1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
1 enrichie d’images…). Je cite des noms : y a-t-il influence ou seulement co-génération ? Pour peu qu’ils sortent des cafés littér
2 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
2choisit un amour dont on est anxieux de prévoir l’influence, avant de s’y jeter, et dont on craint de ressortir trop différent. A
3 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
3mment on en vint à la Révocation. C’est d’abord l’influence du clergé, jaloux de ses droits considérables encore ; puis ce sont l
4 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
4ateur de mythes modernes, du seul écrivain dont l’influence soit comparable à celle du cinéma ! Claretie raconte que les détenus
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
5ion à la vie qui commence par nous soustraire à l’influence de la vie ? Quelle est cette éducation sociale qui enlève l’enfant à
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
6Chants de Maldoror. De 1870 jusqu’à la guerre son influence fut « quasi nulle », et peut-être va-t-il rentrer dans l’ombre après
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
7eur maître, Paul Tillich, exerce par ailleurs une influence intellectuelle considérable sur le protestantisme de langue allemande
8 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
8à l’Université de Bonn, exerce depuis dix ans une influence qu’on peut qualifier de révolutionnaire sur la pensée protestante dan
9 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
9n écrit, mal composé, intéressant ; elle dose des influences, elle prévoit des succès ; elle s’applique à parler du livre dont on
10éral qui nous permît d’évaluer les œuvres et leur influence sur les hommes, je crois bien qu’il faudrait le chercher aujourd’hui
11 prise sur les masses, qu’il abandonne à d’autres influences. Nous voici parvenus au grand tournant. Les œuvres de l’esprit, dès q
12visible Une littérature n’est valable — et son influence efficace — que si elle ordonne ses œuvres à une commune mesure humain
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
13 à propos de Spengler par exemple, dont on sait l’influence qu’il exerça sur les prodromes de l’hitlérisme.) Les risques qu’elle
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
14 plus diverses. Elle assure aussi à sa pensée une influence multiforme, et qui va croissant avec le temps. La philosophie alleman
12 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
15 de Karl Barth, M. Dominicé, qui n’ignore pas ces influences, s’est limité dans son étude au calvinisme le plus strict. Par là mêm
13 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
16ont à fixer la signification de notre époque. Son influence, limitée d’abord aux pays anglo-saxons, s’étend rapidement depuis que
14 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
17s et fécondes. C’est cette idéologie importée qui influence de plus en plus la cour, et qui finit par triompher lors de la révoca
15 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
18 vertus morales.) 4. Mieux vaut un convaincu sans influence sociale, que mille sympathisants prisonniers du désordre établi. (Car
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
19te et de gauche, où s’expriment ces idéologies. L’influence de ces feuilles n’est plus niable. J’attends encore l’homme sain qui
17 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
20e d’unioniste romand. Vraiment, le souvenir d’une influence et d’une présence aussi directes et essentielles doit nous interdire
18 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
21e à cause du modèle, peut-être aussi à cause de l’influence qu’il exerce encore sur Petit : le barrésisme souffre mal une aussi c
19 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
22te et de gauche, où s’expriment ces idéologies. L’influence de ces feuilles n’est plus niable. J’attends encore l’homme sain qui
20 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
23 chefs du parti socialiste. On sait aussi quelles influences déterminantes exercèrent sur son idéologie les ouvrages de Marx, non
21 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Sur le déclin du Moyen Âge
24es instruments, qui se traduit en politique par l’influence prépondérante des secrétaires de la curie romaine. « Les écrivains ap
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
25et dont l’éducation se fait très lentement sous l’influence des résistances assimilées, créatrices de disciplines.) Ainsi le but
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
26es, corrélations scientifiques et psychologiques, influence morale et sociale…), bref : une gravité (un poids) qui suffit presque
24 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
27s grands traités mystiques de Swedenborg — dont l’influence fut si profonde sur les meilleurs esprits de la période goethéenne —
28mplifie — le cas des mystiques orientales, dont l’influence est loin d’être négligeable chez les jeunes écrivains français et bel
25 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
29oxe nietzschéen ne saurait être ramenée à quelque influence inconsciente, encore bien moins à une coïncidence. En vérité, c’est b
26 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
30e sont dégagés de l’effervescence générale sous l’influence de deux à trois cents bolcheviks. Autant d’exemples qu’il ne convient
31n administrative de membres chargés d’y assurer l’influence du dynamisme révolutionnaire — ou encore, l’envoi de « représentants
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
32et dont l’éducation se fait très lentement sous l’influence des résistances assimilées, créatrices de disciplines.) Ainsi le but
28 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
33cher les origines religieuses de ce roman, dont l’influence, du xiie siècle jusqu’à nos jours, se révèle exactement assimilable
34isie est née dans le Midi au xiie siècle, sous l’influence de l’hérésie cathare ou albigeoise. Or il est établi, de nos jours, q
35: mystique, littérature, guerre, mariage. C’est l’influence actuelle du mythe manichéen (mais « profané » par la littérature) que
36iné par Hollywood — et bientôt par l’État. Double influence de la beauté-standard : elle définit d’avance l’objet de la passion —
29 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
37une sorte de tempérament continental ? Ou quelque influence indirecte de l’ambition chrétienne définie par l’Apôtre (Romains 8),
30 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
38ondre à cette question : « Les spectacles ou leur influence dans l’éducation publique peuvent-ils être livrés à des spéculations
31 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
39Matthias Hattinger, le jeune Nicolas avait subi l’influence très profonde du mouvement des « Amis de Dieu ». Initié en Alsace par
32 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
40ous nous sommes soumis naïvement à d’innombrables influences incontrôlées, donc tyranniques, et au surplus contradictoires. Nous c
33 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
41à ceux que nous avons décrits. Il ne s’agit pas d’influences, il ne s’agit que de reviviscences — vulgaires et simplistes, bien sû
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
42e forme voilée et admissible, il le retrouvera en influence souterraine et en violence anarchisante. À mesure que la chevalerie,
43oman, mais le phénomène qu’il illustre, et dont l’influence n’a pas cessé de s’étendre jusqu’à nos jours. Passion de la nature ob
44é se firent les prêtres et les inspirés. De cette influence et de sa nature mythique, la preuve est d’ailleurs immédiate. Elle no
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
45décelant à l’origine de la lyrique provençale des influences religieuses, néo-platoniciennes et chrétiennes dénaturées… Mais ces «
46ogique de ce processus minimum d’inspiration et d’influence, prenons un exemple moderne. Un exemple dont je crois pouvoir dire qu
47énération : je veux parler du surréalisme et de l’influence de Freud sur ce mouvement. Supposons l’historien futur de notre civil
48r « peu sérieux » imagine alors l’hypothèse d’une influence de la psychanalyse sur l’ensemble du surréalisme : coïncidence des da
49 d’une doctrine sur des poètes s’exerce moins par influence directe qu’à la faveur d’une certaine ambiance de scandale, de snobis
50ses. ⁂ Lorsque Sismondi avança l’hypothèse d’une influence arabe sur la lyrique provençale, A. W. Schlegel lui répondit qu’il fa
51zy, déclare à cette époque qu’on n’a pas prouvé l’influence arabe sur les troubadours, « et qu’on ne la prouvera pas ». Ce ton pé
52mes de lui qui nous restent. Les « preuves » de l’influence andalouse sur les poètes courtois ne sont plus à faire61. Et je pourr
53e le soufisme et la poésie courtoise des Arabes ; influence de Freud sur l’école surréaliste.) Les polémiques parfois fort vives
54s je me gardais de démontrer le détail précis des influences, à la manière de beaucoup d’historiens pour qui le réel n’est défini
55e bouddhiste, une école ou mode religieuse dont l’influence s’épanouira pendant des siècles. « Du point de vue formel, le tantris
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
56même raffine la rhétorique courtoise. S’agit-il d’influences littéraires ? Ou de courants hérétiques souterrains ? Ou d’une recréa
57 que les romans de chevalerie ont eu sur elle une influence psychologique, et une influence littéraire qui apparaît surtout dans
58t eu sur elle une influence psychologique, et une influence littéraire qui apparaît surtout dans le symbolisme guerrier du combat
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
59ir avec l’ardeur divine. Jacob Boehme. 1.D’une influence précise de la littérature sur les mœurs D’une manière générale, il
60ère générale, il est bien difficile de vérifier l’influence des arts sur la vie quotidienne d’une époque. « La musique adoucit le
61Lombardo-Vénétie. Une fois de plus, la carte de l’influence des troubadours se confond avec celle des hérésies. Un peu plus tard,
62 6.Suite de la chevalerie, jusqu’à Cervantès L’influence du roman breton est attestée par des centaines de textes à travers le
63t xve siècles. Elle couvre la même étendue que l’influence des troubadours : l’Europe entière. Les Minnesänger (chanteurs de l’A
64, ici Je vais fixer mon repos éternel, Secouer l’influence des étoiles funestes Et sortir de cette chair lasse du monde. Mes yeu
65l est certain que Milton quoique puritain subit l’influence de doctrines cabalistiques aussi peu « spiritualistes » que possible.
66e cas de Spinoza mériterait un chapitre, mais son influence sur les mœurs ne s’est guère fait sentir que deux siècles plus tard.
67éloïse Paysan de Genève, Rousseau échappe à l’influence du don-juanisme citadin, mais non pas à une littérature qui trouve da
68ification du désir sensuel — c’est le rappel de l’influence de Schopenhauer sur Wagner. Quoi qu’en aient pu penser Nietzsche, et
69zsche, et Wagner lui-même, il me paraît que cette influence est fortement surestimée. Un créateur de la taille de Wagner ne met p
70entative pour régulariser dans son cadre social l’influence anarchisante de la passion. Car celle-ci survivait à toute mystique,
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
71asse et surtout l’amour ». Elle a même exercé une influence déterminante sur le droit des gens à sa naissance. « Droit de butin,
72n de la vie sexuelle dénote un recul sensible des influences courtoises, une dépréciation du mythe tragique. Le platonisme des pet
73re, en négligeant le sens naturel des choses et l’influence du cœur humain sur les résolutions des hommes. » — « Spiritualiser »
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
74terminé par « Hollywood » — ou par l’État. Double influence de la beauté-standard : elle définit d’avance l’objet de la passion —
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). L’amour action, ou de la fidélité
75une sorte de tempérament continental ? Ou quelque influence indirecte de l’ambition chrétienne définie par l’Apôtre (Romains, 8),
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
76eux mythe celtique. Elle nous permet de mesurer l’influence décisive de l’amour courtois sur les auteurs du cycle breton. Voici l
77216), M. Étienne Gilson examine le problème d’une influence possible de la mystique cistercienne sur les troubadours. En effet, «
78 très sérieux d’un Asin Palacios sur une possible influence de la mystique soufiste dans la Comédie, il peut être intéressant de
79phie de saint François, se pose la question d’une influence possible de l’hérésie courtoise sur la mystique franciscaine. Il comm
80aut de Vaqueiras, Bernard de Ventadour). Enfin, l’influence de Joachim de Flore sur saint François ne saurait faire de doute. Ce
81n témoin privilégié : il fait plus que trahir une influence, il importe les thèmes, les mètres, les expressions de l’amour courto
42 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
82ux, à l’extérieur. Or, notre civilisation, sous l’influence du christianisme, s’est efforcée de nous faire comprendre que la vrai
43 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). VII. Réformes politiques
83dépendance vis-à-vis des partis politiques et des influences ou même des pressions étrangères. La Suisse doit être gouvernée, et
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
84ux, à l’extérieur. Or, notre civilisation, sous l’influence du christianisme, s’est efforcée de nous faire comprendre que la vrai
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
85bilité de la Suisse, et son indépendance de toute influence étrangère, sont dans les vrais intérêts de la politique de L’Europe e
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. Esquisses d’une politique fédéraliste
86 provinces annexées auraient pris une trop grande influence, et c’eût été la guerre perpétuelle jusqu’au démembrement inévitable.
87l’ouverture du col du Gothard au xiiie siècle, l’influence du mouvement des communes italiennes, l’instinct germanique de la lib
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
88t se montrer radicalement intolérant envers toute influence totalitaire ou unitaire. Exemple : ceux qui, chez nous, font professi
48 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
89ls disent. Cet esprit de participation exerce une influence excellente à la fois sur le gouvernement et sur l’opinion. Il incite
49 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
90 celle qui sait le mieux « how to win friends and influence people ». C’est pourquoi la démocratie moderne est spécialement tenté
50 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Goethe médiateur
91la magie16. Ce serait ici le lieu de rappeler les influences subies avant et après sa vingtième année, celles de Paracelse, de Jac
51 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
92 plus diverses. Elle assure aussi à sa pensée une influence multiforme, et qui va croissant avec le temps. La philosophie alleman
93t mesurer aujourd’hui le développement promis à l’influence de Kierkegaard sur notre temps, qui le redécouvre après cent ans. Ce
52 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
94stif que cette rencontre en un seul homme de deux influences aussi contradictoires, et à tant d’égards exclusives. J’y vois une oc
53 1944, Les Personnes du drame. Liberté et fatum — Luther et la liberté de la personne
95oxe nietzschéen ne saurait être ramenée à quelque influence inconsciente, encore bien moins à une coïncidence. En vérité, c’est b
54 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
96à ceux que nous avons décrits. Il ne s’agit pas d’influences, il ne s’agit que de reviviscences — vulgaires, simplistes, à bon mar
55 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
97Allemands ». Dorothy Thompson par exemple, dont l’influence demeure considérable dans la presse de « gauche modérée ». Et d’autre
56 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
98nt plus, ni ne purent davantage, intervenir comme influences inspiratrices dans le débat culturel. L’abîme commença à s’ouvrir ent
57 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
99n a beaucoup) avec les Suisses. Non, plutôt que l’influence de la standardisation matérielle, c’est la standardisation de la pens
58 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
100radio ni dans les magazines, et vous perdez toute influence sur les masses. À quoi Kierkegaard répondrait que les masses comme te
59 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
101urs machines de culture en série… De même, sous l’influence des événements récents (état de siège proclamé par toute l’Europe), j
60 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
102e dans ses livres les succès d’hier. Et grâce à l’influence des films, elle s’imite elle-même. Autre histoire de singes. — J’en
103es. Mais ces essais-là m’ont suffi pour déceler l’influence sur mon style de ce travail de propagande. Ou bien serait-ce l’influe
104 de ce travail de propagande. Ou bien serait-ce l’influence de l’Amérique en général ? Mais elles convergent ou même s’identifien
61 1946, Journal des deux Mondes. Le choc de la paix
105Allemands ». Dorothy Thompson par exemple, dont l’influence demeure considérable dans la presse de « gauche modérée ». Et d’autre
62 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
106mes. Soit qu’il s’agît dans quelques cas précis d’influences personnelles exercées par nos militants, soit que la situation dictât
63 1947, Doctrine fabuleuse. L’ombre perdue
107s hostiles. (Et cela peut-être comme une première influence de ce qu’on nommera chez un malade, folie de la persécution.) Il arri
64 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
108 chance ». Cet esprit de participation exerce une influence excellente à la fois sur le gouvernement et sur l’opinion. Il incite
65 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
109it une récente enquête. Il est clair que la seule influence bénéfique que l’Amérique puisse subir, sur ce plan, est celle de l’éd
110rk, paraît exactement microscopique.) Or si cette influence doit se produire jamais, il y faudra non seulement beaucoup de temps,
111radio ni dans les magazines, et vous perdez toute influence sur les masses. À quoi Kierkegaard répondrait que les masses comme te
66 1947, Vivre en Amérique. Vie privée
112ui de cette thèse ; mais il ne faut pas oublier l’influence beaucoup plus directe et contrôlable du cinéma et des comics. À mon a
67 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
113 dont s’honorent en Europe les pays dominés par l’influence protestante. Si nous nous demandons, en effet, quels sont les pays de
114on, s’ouvre enfin plus qu’aucun pays à toutes les influences du monde, et sait très bien que sa propre santé dépend de celle des a
68 1948, Suite neuchâteloise. IV
115laise. Voilà peut-être un résumé assez fidèle des influences sociales, culturelles et religieuses, qui s’exercèrent sur notre Suis
116n oncle.   En revanche, comment ne pas croire à l’influence des professions héréditaires, du rôle social tenu pendant des siècles
69 1948, Suite neuchâteloise. VIII
117r atteint la fin d’une phrase. Je sais bien que l’influence du suisse allemand y est pour beaucoup, et qu’on ne peut pas déplacer
70 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
118tout récemment, de Bruxelles. Parmi bien d’autres influences conjuguées, celle-ci demeure, me semble-t-il, la plus constante et la
71 1949, Le Semeur, articles (1933–1949). « Les protestants et l’esthétisme » (février-mars 1949)
119s la littérature. 4° Dernière remarque : la seule influence importante qu’ait exercée la pensée protestante sur la littérature mo
72 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
120istes. Elle n’apparaît qu’au xiie siècle, sous l’influence de l’hérésie manichéenne. Elle suppose la croyance chrétienne, person
73 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
121ie de l’esprit en Europe : c’est le problème de l’influence américaine. L’Amérique, fille de l’Europe Lors de la séance de c
74 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
122s organes ? 3. Technique, style, esthétique. 4. L’influence de l’opéra moderne sur le développement du langage musical. 5. Qu’est
75 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
123ie de l’esprit en Europe : c’est le problème de l’influence américaine. Lors de la séance de clôture de « L’Œuvre du xxe siècle
76 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
124 au-dessus du contrôle de toute force ou de toute influence européenne, et qui leur permette de dicter les termes des relations e
77 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
125connaître et d’illustrer, chacun dans sa sphère d’influence, les résultats de la réflexion des Six. De l’unité culturelle à la co
78 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
126 au-dessus du contrôle de toute force ou de toute influence européenne, et qui leur permette de dicter les termes des relations e
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
127de la scène du spectre. Et, d’autre part, c’est l’influence de son père (auquel il dédiera tous ses écrits religieux) qui ouvrit
80 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
128n, le centre de la Réforme internationale, dont l’influence devait s’étendre à la moitié de l’Europe, à l’Angleterre, à l’Amériqu
129aient ici et là sur son territoire exercèrent une influence décisive sur la culture en marge de laquelle ils s’étaient constitués
130tres « le Suisse Voltaire », mais aussi grâce à l’influence des conseillers de Mirabeau tels qu’Étienne Dumont et Mallet du Pan,
81 1953, La Confédération helvétique. Les institutions politiques
131ue se déroulent les débats des Grands Conseils. L’influence des mœurs politiques latines, l’éloquence, le sectarisme des partis,
1321945. Il n’a que six députés aux Chambres, et son influence serait nulle, si elle n’aboutissait pas, éventuellement, à rapprocher
82 1953, La Confédération helvétique. Institutions et aspirations économiques
133américains en ce sens qu’elles n’exercent pas une influence directe et impérieuse sur le gouvernement ; mais elles ne ressemblent
83 1953, La Confédération helvétique. La famille et l’éducation
134ez typique des pays protestants, ou dominés par l’influence protestante. Aux petites dimensions des communautés suisses, il convi
84 1953, La Confédération helvétique. La vie religieuse
135ieuses. Et ce sont les deux villes soumises à son influence, Zurich et Berne, qui prendront la tête du parti réformé et soutiendr
136ants suisses, ne saurait être attribué à la seule influence de Zwingli. Il traduit d’une part la volonté originelle de se disting
137nduits par le souci d’éliminer le plus possible l’influence politique des confessions : souci bien compréhensible, puisqu’ils sor
85 1953, La Confédération helvétique. Le peuple suisse et le monde
138ue des minorités qui s’en réclament, encore que l’influence de notre voisinage soit et ait toujours été importante, mais ils fini
139 nous avons vu par ailleurs qu’il ne fut pas sans influence sur les premiers pactes fédéraux. Leur parler courant est un dialecte
140abilité de la Suisse et son indépendance de toute influence étrangère, sont dans les vrais intérêts de la politique de l’Europe e
141ent la raison même de son « indépendance de toute influence étrangère ». On voit maintenant comment la neutralité suisse, nécess
86 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
142connaître et d’illustrer, chacun dans sa sphère d’influence, les résultats de la réflexion des Six. II. De l’unité culturelle
87 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
143ut simplement, une amitié européenne. Un réseau d’influences très diverses mises au service de l’idéal d’union. Une occasion pour
144projets qu’ils pourraient élaborer en commun. ⁂ L’influence des Amis du Centre prendra des formes multiples et en partie imprévis
145tre acquise à l’idée européenne, et d’exercer une influence incontestée dans des milieux aussi variés que possible : politiques,
88 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
146us de l’Antiquité comme de l’Orient d’avant notre influence, inconcevables hors du christianisme quoique désignant trois tentativ
147peut apparaître aux yeux d’un Asiatique indemne d’influences occidentales, que sous l’aspect d’une indécence profonde, d’une bless
89 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
148Moscou », l’« impérialisme de Wall Street », et l’influence des explosions atomiques sur le temps, menacent de toutes parts sa li
90 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
149 l’Ouest et les pays soumis à l’occupation ou à l’influence de la Russie soviétique. C’est ce qu’on appelle le « rideau de fer ».
150rique du Nord. Le monde arabe se révolte contre l’influence occidentale et menace les approvisionnements de l’Europe en pétrole.
151e politique commune à tous ses États, soumise à l’influence des États-Unis dans sa partie ouest et de l’URSS dans sa partie est.
152sse et américain se partagent l’Europe en zones d’influences. L’Europe est appauvrie par ses divisions douanières et par la perte
153 ? 4. Quels sont les pays européens dominés par l’influence soviétique ? 5. Pourquoi parle-t-on d’union européenne ? 6. Citez tro
91 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
154anqué aux Orientaux avant qu’ils aient subi notre influence55. Toute réflexion sur l’Aventure occidentale se doit d’affronter ce
92 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
155us de l’Antiquité comme de l’Orient d’avant notre influence, inconcevables hors du christianisme quoique désignant trois tentativ
156peut apparaître aux yeux d’un Asiatique indemne d’influences occidentales, que sous l’aspect d’une indécence profonde, d’une bless
93 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
157anqué aux Orientaux avant qu’ils aient subi notre influence42. Toute réflexion sur l’Aventure occidentale se doit d’affronter ce
94 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
158ques qu’avec le romantisme allemand. Peu après, l’influence protestante libérale marquait le « Père de l’Inde moderne », Ram Moha
95 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
159lus si elle se met en grève) mais encore elle les influence ou parfois même les détermine avant la lettre : Ike, en effet, ne dit
96 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
160 rayonnement, ou au moins la tendance à subir les influences d’autres cultures au lieu de les influencer ; la perte du contact viv
161ne action comparable en étendue et profondeur à l’influence restauratrice d’un Maritain ou d’un Karl Barth, répercutée dans la pe
97 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
162olitiques. C’est l’Europe la première qui, sous l’influence du christianisme, a cru à la possibilité de la conversion individuell
98 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). … Et dona ferentes (Remarques sur la diffusion inégale de nos valeurs et de nos produits)
163spects variés, d’irrégularités de transmission, d’influences tantôt vagues et générales et tantôt sélectives à l’excès, qu’on en v
164’Occident, dans ses relations avec le Monde qu’il influence. Théoriquement, deux solutions nettes et radicales se conçoivent : ou
99 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Pour une politique de la recherche
165 la culture, qui n’était pas sans exercer quelque influence sur son cours. Cependant, un phénomène nouveau se manifeste de nos jo
100 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
166ger au nominalisme qui envahit la critique sous l’influence du journal. Il faut savoir être secret pour penser avec autorité. Il
167 Laurids Brigge, portant les traces visibles de l’influence kassnérienne ; et les sept essais successifs consacrés par Kassner à
168 85 et il est curieusement décousu. À propos de l’influence qu’on lui attribue sur Rilke, Kassner cite à nouveau la phrase de ses