1 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
1 bien qu’on ne pourrait que répondre non. D’où sa myopie et son imprévision systématique des maux prochains. J’écris ceci pend
2 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
2lage très élémentaire, mais fort bien adapté à la myopie spirituelle des temps modernes. Voici : depuis deux ou trois siècles,
3 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
3e fait une crise d’isolationnisme, on l’accuse de myopie, d’inertie, d’incompréhension de la situation mondiale et d’orgueil i
4 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
4e fait une crise d’isolationnisme, on l’accuse de myopie, d’inertie, d’incompréhension de la situation mondiale, et d’orgueil
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — Un idéal de compensation : les États-Unis d’Europe
5s gouvernements ne voient rien qu’à travers cette myopie, la raison d’état ; le genre humain regarde avec un autre œil, la con
6 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
6vaut strictement rien, ne traduit qu’ignorance et myopie historique. II. Le « volapük » européen Du même président des «