1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1 peut plus méconnaître l’urgence. Des prophètes — hindous à demi-européanisés ou germains désillusionnés — nous annoncent le « 
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
2encore, c’est la peur scolaire des mots. Ce terme hindou agace, trouble ou fait sourire les étriqués. On croit devoir se défen
3 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
3’Occident, avec certains secrets de la méditation hindoue. Rêves, sans doute… Mais tout commence par des rêves. Et je ne vois r
4 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
4 d’esprit sentencieuse et synthétique de l’esprit hindou. Et cela n’est point trop théorique. Que l’on considère en effet le d
5 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
5mystiques, fussent-ils de religions différentes — hindous, musulmans ou chrétiens — ont de tout temps réinventé les mêmes figur
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
6bellion celtibère. Dieux sombres : le Dyaus Pitar hindou, l’Ahriman iranien, le Jupiter latin, le Dispater gaulois… Bien d’au
7e trouve des analogies précises dans le Hathayoga hindou, technique du contrôle du corps et de l’énergie vitale. C’est ainsi q
8l. Et l’on peut suivre la transformation des noms hindous « Baghavan » et « Boddisattva » (le Bouddha) en « Barlaam » et « Josa
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
9e au xive siècle. Maître Eckhart, et le mystique hindou Sankara. Ce qui est intéressant pour notre objet, c’est que Rudolf Ot
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
10u… Cela vous paraît tout naturel ? Et pourtant un Hindou, un Chinois s’en étonnent. Un Grec ressuscité ne s’en étonnerait pas
9 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
11le. D’autre part l’on sait bien que les mystiques hindous, musulmans, ou chrétiens, ont de tous temps réinventé les mêmes figur
10 1946, Journal des deux Mondes. Voyage en Argentine
12sons. Les indigènes sont des métis de nègres et d’hindous importés. Traversée de l’île en auto, sous un soleil qui attaquait en
11 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
13nos intérêts économiques »… Je ne sais ce que les Hindous, les Boers, les Canadiens français et même les Irlandais, pensent de
12 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
14nt, d’industrie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs copient l’Europe pour toutes ces choses, mais
13 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
15nos intérêts économiques… » Je ne sais ce que les Hindous, les Boers, les Canadiens français et même les Irlandais, pensent de
14 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
16ivé de foi autant que de religion, ni chrétien ni hindou, sans mystique, ni mystère ? Ne serait-il pas un homme tout à fait pl
15 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
17s ce qu’il désigne est très vieux. Si les anciens Hindous, les Sumériens, les Égyptiens et les Romains, si nos ancêtres europée
16 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
18j’en pense, qui se résume à ceci : si les anciens Hindous, les Égyptiens, les Sumériens et les Romains, si les Occidentaux eux-
19t des chevilles, m’a fait comprendre la statuaire hindoue : les attitudes des dieux : qui semblent monotones, ou parfois curieu
20n s’engage entre Stephen Spender et ses vis-à-vis Hindous et Parsis. Stephen déplore la condition présente de l’homme occidenta
21té, seule responsable et progressiste, et qui est hindoue. N’oubliez pas que le Pandit est du Kashmir. Prenez enfin l’affaire d
22e et son maintien expriment une harmonie de l’âme hindoue que la plupart des corps, dans ce pays, cachent et même contredisent
23la double tentation ? L’Inde antique, religieuse, hindoue, subsiste encore dans toutes les castes, chez les brahmines, chez les
17 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
24s ? Il y a là le Yémen, le Liban, les Latins, les Hindous et les Américains, chacun dûment pourvu d’instructions de son État, d
18 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
25Europe et sa révolution. L’Oriental (je pense aux Hindous plus qu’aux Chinois), est d’une caste, d’un ordre, d’un Karma, dont p
26ble pour l’Asiatique, par exemple. Pour l’artiste hindou, comme pour le sculpteur de l’ancienne Égypte, ou l’architecte aztèqu
27sont pas les Aztèques ni les Bantous, ni même les Hindous qui nous ont découverts. C’est nous qui avons été y voir. Mais il y a
19 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
28s ? Il y a là le Yémen, le Liban, les Latins, les Hindous et les Américains, chacun dûment pourvu d’instructions de son État, d
20 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
29érielle Énergie. Voici donc retrouvée la Maya des hindous, au terme d’un voyage dont l’impulsion première avait pris pour tremp
21 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
30érieures aux caravelles de Colomb. L’architecture hindoue ne le cède pas à la nôtre. Les industries artisanales du textile, du
22 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
31a. On connaît le rôle de la danse dans la culture hindoue traditionnelle. Danser, pour un hindou, c’est « s’inscrire dans le je
32a culture hindoue traditionnelle. Danser, pour un hindou, c’est « s’inscrire dans le jeu circulaire de la terre et des astres 
23 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
33 Relevons ici que la chronologie vertigineuse des hindous ne s’appliquait qu’aux cycles du cosmos : les événements de l’Histoir
34ons dans une phase d’expansion. La cosmologie des hindous paraît alors moins éloignée de la vérité que celle du moyen âge « chr
24 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
35’Orient pour les Grecs, il en va de même pour les Hindous, et ceux-ci ne figurent pas pour autant l’Occident de la Chine ou de
36rifier la Voie : deux formes d’expérience. Pour l’Hindou, il s’agit d’arriver à la connaissance du divin non par le « saut de
37ublic en Inde, de liturgie, d’église organisée. L’Hindou grégaire n’est seul que devant le divin. L’Occidental, jaloux de sa v
38, immergé dans la foule indienne. J’ai parlé de l’Hindou « grégaire » : terme inexact s’il fait penser à « collectif », à je n
39t détruites), tandis qu’il ne manque pas d’écoles hindoues pour affirmer la réalité du Moi, l’action de la Grâce, voire un Dieu
25 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où le drame se noue
40commence à prédominer. Ainsi le temps de l’avatar hindou est celui du Mythe, non de l’Histoire. L’avatar se répète, il a lieu
41rationaliste ait cru dans le Hasard, tandis que l’Hindou mystique, panthéiste, astrologue, n’attend le salut que d’un effort d
26 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
42 Relevons ici que la chronologie vertigineuse des Hindous ne s’appliquait qu’aux cycles du cosmos : les événements de l’Histoir
43ons dans une phase d’expansion. La cosmologie des Hindous paraît alors moins éloignée de la vérité que celle du Moyen Âge « chr
27 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience de l’espace
44r du Bengale, conquis et dépassé l’Indochine. Les Hindous étaient en relations avec l’Afrique grâce aux navigateurs arabes, et
28 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’exploration de la matière
45érielle Énergie. Voici donc retrouvée la Maya des Hindous, au terme d’un voyage dont l’impulsion première avait pris pour tremp
29 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
46érieures aux caravelles de Colomb, l’architecture hindoue ne le cède pas à la nôtre, les industries artisanales du textile, du
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
47 croire qu’un homme puisse vraiment y accéder. (L’Hindou le croit.) S’il est tenté de s’en persuader parfois, c’est en présenc
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
48 d’une marge de supériorité incontestable sur les Hindous et les Chinois. Mais où trouver dans le monde du xxe siècle une autr
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
49 les disciples, en retour, ont donné de la pensée hindoue la version la plus répandue, sinon la plus exacte, en Occident94. Enf
50 l’angoisse est mère de la pensée. Si les anciens Hindous, les Sumériens, les Égyptiens et les Romains avaient déclaré en leur
51dent, tandis que la cosmogonie traditionnelle des Hindous gagne en vraisemblance « scientifique » du point de vue des Occidenta
33 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
52font encore du temps, une idée cyclique. Pour les hindous, par exemple, la durée du monde se calcule en jours de Brahma, chacun
53jours les apparitions des dieux dans la théogonie hindoue, les « avatars ». Tous les écrits des Apôtres insistent sur le fait q
54ur toutes », dans l’histoire. Alors que les dieux hindous s’incarnent « chaque fois que » cette incarnation est rendue nécessai
34 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
55d’un maître spirituel, d’un guru comme disent les hindous. Je le confesse cum grano salis, longue in the cheek — quelle serait
56are plus l’acte de l’ascèse. Ceci est absolument hindou, ajoute Kassner, appartient à l’Asie, et n’eût été compris que par pe
35 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
57cela. On sait le rôle de la danse dans la culture hindoue. Danser, pour un Indien, c’est « s’inscrire dans le jeu circulaire de
36 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
58zuki en Amérique.) L’Occident découvre la sagesse hindoue, grâce aux présentations quelque peu christianisées qu’en donnent les
59uple cette leçon. On s’en garde !) Les spirituels hindous cherchent le samadhi, qui est l’absorption totale dans l’Absolu du So
60 L’école orientale La plupart des doctrines hindoues, et l’unanimité des écoles bouddhistes, comme on l’a vu, nient la per
61eci ni cela, mais qui est l’Immensité, disent les hindous, et qui est le Vide, disent les bouddhistes. Du même coup se trouvent
37 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — L’amour et la personne dans le monde christianisé
62élèbres sculptures aux façades des grands temples hindous, illustrant de la manière la plus précise les unions des dieux et de
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
63ivé de foi autant que de religion, ni chrétien ni hindou, sans mystique ni mystère ? Ne serait-il pas un homme tout à fait pla
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — Rudolf Kassner et la grandeur humaine
64d’un maître spirituel, d’un guru comme disent les Hindous. Je le confesse cum grano salis, tongue in the cheek — quelle serait
65are plus l’acte de l’ascèse. Ceci est absolument hindou, ajoute Kassner, appartient à l’Asie, et n’eût été compris que par pe
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
66zuki en Amérique.) L’Occident découvre la sagesse hindoue, grâce aux présentations quelque peu christianisées qu’en donnent les
67uple cette leçon. On s’en garde !) Les spirituels hindous cherchent le samahdi, qui est l’absorption totale dans l’Absolu du So
68 L’école orientale La plupart des doctrines hindoues, et l’unanimité des écoles bouddhistes, comme on l’a vu, nient la per
69eci ni cela, mais qui est l’Immensité, disent les hindous, et qui est le Vide disent les bouddhistes. Du même coup se trouvent
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
70’Orient pour les Grecs, il en va de même pour les Hindous, et ceux-ci ne figurent pas pour autant l’Occident de la Chine41 ou d
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
71 siècle : le Bon Sauvage, le Huron sans fraude, l’Hindou tolérant et surtout le Chinois philosophe. De là les « utopies » (mot
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’historisme au pessimisme
72ite celles où des contacts s’établirent entre les Hindous et les Assyriens, Perses, Macédoniens et autres peuples. Notre objet
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
73 savoir est un outil pour l’action, et celle de l’Hindou, pour qui il est un moyen pour se libérer de lui-même. C’est donc peu
74la même réponse, qu’ils soient russes, musulmans, hindous, chinois ou japonais. Ils diront tous que l’Occident a été le grand a
75 tandis que l’art grec, au service d’une religion hindoue — le bouddhisme — accomplissait une conquête pacifique en partant de
45 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
76les. Jamais les Africains, ni les Chinois, ni les Hindous, ni les Arabes n’auraient pu concevoir, et n’ont en fait conçu, rien
46 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
77 du physicien et du théologien. Pour répondre à l’hindou qui interroge l’Occident sur son obsession de l’Histoire, du Temps, d
47 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
78 du physicien et du théologien. Pour répondre à l’hindou qui interroge l’Occident sur son obsession de l’Histoire, du Temps, d
48 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
79 et de la Renaissance par rapport aux Arabes, aux hindous et aux Chinois, sans demander ni recevoir d’assistance technique, ont
49 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
80x livres apocryphes, non moins qu’à la « shakti » hindoue ou à l’Éternel Féminin des mystiques hérétiques. Pour Barth, Dieu est
50 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
81x livres apocryphes, non moins qu’à la « shakti » hindoue ou à l’Éternel Féminin des mystiques hérétiques. Pour Barth, Dieu est
51 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
82 pas sa fin, comme elle le serait pour un danseur hindou, par exemple, qui doit exécuter exactement les rites, ou pour un pein
52 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
83 syllabe, il s’endort pour l’éternité… Les écrits hindous (ou aztèques, incas, mandarins, aujourd’hui maoïstes) sont lus avec v
53 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
84aire du mysticisme, ou de la connaissance au sens hindou. Amour et recherche du sens seront à la fois le contenu et les condit
54 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — L’Europe contestée par elle-même
85nt, d’industrie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs, copient d’Europe pour toutes ces choses, mai
55 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Éducation, civisme et culture
86 pas sa fin, comme elle le serait pour un danseur hindou, par exemple, qui doit exécuter exactement les rites, ou pour un pein
56 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
87 du physicien et du théologien. Pour répondre à l’Hindou qui interroge l’Occident sur son obsession de l’Histoire, du Temps, d
57 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
88ment un « voile de Maya ». Si l’on croit avec les Hindous que le corps et la matière sont illusoires, il n’est pas très intéres
89du temps une idée cyclique. Ainsi la civilisation hindoue : la durée du monde s’y calcule en jours de Brahma, chacun valant 4 3
90nnisme, ou de blasphème. L’Oriental, je pense aux Hindous plus qu’aux Chinois, est d’une caste, d’un ordre, d’un karma, et ne p
91ble pour l’Asiatique, par exemple. Pour l’artiste hindou, comme pour le sculpteur de l’ancienne Égypte, ou l’architecte aztèqu
92yllabe, il s’endort pour l’éternité »… Les écrits hindous ou aztèques, incas ou mandarins, aujourd’hui maoïstes, sont lus avec
93cela. On sait le rôle de la danse dans la culture hindoue. Danser, pour un Indien, c’est « s’inscrire dans le jeu circulaire de
94nt, d’industrie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs copient l’Europe pour toutes ces choses, mais
58 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
95amors, de vrai amour. Peut-être croyait-on, comme Hindous et Chinois, que le désir exalté par le retard du plaisir exerçait une
59 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
96pape du Zen » japonais, ou Raja Rao, le romancier hindou — répondre à ma place et me donner raison. Je suis revenu sur ce prob
60 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Aux origines : le Mythe et l’Épopée
97. Le mythe littéraire ou plastique, des Rig Védas hindous aux sand paintings des Indiens navajos, exprime dans la forme ramassé