1 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
1ites. Ma liberté est de les porter plus loin sans cesse, de battre mes propres records. De ce lent effort naît une modestie q
2bat de ma vie : comment surmonter un malaise sans cesse renaissant, comment m’adapter à l’existence que m’imposent mon corps
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
3tions lyriques suivant le rythme d’un songe, sans cesse brisé par les élans alternés ou confondus du désir et de la prière. O
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
4’est se refuser à l’élan vital qui nous crée sans cesse : l’analyse de sa solitude le laisse en face de quelques réactions ph
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
5re de ce tempérament qui fait jaillir en lui sans cesse des possibilités imprévues. Il y a un côté « homme de la Renaissance 
5 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
6aient d’une joie inconnue. Et je me refusais sans cesse aux questions qu’en moi-même posait ma raison effarée. L’étranger s’a
7ier. Vois quels chemins de perdition j’ouvre sans cesse à ta course aveugle ; tu n’aurais pas trouvé ça tout seul, avec tes a
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Notre inquiétude (avril 1927)
8quiétude autant que de la grâce, et régénère sans cesse l’inquiétude autant que la sérénité… Au reste, n’est-elle pas de M. R
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
9 moins ; de ne pouvoir m’empêcher d’y songer sans cesse en lisant cette « tragédie » ; de ne pouvoir m’empêcher non plus de s
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
10e suffit. Mais comme pour le film 1905, on a sans cesse envie de crier : « Trop de gestes ! » C’est une question d’épuration
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
11rix d’un martyre… Nos jugements se rendaient sans cesse à l’échelle de l’infini, et cet infini nous écrasait. Comment aurions
12 vainement une dialectique dont l’objet fuit sans cesse par la quatrième dimension. Aragon et les surréalistes auront raison
13 il y a cinq ou six ans et mort des suites. Quand cesserez-vous de nous faire la jambe, pardon escuses, avec ce thème à condamna
14 toute chargée d’éclairs qui nous atteignent sans cesse au cœur et nous revêtent miraculeusement d’aigrettes de folies et de
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
15 peut exprimer n’a d’importance véritable. Alors, cessons de nous battre contre des moulins à vent. La littérature, considérée
11 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
16r exemple, plus efficace. Aragon se retourne sans cesse pour crier : Lâches, vous refusez d’avancer ! Mais il reste à portée
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
17rs l’âge de dix-huit ans, crispé et méfiant, sans cesse en garde contre moi-même à cause des autres desquels il ne fallait pa
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
18n’avez-vous pas honte de vous faire rappeler sans cesse des vérités aussi élémentaires. 3.c. L’égalitarisme des connaissan
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
19esoins de l’époque. Pauvre époque ! On parle sans cesse de ses besoins. Il est vrai qu’elle est anormalement insatiable… Je c
15 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
20re histoire. 10. Nous voici parvenus au point où cessent d’eux-mêmes nos bavardages. J’ai senti mes oreilles se déboucher, nou
16 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
21 franchement dans ses propriétés, y découvre sans cesse de nouvelles sources. Il défriche et il fabrique, soit qu’il se décri
17 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
22oins un cas privilégié. Et parce que M. Du Bos ne cesse de la soumettre à des contrôles éthiques autant qu’esthétiques, il lu
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
23jeune lord ; toute l’existence d’une femme qui ne cesse, jusqu’à sa dernière heure, d’aimer et de souffrir par son amour. C’é
24ce du sentiment, parce qu’elle le transforme sans cesse, alors que nous sommes attachés surtout à des instants parfaits de no
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
25is, soudain, l’on s’impatiente d’être ramené sans cesse dans un cercle de paradoxes et de malentendus où il semble qu’un espr
26ne puis autrement. » Gide, lui, se préoccupe sans cesse de faire entendre qu’il « pourrait autrement ». Que rien de ce qu’il
20 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
27ine, une retenue presque solennelle mais qui sans cesse frôle l’humour, et parfois tourne en sournoise malice. On ne peut dir
21 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
28e. Et c’est en quoi la transcendance divine, sans cesse, se mêle à notre vie pratique et vient bouleverser nos sagesses. Goet
22 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
29’une nature hostile, de sorte qu’il lui faut sans cesse s’efforcer, ne connaissant que peu de repos de son adolescence à sa m
30et spirituel. Que les échanges se ralentissent ou cessent : aussitôt perce l’interrogation que la réussite couvrait. Où va notr
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
31Mais ce qu’on voudrait dire maintenant, ce qui ne cesse de provoquer dans notre esprit l’étonnement du premier regard, c’est
32g de l’œuvre, prouve que la question se pose sans cesse à nouveau et que sous l’apparence de plus en plus sereine, la tentati
33, l’on découvre que c’est la magie encore qui n’a cessé de l’entraver : Könnt ich Magie von meinem Pfad entfernen Die Zaüber
34Faust est le drame d’une formidable patience sans cesse remise en question, la Saison en enfer est le drame d’une pureté avid
35tères, et par là même l’occasion de réaliser sans cesse à nouveau l’exigence dernière de la magie : son reniement au profit d
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
36itente foi dans le genre humain que M. Duhamel ne cesse d’entretenir17. Ce malaise dans l’expression traduit d’ailleurs une é
25 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
37définir et assumer son bien ni son mal, — et sans cesse il en parle, car la Société vit sous le règne des jugements. Mais d’a
26 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
38. Théorie dont le fatalisme interne reparaît sans cesse dans les propos des marxistes les plus émancipés, les moins « mécanis
27 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
39, comme une dérision désespérée. Malentendus sans cesse renaissant au contact des éléments inférieurs de deux mondes dont la
40 continue, nous l’entendons seulement lorsqu’elle cesse, ou bien lorsqu’elle grandit soudain. Ainsi de la rumeur en nous du s
28 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
41 jusqu’au groin antigaz ! Ah ! Diogène, Diogène ! cesse de chercher un homme. Tâche plutôt d’en devenir un. — Parmi ces gens
42te petite édition cartonnée d’Andersen, mais sans cesse des hommes entrent, cherchent une place, ouvrent la fenêtre, ou bien
29 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
43s’éveille enfin du long voyage nocturne, les yeux cessent de cligner, le corps se détend. Là devant, un chauffeur immobile guet
44cevoir ailleurs qu’au sein d’une nature qui, sans cesse exige de l’homme la maîtrise et le déploiement de ses instincts ? Ici
45 dignité humaine, je demande que les journalistes cessent de déverser sur une classe qu’ils ne peuvent connaître une haine conv
30 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
46é réside en ceci, que le christianisme parle sans cesse de l’Éternité, pense continuellement à l’Éternel, — et que la chrétie
47re établi, c’est faire en sorte simplement, qu’il cesse d’être « établi ». Qu’il ait pu l’être, la faute n’en est pas à lui,
31 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
48ts dogmatiques et compromis ecclésiastiques, sans cesse renaissant dans la chrétienté. Or en fait, dans certains pays, les ég
32 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
49rs à peine conscients du grand public. On n’a pas cessé pour autant de publier des romans nouveaux, mais le fait est que le s
33 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
50 idéale synthèse, elle s’exalte des conflits sans cesse renaissants que suscite l’exigence de la personne lorsqu’elle s’insèr
34 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
51fois libre carrière, qu’il ne le garde point sans cesse à portée d’un coup de patte qu’il s’abandonne lui-même à sa fantaisie
35 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
52 fonder la dignité humaine. Nous dénoncerons sans cesse l’hypocrisie plus ou moins consciente de cette morale, que le soviéti
53ibilité perpétuellement future. Le jour où elle a cessé d’être illusoire, on s’est vu forcé de la baptiser chômage. Le chômag
36 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
54qu’il fait tout le contraire. Il nous ramène sans cesse à l’état de pauvreté (pauvreté en esprit, absence de toute assurance
37 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
55llustrée par les plus sanglants malentendus, sans cesse renaissants. Il a l’impression d’avoir perdu la clef de ce qui lui ap
56 toute sa violence, la question que lui pose sans cesse la crise perpétuelle du monde. Et l’antagonisme des deux attitudes p
38 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
57ournant. Les œuvres de l’esprit, dès que l’esprit cesse d’être autorité, tombent sous le coup des lois publicitaires. Et la p
39 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
58s mots, les expressions des philosophes sont sans cesse repris par les simples — et aussi par les autres, bien sûr — et détou
40 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
59homme sujet, c’est l’homme seul à l’instant qu’il cesse de l’être. Ainsi la voie du mystère est visible : l’éternel ne touche
60, ici, devient événement », que l’idée du concret cesse d’être une idée, que la personne existe et que l’acte transforme. Ce
41 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
61ngagement concret dont nous avons le plus besoin. Cessons de nous réfugier derrière des complexités que nous créons à plaisir,
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
62t ce renversement des valeurs « nobles » qu’il ne cesse de reprocher au christianisme. Voici comment il le décrit : … l’impu
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
63hé n’est-il pas notre réalité, notre réalité sans cesse menacée par l’Esprit de transformation ? Notre réalité fuyarde et qui
44 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
64i, à tel moment, un ordre ou une tentation. Quand cesserons-nous d’agiter des problèmes qui n’ont jamais été notre problème ? Car
65un d’eux, le tu es devenu le nous, c’est-à-dire a cessé d’être le vis-à-vis qui pose une question directe, — le prochain. Il
66ui pose une question directe, — le prochain. Il a cessé d’être un des pôles de la personne. Le nous n’est rien qu’un biais, c
45 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
67entencieux ? Une impeccable dignité bourgeoise ne cesse d’inspirer les attitudes de ses héros, en dépit des carambolages du s
46 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
68e de Calvin est toute didactique : elle veut sans cesse transformer nos questions en questions que le texte sacré nous adress
47 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
69ur relative des faits, valeur de témoignage, sans cesse rapportée à la foi, dont Dieu seul juge. John Viénot — qui vient de m
70tions toutes nouvelles, les Réformés de France ne cessèrent, dès le début, de dresser une protestation dont les termes n’ont, hél
48 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
71fférences insupportables et scandaleuses. L’homme cessa de croire à ses besoins, à ses désirs réels, et s’hypnotisa sur l’idé
49 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
72s à dire : Retournez la question qu’on vous pose, cessez de vous défendre, attaquez. On vous dit : « Qu’est-ce que la personne
50 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
73omprends pas très bien, je l’avoue, en quoi elles cesseront de s’opposer à une « rénovation politique profonde ») on adjoindra un
51 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — L’engagement politique
74complexe de bêtise officielle, et qui n’a plus de cesse qu’il n’ait été loué par ses plus conscientes victimes. S’il me faut
52 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Pour une politique à hauteur d’homme
75itique qu’on défend. C’est cette question qu’on a cessé de poser dans le monde des politiciens. Si la Politique est l’art de
76liers d’arrivés. Déjà certaine jeunesse française cesse de confondre réalisme et combine ; cesse de croire, par exemple, qu’u
77rançaise cesse de confondre réalisme et combine ; cesse de croire, par exemple, qu’un bon agent électoral est un homme qui co
78t électoral est un homme qui connaît les hommes ; cesse de s’en laisser imposer par les fameuses « nécessités de l’action » q
79t pour être en rien touchée par ces artistes. Ils cesseront d’ailleurs de jouer dès qu’on ne prendra plus la peine de croire à ce
53 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — En dernier ressort
80nt d’en sortir. Une équivoque définie comme telle cesse d’ailleurs d’être trompeuse. Le rôle de la pensée chrétienne n’est pa
81ien dans ce monde est justement de connaître sans cesse, dans l’angoisse et dans l’espérance, la véritable condition de l’hom
54 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
82ngagement concret dont nous avons le plus besoin. Cessons de nous réfugier derrière des complexités que nous créons à plaisir,
55 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
83 spiritualité nouvelle. Le problème, en tout cas, cesse d’être théorique. Cette spiritualité que Marx n’avait pas définie, il
56 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
84’il rejette les parti pris, c’est qu’il doit sans cesse, à nouveau prendre parti. Comme le réactionnaire, il veut connaître l
57 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Note sur un certain humour
85à un sérieux subordonné, et le chrétien peut sans cesse le mettre en question. Il n’en va pas de même pour l’incroyant qui jo
58 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
86 réside en ceci : que le christianisme parle sans cesse de l’Éternité, pense continuellement à l’Éternel, — et que la chrétie
87dre établi, c’est faire en sorte simplement qu’il cesse d’être « établi ». Qu’il ait pu l’être, la faute n’en est pas à lui,
59 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Humanisme et christianisme
88llustrée par les plus sanglants malentendus, sans cesse renaissants. Il a l’impression d’avoir perdu la clef de ce qui lui ap
89 toute sa violence, la question que lui pose sans cesse la crise perpétuelle du monde. Et l’antagonisme des deux attitudes pr
60 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
90 qu’à faire du chrétien un mauvais marxiste, sans cesse soupçonné de « sabotage idéaliste » par les camarades du parti, — ou
61 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — D’un Cahier de revendications
91. Théorie dont le fatalisme interne reparaît sans cesse dans les propos des marxistes les plus émancipés, les moins « mécanis
62 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
92fférences insupportables et scandaleuses. L’homme cessa de croire à ses besoins, à ses désirs réels, et s’hypnotisa sur l’idé
63 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
93ce « personnaliste »reste entière. Ou plutôt elle cesse d’être une chance pour devenir la seule chance humaine de l’humain. L
64 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
94ale pour le révolutionnaire, qu’elle prépare sans cesse aux actes nécessaires ; 3° La doctrine est enseignante par nature, co
65 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
95où l’État totalitaire. Mais lorsque le calvinisme cesse d’être une foi vivante, il laisse derrière lui une empreinte tout à f
96éjouir de ce que la foi réformée, même quand elle cesse d’être vivante, laisse en se retirant beaucoup de personnalités. Cela
66 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Liberté ou chômage ?
97 fonder la dignité humaine. Nous dénoncerons sans cesse l’hypocrisie plus ou moins consciente de cette morale, que le soviéti
98ibilité perpétuellement future. Le jour où elle a cessé d’être illusoire, on s’est vu forcé de la baptiser chômage. Le chômag
67 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Groupements personnalistes
99. Telle est la « primauté du spirituel » qu’il ne cessa d’invoquer au risque, il faut le dire, de créer provisoirement, dans
68 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
100 Edschmid, Destin allemand (mai 1935)n Nous ne cesserons de protester ici contre la négligence et la frivolité désastreuse de
69 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
101ompte. Il est très vrai que nos contemporains ont cessé de croire, dans l’ensemble, que le salut était déjà venu. Ils se sont
70 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
102nner un instrument critique qui nous renvoie sans cesse à la réalité, qui nous inquiète, et qui corrige le mouvement naturel
103 qu’une instance critique impitoyable domine sans cesse ces tentatives inévitables, et déclare leur vraie signification19. Qu
71 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
104s souvenez-vous de ce que disait et répétait sans cesse Kierkegaard ? Être chrétien, c’est devenir contemporain de Jésus-Chri
72 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
105ons dernières. Mais cette vision de l’homme sans cesse mis en question par l’Autre, n’est-ce point encore la vision de Dosto
73 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
106ntre deux pôles, qui d’ailleurs se déplacent sans cesse et parfois aussi changent de nom. On est tenté de résumer toutes ces
74 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
107stes ou personnalistes. Désormais, la philosophie cessera d’être une simple description : elle va devenir action transformatric
75 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
108li de nos limites, contre lesquels s’élèvent sans cesse les Prophètes et les Apôtres. Il faut reconnaître que les pages les p
76 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
109omber dans le marais voisin, dont les hôtes n’ont cessé de nous blâmer d’avoir constitué un groupe spécial et préféré la lutt
110u PC français jusqu’à cette année) Lénine n’a pas cessé de se répandre en sarcasmes. Martinov, chef des populistes, avait écr
111ple russe la dictature de transition dont nous ne cesserons de dénoncer les sophismes et les trahisons. À nous de reprendre maint
77 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
112 à droite. C’est ainsi que la gauche et la droite cessent lentement de jouer le rôle convenu d’opposition de sa Majesté le Radi
113t les doctrines qui soutiennent et aggravent sans cesse l’antagonisme des deux Fronts. 3. — Ils ne savent pas où ils vont
114u’il faut organiser les libertés se fait jour, et cesse d’apparaître comme un simple paradoxe d’intellectuels. D’une façon be
78 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
115s distingués cela s’appelle scrupule.) Quand donc cessera-t-on, chez nous, d’opposer à toute prise de parti bien franche le rappe
79 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
116lent rien dès l’instant qu’on les sépare et qu’on cesse de les mettre en tension. Il n’est d’action créatrice que soumise à l
117ieux communs, ces évidences fondamentales et sans cesse oubliées de nos jours, je ne les ai vues vraiment vécues chez nous qu
80 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
118la cité seule qui a changé. En même temps qu’elle cessait d’être proportionnée à la mesure de l’homme, l’homme cessait d’obéir
119tre proportionnée à la mesure de l’homme, l’homme cessait d’obéir à la mesure de la foi. Je n’étonnerai personne si je constate
120e livrent au jugement du monde, dès lors qu’elles cessent d’être avant tout un jugement porté sur le monde. Toute politique chr
121i. Il prêche et il proteste au nom d’une foi sans cesse proclamée. C’est ainsi qu’on transforme le monde. Ce n’est pas au nom
81 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
122ma foi puissante dans le Peuple allemand est sans cesse renforcée par la foi et la confiance du Peuple en moi ! — un seul cri
82 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
123, nous serons colonisés, comme la Grèce par Rome. Cessons de loucher avec méfiance vers les empires étrangers. Regardons-les en
83 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
124ur les hommes. Voilà bien la vision classique : « Cessons de regarder les maisons : ce qui m’intéresse ici, c’est la foule. » J
84 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
125l avait mis ensemble… Et non seulement l’Église a cessé de faire ce que Jésus-Christ avait fait, et les apôtres suivi ; mais
126ouvoir de séparer ce qu’il avait mis ensemble, de cesser de faire ce qu’il avait fait, et les apôtres suivi, et même de condam
127ont parle Barth, et auquel doit se rapporter sans cesse toute prédication vraiment fidèle. Cette méconnaissance profonde de l
85 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
128cobine si un humour très personnel ne venait sans cesse la rabattre au concret. On peut reprocher à l’auteur d’avoir passé tr
129 le résumer à l’usage d’un public qu’il faut sans cesse prévenir contre les pires malentendus, l’on jugera mieux de la qualit
86 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
130 dans la crainte et le tremblement d’une foi sans cesse combattue, d’une vraie foi. Publier maintenant, au hasard, des fragme
87 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
131re. Rendre au mot sa valeur d’appel, appeler sans cesse à grands cris l’univers (cette « version à l’unité »), la plénitude,
132enser dans le train de la création, reformer sans cesse toutes les formes selon l’intention qu’elles expriment, c’est proprem
88 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
133 1. Les lois du capitalisme et l’importance sans cesse accrue des frais généraux obligent l’éditeur à « sortir » chaque anné
134 qui en résulte oblige l’éditeur à augmenter sans cesse sa publicité, à recourir à tous les procédés commerciaux en usage dan
135 vicieux typiquement capitaliste. Ainsi l’éditeur cesse d’être un artisan au service du livre. Il met le livre au service de
89 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
136Autrement dit, comment se fait-il qu’une autorité cesse de croire en elle-même ? (Car toute autorité qui croit en elle-même e
137proposons entre autorité et pouvoir. Une autorité cesse de croire en elle-même dès l’instant qu’elle cesse de créer. Or ce qu
138esse de croire en elle-même dès l’instant qu’elle cesse de créer. Or ce qui peut l’induire à cette tentation de paresse ou de
90 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
139e, disciplinée dans un cadre rigide, tout cela ne cesse d’être stérile et abstrait — en temps de paix — que pour devenir la g
91 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
140endre à la portée des hommes, mais c’est là qu’il cesse d’être un mensonge. L’amour est le comble de l’esprit, et l’amour du
141 travail, etc.) s’éloigne ou s’affaiblit, ou même cesse d’être présent et actif. Ensuite, que l’aveu même de l’existence d’un
92 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
142fin en soi, non plus un instrument de lutte. Elle cesse d’être une production pour devenir une consommation réservée aux bour
93 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
143et dont on peut prévoir les intentions… La raison cesse d’être l’outil manié par des mains ouvrières au service d’une passion
144qu’à refléter fidèlement « ce qui se fait ». Elle cesse donc d’être « ce qui fait ». Elle se réduit à décrire sans juger. À m
145a fin commune des efforts théoriques et pratiques cesse aussitôt d’être perçue. Elle cesse d’être connue de tous, présente à
146s et pratiques cesse aussitôt d’être perçue. Elle cesse d’être connue de tous, présente à tout instant, justifiant ou jugeant
147ustifiant ou jugeant les moyens, et recréant sans cesse les hiérarchies. Et ces hiérarchies à leur tour cessent de valoir, pu
148e les hiérarchies. Et ces hiérarchies à leur tour cessent de valoir, puisque leur principe même est contesté, qui veut que l’es
94 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Importance de la notion de commune mesure
149strument. Mais si la vision de la fin s’efface ou cesse d’être clairement perçue comme il arrive quand les premiers succès co
95 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’Arche de l’Alliance
150 enfin que si ces deux critères n’existent pas ou cessent d’exister, la mesure d’une société se détruit d’elle-même, fatalement
151ution », cette idolâtrie qui renaît dès qu’Israël cesse de croire à ce que ses yeux ne peuvent voir et qui pourtant fait tout
96 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Sur le déclin du Moyen Âge
152rmité aux meilleurs modèles antiques28. La mesure cesse d’être un outil. Elle se distingue de son action pratique. Elle devie
153 de la requête ont compris que la mesure latine a cessé d’être réellement commune. Et quand Guillaume de Nogaret, homme nouve
97 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
154rophète Osée. Quand les clercs de la Cour de Rome cessent d’être les dociles instruments de la vocation catholique, pour deveni
155es fins vienne à faiblir et que la mesure commune cesse d’être effectivement perçue et observée, l’on assiste à la même dégra
156re part, la grande masse des usagers de la langue cesse d’exercer aucun contrôle sur son parler, qu’elle ne rapporte plus à u
98 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Commune mesure et acte de foi
157qui paraît vrai au voisin ? Nous nous payons sans cesse de prétextes « pratiques » ou d’arguments appris à droite et à gauche
99 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
158, nous serons colonisés, comme la Grèce par Rome. Cessons de loucher avec méfiance vers les empires étrangers. Regardons-les en
100 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
159Penser avec les mains ne veut pas dire qu’il faut cesser de penser pour se livrer à des activités artisanales, piocher la terr
160 le train de l’action, enfin d’agir. Ils ont sans cesse besoin de se référer à des systèmes de mots ou de critique philosophi
161la fois créateur et déterminé. Mais ce paradoxe a cessé depuis longtemps d’être essentiel. Lorsqu’un marxiste, aujourd’hui, p