Nuit des sens et de l’esprit que décrit un Jean de la Croix, et dont la nuit des songes, chantée par les poètes, n’était que le s
370 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
2grands mystiques occidentaux, de Maître Eckhart à Jean de la Croix. ⁂ Une brève revue des thèmes « courtois » de la mystique arabe fera
371 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
3our au monde si caractéristique du christianisme. Jean de la Croix, lui aussi, connaît un détachement parfait : « Lorsqu’on mortifie les
4t mon cœur assoiffé. ») Au-delà même de cet état, Jean de la Croix connut la viduité totale, où non seulement le monde et le prochain, e
5. Mais cet état théopathique n’aboutit point chez Jean de la Croix à la condamnation des créatures. Maître Eckhart, que l’on tient cepen
6 savoir, écrit J. Baruzi, si certaines images que Jean de la Croix emprunte au Cantique des Cantiques sont extraites uniquement du poème
7rèse par exemple) l’origine de termes précis dont Jean de la Croix fait usage. Nous pouvons cependant, pour sainte Thérèse, retrouver qu
8 parler encore de psychanalyse, reconnaissons que Jean de la Croix joue ici le rôle du médecin, et non du névrosé. « Il vous semblera pe
9t avec ceux d’un Ruysbroek, d’une Thérèse et d’un Jean de la Croix, nous pouvons maintenant tirer cette conclusion : la nature des métap
10eur foi dans l’Incarnation. Ruysbroek, Thérèse et Jean de la Croix sont très nettement « christocentriques ». Tout chez eux part du dram
11pour sauver l’essence même de la passion !) 2° Si Jean de la Croix, et même Ruysbroek, et saint François, sont évidemment postérieurs à
12 nous prouve que les Eckhart, Ruysbroek, Thérèse, Jean de la Croix, sont exactement le contraire de ce qu’on nomme des intoxiqués. L’int
13rer pour lui-même. Dans le mariage spirituel, dit Jean de la Croix, l’âme parvient à aimer Dieu sans plus sentir son amour. C’est un éta
438 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
14et agissant. C’est la Nuit spirituelle que décrit Jean de la Croix, et dont la nuit des songes, chantée par les poètes, n’était que le s