1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jacques Spitz, La Croisière indécise (décembre 1926)
1ves en leur présentant les miroirs de personnages cocasses à souhait, qui manifestent, avec un certain manque de conviction et d
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
2 mènent tranquillement aux points de vue les plus cocasses, que la forme des fleurs, que les animaux qui circulent. Un auteur qu
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
3nne on voit des couples qui savent être à la fois cocasses et fades. En Italie… Mais l’amour hongrois t’emportera dans une inéna
4 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
4nne on voit des couples qui savent être à la fois cocasses et fades. En Italie… Mais l’amour hongrois t’emportera dans une inéna
5 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
5 l’on songe que le conte est par essence un récit cocasse et en quelque manière libérateur, on conçoit que les meilleurs sujets
6’expérience vécue et les règles sociales. D’où le cocasse et le sentiment de libération. En outre, quoi de plus important pour
6 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
7cements d’accent vers le sérieux ou vers l’humour cocasse qui créent dans l’ensemble une allure, une atmosphère si différente d
7 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
8ements d’accent, vers le sérieux ou vers l’humour cocasse, qui créent dans l’ensemble une allure, une atmosphère si différente