39 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
1 religion, mais en même temps de quitter le pays, Louis XIV commit un des actes les plus vexatoires que l’histoire ait enregistré
2édiats à leur désir de gagner le ciel, persuadent Louis XIV que la Révocation serait une œuvre digne du Roy Soleil et capable de
3ales : car malgré des félicitations arrachées par Louis XIV au pape, les catholiques sont loin d’être unanimes à louer la Révocat
4ouver bientôt dans l’ouvrage qu’il va consacrer à Louis XIV l’exposé si dénué de parti pris, si libre et d’une si élégante scienc
96 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
5. J’aurais voulu vous voir demander à un sujet de Louis XIV ce qu’il concevait à la place de la royauté absolue. Il eût fallu cer
189 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
6iècle » tel que nous l’ont décrit les fervents de Louis XIV et certains défenseurs de la politique romaine. La persécution des pr
7e paraît riche d’enseignements très actuels. Chez Louis XIV comme chez Hitler, ce n’est pas un souci d’unité religieuse qui domin
214 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
8Qui donc oserait, comme cet évêque, s’adressant à Louis XIV, c’est-à-dire à l’État personnifié, lui déclarer sans artifices de la
216 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
9Plus tard, c’est ce même esprit qui obtiendra que Louis XIV révoque l’Édit de Nantes, au nom du mot d’ordre unitaire : une foi, u
243 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
10r le parti ultramontain, et dont l’absolutisme de Louis XIV sera l’expression achevée. Une phrase de Bossuet nous en apprend sur
11, si l’on ne peut aller jusqu’à dire qu’il honore Louis XIV, demeure tout de même le trait qui le distingue des fascistes contemp
12ent jacobine — aux dépens du « plus » réalisé par Louis XIV ? En vérité, l’on est en droit de douter que tous nos petits Richelie
252 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
13 (c’est-à-dire des poncifs imposés par la cour de Louis XIV). ⁂ La même volonté d’incarnation se manifeste dans l’allure de la ph
290 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
14mpire ; le Moyen Âge, la théologie ; le siècle de Louis XIV, la raison d’État incarnée par le roi ; et nous voyons les Russes bât
372 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
15reprochent les stratèges modernes aux généraux de Louis XIV et de Louis XV ? C’est d’avoir essayé de faire la guerre en tuant le
16 les subordonner à une diplomatie, art de civils. Louis XIV déclare la guerre sous des prétextes juridiques et personnels, où l’h
396 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
17Plus tard, c’est ce même esprit qui obtiendra que Louis XIV révoque l’Édit de Nantes, au nom du mot d’ordre unitaire : une foi, u
455 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
18on : les Allemands sous Hitler, les Français sous Louis XIV et sous Napoléon, les Italiens sous Mussolini. Les Américains n’ont p
544 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
19on : les Allemands sous Hitler, les Français sous Louis XIV et sous Napoléon, les Italiens sous Mussolini. Or les Américains n’on
555 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
20volonté d’unification nationale à la manière d’un Louis XIV, plus tard à la manière des Jacobins, provoque inévitablement le raid
764 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
21es.37 En 1679, Robbe, ingénieur et géographe de Louis XIV, fait imprimer à Paris une Méthode pour apprendre facilement la géogr
769 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Les grands desseins du xviie siècle
22re le nom de sa famille. Cela se passait en 1681, Louis XIV régnant en France et William Penn étant âgé de 37 ans. Il introduisit
23où William Penn rédige son Essay : l’agression de Louis XIV contre le Palatinat a provoqué la Grande Alliance de 1689, sous la di
24cadémie en 1716 pour avoir critiqué la mémoire de Louis XIV, il fonda le « Club de l’Entresol », société de libres discussions, q
771 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
25s ses diversités, en fait un plan et le propose à Louis XIV : fédéralisme. Il a étudié toutes les sciences et les a toutes fait p
26En 1670, déjà, Leibniz redoutant les ambitions de Louis XIV avait cherché à les détourner vers l’Orient. De là l’ébauche du plan
27t ainsi pacifier l’Europe et provoquer son union. Louis XIV appela le jeune homme à Paris, mais ne le reçut pas, les difficultés
28imègue ayant affirmé la prédominance menaçante de Louis XIV en Europe, Leibniz publie un traité en latin sous le pseudonyme de Cæ
29Milan, se fit calviniste à Genève, panégyriste de Louis XIV à Paris, historien d’Angleterre à Londres, pamphlétaire au service de
772 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — L’Europe des lumières
30ivait en 1752, dans son introduction au Siècle de Louis XIV : L’Europe surpasse en toutes choses les autres parties du monde… (o
785 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’historisme au pessimisme
31e manière durable. Ce que n’ont pu Charles-Quint, Louis XIV, Napoléon Ier, personne probablement ne le pourra dans l’avenir. L’ét
826 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
32es depuis deux siècles, n’est pas défendue contre Louis XIV, et là encore, comme il en adviendra plus tard pour Mulhouse et la Va
827 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — Ce « petit peuple pacifique… »
33bleu, couleur de la famille von May, l’un servant Louis XIV et l’autre la Hollande, se précipitent avec fureur l’un contre l’autr
864 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
34ient qu’en se rendant utiles. Ils exigent, depuis Louis XIV, que l’on s’incline devant la « majesté de l’État ». Mais non ! L’Éta
866 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
35e peut passer le gosier d’un Français héritier de Louis XIV, des Jacobins et de Napoléon.) Il m’écrivait en 1962 à propos de mes
869 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
36ient qu’en se rendant utiles. Ils exigent, depuis Louis XIV, que l’on s’incline devant la « majesté de l’État ». Mais non ! l’Éta
879 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — Conclusions sur l’avenir et la liberté de la culture
37 typique du xxe siècle. Un écrivain du siècle de Louis XIV ou du siècle d’Élisabeth ne s’interrogeait pas sur l’avenir des lettr
895 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
38méthode d’unité par l’uniformité qui fut celle de Louis XIV, des Jacobins, de Napoléon et de nos États totalitaires de toute coul
898 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
39ient qu’en se rendant utiles. Ils exigent, depuis Louis XIV, que l’on s’incline devant la « majesté de l’État ». Mais non ! l’Éta
902 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
40ient qu’en se rendant utiles. Ils exigent, depuis Louis XIV, que l’on s’incline devant la « majesté de l’État ». Mais non ! l’Éta
908 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
41pour autant. Cette notion, qui a son origine sous Louis XIV, est mise en forme par la Révolution (discours du Prussien Anacharsis
912 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
42es à l’école. Cette notion prend son origine sous Louis XIV, dans les guerres contre l’Espagne et les Allemagnes au-delà du Rhin 
953 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — La clé du système ou l’État-nation
43inspirent, encore moins en service utile. Lorsque Louis XIV prononce « l’État, c’est moi », lorsque Frédéric II déclare : « Je su
960 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Passage de la personne à la Cité
44mphe de Jean Bodin : « L’État c’est moi ! » Si Louis XIV a vraiment dit : « L’État c’est moi ! », c’est qu’on lui aura lu Jean
45 mais Jean Bodin, toute la gloire du passé. C’est Louis XIV, les Jacobins, Bonaparte et Napoléon, et ce sont les États-nations qu
46orisé par Jean Bodin puis déclaré et pratiqué par Louis XIV, devait se substituer dans le même mouvement l’État-nation ; lequel s
995 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
47toire : ni provinces, ni régions, ni communes. b) Louis XIV, le roi par excellence, avait brisé les féodaux et les communes, les
48 constituait l’État. L’État c’est moi, aurait dit Louis XIV, comme tout patron de droit divin ou tout chef d’entreprise parlant d
49lui-même. » (p. 234) Survient l’âge classique : « Louis XIV dans sa majesté n’est qu’un révolutionnaire qui a réussi : un premier