1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
1e sécurité dont trop souvent un brillant appareil dialectique ne sait produire que l’illusion. C’est la revanche du fameux scrupule
2 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
2 pensée moderne, et fut impressionnant de vigueur dialectique et de largeur d’idées. Une soirée consacrée à la Fédération vint inte
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3 discussions énervantes où s’épuise vainement une dialectique dont l’objet fuit sans cesse par la quatrième dimension. Aragon et le
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
4s. L’évolution de l’humanité paraît conforme à la dialectique hegelienne ; on y retrouve facilement les triades : être — négation d
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
5n de dégager la mentalité d’une époque — selon la dialectique de cet Hegel auquel on revient parce qu’au contraire de M. Léon Bruns
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
6ale lorsque, se prenant pour fin, elle s’érige en dialectique indépendante. Si des sophismes de ce genre n’apparaissent pas plus so
7 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
7nu évoque le concept d’ironie selon Jean-Paul, la dialectique selon Hegel, et peut-être la passion de Kierkegaard. Mais alors M. Tr
8théorique. Que l’on considère en effet le devenir dialectique de la pensée allemande depuis Goethe : c’est à l’Orient, d’instinct,
8 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
9 pas de nous. Telle est la démarche paradoxale, « dialectique », de la vie chrétienne : elle rejette tout espoir qui ne serait pas
10autre part, en vertu du même ordre des choses, la dialectique chrétienne rejette tout désespoir qui ne serait pas le seul désespoir
11 tout d’abord connaître la position du calvinisme dialectique en face de l’action humaine. Position, marquons-le tout de suite, int
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
12ent décisif qui figure en raccourci tout le drame dialectique de sa vie. Mais cette maladie, et la convalescence, ont éveillé dans
13re dans le mystère de la fureur ». Cette complexe dialectique de la magie, Goethe lui-même l’a stylisée en symboles concrets dans l
14lle de Rimbaud de s’y être refusé. Transportez la dialectique faustienne dans la vie d’un être jeune et libre encore de toute contr
15 Dilemme, en son fond, religieux. C’est une forme dialectique, « agonique », de la vie de l’âme, une forme cruciale, c’est-à-dire u
16e se détend, le tragique s’évanouit. Que ce mythe dialectique soit profondément constitutif de notre être, l’extension et la divers
17lisent le renoncement, le deuxième temps de cette dialectique, dans un mouvement que sa violence rend unique : c’est qu’ils revienn
18e critère du salut, cette transcendance, en bonne dialectique autoriserait à des [p. 494] jugements de valeurs humaines. Mais il fa
10 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
19t paradoxal de Jouhandeau, — de cette espèce de « dialectique » formelle du bien et du mal qu’il publie en marge de son œuvre roman
20x qui ont l’audace de se maintenir dans une telle dialectique, il n’existe pas un choix préalable à la tentation, un choix universe
21 mal selon l’Église. Mais l’émouvante et ironique dialectique de Jouhandeau est-elle très catholique, ou même très chrétienne ? La
22lle très catholique, ou même très chrétienne ? La dialectique paulinienne postule que bien et mal appartiennent au règne de la loi
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
23atisme, cet acte de foi optimiste dans le cours « dialectique » de l’Histoire, qui caractérisent la position marxiste. Par contre,
24t. Les uns croient, avec Marx, à la réalité d’une dialectique ternaire ; ils placent leur espoir dans l’avènement de synthèses succ
25goureux de la matière abandonnée à elle-même ? La dialectique historique à trois temps est une arbitraire projection dans les chose
12 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
26 de ne pas mourir, selon la parole profondément « dialectique » de Thérèse d’Avila. Qu’est-ce donc en définitive que le point de vu
27de Barth une théologie de la crise, une théologie dialectique. Elle est surtout et avant tout cela une théologie de la parole de Di
28e propos dans un récent article 1 — la théologie dialectique de Barth à laquelle on reproche (comme à ceux de Port-Royal !) d’effr
13 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
29ssibilité. On a souvent reproché à la « théologie dialectique » de Karl Barth et de ses amis de justifier une sorte de désintéresse
14 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
30 [p. 95] Dialectique des fins dernières (juillet 1933) d L’honnêteté la plus élémentaire
31ique contre l’éthique ». Il s’agit donc ici d’une dialectique à deux termes simultanés, et dont la tension n’est pas orientée vers
32aler les éléments dans le temps et l’Histoire. Sa dialectique est devenue une espèce de bascule automatique. Le tragique s’évanouit
33éel que le spirituel. Il me paraît certain qu’une dialectique fondée sur l’actualité permanente de la personne nous oppose d’une pa
34onique à l’usage d’une masse non responsable. Une dialectique sans « médiation » et comportant par [p. 97] suite le risque personne
35 même de ses descendants directs, les théologiens dialectiques. Je ne me serais pas attardé à développer ici ces thèses, si dans leu
36tout à fait privilégié. Peut-être le point de vue dialectique de Barth se laissera-t-il d’autant plus clairement définir qu’on le d
37qu’on le définira par son opposition globale à la dialectique humaniste qui paraît à nos yeux s’en rapprocher le plus. ⁂ Cet acte d
38oxe par définition. Tel est l’aspect humain de la dialectique dont il est question chez Barth ; et que cela suffise à faire voir qu
39préciations portées ici ou là contre la théologie dialectique incriminée de pessimisme romantique, de recours abusif au langage pat
40 de Jésus-Christ. La réalité centrale d’une telle dialectique est formulée dans ce passage de Barth : « Que Dieu (mais vraiment Die
41s quelques traits schématiques, voulu décrire une dialectique qui juge tous nos mots. Je voudrais simplement en avoir dit assez pou
42it inutile d’insister davantage sur ce fait : nos dialectiques humaines et la dialectique chrétienne sont séparées par la mort étern
43age sur ce fait : nos dialectiques humaines et la dialectique chrétienne sont séparées par la mort éternelle. Qu’un philosophe, qu’
44isque et le choix dont parle la théologie dans sa dialectique absolue. Il n’y a plus ici d’opération réelle que par la Parole de Di
15 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
45 [p. 116] Poésie dialectique (juillet 1933) e Au cours d’un article paru en Suisse allemande, le
46otre premier numéro « est bien la première poésie dialectique qui lui soit tombée sous les yeux » ! Petite erreur de fait, voulons-
47reur qui lèse à la fois l’histoire littéraire, la dialectique et la poésie. Car : 1° Toute la poésie de la Réforme jusqu’au xviie
48rme jusqu’au xviie siècle peut être qualifiée de dialectique : c’est le « wit » des poètes métaphysiciens de la Renaissance anglai
49une mémoire mal informée. Et je ne dis rien de la dialectique de Polyeucte… 2° La vision dialectique jetant l’homme dans une situat
50rien de la dialectique de Polyeucte… 2° La vision dialectique jetant l’homme dans une situation dramatique ; lui révélant le néant
51oute poésie ne serait-elle pas, dans son essence, dialectique ? La métaphore ne tire-t-elle pas sa puissance de la nouveauté parado
16 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
52 propre aux corps solides. À quelles subtilités « dialectiques », à peine dignes d’une bourgeoise Sorbonne, devra-t-on faire appel p
53ls rêvent. Leurs esprits se perdent dans un songe dialectique radicalement inactuel. Ils pensent par périodes de mille ans. Ils son
17 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
54minisme duquel les soviets n’échappent pas. 3° La dialectique historique ne peut que rendre compte du passé — mais seul l’acte créa
18 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
55ants et précis que soit l’un dans le détail de sa dialectique critique, et si généreux que se veuille le second dans ses attaques c
19 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
56enne, calvinienne, luthérienne, kierkegaardienne, dialectique… », — et « loyauté » par « humilité » ? Il me semble qu’alors les inv
20 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
57t un des tours nombreux que peut jouer la fameuse dialectique hégélienne. Les réalisations marxistes en URSS ne sont guère utiles p
58, ou telle conséquence imprévue du jeu de bascule dialectique. On a pu lui opposer une série d’objections que je ne ferai ici que m
59évue. Mais cette évasion hors du déterminisme, la dialectique hégélienne de Marx l’a cependant prévue. On se souvient des phrases f
60omme auteur. Si l’on refuse cet acte de foi en la dialectique marxiste, il reste peu de raisons d’imaginer possible le saut dans l’
61des stades successifs. Notre réalité est dans une dialectique simultanée, non pas successive. Nous pourrions dire : dans l’histoire
21 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
62 pas de nous. Telle est la démarche paradoxale, « dialectique », de la vie chrétienne : elle rejette tout espoir qui ne serait pas
63autre part, en vertu du même ordre des choses, la dialectique chrétienne rejette tout désespoir qui ne [p. 86] serait pas le seul d
22 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
64sant et précis que soit l’un dans le détail de sa dialectique critique, et si généreux que se veuille le second dans ses attaques c
23 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
65rie économique ; sa conception de l’histoire ; sa dialectique ; ses méthodes politiques et sociales. Je puis leur reconnaître une p
66de sortir de ce monde pour le transformer ? Cette dialectique inconcevable de la vie et de la mort, ce commandement que nous avons
24 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
67atisme, cet acte de foi optimiste dans le cours « dialectique » de l’Histoire, qui caractérisent la position marxiste. Par contre,
68t. Les uns croient, avec Marx, à la réalité d’une dialectique ternaire ; ils placent leur espoir dans l’avènement de synthèses succ
69goureux de la matière abandonnée à elle-même ? La dialectique historique à trois temps est une arbitraire projection dans les chose
25 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
70umaine en une synthèse, en un « troisième terme » dialectique, — tout comme Kierkegaard critiquait chez Hegel cette mécanique de l’
26 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
71u bout, note M. Marcel, qui m’apparaît ici très « dialectique » — démarche de la création qui va toujours dans le sens de l’être, à
27 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
72Hegel a tout objectivé : l’esprit, l’histoire, la dialectique, finalement, l’homme lui-même à ses propres yeux. Il a voulu chasser
28 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
73on retrouve la véritable et profonde acuité d’une dialectique à résoudre en actes. C’est l’un des traits les plus frappants du Calv
29 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
74une révolte rationnelle contre la Nature, — cette dialectique fondamentale de l’univers antique, ne pouvait se résoudre sur le plan
75 autonome. L’esprit contre le corps, telle est la dialectique moderne, et c’est encore la dialectique antique entre l’homme et la n
76le est la dialectique moderne, et c’est encore la dialectique antique entre l’homme et la nature, mais transposée dans le déchireme
30 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
77tre même, une protestation contre le matérialisme dialectique. Quand on possède, comme lui, le sens de la solitude et le sens de la
31 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
78 la doctrine de Marx, et plus précisément dans sa dialectique historique : « Je ne puis me résigner à cette espèce de fatalisme par
32 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
79anisme nouveau ont adopté sa vraie théologie : la dialectique historique de Karl Marx. En vertu de cet acte de foi, fait en révolte
80tuel a donné au christianisme sa rhétorique et sa dialectique ; de la sorte, il a empêché le christianisme de mourir de sa pauvreté
33 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
81de force d’exposer clairement, sans la trahir, la dialectique « abyssale » de cette œuvre. Personne n’a fait plus que Jean Wahl pou
82voyant au livre de M. Thurneysen. La conception « dialectique » de l’homme illustrée par les personnages de Dostoïevski, commentée
34 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
83e notre condition chrétienne est celle du conflit dialectique : L’Église est ordonnée à cette condition de batailler continuelleme
35 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
84t sortant les uns des autres, par un jeu purement dialectique. Procès [p. 36] rarement troublé — le moins possible — par des invent
36 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
85 mérité son titre. Je veux dire que la part de la dialectique professionnelle, professorale, [p. 461] la tractation correcte et à m
37 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
86outissant par une série d’actions et de réactions dialectiques « au romantisme, au révolutionnarisme et à l’anarchie » (selon M. Tru
87l. Car si l’on voit à la rigueur le passage de la dialectique de Boehme à la philosophie de Fichte et de Hegel, d’où sont effective
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
88ceux des employés, selon le schéma hégélien de la dialectique du maître et du serviteur — de Man oppose des éthiques, des styles de
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
89les faits, moyennant le fameux renversement de la dialectique de l’Esprit en dialectique de la Matière économique. Marx à lui seul,
90eux renversement de la dialectique de l’Esprit en dialectique de la Matière économique. Marx à lui seul, d’ailleurs, illustre tout
40 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
91entiel. Lorsqu’un marxiste, aujourd’hui, parle de dialectique, il s’agit moins de tension et d’action que d’une évolution historiqu
92rgeois. Le matérialisme n’a pas besoin de se dire dialectique pour qu’apparaisse l’ironie qui le tourmente sans espoir, ironie tris
41 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
93Les attaques de Kierkegaard contre la philosophie dialectique de l’histoire, d’où Marx et Engels devaient tirer le matérialisme his
94ne peut être, dans l’état présent, que d’un usage dialectique. Elle réunit, en une seule phrase, en un seul geste, deux aspects du
95 éthique nouvelle, non point d’une ingéniosité. Dialectique de l’incarnation Tout ce que j’ai dit contre une certaine pensée, pui
96r la pensée côtoiera ce double péril. C’est là sa dialectique particulière, c’est à cela même qu’on peut reconnaître sa présence. N
97tyle qui permettront de penser avec les mains. La dialectique du conformisme et de l’évasion nous indiquera au moins ce qu’ils ne d
98rent, dans leur structure, visible ou secrète, la dialectique joyeuse de la personne en acte. Que celui qui s’engage dans leur lect
99par la voie des négations. Nous avons proposé une dialectique critique dont les deux termes négatifs sont évasion et conformisme. E
42 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
100fragments n’étaient que les premiers termes d’une dialectique au cours de laquelle ils devaient être radicalement niés, on a incité
101humain apparaît affecté d’un humour désespéré. La dialectique de Kierkegaard consiste alors à déconsidérer le sérieux et le pathéti
102ronie, l’ironie du sérieux, voilà les pôles d’une dialectique dont le plus étrange, sans doute, est qu’elle embrasse avec une famil
43 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
103ance et de la Vie. Ceci tuerait cela. Et de cette dialectique, on a tiré quelques rayons d’in-octavos. Mais Claudel : « Vivre, c’es
44 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
104essaire, p. 251.) (C’est sans doute une lecture « dialectique » de nos textes qui permet à l’auteur d’affirmer que « toute l’idéolo
105ais l’auteur se considère, lui, comme un « esprit dialectique », donc un matérialiste raffiné, tout en souplesse… Cette pudeur nouv
106ellement », la mitrailleuse n’étant qu’une arme « dialectique » lorsqu’elle est maniée par un vrai marxiste, au service d’un État «
45 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
107t la plus claire 13 . Or, cette langue d’échanges dialectiques rapides se trouve par là même inefficace sur le « peuple ». Elle manq
108r son développement, mais d’une manière négative, dialectique, ou mieux encore : pédagogique. Il est de l’essence de toute saine po
46 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
109’ordre social. Aujourd’hui, on invoque le devenir dialectique de l’histoire (« Progrès ») et l’idéal prolétarien (« Valeurs spiritu
47 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
110’une certitude pesante, vraiment « grave », d’une dialectique sobre et têtue, qui va droit au point décisif, envisage honnêtement l
48 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
111’une certitude pesante, vraiment « grave », d’une dialectique sobre et têtue qui va droit au point décisif, envisage honnêtement le
49 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
112doutes sur la signification orthodoxe, vraiment « dialectique », que l’on donne, chez les communistes, à l’expression bonne foi. La
113e l’oppression stalinienne. Et pas un mot de la « dialectique ». Et puis, qu’est-ce que l’Esprit qu’il veut servir ? La majuscule n
50 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
114r son développement, mais d’une manière négative, dialectique, ou mieux encore : pédagogique. Il est de l’essence de toute saine po
51 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
115nteraction à quoi se réduit en fin de compte la « dialectique » dont tout le monde parle depuis cent ans. Ne perdons plus de temps
52 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
116rès belle occasion de développer en profondeur la dialectique individu-personnalité-personne, qui est fondamentale pour tout notre
53 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
117s capitalistes, ou comme il dit : « libérer de la dialectique des propriétaires les valeurs de propriété personnelle ». La plupart
54 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
118ssitôt en évoque une contraire ; c’est un vertige dialectique.   Un petit industriel. — Avant 1933, sa vie était impossible : grèv
119on de foi inspirée par Karl Barth et la théologie dialectique, l’ensemble des chrétiens luthériens et calvinistes qui refusent de l
55 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
120es et sacrés, qui lui font aujourd’hui défaut. Sa dialectique mortelle pourra de nouveau mimer des intrigues épiques ou politiques.
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
121as. Et il n’est pas sans intérêt de dégager cette dialectique de l’obstacle dans le Roman. Lorsque ce sont les circonstances social
122ire un retard de la Mort. ⁂ On retrouvera la même dialectique entre les deux mariages du Roman : celui d’Iseut la Blonde avec le ro
123 l’on assiste, in extremis, au renversement de la dialectique passion-obstacle. Vraiment ce n’est plus l’obstacle qui est au servic
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
124onstate que l’instinct et le sexe connaissent une dialectique spontanée, analogue à certains égards à celle de la passion dans notr
125ux autre chose que le support physiologique de la dialectique passionnelle. Il faut bien que la passion se serve des corps, et qu’e
126prême du désir aboutit à ce qui est non-désir. La dialectique d’Éros introduit dans la vie quelque chose de tout étranger aux rythm
127 femme chez les Celtes n’est pas sans rappeler la dialectique platonicienne de l’Amour. La femme figure aux yeux des druides un êtr
128ue, qui aboutit à les nier. Le but final de cette dialectique, c’est la non-vie, la mort du corps. La Nuit et le Jour étant incompa
129’incarnation du Christ dans Jésus, renverse cette dialectique de fond en comble. Au lieu que la mort soit le terme dernier, elle de
130les Pour introduire plus de clarté dans ce dédale dialectique, je proposerai le schéma suivant : doctrine application théo
131istianisme apporte au problème du Mal une réponse dialectique et paradoxale qui se résume dans les mots de liberté et de grâce. Plu
132 familiers au poète qu’il imite bien souvent leur dialectique de la souffrance, du désir et de l’extase, quitte à en inverser les c
133trouver dans l’épisode de la Minnegrotte toute la dialectique qui sera celle des grands mystiques du xiiie et du xviie siècle : l
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
134leures chances de surprendre à l’état naissant la dialectique des « choses bizarres »… 2. Tristan : une aventure mystique Nous av
135t arbitraire isolerait tel ou tel moment de cette dialectique permanente pour en faire la donnée première. 7. Libération finale d
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
136, voire les défis à une mort libératrice. Mais la dialectique sauvage de Tristan n’est plus ici que coquetterie, et le combat du Jo
137 volage, la coquette, le hardi, etc. — donne à la dialectique des sentiments sa meilleure garantie de précision, et disons même de
138où l’harmonie voluptueuse de l’un, et la [p. 220] dialectique tendue de l’autre ; l’un s’abandonnant au courant, l’autre lui résist
139omphe de la mort de l’amante, renversant toute la dialectique de Tristan et de Roméo : Et la mort à mes yeux dérobant la clarté r
140 et cela fait partie de notre ascèse ! Une fureur dialectique s’empare de Sade. Le meurtre seul peut rétablir la liberté, mais le m
141le Héloïse, toute notre exégèse de Tristan, notre dialectique de l’obstacle. Il y a pourtant cette différence capitale que Rousseau
142thousiasme et la tristesse métaphysique. C’est la dialectique abyssale de l’hérésie manichéenne, le renversement perpétuel du jour
143 lors la musique seule sera capable d’exprimer la dialectique transcendantale, le caractère éperdument contradictoire, contrapuntiq
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
144ions. C’est elle (ou lui) qui assume désormais la dialectique de l’obstacle exaltant, de l’ascèse et de la course inconsciente à la
61 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
145action collective. Sortirons-nous jamais de cette dialectique, dont les phases et les renversements menacent aujourd’hui d’anéantir
62 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
146action collective. Sortirons-nous jamais de cette dialectique, dont les phases et les renversements menacent aujourd’hui d’anéantir
63 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
147tes, on pourra toujours faire jouer la balançoire dialectique : le blanc conduit au noir, le bien au mal, la foi pure de Luther à l
64 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
148ne. Cette réaction religieuse, déterminée par une dialectique irrésistible, menace d’être aussi meurtrière, [p. 80] en fin de compt
149mal à droite, nous aurons mal à gauche — c’est la dialectique de l’Histoire — faute de concevoir un équilibre. Le Diable prétendra
65 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
150ent décisif qui figure en raccourci tout le drame dialectique de sa vie. Mais cette maladie, et la convalescence, ont éveillé dans
151dans le mystère de la fureur » ? ⁂ Cette complexe dialectique de la magie, Goethe lui-même l’a stylisée en symboles concrets dans l
152mbaud de s’y être refusé. [p. 31] Transportez la dialectique faustienne dans la vie d’un être jeune, et libre encore de toute cont
153 Dilemme, en son fond, religieux. C’est une forme dialectique, « agonique », de la vie de l’âme, une forme cruciale, c’est-à-dire u
154e se détend, le tragique s’évanouit. Que ce mythe dialectique soit profondément constitutif de notre être, l’extension et la divers
155lisent le renoncement, le deuxième temps de cette dialectique, dans un mouvement que sa violence rend unique : c’est qu’ils revienn
156e critère du salut, cette transcendance, en bonne dialectique autoriserait à des jugements de valeur humains. Mais il faudrait alor
66 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
157aul n’était pas un homme sérieux. » Ici paraît la dialectique du sérieux et de l’ironie. C’est en la reportant sur l’existence appa
158Hegel a tout objectivé : l’Esprit, l’histoire, la dialectique, finalement l’homme lui-même aux yeux de l’homme. Il a voulu chasser
67 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
159on serait tenté de tenir le doute pour une preuve dialectique de la foi. L’extraordinaire, chez Kafka, c’est qu’il ait pu souffrir
68 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
160itude pesante, [p. 134] vraiment « grave », d’une dialectique sobre et têtue, qui va droit au point décisif, envisage honnêtement l
69 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
161e la connaissance. Ceci tuerait cela. Et de cette dialectique, on a tiré quelques rayons d’in-octavos. Mais Claudel : « Vivre c’est
70 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
162une « nouvelle politique » ou d’un « renversement dialectique » ? C’est qu’on en a vu d’autres, et de plus graves, et personne n’a
71 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
163uppression de ces derniers, loin de relever d’une dialectique normale entre contrainte et liberté, trahisse un fléchissement vital.
72 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
164ient d’Europe ; comme en venaient le matérialisme dialectique, la technique révolutionnaire, et l’idée d’une justice sociale établi
165péen : c’est l’homme de la contradiction, l’homme dialectique par excellence. Nous le voyons, dans ses plus purs modèles, crucifié
166Russie l’État justifie ces scandales au nom de la dialectique marxiste : c’est ainsi que Staline a justifié la liquidation des koul
73 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
167 est d’un type organique plutôt que rationnel, et dialectique plutôt que simplement logique. Elle échappe aux catégories géométriqu
168 pensée fédéraliste, sur cette interaction, cette dialectique, cette bi-polarité, comme on voudra, qui est le battement même du cœu
169ar la devise de la Suisse, devise paradoxale ou « dialectique » dans sa forme : « Un pour tous, tous pour un. » En effet, « un pour
74 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
170’homme. Cette idée-là n’est donc pas simple, mais dialectique ; elle n’est pas achevée, mais ouverte ; elle est à chaque instant la
75 1948, Suite neuchâteloise. IV
171torité, un goût marqué pour l’argumentation et la dialectique légaliste, qui l’eussent conduit, en d’autres temps, vers une carrièr
76 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
172grand secret de l’homme européen : c’est un homme dialectique, dialogique, ne pouvant espérer d’atteindre à l’équilibre qu’au prix
77 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
173s (la propagande), des procédés intellectuels (la dialectique) et des produits chimiques (le penthotal) capables de nous faire pens
78 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
174e, qui s’épanouit avec la Renaissance, et dont la dialectique interne aboutit, de nos jours, au conflit du collectivisme et de la l
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
175ttenberg », c’est-à-dire s’abandonner à son génie dialectique, aux projets de poète et de philosophe qu’il avait conçus pendant son
176calembours, les élans d’éloquence aux préciosités dialectiques, tout concourait à l’illusion… Jusqu’au moment où je tombai sur une n
177de Shakespeare, certains moments mystérieux d’une dialectique [p. 9] tout intérieure. On sent le risque de l’entreprise : celui de
178le début une vue d’ensemble de toute la structure dialectique de mon œuvre… Non, je dois le dire franchement, ce qui m’échappe, c’e
80 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
179t de ces contradictions, il faut remonter à notre dialectique de la personne. Ce n’est pas la personne qui se détache d’abord du co
180roissien naïf du Moyen Âge, mais seulement que la dialectique formelle de la personne est plus profondément active qu’on ne le pens
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
181 des options de Nicée. Le rapport est-il positif, dialectique, ou purement négatif ? Les aspects négatifs du rapport religion-scien
182éconds pour introduire une discussion des aspects dialectiques du problème. La doctrine de l’Incarnation, précisée à l’extrême par l
183s domaines de plus en plus « humains » un type de dialectique à trois termes qui, finalement détaché de son objet primitif, est dev
184ns sa délivrance finale et sa résurrection. Cette dialectique violente et tourmentée, cette insistance des Évangiles et des Épîtres
185 comment la science est liée à l’attitude et à la dialectique fondamentales du christianisme. C’est pourtant le matérialisme, comme
186us ses formes diverses : mécaniste, moniste, ou « dialectique ». Qu’il s’agisse là d’une hérésie au sens précis 24 , c’est bien ce
187rons tout à l’heure que cela n’affecte en rien la dialectique transcendance-immanence, [p. 10] et n’apporte aucun argument « en fav
82 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
188ens ou humanistes, pour affronter la « redoutable dialectique » du partenaire : ce n’est pas à ceux qui croient cela que les Russes
83 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
189ous disent-ils — ne serait-ce pas un beau geste « dialectique » ? Ne serait-ce pas un moyen, que dis-je, le seul moyen, de sauver c
190nt encore là. Passons sur cette métamorphose — la dialectique en a fait d’autres — et posons une question plus gênante : le stalini
191existence vient se moquer des systèmes et de leur dialectique ! Si l’on déduit du « stalinisme » selon Sartre, d’une part ce qu’il
192al, je ne pense pas que le phénomène relève d’une dialectique justifiante de l’Histoire (ainsi que le veulent Deutscher et Sartre),
193toire (ainsi que le veulent Deutscher et Sartre), dialectique dont la « nécessité » aurait le grand avantage de rendre vain tout es
194u’en donnaient nos intellectuels, acrobates de la dialectique, se trouvent balayées d’un seul coup, ridiculisées sans espoir, et ra
195tème d’étiquettes proposé par les communistes. La dialectique servait à corriger le contraste entre les étiquettes « de gauche » et
196eurs intérêts. Ils réussissent ce tour de force « dialectique » de mentir en disant le vrai, ou de dire le vrai comme on ment, avec
197calculs exacts et de vérifications critiques. (La dialectique marxiste, en sciences, n’a produit que des pannes, et Lyssenko). Un m
198 s’il l’a condamné, c’est qu’il y était forcé. La dialectique, encore un coup, arrangerait cela au besoin. Mais est-il sûr que le K
84 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
199s de l’Histoire, moyennant le changement de signe dialectique qui est le réflexe normal de tout bon communiste. « Je vous assure,
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
200ar les Russes, illustrent — vraies ou non — cette dialectique du rêve. L’Europe, héritière des Romains, annexait ou colonisait. C’é
201’est-à-dire du dix-neuvième siècle et de sa morne dialectique des classes : il a vu son Double effrayant dans les rues de Poznań et
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
202otre âge technique, trahit l’absence des tensions dialectiques qui devaient provoquer la fin du nôtre. À partir de la Renaissance, l
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
203doctrine s’est informée dans les catégories de la Dialectique. Incarnation, dialectique, ecclesia — Jérusalem, Athènes, Rome — ces
204ns les catégories de la Dialectique. Incarnation, dialectique, ecclesia — Jérusalem, Athènes, Rome — ces trois mots inconnus de l’O
205Paul a défini la troisième dimension : le rapport dialectique avec le transcendant, reliant l’individu comme vocation divine à la c
206tion des principaux mots clé du christianisme, la dialectique première de l’homme occidental. Parole et non Silence ; faite chair
207éalités de notre vie présente. Paradoxe, tension, dialectique… Et l’amour du prochain comme de soi-même, répondant à l’amour de Die
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
208carrefour de sociétés non moins que de doctrines. Dialectique grecque et juridisme romain, catalysés par l’exigence chrétienne, ont
209cident se voyait promis à une histoire proprement dialectique, qui évoque dans son ensemble l’image d’une discussion de plus en plu
210a pris la relève. Il est intervenu dans une suite dialectique, non comme sa conclusion mais comme un accident. Et dans la mesure où
211tome de durée de chacune de nos vies — cette même dialectique qu’on vient de voir s’illustrer par grands pans d’histoire de l’Europ
212e la Déesse Raison de Robespierre cette Nécessité Dialectique invoquée par le « Père des Peuples » pour mieux décimer ses enfants…
213alitaire (da capo al fine), chacun de ces moments dialectiques de notre histoire occidentale pourrait être illustré par une surabond
214nnaliste Cependant, l’exercice séculaire de cette dialectique à deux termes dont j’ai montré plus haut qu’elle prend son origine da
215 à tout être humain considéré dans sa dignité. La dialectique particulière qui se constitua au cours de ces débats, informa par la
216le n’est nullement l’aboutissement d’un processus dialectique, mais le point de départ de la foi. Cette Médiation réalisée, impensa
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
217t de ces contradictions, il faut remonter à notre dialectique de la personne. Ce n’est pas la personne qui se détache d’abord du co
218roissien naïf du Moyen Âge, mais seulement que la dialectique formelle de la personne est plus profondément active qu’on ne le pens
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
219 des options de Nicée. Le rapport est-il positif, dialectique, ou purement négatif ? [p. 162] Les aspects négatifs ont été soulign
220 introduire une discussion des aspects proprement dialectiques. La doctrine de l’Incarnation, précisée à l’extrême par les Pères gre
221s domaines de plus en plus « humains » un type de dialectique à trois termes qui, finalement détaché de son objet primitif, est dev
222ns sa délivrance finale et sa résurrection. Cette dialectique violente et tourmentée, cette insistance [p. 168] des Évangiles et de
223 comment la science est liée à l’attitude et à la dialectique fondamentales du christianisme. C’est pourtant le matérialisme, comme
224us ses formes diverses : mécaniste, moniste, ou « dialectique ». Qu’il s’agisse-là d’une hérésie au sens précis 60 c’est bien ce q
225rons tout à l’heure que cela n’affecte en rien la dialectique transcendance-immanence, et n’apporte aucun argument en faveur du Cre
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
226-progressisme et de la réaction. (Ses prétextes « dialectiques » ne changeront rien au fait : Marx les eût qualifiés de « mystificat
227i ; et proclament leur admiration non seulement « dialectique » mais morale pour le gouvernement qui restaure et pratique [p. 228]
228ique ; il faut donc les vivre en tension. D’où la dialectique permanente de l’existence occidentale. D’où la recherche, jamais ache
229ans cette définition. Le risque dont je parle est dialectique : il consiste en une double possibilité, et il la crée. Il ouvre deux
92 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
230r [p. 247] état, loin de le justifier par quelque dialectique ou par des doctrines fatalistes. Ils vivent dans la laideur, loin de
93 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
231 écrivains politiques (juin 1957) ac Un délire dialectique [p. 57] Ayant publié plusieurs centaines de pages dans ses Temps mo
94 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
232fendent les libertés. (Car il peut arriver que la dialectique leur en donne l’autorisation.) Autre incident typique. Spaak dit avec
95 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
233’est-à-dire le respect de la vérité objective, la dialectique et la libre critique d’une part, et d’autre part la conviction de la
96 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
234lus dense… Combinant les motifs géodésiques et la dialectique du sacré avec mon point de vue personnel, j’avance alors un candidat 
97 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
235 d’une éducation pour la liberté. Le matérialisme dialectique, ou diamat, doctrine officielle de l’URSS, de la Chine, et de leurs s
98 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
236iences physiques et la philosophie. La voie de la dialectique, du principe de complémentarité et de la logique des contradictoires.
237t le premier à dépasser par son application de la dialectique aux faits sociaux, tandis que Kierkegaard, puis Nietzsche, redécouvra
99 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
238lyse du spectre spirituel de l’Occident. Voici la dialectique d’Éros et d’Agapè, la lutte entre l’élan qui porte l’homme vers l’ang
239 à nommer destin cette projection. C’est alors la dialectique de la pure passion tristanienne qui prend son essor : thèmes du regar
100 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
240procède à la fois, par un étrange paradoxe, de la dialectique kierkegaardienne comme son cadet Kafka, et de la société autrichienne
241nt pareils, alors qu’ils sont toujours en tension dialectique — du moins s’ils comptent ? Nos trop rares entretiens m’ont appris su
242in, sans conflits et sans drame, sans négation ni dialectique, monde « phallique » aussi, « mélange très singulier de candeur enfan
243 suis réellement alerté, éveillé. Le dialogue, la dialectique sont alors les moyens convenables pour provoquer l’étincelle, la déte