1 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
1vec pouvoirs dictatoriaux. Le « tsar » est un « businessman » Ce tsar ne sera pas choisi parmi la troupe des politiciens sans
2ansposer écrivains en ingénieurs, journalistes en businessmen, cinéastes et acteurs en experts du travail ou du commerce. Tout cela
2 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
3ne fois de plus, ni fuyard, ni riche, ni juif, ni businessman, ni détrôné, voyageur ordinaire d’une époque qui ne l’est point, mais
3 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
4ansposer écrivains en ingénieurs, journalistes en businessmen, cinéastes et acteurs en experts du travail ou du commerce. Tout cela
4 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
5banques, aucun mystère sur les salaires. Quand un businessman devient ministre, les journaux vous disent aussitôt ce qu’il gagnait
5 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
6e l’homme n’est pas celle du Kremlin, ni celle du businessman américain. Nous ne voulons pas d’un régime de terreur, de parole asse
6 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
7e l’animal, ou soudain plus près de l’esprit. (Le businessman occidental faisant oublier l’un comme l’autre.) Sur le visage de Nehr
7 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
8uvé les États-Unis ruinés par le « réalisme » des businessmen. Un grandiose hurluberlu — aux yeux des partis — a sauvé l’Angleterre