1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1qui en est sortie toute formée et casquée pour la lutte de l’après-guerre. ⁂ Deux philosophies, affirme-t-il, se disputent le
2x dont on respecte les règles, non plus comme une lutte sauvage et déloyale, la morale d’équipe devient toute la morale, et l
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
3adition. Toute son œuvre pourrait se définir : la lutte d’un tempérament avec la réalité. Tantôt c’est l’un qui veut plier l’
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
4s une de ces provinces du Midi où le souvenir des luttes religieuses encore vivace fait que les paysans gardent une méfiance f
4 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
5 qu’ils sont naturels : la nature est un champ de luttes, de tendances vers la destruction et vers la construction ; c’est un
5 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
6pont de fer, près de nous, érigeait l’image de la lutte et des forces humaines, et rendait sous des coups un son qui nous évo
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
7ne âpre rapidité avec l’ascension de Jacob et ses luttes. On pardonne bon nombre de platitudes et de vulgarités pour les derni
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
8oute cette Chine qui s’éveille au sein même de la lutte qui met aux prises l’Europe et le monde du Pacifique. On retrouvera i
9om de l’auteur, je pense) : « Il me semble que je lutte contre l’absurde humain, en faisant ce que je fais ici… » L’évasion d
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10s, insensible même à sa déchéance, abandonné à la lutte tragique et absurde des lois économiques et des exigences les plus ru
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
11s peuvent trouver sur ses flancs l’occasion d’une lutte… elle ignorera toujours ces victoires. » Nous empruntons ces lignes a
12 d’une carence inquiétante de l’héroïsme. Dans la lutte pour la vie que nous impose le monde contemporain, c’est l’habileté q
10 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
13commun avec eux certains mots d’ordre immédiats : lutte contre le capitalisme, le fascisme, leurs mystiques et leurs création
14irable du peuple russe retrouvant la grandeur des luttes élémentaires, n’aurions-nous à répondre qu’un dogmatique « Tu te trom
11 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
15, le début de la décadence. Il y a des siècles de lutte sourde entre ces deux vouloirs, et tant que dure la lutte le christia
16urde entre ces deux vouloirs, et tant que dure la lutte le christianisme vainc : sa victoire est d’être éveillé. Tel est pour
17mandement. Mais que les chrétiens, fatigués de la lutte, viennent à croire qu’il est une autre façon de vaincre, et que c’est
18nsidèrent cette paix comme un bien supérieur à la lutte, qu’ils l’organisent, la sanctionnent d’une autorité que seule leur c
12 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
19sordre régnant. Nous nous engageons donc dans une lutte réelle dont l’objet n’est autre que de soumettre les institutions aux
13 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
20 du fonctionnaire ou du banquier, après la grande lutte laïque et obligatoire, à dix congénères endormis. Aux lecteurs exigea
14 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
21nde où il n’y aura bientôt plus, — se dit-on — ni luttes sociales, ni lutte contre la nature définitivement asservie. Cet homm
22ientôt plus, — se dit-on — ni luttes sociales, ni lutte contre la nature définitivement asservie. Cet homme sera-t-il encore
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
23x, les partis politiques seraient sans force, les luttes sociales perdraient beaucoup de leur violence. Sans eux, nous ne saur
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
24ncée par le Christ à ceux qui luttent (dans leurs luttes et au-dessus d’elles) ; un égalitarisme qui renie la réalité chrétien
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
25e un grand esprit. Un an plus tard, épuisé par la lutte, il tomba dans la rue. On le transporta à l’hôpital, où il mourut pai
26la fin de sa vie qu’il s’offrit sans masques à la lutte contre l’Église établie, lutte qui devait le mener à la mort parce qu
27 sans masques à la lutte contre l’Église établie, lutte qui devait le mener à la mort parce qu’elle accomplissait sa vocation
18 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
28n pas dans la forme visible de ce monde. Ainsi la lutte se poursuit, entre les fatalités qui régissent le monde, séparé de l’
29e, mais transposée dans le déchirement personnel. Lutte stérile, et dont l’absurdité tragique évoque ce combat d’aveugles pei
19 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
30ertés, et détruit la fraternité. Capital, police, lutte de classes, guerre. Primauté du paraître sur l’être. ⁂ Définitions.
20 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
31 pas belle, ni la mort. Ce qui est beau, c’est la lutte contre la mort. Ce qui est grandiose, c’est la victoire de l’homme. L
21 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
32x, les partis politiques seraient sans force, les luttes sociales perdraient beaucoup de leur violence. Sans eux, nous ne saur
22 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Note sur un certain humour
33es endossés. Voilà son paradoxe et l’humour de sa lutte. L’issue de la bataille, il peut bien la prévoir fatale, mais elle ou
23 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
34, le début de la décadence. Il y a des siècles de lutte sourde entre ces deux vouloirs, et tant que dure la lutte le christia
35urde entre ces deux vouloirs, et tant que dure la lutte le christianisme vainc : sa victoire est d’être éveillé. Tel est pour
36mandement. Mais que les chrétiens, fatigués de la lutte, viennent à croire qu’il est une autre façon de vaincre, et que c’est
37nsidèrent cette paix comme un bien supérieur à la lutte, qu’ils l’organisent, la sanctionnent d’une autorité que seule leur c
24 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Humanisme et christianisme
38nde où il n’y aura bientôt plus, — ce dit-on — ni luttes sociales, ni lutte contre la nature définitivement asservie. Cet homm
39ientôt plus, — ce dit-on — ni luttes sociales, ni lutte contre la nature définitivement asservie. Cet homme sera-t-il encore
25 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
40es. Là encore, le choix précède. Mais du moins la lutte est circonscrite, les positions sont nettes, connues de tous. Il y a
26 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
41el et jamais fatigué. L’État fasciste met fin aux luttes politiques : il supprime les partis et jugule la presse. L’État fasci
27 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — D’un Cahier de revendications
42commun avec eux certains mots d’ordre immédiats : lutte contre le capitalisme, le fascisme, leurs mystiques et leurs création
43irable du peuple russe retrouvant la grandeur des luttes élémentaires, n’aurions-nous à répondre qu’un dogmatique « Tu te trom
28 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Communauté révolutionnaire
44ertés, et détruit la fraternité. Capital, police, lutte de classes, guerre. Primauté du paraître sur l’être. La Personne 
29 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
45it-il ? — Il est dans l’action politique, dans la lutte… — Dans la lutte électorale ? — Dans la réalité pratique ! — Dans la
46dans l’action politique, dans la lutte… — Dans la lutte électorale ? — Dans la réalité pratique ! — Dans la réalité électoral
30 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Groupements personnalistes
47uestions fondamentales, et se cantonnent dans des luttes périmées et de polémiques malhonnêtes, Esprit et L’Ordre nouveau affi
31 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
48aux caractères. a) Elle consiste d’abord dans la lutte des partis. Pour un très grand nombre de citoyens, le but à atteindre
32 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
49t qu’elle se met « au service » d’une doctrine de lutte politique. Faire la révolution, cela demande un effort un peu plus gr
50 temps des vrais dangers, c’est-à-dire des vraies luttes et des vrais engagements. (paru dans L’Ordre nouveau, juin 1938.) 8
33 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
51hologie concrète, c’est-à-dire constituée dans la lutte contre une réalité qu’il s’agit de modifier et non pas seulement de d
34 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
52xpression, une tragédie de la terminologie, une « lutte accablante pour l’expression des choses jamais dites ». Paracelse a v
35 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
53d’avoir constitué un groupe spécial et préféré la lutte à la conciliation. » 2. « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvem
54ence politique des ouvriers à l’intérieur de leur lutte économique, en se basant uniquement sur cette lutte. Cette opinion es
55tte économique, en se basant uniquement sur cette lutte. Cette opinion est radicalement fausse. » — Il ne faut pas « aller au
56se ouvrière, en liaison organique étroite avec la lutte prolétarienne. » Lénine cite cette phrase, et conclut brutalement, à
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
57orce politique Henri IV prétendit mettre fin à la lutte des Ligueurs et de l’Union calviniste. Il venait de se faire catholiq
58du Languedoc entre Rohan et Richelieu — dernières luttes du fédéralisme contre la conception maniaque de l’unité —, on est fon
37 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). À propos du 14 juillet (juillet-août 1935)
59ur le désordre, et que les seuls bénéficiaires de luttes civiles aussi mal orientées seront en fait les gros bailleurs de fond
60 bailleurs de fonds. Erreur sur la mystique : la lutte des « nationaux » contre les « populaires » ne fait que prolonger dan
38 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
61prévoir la forme au moins — sinon l’issue — de la lutte qui les opposera. Mais du choc de deux fronts derrière lesquels on n’
39 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
62t plus grave. Une chose me frappe : ce mot Kampf, lutte, qu’on entend et qu’on lit partout, ici, dans tous les articles de jo
63ci, par exemple, qui est la plus fréquente : « La lutte contre la faim et le froid est notre guerre. » Je sais bien ce que vo
64ce des Allemands, par exemple, cela conduit à une lutte ouverte, mais pas nécessairement à une destruction matérielle. Au con
65onné, selon vous, une caricature. Il faut que nos luttes deviennent des luttes spirituelles, dans le sens où Rimbaud a dit : «
66caricature. Il faut que nos luttes deviennent des luttes spirituelles, dans le sens où Rimbaud a dit : « Le combat spirituel e
40 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
67ent de tout petits Don Quichotte s’excitant à une lutte impossible ? Je laisserai cette question ouverte. S’il est un fait pa
68’hui retentit chaque jour d’appels, d’appels à la lutte immédiate, pour des objectifs imprécis, ou au contraire tellement pré
41 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
69pour savoir penser au bout du compte : « La vraie lutte commence là ». « Anti-fascistes », nous le sommes tous ici, s’il s’ag
70a balayé. Il ne vous restera que la foi. La vraie lutte commence là.
42 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
71et du dehors en même temps, dans le temps de leur lutte. Ici le spirituel devient tangible, le matériel lisible et significat
43 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
72 chômage, nous avons supprimé les partis et leurs luttes épuisantes et stériles. Le corps social était malade, il fallait l’op
73s, des maux qui étaient devenus aigus chez nous : luttes sociales, injustices économiques, décadence d’une culture séparée du
44 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
74chait à l’imposer par le spectacle de ses propres luttes — où nous ne reconnaissons pas forcément les nôtres — et s’il ne tena
45 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
75et des « cabales ». Certains périssent dans cette lutte ; beaucoup en tirent de l’énergie ; tous savent et sentent qu’elle es
46 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
76nimité de la nation sur une question vitale. La « lutte électorale » revenait ainsi à la lutte du parti au pouvoir contre l’o
77tale. La « lutte électorale » revenait ainsi à la lutte du parti au pouvoir contre l’opposition secrète, informulée, des enne
47 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
78rs beaucoup plus peur loin du combat qu’en pleine lutte.) Il n’ose plus intervenir en force, s’imposer à ses risques et péril
48 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
79aux caractères. a) Elle consiste d’abord dans la lutte des partis. Pour un très grand nombre de citoyens, le but à atteindre
80sure où la politique se confond avec le jeu et la lutte des partis, il doit se déclarer de toutes ses forces antipolitique.
49 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
81ler les grandes lignes d’une action d’urgence. 1° Lutte contre le séparatisme. — Il y a le précédent des « corps francs » qui
82 mais qui fournissent des bases idéologiques à la lutte pour l’idée nationale. Au fond le problème n’est pas si différent de
83es du racisme57, les « ennemis de la nation ». 2° Lutte contre l’étranger. — Là encore, Hitler va trouver une base de haines
84e, eh bien ! ce sera « l’armée de Coblence ! » 3° Lutte contre les cliques politiciennes. — Ici, le parallèle est moins frapp
85utôt celle des Léninistes en 1919 : c’est la même lutte sur le double front de la « Reaktion » et de l’extrémisme anarchisant
50 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
86oi, elle n’a de sens et de réalité qu’en tant que lutte du pouvoir neuf contre celui qui se survit. La critique révolutionnai
51 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
87-à-dire une fin en soi, non plus un instrument de lutte. Elle cesse d’être une production pour devenir une consommation réser
52 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Fatalités du rationalisme bourgeois
88econnaître que l’arme de la bourgeoisie, dans ses luttes sociales et morales, scientifiques et religieuses, ce fut toujours la
89rice soutient la bourgeoisie moyen-âgeuse dans sa lutte contre les tabous d’une féodalité qui se survit. Là encore, elle est
90able au développement normal de la personne11. La lutte des hommes contre certains mystères despotiques peut être un moment h
91despotiques peut être un moment héroïque de notre lutte contre la mort. Imposer l’ordre et la mesure humaine à l’anarchie des
53 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Sur le déclin du Moyen Âge
92tion bénédictine sont un suffisant témoignage des luttes qui déchirèrent l’Église aux plus beaux temps de sa puissance. Et pou
93 et vénéraient sans discussion possible. Ici, les luttes mêmes qu’elle fit naître témoignent de sa primauté. Et la mesure du M
54 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
94vantage frustrée qu’au cours des quinze années de luttes civiles que fut le régime de Weimar. Partis, régions, classes, généra
95re peuple. Ses paroles sont le programme de notre lutte. Elles sont les sources du nouveau droit qui s’établit. Ses pensées d
96côtés. Le travail doit remplacer la guerre. (« La lutte contre le froid et la faim est notre guerre ! » peut-on lire sur les
55 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Leçon des dictatures
97 chômage, nous avons supprimé les partis et leurs luttes épuisantes et stériles. Le corps social était malade, il fallait l’op
98s, des maux qui étaient devenus aigus chez nous : luttes sociales, injustices économiques, décadence d’une culture séparée du
56 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
99 réussite émouvante ou flatteuse, mais bien cette lutte et cette prière jaculatoire, cette lutte d’où il sortira peut-être éc
100en cette lutte et cette prière jaculatoire, cette lutte d’où il sortira peut-être écrasé, et cette prière qu’il parviendra pe
101bstractions inactuelles, et le cliquetis de leurs luttes ne doit plus effrayer que la réaction qui s’excite au fond des provin
102est-ce que ces façons de se présenter de dos à la lutte ? C’est une pauvre protection que le spectacle des fatalités dont nou
103fection au monde. La loi du monde est que l’homme lutte contre le monde, en assumant le risque de sa propre perte. Oui, quel
104 rythme singulier qui trahit en chacun de nous la lutte ouverte de la vie et de la mort ; tous ceux qui refusent l’instant, l
57 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
105ser pour notre usage. L’ascèse chrétienne est une lutte contre le péché même, en son principe, lutte qui se sait sans fin dan
106 une lutte contre le péché même, en son principe, lutte qui se sait sans fin dans cette vie, et dont la mesure n’est jamais d
107r de l’humain. Appelons ascèse anti-humaine toute lutte contre certains effets du péché, qui ne serait pas une lutte contre s
108e certains effets du péché, qui ne serait pas une lutte contre son principe même. Par exemple, tout ce qui voudrait réduire l
109 réglant leur vie, leur pensée, leur action, leur lutte contre la mort et l’anarchie. Les Juifs ont eu la Loi et la prophétie
58 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
110r lui répond deux octaves au-dessus. Toujours ces luttes dans la remise. La chienne se traîne. La chatte est déjà grosse. Une
59 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
111énèrent la force, et pratiquent la religion de la lutte et de la vie dangereuse : en conclusion, M. Benda fit observer que le
60 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
112 vit et agit en elle. » Il s’agit, au vrai, de la lutte entre le vieil homme et le nouvel homme, entre l’individu et la vocat
61 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au dossier d’une vieille querelle (novembre 1937)
113pas d’en conclure qu’ils n’ont pas à se mêler aux luttes sociales et politiques où leur raison a tout à perdre mais que s’ils
62 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
114 de mains en quelques dizaines d’années. Mais ces luttes pour le pouvoir, dont vit la plèbe, épuisent les fortunes de ceux qui
115mmédiats l’ont compris. Aussi mettent-ils fin aux luttes des partis et des classes, par le moyen (aujourd’hui « classique ») d
116ion sociale. Son triomphe a marqué l’avènement de luttes de classes sans merci, de plus en plus viles de part et d’autre. Il a
117out le xivᵉ siècle ne sont qu’une longue suite de luttes de classes. La société urbaine est désormais divisée en marchands de
118le xivᵉ siècle ne fut pas seulement le siècle des luttes de classes : il a vu aussi la première crise économique « fonctionnel
119e prolétariser les compagnons, et d’introduire la lutte de classes au sein même de la cellule artisanale. On peut penser qu’u
120yons à les rappeler ici. Notons simplement que la lutte de Colbert contre les financiers — devenus les symboles de l’injustic
63 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
121ts et la CGT entraînèrent les ouvriers dans leurs luttes héroïques pour l’amélioration de leur sort humain. Le pouvoir, qui ne
64 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
122ntérêt à assister à la conférence. L’organisation lutte afin de faire accorder une retraite aux vieux. Unissez-vous, activez
123imes revendications des vieux ! « L’organisation lutte… Unissez-vous ! Activezla propagande ! » Ô merveille du pathos révolu
124le grand mot qui résume cent années d’efforts, de luttes, de sacrifices et d’éloquence, de pensée libre, de raison cartésienne
125« avancés » osent le proposer comme objectif de « lutte ». Où la publication d’un communiqué de ce genre ne soit pas accueill
126ans un journal révolutionnaire : « L’organisation lutte afin de faire accorder une retraite aux vieux. Unissez-vous, activez
127 lui répond, deux octaves au-dessus. Toujours ces luttes dans la remise. La chienne se traîne. La chatte est déjà grosse. Une
128re, résistance à l’état tentaculaire. (Quant à la lutte contre le capitalisme, tout le monde en est, ou feint d’en être ; c’e
65 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
129stiques saura nous indiquer les vraies fins de la lutte. Conscience civique et conscience religieuse. J’illustrerai le premie
130ésister à l’emprise totalitaire sur le plan de la lutte directe, c’est d’inventer des formes de défense non militaires, donc
131rouve par ses actes qu’il abandonne la méthode de lutte ancestrale, il n’est pas étonnant que l’autre soit déconcerté, parce
132la non-résistance, mais au contraire une forme de lutte nouvelle. C’est à cette sorte de jiu-jitsu moral que nous devrions no
66 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
133t de leurs intérêts nationalistes. En proie à des luttes intestines sans grandeur, les Démocraties de l’Ouest ne surent tirer
67 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
134t qu’elle se met « au service » d’une doctrine de lutte politique. Faire la révolution, cela demande un effort un peu plus gr
135 temps des vrais dangers, c’est-à-dire des vraies luttes et des vrais engagements. 78. Baudelaire voulait que la critique de
68 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
136 me demande si le trust des pétroles, qui mène la lutte contre la Russie rouge dans toute la presse qu’il possède en Europe,
69 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
137e brique portant ce slogan ou « Schlagwort » : La lutte contre la faim et le froid est notre guerre. Est-ce une déclaration p
138ion à la faveur de quoi l’armée se reforme et les luttes sociales s’assourdissent ? C’est bien ce qu’on me disait à Paris…
139C’est plutôt contre une inertie conservatrice que lutte aujourd’hui le Parti.   Un « opposant ». — Je me promène avec un de
140is lui aussi se sent trop vieux pour continuer la lutte, il a 50 ans. Se bagarrer encore ? Ils ne sont pas comme ça, les ouvr
141t plus grave. Une chose me frappe : ce mot Kampf, lutte, qu’on entend et qu’on lit partout, ici, dans tous les articles de jo
142 mot Kampf, quand ce n’est pas le mot Krieg. « La lutte contre la faim et le froid est notre guerre. » Je sais bien ce que vo
143 Allemands, par exemple, cela peut conduire à une lutte ouverte, mais pas nécessairement à une destruction matérielle. Au con
144 donnés ses instruments actuels. Nous voulons une lutte créatrice, et non pas destructrice. Tout l’effort de la civilisation
145onné, selon vous, une caricature. Il faut que les luttes deviennent des luttes spirituelles, dans le sens où Rimbaud a dit : «
146caricature. Il faut que les luttes deviennent des luttes spirituelles, dans le sens où Rimbaud a dit : « Le combat spirituel e
147étestés. Et c’est moins un dialogue en moi qu’une lutte quotidienne qu’ils poursuivent, avec des succès alternés. Mais ici et
148 des valeurs humaines périmées. C’est pourquoi la lutte que poursuit la chrétienté allemande sous la croix est pour nous d’un
149ayé. Il ne vous restera que la foi. Mais la vraie lutte commence là. » 13-21 mars 1936 Huit jours à Paris. — Extrême d
150oir de la part des chefs du régime ; alors que la lutte actuelle n’est que le premier affrontement de l’Église chrétienne et
151 nous méritons ? Savons-nous ce que préparent nos luttes ? Un peu de prudence dans le cynisme, nous dirait Machiavel, le vrai,
70 1938, Journal d’Allemagne. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
152 une troupe d’assaut pour Rosenberg, en vue de la lutte qui s’engagera sans doute l’hiver prochain, lutte pour l’âme allemand
153lutte qui s’engagera sans doute l’hiver prochain, lutte pour l’âme allemande dans l’esprit et selon la volonté du Führer… Le
154nconsciente et endormie… Il faudra en venir à une lutte ouverte avec les diverses confessions ; mais non pas à une lutte par
155vec les diverses confessions ; mais non pas à une lutte par la violence, car les confessions mourront d’elles-mêmes, de toute
71 1938, Journal d’Allemagne. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
156nimité de la nation sur une question vitale. La « lutte électorale » revenait ainsi à la lutte du parti au pouvoir contre l’o
157tale. La « lutte électorale » revenait ainsi à la lutte du parti au pouvoir contre l’opposition secrète, informulée, des enne
72 1938, Journal d’Allemagne. Les jacobins en chemise brune
158ler les grandes lignes d’une action d’urgence. 1° Lutte contre le séparatisme. — Il y a le précédent des « corps francs » qui
159 mais qui fournissent des bases idéologiques à la lutte pour l’idée nationale. Au fond, le problème n’est pas si différent de
160es du racisme21, les « ennemis de la nation ». 2° Lutte contre l’étranger. — Là encore, Hitler va trouver une base de haines
161e, eh bien ! ce sera « l’armée de Coblence ! » 3° Lutte contre les cliques politiciennes. — Ici le parallèle est moins frappa
162plutôt celle des Léninistes en 19 : c’est la même lutte sur le double front de la « Reaktion » et de l’extrémisme. (Certes on
73 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
163rrible décision, et elle l’accepte au terme d’une lutte héroïque avec elle-même. Alors commence la vie de solitude et d’orais
74 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
164 les valeurs neuves qu’on avait inventées pour la lutte. Il faut rejeter avec dégoût ce que l’on désirait de toute sa fougue 
75 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
165à mon avis, au moins autant qu’économique. Car la lutte qui se livre aujourd’hui dans le secret de la conscience allemande, c
166s le secret de la conscience allemande, c’est une lutte de nature religieuse. C’est l’affrontement d’une religion de l’incons
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
167ce même mystère du Jour et de la Nuit, et de leur lutte mortelle dans l’homme. Il est un dieu de Lumière incréée, intemporell
168 qu’il se trouve impliqué bon gré mal gré dans la lutte qui divise profondément la société, les pouvoirs, les familles, et le
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
169sme à l’exaltation. La Rose est emportée de haute lutte. La Nature triomphe de l’Esprit, et la raison de la passion. Chacune
170 temps n’auraient-elles point gardé de traces des luttes violentes qui opposèrent dans la cité les « Patarins » aux orthodoxes
171 les « Patarins » aux orthodoxes ? ⁂ En marge des luttes religieuses du siècle, qui refoulaient les anciennes hérésies dans un
172fin Racine l’abat, non sans avoir reçu dans cette lutte avec l’ange mauvais la plus douloureuse blessure. Et Don Juan bondit
173ur, évoquées par le premier acte, introduisent la lutte et la durée, qui sont les éléments du drame. Mais le drame ne peut pa
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
174iclée d’Héliodore (iiie siècle) parle déjà des « luttes d’amour » et de la « délicieuse défaite » de celui « qui tombe sous l
175 la rhétorique courtoise traduit, à l’origine, la lutte du Jour et de la Nuit. La mort y joue un rôle central : elle est la d
176sque, ce sont essentiellement selon Huizinga : la lutte pour la paix universelle basée sur l’union des rois, la conquête de J
177aremment le premier rang parmi les facteurs de la lutte. La chevalerie représentait un effort pour donner un style à l’instin
178déchaînées parce qu’elles allaient consacrer à la lutte toutes les ressources de la nation ; parce qu’elles allaient se donne
179ction de toutes les formes conventionnelles de la lutte. À partir de 1920, on ne se soumettra plus aux « simagrées diplomatiq
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
180a rivalité de Tristan et de Marc le symbole de la lutte entre les Bretons armoricains et les Gallo-Francs. Il est incontestab
80 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
181ombre vertu des partisans collectivistes. De leur lutte est sortie la guerre. Le seul moyen de dépasser cette mauvaise positi
182e humain. Non pas un monde d’utopie où toutes les luttes s’apaiseraient par miracle, mais un monde où les luttes nécessaires n
183 s’apaiseraient par miracle, mais un monde où les luttes nécessaires n’aboutissent pas mécaniquement et fatalement à des catas
184e disait Nietzsche, et les forces de création, la lutte sera toujours ouverte, tant qu’il y aura du péché sur la terre. Non,
81 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). I. Naissance de la Ligue
185a défense à tout prix de notre indépendance et la lutte contre le défaitisme sont les tâches urgentes de l’heure. Ceux qui do
82 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). III. Organisation de la Ligue
186ups de paragraphes. La vraie confiance naît de la lutte en commun pour un idéal entraînant. Enfin, nous sommes prêts à accuei
83 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). IV. La Ligue du Gothard sera-t-elle un parti ?
187De la confiance née de l’esprit d’équipe et de la lutte poursuivie en commun se dégageront naturellement les directives d’une
84 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). VI. Que faire tout de suite ?
188une, l’entreprise) ; renseignements et enquêtes ; lutte contre le défaitisme et la propagande étrangère dans les propos, les
189éparant le terrain dans son rayon, entre autres : lutte contre le chômage dans le cadre des entreprises et de grands travaux
190action en faveur de la famille (salaire familial, lutte contre la dénatalité et contre l’alcoolisme) ; etc., etc. Ce n’est pa
85 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
191ombre vertu des partisans collectivistes. De leur lutte est sortie la guerre. Le seul moyen de dépasser cette mauvaise positi
192e humain. Non pas un monde d’utopie où toutes les luttes s’apaiseraient par miracle, mais un monde où les luttes nécessaires n
193 s’apaiseraient par miracle, mais un monde où les luttes nécessaires n’aboutissent pas mécaniquement et fatalement à des catas
194e disait Nietzsche, et les forces de création, la lutte sera toujours ouverte, tant qu’il y aura du péché sur la terre. Non,
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. Esquisses d’une politique fédéraliste
195tes du Frère Claus. Un grand État participant aux luttes des puissances nationales en formation — tel que le rêva Mathieu Schi
196 un dépassement des vieux conflits. Au lieu de la lutte stérile dont nous souffrons en Suisse, entre le parti des centralisat
87 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
197est plus confus, comme il arrive souvent dans les luttes politiques. Roosevelt représente le New Deal, c’est-à-dire un ensembl
88 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
198me et dernière manche, c’est-à-dire l’issue de la lutte que soutient l’Empire britannique, essayons de comprendre les raisons
89 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
199c’est de nous provoquer au combat. C’est comme la lutte avec une femme, qui finit au lit. » Mais on n’écrit jamais impunément
90 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
200, un premier avant-coureur de l’Antéchrist. Et la lutte qu’il mène contre les Églises et le monde chrétien n’est qu’un premie
91 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
201réforme intérieure ! Je dirai au contraire que la lutte pour me réformer et la lutte pour empêcher le criminel de poursuivre
202 au contraire que la lutte pour me réformer et la lutte pour empêcher le criminel de poursuivre ses méfaits, sont une seule e
203de poursuivre ses méfaits, sont une seule et même lutte. Que servirait de gagner cette lutte en moi seulement, puisque le cri
204eule et même lutte. Que servirait de gagner cette lutte en moi seulement, puisque le criminel risquerait de me supprimer ? Qu
205 Diable les mène, car ils voudraient la paix sans lutte et la vertu sans tentations, et l’ordre par l’anesthésie, et la santé
92 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
206 Cinquième partieLe Bleu du Ciel 59. La lutte contre le Diable Ne réponds pas à l’insensé selon sa folie De peu
207ante et claire de l’idéal qui seul justifie notre lutte ; et vers la recherche de moyens d’incorporer cet idéal, qui ne soien
93 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
208réforme intérieure ! Je dirai au contraire que la lutte pour me réformer et la lutte pour empêcher le criminel de poursuivre
209 au contraire que la lutte pour me réformer et la lutte pour empêcher le criminel de poursuivre ses méfaits, sont une seule e
210de poursuivre ses méfaits, sont une seule et même lutte. Que servirait de gagner cette lutte en moi seulement, puisque le cri
211eule et même lutte. Que servirait de gagner cette lutte en moi seulement, puisque le criminel risquerait de me supprimer ? Qu
94 1944, Les Personnes du drame. Introduction
212ons que l’œuvre, c’est-à-dire le champ clos de la lutte. Nous ne serions assurés de voir la personne intégrale dans ses actes
213re cette vocation…). Nous voyons au contraire une lutte, des résistances et des coups bas. Toutes les personnes humaines sont
214c’est l’acte autorisant la doctrine de Luther. La lutte d’un créateur contre l’automatisme, de l’authenticité contre les conv
95 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Goethe médiateur
215 la nature spécifique de l’effort goethéen, cette lutte contre ses données anarchiques et démoniaques, cette lutte contre que
216tre ses données anarchiques et démoniaques, cette lutte contre quelque chose en lui qui ne cesse de renaître tout au long de
217menacer son équilibre si chèrement conquis, cette lutte enfin où résident sa tension et sa grandeur propres, comment ne pas v
96 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
218e un grand esprit. Un an plus tard, épuisé par la lutte, il tomba au cours d’une promenade en ville. On le transporta à l’hôp
219 la fin de sa vie qu’il s’offrit sans masque à la lutte contre l’Église établie, lutte qui devait le mener à la mort parce qu
220t sans masque à la lutte contre l’Église établie, lutte qui devait le mener à la mort parce qu’elle accomplissait sa vocation
221vain… S’il ne meurt pas, dit-il, il poursuivra sa lutte religieuse, mais il craint qu’elle ne soit alors affaiblie. Au contra
97 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
222 méprisée de Barnabé, me paraît correspondre à la lutte entre les Églises établies et les petits groupes de dissidents illumi
98 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
223rois nouveautés, ces trois grands résultats de la lutte dont nous sortons, semblent donc converger vers un seul et même but,
99 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
224 Trois Grands ? Chacun sait que, pour arbitrer la lutte entre les continents, il faut d’autres talents et un autre savoir que
100 1946, Combat, articles (1946–1950). Les intellectuels sont-ils responsables ? (5 juillet 1946)
225t qu’elle se met « au service » d’une doctrine de lutte politique. Faire la révolution, cela demande un effort un peu plus gr
226 temps des vrais dangers, c’est-à-dire des vraies luttes et des vrais engagements. 1. Baudelaire voulait que la critique des