1 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
1par « approfondissement de la pensée paulinienne, calvinienne, luthérienne, kierkegaardienne, dialectique… », — et « loyauté » par
2 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
2oman, Adam et Ève. C’est toute la simple grandeur calvinienne retrouvée, — par ce vieil ennemi de la Genève moderne ! Il faudrait p
3 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
3e fut donc la traduction politique de la doctrine calvinienne de l’Église et des vocations personnelles ? Je n’hésite pas à le dire
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
4e fut donc la traduction politique de la doctrine calvinienne de l’Église et des vocations personnelles ? Je n’hésite pas à le dire
5 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
5résie moraliste issue en Angleterre de la Réforme calvinienne, et transplantée dans toute sa virulence en Amérique, détermine de no
6 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Passage de la personne à la Cité
6schaft ou communauté germanique, de la résistance calvinienne au tyran, Althusius a su tirer cette belle construction dont Pierre M
7 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
7u’indiquer l’importance historique de l’influence calvinienne sur ces deux derniers pays. Du côté polonais, après quelques dizaines