1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
1é Crevel. Il en est peu de plus effrayants. Ah ! Seigneur, donnez-nous la force et le courage de contempler nos corps et nos cœ
2 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
2isé parce qu’il n’en a pas. Le libéralisme Seigneur ! clamaient-ils, combien complexes sont les problèmes que vous propos
3 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
3ceci près que mes rapports sont meilleurs avec le Seigneur et Jésus son fils bien-aimé. C’est vous dire que j’ai acquis plus de
4is plus de raison et d’expérience : la crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse. » Par quel concours de circonstanc
5indifférence non dépourvue d’orgueil vis-à-vis du Seigneur ? L’on ne saurait ici exagérer la responsabilité qui incombe aux « ch
4 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
6s le pain et le vin, il y a la présence réelle du Seigneur mort pour nous, impies ? Peut-être le fidèle d’aujourd’hui n’a-t-il p
5 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
7ire dont le personnage principal est « la main du Seigneur », ou encore « l’insondable Providence » mise en action au gré d’un m
6 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
8ire dont le personnage principal est « la main du Seigneur », ou encore « l’insondable Providence » mise en action au gré d’un m
7 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
9 la question : Où allons-nous ? j’ai répondu : le Seigneur vient ! — et nous allons à la rencontre de son règne, vers la transfo
8 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
10ile n’est-elle pas justement ce cri : « Je crois, Seigneur, viens au secours de mon incrédulité ». L’on eût évité ce grabuge en
9 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
11 amener à prier la prière de la foi : « Je crois, Seigneur, viens en aide à mon incrédulité. »
10 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’Arche de l’Alliance
12r une autre fin que pour rechercher l’alliance du Seigneur ? Claude de Saint-Martin (L’Homme de désir.) J’ai parlé d’une mesure
13t les temps et les lieux. « Préparer les voies du Seigneur », aplanir le chemin du Messie, voilà la fin transcendante de ce peup
11 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
14de brûler… Que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu… Que chacun, frères,
15elui qui n’est pas marié s’inquiète des choses du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur, et celui qui est marié s’inquiète
16e des choses du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur, et celui qui est marié s’inquiète des choses du monde, des moyens de
12 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
17hrase d’un texte du mystique Heinrich Suso : Mon Seigneur et mon Dieu, ôte de moi tout ce qui m’éloigne de toi ! Mon Seigneur
18, ôte de moi tout ce qui m’éloigne de toi ! Mon Seigneur et mon Dieu, donne-moi tout ce qui me rapproche de toi ! Mon Seigne
19donne-moi tout ce qui me rapproche de toi ! Mon Seigneur et mon Dieu, arrache-moi à moi-même et donne-moi tout entier à toi se
13 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
20 de certaines servitudes que pour mieux servir le Seigneur dans la personne de son prochain. II n’a renoncé à ses travaux de pay
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
21 modèle est dans le mariage de l’Église et de son Seigneur. Cela suppose une illumination subite, ou conversion, une descente de
22me qui ne vit plus pour lui seul. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même. » C’est ainsi dans l’amour
23 glorieux, lumière et clarté vraie Puissant Dieu, Seigneur, s’il vous agrée À mon copain fidèle soit aide et bienvenue Car ne l’
24sa boisson en cinq traits pour les cinq plaies du Seigneur ; mais il double la cinquième gorgée parce que, du flanc de Jésus, co
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
25a glace au feu lorsque étroitement j’embrasse mon Seigneur, criant : l’amour de l’Amour me consume, je m’unis à l’Amour, enivré
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
26 Un ange crie en l’Intelligence divine et dit : — Seigneur, dans le monde se voit une merveille en l’acte qui procède d’une âme
27anque que d’une chose, — c’est de l’avoir — à son Seigneur la demande, et tous les Saints implorent cette faveur. Seule, Pitié p
28 hommes ont péri pour avoir tardé d’aller vers le Seigneur. Le temps venait où les poètes succomberaient aux charmes du miroir
29 gémit plus tard — le retiendra d’« aller vers le Seigneur ». 4.Pétrarque, ou le rhéteur converti « Aimer une chose mortel
30ment, et du même coup, à celle de l’auteur. Ah ! Seigneur ! si notre heure est une fois marquée Le ciel de nos raisons ne sait
31u’ils souillaient toute sa pureté. — Elle expire. Seigneur ! — D’une action si noire Que ne peut avec elle expirer la mémoire !
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
32de brûler… Que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu… Que chacun, frères,
33elui qui n’est pas marié s’inquiète des choses du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur, et celui qui est marié s’inquiète
34e des choses du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur, et celui qui est marié s’inquiète des choses du monde, des moyens de
35premier commandant du Décalogue : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée » n
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
36is bien que vous me tenez pour méprisable. — Non, Seigneur, mais pour un homme de valeur et de prix. Vous m’avez faite reine, et
19 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
37Esprit saint, et puisqu’elle est le Corps même du Seigneur. Ceci dit, et notre faiblesse une fois reconnue et confessée, ne perd
38. Kyrie (un petit chœur ou l’assemblée chante : « Seigneur, aie pitié de nous ! Christ, aie pitié de nous !… »). V. Promesses de
39e Tout-Puissant, qui est pourtant nommé Monarque, Seigneur et Roi des rois, à toutes les pages de notre Bible. Le fait est que n
20 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
40 que sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Le Seigneur donne à Pierre les plus grands pouvoirs vicariaux : « Ce que tu liera
41re s’est mis à le reprendre : « À Dieu ne plaise, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas ! » À peine fondée, l’Église en la personne
21 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
42de l’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel. Ton cœur s’est élevé et tu as dit : Je suis Dieu, Je suis
43n cœur s’est élevé. C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Parce que tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu,
44e lui un jugement injurieux, mais il dit : Que le Seigneur te réprime ! Eux, au contraire, ils parlent d’une manière injurieuse
22 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
45ne. Ce cri d’une femme devant Jésus : « Je crois, Seigneur, subviens toi-même à mon incrédulité », c’est le cri de la foi vivant
46 nous rappeler l’avertissement apostolique : « Le Seigneur seul connaît les siens. » Tout autrement que nous ne les connaissons,
23 1946, Combat, articles (1946–1950). Les cochons en uniforme ou le nouveau Déluge (23 mai 1946)
47 C’est une mission fort analogue que Noé reçut du Seigneur peu de temps avant le Déluge. Cette fois-ci, les travaux seront filmé
24 1946, Lettres sur la bombe atomique. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
48ne mission fort analogue à celle que Noé reçut du Seigneur peu de temps avant le déluge. Cette fois-ci, les travaux seront filmé
25 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
49 sont ni chrétiennes ni simplement honnêtes. « Le Seigneur seul connaît les siens », dit l’Écriture : si l’on est chrétien, qu’o
26 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
50 où tout reste imprévu sauf la fin : le retour du Seigneur au jugement dernier. D’ici là, nous nous avançons dans l’inconnu de l
27 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
51s égaux. En voici le début et la fin : Au nom du Seigneur, Amen. C’est chose honnête et profitable au bien public, de consolide
52des trois communautés et vallées. Fait en l’an du Seigneur 1291, au commencement d’août. « Devant, s’il plaît à Dieu, durer à p
28 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
53ent unique est celui de l’amour : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même », cette foi libère l’individ
29 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
54u mirage du « Grand Un », à l’attrait du « Gentil Seigneur » auquel on offre « amour et foi en échange de son aide et protection
30 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
55ssi selon Swedenborg : Comme tout bien procède du Seigneur, le Seigneur est, dans le sens suprême et au degré le plus éminent, l
56denborg : Comme tout bien procède du Seigneur, le Seigneur est, dans le sens suprême et au degré le plus éminent, le Prochain ;
57hain en proportion de ce qu’il a quelque chose du Seigneur en lui ; or, comme nul ne reçoit de la même manière le bien qui procè
58 reçoit de la même manière le bien qui procède du Seigneur, il s’ensuit que l’un n’est pas le prochain de la même manière que l’
31 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — L’amour et la personne dans le monde christianisé
59 un seul et unique commandement : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même.3 » Religion qui met au prem
60uelle : « Celui qui n’est pas marié s’inquiète du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur, et celui qui est marié s’inquiète
61é s’inquiète du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur, et celui qui est marié s’inquiète des choses du monde, des moyens de
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
62 sont ni chrétiennes ni simplement honnêtes. « Le Seigneur seul connaît les siens » dit l’Écriture : si l’on est chrétien, qu’on
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
63si selon Swedenborg : Comme tout bien procède du Seigneur, le Seigneur est, dans le sens suprême et au degré le plus éminent, l
64enborg : Comme tout bien procède du Seigneur, le Seigneur est, dans le sens suprême et au degré le plus éminent, le Prochain ;
65hain en proportion de ce qu’il a quelque chose du Seigneur en lui ; or, comme nul ne reçoit de la même manière le bien qui procè
66 reçoit de la même manière le bien qui procède du Seigneur, il s’ensuit que l’un n’est pas le prochain de la même manière que l’
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — L’amour selon les évangiles
67commandement ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.
68onne ne t’a-t-il condamnée ? Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus ; va, et ne pèche
69elui que tu as maintenant n’est point ton mari. — Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. » Et c’est à elle que
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — Misère et grandeur de saint Paul
70les esprits ». Et il disait aussi qu’il tenait du Seigneur que « rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Premiers plans d’union
71l vu… Le lieu de naissance et le sépulcre même du Seigneur, double port de la paix pour les Chrétiens, sont piétinés par les chi
72artie des païens en même temps que le sépulcre du Seigneur. Il n’y avait pas de nation à cette époque dans le monde entier qui o
73 Reminiscere de l’année 1464 après la nativité du Seigneur70, dans la cité de Bâle en Allemagne, afin qu’ils y demeurent tous pe
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
74 ayant maintenant le Christ lui-même pour Chef et Seigneur, il fut communément admis que deux magistrats suprêmes, le Pape et l’
75. Car outre le Tzar Pieter Alexiewiecz, souverain Seigneur des Russes et presque de tout le Nord, nous apprenons que Cam-hi, Ama
76dre part à cette grande aventure dans le champ du Seigneur, afin que la religion respurgée soit portée dans ce pays, aussi bien
77ver, Giovanni Paolo Marana et son Espoir du Grand Seigneur, Montesquieu et ses Lettres Persanes, Voltaire et son Ingénu, Roussea
38 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
78 célèbre, dans une traduction fidèle : Au nom du Seigneur, Amen. C’est chose honnête et profitable au bien public, de consolide
79que chacun, selon sa condition, doit rendre à son Seigneur. Et nous statuons et ordonnons, d’un accord unanime, que nous ne reco
80des trois communautés et vallées. Fait en l’an du Seigneur 1291, au commencement d’août. Le style est beau, de fière et franche
39 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
81 où tout reste imprévu sauf la fin : le retour du Seigneur au Jugement dernier. D’ici là, nous nous avançons dans l’inconnu que