1 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
1ée par des chrétiens ; cette cité où le clerc, le magistrat et le marchand adoraient le même Dieu, dans le même langage ; cette u
2 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
2 leur suggère l’obsession des Inquisiteurs ou des magistrats Puritains. Comment finit cette névrose collective ? Non par la guéris
3 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
3ir accuser, soit devant le peuple, soit devant un magistrat ou tribunal quelconque, les citoyens qui auraient commis un délit con
4es et sans but… On accuse les citoyens devant les magistrats, on les calomnie sur les places publiques, dans les assemblées partic
4 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
5eurs savants, chroniqueurs influents de la radio, magistrats et écrivains réputés, font partie de son comité. La presse américaine
5 1947, Doctrine fabuleuse. Le supplice de Tantale
6ncle défunt, et cela en présence d’un respectable magistrat qui en dressera le protocole. Si tous restent secs, mes biens seront
6 1948, Suite neuchâteloise. III
7erritoire, et n’est gouvernée que par ses propres magistrats, divisés en un Grand et un Petit Conseil. Je ne vous occuperai point
7 1953, La Confédération helvétique. Le peuple et son histoire
8onseil des trois États, légiférait et nommait les magistrats. Les bourgeois conservaient leurs libertés et leur participation aux
8 1953, La Confédération helvétique. Les institutions politiques
9inq à onze membres, élu par le peuple. Chacun des magistrats qui en fait partie dirige un département administratif, et joue donc
10de résister aux vérités les mieux démontrées… Les magistrats directeurs se trouvent dans une situation fausse. Ils doivent, pour a
11 gauche et à droite. On ne saurait guère imaginer magistrats plus démocratiques d’allure, plus fréquemment mêlés à la foule de mid
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — Les grands desseins du xviie siècle
12rvient quelque procez ou dispute entr’eux, que le magistrat du lieu les accorde promptement sans faveur ny acception de personne.
13ecours aux Princes dans les Monarchies, & aux Magistrats dans les Républiques, contre les Séditieux & les Rebelles. IV. — 
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Perspectives élargies
14ef et Seigneur, il fut communément admis que deux magistrats suprêmes, le Pape et l’Empereur, exerçaient le pouvoir de sa part, l’
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — L’Europe des adversaires de l’Empereur
15main du pouvoir allège un instant son action. Les magistrats des plus petites communes se complaisent à les embellir. Ils en entre
16arlement européen. Des négocians, des savans, des magistrats et des administrateurs doivent être appelés seuls à composer la chamb
17 un négociant, un savant, un administrateur et un magistrat. Ainsi, en supposant qu’il y ait en Europe soixante millions d’hommes
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
18me né à Bordeaux peut être citoyen romain et même magistrat, il peut être évêque de la religion nouvelle. Le même Gaulois, qui es
13 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Ce petit peuple égalitaire… »
19t les avoyers (chefs de la république), les hauts magistrats, les bannerets ou capitaines des milices, ainsi que les baillis gouve
20itique dans ces temps de Comices, que l’état d’un magistrat que l’on soupçonne d’avoir abusé de son autorité ou d’un citoyen dont
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
21de à la Diète, la position fausse où il place les magistrats fédéraux désignés par leur canton, responsables devant lui, et qui se
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — Les institutions et la vie politique
22ion bien remarquable du nombre des charges et des magistrats. À Neuchâtel, par exemple, au lieu du Petit Conseil des patriciens, d
23inq à onze membres, élu par le peuple. Chacun des magistrats qui en fait partie dirige un département administratif, et joue donc
24 la langue ou le dialecte, et dont il connaît les magistrats, ses voisins et peut-être ses amis. C’est donc le canton même, c’est-
25directement des électeurs. On ne saurait imaginer magistrats plus démocratiques d’allure ni plus démunis de tous les signes extéri
16 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — Les paradoxes de la vie économique
26le grand patron, le chef syndicaliste, ou le haut magistrat fédéral, demeurent intimement persuadés qu’un système aussi bien ajus
17 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
27ur un job. Elle doit donc, comme le dit un de nos magistrats, « favoriser une meilleure connaissance des débouchés ». Mais le rôle
18 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
28ompatriote Déodat Roché, d’Arques, naguère encore magistrat à Carcassonne : il apporte une suite de révélations exaltantes à tous
19 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Passage de la personne à la Cité
29mple administrateur ». Entre eux, deux classes de magistrats souverains : les éphores et le summus magistratus. « Aux éphores, le
30ercer son pouvoir et son droit dans l’érection du magistrat suprême, l’assister de leur aide et conseil, mettre un frein à sa lic
31ues à l’action, à l’omission ou à la démission du magistrat suprême. » (Politica, 48.) Ces éphores sont au xvie siècle les États
32royaume, les vengeurs officiels du pacte entre le magistrat suprême et le peuple, les défenseurs de la justice et du droit auquel
33e la justice et du droit auquel ils soumettent le magistrat suprême ; et ses censeurs… » On a reconnu nos députés et sénateurs, n
34geur du pacte » entre l’exécutif et le peuple. Le magistrat suprême — Roi, Président, Collège — intronisé par les éphores au nom
35onnaître en dernier ressort des jugements de tous magistrats », de « hausser ou baisser le titre des monnoyes », et surtout, de « 
20 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Les variétés de l’expérience communautaire
36 est plus nombreux » et qu’en revanche « plus les magistrats sont nombreux, plus le gouvernement est faible ». Ou encore : « Le pl
37on du peuple. » Ou enfin : « Si […] le nombre des magistrats suprêmes doit être en raison inverse de celui des citoyens, il s’ensu
38cités grecques où l’on comptait presque autant de magistrats (prenant charge par rotation) que de citoyens : — Plus une communauté
39oi de Jean-Jacques » selon laquelle le nombre des magistrats est en raison inverse de la population d’une communauté, mais en rais
21 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
40 région parisienne, quand leurs rapports avec les magistrats entrent en crise. Les étudiants se répartissent en « nations » (natio
41ns d’universalité, et formera de plus en plus des magistrats, mais non des clercs. III. De l’Université aux « Facultés » Tou
22 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Avertissement
42 l’union de l’Europe (en l’absence de tout haut magistrat désigné pour ce faire par une Constitution). Au cours de réunions pl
23 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
43lique », qui n’appartient qu’au prince et non aux magistrats élus pour un temps déterminé. Le citoyen est « franc sujet » du souve
44stre en dernier ressort les jugements de tous les magistrats, imposer ou exempter les sujets de charges et subsides, hausser ou ba