1 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
1ins et de lacs secrets, cœur noir et tourmenté du continent, — cette région escarpée entre Munich, Salzbourg et Prague, qui forme
2 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
2le Plan Quinquennal s’édifier sur les ruines d’un continent ; l’Amérique s’enrichir au-delà de toute raison européenne, puis s’af
3 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
3e veuille ou non, l’URSS met psychologiquement un continent de malentendus entre la France et ses voisins réels. Il a paru en Fra
4 départ. Les léninistes se sont trouvés devant un continent qu’ils n’avaient guère qu’à coloniser. Ils ont pu appliquer, sans cra
4 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
5ce d’exterritorialité dont jouit la Suisse sur le continent, nous le voyons, lui aussi, se transformer d’année en année. Et nous
5 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
6son dialecte. L’un est l’œuvre d’un archiviste du continent. Il affecte une douce ironie sorbonnarde pour les petits événements q
7 prenez N. par exemple (la ville prochaine sur le continent) ils n’auraient pas idée de ça, au contraire, ils sont tout fiers de
6 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
8qui permettront d’étendre le processus à tous les continents. C’est la période d’euphorie capitaliste. Elle entraîne rapidement l’
9rrence extra-européenne, condamnant l’économie du continent à se replier sur une exploitation artificielle des marchés nationaux.
7 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
10 » Contre-épreuve : un petit propriétaire venu du continent il y a trois ans et qui utilise des outils ordinaires, me dit qu’il a
11à peine. Ils subsistent. À la fois aux limites du continent et aux limites de l’humanité. Ils n’attaquent plus, ils se cramponnen
12la proportion des fous est moindre ici que sur le continent. Et l’on meurt vieux, et les médecins ne font pas fortune. Quelle con
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
13son dialecte. L’un est l’œuvre d’un archiviste du continent. Il affecte une douce ironie sorbonnarde pour les petits événements q
14 sur l’île, on fait venir le bois de chauffage du continent). Éclairage au pétrole, 30 francs. Bons de la « Société Coopérative d
15 » Contre-épreuve : un petit propriétaire venu du continent il y a trois ans et qui utilise des outils ordinaires, me dit qu’il a
16à peine. Ils subsistent. À la fois aux limites du continent et aux limites de l’humanité. Ils n’attaquent plus, ils se cramponnen
17la proportion des fous est moindre ici que sur le continent. Et l’on meurt vieux5, et les médecins ne font pas fortune. Quelle co
184 Le vent souffle en tempête de la mer vers le continent, depuis sept jours déjà, sans une seuleheure d’interruption. Et cela
19prenez N., par exemple (la ville prochaine sur le continent), ils n’auraient pas idée de ça, au contraire, ils sont tout fiers de
9 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
20 que nos Églises suisses soient les seules sur le continent qui croient pouvoir s’en passer, sans dommage ? L’absence de liturgie
10 1940, Mission ou démission de la Suisse. Neutralité oblige, (1937)
21ce d’exterritorialité dont jouit la Suisse sur le continent, nous le voyons, lui aussi, se transformer d’année en année. Et nous
11 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
22antesque se poursuit en silence à travers tout le continent. Personne n’en parle. On n’a pas eu besoin de changer de régime pour
12 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
23pagne de « mission intérieure » à travers tout le continent. Imaginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veill
13 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
24ène de la guerre, brusquement, aux proportions du continent. Ainsi, par une mutation brusque, dans l’espace de cinquante à cent
14 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
25chose — une autre civilisation. L’Amérique est un continent dont je tiens pour possible et même facile de parler fort correctemen
26y a tant de bizarreries dans le monde, et dans ce continent américain on en voit chaque jour tant d’exemples. Tant d’espèces de
15 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
27ne grande victoire sur la géographie démesurée du continent. Mais c’était une limite atteinte. Qu’allaient-ils faire des énergies
16 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
28aciers, et jungles qui couvrent neuf dixièmes des continents… Notre terre est à peine habitable, dans l’ensemble ! Et dans les rég
17 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
29re sur les forêts et sur les lacs innombrables du continent, l’esprit subtil et ombrageux de l’éternel Dernier des Mohicans ! Vai
18 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
30Chacun sait que, pour arbitrer la lutte entre les continents, il faut d’autres talents et un autre savoir que pour équilibrer les
19 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
31après un petit tour de planète. Nous changeons de continent comme on part en week-end. Le mot partir a donc changé de sens. Il a
20 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
32. Et, ne serait-ce que pour mieux comprendre leur continent grâce à l’éloignement, il faudrait que le plus grand nombre possible
33 qui est tout à notre honneur ! L’Europe reste le continent de la création. L’Amérique ne crée pas. Elle est plutôt complémentair
21 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
34ut Petit, qui est la dernière paroisse intacte du Continent. Un peu plus loin, j’irais buter contre le fameux « rideau de fer » m
22 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
35xxe siècle et l’achèvement de la colonisation du continent, peut-être par l’effet d’une réaction normale, peut-être aussi parce
23 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
36grand délire de construction qui enfièvre tout le continent et dont le pont de l’autostrade au long de l’horizon porte la gloire.
37antesque se poursuit en silence à travers tout le continent. Personne n’en parle. On n’a pas eu besoin de changer de régime pour
24 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
38ol qui relie d’un seul coup le Nord et le Midi du continent à travers les deux chaînes des Alpes ici croisées, n’est pas seulemen
25 1946, Journal des deux Mondes. Intermède
39tais que dans la lutte en cours, perdue sur notre continent, l’élément décisif allait venir et ne pouvait venir que d’Amérique. P
26 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
40, autour du massif du Gothard, cœur mystérieux du continent, dernier symbole d’une liberté qui ne peut plus vivre que sous la cui
41 terre qui s’approche, avec l’immense sécurité du continent qu’on imagine au-delà de ces falaises orangées, frangées de forêts d’
27 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
42grand délire de construction qui enfièvre tout le continent, et dont le pont de l’autostrade au fond de l’horizon porte la’ gloir
43ai pas osé m’étendre sur le sol. Il semble que ce continent, mystérieusement, refuse à l’homme son intimité. Rien d’étonnant si l
44 devant le Zoo. Au-dessus d’une forêt de tous les continents, vert électrique sur un ciel noir, se dressaient les gratte-ciel livi
28 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
45. ⁂ Suramérique. — Ce terme pourrait désigner le continent américain du sud, puisque sud se dit sur en espagnol. Mais il évoque
46l’air nordique, exactitude du regard ! Dur est ce continent, et la vie qui m’y attend — je l’ai connue tout juste assez pour le s
29 1946, Journal des deux Mondes. Solitudes et amitiés
47laciers et jungles qui couvrent neuf dixièmes des continents… Notre terre est à peine habitable, dans l’ensemble ! Et dans les rég
30 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
48ve d’une guerre qui ravagerait soudain son propre continent ? Il y aurait lieu de craindre un break down national… Je vois l’Euro
31 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
49re sur les forêts et sur les lacs innombrables du continent, l’esprit subtil et ombrageux de l’éternel Dernier des Mohicans ! Vai
32 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’un retour
50après un petit tour de planète. Nous changeons de continent comme on part en week-end. Le mot partir a donc changé de sens. Il a
51ut Petit, qui est la dernière paroisse intacte du continent. Un peu plus loin j’irais buter contre le fameux « rideau de fer » ma
33 1946, Lettres sur la bombe atomique. Paralysie des hommes d’État
52 Chacun sait que pour arbitrer la lutte entre les continents il faut d’autres talents et un autre savoir que pour équilibrer les D
34 1946, Lettres sur la bombe atomique. La pensée planétaire
53a guerre des nations ; et l’avion à la guerre des continents. Voici la bombe, à quoi servira-t-elle ? À la guerre planétaire, c’es
35 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
54 et la transmission instantanée de la parole d’un continent à l’autre. Traiter une idée en utopie, c’est en fait déclarer « qu’on
36 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
55mer ou regagner, c’est dans l’union fédérative du continent qu’elle trouvera sa seule garantie. Nous serons guéris de notre mauva
37 1947, Vivre en Amérique. Avertissement
56 mon livre est au total plus favorable à l’un des continents qu’à l’autre. La réponse théorique dépend des goûts, et la réponse pr
38 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
57hose — une autre civilisation. L’Amérique est un continent dont je tiens pour possible et même facile de parler fort correctemen
58y a tant de bizarreries dans le monde, et dans ce continent américain on en voit chaque jour tant d’exemples. Tant d’espèces de g
39 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
59ne grande victoire sur la géographie démesurée du continent. Mais c’était une limite atteinte. Qu’allaient-ils faire des énergies
40 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
60sez en Europe, sont dispersés aux quatre coins du continent, ne se connaissent guère entre eux, ne se rencontrent pas. Depuis le
61ellectuelle. Dispersées, elles aussi, sur tout le continent, elles forment des centres locaux — en Virginie, dans l’Arizona, à Ne
62xxe siècle et l’achèvement de la colonisation du continent, peut-être par l’effet d’une réaction normale, peut-être aussi parce
63pagne de « mission intérieure » à travers tout le continent. Imaginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veill
41 1947, Vivre en Amérique. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
64ans tout le détail de la vie quotidienne des deux continents. Il serait peu civilisé de penser que l’un de ces idéaux tout faits d
65’Atlantique. Entrez maintenant dans la réalité du continent où vous amène un rêve. Je vous accompagne en sourdine, attentif à vou
42 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
66antesque se poursuit en silence à travers tout le continent. Personne n’en parle. On n’a pas eu besoin de changer de régime pour
43 1948, Combat, articles (1946–1950). Message aux Européens (14 mai 1948)
67ous les hommes, que nous voulons l’union de notre continent. Sur cette union l’Europe joue son destin et celui de la paix du mond
68lés pour donner une voix à tous les peuples de ce continent, déclarons solennellement notre commune volonté dans les cinq article
44 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
69que assez grossière suffit à révéler dans tout le continent une sorte de clivage et un double tropisme. Les masses industrielles,
70te ou de progrès capitaliste qui ont quitté notre continent, mais, à leur suite, les espoirs et les rêves des plus actifs d’entre
45 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
71 d’énergie. » Les adversaires de la fédération du continent (peu s’avouent tels) et les sceptiques (dont l’espèce est courante) n
46 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
72les, à l’opinion qui se réveille, aux citoyens du continent. Ils vont la prendre dans quinze jours, aux états généraux de l’Europ
73mps de réveiller l’espoir d’une moitié séparée du continent. Il est temps de donner aussi à nos amis Américains la certitude que
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
74nd propose une doctrine pour la reconstruction du continent. Et le troisième s’inscrit dans une action — dont les Documents de La
75 de l’Europe, pour que l’idée de la fédération du continent s’éveille un peu partout, spontanément, comme un réflexe de compensat
76enève des intellectuels venus des quatre coins du continent. Le sujet des débats était l’Europe. Dans la conférence qu’on va lire
77ue j’ai cru distinguer sur le visage spirituel du continent — je ne dis rien de son visage physique — ne trahissent qu’une fatigu
78 le rayonnement s’élargissait sur tous les autres continents. L’Europe nous semblait donc plus grande qu’elle n’était. D’où l’effe
79que assez grossière suffit à révéler dans tout le continent une sorte de clivage et un double tropisme. Les masses industrielles,
80te ou de progrès capitaliste qui ont quitté notre continent, mais, à leur suite, les espoirs et les rêves des plus actifs d’entre
81 d’abord : l’Europe, cette Grèce agrandie, est un continent cloisonné, et par nature diversifié, impropre donc et même rebelle au
48 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
82 de leur commune volonté de promouvoir l’union du continent, sur la base des principes fédéralistes illustrés par le pays même da
83ure seraient perdues si l’on tentait d’unifier le continent, de tout y mélanger, et d’obtenir une sorte de nation européenne où l
84éelles est international et opère à l’échelle des continents. Il pense encore en kilomètres, séparant des points immobiles, quand
85ppeler pour ce nouveau destin tous les peuples du continent, et de dresser devant eux l’image pacifiante vers laquelle dès mainte
49 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
86les, à l’opinion qui se réveille, aux citoyens du continent. Ils vont la prendre dans quinze jours, aux États généraux de l’Europ
87, c’est l’organisation économique et politique du continent, je répondrai dans ce cas, soyez sérieux, devenez une colonie américa
88s, correspondant au cloisonnement géographique du continent, a fait pendant des siècles l’originalité de l’Europe et la fécondité
89arvées à un droit exclusif dans l’organisation du continent n’est pas moins dangereuse, n’est pas moins utopique, que ne serait l
90mps de réveiller l’espoir d’une moitié séparée du continent. Il est temps de donner aussi à nos amis Américains la certitude que
91i elle n’est continuellement découverte. D’autres continents se vantent de leur efficacité, mais c’est le climat européen seul qui
92 qu’on attendait de La Haye, tout au moins sur le Continent. Le plan Reynaud n’était pas excellent. Il eût fallu le remplacer par
50 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
93hose sérieuse, c’est l’organisation économique du continent, je répondrai : dans ce cas, soyons sérieux, et laissons-nous colonis
94Europe. Car, du point de vue de la géographie, le continent européen n’est qu’une péninsule de l’Asie. Si ce petit coin de terre
95s, correspondant au cloisonnement géographique du continent, a fait pendant des siècles l’originalité de l’Europe et la fécondité
96ntions à un droit exclusif dans l’organisation du continent n’est pas moins dangereuse et utopique, que ne serait « l’impérialism
97allier pour ce nouveau destin tous les peuples du continent représentés ici ou non — en une Fédération qui sera le premier pas ve
98n sur les grandes questions intéressant la vie du continent, par voie d’appels à l’opinion et aux gouvernements ; 3. D’exercer un
99ous les hommes, que nous voulons l’union de notre continent. Sur cette union l’Europe joue son destin et celui de la paix du mond
100lés pour donner une voix à tous les peuples de ce continent, déclarons solennellement notre commune volonté dans les cinq article
51 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
101 se mit en route pour la joindre. Mais nous, quel continent nouveau, tout imprévu, risquons-nous d’aborder ? Et quel bonheur, auq
52 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
102st ainsi qu’il trouva l’Amérique. Mais nous, quel continent nouveau allons-nous aborder demain ? Se peut-il que ce soit tout simp
53 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
103e par l’équilibre entre les grandes puissances du continent. Il s’agit aujourd’hui d’autre chose. L’idée d’une guerre prochaine e
104é représente un apport positif à la fédération du continent, c’est-à-dire à ses vrais intérêts. Mais sur le plan précis de la déf
105alité est une contribution réelle à la défense du continent, on ne saurait vraiment en dire autant de notre attitude méfiante et
106passe, soit encore une menace de guerre contre le continent tout entier, nous poseront ces questions précises. Il faut que notre
54 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Troisième lettre aux députés européens : L’orgueil de l’Europe (17 août 1950)
107e tous les hommes, et pas seulement ceux de notre continent, pour qui le nom d’Europe a représenté la beauté dans la vie, l’intel
55 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
108 l’unité européenne. Quand il regarde notre vieux continent, il n’y voit, si j’ose dire, que ce qui n’y est pas ; il voit que ça
56 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
109 besoin d’un inventaire des forces culturelles du continent. Cette nécessité devient évidente dès qu’on entreprend des recherches
110ages culturels de l’Europe par rapport aux autres continents, sur les forces disponibles pour certaines tâches, sur les réformes à
111d’un instrument d’action concertée à l’échelle du continent, quelque chose comme un Chatham House européen, mais certainement plu
112r élargir l’esprit nationaliste aux dimensions du continent, non par orgueil ou par satisfaction de nous-mêmes, et encore moins a
57 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
113e tous les hommes, et pas seulement ceux de notre continent, pour qui le nom d’Europe a représenté la beauté dans la vie, l’intel
58 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
114 l’unité européenne. Quand il regarde notre vieux continent, il n’y voit, si j’ose dire, que ce qui n’y est pas : il voit que ça
59 1951, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Extrait du discours prononcé par Denis de Rougemont à l’inauguration du Centre (mai 1951)
115r élargir l’esprit nationaliste aux dimensions du continent, non par orgueil ou par satisfaction de nous-mêmes, et encore moins a
60 1951, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Réplique à M. Lasserre (mars-avril 1951)
116nt » le Conseil de l’Europe avec la fédération du continent : le premier n’étant, comme chacun sait, qu’un effort encore hésitant
61 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). L’anxiété de l’homme moderne
117oup d’Européens de s’organiser pour la défense du continent, c’est justement cette psychose ou cette névrose qui leur fait dire q
62 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-USA (août-septembre 1952)
118chos. Une trentaine de quotidiens et de revues du Continent l’ont reproduit en tout ou partie, et commenté dans un sens favorable
63 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
119(unie ou non) restera le cadre en fil de fer d’un continent de plus de 300 millions d’individus qui cesseront peu à peu de cherch
64 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
120ds voyages qui ont permis de relever la carte des continents et de dénombrer toutes nos races de Marco Polo à Vasco de Gama, et de
65 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
121ntérieur et de l’extérieur. La division de notre continent en 21 nations sottement rivales, dont aucune n’est plus à l’échelle s
122cle, en butte à l’hostilité croissante des autres continents, mais détenant encore les vrais secrets d’une civilisation qu’elle a
66 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
123rée, mais certainement la plus sérieuse que notre continent ait traversée depuis la dernière guerre. Quel est le sens de l’action
124on, mais pleins de méfiance à l’égard du reste du continent, qui les a pourtant civilisés ; une Allemagne amputée d’un quart de s
67 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
125e ferraille qui nous sépare de l’extrême Ouest du continent, suppose à la fois la constitution d’une puissance politique et la ch
68 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
126e de la Suisse, son statut d’exception au cœur du continent, la nécessité conjointe de sa force armée et de sa neutralité « dans
127antons. Son rêve était de constituer au centre du continent un grand État qui eût englobé la Bourgogne, la Lombardie et la Souabe
128 temps de paix, la Suisse se fit Grand Hôpital du continent déchiré par la guerre. L’entre-deux guerres parut offrir à la Suisse
129démocratie indépendante subsistant au milieu d’un continent envahi ; dernier vestige d’une Europe jadis unie sous la couronne du
130tifié, les divisions de la seule armée intacte du continent (600 000 hommes) veillaient nuit et jour, prêtes à faire sauter le tu
131 avec une mission de grand-garde au cœur de notre continent, à la fois autonome à l’égard de toute puissance particulière, et prê
132montée perpétuellement autour du cœur physique du continent, mais aussi autour du principe qui peut ramener la paix entre les peu
69 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
133peut qu’une réorganisation des échanges sur notre continent renverse ce mouvement.26 Le résultat de ces efforts, la réponse helv
70 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
134ermis d’imaginer son extension qu’à l’ensemble du continent. Seule, une Fédération européenne se trouverait, en effet, remplir le
135, en dehors de toute hégémonie, donnerait à notre continent la conscience de son unité et lui ouvrirait la perspective de se rele
136jette, car ce n’est qu’au moment où l’ensemble du continent l’aura rejointe, adoptant sa propre formule qu’elle pourra sacrifier
137xxe siècle, elle lutte pour préserver au cœur du continent une image de l’avenir européen, même lorsqu’elle croit défendre simpl
71 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
138servi ou aidé la culture, dans les divers pays du Continent ? — Il existe, dans chacun de nos pays, des organismes étatiques ou s
72 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
139 écarter les menaces qui pèsent sur l’ensemble du continent, les impératifs de son économie, et cette grande nostalgie de l’homme
140elles « colonies social-fascistes des US » sur le continent. La compagnie paraît assez mêlée. Mais les neutralistes, qui dénonçai
141révolte ou par l’essor normal de plusieurs autres continents, devient évidente à beaucoup. Des projets ont été formulés, parmi les
73 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
142r le compartimentage national ou balkanisation du continent. La solution est ici de rétablir un réseau européen d’échanges à trav
74 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
143ique et son progrès constant qui a permis à notre continent, simple « cap de l’Asie » comme on sait, de dominer toute la Planète.
75 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
144on de réunir leurs forces pour le salut public du Continent ? L’idée de former un groupe d’Amis du Centre est né de semblables qu
76 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
145e de nos forces, non seulement pour l’ensemble du continent mais pour telle région, tel village, dans tel milieu professionnel, e
146t la plus petite de nos communes aux destinées du continent, tel est le sens, le mouvement général, du premier effort nécessaire
77 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
147té : La mesure de l’homme moderne est devenue le continent. C’est pour un marché continental que le mineur extrait le charbon, q
78 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
148t qu’un mythe et que, dès lors, l’indépendance du continent doit être recouvrée au niveau de l’Union. L’aventure franco-anglaise
79 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
149anques. La monnaie suisse reste la plus solide du continent. Cependant, le commerce avec les pays de l’Est et la Russie est entra
150e. Les Russes dominent les pays de l’Est de notre continent (Pologne, Tchécoslovaquie, Allemagne orientale, Hongrie, Bulgarie, Ro
151(OECE), groupant 16 pays, dont la Suisse. Mais le continent reste divisé par d’innombrables barrières douanières, différences de
152ur réagir contre les dangers nés des divisions du continent, un mouvement d’opinion se forme dans de nombreux pays, dès 1945, en
153ats européens, d’autre part, d’unir les forces du continent pour que l’Europe puisse résister aux pressions extérieures, assurer
154La Suisse occupe une position centrale dans notre continent, mais n’a pas de débouchés directs sur la mer. Une large proportion d
155re-échange, englobant tous les pays de l’Ouest du continent. La Suisse observe fidèlement son devoir de neutralité. Mais cette ne
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
156s éventuels qui pourraient survenir dans d’autres continents, et à se disposer en conséquence. 2. Si la trêve est rompue entre les
81 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
157 la ramène à sa forme réelle, et dilate les trois continents jusqu’à la moitié environ de leurs vraies dimensions. Cent ans plus t
158ard, la mappemonde de Tramezzino indique les cinq continents et les océans. Enfin, en 1597, la carte figurant dans la Universale d
82 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
159ope en crise et désunie, repoussée par les autres continents où elle avait longtemps dominé, enfermée sur son « cap de l’Asie » pa
160ent » ? Alexandre n’avait conquis qu’un quart des continents alors connus. S’il a cru que c’était le monde, il s’est trompé. Mais
161e l’Europe, qui avait pourtant découvert tous les continents, en vienne enfin à se découvrir elle-même en tant qu’unité supérieure
83 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
162n sur les grandes questions intéressant la vie du continent, par voie d’appels à l’opinion et aux gouvernements ; et de faciliter
84 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
163s dizaines d’intellectuels de diverses régions du continent ont entrepris, dès le lendemain de la dernière guerre, de rallier à l
85 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
164tions montantes, mais la seule union politique du continent. C’est à ce résultat prochain, seul suffisant, que doivent concourir
86 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
165des Russes. On cherche donc, plus près du cœur du continent, une région plus axiale et plus dense… Combinant les motifs géodésiqu
87 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
166 les distinguent du reste de l’humanité. Tous les continents se ressemblent et ont aujourd’hui les mêmes problèmes de technique, d
167ces qui se lèvent de toutes parts autour de notre continent ? Ou pouvons-nous le considérer avec les yeux des optimistes qui voie
168que tous les hommes et les femmes qui habitent ce continent, c’est ce que vous et moi saurons en faire demain.
88 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). L’Europe de l’énergie
169 convaincante dans les données physiques de notre continent, c’est-à-dire dans ce qui nous lie au sol, au climat, à la race ; car
170uits et les secrets de sa puissance vers d’autres continents et d’autres peuples. Si notre technique dépendait de nos conditions p
171s en sous-sol que bien d’autres régions et vastes continents. Ce qui a fait de cette péninsule la conscience et le cœur du monde n
172éométrique qu’arithmétique. La situation de notre continent — et de l’humanité tout entière — serait apparemment sans espoir, si
89 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
173ériraient avec elle. L’avenir de chaque nation du continent se confond donc avec l’avenir même de l’Europe, c’est-à-dire avec son
90 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
174t avec elle, de motel en hôtel, à travers tout le continent américain qu’il découvre et décrit ainsi mieux que personne, dans le
91 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
175l les « Européens » ont la naïveté de situer leur continent, et l’hypocrisie d’évaluer ses problèmes. Vous me direz que vous ne p
92 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
176livres, a-t-il jeté un pont, une arche par-dessus continents et millénaires, reliant ainsi les représentations de l’ancienne Asie
93 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
177rielle dont jouissent les grandes masses de votre continent — quand ils auront « gagné » dans cette compétition — la grande idée
94 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
178ivement dans plus de vingt-cinq pays sur les cinq continents — mais voici le point important : ce Congrès n’est pas un parti, n’es
95 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
179anisations non-officielles des différents pays et continents, et au besoin, secourir les victimes des persécutions politiques. C’e
180x discours de Zurich, et à sa contrepartie sur le continent : le Comité français pour l’Europe unie (René Courtin, Paul Reynaud),
96 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
181xtrémité géographique (et parfois spirituelle) du continent, un interprète du Zen fait écho : « La négation de l’Atman énoncée pa
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
182néolithique, diffusée de l’Euphrate vers les cinq continents à partir du cinquième millénaire avant notre ère, et dernier ancêtre
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
183t avec elle, de motel en hôtel, à travers tout le continent américain qu’il découvre et décrit ainsi mieux que personne, dans le
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — Rudolf Kassner et la grandeur humaine
184livres, a-t-il jeté un pont, une arche par-dessus continents et millénaires, reliant ainsi les représentations de l’ancienne Asie
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
185xtrémité géographique (et parfois spirituelle) du continent, un interprète du Zen fait écho : « La négation de l’Atman énoncée pa