1 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
1lle figure, je pense, pour l’auteur, une sorte de consolation un peu forcée que le cœur s’accorde en dépit de tout, tandis que l’es
2 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
2s de la Parole. Point de « synthèse », point de « consolation » ailleurs qu’en Dieu : notre action baigne dans l’« angoisse de l’es
3 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
3t, s’ils pouvaient seulement savoir ! Partager la consolation miraculeuse ! En cet instant du moins je les ai tous aimés. Et j’ai c
4 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
4ation du désespoir qui le possède, mais c’est une consolation. Je prends ce mot dans son sens le plus fort, tel que le donne l’étym
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
5essemble à une satire de l’homme. Il contient des consolations et encore des consolations pour ceux qui souffrent à cause du Christ.
6homme. Il contient des consolations et encore des consolations pour ceux qui souffrent à cause du Christ. Il suppose, sans autre, qu
7ue tous ne l’ont pas admise) « … et il apporte sa consolation, et sur ce texte on nous fait des sermons, à nous qui n’avons pas vou
8aveu total de notre désespoir témoigne seul de la consolation. 52. Journal, tome X. 53. « Là encore, le clerc moderne est prot
6 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
9ation du désespoir qui le possède, mais c’est une consolation. Je prends ce mot dans son sens le plus fort, tel que le donne l’étym
7 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Sur la devise du Taciturne
10s de la Parole. Point de « synthèse », point de « consolation » ailleurs qu’en Dieu : notre action baigne dans l’« angoisse de l’es
8 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
11ésir famélique de créer du nouveau. Car c’est une consolation aussi que d’avoir à faire face à quelque catastrophe intime. Certains
12ur l’attente d’une révélation à venir, et d’une « consolation » finale. (Consolation signifiant selon l’étymologie : unification, h
13lation à venir, et d’une « consolation » finale. (Consolation signifiant selon l’étymologie : unification, harmonisation, c’est-à-d
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
14ésir famélique de créer du nouveau. Car c’est une consolation aussi que d’avoir à faire face à quelque catastrophe intime. Certains
15ur l’attente d’une révélation à venir, et d’une « consolation » finale. (Consolation signifiant selon l’étymologie : unification, h
16lation à venir, et d’une « consolation » finale. (Consolation signifiant selon l’étymologie : unification, harmonisation, c’est-à-d
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
17et l’hommage donné à la femme ; — d’un mariage de consolation du vassal (ici avec la sœur de son amie, là avec son homonyme) — enfi
11 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
18e voici qui revient, et ce n’est pas encore notre consolation, mais il est plus dur que la mort et le mutisme de la mort, il est pl
12 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
19essemble à une satire de l’homme. Il contient des consolations et encore des consolations pour ceux qui souffrent à cause du Christ.
20homme. Il contient des consolations et encore des consolations pour ceux qui souffrent à cause du Christ. Il suppose, sans méfiance,
21e que tous ne l’ont pas admise)… et il apporte sa consolation, et sur ce texte on nous fait des sermons, à nous qui n’avons pas vou
22aveu total de notre désespoir témoigne seul de la consolation. 19. Alleluia : Louez l’Éternel ! — Kierkegaard avait aussi noté,
13 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
23celle du monde ? Il semble qu’il y ait là quelque consolation. L’amertume de mourir est aussi faite de l’idée qu’on manquera la sui
14 1946, Lettres sur la bombe atomique. La fin du monde
24celle du monde ? Il semble qu’il y ait là quelque consolation. L’amertume de mourir est aussi faite de l’idée qu’on manquera la sui
15 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
25 Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)j Ta douleur, d
16 1947, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (5 décembre 1947)
26 Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (5 décembre 1947)g Voici le rai
17 1947, Doctrine fabuleuse. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
27e spirituel. N’allez pas même le dire en guise de consolation à son voisin Dupont, trop pauvre pour réduire par les mêmes moyens le
18 1947, Doctrine fabuleuse. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
28sance, ce désir impatient et pourtant vague d’une consolation2 gratuite. Il y a dans l’homme moderne un besoin de vérifier qui n’es