1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
1ux se marier que de brûler » écrit saint Paul aux Corinthiens.) De plus, c’est un amour heureux — malgré les entraves du péché — pu
2 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
2d’ouvrir au chapitre 13 de la première Épître aux Corinthiens : « Et maintenant ces trois choses demeurent : la Foi, l’Espérance et
3 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
3n vois pas de meilleur que la première Épître aux Corinthiens : c’est dans ses appels à l’union, précisément, que Paul établit avec
4 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
4deux siècles. « Soyez fous ! » dit saint Paul aux Corinthiens. « Osez être l’Invraisemblable ! »5 dit Kierkegaard. Ce sont ces voix
5 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
5d’ouvrir au chapitre 13 de la première Épître aux Corinthiens : « Et maintenant ces trois choses demeurent : la Foi, l’Espérance et
6 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — Post-scriptum
6ile. On le trouve au contraire dans saint Paul (I Corinthiens 6, 10 et 11) : « Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les id
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
7éra portait le titre d’Europia. Le nom crétois et corinthien d’Europe était Hellotis, qui évoque Helice (saule) ; Hellé et Hélène