1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1 je n’entends pas ? » — Mais plus que le corps en mouvement, c’est la domination de la raison sur ce corps qui est exaltante, et
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
2omme de la terre », qui va susciter un formidable mouvement de protestation contre les lois tyranniques. Le succès grandit rapide
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
3savants européens qu’il le devra, tandis que d’un mouvement inverse, le christianisme débarrassé de son déguisement gréco-latin r
4 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
4détail de la vie d’une ville. Il sait qu’un grand mouvement est la résultante de millions de petits. Voici naître la révolution d
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
5n voit assez à quel genre de sophismes conduit ce mouvement de l’esprit qui n’utilise une borne que pour sauter plus loin. Ainsi,
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
6re du roman de Jouve reste indéniable : c’est son mouvement purement lyrique, sa progression accordée à celle des événements inco
7 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
7beau. Or « la grande ville, phénomène de force en mouvement, est aujourd’hui une catastrophe menaçante pour n’avoir pas été animé
8 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
8Fernandez a donné la première œuvre importante du mouvement de construction et de synthèse qui se dessine chez les jeunes écrivai
9 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
9n tel livre communique une puissance physique, un mouvement vers la vie ardente qui peut entraîner l’âme dans un élan de grandeur
10 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
10lons voir courir l’arabesque des sentiments et le mouvement perpétuel de l’amour. Plaisir de se sentir engagé dans un système d’o
11 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
11t est que ce geste symbolique a déclenché tout un mouvement littéraire, celui-là même qui aboutit naguère au surréalisme. Tous le
12esprit, c’est le frein lui-même, bientôt — par un mouvement normal de l’attention — et fatalement c’est à la découverte d’une fai
12 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
13me à la Nerval auquel il aboutit coïncide avec un mouvement dont lui-même s’est plu à relever les indices chez ses jeunes contemp
14mine nos actes avant que la raison n’intervienne, mouvements de nos passions à nous-mêmes inavoués, rêves éveillés. Tout un systèm
13 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
15sin d’horlogerie, ou quelque plan d’une machine à mouvement perpétuel. Une autre encore : cette fois-ci c’est un Evard : des rose
16ar de naturelles affinités, se trouvent former un mouvement actif déjà, et dont Neuchâtel 1927 sera la première manifestation col
17lective. [p. 129] Est-il possible, au sein de ce mouvement, d’en distinguer d’autres plus organiques ? D’une part il y a des pré
14 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
18ent de la robe, fleur qui s’ouvre pour dégager le mouvement obsédant de deux jambes, l’harmonie de leurs arabesques à trois dimen
19 geste pictural remplace le geste de l’acteur. Un mouvement ne souligne pas, il exprime, et se suffit. Mais comme pour le film 19
20e qui court au ralenti, certaines coïncidences de mouvements… C’est une réalité quotidienne dans une lumière qui la métamorphose ;
15 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les derniers jours (juillet 1927)
21ieu : « On voit déjà éclater dans les singuliers mouvements de sympathie qu’a provoqués l’infortune de l’Action française la frat
16 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
22 conditions. Dans cette mécanique bien huilée, au mouvement si régulier qu’il en devient insensible et que la fatigue semble disp
17 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
23ec l’enseignement officiel. Les promoteurs de ces mouvements tentent la gageure de réformer l’école primaire sans toucher au princ
24pprendre aux bambins à marcher en décomposant les mouvements avec l’aide d’un métronome pédagogique. De même, sous le louable prét
25 dangereux. Néanmoins, je soupçonne dans tous ces mouvements des possibilités lointaines qui sont pour me plaire ; un grignotement
18 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
26en même temps. Elles ont crû et embelli d’un même mouvement. Morigéner l’une c’est faire pleurer l’autre. Écouter ce que dit l’un
19 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
27s bras, comme on chante du Verdi, — elles ont des mouvements vifs du buste, et des mains pleines de drôleries ou de supplication.
20 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
28oute une vue évangélique. Que ce petit écrit d’un mouvement naturel nous ramène au centre des seuls problèmes qui ne soient pas i
21 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
29ance qui n’est pas uniquement « romanesque » — le mouvement du récit se ralentit, au contraire, fâcheusement en ces pages — et qu
30sse que Baring excelle à suggérer, qu’au deuxième mouvement, au mouvement lent, du Quintette, Schumann a enclose et embaumée ». «
31 excelle à suggérer, qu’au deuxième mouvement, au mouvement lent, du Quintette, Schumann a enclose et embaumée ». « Tristesse, pa
22 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
32rellement avec ce qu’il impose. Confusion liée au mouvement le plus profond de l’âme allemande, qui la porte à la création volont
23 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
33t, mène parfois bien près de la réalité — et d’un mouvement non dépourvu d’élégance, j’entends : par une certaine qualité de déce
24 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
34s bras, comme on chante du Verdi, — elles ont des mouvements vifs du buste, et des mains pleines de drôleries ou de supplication.
25 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
35x, par un hasard qui ne m’étonne guère, ce double mouvement de matérialisation du spirituel et d’intellectualisation du physique
36des spectacles de lenteur ou d’immobilité dans le mouvement. Et c’est par là qu’ils parlent à notre âme et la retiennent, la capt
37ension de la matière explose en subtilité. Double mouvement dont l’axe se nomme : l’humain. 10 août 1929 Le retour en troisièm
26 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
38gir en vertu du principe d’inertie (tout corps en mouvement tend à conserver son mouvement). C’est ainsi que ces activistes désor
39tie (tout corps en mouvement tend à conserver son mouvement). C’est ainsi que ces activistes désorientés ont développé le capital
27 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
40plutôt qu’une souffrance matérielle, — et va d’un mouvement rigoureusement logique jusqu’au système de sa folie. Mais l’irruption
41, le deuxième temps de cette dialectique, dans un mouvement que sa violence rend unique : c’est qu’ils reviennent tous deux de lo
42er d’une certaine force de révolte. Notre premier mouvement nous porterait vers Rimbaud, nous détournant de Goethe. Mais prenons
28 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
43e n’étaient pas songes, elles s’appuyaient sur le mouvement de l’histoire ». Nous avons affaire ici à un véritable mysticisme de
29 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
44« casser les reins au roman », on put croire à un mouvement de mauvaise humeur, voire à une tentative publicitaire. En réalité, l
30 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
45urquoi nous voyons aujourd’hui à l’avant-garde du mouvement révolutionnaire, dans tous les pays où le protestantisme domine, des
46 ou l’en privez-vous ? » ⁂ La caractéristique des mouvements américains de rénovation réside dans leur effort pour « christianiser
47 devoir qu’aurait l’Église de « christianiser les mouvements radicaux » c’est-à-dire les mouvements plus ou moins communistes, qui
48aniser les mouvements radicaux » c’est-à-dire les mouvements plus ou moins communistes, qui prennent actuellement beaucoup d’ample
49ût pour la violence dictatoriale. ⁂ En France, ce mouvement mondial a rencontré jusqu’ici peu d’écho. La revue le Christianisme s
50étienne d’étudiants. Mais il y a là le germe d’un mouvement qui demain peut se préciser et s’amplifier. Signalons enfin la revue
31 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
51forces sociales nouvelles. Le spirituel, c’est le mouvement, c’est le pouvoir de pousser, de renverser, de bouleverser pour ordon
32 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
52ct pathologique et proprement fiévreux des grands mouvements sociaux contemporains (hitlérisme) est très frappant. Il n’y a pas li
33 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
53rétien pourra et devra collaborer avec tous les « mouvements » politiques qui revendiquent les droits supérieurs de la personne pa
34 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
54gir en vertu du principe d’inertie (tout corps en mouvement tend à conserver son mouvement). C’est ainsi que ces activistes désor
55tie (tout corps en mouvement tend à conserver son mouvement). C’est ainsi que ces activistes désorientés ont développé le capital
35 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
56re fois, devant le grand public, les positions du mouvement personnaliste naissant, celles de la jeune droite, et celles du commu
57e n’étaient pas songes, elles s’appuyaient sur le mouvement de l’histoire. » Nous avons affaire ici à un véritable mysticisme de
36 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
58onne, d’individu et de personnalité. Il existe un mouvement personnaliste qui a pris pour tâche de démêler ces notions et de fond
59pe, et par là-même à son principe de tyrannie. Ce mouvement d’arrachement au sacré sombre, à l’empire des morts, ce mouvement de
60chement au sacré sombre, à l’empire des morts, ce mouvement de dissolution de la communauté primitive, c’est la naissance même de
61rate, une définition de l’individu… Toutefois, ce mouvement centrifuge par rapport à la communauté d’origine, s’il se confond d’a
37 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
62écisée et développée. Les deux groupes de tête du mouvement restent à ce jour Esprit et L’Ordre nouveau. Cherchons à voir d’abord
38 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
63it que reproduire à une vaste échelle le [p. 255] mouvement même de la personne en exercice, ce double mouvement d’organisation d
64vement même de la personne en exercice, ce double mouvement d’organisation des appuis matériels, et d’élan vers des buts que l’es
39 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
65’engagement. Une pensée qui, par sa nature et son mouvement originel, est libérale, irresponsable, ne devient pas libératrice et
40 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
66mot. Ces quelques lignes décrivent assez bien le mouvement général de la critique de Scheler. À l’origine de toutes les valeurs
41 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
67 [p. 3] Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934) e Le « Mouvement des Groupes »,
68ement des groupes — Kagawa (4 août 1934) e Le « Mouvement des Groupes », ou Mouvement d’Oxford, est un des faits spirituels qui
694 août 1934) e Le « Mouvement des Groupes », ou Mouvement d’Oxford, est un des faits spirituels qui serviront à fixer la signif
70sté cet hiver, à Paris, à l’une des rencontres du Mouvement : il y avait là une vingtaine de personnes, un pasteur, une bouchère,
71outes les rencontres prévues. Ce que je savais du Mouvement m’avait fait espérer, secrètement, autre chose, peut-être des confess
72ies transformées 7 , qui raconte les origines du Mouvement et cherche à décrire son esprit. Ce n’est pas le meilleur livre qu’on
73tres, un ouvrage fameux sur l’Armée du Salut.) Le Mouvement des Groupes est né après la guerre, de l’activité purement individuel
74tion de l’homme ne se fera jamais par le moyen de mouvements de masse, ni par des organisations, ni par des corps constitués mais
75ns récits du meilleur livre qu’on ait fait sur le Mouvement, For Sinners only (Pour les pécheurs seulement), de J. Russell, on dé
76re une théologie équivoque. À quoi les membres du Mouvement des Groupes peuvent répondre que leur œuvre se développe dans une atm
77dération japonaise du travail et prend la tête du mouvement ouvrier. Il conduit une première grève de 30 000 dockers et rédige le
42 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
78ndu quelque parole, on n’a rien vu qu’un corps en mouvement. C’est parce que Dieu s’est révélé dans un corps d’homme [p. 382] que
43 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
79 qui surgissent dès qu’il dit je, n’a pas d’autre mouvement que la peur ou l’amour. Non qu’il ait à choisir : déjà il fuit, déjà
80it : la révélation salutaire. Il faut voir que ce mouvement suppose encore une indifférence morbide à l’endroit des réalités natu
44 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
81s circonstances anecdotiques qui ont vu naître ce mouvement, voici un an déjà. Il ne nous intéresse qu’en tant qu’illustration de
82énérale ? Avons-nous étudié comme il eût fallu ce mouvement prodigieux, redoutable, de l’hitlérisme allemand ? » Voilà certes des
45 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
83pe de Rome et pour les seuls Conciles. Les grands mouvements fascistes ne se réclament-ils pas, eux aussi, d’un « spirituel » préa
46 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
84mprendre enfin dans quelles passions profondes le mouvement hitlérien est né et a pris son élan. C’est une admirable réussite lit
47 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
85niquement. On retrouve dans cette syntaxe le même mouvement d’esprit qui explique les fautes d’accord relevées plus haut : un lin
48 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
86s, ramené à nos proportions idéalisées. Ce double mouvement pourrait être confondu, par certains, avec l’exigence de la « contemp
87 l’on ne peut pas passer de l’un à l’autre par un mouvement continu, de proche en proche. Il faut un saut 17 . Prenons un exemple
88 la réalité, qui nous inquiète, et qui corrige le mouvement naturel et perverti de nos pensées. [p. 157] Cette position du probl
49 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
89tion. » 2. « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire. On ne saurait trop insister sur cette vérité à une é
90vec la propagande de l’opportunisme. » 3. « Notre mouvement ne fait encore que se constituer, qu’élaborer sa physionomie et il es
91limitation rigoureuse des nuances. » 4. « Seul un mouvement dirigé par une théorie d’avant-garde peut jouer le rôle de combattant
50 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
92r et de s’expliquer. La fatalité qui pèse sur son mouvement se trouve exprimée tout entière par cette seule phrase : Premier temp
93 que ses « parasites ». Enfin, le fascisme est un mouvement populaire, révolutionnaire, alors que le mouvement des Croix-de-Feu,
94ouvement populaire, révolutionnaire, alors que le mouvement des Croix-de-Feu, tel que le définit son chef, paraît consister essen
95 civique qui constitue la force la plus réelle du mouvement des Croix-de-Feu. Tirons notre chapeau aux lieux communs dont le livr
96critiques — les plus graves — que nous faisons au mouvement Croix-de-Feu valent aussi pour l’état-major des gauches, Daladier, Bl
51 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
97tien dans la cité : nous l’avons définie par deux mouvements : une protestation, une annonce. Protestation contre la forme de ce s
98 foule d’enfants qu’il a secourus, et dès lors le mouvement est lancé, l’opinion publique alertée, et cet effort aboutira à l’ass
99vres sociales, enfin à la constitution d’un grand mouvement syndicaliste. Vocation du chrétien dans la cité. Tout le pouvoir de K
100 nouveau , et ceux de la revue Esprit . Le jeune mouvement personnaliste ne se donne pas pour un mouvement chrétien ; vous y tro
101e mouvement personnaliste ne se donne pas pour un mouvement chrétien ; vous y trouverez des hommes de toutes croyances et de tout
102e toutes incroyances. Mais en fait, c’est le seul mouvement qui réponde, dès son principe, aux exigences de notre vocation. Ce n’
103principe animateur et dynamique qui fonde tout le mouvement personnaliste, c’est cette formidable idée que tout homme a une vocat
104rer. Je dis bien, une chance concrète. Certes, le mouvement personnaliste est encore jeune, et n’a pas [p. 413] remué les masses
1052° vous pouvez tous, tant que vous êtes, aider le mouvement personnaliste à se développer. Lisez la revue Esprit , lisez L’Ordr
106 si, comme chrétiens, vous ne trouvez pas dans le mouvement personnaliste tout ce qu’exige votre foi, eh bien, raison de plus pou
52 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
107re et travail se trouvent ainsi liés dans un même mouvement de révolte contre la féodalité. « Que ce fait nouveau, le respect du
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
108puisse vaincre, où elle puisse se recréer dans le mouvement qui l’a constituée. Elle fait siennes les lois dont elle a su forcer
109de lucidité, pour distinguer la vraie nature d’un mouvement qui, libertin, se fait passer pour libertaire ? C’est la passion qui
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
110uées sur la nature des choses. Si le principe du mouvement, du Progrès, si le dynamisme de l’histoire réside dans la Force des C
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
111 révèle incapable d’épouser, pour le vivifier, le mouvement de l’esprit créateur. On pourrait concevoir une dictature qui ne born
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
112 mesure nouvelle, une mesure qui ramène d’un même mouvement l’Église, la politique et la culture à la source commune de toute aut
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
113ortance : « Le rapport de la lutte des classes au mouvement culturel n’obéit pas à la loi de cause à effet. Leur unité n’est pas
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
114 l’action d’Adolf Hitler ont amené le triomphe du Mouvement. C’est sa force qui a créé le nouvel État et qui donne l’impulsion à
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
115t à la doctrine du Bien Commun. Elle agit dans le mouvement œcuménique. Et dans le mouvement des Groupes d’Oxford. Et dans le dom
116lle agit dans le mouvement œcuménique. Et dans le mouvement des Groupes d’Oxford. Et dans le domaine pédagogique. C’est elle enfi
60 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
117tradictoire, en ceci qu’elle est la doctrine d’un mouvement décrit comme à la fois créateur et déterminé. Mais ce paradoxe a cess
61 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
118 faut repartir, il faut prouver, comme Diogène le mouvement, que cette mesure existe, qu’elle a un sens. Or, pour qu’une chose, o
119elconque possède un sens, il faut qu’elle soit en mouvement et qu’il y ait un but à ce mouvement. Tout mouvement consiste à la fo
120elle soit en mouvement et qu’il y ait un but à ce mouvement. Tout mouvement consiste à la fois en un élan hors de et en un élan v
121vement et qu’il y ait un but à ce mouvement. Tout mouvement consiste à la fois en un élan hors de et en un élan vers. On peut le
122r son but. [p. 194] Et lorsqu’on veut décrire un mouvement, ou quelque réalité en mouvement, comme par exemple notre mesure nouv
123 veut décrire un mouvement, ou quelque réalité en mouvement, comme par exemple notre mesure nouvelle, on peut décrire la situatio
124re nouvelle, on peut décrire la situation d’où le mouvement résulte, ou la fin vers laquelle il tend, mais on ne décrira jamais s
125is plutôt comme deux manières de s’endormir, deux mouvements de fuite devant le conflit humain tel qu’il se joue dans nos limites
126 « existentielle » sous toutes ses formes, et des mouvements théologiques et politiques qui préparent et qui préfigurent dès maint
127éfinir le vrai but et les conditions intimes d’un mouvement destiné toutefois à revêtir une ampleur historique. À eux de compense
62 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
128nt, dans l’esprit de tout protestant, deux grands mouvements de pensée et d’action dont il fut l’un des principaux initiateurs : l
63 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
129’il s’agit de prendre parti, en France, contre un mouvement politico-social qui voudrait refaire le coup de Mussolini, le coup d’
130e Mussolini, le coup d’Hitler. Simplement, un tel mouvement n’aurait aucune justification historique dans un pays qui a fait la R
131 comparer à quoi que ce soit de supposé connu des mouvements aussi totalement « étranges » et « profonds », et qui transcendent to
64 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
132qui se manifeste ; rien ne se manifeste hors d’un mouvement. Et tout mouvement provient de la lumière qui crée les formes en même
133rien ne se manifeste hors d’un mouvement. Et tout mouvement provient de la lumière qui crée les formes en même temps que notre œi
134n des Maladies), etc. Et le roman n’a pas d’autre mouvement que le mouvement même des images propagées par l’apparition du mythe
135etc. Et le roman n’a pas d’autre mouvement que le mouvement même des images propagées par l’apparition du mythe au sein d’une com
136 que la civilisation lui donne de plus achevé. Le mouvement de Ramuz paraît inverse : par la ligne de plus grande résistance, il
137produire au jour leur forme restaurée, — c’est le mouvement unique de l’œuvre de Ramuz, et la définition de sa personne en exerci
65 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
138ortance : Le rapport de la lutte des classes au mouvement culturel n’obéit pas à la loi de cause à effet. Leur unité n’est pas
139t à la doctrine du Bien Commun. Elle agit dans le mouvement œcuménique. Et dans le mouvement des Groupes d’Oxford et dans le doma
140lle agit dans le mouvement œcuménique. Et dans le mouvement des Groupes d’Oxford et dans le domaine pédagogique. C’est elle enfin
66 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
141rte d’ellipse tout [p. 436] à fait révélatrice du mouvement de sa pensée, et à certains égards, du contenu de la doctrine qu’il d
67 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
142hristianisme [p. 973] existentiel — ce qui est le mouvement même de la Réforme — on a voulu le présenter comme une espèce de nihi
68 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
143enne, c’est-à-dire qu’il s’isole et s’abstrait du mouvement de la Création. « Et c’est pourquoi une fin lui fut en effet donnée »
69 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
144r lui-même. Le meilleur budget de propagande d’un mouvement révolutionnaire, c’est encore le budget de l’État, quand il n’y a plu
70 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
145que ne fait que reproduire à une vaste échelle le mouvement même de [p. 8] la personne en exercice, ce double mouvement d’organis
146même de [p. 8] la personne en exercice, ce double mouvement d’organisation des appuis matériels, et d’élan vers des buts que l’es
147s plans du paradis terrestre ; il y a le puissant mouvement panafricain, si mal connu en Europe ; il y a l’Allemagne qui dresse t
71 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
148ontre le préjugé français, que le fascisme est un mouvement « de gauche » ? Certes non. Car il serait trop facile de répliquer qu
149e fatalité historique, à laquelle cèdent tous les mouvements de masses 55 , se reproduit dans le destin individuel des véritables
72 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
150oi se résume effectivement l’œuvre d’Hitler ? Son mouvement prend naissance en Bavière, en pleine effervescence [p. 2] séparatist
73 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
151 couples de mots désignent deux aspects d’un même mouvement de l’être. Celui qui « se tient devant Dieu » est seul. Il se trouve
152s ? Est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de faire un mouvement politique en dehors des partis et de voir une fois ce qu’il y aurait
153e ne recognoy pas chez Aristote la plupart de mes mouvements ordinaires, on les a couverts et revestus d’une aultre robe, pour l’u
154ut sous elle : pattes, œufs, poulets, en quelques mouvements, ramène deux œufs sous son [p. 120] aile, fait sortir une coque vide,
74 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
155ucation de la personnalité ; le cercle social, du mouvement personnaliste. J’irai. Je me fais une règle d’accepter toutes ces inv
75 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
156s ? Est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de faire un mouvement politique en dehors des partis, et de voir une fois ce qu’il y aurait
76 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
157se, qu’on attendait d’ailleurs du chef d’un grand mouvement (comme dirait le jargon d’aujourd’hui), tout est bien fait, dans ce T
77 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
158e discrétion, anticipant d’au moins 20 ans sur un mouvement de sensibilité qui fit naguère quelques ravages dans le beau monde. L
78 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
159 dans le Cahier de revendications qui présenta le mouvement personnaliste à son départ, en 1932 (n° de décembre de la NRF). Ce so
79 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
160tant le pas à leurs musiques militaires, fier des mouvements de sa ville… ». Voilà l’anti-Lanson qu’on attendait depuis la guerre.
80 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
161social. Historiquement, l’on ne peut voir dans ce mouvement de pensée que l’annonce d’une réaction violente, peut-être assez proc
81 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
162ducation de la personnalité ; le cercle social du mouvement personnaliste. J’irai. Je me fais une règle d’accepter toutes ces inv
82 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
163aliste, résume tout le vrai et tout le faux de ce mouvement. Thème, repris de Lautréamont : « La poésie doit être faite par tous.
83 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
164al personnaliste. Elle se fait en faisant, par ce mouvement d’interaction à quoi se réduit en fin de compte la « dialectique » do
84 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
165té-personne, qui est fondamentale pour tout notre mouvement. Je me contenterai pour aujourd’hui de marquer le point d’insertion d
85 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
166ès — et aussi des lacunes provisoires 45 — de ce mouvement. Le lecteur qui se souvient encore du Cahier de revendications, publi
86 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
167ut sous elle : pattes, œufs, poulets, en quelques mouvements, ramène deux œufs sous son aile, fait sortir une coque vide, et repre
87 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
168enant que j’écris, que c’est profondément le même mouvement, l’amour. La même déception de l’amour, parce que rien ne s’est produ
88 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
169. — Je dois faire, me dit-il, une causerie sur le mouvement personnaliste, ce soir, à la réunion politique des SA. — Que pensez-v
170rrivais de Paris persuadé que l’hitlérisme est un mouvement « de droite », une dernière tentative pour sauver le capitalisme et l
171e personnelle chez les individus charriés par les mouvements mécaniques d’une foule ? L. hoche la tête : — Allez écouter le Führer
172r la psychologie du Jacobin : l’analogie des deux mouvements totalitaires y est illustrée d’exemples d’une précision terrible. Le
173ers de fidèles viennent écouter les chefs de leur mouvement, et communier dans la prière. Ce soir, le pasteur Niemöller parle ici
89 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
174es phénomènes extérieurs. La raison profonde d’un mouvement comme le nôtre est irrationnelle. Nous voulions croire à quelque chos
175au contraire le sens qu’elle prend par rapport au mouvement total, à la religion de la nation, et au contenu de cette religion, l
90 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
176 égards, fort émouvante. La raison profonde d’un mouvement comme le nôtre — m’écrivait-il — est irrationnelle. Nous voulions cro
177religieuse des peuples, d’où sont issus les trois mouvements totalitaires, c’est la réponse vraiment totale de notre foi. La foi c
178, qui se situe d’une manière très précise dans le mouvement de l’Histoire occidentale. Trois siècles d’individualisme, de divinis
91 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
179ttérature, et l’Action française a été surtout un mouvement de conservatisme littéraire (comme l’a fait voir la toute récente sub
92 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
180tion finie et limitée de créatures. Ainsi le même mouvement qui fait que nous adorons la vie nous précipite dans sa négation. C’e
181doit-il être conçu comme un aspect particulier du mouvement de retour de la passion, tel que l’a décrit Kierkegaard. Au sommet de
93 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
182’engagement. Une pensée qui, par sa nature et son mouvement originel, est libérale, irresponsable, ne devient pas libératrice et
94 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
183fini, l’ascension de l’homme vers son dieu. Et ce mouvement est sans retour. ⁂ Les origines iraniennes et orphiques du platonisme
184di de la France) 39 . Comment croire que ces deux mouvements soient dépourvus de toute espèce de liens ? S’ils étaient demeurés sa
185fus de comprendre l’un par l’autre et par un même mouvement de l’esprit l’hérésie et l’amour-courtois, n’équivaut-il pas au refus
186 du surréalisme et de l’influence de Freud sur ce mouvement. Supposons l’historien futur de notre civilisation détruite : il a de
187nt produites ; nous savons que les initiateurs du mouvement surréaliste ont lu Freud et l’ont vénéré ; nous savons que, sans lui,
188 sur toute l’Europe. Dans le même temps, d’autres mouvements hétérodoxes agitent le peuple et le clergé. Opposant aux prélats ambi
189tion de la psyché occidentale. Il a surgi du même mouvement qui fit remonter au demi-jour de la conscience et de l’expression lyr
190 fidélité au roi Marc, s’offre au jugement par un mouvement d’orgueil et de défi démesuré. Elle jure n’avoir jamais été dans les
95 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
191 les critères de sa vérité 99 . C’est du moins le mouvement constant de ceux qui ont concentré leur oraison sur le Christ incarné
192de leur passion et de son ascèse. Ils ignorent ce mouvement de retour au monde si caractéristique du christianisme. Jean de la Cr
193je ramène toutes les créatures à Dieu. » C’est ce mouvement qui fait défaut, théoriquement, à toute mystique fondée sur l’Éros lu
194page remarquable de pénétration psychologique les mouvements de la chair attirée par l’élan mystique en ses débuts (Nuit obscure,
96 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
195’elle devient vraiment passion, elle tend du même mouvement à se raconter elle-même, que ce soit pour se justifier, pour s’exalte
196ormalement une réaction dite « réaliste ». Double mouvement dont le Roman de la Rose nous donne l’illustre témoignage. La Rose de
197ond avec celle des hérésies. Un peu plus tard, le mouvement franciscain naîtra d’une conjonction semblable entre les « spirituels
198t enfin à l’instant où elle y renonçait — avec le mouvement même de la reine, à trois reprises 145 . Il fallait cela pour que l’a
199l est le tragique de l’Ironie transcendantale, ce mouvement perpétuel du romantisme, cette passion qui ruine sans relâche tous le
200trangement identique, aux origines profondes d’un mouvement que nous n’avons plus à étudier ni à convaincre : il nous menace à bo
201rons pas le retrouver. Il n’est pas au terme d’un mouvement d’abandon à l’instinct énervé et au ressentiment de la chair. Il n’es
202mme qui se prend pour son [p. 261] dieu. Voilà le mouvement dernier de la passion, dont l’exaspération s’appelle la guerre. 21.
97 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
203s des machines, n’exécutant qu’un petit nombre de mouvements automatiques, destinés à donner la mort à grande distance, sans colèr
204ncées les unes contre les autres non plus par des mouvements de délire passionnel, mais bien par des intelligences calculatrices d
205 sentiments… De tous temps, la force qui a mis en mouvement les révolutions les plus violentes a résidé bien moins dans la procla
98 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
206tion finie et limitée de créatures. Ainsi le même mouvement qui fait que nous adorons la vie nous précipite dans sa négation. C’e
207doit-il être conçu comme un aspect particulier du mouvement de retour de la passion, tel que l’a décrit Kierkegaard. Au sommet de
99 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
208. En effet, « chronologiquement parlant, les deux mouvements sont à peu près contemporains ». On a donc supposé une filiation des
209 ; d’autre part, les déclarations de Freud sur un mouvement littéraire qu’il jugeait aussi sévèrement que C. G. Jung la peinture
210est de l’Europe, et spécialement en Brabant. Leur mouvement est né « au point de rencontre de deux courants généraux » : le catha
211r définitivement les traits de sa culture ». Leur mouvement devait « emprunter ses expressions, dans une curieuse mesure, à la li
100 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
212troduit aux vertiges spirituels d’où sont nés des mouvements politiques tels que le national-socialisme. Peu à peu, elle dévoile à
213ns pouvoir la reconnaître ou l’exprimer… C’est le mouvement fondamental de toute passion, le mouvement d’un amour qui préfère le
214est le mouvement fondamental de toute passion, le mouvement d’un amour qui préfère le néant aux limitations de la vie — la joie d
215tiques à donner des œuvres achevées. En effet, le mouvement de ces poètes est inversé de celui du Créateur. Créer, c’est donner f
216ns de dégager pourraient guider notre analyse. Le mouvement hitlérien, dans son essence, m’apparaît comme un romantisme politique