1 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
1 le dis aussi comme chrétien. Refuser le jeu de l’agresseur violent, c’est le premier devoir du chrétien. Déconcerter le mal en l
2 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
2pporter de près ou de loin au mystère des oiseaux agresseurs. Un an s’écoula, sans progrès. Le médecin commençait à désespérer, il
3 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
3omique, il n’est pas sûr, ni même probable, que l’agresseur juge bien utile de venir disputer à ses victimes des ruines encore ra
4 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
4décisive. Elle supprimera donc les scrupules de l’agresseur éventuel. Car nos scrupules naissent, en général, d’une rapide évalua
5 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le savant et le général
5tomique, il n’est pas sûr, ni même probable que l’agresseur juge bien utile de venir disputer à sa victime des ruines encore radi
6 1946, Lettres sur la bombe atomique. La guerre des gaz n’a pas eu lieu
6décisive. Elle supprimera donc les scrupules de l’agresseur éventuel. Car nos scrupules naissent, en général, d’une rapide évalua
7 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
7s seraient en mesure d’agir, de faire réfléchir l’agresseur, et de sauver la paix du monde. Sur quoi j’imagine bien que personne
8 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
8tov déclara que cette dernière était le véritable agresseur, « les événements ayant donné au terme d’agression un contenu histori
9 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
9re les bons et les méchants, les neutres ou les « agresseurs ». Il dépend du seul dictateur d’un petit pays « sous-développé » que
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Premiers plans d’union
10essous désigné. Et si, du fait et par défaut de l’agresseur, la paix et l’union ne peuvent se faire par l’un des moyens susdits,
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
11is. Ils diront tous que l’Occident a été le grand agresseur des temps modernes et chaque peuple pourra invoquer ses propres expér
12x du monde, c’est l’Occident qui a toujours été l’agresseur ; et si, aujourd’hui, la Russie et la Chine ont renversé les rôles, c
12 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Un pays traditionnellement neutre »
13eur poids, s’agissant de sanctions contre un État agresseur (à l’époque de la SDN) ou de l’opposition entre l’Est totalitaire et
13 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
14les Ligues ne purent opposer une armée suisse à l’agresseur. L’un après l’autre, les États souverains furent soumis et pillés, de
14 1970, Le Cheminement des esprits. Historique — Le mouvement européen
15s seraient en mesure d’agir, de faire réfléchir l’agresseur, et de sauver la paix du monde. Sur quoi j’imagine bien que personne
15 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — Première histoire de fous : l’Auto
16re ce bruit que la médecine appelle aujourd’hui « agresseur de l’organisme », écrit Bertrand de Jouvenel109, et il déduit de cett
16 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Que tout appelle les Régions
17budget. Ce précédent fera peut-être réfléchir les agresseurs de notre terre, de nos régions. Peut-être aussi, le Conseil fédéral.
17 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. La défense de l’Europe
18ent plus de pertes aux populations civiles qu’à l’agresseur » (général Close) ; — enfin pour « dissuader » l’URSS, dont l’arsenal