1 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
1me dirait Aragon, — et je suppose que Beausire et Simond se livrèrent à ce petit jeu avant d’écrire — que voyons-nous en effet
2bère « le lion de mes certitudes » — comme disent Simond et ce grand potache de Maldoror. « Qu’on nous montre un homme… » Un o
3e en tout cas bien tonique, celui que Beausire et Simond viennent d’écrire au sujet de quelques-uns des meilleurs esprits que
4des et quelques doutes immédiatement utilisables. Simond dénonce chez Maurras l’impardonnable confusion des valeurs que représ
5pour toujours les limites de l’humaine liberté ». Simond réclame « un parti pris…, un ordre de valeurs, si arbitraire qu’il so