1 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
1n est « interdit » par la morale. Aimant sa sœur, Ulrich veut toucher l’interdit et posséder l’inaccessible, qui est le plus v
2uration de l’amour interdit qui unira ses héros : Ulrich et Agathe, frère et sœur. Admirable coïncidence, qu’il faut bien attr
3derie ? — Cela ne s’accorde pas du tout ! s’écria Ulrich en riant. On voit que l’amour-passion est seul en jeu, et que le seu
4relations déficientes et tendues avec le monde », Ulrich conte à nouveau l’histoire de « la femme la plus merveilleuse qu’il e
5ssièrement directe serait contre nature, répondit Ulrich. L’homme qui en serait capable engagerait la créature désarmée et ina
6si elle entendait ce terme pour la première fois… Ulrich dit brusquement : — Celui dont les excitations les plus fortes sont l
7! L’expérience impossible dans laquelle s’engage Ulrich se présente d’abord à sa méditation sous la forme d’un besoin d’amour
8c, dans Vienne. Souvent, même dans les années où Ulrich avait cherché sa voie seul et non sans insolence, le mot de sœur avai
9ieu et l’antisocial. Dès le début, son amour pour Ulrich a mobilisé son hostilité à l’égard du monde. Le moment négateur du m
10ura immobile, sans monter ni descendre. Agathe et Ulrich ressentirent un bonheur dont ils ne savaient pas si c’était de la tri
11 isolés, il n’y a pas d’amour possible, reconnaît Ulrich. Un amour peut naître par défi, il ne peut être fait de défi. Il faut
2 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
12n est « interdit » par la morale. Aimant sa sœur, Ulrich veut toucher l’interdit et posséder l’inaccessible, qui est le plus v
13uration de l’amour interdit qui unira ses héros : Ulrich et Agathe, frère et sœur. Admirable coïncidence, qu’il faut bien attr
14derie ? — Cela ne s’accorde pas du tout ! s’écria Ulrich en riant. » On voit que l’amour-passion est seul en jeu, et que le se
15relations déficientes et tendues avec le monde », Ulrich conte de nouveau l’histoire de « la femme la plus merveilleuse qu’il
16ssièrement directe serait contre nature, répondit Ulrich. L’homme qui en serait capable engagerait la créature, désarmée et in
17si elle entendait ce terme pour la première fois… Ulrich dit brusquement : — Celui dont les excitations les plus fortes sont l
18! L’expérience impossible dans laquelle s’engage Ulrich se présente d’abord à sa méditation sous la forme d’un besoin d’amour
19c, dans Vienne. Souvent, même dans les années où Ulrich avait cherché sa voie seul et non sans insolence, le mot de sœur avai
20ieu et l’antisocial. Dès le début, son amour pour Ulrich a mobilisé son hostilité à l’égard du monde. Le moment négateur du m
21ura immobile, sans monter ni descendre. Agathe et Ulrich ressentirent un bonheur dont ils ne savaient pas si c’était de la tri
22isolés, il n’y a pas d’amour possible » reconnaît Ulrich. « Un amour peut naître par défi, il ne peut être fait de défi. Il fa