1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1 donne des « recettes pour faire un poème » cette mystification est dans la logique de ses principes, mais je lui conteste le droit d
2rement formel. Car c’est ici le tragique de cette mystification : la plupart des surréalistes n’ont rien à dire, mais savent admirabl
2 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
3 ou c’est que la philosophie n’est qu’illusion et mystification. Une pensée vivante, une pensée qui aide à vivre, trouve son lieu dan
3 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
4opinion publique était pour lui bien proche de la mystification. Il eut peut-être ri de se voir présenté tantôt comme anarchiste et p
4 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
5emplacer le patron d’usine par un policier ; la « mystification spiritualiste » par une mystification dictatoriale autrement efficace
6cier ; la « mystification spiritualiste » par une mystification dictatoriale autrement efficace sur les ouvriers, et qui laisse loin
5 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
7d’hui tant d’esprits n’est encore qu’une affreuse mystification, dont le plus sûr effet est de nous empêcher d’envisager les problème
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
8t cela de nuances vaines, d’illusions, voire de « mystification ». Il part de ce que les hommes sont malgré eux, du point de vue abst
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
9e réfléchir à ma question. 18 juillet 1935 Mystifications. — Quelques rencontres avec des écrivains impressionnés par les Sovie
8 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
10 des « couleurs » religieuses. Et cette immense « mystification » de l’instinct faussant ses rythmes naturels, invertissant sa direct
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
11ns-nous dans une telle illusion, dans une telle « mystification » que nous ayons vraiment oublié ce malheur ? Ou faut-il croire qu’en
10 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
12opposer à ces « mystiques », qui sont au vrai des mystifications. Laissons les « mystiques » synthétiques aux peuples qui en ont grand
13icisme, voir en lui son meilleur allié contre les mystifications totalitaires, contre la religion des idoles. Un lecteur m’écrivait ré
11 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Contre-offensive de la liberté
14opposer à ces « mystiques », qui sont au vrai des mystifications. Le temps est venu de passer à la contre-offensive. Laissons les « my
15icisme, voir en lui son meilleur allié contre les mystifications totalitaires, contre la religion des idoles. Un lecteur m’écrivait ré
12 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
16st la preuve d’une décadence de l’Occident. Cette mystification date des nazis. Notre art « dégénéré » survit à leur empire, qu’ils f
13 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
17a folie de Staline, K. recourt au même procédé de mystification ou de camouflage. Rien ne prouve qu’il parle au nom de la santé, lors
18qu’elles étaient en réalité : de pures et simples mystifications, au sens marxiste de l’expression. Quant au point 10, qui résume tout
14 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
19es raisons. La première suffisait. Éloge de la mystification Le fait que l’URSS protège « objectivement » l’esclavagisme ne fer
15 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
20’attribut d’exister. Ce qui résiste au sens est « mystification » aux yeux des théoriciens et polémistes, « sabotage » aux yeux des p
16 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
21’attribut d’exister. Ce qui résiste au sens est « mystification » aux yeux des théoriciens et polémistes, « sabotage » aux yeux des p
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
22geront rien au fait : Marx les eût qualifiés de « mystification ».) Si au contraire le but est l’accroissement de la quantité de bien
18 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — En marge des grands plans, l’utopie prolifère
23 Rose-Croix n’a jamais existé, en dehors de cette mystification ; ils prétendent que Descartes et Leibniz, malgré tous leurs efforts,
19 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Passage de la personne à la Cité
24stote) ou une substance, un être juridique ou une mystification camouflant le « discours du Maître », un produit spécifique de l’hist