1 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
1 met en vente la « bicyclette du ciel », un petit avion de mille dollars. Déjà les banques de Buffalo ouvrent des guichets ex
2 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
2s cimes en silence, devient oiseau, devient petit avion luisant au cirque lumineux des collines, et va creuser un sillon d’or
3 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
3 met en vente la « bicyclette du ciel », un petit avion de 1000 dollars. Déjà les banques de Buffalo ouvrent des guichets ext
4 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
4s en spirale à 5000 mètres. J’allais écrire : « L’avion s’élance pour franchir l’Océan d’un seul bond. Nous volons à tire d’a
5, une fois installé dans le fauteuil profond de l’avion, attendre que la Boule au-dessous de nous ait tourné jusqu’au point d
5 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
6et des buildings, se perd dans un dernier éclat d’avion fuyant, et c’est la ville alors qui s’empare du ciel, s’en fait un dô
7la guerre, j’espère m’acheter de nouveau un petit avion. Ce sera plus commode pour les week-ends, surtout que madame Robert n
6 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
8ions repartir ce soir en train, mais en prenant l’avion de Madrid, demain matin, nous gagnerons une vingtaine d’heures. Curie
9est impossible : qu’il n’y a plus de place dans l’avion, par exemple. En insistant, on en trouve toujours. Ils ont tout à per
7 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
10et des buildings, se perd dans un dernier éclat d’avion fuyant, et c’est la ville alors qui s’empare du ciel, s’en fait un dô
8 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
11s cimes en silence, devient oiseau, devient petit avion luisant au cirque lumineux des collines et va creuser un sillon d’or
12la guerre, j’espère m’acheter de nouveau un petit avion. Ce sera plus commode pour les week-ends, surtout que Madame Robert n
13 met en vente la « bicyclette du ciel », un petit avion de 1000 dollars. Déjà les banques de Buffalo ouvrent des guichets ext
9 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
14n. 27 mars 1946 Entre les deux mondes. — L’avion partira dans trois jours. Déjà, par l’imagination, j’habite l’Europe.
15s d’une mer morte de glace. J’allais écrire : « L’avion s’élance pour franchir l’Océan d’un seul bond. Nous volons à tire d’a
16, une fois installé dans le fauteuil profond de l’avion, attendre que la boule au-dessous de nous ait tourné jusqu’au point d
10 1946, Lettres sur la bombe atomique. Utopies
17harges des bombardiers qui réduisirent Berlin. Un avion pourrait donc en porter une dizaine. Le gouvernement américain nous a
18 La machine à vapeur, la concentration urbaine, l’avion, la « défense » contre la Bombe, tout va dans le même sens. On nous a
11 1946, Lettres sur la bombe atomique. La pensée planétaire
19ovinces ; le canon à la guerre des nations ; et l’avion à la guerre des continents. Voici la bombe, à quoi servira-t-elle ? À
20’on se déplace un peu, disons à quelques heures d’avion. Ce n’est rien de traduire une langue : les problèmes nationaux reste
12 1947, Doctrine fabuleuse. Contribution à l’étude du coup de foudre
21 des lettres. Il vint m’attendre au débarqué de l’avion et me conduisit à sa demeure. C’était l’heure du déjeuner. Nous causi
22Je balbutie n’importe quoi sur cette traversée en avion… Le banquier comprend très bien cela. Il parle beaucoup pour me récon
23r une seule bouchée. Est-ce vraiment l’effet de l’avion ? J’allais m’en persuader quand je m’aperçois, et cette fois-ci non s
24, au parti communiste dissident. Je m’informe : l’avion part à 10 heures du matin. Mais il faut que je la revoie une dernière
25lle avait su. Alors elle m’a tendu une lettre par avion, arrivée pour moi le matin même et qu’elle avait ouverte par crainte
13 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
26 York, déclare que son pays vient de construire l’avion le plus rapide du monde. L’industrie française a tenu le coup, elle s
27orable à cette dernière. Mais tout compte fait, l’avion le plus rapide du monde n’existe qu’à un seul exemplaire. Et pendant
14 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
28tion condamnant le neutralisme. J’avais lu dans l’avion que le Premier ministre devait rentrer ce matin même du Kashmir, aprè
15 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Libertés « formelles » et libertés « réelles »
29tre, à pied, en bicyclette, en auto, en train, en avion. Il se trouve limité en fait par le prix des moyens de transport, et
16 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
30êves éveillés. C’est du rêve de voler qu’est né l’avion ; et du rêve de partir au hasard sur les routes qu’est née l’auto. Vo
31 font nos avions en une année. L’auto, le tank, l’avion et le métro, les machines agricoles et ménagères, l’électricité domes
32e la neige sur les villes accablées par l’été : l’avion bombarde nos cités. Les découvertes géniales d’Einstein aboutissent à
17 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
33 mort des autres sans qu’on proteste. Écrit en avion Volant de Genève à Londres, à La Haye ou à Rome, je lis les prospe
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
34êves éveillés. C’est du rêve de voler qu’est né l’avion ; et du rêve de partir au hasard sur les routes qu’est née l’auto71.
35nos avions en une seule année. L’auto, le tank, l’avion et le métro, les machines agricoles et ménagères, l’électricité domes
36e la neige sur les villes accablées par l’été ; l’avion bombarde nos cités. Les découvertes géniales d’Einstein aboutissent à
19 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
37 cesse de nous séparer (nous faisons en un jour d’avion un trajet qui prenait deux ans du temps de Plan-Carpin et de Marco Po
38 paralytique) puis les expériences concluantes (l’avion vole, la bombe éclate au centième de seconde prévu) ; dans les deux c
20 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
398, à Genève, le Dr J. H. Retinger débarquait de l’avion de Londres. Il venait proposer à l’auteur de ces lignes de préparer l
21 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
40al Nostalgie de la terre. (Notes de 1953, en avion) Tristesse, non pas « envahissante » mais au contraire : c’est com
41hissante » mais au contraire : c’est comme si cet avion entrait en elle. Nous passons au-dessus de régions incertaines entre
42 l’univers. Tout s’est tu dans notre cabine. Si l’avion continuait vers l’espace infini ? Tristesse absolue, fin du Sens. Déc
43nte son destin à pied, en bateau, en carrosse, en avion ou même en fusée, c’est son destin qui nous fascine, c’est sa personn
22 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
44terraine. Paris, Zurich, Milan sont à une heure d’avion ; Londres, Bruxelles, La Haye, Bonn, Barcelone et Rome à deux ou troi
23 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
45e Londres ont perdu sa trace. Retinger demande un avion pour aller à la recherche de son chef. Il connaît Sikorski depuis 191
46r sera désormais son conseiller le plus intime. L’avion militaire lourdement armé quitte le sol anglais le soir du 16 juin et
47avec vous, puis je vous emmène à Londres, j’ai un avion ». Le général accepte sous deux conditions : que son retour dans les
48ises du Proche-Orient, quand on lui annonça que l’avion s’était écrasé à Gibraltar. Le général, ses compagnons et sa fille ét
49 Le décollage eut lieu le soir du 3 avril 1944. L’avion passa sur Budapest illuminée (« with no nonsense about blackout, and
50, l’après-midi même, sur la piste préparée pour l’avion anglais. Cependant, l’opération ne pouvait être retardée. L’avion ang
51ependant, l’opération ne pouvait être retardée. L’avion anglais parut à l’heure prévue. Les passagers et les ballots de courr
52taient bloquées dans la boue. Il fallut évacuer l’avion à deux reprises, creuser sous les roues, puis couper les freins. L’ap
53en Italie du Sud réussit également par miracle, l’avion sans freins s’arrêtant au bout de la piste devant les ambulances qui
54de Varsovie, au moment où Retinger montait dans l’avion qui devait les ramener tous deux à Londres, puis emprisonné. Retinger
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
55États nationaux, l’électrotechnique, le moteur, l’avion, la radio et l’énergie jaillissant de l’atome le signifient aujourd’h
25 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
56ce que vous voulez, à deux heures de New York par avion, ou à quatre ou cinq heures par l’autoroute, dans les Alleghanys, les
26 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
57nte au temps des diligences. Tout a changé avec l’avion. Avant 1848, un député de Genève ou des Grisons devait compter deux o
58ipales, Zurich, Genève et Bâle, à vingt minutes d’avion l’une de l’autre ; Berne restant le siège du gouvernement suisse. C
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — Les paradoxes de la vie économique
59des pour concurrence déloyale. Duttweiler loue un avion et bombarde la ville de lettres aux ménagères : « Allô, allô, Migros
28 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. La Suisse, dans l’avenir européen
60nte au temps des diligences. Tout a changé avec l’avion. Avant 1848, un député de Genève ou des Grisons devait compter deux o
61ipales, Zurich, Genève et Bâle, à vingt minutes d’avion l’une de l’autre ; Berne restant le siège du gouvernement suisse.
29 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
62 convînmes que je ne quitterais Londres que par l’avion du lendemain matin, et qu’un secrétaire, alerté par Retinger, viendra
63À 6 heures du matin, j’avais fini, à 8 heures mon avion décollait, à midi je m’endormais à Ferney. Mon rapport culturel, à l’
30 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
64yeux qu’on se découvre. Ainsi, pour l’avoir vue d’avion dans la diversité longuement fascinante de ses paysages humanisés, pu
65re mille, survolé en moins de cinq minutes par un avion de ligne commerciale, en quelques dizaines de secondes par un chasseu
31 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Le civisme commence au respect des forêts
66oulées près des aérodromes ou à cause du bang. Un avion à réaction pollue l’air en décollant autant que 10 000 voitures. Onze
32 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Culture et technique en Europe et dans le monde
67 moyen n’éprouve le besoin de prendre le train, l’avion, ou son auto, que parce que quelques fous et rêveurs de génie inventè
68s spectaculaires : la machine à vapeur, l’auto, l’avion. Voler, partir au hasard sur les routes, aller jouer… C’est du
69ller jouer… C’est du rêve de voler qu’est né l’avion, et non pas de la prévision des avantages commerciaux, touristiques e
70iale sont issus très rapidement le bulldozer et l’avion de ligne. Et ce n’est pas la maîtrise de l’énergie nucléaire, dont le
33 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — L’Europe, l’été…
71ités européennes que relient une ou deux heures d’avion, au cœur du continent profondément complexe et découpé que délimitent
34 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
72te urgence au développement des industries (auto, avion en premier lieu) et de leurs innovations plus polluantes les unes que
35 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). « L’homme se voit contraint de choisir librement son avenir »
73délétères dans les villes, l’auto sans essence, l’avion à réaction silencieux — coûteront très cher, c’est entendu, et la que
36 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
74on d’action et caractéristiques de vol du dernier avion supersonique, après quoi ils retournent en classe « aligner encore qu
37 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
75 faudra que je me lève pour prendre le train ou l’avion : elles n’ont pas à me dire que je le prendrai en vertu de leurs stat
38 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — Le grand litige
76re la plus publique qui soit, dans l’affaire de l’avion supersonique « Concorde ». Et je me vis confronté au même type de men
39 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — La clé du système ou l’État-nation
77déclare « violé » en Tchécoslovaquie par un petit avion civil perdu. Non contents de laisser dévaster leur territoire, les Ét
40 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — Naissance de la prospective
78e ses rêves, c’est-à-dire de ses vrais désirs. L’avion est né du rêve de voler, symbole sexuel selon Freud, spirituel selon
41 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — L’avenir sensible au cœur
79tout à coup démuni dans le poste de pilotage d’un avion en plein vol ; le voici face aux dizaines de cadrans et de manettes d
80 faudra que je me lève pour prendre le train ou l’avion : elles n’ont pas à me dire que je le prendrai en vertu de leurs stat
42 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Les variétés de l’expérience communautaire
81sont aussi différentes de villes du xviiie qu’un avion supersonique d’une diligence. Face à la catastrophe mégalopolitaine,
43 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Que tout appelle les Régions
82s ne remplacera ni le kérosène dans les moteurs d’avion, ni le mazout dans les turbines des grands navires, ni l’essence pour
44 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Stratégie
83te urgence au développement des industries (auto, avion en premier lieu) et de leurs innovations plus polluantes les unes que
84illes distantes en moyenne d’une heure un quart d’avion — ne tiennent des réunions hebdomadaires, afin de concerter les optio
45 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
85 dit en anglais : un cadeau du ciel. J’ai pris un avion pour la première fois de ma vie, ou à peu près. Superbe traversée. Je