1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1e conception qui, de plus en plus, se révèle à la base de tous les problèmes modernes en littérature. Jacques Rivière s’y ap
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
2e la science moderne.) Si nous reconnaissons à la base de cette œuvre inégale des idées vieilles comme Rousseau sur les droi
3 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
3st ce qui s’appelle vivre. Problème de Dieu, à la base. J’aurai garde de m’y perdre au début d’une recherche qui n’a que ce
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conseils à la jeunesse (mai 1927)
4 mépris enfin de tous les principes qui sont à la base de la société même. »   Ceci est tiré d’un livre récent sur Aloysius
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
5entons-nous de remarquer que ce principe est à la base du système ; qui repose donc sur une tranquille méconnaissance de la
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
6 de toutes parts son sujet, M. Du Bos choisit des bases d’approche parfois si éloignées, et progresse par des voies si subtil
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
7ser, pour se constituer en dehors de Dieu sur des bases purement humaines ». Aux yeux du « séculariste », bien entendu, la qu
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
8 monde tourne lentement et formidablement sur ses bases sociales et religieuses. Ah ! comme tout cela est juste et net, parfa
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
9ci le Plan, prêt à reprendre l’entreprise sur des bases plus rationnelles. Mais si c’était cette « raison » déjà qui se trouv
10ractérisent la position marxiste. Par contre, les bases doctrinales exposées ici par des membres d’Esprit, de Combat, de L’Or
10 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
11me économique ou d’une culture, c’est vicier à la base toutes les conceptions du loisir qui découlent de cette erreur spirit
11 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
12iffres plus significatifs encore. En prenant pour base l’année la plus favorable de la période précédente, c’est-à-dire 1914
12 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
13quoi se fonde-t-elle ? Quelles réalités sont à sa base ? De l’aveu même des sociologues marxistes ou hitlériens, ce sont des
13 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
14eut dire, semblablement, que s’il n’y a pas, à la base d’une doctrine politique un principe d’actualité, nulle « période de
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
15ci le Plan, prêt à reprendre l’entreprise sur des bases plus rationnelles. Mais si c’était cette « raison » déjà qui se trouv
16ractérisent la position marxiste. Par contre, les bases doctrinales exposées ici par des membres d’Esprit [p. 147] ou de L’Or
15 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
17ncié. Or ces deux conceptions sont également à la base de tout le système marxiste-stalinien. Elles y sont même plus rigoure
18itude spirituelle. Les principes qui seront à la base de l’économie et de politique nouvelles sont identiques à ceux qui se
19 nouvelles sont identiques à ceux qui seront à la base de la vie sociale quotidienne. Nous n’établissons pas de distinction
16 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
20 comportant une large autonomie des communes à la base, et au sommet, le contrôle du pouvoir royal par un organe plus ou moi
17 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
21iffres plus significatifs encore. En prenant pour base l’année la plus favorable de la période précédente, c’est-à-dire 1914
18 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
22me économique ou d’une culture, c’est vicier à la base toutes les conceptions du loisir qui découlent de cette erreur spirit
19 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
23) ; affirmation de la nécessité de reprendre à la base l’ensemble de l’organisation économique, et de ne pas se contenter de
24iviste, régionalisme, traduisant cette formule de base : Spirituel d’abord, Économique ensuite, Politique à leur service. Il
20 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
25raie politique. Car d’une part, il a besoin de la base matérielle assurée par l’État, d’autre part, il ne peut créer dans le
26r à chacun un « minimum vital », c’est-à-dire une base matérielle de départ. (D’où notre définition du rôle de l’État, limit
27éologies. C’est-à-dire qu’ils donneront enfin une base, une perspective et un avenir commun à la politique, à la culture, à
21 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
28quoi se fonde-t-elle ? Quelles réalités sont à la base ? De l’aveu même des sociologues marxistes ou hitlériens, ce sont des
22 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
29ique. Or ces deux conceptions sont également à la base de tout le système marxiste-stalinien. Elles y sont même plus rigoure
30ération de l’autre.) Les principes qui sont à la base de l’économie et de la vie politique O.N. sont identiques à ceux qui
31tique O.N. sont identiques à ceux qui seront à la base de la vie sociale quotidienne. Nous n’établissons pas de distinction
23 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
32programme maximum ! Nous voulons une reprise à la base, à la racine de tous les problèmes. Nous savons bien que seules les r
24 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
33jourd’hui qui tend à s’établir sur de tout autres bases ? c) à quoi servent les clercs ? quel doit être leur rôle dans la cit
25 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
34s similia similibus, principe qu’on retrouve à la base de l’homéopathie moderne, du traitement par la vaccination, et même d
26 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
35 ce désordre, pour instaurer, dès maintenant, les bases concrètes de l’Ordre nouveau. Avis à ceux, de gauche ou de droite, qu
27 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
36. La voici : « Dans des époques de transition des bases culturelles, la critique qui ne jaillit pas de la métaphysique et d’u
37minée par une norme et un but commun. Ce sont les bases culturelles qui sont atteintes ! Et c’est pourquoi toute réforme de d
38 à l’échec, tant qu’on n’aura pas reconstruit ces bases, et retrouvé la commune mesure. Donner de la soupe aux chômeurs, c’es
39’homme et de l’État, de reprendre les choses à la base, dans leur réalité dernière, métaphysique et religieuse. Qui aura ce
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
40tablir. Il y a dans ses postulats de départ, à la base de ses conceptions provisoirement réunies en vue d’une conquête préci
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
41revendications politiques de la bourgeoisie cette base philosophique, cette espérance quasi religieuse, cette conscience d’a
42au nom de la raison sur l’avenir : « L’Ordre pour base, le Progrès pour but. — Le progrès est le développement de l’ordre. —
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
43t à l’examen critique des doctrines qui sont à sa base. Je ne dis pas qu’elles n’aient été souvent trahies. Ni qu’elles soie
31 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
44ant une force publique et donnant de la sorte une base commune à l’existence des individus. On peut estimer qu’il y a là une
45yants » (en vertu de l’article 24 du programme de base, comme le rappelait récemment le ministre des Cultes !) et bien qu’il
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
46 Et vous ferez du collectivisme. C’est la seule « base commune » puissante pour toute action culturelle à venir. Je réponds
47 domaine culturel. Vous disposez d’un matériel de base beaucoup plus puissant que le nôtre ; mais nous gardons l’avantage im
33 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
48utomatique, cette dichotomie qui devait être à la base de notre régime du travail, nul n’aurait pu la prendre en considérati
34 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
49t à l’examen critique des doctrines qui sont à sa base. Je ne dis pas qu’elles n’aient été souvent trahies. Ni qu’elles soie
50 Et vous ferez du collectivisme. C’est la seule « base commune » puissante pour toute action culturelle future. Je réponds à
51 domaine culturel. Vous disposez d’un matériel de base beaucoup plus puissant que le nôtre ; mais nous gardons l’avantage im
35 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
52fédéralisme dont il faudrait pourtant refaire les bases…) Quant à la position d’Henri Petit vis-à-vis de la foi, je m’excuse
36 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
53ettres. Pour qu’une école se crée, il faut qu’une base commune existe, qui n’existe plus aujourd’hui, qu’il faut commencer p
37 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
54ndex sui et falsi. On se demande alors sur quelle base « objective » ou « subjective » les docteurs catholiques se sont fond
38 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
55ranglées par l’État et sa police. Telles sont les bases — algébrisées — des recherches de L’Ordre nouveau. Robert Aron les a
39 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
56ons qui à vrai dire, et dans le fait, ruinent les bases de la communauté. On convient de s’entendre sur des malentendus 42 .
40 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
57nq ans, de l’origine jusqu’à 1930 ? Ce travail de base permettrait de résoudre un délicat problème de Critique littéraire :
41 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
58est proscrit par le mode général d’organisation à base locale des entreprises O.N., qui confère également à l’éditeur une au
42 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
59tuer une nation unitaire, centralisée, une solide base mystique et étatique pour les conquêtes futures, militaires ou pacifi
43 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
60vraie politique. Car d’une part il a besoin de la base matérielle assurée par l’État, d’autre part il ne peut créer dans le
61r à chacun un « minimum vital », c’est-à-dire une base matérielle de départ. (D’où notre définition du rôle de l’État, limit
62éologies. C’est-à-dire qu’ils donneront enfin une base et une perspective et un avenir communs à la politique, à la culture,
44 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
63nir totalitaire, l’État ne peut se fonder sur des bases purement matérielles. Il lui faut la fameuse « confiance », et une co
45 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
64ntes du peuple allemand, mais qui fournissent des bases idéologiques à la lutte pour l’idée nationale. Au fond le problème n’
65éactionnaires (séparatistes). Seulement, faute de bases historiques, il doit recourir à une propagande d’autant plus virulent
66re l’étranger. — Là encore, Hitler va trouver une base de haines communes sur laquelle puisse s’unifier la nation. Le Diktat
67est préparer d’abord l’instauration d’un régime à base fédérale. Et qui prendrait l’initiative, une fois encore, sinon le pa
46 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
68ien payés que les pasteurs (dont le traitement de base est de 10 000 francs), Mme Palut est obligée de faire, quand cela se
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
69 [p. 139] 5 octobre 1934 Petite cité tassée à la base d’une paroi de rocher et le long d’une rivière rapide qui débouche d’
70les week-ends, qui les « rationaliserait » sur la base des chiffres constants observés depuis des années, respecterait absol
48 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
71romet non seulement nos chances à venir, mais les bases politiques et morales sur lesquelles nous pouvions compter, et la mis
49 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
72ien payés que les pasteurs, dont le traitement de base est de 10 000 francs, Mme Palut est obligée de faire, quand cela se t
50 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
73ision profonde des classes, l’élévation sociale à base exclusive d’immoralité, le pillage de l’économie par les finances et
51 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
74tuer une nation unitaire, centralisée, une solide base mystique et étatique pour les conquêtes futures, militaires ou pacifi
52 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
75peuple allemand, mais qui [p. 88] fournissent des bases idéologiques à la lutte pour l’idée nationale. Au fond, le problème n
76éactionnaires (séparatistes). Seulement, faute de bases historiques, il doit recourir à une propagande d’autant plus virulent
77re l’étranger. — Là encore, Hitler va trouver une base de haines communes sur laquelle puisse s’unifier la nation. Le Diktat
78est préparer d’abord l’instauration d’un régime à base fédérale. Et qui prendrait l’initiative, une fois encore, sinon le pa
53 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
79tions. Ce serait la négation la plus radicale des bases mêmes de la Confédération. Souvenons-nous du sort de l’Autriche ! Si
80is qui est au contraire fédéral. Un État dont les bases historiques et la tradition ancestrale sont la négation même du total
81gence absolue ; en réalité, ils se battent sur la base d’un accord fondamental : la croyance à la validité de la violence. S
54 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
82ider ». D’où l’absolue nécessité de restaurer les bases sociales, c’est-à-dire l’élément statique et stabilisateur au premier
83e cinq ans. Le mariage se trouva restauré sur des bases strictement utilitaires, collectivistes et eugéniques, et dans une at
84nne, du fait qu’elle prétendait se fonder sur une base raciste et militaire, devait se donner pour première tâche de surmont
85 plus que les unions contractées sur [p. 670] une base eugénique, selon certains critères statistiques : sociaux, raciaux, p
55 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
86 l’avantage matériel de l’Allemagne, mais sur une base d’arbitrage international préfigurant ainsi un statut fédéral exclusi
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
87sacrement, cependant qu’il repose en fait sur des bases d’intérêt matériel et social, et se voit imposé aux époux sans qu’il
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
88tonome, qui pourrait s’expliquer en partie sur la base des remarques que nous faisions au précédent chapitre ? « Comment sav
89phénomènes physiologiques, lesquels seraient à la base de ce qui se trouve exprimé ? Quelle que soit la réponse qu’on donner
90 plus réel que le spirituel ; qu’il est donc à la base de tout ; que c’est par lui que tout s’explique. Le mécanisme de ce p
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
91s coutumes. Le mariage redevient l’institution de base : il atteint un point d’équilibre où les siècles suivants auront gran
92ien que l’institution matrimoniale repose sur des bases financières et non plus religieuses ou morales. À dire vrai, les seul
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
93culs d’intérêts privés, incapables de fournir les bases d’une communauté solide. La Nation même que l’on invoquait avait perd
94que, divinisante. Tandis qu’à l’intérieur et à la base, on stérilise les problèmes personnels, à l’extérieur et au sommet le
95assion. Ainsi toutes les tensions supprimées à la base viennent s’accumuler au sommet. Or il est clair que ces volontés de p
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
96ider ». D’où l’absolue nécessité de restaurer les bases sociales, c’est-à-dire l’élément statique et stabilisateur au premier
97nnées 1930. Le mariage se trouva restauré sur des bases strictement utilitaires, collectivistes et eugéniques, et dans une at
98nne, du fait qu’elle prétendait se fonder sur une base raciste et militaire, devait se donner pour première tâche de surmont
99autoriser plus que les unions contractées sur une base eugénique, selon certains critères statistiques : sociaux, raciaux, p
61 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
100science passive de l’involontaire. » Et sur cette base, la seconde génération du romantisme va formuler sa fameuse théorie d
62 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
101 le divers. Ils ont la charge de créer les seules bases vivantes de la paix. Ils ont la charge de tout le xxe siècle. Mais n
63 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
102tent le besoin de reprendre pied sur les vieilles bases spirituelles, rudes et monumentales, posées par les Pères de l’Église
103on entre l’homme naturel et l’homme chrétien. Ces bases étant posées, faisons dans nos pensées [p. 26] un petit saut de quelq
104 comportant une large autonomie des communes à la base, et au sommet, le contrôle du pouvoir royal par un organe plus ou moi
64 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
105ue j’appellerai les lieux-communs. C’était sur la base de ces mots, définis une fois pour toutes, que les échanges d’idées p
106i malentendu. Les lieux-communs étaient donc à la base de toute la vie sociale du siècle. Que sont-ils devenus parmi nous ?
107 sérieuse. Refaire un monde et une culture sur la base de la diversité des personnes et des vocations, c’est aujourd’hui le
65 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
108romet non seulement nos chances à venir, mais les bases politiques et morales sur lesquelles nous pouvions compter, et la mis
66 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
109nt contraire à tout système totalitaire, et seule base possible et solide de la paix que nous espérons. C’est très facile à
110, par certaines prises de position peut-être, les bases de la Fédération européenne. L’illustrer, c’est le réaliser, ici et m
67 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
111e à son risque maximum : celui de décoller de ses bases concrètes, perdant ainsi en force originelle ce qu’elle pourrait gagn
112ns ce qui nous unit ». Car c’est justement sur la base des distinctions et des diversités reconnues et légitimées que se nou
113rsonnel » plus apte qu’aucun autre à préparer les bases de la Fédération européenne. (Un « personnel » : il faut sauver ce mo
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
114on verbale, symbolique de tant d’autres, est à la base de la plupart de nos conflits politiques, économiques, parlementaires
115e religieuse, ou des intérêts corporatifs. Sur la base de programmes restreints, bien définis, l’on peut discuter entre expe
116privée », c’est nier le fédéralisme et ruiner les bases de la Suisse. Que nos moralistes s’en souviennent, et que nos conform
117squ’à nous affirmer que cette « éternité » est la base officielle de notre politique. Dans ce cas, notre politique reposerai
69 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
118es se sont multipliées entre représentants et des bases d’action commune ont été posées dans plusieurs cantons. Des équipes l
70 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
119ue j’appellerai les lieux communs. C’était sur la base de ces mots définis une fois pour toutes que les échanges d’idées pou
120i malentendu. Les lieux communs étaient donc à la base de toute la vie sociale du siècle. Que sont-ils devenus parmi nous ?
121 sérieuse. Refaire un monde et une culture sur la base de la diversité des personnes et des vocations, — c’est aujourd’hui l
71 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
122ront, mais ma Parole ne passera point. » Voilà la base et le point fixe que nulle puissance humaine ne saurait ébranler, qua
72 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
123main, ces paroisses ont constitué les cellules de base d’une nouvelle société 7 , les noyaux des cités futures, les refuges
124ral ne saurait se fonder concrètement que sur des bases chrétiennes de tolérance et d’amour du prochain. Mais je tiens à redi
125le pas de politique, si elle le fait sur la seule base de la Bible ? On ne lui demande pas une théorie originale, surtout pa
73 1941, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Autocritique de la Suisse (février 1941)
126on verbale, symbolique de tant d’autres, est à la base de la plupart de nos conflits politiques, économiques, parlementaires
74 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
127— une troisième période de quatre ans —, sape les bases de la démocratie américaine et crée le véritable danger dictatorial.
75 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
128ue des catastrophes trop voyantes ébranlaient les bases de notre optimisme et de notre foi naïve dans l’élimination progressi
76 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
129j’aimerais tant votre assurance, si seulement ses bases étaient sûres ! Je ne vais pas prêcher une morale de l’échec. Succès
130  » Par malheur, ce beau raisonnement détruit les bases de tout traité, de toute parole donnée ou échangée, enfin du langage
77 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
131dant et déprimant le sens des mots, il détruit la base même de nos fidélités. Il sait que partout où l’on appelle un chat un
78 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
132ons qui à vrai dire, et dans le fait, ruinent les bases de la communauté. On convient de s’entendre sur des malentendus. Tout
79 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
133science passive de l’Involontaire. » Et sur cette base, la seconde génération du romantisme va formuler sa fameuse théorie d
80 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
134upes pour s’emparer d’une île qui nous servira de base de tir. » Et il conclut que les conditions fondamentales de la guerre
135 chars nécessaires à la conquête d’une île ou des bases ennemies, il faudra plusieurs heures, sinon plusieurs jours. Or au mo
81 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
136cu que l’expansion américaine n’est pas du tout à base d’impérialisme au sens européen du mot. Je pense que nous avons un pe
82 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
137ent (collèges, universités) soient fondés sur une base confessionnelle clairement établie, à côté d’établissements laïques,
83 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
138 le divers. Ils ont la charge de créer les seules bases vivantes de la paix. ⁂ Autre chose est la Suisse vue de loin, dans sa
139urait s’engouffrer [p. 46] dans les rochers, à la base d’une paroi verticale, noircie d’eau. J’avais pu lire sur les longs w
84 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
140sément à l’émigrant, à celui qui s’éloigne de ses bases, des réflexes de son milieu, de tout ce qui allait de soi autour de l
141n peut voir. Nous défilons lentement près de leur base. Des pans de brique rosée, ocrée, légère, s’éclairent dans les profon
85 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
142ute une nuit dans les lugubres baraquements de la base de Gander, à Terre-Neuve. [p. 241] Une aurore boréale nous avait arr
86 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
1433 octobre 1945. Allons-y, et imaginons ! Voici la base scientifique et officielle de quelques idées folles que je conçois. L
87 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
144upes pour s’emparer d’une île qui nous servira de base de tir. » Et il conclut que les conditions fondamentales de la guerre
145 chars nécessaires à la conquête d’une île ou des bases ennemies, il faudra plusieurs heures, sinon plusieurs jours. Or, au m
88 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
146as. Ils parlent tous de paix, et se disputent des bases qui ne peuvent servir à rien, si ce n’est à faire la guerre. D’ailleu
89 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
147ucunement un éloge de la « tolérance » libérale à base d’indifférence dogmatique. Car l’harmonie des membres n’est pas une t
148 de la personne qu’elle implique, sont les seules bases actuellement concevables pour un ordre nouveau du monde. (La « religi
149 et la philosophie de la personne sont les seules bases actuellement existantes, et sur lesquelles on puisse construire dès m
90 1946, Esprit, articles (1932–1962). « Un divorce entre le christianisme et le monde ? » (août-septembre 1946)
150ssivement en dehors d’eux », c’est-à-dire sur des bases capitalistes, [p. 189] nationalistes et libérales, avec quelques empr
91 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
151enre humain se fait « à lui-même », les premières bases psychologiques d’une paix réelle seront posées. p. 1 f. « Biki
92 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
152r le monde, cette expansion ne sera pas du tout à base d’impérialisme au sens courant du mot. Je persiste à penser que nous
93 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
153 américaine que le statut royal de la femme a ses bases vraiment profondes. Et cette psychologie tient dans un mot, dans moin
94 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
154re, les liquidations collectives calculées sur la base de statistiques d’État. Cependant, à peine libérées des dogmes religi
155 c’est au contraire l’homme moyen, le common man, base ou produit des statistiques. Pour nous, l’homme exemplaire, c’est le
156ns éclat, l’existence d’un esprit européen, seule base sérieuse de la Fédération dont quelques-uns se risquaient à parler. C
95 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
157olonté de promouvoir l’union du continent, sur la base des principes fédéralistes illustrés par le pays même dans lequel ils
158e à son risque maximum : celui de décoller de ses bases concrètes, perdant ainsi en force originelle ce qu’elle pourrait gagn
159e, est résulté la constitution de 1848, véritable base de l’état fédératif moderne. C’est pourquoi la Suisse ne verra jamais
96 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
160e et concrète que nous définirons valablement les bases et les structures de la Fédération qui a pour but de la sauvegarder.
161né, à la seule position cohérente fournissant une base d’offensive : la position fédéraliste, qui se trouve être en fait « n
162it parvenu, il établit l’union européenne sur des bases qui manquent à l’ONU : la volonté consciente des groupes sociaux et l
163était trop dire, ou pas assez. Ce n’était pas une base de travail ou d’accord. Qui donc oserait se déclarer contre un peu pl
97 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
164ppel à l’union. S’unir pour quoi ? Et sur quelles bases ? Et pour quel bien que tous les hommes vraiment désirent ? C’est à l
98 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
165oit plus très clairement s’il s’agit de poser les bases de la paix ou de s’assurer des bases pour faire la guerre, mais il re
166de poser les bases de la paix ou de s’assurer des bases pour faire la guerre, mais il reste évident que si les deux Grands co
99 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
167’étatisme illimité. Ce qui n’offre [p. 24] aucune base de compromis, c’est-à-dire d’action positive. À ces deux conditions d
100 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
168it son âme ? » ⁂ J’admets ici, comme hypothèse de base, qu’il faut sauver l’Europe et sauver la culture. Si je pensais, comm