1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1rité. Dès son premier livre, il s’est montré tout entier, il a bravement affirmé son unité. Car le temps n’est plus, où les je
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2ur, dégoût de soi, — on l’étend vite à la société entière. Dégoût d’une civilisation qui aboutit logiquement à cet épuisant et
3si se légitime le surréalisme, qui vomit le monde entier et la raison avec. « Révolution d’abord. Révolution toujours ». « Pou
3 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4s du char, l’Italie des poètes… Mais ce pays tout entier pâmé dans une beauté que saluent tant de souvenirs n’a d’autre nom qu
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
5pleura. Alors une rage s’empara de mon corps tout entier, je criai un juron, claquai la porte et courus dans ma chambre. Une d
5 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
6civilisation. Il répugne à admettre qu’une époque entière ait pu se tromper, et se tromper mortellement. Il suffit pourtant de
6 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
7e geste, chaque minute d’une vie résume celte vie entière et fait allusion à tout ce qu’il y a sous le soleil, et même ailleurs
7 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
8pas à devenir obsédant. Stéphane passe des heures entières à se regarder dans les yeux. Il varie sur son visage les jeux de lumi
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
9e petit citoyen : il faut que l’enseignement tout entier soit occasion de développer les vertus sociales de l’élève. « Une cla
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
10de dépasser le citoyen, de retrouver l’homme tout entier. Je distingue dans cette opération deux temps : d’abord critiquer ce
10 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
11aimables et insipides, qui passent des après-midi entières devant les deux verres d’eau que le garçon renouvelle de temps à autr
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
12même est passionnée. Elles chantent avec le corps entier — non pas avec les bras, comme on chante du Verdi, — elles ont des mo
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
13l pensait que ç’eût été bien agréable si le wagon entier eût été de verre. À partir de Tennoji, le train s’arrêta à un nombre
14l’Université. Ce passage nous le montre déjà tout entier : subit et absolu dans ses déterminations, farouchement idéaliste et
15d’évangélisation dont la description serait toute entière à citer, dans son inénarrable et cruelle vérité, pourtant fort émouva
16tôt à la vie, mais cette fois pour se donner tout entier à la misère des bas-fonds de Kobé. Il fait siennes toutes les épreuve
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
17 rien de ce qu’il écrit ne l’engage [p. 728] tout entier. Qu’il n’est que spectateur de ses antagonismes. Dès lors, la morale
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
18e geste, chaque minute d’une vie résume cette vie entière, et fait allusion à tout ce qu’il y a sous le soleil, et même ailleur
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
19même est passionnée. Elles chantent avec le corps entier — non pas avec les bras, comme on chante du Verdi, — elles ont des mo
16 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
20seigne que chacun des anges est un miroir du ciel entier. C’est parce qu’ils savent les correspondances que ce médecin parle a
21magination, cette nuit qu’il eût fallu vivre tout entière et qui n’est plus bonne qu’à dormir… Alors j’ai eu ce regard étrangem
17 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
22valables de récuser une pensée et une action tout entières dirigées vers l’organisation et l’utilisation des biens matériels. ⁂
18 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
23olonté de vivre « humainement » que dans le monde entier nous voyons se dresser contre la stérilisante convention capitaliste,
19 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
24e à l’expérience spirituelle, où il se livre tout entier. Et c’est là sa pureté, mais c’est aussi ce qui l’accule en fin de co
20 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
25âme joyeuse. » Voilà bien le leitmotiv de l’œuvre entière de Jouhandeau. Et soudain il nous apparaît que cette œuvre est une il
21 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
26 crise sans précédent où s’engage l’humanité tout entière. ⁂ [p. 136] En France, plus longtemps qu’ailleurs, le « grand public 
22 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
27tionnaire sur la pensée protestante dans le monde entier. Quel est donc le contenu de cette œuvre, où est le secret de son inc
28Bible nomme l’Éternel, alors que nous sommes tout entiers temporels. De celui qui transcende toutes nos idées de la transcendan
23 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
29aliste. L’intelligentsia citadine s’est mise tout entière à l’école de Montaigne : [p. 17] « Les autres forment l’homme, je le
24 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
30ui, depuis peu, serait devenue folle. Des peuples entiers s’exaltent pour une dictature qui tire son seul prestige de la misère
31a misère et de la lâcheté publique. Des provinces entières sont ruinées [p. 36] par des exploitations dont les bénéfices s’englo
32evons au progrès mécanique que désormais le globe entier apparaisse solidaire d’une même civilisation. Mais cette solidarité,
25 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
33re, c’est-à-dire s’y engager personnellement tout entier et sans retour. Y croire, c’est-à-dire en assumer d’avance toutes les
26 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
34 et rejoignent ainsi le régime russe, si le monde entier d’ici vingt ans tombe sous la domination des compagnies d’assurances
35es étatisées, notre chance « personnaliste »reste entière. Ou plutôt elle cesse d’être une chance pour devenir la seule chance
27 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
36e d’un groupe numériquement restreint réside tout entière dans sa bonne conscience doctrinale, c’est-à-dire dans la cohésion, l
28 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
37elle soit et qu’elle apparaisse aux yeux du monde entier, la France possède une tradition révolutionnaire unique en Europe, tr
38la mentalité politique française. C’est un volume entier qu’il faudrait consacrer à la critique des méfaits de ce préjugé, si
29 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
39ui, depuis peu, serait devenue folle. Des peuples entiers s’exaltent pour une dictature qui tire son seul prestige de la misère
40a misère et de la lâcheté publique. Des provinces entières sont ruinées par des exploitations dont les bénéfices s’engloutissent
41evons au progrès mécanique que désormais le globe entier apparaisse solidaire d’une même civilisation. Mais cette solidarité,
30 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
42ge chrétien, et qu’il ne pouvait pas en assumer l’entière responsabilité devant Dieu et devant les hommes. Ce ne fut qu’à la fi
31 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
43(1934) d La vie d’Arnaud Dandieu s’exprime tout entière dans une doctrine de l’acte créateur. Il a écrit quelques ouvrages d’
32 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
44 penser qui n’engage en puissance notre être tout entier, corps et âme sans distinction. Apprenons à penser comme des hommes r
33 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
45nt à nous, dans notre temps, où nous sommes, tout entier. L’éternité pour nous n’existe pas en dehors de l’appel qu’elle nous
46r maintenant un dernier terme qui la résume toute entière : c’est le terme d’incarnation. Si toute présence est l’événement de
34 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
47mais à l’homme, considéré comme un miroir du ciel entier. Certes, elle n’est pas seulement cruelle et folle, l’époque qui nous
35 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
48ui pèse sur son mouvement se trouve exprimée tout entière par cette seule phrase : Premier temps : En avant ! Deuxième temps :
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
49e des Français, il « déclarait la Paix » au monde entier. Lui. — Mais il n’y avait aussi que des Français pour le croire. Et
37 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
50ntentionnés, il faut avouer que la question reste entière : que devons-nous faire, comme chrétiens, dans la cité ? Si l’Église
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
51e une exigence morale, adressée à la société tout entière ; et l’Église, en tant que directrice du devoir universel, fait sienn
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
52sme russe et du national-socialisme résident tout entières dans ce seul fait : que ce sont là deux tentatives colossales pour re
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
53es se virent enfin libres de chanter l’homme tout entier, non plus seulement l’homme technicien, on éprouva naturellement le b
41 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
54er paradoxe — a-t-elle pu s’imposer à des peuples entiers, alors que — second paradoxe — les clercs qui la défendent paraissent
42 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
55rreurs » étrangères et de faire la leçon au monde entier en vertu de notre vieille sagesse. Le nous national-socialiste n’est
56n nouvel ordre de valeurs éthiques, suspendu tout entier et relié en chacun de ses points, parfois sans autre transition logiq
43 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
57ns primitif, dans le sens de la création qui tout entière advient à l’homme. Ainsi l’Adam d’avant le Temps, d’avant la chute da
44 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
58es se virent enfin libres de chanter l’homme tout entier, non plus seulement l’homme technicien, on éprouva naturellement le b
45 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
59ard du catholicisme romain le protestantisme tout entier, luthérien, calviniste et wesleyen, voire anglican, dans ce qu’il a d
46 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
60ité, il arrive qu’il se couvre et se nettoie tout entier dans l’espace d’une demi-heure. Les côtes, elles aussi, se transforme
61i bien qu’eux. Et ce que j’écris m’intéresse tout entier, en tant qu’homme. Donc j’ai bien le droit de parler aussi de leurs p
62nous savons que jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre des douleurs de l’enfantement… Car c’est en espéra
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
63etien qui m’a instruit.   À N… la mairie est tout entière communiste. Ceux des habitants qui ne le sont pas ne savent pas trop
64, en effet, que jusqu’à ce jour, la création tout entière gémit dans les angoisses de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seule
65 autant que je ne l’envisage pas avec une loyauté entière, un esprit d’obéissance, une absolue disponibilité.) 2 mai 1935 Pol
48 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
66otre volonté et de l’éternité souveraine, demeure entière. La différence, c’est que Nietzsche nous propose d’adorer un Destin m
49 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
67 une légende, Gösta Berling, qui inaugure l’œuvre entière de l’auteur p . C’est une légende encore qui donne le départ à ce rom
68ère page seulement que le sens profond de l’œuvre entière est formulé : « Celui qui veut être un disciple du Christ sans avoir
69scitée et instruite par la Réforme, c’est un pays entier sous la lumière de la Parole, qui trouve ici son expression. Tout res
50 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
70, ésotérique, mais « sévissant à travers la terre entière » et « portant la vie au comble de la volonté de puissance et de l’ir
51 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
71ns en effet que jusqu’à ce jour, la création tout entière gémit dans les angoisses de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seule
52 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
72ationaux » de tel pays ou aux « rouges » du monde entier. D’autant plus que ce magistère ne paraît nullement s’exercer au nom
53 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
73 par Selma Lagerlöf (novembre 1937) ag Le monde entier connaît la geste de cette communauté de sans-foyers, d’âmes sauvages
74 de raisonnable. Voici l’histoire, traduite toute entière pour la première fois en France 47 . Six cents belles pages aux vaste
75ternances de la vie ». Mais c’est aussi au peuple entier qu’ils ont appris sa gloire quotidienne. Rien de plus profondément mo
76 le génie ait eu la force de recréer un pays tout entier, avec ses classes et ses institutions, ses armes, ses charrues et ses
54 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
77uvres, qu’il ne lui restait plus même une chemise entière : les morceaux du bras ayant servi à rapiécer les épaules et le plast
55 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
78lasse paysanne. Mais il est trop tard. Rome toute entière, plèbe et patriciat, ne veut plus vivre que de ses rentes, c’est-à-di
56 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
79e des Français, il « déclarait la Paix » au monde entier. Lui. — Mais il n’y avait aussi que des Français pour le croire. Et
80 conserver à son foyer en temps de paix. La ville entière est pavoisée. Des cortèges bruns circulent en chantant. Je n’ai pas v
57 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
81 indiscrétion. Mais je ne pouvais écrire un livre entier sur la passion sans achever ma description par ce trait qui enfin la
58 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
82x qu’on ne le croit. Ne passait-il pas des heures entières à nous regarder amoureusement, moi et mes poussins ? Je sais bien que
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
83n ai largement profité pour récrire à peu près en entier le livre II, traitant du xiie siècle, du catharisme, des troubadours
84uiser ses effets ; le cinéma les propage au monde entier, et les statistiques de divorce permettent d’en mesurer l’ampleur. Si
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
85 sait de donnoi vraiment rien, celui qui désire l’entière possession de sa [p. 36] dame. Cela n’est plus amour, qui tourne à ré
86 tourne à réalité », c’est-à-dire aboutisse à l’« entière possession de sa dame ». Tristan choisira donc, dans ce cas, d’observ
87orce de langage qui fait pâlir le romantisme tout entier ! Qui nous rendra ce dur « patois du cœur ? ») Un dernier trait : lor
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
88aimer. [p. 97] Car son cœur submerge le mien tout entier d’un flot qui ne s’évapore plus… Je ne veux ni l’empire de Rome, ni q
89ie du Nord, une Germanie rhénane, une Europe tout entière enfin, où les passions « religieuses » et la théologie n’occupaient t
90r du vie siècle se répand rapidement dans l’Inde entière, tant hindouiste que bouddhiste, une école ou mode religieuse dont l’
91 ! noble Amour, source de bonté, par qui le monde entier est illuminé, je te crie merci. Contre ces clameurs gémissantes, défe
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
92es métaphores mystiques et amoureuses. Mais d’une entière analogie des mots, peut-on conclure à une entière analogie des réalit
93entière analogie des mots, peut-on conclure à une entière analogie des réalités qu’ils désignent ? Ne sommes-nous pas jusqu’à u
94en prose). Et Tristan de répondre : « Si le monde entier était orendroit avec nous, je ne verrois fors vous seule. » Il s’agit
95 propres paroles, « un grand baron adoré du monde entier » 108 . Et l’on sait d’autre part de quelle manière il inaugura son m
96ns ses nuances les plus précieuses, la rhétorique entière de l’amour courtois. À défaut d’une anthologie qui tiendrait décidéme
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
97 m’enlace et me torture des journées et des nuits entières. Et ces moments-là, pour moi, ne ressemblent plus à la lumière et à l
98tendue que l’influence des troubadours : l’Europe entière. Les Minnesänger (chanteurs de l’Amour) en Allemagne sont nourris de
99ute espèce de responsabilité ; « C’est Vénus tout entière à sa proie attachée », — tandis que Corneille ne veut y voir qu’ « un
100nique et possédé à l’infini se concentre le monde entier. Tristan n’a plus besoin du monde — parce qu’il aime ! Tandis que Don
101e, alors que la légende glorifiait dans la mort l’entière dissolution des liens terrestres. 15. Le romantisme allemand C’est
102ent trop étroite pour qu’un homme s’y engage tout entier : aussi déléguera-t-il à l’aventure quelques facultés détachées. Ascè
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
103ine est construite à cet effet. Pendant une année entière, tous les premiers du mois, un chevalier anonyme viendra déployer, de
104mplète que celle des hommes, et jouissaient d’une entière égalité morale, à l’inverse de ce qui se passait en France et dans le
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
105 indiscrétion. Mais je ne pouvais écrire un livre entier sur la passion sans achever ma description par ce trait qui enfin la
66 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
106eurs de vieux manuscrits, pour qu’une littérature entière soit passée sous leurs yeux sans qu’ils y aient vu autre chose que de
67 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
107endeur ? Un indicible ravissement me souleva tout entier… » Peut-être touchons-nous ici le mystère même, la source inépuisable
108essentie par un individu, mais par la nation tout entière dans ses rapports avec le monde réel. D’où l’impression de culpabilit
68 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
109on Dieu, arrache-moi à moi-même et donne-moi tout entier à toi seul ! Il n’est pas facile de caractériser en quelques mots ce
69 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
110nds, à partir de Hamann et de Herder. La création entière, disait Hamann, est « un discours adressé à la créature au moyen de l
70 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
111guerre, brusquement, aux proportions de la nation entière. Voici donc, dans tous les domaines, que nos pouvoirs d’agir matériel
71 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
112ationaux » de tel pays ou aux « rouges » du monde entier. D’autant plus que ce magistère ne paraît nullement s’exercer au nom
72 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
113s champs neigeux ; et derrière l’armée, un peuple entier qui guette, et qui travaille lui aussi jour et nuit, dans les bureaux
114t belle, c’est entendu, c’est connu dans le monde entier. On a fait avec cela beaucoup de littérature de manuels — et en même
115doit subsister qu’au nom de l’intérêt de l’Europe entière. Seule, la mission positive de la Suisse rend un sens et un poids aux
116ns les vrais intérêts de la politique de L’Europe entière. 32  » Et j’en arrive, ici, au centre même de tout ce que je voulais
73 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
117 soit permis d’embrasser, c’est celui de l’Europe entière, non tel groupe de puissances voisines. Or l’Europe est un idéal, une
118e nier, ou triompher mais sur le plan de l’Europe entière. 6. Le grand danger de l’heure présente, pour la Suisse, je le vois d
74 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
119e : Si les partis reflétaient l’opinion du peuple entier, nous aurions le droit, nous aussi, d’exprimer nos idées par ce moyen
75 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
120guerre, brusquement, aux proportions de la nation entière. Voici donc, dans tous les domaines, que nos pouvoirs d’agir matériel
76 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
121plus que tout ce que peuvent rafler dans le monde entier les servants des Panzerdivisionen. Quelque chose d’indéfinissable et
122ut-être nécessaire pour faire comprendre au monde entier qu’il est des victoires impossibles. On ne conquiert pas avec des cha
77 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
123n quart d’heure de nouvelles religieuses du monde entier. Le samedi, les synagogues. Le dimanche, du matin au soir, une douzai
78 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
124’Apocalypse il est autorisé à régner sur le monde entier, avant sa chute grandiose dans un Enfer dont encore il reste le Roi.
125 une soif essentiellement inextinguible. Le monde entier ne saurait combler le vide que forme au cœur d’une créature la consci
79 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
126ennent volontairement nazis ? Que des populations entières se laissent séduire ? Que dans tous les pays, et non pas seulement en
127sens et le prix. De même Hitler, battant l’Europe entière, n’a jamais pu jouir de sa victoire. Gagnant tout, il n’a rien gagné.
128plus que tout ce que peuvent rafler dans le monde entier les servants des Panzerdivisionen. Quelque chose d’indéfinissable et
129ut-être nécessaire pour faire comprendre au monde entier qu’il est des victoires impossibles. On ne conquiert pas avec des cha
130le était l’état d’exception proclamé sur la terre entière et dans tous les domaines de l’existence publique. Elle figurait pour
80 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
131usions. [p. 100] À dire le vrai, contre l’époque entière, la liberté-en-général n’est pas une Cause, — même pas dans le domain
81 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
132es moralistes, des écrivains connus dans le monde entier : neuf fois sur dix ces maîtres de la pensée moderne vous avouent san
82 1942, La Vie protestante, articles (1938–1978). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
133le collaborent la majorité des chrétiens du monde entier, nous voyons la réalisation d’un des grands idéaux calvinistes : la f
83 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
134e à l’expérience spirituelle, où il se livre tout entier. C’est là sa pureté ; mais c’est aussi ce qui le force, en fin de com
84 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
135ge chrétien, et qu’il ne pouvait pas en assumer l’entière responsabilité devant Dieu et devant les hommes. Ce ne fut qu’à la fi
136initiation. La vision de celui qui agit est toute entière absorbée par l’instant, par le passage de ce qui meurt à ce qui naît,
137endre. Même si le succès pouvait réjouir le monde entier, il ne sert de rien au héros ; car le héros n’a connu son succès que
85 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
138otre volonté et de l’éternité souveraine, demeure entière. La [p. 144] différence, c’est que Nietzsche nous propose d’adorer un
86 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
139ns primitif, dans le sens de la création qui tout entière advient à l’homme. Ainsi l’Adam d’avant le Temps vit venir à lui tout
87 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
140191] L’Art poétique de Claudel La création toute entière est un discours adressé à la créature au moyen de la créature : car u
88 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
141lendeur. Un indicible ravissement me souleva tout entier… » Peut-être touchons-nous ici le mystère même, la source inépuisable
142essentie par un individu, mais par la nation tout entière dans ses rapports avec le monde réel. D’où le sentiment d’une culpabi
89 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
143onne, puis se fâche. Ne sait-on pas dans le monde entier que le peuple allemand plébiscita cinq fois le régime hitlérien, par
90 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
144presque. L’Américain doit conserver sa garde-robe entière et tout son équipement d’appareils électriques à chauffer, à glacer,
91 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
145t brusque de la guerre va provoquer dans le monde entier un sentiment de vague et vaste frustration. (L’Europe sera plus touch
92 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
146 s’appelle : retour à la terre. ⁂ Des populations entières, déracinées par l’industrie, puis par la guerre, se nourrissent aujou
147plus que tout ce que peuvent rafler dans le monde entier les servants des « Panzerdivisionen ». Quelque chose d’indéfinissable
148ut-être nécessaire pour faire comprendre au monde entier qu’il est des victoires impossibles. On ne conquiert pas avec des cha
149te de la Ligue du Gothard. Il paraît sur une page entière dans soixante-quatorze journaux du pays. Frais payés sur les 50.000 f
93 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
150 le public est simpliste, il attend des jugements entiers. — Quitte à ne pas savoir ce qu’il juge, ni pourquoi. Quitte à rivali
94 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
151 du peignoir sur mes jambes nues, m’embrasse tout entier, m’apaise. Je me sens absolument libre, détaché du passé, prêt à l’ac
152is jamais senti mieux salué. ⁂ [p. 145] Le ciel entier est une Voie Lactée entre les branches véhémentes et les troncs nus d
95 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
153presque. L’Américain doit conserver sa garde-robe entière et tout son équipement d’appareils électriques à chauffer, à glacer,
154me rassembler, de me retrouver, pour rentrer tout entier en Europe après ces deux années de violente dérive. p. 155 8. E
96 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
155echercher dans les [p. 181] laboratoires du monde entier (pour autant qu’il ne s’agit pas de « secrets intéressant la défense
97 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
156onne, puis se fâche. Ne sait-on pas dans le monde entier que le peuple allemand plébiscita cinq fois le régime hitlérien, par
98 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
157é le journal du village, et je l’ai lu presque en entier tout en marchant, [p. 8] malgré les petites mouches harcelantes qui v
99 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
158t brusque de la guerre va provoquer dans le monde entier un sentiment de vague et vaste frustration. (L’Europe sera plus touch
100 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
159omique, n’arrivent à transporter des maisons tout entières, verticalement et horizontalement, au-dessus des nuages et des tempêt