1 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
1os attendaient devant le porche grand ouvert. Les chauffeurs faisaient les cent pas dans la neige fraîche ou s’accoudaient à la ba
2rendre au homard avec toutes sortes de soins. Les chauffeurs regardaient d’un œil las, trop las pour s’étonner. Transi, je me bala
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
3me s’ils étaient tous destinés à la profession de chauffeurs de taxi. Si cette conception du pratique prévaut, il est à craindre q
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4 louer des taxis démodés, au tarif inférieur. Des chauffeurs vautrés, la casquette de travers sur leurs idées sociales, pareils au
5 de travers sur leurs idées sociales, pareils aux chauffeurs de toutes les villes, conduisent dans la cour d’honneur ces reliques
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
6le fantôme ayant envie de manger ferme a donné au chauffeur l’adresse d’un ogre. C’est tout près parce que j’ai peur. En même tem
5 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
7os attendaient devant le porche grand ouvert. Les chauffeurs battaient la semelle dans la neige fraîche ou s’accoudaient à la banq
8rendre au homard avec toutes sortes de soins. Les chauffeurs regardaient d’un œil las, trop las pour s’étonner. Transi, je me bala
6 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
9 louer des taxis démodés, au tarif inférieur. Des chauffeurs vautrés, la casquette de travers sur leurs idées sociales, pareils au
10 de travers sur leurs idées sociales, pareils aux chauffeurs de toutes les villes, conduisent dans la cour d’honneur ces reliques
7 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
11ent de cligner, le corps se détend. Là devant, un chauffeur immobile guette les ornières profondes où les roues s’enfoncent parfo
8 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
12le fantôme ayant envie de manger ferme a donné au chauffeur l’adresse d’un ogre. C’est tout près parce que j’ai peur. En même tem
9 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
13mi lesquels je vivais, quelques instituteurs, des chauffeurs d’autocars, un pasteur, une femme de ménage, des communistes, des pro
10 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
14admiré, d’arrêts et de détours imprévus — car les chauffeurs acceptent volontiers toutes sortes de petites commissions que de viei
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
15uoi l’on attend pendant une bonne demi-heure : le chauffeur et les gars de la buvette ont bien des choses à se raconter. Dès le d
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
16admiré, d’arrêts et de détours imprévus — car les chauffeurs acceptent volontiers toutes sortes de petites commissions que de viei
13 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
17lars en arrivant au port. Il prit un taxi, dit au chauffeur de lui faire voir tout ce qu’on pouvait voir de la ville pour 4 dolla
14 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — Première histoire de fous : l’Auto
18r d’avoir l’air bête si on les voyait marcher. Un chauffeur de taxi parisien me dit : — Je ne comprends plus les jeunes. Mon fils