1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1a conduite des jeunes gens : celle-ci empêche les abus, mais celles-là forment l’esprit. » M. de Montherlant illustre sa pro
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
2ivier d’avoir posé courageusement. Dirai-je que l’abus des points d’exclamation — trait commun à presque toutes les femmes-a
3 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
3tait périlleux : si particulier, il prêtait à des abus de pittoresque, de couleur locale, de détails techniques ou de fastid
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
4te du monde, seule méthode capable d’empêcher les abus des capitalistes. Du [p. 192] même coup, en supprimant l’esclavage fi
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
5p et trop peu. Car, ou bien M. Duhamel critique l’abus des mécaniques, ce qui revient à faire le vain procès de la bêtise hu
6 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
6oque grave. Les fascismes régnants en ont fait un abus qui tend à le disqualifier. Ils ont assimilé l’héroïsme au sacrifice
7 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
7ivin, il n’y a donc plus aucune liberté. Tous les abus de pouvoir deviennent possibles. Certes, l’on crée des ersatz de pers
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
8caractère de Jésus. Mais alors, n’était-ce pas un abus de langage que de prétendre voir une personne morale dont on récusait
9 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
9oque grave. Les fascismes régnants en ont fait un abus qui tend à le disqualifier. Ils ont assimilé l’héroïsme au sacrifice
10 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
10ssent fait le plus grand bien. Certes, il y a des abus partout, mais de là à condamner la notion même d’expérience ! N’est-c
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
11mité des Forges. Parlons sérieusement. D’abord, l’abus de ce mot Kampf s’explique facilement : c’est le Führer qui l’a intro
12 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
12du monde, ce sera pour l’incroyant l’ensemble des abus et des désordres dont il souffre ; — pour le chrétien, ce sera bien d
13 le chrétien ne proteste pas seulement contre des abus politiques, mais contre le péché, à travers ces abus. Le chrétien n’a
14s politiques, mais contre le péché, à travers ces abus. Le chrétien n’annonce pas seulement une justice humaine à venir, mai
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
15 eux se posent en révolutionnaires : c’est par un abus de langage. Préparer la révolution, ce n’est pas simplement « refuser
14 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
16ivoques de cette rupture avec le concret, c’est l’abus du langage « évocateur », vice d’évasion qui affecte presque toute la
15 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
17occasion ou jamais de répéter un vieux dicton : l’abus n’enlève pas l’usage. Nous nous sommes expliqués dès le début de notr
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
18ise ou la fausseté de certaines idées. Derrière l’abus, c’est l’usage normal qu’on attaque. Voilà le signe très certain de l
17 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
19s une banque, ses droits sont ressentis comme des abus. Ils cessent dès lors d’être assurés en fait ; comme le démontre l’hi
18 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
20le pouvoir, à multiplier des garanties contre son abus, à opposer des obstacles à son exercice ; — ou bien, en révolte contr
19 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
21mité des Forges. Parlons sérieusement. D’abord, l’abus de ce mot Kampf s’explique facilement : c’est le Führer qui l’a intro
22 certains ne se figurent encore qu’elle résulte d’abus de pouvoir de la part des chefs du régime ; alors que la lutte actuel
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
23rmi nous une puissance trop incontestable. Mais l’abus que l’on fait du mot oblige à le redéfinir. On pourrait dire d’une ma
24ela, fût-ce [p. 26] même pour sauver le mythe des abus de son extrême vulgarisation. Et tant pis pour le sacrilège. La poési
25quatrième degré, pour obtenir l’annulation. À ces abus, générateurs de querelles infinies et de guerres, l’amour courtois op
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
26stent incompatibles, et quelle est la nature de l’abus qui par la suite a voulu les confondre. L’on pourrait tout ramener à
27e notre littérature et nos passions utilisent par abus, et sans le savoir, un langage dont la seule mystique définissait le
28es raisons de ce curieux phénomène : [p. 169] « l’abus » du langage amoureux en religion doit être rattaché, historiquement,
29à abuser, du langage de l’amour-passion. Usage et abus dont la psychologie moderne devait nécessairement tirer des conclusio
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
30essentielle et opportune, qui permettait tous les abus, c’est cela qui allait échapper aux tribunaux de l’Inquisition, puis
23 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
31ystiques ; voici que se répand l’usage, et même l’abus, du terme de « mystique » dans l’ordre politique ; voici enfin qu’un
32sistent sur un fait que Freud utilisera jusqu’à l’abus : c’est que l’esprit abandonné au rêve s’exprime ordinairement dans u
24 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
33ssant qu’il se montrait des plus sévères pour les abus et les trahisons du clergé de son siècle. On cite les répliques assez
25 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
34ivin, il n’y a donc plus aucune liberté. Tous les abus de pouvoir deviennent possibles. Certes, l’on crée des ersatz de pers
26 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
35s une banque, ses droits sont ressentis comme des abus. Ils cessent dès lors d’être assurés en fait ; comme le démontre l’hi
27 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
36ît toujours des déceptions de l’idéalisme, de ses abus et de ses lacunes. Elle est toujours une revanche des instincts, une
37 orgueil naïf, avait cru pouvoir négliger. Mais l’abus ne doit pas nous interdire l’usage. La [p. 172] réponse à l’idéalisme
28 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
38ar un certain capitalisme anonyme et par certains abus dans le système actuel des subventions. L’organisation professionnell
29 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
39taient déjà de véritables liturgies païennes. Ces abus manifestes ne doivent pas nous faire négliger le bon usage, l’usage c
30 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
40e une possibilité : c’est de nous inciter à faire abus de notre liberté et des biens de la terre. Ni le Diable ni l’homme pé
41u’il agit dans le monde, et c’est en provoquant l’abus de nos libertés qu’il agit en nous et nous lie. Si Ève n’avait pas ét
42 où nous avions le choix entre l’usage légal et l’abus de ce bien. Si donc j’évite d’aller chercher le Diable là où chacun s
31 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
43 bien au contraire. La Bible la condamne dans ses abus, comme elle condamne la prostitution tout en louant la volupté dans l
44e de la femme a inverti cet ordre naturel. Trop d’abus de pouvoir masculins, et trop d’abdications aussi, l’ont fait paraîtr
32 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
45 trois grandes Vertus sauront nous préserver de l’abus des vertus mineures, par où le Diable pourrait nous asservir. La solu
33 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
46u’il agit dans le monde, et c’est en provoquant l’abus de notre liberté qu’il agit en nous et nous lie. Si Ève n’avait pas é
34 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
47es besoins. Il n’y aura dans ce régime pas plus d’abus que vos systèmes de contrôle n’en provoquent. Je dis qu’il y [p. 198]
35 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
48a veille de la Révolution. Tout le monde voit les abus, le danger imminent et l’incapacité des dirigeants. Mais quand on le
36 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
49gions, il ménage un recours au citoyen contre les abus de pouvoirs locaux. Il cherche la coopération organique de ses membre
50couvre actuellement de trop graves malentendus et abus. L’œcuménisme n’a pas à les reprendre à sa charge. Et les peuples eur
37 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
51de s’éviter, disent-ils, les pires ennuis. Si ces abus vous font élever la voix, partout l’on [p. 16] vous chuchote un conse
52 se passe comme si l’excès où ils la portent et l’abus qu’ils nous semblent en faire nous dégoûtaient de son usage normal. A
53ands empires, minée par son propre génie et par l’abus de ses vertus bien plus encore que par ses vices, l’Europe a-t-elle d
38 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
54gogie est en train de ruiner le langage à force d’abus impunis, rendant tout dialogue incertain et tout pacte sujet à cautio
55erme dont notre époque ait fait de plus flagrants abus. Les tyrans eux-mêmes s’en réclament. À tel point que l’adjectif « dé
39 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
56poser aux risques de détruire le bon usage avec l’abus. Nous verrons au chapitre suivant que la situation économique de la S
40 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
57 Zurich. L’esprit clérical était prononcé, et ses abus non moins criants qu’en Allemagne. La vie intellectuelle ne s’était é
41 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
58u xiie siècle le condamnent. Elles allèguent les abus, mais en réalité, c’est à l’usage même qu’elles en ont. Elles lui sub
59affaibli, toute exigence est ressentie comme un « abus ». Ainsi toutes nos révoltes imitent, même sans le savoir, le dépit d
42 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
60vin et de l’humain (au prix des équivoques et des abus que l’on sait) il n’en va plus de même des couples gauche et droite,
43 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
61ine qu’il veut la fin des « privilèges » et des « abus » du régime monarchique, mais il n’attend qu’une tyrannie plus ration
44 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
62u xiie siècle le condamnent. Elles allèguent les abus, mais en réalité, c’est à l’usage même qu’elles en ont. Elles lui sub
63affaibli, toute exigence est ressentie comme un « abus ». Ainsi toutes nos révoltes imitent, même sans le savoir, le dépit d
45 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
64vin et de l’humain (au prix des équivoques et des abus que l’on sait) il n’en va plus de même des couples gauche et droite,
46 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
65s défis. Nous étions en défense contre beaucoup d’abus, et cela en vertu même des conceptions religieuses qui avaient permis
47 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
66nder ce qu’ils entendent par neutralité. Divers abus dans la notion de neutralité [p. 50] J’ai dit plus haut pourquoi le
67e indurée. Le bon usage de la neutralité Mais l’abus n’enlève pas l’usage, et le même exemple suisse peut illustrer les co
48 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
68ts de Strasbourg aux Fleurs de Tarbes, réfute cet abus de langage. Que la haute couture me pardonne ! A. — Quelle est la moy
49 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
69oire qu’au temps où la réforme grégorienne et les abus qu’elle combattait venaient de dresser contre les lois matrimoniales
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
70es notions mêmes de répression et de censure. Les abus dénoncés par Freud nous ont rendus méfiants quant à l’usage des disci
51 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
71oire qu’au temps où la réforme grégorienne et les abus qu’elle combattait venaient de dresser contre les lois matrimoniales
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
72dérant l’Europe dans l’état où elle est, pleine d’abus et d’intolérance mais aussi de « lumières » nouvelles et de grands gé
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
73 L’influence de la crainte et la honte arrêtent l’abus de la tyrannie. Les républiques ont acquis de l’ordre et de la stabil
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
74parvenus à la source de la plus grande partie des abus qui existent encore. Dans l’Europe nouvelle, il n’y a pas eu d’États
55 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
75poser aux risques de détruire le bon usage avec l’abus. Il paraît difficile de déceler un courant général dans toutes ces ré
56 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
76 Zurich. L’esprit clérical était prononcé, et ses abus non moins criants qu’en Allemagne. La vie intellectuelle ne s’était é
57 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
77novations qu’aux routines, et aux miracles qu’aux abus. (C’est peut-être pourquoi elle reste si vivante ?) 2. Le problème d’
58 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
78ou provinciaux… ». Voilà pris en flagrant délit l’abus du terme politique et de l’adjectif politisé, devenu courant dans nos
59 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
79solini) qui déclenche des désastres pires que les abus contre lesquels elle se dressait. Tantôt c’est le triomphe même de la
80 guerre déjà, j’éprouvais le besoin de dénoncer l’abus qui en était fait, et donnais à L’Ordre nouveau (n° du 15 juin 1938)
60 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
81sance, dans l’espérance. Bon usage éventuel mais abus actuel de la prospective « scientifique » Les calculs prévisionnels s
61 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
82ehors des usages que peut en faire l’État et de l’abus qu’il en fait, actuellement, pour « justifier » n’importe quelle mesu
83ppris au second l’usage des armes nouvelles, et l’abus des notions de progrès matériel, de profits immédiats et de PNB dans
62 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
84ance, dans l’espérance. Bon usage éventuel mais abus actuel de la prospective « scientifique » Les calculs prévisionnels s
63 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
85Ils nous disent tous d’aller à notre vie. D’un abus précédant le bon usage Dès le début de l’action intellectuelle des je
64 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
86la stratégie nous déconcertent par quelque excès, abus, ou délire apparent, cherchons le système de valeurs et de tabous, ch
65 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
87e nos États de saisir ces organes de contrôle des abus de son propre gouvernement ou de sa propre bureaucratie confère à l’a
66 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
88stre de l’Environnement après dix ou quinze ans d’abus devenus insupportables. Ce qui revient à faire supporter les frais de